Navigation – Plan du site
Hérésies et dissidences féminines

Mathurine ou la question d’un tiers espace de l’hétérodoxie, dans La Confession catholique du Sieur de Sancy d’Agrippa d’Aubigné

Marion Lemaignan

Résumés

Il s’agit ici de saisir comment Agrippa d’Aubigné, dans un chapitre de La Confession du Sieur de Sancy, instrumentalise Mathurine, Folle en titre d’Henri IV, afin de servir un discours profondément anti-catholique et dresser une critique sociale acérée. Trop souvent considérée comme simple prostituée, il me semble que Mathurine détient de par son statut un rôle politique particulier, et que sa présence dans le texte en tant que figure sociale et politique significative participe de la construction du discours. J’ai donc souhaité ici tenter de comprendre comment l’auteur construit ce personnage sur des déplacements des frontières du genre, des représentations du pouvoir et des espaces de parole, pour la mettre au service d’un discours de déconsidération de l’Église catholique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, Gallica : (éd. E. Réaume et F.de Ca (...)

1Agrippa d’Aubigné consacre un chapitre de la Confession Catholique du Sieur de Sancy1 à un étrange dialogue entre Mathurine et le jeune frère du cardinal Du Perron. Bien que cet ouvrage, probablement écrit entre 1597 et 1607, n’ait pas été publié du vivant de l’auteur, il connaît une circulation manuscrite choisie, parodie les professions de foi et fait la satire de la vague de conversions qui court dans l’entourage d’Henri IV. Le Livre I suit ainsi le déroulement et ridiculise la profession de foi du Sieur de Sancy, tandis que le premier chapitre du Livre II, qui s’ouvre sur la rencontre des deux protagonistes, fait figure de parenthèse dans le déroulement de l’ouvrage. Dès les premières lignes le burlesque est annoncé :

  • 2  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy,op. cit., chapitre I, livre II, p. 3 (...)

Une pièce nouvelle de Theologie moderne, digne, à mon advis, de tenir place en cette marqueterie. C’est une honneste conference entre les conferences que ce siecle a conferees : et vous verrez par là combien la bonne mesnagere Saincte Eglise Romaine employe de gens à ramener le monde à la grand voye. Mathurine sortoit de faire une leçon à Vignolles, chez Madame de Montluc : Du Perron alloit faire la sienne, qui changea de couleur à la veuë de Mathurine, passa la main sur son front chauve, puis commença2.

  • 3  Fournier souligne qu’on lui connaît en 1622 une pension de 1200 livres (E. Fournier (annotateur), (...)
  • 4  On trouvera en bibliographie les références des passages citant Mathurine.

2Ce chapitre met en scène Jean Davy, sieur de la Guette, le jeune frère du cardinal Du Perron qui est également son assistant dans ses débats religieux ; ainsi que Mathurine, folle en titre du roi Henri IV3. Proche de l’entourage royale, celle-ci touche une pension pour remplir sa fonction de folle et plusieurs mémorialistes témoignent de sa présence auprès du roi et du Dauphin (Bassompierre, Héroard, Pierre de l’Estoile notamment4). Elle est largement connue des rues de Paris, plusieurs libelles appelés « maturinades » lui sont d’ailleurs attribués ; fréquemment associée au travestissement et au trouble du genre, elle est souvent représentée en homme ou parcourant la ville armée et à cheval. Personnage extravagant donné à voir par plusieurs auteurs, elle paraît revendiquer son état de folle et exploiter cette fonction comme lieu d’affirmation de comportements transgressifs.

3Ensemble, Mathurine et Du Perron s’engagent dans une surenchère burlesque, où chacun dispute à l’autre sa plus grande efficacité à convertir à coups de détournement, corruption et irrévérence assumée. Agrippa d’Aubigné désigne alors clairement le vice au sein de la Religion Catholique, l’opportunisme et la débauche de la cour et dresse la critique sociale et morale d’une société qu’il perçoit comme décadente.

4Il s’agit ici de saisir comment, dans ce chapitre de la Confession du sieur de Sancy,Agrippa d’Aubigné instrumentalise Mathurine pour mettre en scène la notion de genre, et la construit pour servir un discours sur la religion catholique et le désordre social. On souhaite s’attacher plus particulièrement à la figure de Mathurine, et montrer que loin d’être anecdotique, sa présence dans le texte comme figure sociale fortement significative participe de la construction du discours. Il ne s’agira pas tant ici d’Agrippa d’Aubigné que de Mathurine, de la saisie des enjeux de sa présence dans le texte, de la façon dont l’auteur mobilisece personnage et la met au service d’un discours de déconsidération de l’Église catholique. Pour cela il faut dans un premier temps mettre au jour la construction du féminin et du genre qui perce dans le texte et voir comment cette construction est mise au service du discours (ir‑)religieux. Dans un second temps, nous allons interroger la façon dont Agrippa d’Aubigné mobilise le politique en convoquant la figure de la Folle en titre ; cela afin de faire apparaître des espaces sociaux de la dénonciation, du discours politico-religieux et de la construction des genres.

