Navigation – Plan du site
Hérésies et dissidences féminines

Religieuses philosophes, religieuses sans clôture, ermites et vagabondes : appartenances et dissidences au xviie siècle

Dinah Ribard

Texte intégral

  • 1  Ses œuvres ont été republiées par morceaux par Séverine Auffret, et étudiées dans le cadre problém (...)
  • 2  Du célibat volontaire, ou la Vie sans engagement, par Damoiselle Gabrielle Suchon, Paris, Michel e (...)

1Les pages qui suivent visent à proposer à la réflexion un objet et un mode de questionnement sur cet objet. L’objet est ce que Gabrielle Suchon, religieuse défroquée (légalement, c'est-à-dire relevée de ses vœux) de la région de Dijon et femme philosophe de la fin du xviie siècle dont le cas est relativement connu1, appelle dans son traité Du célibat volontaire, ou la Vie sans engagement, publié en 1700 à Paris, la « neutralité » : le fait, pour une femme – Gabrielle Suchon utilise le plus souvent des formules qui valent pour les deux sexes, mais sa réflexion concerne les femmes – de n’être, de manière durable, ni religieuse ni mariée2. Je voudrais d’abord montrer, en me servant comme d’un fil conducteur de cette formulation pour lire quelques biographies dévotes, quels lieux spécifiques la doctrine catholique, ou pour être plus précise l’écriture catholique orthodoxe du xviie siècle offre pour penser cette situation, ou ce choix. L’une de ces biographies sera ensuite étudiée plus en détail, de façon à montrer quelles tensions d’ordre social un tel choix peut néanmoins introduire dans cette écriture catholique orthodoxe, et quels éléments des rapports sociaux de genre au xviie siècle ces tensions dans l’écriture permettent de saisir – des éléments qui me semblent utiles pour penser en termes de genres l’histoire des pratiques intellectuelles et comportementales transgressives à l’égard des religions instituées.

Veuves et amazones : espaces scripturaires de la norme catholique

  • 3  Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, Religieuse de Sainte-Claire à Verdun, nommée (...)
  • 4  La famille de Françoise Hurault, celle de l’Hôpital et de Cheverny, riche et puissante, pouvait se (...)
  • 5  « Commençant de goûter les douceurs de la liberté de son veuvage, elle ne prétend pas en faire ses (...)

2Dans sa Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, Religieuse de Sainte-Claire à Verdun, nommée dans le monde Madame de Maisons3, le P. Jean-Marie de Vernon commente les dispositions de son personnage, Françoise Hurault – on est ici dans un monde social très élevé4 – après la mort de son mari, M. de Maisons, qui était protestant mais qu’elle avait réussi à convertir in extremis. Le biographe précise même que cette conversion sur le lit de mort avait pour origine une prière étonnante de Mme de Maisons : elle avait demandé à Dieu de faire mourir le corps de son mari en échange du salut de son âme5. Exaucée par un décès qui la laissait précocement veuve, elle avait immédiatement fait vœu de devenir religieuse et d’offrir la moitié de ses austérités pour M. de Maisons, dont la pénitence avait naturellement commencé un peu tard. En réalité cependant, elle ne devait entrer en religion qu’assez longtemps après la mort de son mari ; ce long veuvage est pour le P. de Vernon l’occasion de parler abondamment de sa « vie cachée », à l’aide d’une succession de comparaisons :

  • 6  Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, op. cit., p. 92-93.

Si cet amour de la vie retirée était le principal esprit qui animait sa vertu, comment s’accommodait-il avec la condition du mariage, dont les emplois ont si peu de rapport avec la retraite ? c’est là néanmoins qu’avec les faveurs célestes elle trouvait d’admirables moyens de pratiquer la solitude intérieure.
Mais elle avait encore de plus grands avantages dans la condition de fille, & avant qu’elle fût mariée, puisqu’alors ni les complaisances d’un mari, ni les soins des enfants n’apportaient nulles distractions à son esprit, quand il voulait s’appliquer solidement à Dieu.
La tranquillité de ces deux états, est-elle comparable à votre avis à celle de la viduité ? nullement, viduité qui étant intime amie de la simplicité Chrétienne, & qui n’ayant plus de prétention au mariage, n’a plus d’autre pensée que d’agréer à Dieu, par conséquent ne faisant plus aucune considération des créatures à qui elle est bien aise de déplaire, elle fuit volontiers leurs yeux & leur estime.
N’étaient-ce pas les sentiments de notre vénérable veuve ? étant fille vit-on jamais rien de plus modeste ? étant mariée, peut-on remarquer une femme plus honnête & plus retenue ? dans ces deux conditions pourtant il ne lui est pas si facilement permis de se cacher, que dans son veuvage, qui même l’emporte en quelque manière pour cette raison au-dessus de Cloître, où la solennité des vœux, les austérités visibles, l’éloignement du monde que chacun connaît, & plusieurs exercices qui éclatent, donnant de la réputation à ceux qui les pratiquent, sont capables d’ébranler leur humilité s’ils n’y prennent garde.
Oserai-je donc pas dire que Madame de Maisons était profondément humble ? son humilité avait la vue fort délicate, & que les lumières de sa modestie dans l’état de fille, l’éclat de ses grandeurs dans celui du mariage, les splendeurs mêmes de la vie Religieuse la blessant en quelque façon, elle cherchait des ombres & des lieux obscurs pour se mettre à couvert qu’elle a particulièrement rencontrés dans sa viduité, qui bien qu’inférieure à la perfection des Monastères, a néanmoins cet avantage que tous les emplois, voire ses vertus portant le caractère de la simplicité Chrétienne, & n’ayant pas ordinairement la montre extérieure, sont plus favorables à la vie cachée, qui a toujours été le but de Madame de Maisons dans toutes les révolutions de sa vie, & qui s’est acquis de plus hauts mérites dans les occasions, qui semblaient avoir plus d’opposition à cette puissante inclination qu’elle avait de cacher sa gloire.
Nous en parlons pourtant en discourant de son veuvage, parce qu’alors elle y avait plus de facilité.6

  • 7  Le P. de Vernon insiste sur l’authenticité de ces vœux, faits par devers elle à la mort de son mar (...)
  • 8  Les Proverbes, l’Ecclésiastique et l’histoire des miracles accomplis par Elie et Elisée pour deux (...)
  • 9  Voir plus haut, note 5, l’évocation des « douceurs de la liberté de son veuvage ».