Désordre féminin, désordre religieux : le genre dans le renversement de l’ordre 

5Le genre est au centre de la mise en scène du renversement de l’ordre qu’opère ce chapitre de la Confession par le thème de l’inversion carnavalesque ainsi que par celui, plus spécifique, de la sexualité.

Les inversions carnavalesques

  • 5  Cette association de Mathurine à l’inversion et au carnavalesque est particulièrement présente dan (...)

6Le carnavalesque est largement sollicité dans le texte. La présence de Mathurine annonce en premier lieu le caractère bouffon du texte. Mathurine est en effet non seulement connue comme folle, mais elle est également associée au « renversement » du monde dans des libelles contemporains à large circulation5. Dans un second temps, cet aspect est relayé par le burlesque, alimenté de très nombreux jeux de mots et calembours, par la fausse logique et le détournement du latin, ou encore par l’omniprésence du ridicule. Enfin, l’inversion sexuelle et la transgression du genre sont mises au service d’une représentation du renversement de l’ordre. La dichotomie masculin/féminin est alors entretenue par les dualités beauté/laideur, pouvoir/domination.

  • 6  Madeleine Lazard, dans Agrippa d’Aubigné, Paris, Fayard, 1998, souligne qu’il était qualifié d’her (...)
  • 7  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, op. cit., chapitre I, livre II, p.  (...)
  • 8  Plusieurs portraits ou allusions aux allures de virago de Mathurine existent, notamment dans les t (...)

7Le dialogue s’appuie sur la relation entre Mathurine, femme incarnant l’Église catholique, et Du Perron représentant le masculin. C’est bien d’un homme et d’une femme dont il est question, dans leurs rôles sexués et sexuels, sur lesquels s’opèrent des jeux de brouillage et d’inversion. L’homosexualité associée au jeune Du Perron et à son frère à la cour6 est largement mobilisée par Agrippa d’Aubigné dans ce texte. Tout au long du dialogue, les deux frères Du Perron sont en effet caractérisés par l’homosexualité et par une sexualité féminisante. Ainsi, Mathurine accuse – de manière à peine voilée – son adversaire d’user de la « troulogie »7 lors de ses conversions ; allusion probable à la sodomie, d’autant plus que ce passage fait le lien avec un récit de Mathurine qui raconte avoir vu sortir bien tôt le matin un courtisan de la chambre du cardinal. Elle suggère alors encore l’homosexualité des frères Du Perron. Pour sa part, Mathurine, connue pour ses transgressions vestimentaires, amazone portant épée et pourpoint, qui tient une réputation haute en couleur de femme aux traits d’hommes8, incarne la femme masculine. Agrippé d’Aubigné reprend donc des inversions socialement (re-)connues par les contemporains, mobilise des figures réelles utiles à son discours, et opère donc dès le départ un choix de personnages qui n’est pas anodin. De plus, dans l’espace même du dialogue, Mathurine semble mener l’offensive et sortir victorieuse de la joute verbale qui oppose les deux protagonistes. Dans cette inversion des rôles et des genres, bien lisible dans le texte, beauté et pouvoir sont des armes significatives.

  • 9  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy,op. cit.,chapitre I, livre II, p. 31 (...)
  • 10  Alfred Canel, Recherches historiques sur les fous de France, Paris, 1873, p. 29.

8Du Perron se sert, en effet, de la laideur de Mathurine comme d’une « arme » : « Tu es laide comme un diable : la teste molle comme feu Sybillot, tondüe, puante par les aisselles et par les pieds »9. Le portrait n’est guère flatteur, mais non dénué de sens, puisque la laideur, masculine, est un attribut de la folie10 et recherchéecomme telle, pour remplir cette fonction. Du Perron semble alors forcer ce trait chez Mathurine en soulignant que, parce qu’elle ne détient pas le caractère féminin de la beauté, elle a le pouvoir de la folie. Sa laideur vient renforcer sa légitimité de folle détenant la puissance de roi dans le monde renversé du carnaval. Symbole du pouvoir royal et de son envers, Mathurine est ici représentée comme régnant sur la cour, dominant les secrets et les codes de conduites ; elle est la reine du texte, mais également la reine du carnaval quotidien qu’est la cour pour Agrippa d’Aubigné.

  • 11  On peut également se demander s’il ne dénonce pas le rôle du fou et l’influence de cette folle. Le (...)

9Mathurine joue donc le rôle de l’homme et du roi dans le carnaval d’Agrippa d’Aubigné, témoin vivant d’un ordre renversé où les femmes ne tiennent plus leur rang. Cette construction du genre et du pouvoir fait de cette femme l’incarnation d’un pouvoir masculin dont la folie règne sur le carnaval des fous de la cour11.Par ce texte, Agrippa d’Aubigné dévoile un monde d’apparences et de désordres dans lequel ni les genres ni les pouvoirs ne sont plus lisibles. Cette construction du genre marquée par l’ambiguïté est également profondément ancrée dans la très forte présence de la déviance sexuelle et du Sexe dans ses multiples acceptions, entre Sexe-genre féminin, Sexe-prostitution, et pratique sexuelle déviante ; la sexualité dans tout ce qu’elle implique à cette époque de trouble devient outil dans un discours sur la Religion.

Les désordres sexuels 

10Les désordres sexuels, très présents dans le texte, sont de plusieurs ordres. Outre un discours sur les pratiques déviantes (homosexualité, prostitution et débauche sexuelle), la dénonciation porte sur l’Église catholique montrée comme intrinsèquement licencieuse. On voit ressortir du texte la subversion du discours catholique sur la sexualité féminine puisque l’auteur, dans un amalgame avec Mathurine, fait de l’Église même la femme pécheresse.

11Le désordre sexuel, extrêmement présent dans ce passage de La Confession,est pour partie porté par Mathurine qui assume la figure de la Femme à la sexualité dévorante. Cependant, le désordre va bien plus loin : la conception catholique de la sexualité féminine est utilisée et subvertie dans l’association directe de l’Église à la prostitution :

Perron. Allez,
morbieu, vous estes une maquerelle pour tout potage, et qu’on die à Rome que C’est vous qui avez converti les Huguenots. Ils diroyent bien que pour amener les paillards à la grand putain de Rome, que les maquerelles seroyent nos Docteurs.

12La métaphore de l’Église prostituée évoque non seulement la prééminence des débordements sexuels en son sein, mais induit également l’idée de vénalité dont Mathurine fait l’apologie

Mathur.
Et depuis quand, frere, dis-tu mal du mestier ? à quoy as-tu gagné chausses et pourpoinct, avant
que ton frere fut Evesque […] ?

  • 12  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy,op. cit., chapitre I, livre II, p. 3 (...)

13Vénalité et licence deviennent le nerf de l’Église catholique convertissant à toute force pour mieux attirer les hommes aux plaisirs de la chair. Enfin l’image est encore renforcée par Du Perron, lorsqu’il lance : « Tu as donné un chancre au Pont de courlay, et à Engoulevent, et la vérole enfin au Baron de Vignolles, en traittant de vos conversions »12, semblant faire de la conversion au catholicisme une maladie vénérienne. L’Église catholique par l’entremise de la figure de Mathurine devient une prostituée, négociant ses « clients » et transmettant l’épidémie. Le sexe féminin est donc au centre du texte, non seulement dans son image commune du lieu du vice physique, mais également par la féminisation de l’Église.

14L’accent mis sur l’homosexualité et porté par la voix du jeune Du Perron, frère du cardinal, renforce cette féminisation et vient jouer sur une autre frontière du genre. Après l’exploration de la sexualité féminine dévorante, on touche au trouble de la construction du genre et, là encore, au désordre d’un monde social rendu illisible. Mathurine énonce activement les traits de l’homosexualité des frères Du Perron au nom de la modernité de la théologie.

  • 13  Ibid., p. 309.

Perron. Par ma foy il y auroit bien de l’apparence, vous estes une belle Theologienne. Mathur. Oüy, comme s’il falloit convertir les gens par la Troulogie. C’estoit du vieux temps, quand on faisoit à la pareille. Hé ! pauvre Job, te souvien-tu pas qu’il me le promit la nuict et que j’en allai donner la bonne nouvelle à ton frere, si matin que je trouvai là de La court, qui sortoit de sa chambre ? Perron. Tout beau, Madame la galande, parlez-vous ainsi d’un tel prelat ? Mathur. O mon ami, cela n’empesche point la conversion, tesmoin Chesnaye, qui pour estre venu trop matin, vit un chapperon dans les
sacrees besongnes de ton frere. Perron. Ce qui faillit le rebuter au chapperon. Laissons ces sottises ; car je me fascherois, et continuant propos : Je ne dis pas que Saincte Marie ne t’eust promis la nuict ; mais le jour auparavant, j’avois procedé à l’instruction, tesmoin trois charges de livres, qui furent portees chez Madame la Marquise. Mathur. Et penses-tu que je ne sçache pas à quel jeu vous joüastes, au lieu de disputer ? Mon ami, ce fut moy qui entre partout, et qui entray la premiere en familiarité avec lui : je lui appris le pont du coil, le coil du pont : je lui mis la main à la braguette, aussi privement que je fis à toy à ma premiere conoissance. Tu ne l’as accosté de plus de deux mois aprés ; pour le moins ay je l’honneur de t’y avoir appellé, pauvre pelé.13

15Dans ce passage ce sont toujours les dérives sexuelles qui sont faussement dénoncées, par l’association des « conversions » à une sexualité dont Mathurine et Du Perron se font témoins et parfois acteurs. C’est ainsi que le passage s’ouvre sur le rapprochement entre la conversion, dont le caractère religieux est accentuée par l’allusion à la théologie, et la « troulogie » qui évoque une sexualité érigée en science sur un mode similaire à la théologie ; pour se poursuivre sur l’homosexualité du cardinal Du Perron qui est évoquée par Mathurine lorsqu’elle dit de Chesnaye qu’il a vu « un chapperon dans les sacrées besongnes de [son] frère ». Enfin, la contrepèterie suggérée par Mathurine se poursuit par une explication claire de la teneur des « conversions » opérées par Mathurine et Du Perron, lorsqu’elle dit qu’elle lui « mi[t] la main à la braguette aussi privement que fis à toy ». Ils sont tous deux non seulement l’incarnation, mais également les apôtres de la transgression sexuelle construite dans un discours. Il s’agit bien là du sens religieux de l’apostolat puisqu’ils disputent de leur capacité respective à répandre la licence sexuelle, à la diffuser sous couvert de conversion religieuse. L’apostolat religieux, qui vise à la conversion au catholicisme, donne lieu à la licence sexuelle.