3Le statut prolongé de veuve non remariée de Françoise Hurault, qui évidemment ne se fait pas immédiatement religieuse parce que sa première tâche est de gérer la fortune de sa maison et notamment d’établir ses enfants, s’accompagne certes de vœux secrets7. Il s’agit bien pourtant d’une de ces situations de « neutralité » dont parle Gabrielle Suchon – celle-ci traite d’ailleurs longuement du veuvage ou de la « viduité », sur le même mode et à l’aide des mêmes autorités que le P. de Vernon, à savoir saint Paul, saint Ambroise et l’Ancien Testament8. Présentée peu avant par le biographe, sur le mode de l’évidence, comme naturellement conçue comme liberté plaisante9, cette situation est ici réinterprétée selon le modèle de la « vie cachée » de Jésus, c'est-à-dire comme pratique et comme exemple de la vertu d’humilité : Françoise Hurault fait d’un moment suspendu, défini par le fait de ne pas être autre chose et d’échapper ainsi aux contraintes qui s’exercent sur les différents états possibles pour une femme, un temps positif de la vie chrétienne. On peut donc noter qu’une argumentation et des références sont là toutes prêtes pour penser de manière orthodoxe le célibat volontaire des femmes ni religieuses ni mariées. Pour ainsi dire, une case existe qui correspond à cette situation : une case, ou plus exactement un degré dans une hiérarchie, une possibilité de perfection chrétienne « inférieure à la perfection des Monastères », mais qui par là est plus humble et plus simple, voire fait ressortir par contraste que la « vie Religieuse » elle-même a ses « splendeurs », c'est-à-dire ses risques.

  • 10  L’article qui lui est consacré dans les Nouvelles de la République des Lettres, en mai 1700, est p (...)

4L’existence de cette case repérable dans un livre qui vaut d’abord ici par sa ressemblance avec tant d’autres de la même période explique que l’ouvrage de Gabrielle Suchon, qui paraît si audacieux aujourd’hui, ait pu être approuvé par l’autorité ecclésiastique, et même plutôt bien reçu10. Du célibat volontaire est néanmoins réellement audacieux : sa particularité tient au fait qu’il s’emploie à démontrer non seulement la licéité, mais même la supériorité de la « neutralité », comme état volontaire résultant d’une décision raisonnée et constamment maintenue, sur les deux autres états du mariage et surtout de la vie monastique, qu’il critique de manière très précise. Cette supériorité, selon Gabrielle Suchon, dont l’écriture échappe à la banalité relative de celle du biographe de Mme de Maisons par l’emploi du langage technique de la philosophie, est fondée sur le fait que cet état neutre contient les deux autres en puissance : celui – celle – qui s’y tient peut toujours faire le choix d’un de ceux-ci, mais justement ne le fait jamais parce que la puissance de sa raison lui montre qu’il est meilleur de s’en tenir à sa liberté d’action. Le veuvage n’est pour la philosophe, très précisément, qu’une des espèces de ce genre neutre, et pas la plus élevée. Reste que la possibilité de ce type de développement était bel et bien ouverte par la production dont la Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard est un cas parmi d’autres.

  • 11  L’Amazone chrétienne, ou les Aventures de Madame de S. Balmon, qui a conjoint heureusement, durant (...)
  • 12  Sur ce personnage, voir Micheline Cuénin, La dernières des Amazones. Madame de Saint-Baslemont, P. (...)
  • 13  Voir Alain Cullière, « Madame de Saint-Balmon et les jésuites au théâtre, sur le thème des “Jumeau (...)
  • 14  « Ses mœurs ne s’accordent pas bien avec son habit ni avec son humeur guerrière ; car elle aime au (...)

5Reste aussi que le P. de Vernon n’est pas absolument n’importe qui parmi les innombrables auteurs d’ouvrages de dévotion du xviie siècle. Comme l’indique le titre de sa vie de Mme de Maisons, il était religieux du tiers ordre de Saint François, c'est-à-dire quelqu’un qui continuait dans la France du xviie siècle – bien que le tiers ordre ait été alors assimilé à l’ordre franciscain proprement dit – à représenter, sinon à incarner la possibilité d’être à la fois religieux et dans le monde, dans la contemplation et dans l’action. Par ailleurs pensionné par le chancelier Séguier, il était même l’historiographe de ce tiers ordre, auteur de trois gros volumes d’histoire de tous les saints, saintes, grandes hommes et femmes illustres – et parmi eux d’un certain nombre de rois et de reines – lui ayant appartenu. Mais on peut dire plus largement que l’essentiel de ce qu’il a écrit est en fait consacré à l’illustration d’un « tiers » mode de vie, puisque si le P. de Vernon est un petit peu connu, c’est parce qu’il est l’auteur de L’Amazone chrétienne, c'est-à-dire de la Vie de la célèbre (à l’époque) Mme de Saint-Balmon, publiée en 167811. S’il s’agit certes là d’une femme qui a bien été membre elle aussi (à la fin de sa vie) du tiers ordre franciscain, elle s’était auparavant fait connaître pour avoir combattu, en habit d’homme, dans la Lorraine en guerre des années 1630-164012. Croquée dans les Historiettes de Tallemant des Réaux, évoquée dans les Mémoires de Mme de la Guette et dans ceux de l’abbé Arnauld, Mme de Saint-Balmon avait même eu, en tant que chef militaire, les honneurs d’un récit dans la Gazette. Mariée à un Lorrain qui se trouvait dans l’armée opposée à l’armée française, et donc en pratique séparée de lui, avant même qu’il ne meure au combat, elle s’était en effet employée à protéger ses terres et ses hommes contre les incursions des soldats (en réalité français aussi bien que lorrains), et avait été présentée comme une héroïne française, et même pour cela portraiturée. Autre élément remarquable, elle avait aussi écrit, des livres de piété et même des tragédies religieuses – l’une d’elle est intitulée Les Jumeaux martyrs13. Comme figure de la « neutralité » ou d’un possible « tiers » genre de vie chrétien, à la fois dans l’action et dans la contemplation, et même s’il est aussi possible de la ranger dans la catégorie également orthodoxe des femmes fortes, Mme de Saint-Balmon est donc un tout petit peu moins consensuelle que Mme de Maisons. Du reste, L’Amazone chrétienne n’a paru qu’après la mort du P. de Vernon, et l’abbé Arnauld rapporte sur son héroïne des anecdotes plutôt défavorables, tandis que Tallemant, quoique son historiette ne lui soit pas uniformément défavorable, se moque des discordances de sa conduite, et surtout de son goût pour l’écriture14.