16Agrippa d’Aubigné construit un dialogue sur le modèle carnavalesque du monde renversé dans lequel le travail autour de l’ambiguïté sexuelle est central. Mathurine, en tant que femme trouble et folle, participe activement àce discours. En effet, l’auteur dénonce par Mathurine une Église catholique prostituée, C’est-à-dire licencieuse, vénale, vénérienne. Illa compare à une maladie épidémique et produit un jeu sur l’ordre et le désordre : l’Église qui représente l’ordre est en fait le lieu d’un redoutable désordre.

  • 14  Ainsi dans les études de Marie-Madeleine Fragonard, La pensée religieuse d’Agrippa d’Aubigné et so (...)

17La construction d’un trouble sur le genre et la sexualité d’une part, et d’une Église-prostituée dont Mathurine serait l’incarnation d’autre part, donne au texte un rôle éminemment politique. La femme incarne le désordre et se fait la voix du désordre. Pourtant, Mathurine – loin de représenter seulement la prostitution comme on peut le lire dans plusieurs d’études sur La Confession14 – détient un rôle bien plus important et plus politique dans ce texte par son statut de Folle en titre. Avec Du Perron, ils apparaissent comme de véritables marottes du pouvoir, marionnettes représentant roi et cardinal.

Marottes du pouvoir : irréligion et dissidence politique

18Il est crucial ici de dépasser l’appréhension de Mathurine comme simple prostituée pour comprendre les enjeux du choix de la figuration de Mathurine, folle en titre d’Henri IV, dans ce texte. Ce statut lui confère un rôle politique d’opposition qui est au cœur du chapitre.

Folle de cour, critique sociale

  • 15  Comme il l’a déjà été signalé, on trouve des évocations de Mathurine chez des mémorialistes dont o (...)
  • 16  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, op. cit., chapitre I, livre II, p.  (...)
  • 17 Ibid., p. 317.
  • 18 Ibid.,p. 316.

19Dans ce dialogue irrévérencieux truffé de jeux de mots, la bouffonnerie est mise au service de la critique sociale de plusieurs manières : Mathurine excelle particulièrement dans la ridiculisation de la cour par de nombreux jeux de mots, expressions à la mode, pseudo langage politique et détournement du latin – langue de la religion. Son statut de folle fait d’elle un personnage important de la cour ; partageant l’entourage proche du roi, elle connaît tout des Grands, de la cour, des petits et grands secrets, des petites et grandes bassesses15. Bien que ce statut particulier ne soit pas explicite dans le texte, il est crucial de garder à l’esprit que son personnage détient une épaisseur symbolique du fait de son statut de folle en titre, qui donne un poids à ses mots. De la « belle âme » au « bel asne »16, des « porcs d’eslite » aux « prosélytes »17, elle transforme littéralement la cour en « Basse cour »18 en détournant les codes aristocratiques :

  • 19 Ibid., p. 311.

Mathur. Je lui appris à tourner les talons en dedans, à cheminer en oye, et de pareille gravité, à escrimer des deux bras, à s’emmonceler le ventre, à reculer la teste, à la dodeliner de bonne grace, à faire les reverences en quarts et en revers, à rire du coing des dents ou comme un chien à qui on presente de l’ail, à parler de la gorge, à peigner ses cheveux, au moins aux pauses des discours, à dire ma foay, au lieu de dire ma foy. Il a bien appris à dire toutes les admirations comme, Jesus, le plus du monde, oh, oh, oh, il y a de l’excez, C’est pour en mourir. Quand il rencontre un des fardez de la cour : Oh ! que vous estes bien aujourd’huy espanoüy comme une rose, et là dessus parler des couleurs selon la nouveauté, et comme elles sont deduites dans ce meschant Foeneste. Je lui appris à mettre des rozes par tous les coings, où le Marquis de Quatre Sols les porte, à relever sa ceinture à la fosse de l’estomach, comme le petit Auger, barbier de Paris, à faire accrouppir le chappeau et les perruques19.

  • 20 Ibid., p. 310.

20Avec elle,la cour devient un bestiaire ridicule et cocasse. Dans leurs leçons des codes de la cour ridiculisée, nos deux comparses incluent un « enseignement religieux » : comment parler des Pères sans les avoir lus, « au lieu de dire le Pape […] à dire Sa Sainteté »20. Ils mettent ainsi en lumières toutes les hypocrisies dont les Grands se repaissent aux yeux d’Agrippa d’Aubigné qui délègue son pouvoir de parole aux deux marionnettes. Ce n’est alors plus Mathurine qui tient le rôle de bouffon mais les Grands de cour, qui sont ridiculisés, associés à une religion superficielle et hypocrite, ainsi qu’à une foi désacralisée.

  • 21 Ibid., p. 314.

Mathur. Vous dites, Messieurs les Huguenots, que ceux qui aujourd’huy tiennent les grands rangs en l’Eglise de Rome sont brigands et voleurs, qui pillent le bien des pauvres ; or il est dit : Ma maison est maison d’oraison, mais ils en ont fait une caverne de brigands ;  ores donc puis que nos gens d’Eglise sont brigands, nostre Eglise, qui lui sert de caverne, est par necessité maison d’oraison21.

21À cette irrévérence envers les riches et les puissants sont associées les chroniques scandaleuses de la cour qui ne font que renchérir sur la farce et la critique sociale de fond qui se profile derrière le rire. Car sous les bons mots, obscénités et récits hauts en couleurs des deux protagonistes, le portrait est sans merci et la critique sans compromis. Ainsi la fausse logique, les syllogismes, fausses controverses et paradoxes qui peuplent le texte moquent non seulement les personnages mais également un mode de pensée et de conduite. Par la voix de la folle et les privilèges de son statut, Agrippa d’Aubigné se lance dans une critique acérée de l’Église catholique et des Grands de cour qui se convertissent par opportunisme. La fonction officielle permet à Mathurine de tourner en dérision la cour qu’elle connaît extrêmement bien pour en être un témoin privilégié.

Désordre institutionnalisé 

22L’institution catholique devient elle-même non seulement sujette, mais aussi actrice de ce renversement du monde. C’est l’Église catholique, facteur de cohésion sociale, conservatrice des valeurs morales, elle qui bannit le sexe et désigne comme péchés mortels les déviances sexuelles, qui joue dans le texte l’inverse exact de son rôle traditionnel pour être institutionnalisée dans ce contre-ordre. L’Église catholique devient garante d’une société inversée, d’un désordre assumé ; et le Pape l’Antéchrist, dans un syllogisme de Du Perron

  • 22 Ibid., p. 313.

Croyez-vous, lui dis-je, que le Pape est
l’Antechrist ? Oüy, dict il, il n’est pas Chrestien qui
ne le croit. Je replique : ores cet Antechrist doit
s’asseoir au temple de Dieu, qui est à dire l’Eglise ;
le lieu donc où est le Pape est l’Eglise sans faillir22.

23Ainsi l’Église catholique est reine au pays des fous, et le retournement se fait en profondeur, avec une institution garante du désordre social.

La folie : lieu de Vérité ?

  • 23  Maurice Lever, Le sceptre et la marotte, histoire des fous de cour, Fayard, 1983.

24Le renversement du monde est défini par son aspect éphémère ritualisant le désordre social. Mais la folie mise en scène ici dépasse le schéma carnavalesque : Mathurine n’est pas seulement folle de carnaval, mais folle auprès du roi. Avec son fou, ils forment un couple antithétique, miroir du pouvoir et de sa dérision, de la vérité et de sa folie. Le fou est celui qui par sa folie détient le privilège de tout dire23. La présence de Mathurine n’est donc pas anecdotique puisqu’elle détient le rôle de dire la Vérité dans ce dialogue, certes ritualisé, et ce qui est dit ne peut être dit autrement. Grâce à son statut, entre dérision et vérité, elle permet peut-être à Agrippa d’Aubigné de transgresser l’ordre social pour mieux dénoncer ses perversions, tout en demeurant dans une parole ritualisée non subversive. La Folie détient tout à la fois le pouvoir de dire, et celui de conserver dans, et par ce « dit », l’ordre social. Le personnage de la Folle comme vecteur de parole sociale est donc tout à fait significatif.

25On a vu que l’articulation féminin/masculin, la définition du genre et la construction de son trouble étaient au cœur de ce texte et outil du discours de dénonciation du désordre. Nous avons ensuite montré que Mathurine est non seulement la voix du Féminin et de ses représentations, mais qu’elle est également une voix politique, politisée, une représentation directe et inversée du pouvoir. Elle représente le roi, le pouvoir ; elle est l’incarnation et la porte-parole d’une institutionnalisation du désordre social ; elle est une voix légitime pour dire le désordre, une voix de vérité.

26Mathurine permet de donner à voir et surtout à entendre une femme au cœur du politique, et ceci n’est possible que dans l’espace de déviance contrôlée qu’est la Folie. La catégorie de genre éclaire le discours d’Agrippa d’Aubigné mais doit se doubler d’une prise en compte de la fonction sociale de Mathurine qui occupe une place centrale dans le texte. Cette présence déterminante du personnage de Mathurine s’inscrit dans des espaces qui sont, eux aussi, à interroger pour comprendre la portée de ce texte.

Les espaces sociaux de la dénonciation

27Le choix de Mathurine comme porte-parole de ce discours peut notamment s’entendre en le mettant en perspective avec les espaces de parole mobilisés par l’auteur.

Les espaces dans lesquels se fait cette/ces construction(s)

  • 24  E. Fournier (annotateur), Les caquets de l’accouchée, op. cit., pp. 168-173.