  • 15  Voir un passage où le biographe détaille son rapport à ses sources : « Les Peintres s’étudient pri (...)
  • 16  Sur la question de l’exemplarité, voir à nouveau Laurence Giavarini (dir.), Construire l’exemplari (...)

6On peut néanmoins dire qu’au total, de la Vie de Mme de Maisons à celle de Mme de Saint-Balmon, la production du P. de Vernon parcourt, pour ainsi dire, une large gamme de conduites possibles pour les ou du moins pour certaines femmes, qu’elle fait voir ou produit comme pensables dans un cadre catholique. Cette pensabilité religieuse, pour ainsi dire, en recouvre les dimensions socialement problématiques, mais il faut aussi tenir compte dans ce constat de l’efficacité propre d’une écriture assumée d’historien homme de lettres. C’est elle en effet qui permet au P. de Vernon de jouer des ressorts de la fiction romanesque de manière à mettre en valeur une figure extrême de cette gamme comme celle de Mme de Saint-Balmon, femme soldat et femme auteur15. L’appartenance au monde des littérateurs parisiens, tout autant qu’à celui des auteurs ecclésiastiques, ouvre précisément à l’historien du tiers ordre franciscain les possibilités de la littérature : celle, notamment, de la représentation décontextualisée, et donc de la représentation comme admirables de modes de vie exceptionnels, marginaux, susceptibles même d’être ridiculisés. Par là, c’est peut-être aussi la visibilité, et même la légitimité – la recevabilité par des publics socialement distingués – de l’écriture dévote, comme écriture autonome de l’exemplarité, qu’il s’agit pour lui de préserver16.

Jeanne Perraud ou le poids de la norme

  • 17  Sur la question de la localisation des écrits, voir Mathilde Bombart et Alain Cantillon (dir.), Lo (...)
  • 18  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, Religieuse du Tiers-Ordre (...)
  • 19  Voir notamment Philippe Martin, Une religion des livres 1640-1850, Paris, Cerf, 2003.

7Une écriture beaucoup plus précisément située, à la fois géographiquement et socialement comme on va le voir, va inversement faire ressortir les dimensions problématiques des conduites féminines possibles visitées par le P. Jean-Marie de Vernon, et conforter ainsi l’hypothèse qui vient d’être faite sur la littérarisation de l’écriture dévote17. Il s’agit du cas de la sœur Jeanne Perraud, active après 1650, membre d’un tiers ordre elle aussi, celui de saint Augustin, et autour de laquelle il existe deux livres anonymes, tous deux imprimés à Marseille : La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, Religieuse du Tiers-Ordre de Saint Augustin, par un Augustin déchaussé, et Les Œuvres spirituelles de la sœur Jeanne Perraud, Religieuse du tiers Ordre de saint Augustin, recueillies par un Religieux Augustin Déchaussé18. On est bien là sans nul doute dans la production de dévotion telle que l’histoire du livre l’étudie19. La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud a précédé la publication des œuvres spirituelles, de manière, assez manifestement, à tâter le terrain avant de mettre en lumière des écrits qui pouvaient prêter à discussion. Cette Vie se présente d’ailleurs elle-même comme composée à partir d’écrits autobiographiques de la sœur Perraud, confiés à son confesseur, seconde source de l’auteur anonyme de son Ordre qui rédige l’ouvrage – à moins qu’il ne soit lui-même l’auteur du tout.

  • 20  L’abbé Bremond consacre une section de son Histoire littéraire du sentiment religieux à cette dévo (...)
  • 21  Une telle neutralité diffère du maintien dans la puissance de tout être sur lequel réfléchit Gabri (...)
  • 22  Pour une mise en perspective, voir l’histoire des communautés féminines sans clôture depuis les dé (...)

8Les perpétuelles contradictions qui travaillent l’écriture sur une existence pour l’essentiel menée dans la « neutralité » font l’intérêt de cet objet. Jeanne Perraud, fille d’Aix-en-Provence, est restée célibataire toute sa vie. Elle a d’abord refusé tous les mariages qu’on lui proposait, puis vécu dans plusieurs monastères de la région ; le récit insiste sur l’idée qu’elle a toujours voulu être religieuse, que c’était son désir, sa volonté la plus forte, mais que ce n’était pas le dessein de Dieu sur elle. Elle est donc sortie assez vite de ces différents monastères, et finalement elle a vécu le plus clair de sa vie dans le monde, c'est-à-dire dans sa ville, où elle a fait de grandes choses, explique son biographe. Jeanne Perraud avait en effet créé à Aix une dévotion spécifique – une confrérie, celle du saint Enfant – qui a eu beaucoup de succès20. Elle avait aussi tenté de créer, avec un succès plus relatif, un « Institut » de filles qui devaient vivre ensemble dans une maison de ville selon une règle religieuse, mais sans être religieuses, l’un de ces instituts mixtes – neutres, pourrait-on dire21 – qui se sont beaucoup développés au xviie siècle22. Le récit est ainsi porté par une dynamique d’institutionnalisation qui a pour effet d’autoriser, en quelque sorte, la conduite de la sœur Perraud, en la mettant par exemple à un moment en présence du cardinal Grimaldi, archevêque d’Aix, qui lui promet sa protection pour son Institut après avoir éprouvé sa vertu et son orthodoxie. Mais en réalité, Jeanne Perraud ne devient tertiaire augustine qu’à la toute fin de sa vie – elle obtient alors des lettres d’affiliation – et n’est que fort tard prise en charge par les autorités ecclésiastiques. Pendant l’essentiel de son existence elle n’est « religieuse » que parce qu’elle l’a décidé elle-même : son biographe le dit explicitement à plusieurs reprises. Or décider d’être religieuse signifie pour elle faire des vœux toujours plus extravagants (vœu de chasteté du corps, puis de l’âme, puis du cœur etc.), que son confesseur autorise, mais qui sont en réalité des vœux faits de son propre chef et tout à fait personnels.