28Nous l’avons dit, Agrippa d’Aubigné construit par l’entremise de Mathurine une voix politique aux marges de la féminité. Celle-ci lui offre alors un espace de parole extrêmement intéressant. Femme malgré ses transgressions, elle tient (plus ou moins bien) sa place parmi les femmes, on la voit notamment dans les Caquets de l’accouchée24. Elle tient en même temps un rôle bien plus masculin par son statut de folle en titre auprès du roi (très rarement attribué à des femmes). Le fou du roi partage l’intimité de celui-ci tant dans sa représentation publique que dans ses moments les plus intimes. Elle investit alors un lieu de parole masculin. Elle semble être ainsi, par l’ambivalence de son statut, presque socialement asexuée. Elle devient dans cette ambiguïté un porte-parole privilégié, puisque aux frontières des genres dans un monde scindé ou du moins questionné par le genre. Sa parole est légitime dans un très large spectre social.

  • 25  Il semble qu’il y ait eu des doutes sur la nature de la folie de Mathurine. Ainsi, Tallemant des R (...)
  • 26  Signalé par Pierre de L’Estoile, Pierre Colins ou encore Jean Héroard.

29C’est aussi la dualité privé/public qui est brouillée par Mathurine. L’espace « privé » de l’intime, du soi intérieur, est pour le fou une réalité particulière : personnage public par excellence, au quotidien, son espace personnel ne peut s’exprimer dans une dichotomie de lieu privé/public, mais dans un espace plus symbolique qui se situerait aux marges de la folie, dans cet espace d’autonomie que crée l’incertitude du statut25. Mathurine évolue dans les espaces du collectif et de l’autorité aussi bien que dans les lieux de l’intime qu’ils soient la chambre du dauphin ou la table royale26. Elle sacrifie son espace d’intimité, son individualité au profit de l’aspect public de sa figure de folle ; elle gomme toute individualité hors de sa folie et investit son rôle public pour accéder à une forme de pouvoir et d’autonomie. Le fou est dans la représentation – du pouvoir, de la vérité, de l’ordre – et dans l’espace du politique et du collectif ; et cette folie est fonction publique. Il se doit donc d’avoir un rôle public, de représentation dans l’espace public. Agrippa d’Aubigné, en mobilisant le personnage de Mathurine, semble utiliser la légitimité que lui offre son rôle dans l’espace public pour pousser, déplacer les frontières, notamment dans la prise de parole. Il capte alors cette autorité publique et exploite au maximum l’espace et le rôle public qui lui sont associés.

30Mathurine porte donc cette parole qui transcende les espaces et les droits de parole pour atteindre la sphère du pouvoir, au-delà ou par-delà le brouillage des pistes qu’elle exerce. C’est cet espace alternatif de l’incertitude associé à Mathurine qu’utilise Agrippa d’Aubigné ; il semble reprendre l’image sociale de la Folle et la reconstruire pour mettre à profit cet espace d’autonomie et faire de la parole de Mathurine un vecteur d’irréligion et de critique sociale.

31Par les différentes analyses que l’on a conduites jusqu’ici, on commence à apercevoir la manière dont l’auteur se construit un espace de parole, qui n’est pas hors du pouvoir ou en opposition violente à celui-ci, mais au contraire en son sein et teinté d’un certain cynisme : il manipule les représentations et utilise le personnage éminemment politique de Mathurine comme vecteur d’irréligion.

Genre et Folie : le personnage de Mathurine ou la construction littéraire d’un personnage politique

32Enfin, un dernier espace apparaît, celui de la construction littéraire du personnage de Mathurine. Bien que Mathurine ait réellement existé, Agrippa d’Aubigné use d’une image sociale attendue bien plus que du personnage historique qui en est le support. C’est son rôle social, porteur de plusieurs significations, de genre, de statut et de représentation sociale, que l’auteur mobilise méthodiquement afin de donner une portée à son discours. Il dépasse ainsi la simple critique sociale pour atteindre bien plus finement des représentations de rôles politiques, de mises en scène sociales.

33On voudrait ici relever à titre de remarque la particularité de l’espace de circulation de la dénonciation. Si ce n’est certainement pas là l’enjeu de la circulation clandestine, on peut malgré tout noter que la publication de cet écrit se fait dans les zones de transition de la clandestinité, dans des espaces troublés, à l’instar de la Folie de Mathurine qui s’exprime, prend forme et pouvoir dans des zones frontières.

  • 27  Bien évidemment la question ne se limite pas, là encore, au personnage de Mathurine, ceci n’en est (...)

34Les analyses proposées ici ne sont qu’une lecture partielle de ce texte et délibérément centrée sur la figure de Mathurine. Ces propositions d’analyses peuvent évidemment se croiser avec d’autres, il serait ainsi sans doute fécond de s’intéresser davantage à Du Perron. Sans être a-religieux puisque, profondément marqué par le protestantisme, on est bien confronté ici à un discours très provocateur et profondément anti-catholique. Ce discours est porteur de valeurs non seulement morales mais également politiques, a fortiori lorsqu’on le replace dans le contexte de la vague de conversions qui suivent celle d’Henri IV. Agrippa d’Aubigné, dans ce chapitre en particulier, appuie son discours de dénonciation sur un déplacement des frontières de genre ainsi que des frontières politiques et crée un trouble à l’image du désordre social ressenti. La Folie de cour ouvre alors un lieu alternatif pour une prise de parole profondément dénonciatrice sans pour autant être subversive27. La catégorie de genre alliée à une analyse plus politique de Mathurine permet de mieux comprendre la façon dont l’auteur ouvre une brèche de parole politique et religieuse par la (re)construction littéraire d’un personnage social.