  • 23  Dans la suite du récit, on la voit régulièrement aller rendre visite à ces Ursulines pour les inst (...)
  • 24  « Cette fervente Novice n’avait aucune peine à pratiquer les exercices de la Religion, elle les fa (...)

9Ce volontarisme de Jeanne est bien sûr toujours rapporté à la volonté de Dieu, sur le modèle du récit des Confessions de saint Augustin, forcément très présent dans le livre, c'est-à-dire sur le modèle du parcours vers la vraie vocation. Il n’en pose pas moins problème, comme le montre un épisode qui est en contradiction patente avec l’ensemble du propos biographique. Jeanne Perraud est en effet constamment présentée comme extrêmement pauvre, obligée de travailler de ses mains pour vivre ; orpheline et sous la tutelle de beaux-parents qui l’ont spoliée, elle a dû d’abord apprendre la couture pour en vivre chez eux, puis après leur mort n’a pas pu récupérer ses biens, et a donc continué à vivre de son travail. Son biographe répète à l’envi qu’elle n’avait pas de quoi manger, pas de quoi louer une chambre, et que c’est par exemple cette pauvreté qui l’a forcée à quitter le monastère dominicain de Saint-Maximin, où elle avait pourtant été reçue comme novice, parce qu’elle n’avait pas de quoi se constituer une dot. Pourtant, précédemment, elle s’était déjà enfuie d’Aix pour aller dans un autre monastère (d’Ursulines) encore plus proche de la ville – le récit tout entier se tient, il est important de le remarquer, à l’intérieur d’un périmètre très limité, et le biographe écrit pour des lecteurs locaux qui savent de quoi il parle, qui il nomme et qui il ne nomme pas. Dans ce premier monastère, Jeanne Perraud s’était fait recevoir comme sœur converse, et tout le monde voulait la garder à cause de la sainteté de sa vie23. Elle aurait donc très bien pu être converse à Saint-Maximin, d’autant qu’elle continuait à y travailler de ses mains24. En outre, le choix de sortir de ce couvent, c'est-à-dire le choix de vie que Jeanne Perraud réitère en fait sans cesse – entre le premier couvent d’Ursulines où elle se retire, à Lambesc, et celui de Saint-Maximin, elle a passé trois mois dans un autre monastère d’Ursulines dont elle est là encore sortie d’elle-même –, impliquait de se faire particulièrement mal accueillir à son retour à Aix :

  • 25  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., 1ère partie, cha (...)

« C’est un effet de la corruption générale des gens du siècle, d’avoir attaché la honte & la confusion là où elle ne devrait pas être, & de l’avoir voulu ôter des choses où elle est réellement. […] on voudrait attacher la confusion à la confession, bien qu’elle ne doive s’y trouver que pour nous humilier davantage devant celui que nous avons offensé […] par la même corruption on a encore attaché la honte, seulement pour le regard du monde, & non pas pour Dieu, à sortir d’une Religion qu’on avait embrassée, sans considérer si les raisons en sont justes & équitables, & si ce n’est point par la volonté de celui, auquel appartient uniquement notre vocation.
C’était avoir commis un grand crime aux yeux du monde, que la Sœur Perraud fût sortie du Monastère de S. Maximin : elle n’avait, ce semble, qu’à se cacher à toute la terre, pour ne pas rougir d’avoir quitté l’habit de S. Dominique, ou du moins pour ne pas s’en attirer un reproche éternel ; elle ne pouvait s’attendre qu’à des huées, qu’à des moqueries, qu’à des mépris. Aussi dès qu’elle est arrivée dans Aix, il n’est pas jusqu’à ses meilleures amies qui lui reprochent sa prétendue inconstance ; on dirait qu’elle dépend de tout le monde, ou qu’elle a offensé tout le monde ; on la traite de Sœur dévoilée, de bigote défroquée, & d’autres termes semblables, comme si elle ne n’avait pas assez de sa pudeur ordinaire, & qu’on voulût encore y ajouter une honte publique pour la faire rougir davantage : c’est au moins à la vérité pour la faire davantage souffrir & mériter ; car devenant comme insensible à toutes ces atteintes, elle répond tout simplement à ceux qui lui reprochent sa sortir, qu’elle n’a pas eu de quoi faire sa dot, ainsi qu’on espérait ; que Dieu l’a permis de la sorte, & qu’il faut adorer sa sainte volonté.
[…] elle n’avait point d’argent, elle ne trouvait pas de la besogne à travailler, si bien qu’elle se vit réduite à la dernière pauvreté, qui a été l’apanage de toute sa vie, & particulièrement durant quelques années après sa sortie du Monastère.
On ne doit pas s’imaginer pourtant que la Sœur Perraud pour être hors du Couvent, dans l’indigence, ait quitté les exercices de la Religion, ni qu’elle se soit relâchée des austérités qu’elle y pratiquait : au contraire, elle les observe avec d’autant plus de rigueur qu’elle croit d’en avoir plus de besoin […] Elle redouble même ses prières, ses jeûnes, ses mortifications, ses retraites, ses méditations, & elle vit enfin dans toute la sévérité que la Religieuse la plus austère pourrait vivre.
Elle se proposa dès qu’elle fut sortie de la Religion, de se considérer comme si elle était encore Novice, & que la Supérieure fût toujours après elle pour épier ses actions ; afin que cette pensée la tînt en crainte, & qu’elle l’empêchât de faire aucune chose ou inutile, ou mal à propos.25

  • 26  Sur le cas célèbre de la « recluse » du Mont Valérien, voir les brochures, parsemées d’un certain (...)