Bibliographie

Sur la confession du Sieur de Sancy

35Fragonard, M.M., La pensée religieuse d’Agrippa d’Aubigné et son expression, Champion, Paris, 2004.

36Kotler, E, « La sexualité et ses désordres dans la Confession de Sieur de Sancy d’Agrippa d’Aubigné », in Ordre et désordre dans la civilisation de la renaissance, Actes du colloque « Réforme. Humanisme. Renaissance », Nice, septembre 1993, éd. par G.A. Pérouse et F. Goyet, Publications de l’Université de Saint étienne, 1996.

37Lazard, Madeleine, Agrippa d’Aubigné, Paris, Fayard, 1998.

38Plattard, J, Agrippa d’Aubigné, Une figure de premier plan dans nos Lettres de la renaissance, Paris, Vrin, 1975.

39Weber, H, « L’écriture de d’Aubigné dans la Confession de Sancy » in Prose et prosateurs de la renaissance. Mélanges Robert Aulotte, Paris, Sedes, 1988.

40Schrenck, G, « Aspects de la réception du Sancy », Albineana, XIII, 2001.

Sources sur Mathurine

41La sagesse approuvée de Madame Mathurine, à elle mesme, Paris, D. Le Clerc, 1608.

42Le feu de joie de Madame Mathurine ou est contenue la grande et merveilleuse réjouissance faite sur le retour de Maitre Guillaume revenu de l’autre monde, Paris, 1609 ; inséré dans les Variétés historiques et littéraires, Paris, Jannet, p. 272, In 12, 19 pages.

43La cholère de Mathurine, contre les difformez reformateurs de la France, à sa grande Amye, Paris, Jean Milot, 1615 ; Bordeaux, 1616 ; in 8°.

44Les essais de Mathurine, Paris, 1622, in 8°, 16 pages.

45François de Bassompierre, Mémoires de Bassompierre, Paris, Foucault, 1822, février 1617.

46E. Fournier (annotateur), Les caquets de l’accouchée, 1624, Paris, P.Jannet, 1855, p. 168-173.

47Théodore Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, Gallica : (ed. E.Réaume et F.de Caussade) : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k873600.

48Pierre Colins, Histoire des choses les plus mémorables advenues en l’Europe depuis l’an onze cens XXX jusques à notre siècle, Tournay, Adrien Quinque, 1643, p.729.

49Pierre de L’Estoile, Mémoires- Journaux, Tallandier, reprise de l’édition d’Alphonse Lemerre, 1982, T. VI, 247 ; VII, 71 ; VIII, 316 ; IX, 125.

50Jean Heroard, Journal, ed E.Soulié, et E. de Barthélémy, 1868. T. I : 69, 198, 263 ; T. II : 4, 112, 218.

51Tallemant des Réaux, Historiettes, ed. Antoine Adam, Paris, Gallimard, 1980.

Sur la folie de cour

52Canel, Alfred, Recherches historiques sur les fous des rois de France, et accessoirement sur l’emploi du fou en général, Paris, Alphonse Lemerre, 1873.

53Lever, Maurice, Le sceptre et la marotte, histoire des fous de cour, Paris, Fayard, 1983.

54Mathorez, Jules, Mathurine et les libelles publiés sous son nom, Paris, Henri Leclerc, 1922.

Haut de page

Notes

1  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, Gallica : (éd. E. Réaume et F.de Caussade) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k873600,chapitre I, livre II.

2  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy,op. cit., chapitre I, livre II, p. 308.

3  Fournier souligne qu’on lui connaît en 1622 une pension de 1200 livres (E. Fournier (annotateur), Les caquets de l’accouchée (1622), Paris, P. Jannet, 1855, p. 168-173), tandis qu’elle-même revendique une telle rente : « Baste, si je suis folle, C’est à l’occasion, laquelle j’ay sceu empoigner si bravement, qu’il m’en revient tous les ans plus de vingt et treize jacobus de rente foncière. » Les Essais de Mathurine, Paris, 1622, p. 1.

4  On trouvera en bibliographie les références des passages citant Mathurine.

5  Cette association de Mathurine à l’inversion et au carnavalesque est particulièrement présente dansla cholere de Mathurine qui file tout au long du texte l’image d’un monde littéralement renversé : La cholère de Mathurine, contre les difformez reformateurs de la France, A sa grande Amye, Paris, Jean Milot, 1615 ; Bordeaux, 1616.

6  Madeleine Lazard, dans Agrippa d’Aubigné, Paris, Fayard, 1998, souligne qu’il était qualifié d’hermaphrodite et nommé « l’Ambigu » à la cour. Elle montre alors que l’ambiguïté sexuelle présente dans le texte prend appui sur un trouble effectivement ressenti par les contemporains envers le jeune Du Perron.