10« On dirait qu’elle dépend de tout le monde » : on saisit là la dimension communautaire, intégrée, des rapports sociaux de genre, dans laquelle doivent trouver place des comportements en rupture comme ceux de Jeanne Perraud, dans la mesure où ce sont des comportements nécessairement situés. La « sœur » Perraud revient en effet toujours à Aix, et chaque fois qu’elle pense à partir pour la campagne et à se faire ermite cela ne marche pas, en particulier parce qu’elle se perd et ne sait pas où aller dès lors qu’elle se trouve hors de la ville. Une écriture inscrite dans un monde social précis comme celle de La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud fait par ainsi par contraste saisir que les ermites femmes qui hantent la littérature religieuse du xviie siècle sont des produits scripturaires d’un autre type : des objets délocalisés, supports d’un travail littéraire26.

  • 27  Voir le ch. XVI de la 1ère partie : « Le Démon n’avait pas encore mis en usage toute la chicane du (...)
  • 28  Le biographe insiste beaucoup sur cette relation entre Jeanne et son confesseur, nécessaire pour l (...)

11Le biographe explique d’autre part que si Jeanne Perraud était sortie de son premier monastère d’Ursulines, c’était en réalité pour entreprendre de récupérer son bien à la mort de ses beaux-parents. Il raconte de ce fait comment elle s’est mise à mener des procès, alors même du reste qu’un peu plus loin, il parle tout naturellement d’un procès intenté cette fois contre elle et du contact obligé avec la justice qui en a été la conséquence comme d’une menée du démon pour la faire souffrir27. L’évocation de ces différentes procédures judiciaires s’entremêle sans commentaire à l’insistance sur l’extrême pauvreté de l’héroïne, présentée non seulement comme trop pauvre pour devenir religieuse, on l’a vu, mais encore comme devant travailler jusqu’à l’épuisement et ne parvenant même pas à pouvoir porter autre chose que des vêtements complètement troués. Reste qu’elle aura de l’argent pour fonder, orner et décorer la chapelle du Saint-Enfant, dans la deuxième partie du livre. Le motif fortement souligné de la grande pauvreté entre ainsi en tension avec bon nombre d’éléments du livre. Cela se voit tout particulièrement dans l’un des passages sur la tentation récurrente de Jeanne d’aller dans le désert, de se faire anachorète – alors qu’en fait Dieu la veut près de son confesseur, à Aix28. Les événements vont lui montrer que décidément le désert, ou la campagne où elle instruirait des pauvres en gardant les brebis, n’est pas sa vocation. Elle rencontre d’abord une pauvre femme qui demande l’aumône :

  • 29  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., p. 89-91

Elle la pria aussitôt de l’accompagner, ne manquant pas de lui faire la charité pour l’obliger à la suivre plus agréablement. Elle s’imagina que Dieu voulait favoriser à ce coup sa retraite, parce qu’ayant souvent entrepris de s’en aller toute seule hors de la Ville, elle n’avait jamais osé s’écarter trop loin, de peur de donner quelque scandale : à cause que ce n’est pas la coutume, que les filles aillent hors la Ville sans compagne, si ce n’est des personnes de ménage. La Sœur Jeanne conduisit donc cette femme, (qui s’estimait indigne d’être en sa compagnie) jusqu’au-dessus du cimetière de l’Hôpital, à un lieu un peu écarté, au chemin par où l’on va à la maison de campagne d’un honnête chirurgien nommé Mr Vallette ; & là ayant vu dans une vigne proche du chemin un gros rocher qui y était pour lors, en façon, dit-elle, d’une montagne, elle se cacha derrière, & s’étant déshabillée elle donna son habit à cette pauvre, la priant de lui donner ses vieux haillons en échange ; excepté la robe qu’elle portait dessous, & qu’elle lui laissa, s’imaginant bien que cette femme n’oserait se revêtir de son habit qui était trop beau pour elle. Cette bonne personne était toute alarmée, écrit notre Sœur ; que faites-vous ma Damoiselle me disait-elle, où voulez-vous aller ? Je connus qu’elle croyait que je ne fusse tentée de faire quelque chose contre l’esprit de Dieu ; mais je la désabusai bientôt, ne craignez rien, lui dis-je, il faut aller faire pénitence ; elle ne pouvait comprendre mon dessein, & me répliquait toujours, où allez-vous donc comme cela, & je lui repartais, il faut travailler pour Dieu, n’appréhendez rien : si bien qu’après lui avoir donné tout ce que je pus en l’état où j’étais, je la laissai, & m’en allai par des sentiers & des chemins perdus : car n’étant jamais sortie seule hors la Ville, je ne les savais pas. J’étais dans de grandes appréhensions d’être connue, poursuit-elle, à cause que mon visage, & mes pieds nus, (car elle s’était déchaussée) n’étaient pas conformes à mon habit grossier & tout rapiécé, qui avait peu de rapport à ma jeunesse, n’étant encore qu’en ma vingt-sixième année […]
[Elle arrive dans un village] où s’adressant à quelques pauvres femmes (elle dit qu’elle était une pauvre fille étrangère,) & leur demanda si l’on n’avait point de brebis à garder. Ces femmes furent d’abord surprises de sa demande, & plusieurs autres se joignant aux premières ; cette Fille est de bonne maison, disaient-elles en sa présence, son visage & ses pieds n’ont rien de conforme à son vêtement, & sa façon témoigne qu’elle n’est point de basse condition. Elles ne savaient que juger d’un événement si étrange, & lorsque la Sœur Jeanne éludait tous leurs discours par la subtilité de son esprit, qui trouvait bientôt des reparties adroites à tout sans user de mensonge, ces femmes reprenaient, il faut donc qu’elle soit des Filles de l’Hôpital, que la crainte de quelque mauvais traitement ait obligé de s’enfuir ; elle leur répliqua que cela n’était pas, & qu’elle était du Martigues, comme il est vrai, & comme nous l’avons dit, étant née par accident dans cette Ville maritime.29