7  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, op. cit., chapitre I, livre II, p. 309.

8  Plusieurs portraits ou allusions aux allures de virago de Mathurine existent, notamment dans les textes suivants : La sagesse approuvée de Madame Mathurine, 1668, 12, 13 ; Le feu de joye de Mathurine, 1669, et dans La métempsycose de la Reine Christine, œuvre d’un voyageur hollandais anonyme cité par Edouard Fournier dans ses annotations du « Feu de Joye de Mme Mathurine », in Variétés historiques et littéraires, Paris, Jannet, 1855-1863, p. 274.

9  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy,op. cit.,chapitre I, livre II, p. 312.

10  Alfred Canel, Recherches historiques sur les fous de France, Paris, 1873, p. 29.

11  On peut également se demander s’il ne dénonce pas le rôle du fou et l’influence de cette folle. Le discours est ambigu et on ne sait pas exactement s’il déplore l’importance de la folle ou la détourne. En revanche, il me semble avéré que l’auteur construit délibérément le désordre social autour du trouble sur le genre incarné par Mathurine.

12  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy,op. cit., chapitre I, livre II, p. 312.

13  Ibid., p. 309.

14  Ainsi dans les études de Marie-Madeleine Fragonard, La pensée religieuse d’Agrippa d’Aubigné et son expression, Champion, Paris, 2004 ; Madeleine Lazard, Agrippa d’Aubigné, op. cit., ou encore Eliane Kotler, « La sexualité et ses désordres dans la Confession de Sieur de Sancy d’Agrippa d’Aubigné », in Ordre et désordre dans la civilisation de la renaissance, Actes du colloque « Réforme. Humanisme. Renaissance », Nice, septembre 1993, ed. par G.A. Pérouse et F. Goyet, Publications de l’Université de Saint étienne, 1996 ; Mathurine n’est présente – et présentée – que comme une prostituée. Eliane Kotler, par exemple analyse que « Sancy cède la parole à deux théologiens qui ne sont autres qu’une prostituée, Mathurine, et le jeune frère Du Perron », cette vision nous semble alors quelque peu réduire les enjeux de la présence de Mathurine dans ce texte. Henri Weber, « L’écriture de d’Aubigné dans la Confession de Sancy » in Prose et prosateurs de la renaissance. Mélanges Robert Aulotte, Paris, Sedes, 1988, pour sa part évoque le statut de Mathurine et tend à la prendre en compte, mais l’on regrette toujours l’absence d’une réelle analyse de Mathurine et de la représentation de la folie de cour dans le texte.

15  Comme il l’a déjà été signalé, on trouve des évocations de Mathurine chez des mémorialistes dont on trouvera les références en bibliographie.

16  Agrippa d’Aubigné, La confession catholique du Sieur de Sancy, op. cit., chapitre I, livre II, p. 309.

17 Ibid., p. 317.

18 Ibid.,p. 316.

19 Ibid., p. 311.

20 Ibid., p. 310.

21 Ibid., p. 314.

22 Ibid., p. 313.

23  Maurice Lever, Le sceptre et la marotte, histoire des fous de cour, Fayard, 1983.

24  E. Fournier (annotateur), Les caquets de l’accouchée, op. cit., pp. 168-173.

25  Il semble qu’il y ait eu des doutes sur la nature de la folie de Mathurine. Ainsi, Tallemant des Réaux l’évoque dans ses Historiettes, signalant qu’elle a été folle, puis guérie, mais non complètement. Si cette hésitation peut-être mise sur le compte du recul temporel (il écrit plusieurs décennies plus tard), il semble tout de même, y compris dans les « maturinades », que la folle elle-même ait entretenu une certaine confusion sur sa folie, comme maladie et fonction officielle. Tallemant des Réaux, « Lisette », in Historiettes, t. I, éd. Antoine Adam, Paris, Gallimard, p. 81.

26  Signalé par Pierre de L’Estoile, Pierre Colins ou encore Jean Héroard.

27  Bien évidemment la question ne se limite pas, là encore, au personnage de Mathurine, ceci n’en est qu’un aspect qui, pour ne pas être exclusif, nous semble important pour comprendre ce texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Lemaignan, « Mathurine ou la question d’un tiers espace de l’hétérodoxie, dans La Confession catholique du Sieur de Sancy d’Agrippa d’Aubigné », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 04 | 2009, mis en ligne le 26 juillet 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/1234 ; DOI : 10.4000/acrh.1234

Haut de page

Auteur

Marion Lemaignan

Actuellement en thèse à l’Institut Universitaire Européen de Florence, Marion Lemaignan travaille sous la direction de Giulia Calvi sur la construction du personnage de Christine de Suède et sa publication les écrits du xviie siècle (pamphlets, harangues, ouvrages historiques). Cette recherche, qui reste en lien avec les travaux du Grihl (EHESS / Paris III), s’inscrit dans la continuité de son Mémoire de Master « De la transgression à la subversion, figures de déviance féminine au xviie siècle. » préparé et soutenu en juin 2008 à l’EHESS sous la direction de Jean-Pierre Cavaillé.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org