12Les femmes du village lui proposent alors de passer la nuit dans une étable avec le berger et ses brebis, mais elle échappe à la tentation et rentre à Aix. La suite du récit la montre partant à la recherche de l’habit donné – il s’agissait donc bien d’un vêtement de valeur, comme le révélait la réaction première de la mendiante – et le retrouvant : elle fait en effet venir chez elle la femme à qui elle avait fait l’aumône, après l’avoir reconnue et avoir appris où elle loge, et lui reprend son habit contre une bonne charité. Dans ce long passage, l’insistance – et donc, là encore, la contradiction avec la peinture de sa vie de misère – est frappante sur le fait que la sœur Perraud est immédiatement reconnue comme de bonne maison. Par là, ce moment de sa biographie est aussi doublement révélateur : d’une part de l’écart social entre la ville et la campagne, aussi proche soit-elle de la ville, et d’autre part de certaines contraintes spécifiques, et qu’on ne voit pas si souvent, de la fuite hors du monde pour vivre sa vocation religieuse lorsqu’elle est un choix féminin. Le raisonnement des femmes de la campagne est en effet significatif : pour elles, Jeanne Perraud fait forcément partie des filles de l’hôpital, c'est-à-dire de mauvaise vie, puisqu’elle a l’apparence qu’elle a et qu’elle voyage seule. L’écriture si peu lissée du moine biographe, si peu projetée vers un au-delà de sa socialisation première, fait bien ainsi sentir en retour le caractère romanesque, au sens de « hors-sol » (hors-sol social), d’autres écritures qui ne se présentent pas comme des fictions : non seulement celles qui sont consacrées aux ermites femmes, mais aussi celles qui portent sur des voyages religieux de femmes. Par qui Mme Guyon, par exemple, était-elle accompagnée dans ses pérégrinations, en réalité ? Combien de domestiques fallait-il pour rendre possibles ses voyages, même scandaleux, avec le P. Lacombe ?

13On peut aussi remarquer le caractère amusant de l’épisode du berger. Jeanne refuse en effet avec horreur de dormir dans la même pièce que lui, mais la proposition est bien présentée dans la suite du texte comme une « tentation ». On touche là, et l’évocation des filles de l’hôpital le confirme, à une autre tension du livre, qui pose la question du « libertinage », c'est-à-dire de la proximité entre la « neutralité » ou tiers choix de vie, ni religieuse ni mariée, qui est celui de toutes les femmes évoquées dans ces pages, et ce qu’on appelle libertinage. Jeanne Perraud est présentée comme étant depuis son enfance d’une pureté totale – bébé, elle pleurait lorsqu’on la découvrait pour la laver. Elle est censée avoir horreur des hommes, elle les évite tout le temps, elle n’en voit aucun, et pourtant elle ne cesse en fait dans le récit d’être en relation proche avec des hommes, au-delà même de son confesseur. Une des situations de jeunesse dans laquelle on la voit la montre ainsi refusant un mariage avec un jeune homme particulièrement dévot, avec lequel elle ne parlait que de dévotion lorsqu’elle le voyait (fort souvent) seule à seul, et qui lui propose de l’épouser pour lui donner un statut, mais de garder la continence dans le mariage. Elle refuse, est-il dit explicitement, parce que dans sa sagesse elle se rend compte que ce serait une trop grande tentation … On le voit à nouveau, on est là dans la figuration scripturaire, pensée dans un lieu et pour des lecteurs précis, d’une tout autre socialisation du choix de la « neutralité » qu’avec les biographies du P. de Vernon : dans un monde où les contacts constants entre hommes et femmes exposent une femme non mariée à bien des situations équivoques.

  • 30  Jeanne Perraud commence à faire le catéchisme en 1672, dans la chapelle qu’elle a fait bâtir, et l (...)
  • 31  Voir plus loin le commentaire de Malaval sur la « faiblesse d’expression » de Jeanne Perraud, qu’i (...)
  • 32  Le biographe essaie pourtant de faire entrer dans ce modèle l’activité de Jeanne : « Dieu qui prét (...)
  • 33  Sur le travail des « états de vie » par les transformations de l’expérience chrétienne à l’époque (...)
  • 34  Voir l’analyse qu’elle fait d’un de ses rêves pour son confesseur, où elle revendique sa position (...)

14La vocation de Jeanne Perraud, cependant, ne travaille pas seulement l’écriture qui entreprend d’en rendre compte de manière acceptable au regard des normes de genre catholiques parce qu’elle la plaçait, au cœur d’un voisinage urbain structuré par l’interconnaissance, dans une situation socialement et donc moralement indéfinissable. Elle pose aussi le problème de l’exigence de parole et d’écriture, du besoin d’agir sur les autres par la transmission de ses inspirations qui pressait une femme dont l’affirmation constante – c’est dit à plusieurs reprises dans le texte – était qu’elle se comportait « en prophète ». La violence de cette exigence se fait très fortement sentir dans la deuxième partie du livre, où les tensions sociales dans l’écriture sont pourtant moins criantes, voire semblent résolues par l’intervention de l’institution : on y voit l’église authentifier l’orthodoxie de la conduite de la sœur Jeanne. Reste que l’une des activités de cette dernière, à ce moment du récit, consiste à faire le catéchisme aux filles, avec tant de succès qu’elle attire bientôt des femmes adultes, en particulier des « dames spirituelles et éclairées » à ses leçons, si bien qu’elle se trouve rapidement au centre d’assemblées de piété féminines30. Même si la reconnaissance de la vocation de Jeanne Perraud par les autorités ecclésiastiques, à la suite de son confesseur, rend ces rassemblements légitimes, le mode de vie qu’elle a choisi n’en débouche donc pas moins sur un enseignement mystique – le catéchisme qu’elle enseigne n’est pas ordinaire, il s’agit d’un catéchisme spirituel, pour lequel d’ailleurs, selon son biographe, elle bénéficie d’une inspiration particulière qui fait qu’elle n’a pas à préparer ses discours31 – et prophétique proposé par une femme sans statut d’aucune sorte. Le « tiers » genre de vie de la sœur Perraud ne se situe donc pas, en réalité, entre action et contemplation ou à l’articulation de ces deux états32 : il se donne à voir comme l’état qui peut lui donner la capacité d’action la plus grande possible pour une femme33. Avec elle, on est à coup sûr très loin de la vie cachée, et peut-être en revanche pas si loin de ce que Gabrielle Suchon théorise34.

  • 35  On peut noter que la femme du marquis d’Estoublon était une femme auteur (voir Nancy M. O’Connor, (...)
  • 36  C’est ce que suggère la lettre du marquis d’Estoublon, qui dote La Vie et les Vertus d’une qualifi (...)

15La question, ici, est donc aussi celle de l’interférence entre deux écritures, et deux actions par l’écriture : celle de Jeanne Perraud et celle de son biographe. Pour être un écrivain peu soucieux de lisser les discordances qui travaillent son récit, ou peut-être inconscient de leur présence, celui-ci n’ignore pas le phénomène de la littérarisation de la production de dévotion, et notamment l’importance désormais acquise de la conformation aux normes du bien écrire, telles que garanties par des institutions littéraires comme les académies. Le péritexte de la Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud comprend ainsi une lettre élogieuse adressée à son auteur par le secrétaire de celle d’Arles, le marquis de Robias d’Estoublon35. L’écriture de l’historiographe inconnu de la sœur Perraud, lorsqu’on la regarde du point de vue de la formalisation de trajectoires religieuses féminines qu’il s’agit pour l’église – ou pour certaines fractions du monde ecclésiastique – de présenter comme licites, apparaît comme pensée pour des lecteurs qui ont pu voir son héroïne dans ses activités quotidiennes, et affectée par cette localisation ; cela ne signifie pas qu’il faille y voir une quelconque maladresse provinciale ou populaire, ignorante des critères dominants de l’excellence littéraire. Elle a même pour objet de faire échapper les écrits (autobiographiques et spirituels, comme on l’a vu) de la sœur Perraud elle-même aux jugements méfiants des lecteurs locaux, ou plus exactement de rendre sa figure et ses propos acceptables à des lecteurs locaux grâce à un enrobage de beautés stylistiques conçues comme instruments de conquête d’un public36. Le deuxième élément du péritexte de la Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, à savoir une lettre de Laurent Malaval, le célèbre spirituel aveugle de Marseille, à l’auteur anonyme de cette Vie, désigne avec netteté cette visée de la mise en forme biographique :

  • 37  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., « Lettre de Mons (...)

Je ne puis qu’estimer infiniment la piété, & les grandes vertus de la Sœur Perraud, dont on m’a fait lire les mémoires. Les jugements de Dieu sont impénétrables […] : mais autant que les hommes en peuvent juger, cette Fille a les véritables marques de la sainteté ; des pénitences prodigieuses & continuelles de sa part, des persécutions cruelles de la part des hommes, des souffrances & des abandonnements intérieurs de la part de Dieu, qui peuvent épouvanter les plus fortes âmes. Ce qui me fait croire que ses grâces sont véritables, quoiqu’elles soient fort singulières ; & l’on en a vu des effets qui ne se peuvent contredire raisonnablement. […] Au reste, elle a eu de grandes lumières sur la perfection, & une certaine simplicité, qui est le caractère d’une Ame choisie. Elle ne s’exprime pas toujours nettement ; mais c’est Dieu qui permet cette faiblesse d’expression, pour mieux faire voir que les vérités sont à lui. Il y a néanmoins quelque conduite à garder, en publiant ces choses, ainsi que je m’en suis expliqué au R. P. …. Mais assurément la vie de cette Sœur est une belle vie, pleine d’édification ; je crois même qu’il y en a plus qu’elle n’en a dit, & qu’on n’en a vu. Je sais que dans sa propre Patrie où elle était assez estimée, il se trouve des gens qui ne sont pas du sentiment des autres, mais souvenez-vous de l’incrédulité de ceux de Nazareth, & que le plus Saint des Hommes n’a jamais plu à tout le monde. Que si en tout, sa conduite n’avait pas été égale, laissons ce qui pourrait être imparfait dans cette Ame élevée ; il y aura toujours assez de perfection pour nous éblouir & pour nous instruire37.

  • 38  Les œuvres spirituelles de la sœur Perraud, comme on l’a vu, seront néanmoins publiées deux ans ap (...)
  • 39  Voir plus haut, dans le récit de sa tentative de devenir ermite, le cheminement qui fait passer d’ (...)

16La « belle vie » de la sœur Jeanne est ici confrontée à son écriture, obscure et incapable de la défendre aux yeux de ses compatriotes soupçonneux, et pour cela même d’autant plus sainte, mais qui ne doit être donnée à lire qu’avec précaution38. L’enjeu du récit de cette vie par un autre qu’elle-même – dans lequel il peut et doit se trouver plus d’« édification », autrement dit de motifs d’édification, « qu’elle n’en a dit » dans les « mémoires » que Malaval a lus d’elle – est donc donné dès l’ouverture du livre. Il est de trouver une voie pour ramener une femme auteur caractérisée par le refus de toutes les manières d’appartenir au lieu de son action, qu’elle transforme constamment en lieu symbolique dans ses écrits39, vers des lecteurs pensés à partir de ce lieu, qui est aussi celui du confesseur et du biographe – ou pour amener ces lecteurs à elle.

Conclusion

  • 40  Je remercie Pierre-Antoine Fabre pour sa lecture et ses suggestions.

17Les sources où se mettent en forme et se disent – dans leurs mots, ou dans ceux des autres – des parcours religieux de femmes construits dans la suspension entre plusieurs états, donc dans l’absence durable de statut social reconnu, peuvent faire saisir différents aspects des normes de genre au xviie siècle. L’ouverture de la gamme des possibles prévus par la norme religieuse théorique – c'est-à-dire théorisée – et l’importance des espaces qu’elle ménage apparaît d’abord, mais certaines de ces sources font aussi percevoir les difficultés qu’implique l’effort pour vivre ces possibles dans des structures sociales où l’on existe par ses appartenances. Des dissidences féminines parfaitement orthodoxes – des dissidences de fait, quoique parfaitement orthodoxes – sont ainsi données à voir, qui ne sont peut-être pas sans intérêt pour mener une réflexion sur la dissidence religieuse en termes de genres. Pourtant une telle analyse n’est possible qu’à considérer ces sources pour ce qu’elles sont : des écrits, des écrits imprimés, et donc des écrits dont la production et la publication croisent la puissante réalité qu’on commence à appeler, au xviie siècle, la littérature. Cette intruse dans le dialogue entre histoire religieuse et histoire du genre est bel et bien le phénomène historique auquel ces sources donnent d’abord accès ; elle est le lieu même où se produit, où se travaille, où se réduit la dissidence religieuse comme dissidence de genre40.

Haut de page

Notes

1  Ses œuvres ont été republiées par morceaux par Séverine Auffret, et étudiées dans le cadre problématique de l’histoire longue du féminisme, c'est-à-dire de l’histoire des idées féministes : Traité de la morale et de la politique, 1693 : la liberté, une éd. critique de Séverine Auffret (Paris, des Femmes, 1988); Du célibat volontaire ou La vie sans engagement, 1700, introd. et notes de Séverine Auffret (Paris, Indigo et côté-femmes éd., 1994); La contrainte. Traité de la morale et de la politique, première partie, deuxième section, 1693, trad. en français moderne, introd. et notes de Séverine Auffret (Paris, Indigo & Côté-femmes éd., 1999) ; Petit traité de la faiblesse, de la légèreté et de l'inconstance qu'on attribue aux femmes mal à propos, trad. en français moderne, introd. et notes de Séverine Auffret (Paris, Arléa, 2002)

2  Du célibat volontaire, ou la Vie sans engagement, par Damoiselle Gabrielle Suchon, Paris, Michel et Jean Guignard, 1700. Le terme de « neutralité » comme double de « célibat » apparaît dès l’Avertissement, t. I, n. p. : « […] dans le premier Livre je montre en quoi il [=le « célibat volontaire] consiste, ses différences particulières, ses utilités dans la Société civile, & dans la République chrétienne […] Et enfin je réponds à l’objection de ceux qui disent, que si la Neutralité est dangereuse dans les dissensions d’un Royaume, ou d’une République, elle ne l’est pas moins dans la Société humaine, où la professiond’une vie indifférente qui ne veut point d’autre engagement, que celui de n’en point avoir, paraît opposé à la conduite universelle de s’établir dans le Cloître, ou dans le ménage, sous la conduite d’un mari. » L’entrée en matière du livre (t. I, p. 1-2), avec la définition du célibat, peut donner ici une idée de l’écriture philosophique de Gabrielle Suchon : « L’état dont je parle, se peut considérer en tant de manières, qu’il est malaisé d’en faire une définition, qui se rapporte à toutes ses différences ; Néanmoins étant prises comme des choses accidentelles, qui ne détruisent point l’essence de cette condition, mais au contraire, qui la manifestent en plusieurs sujets ; cette pluralité ne saurait être contraire à une définition précise & spécifique, par laquelle l’on explique l’essence & la nature d’une chose, qui se trouve également dans les individus, auxquels elle est propre & particulière : c’est pourquoi je parlerai dans le Chapitre suivant, des différentes formes de vie sans engagement, que le Célibat renferme. Je ne saurais mieux définir le Célibat, qu’en disant, que c’est une condition sans engagement, qui renferme tous les autres états en puissance, sans néanmoins les mettre en pratique. » Il est difficile de ne pas songer ici à la réflexion de Louis Marin sur l’utopie et le travail du neutre (Louis Marin, Utopiques : jeux d’espace, Paris Minuit, 1973 ; cf. ici même l’article d’Alain Cantillon, « Un lieu d’énonciation de la vérité : les religieuses hermaphrodites de Port-Royal en 1665 »).

3  Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, Religieuse de Sainte-Claire à Verdun, nommée dans le monde Madame de Maisons, par un Religieux du tiers ordre de Saint François [le P. Jean-Marie de Vernon = Du Cernot], Paris, Mathieu Colombel, 1657.

4  La famille de Françoise Hurault, celle de l’Hôpital et de Cheverny, riche et puissante, pouvait se glorifier d’avoir donné plusieurs ministres aux rois de France. Voir le travail de Patrice Alex, Poursuivre ses droits. Le cas des Hurault de l’Hospital (v. 1560- v. 1630), Mémoire de M2 sous la dir. de Robert Descimon, EHESS, 2006, et la bibliographie correspondante.

5  « Commençant de goûter les douceurs de la liberté de son veuvage, elle ne prétend pas en faire ses délices, mais de nouveaux sujets de mortification, ayant obtenu de Dieu la vie spirituelle de son mari & sa mort corporelle, pour n’avoir plus rien au monde qui pût former le moindre obstacle à l’intime union de son âme avec le Sauveur, après avoir rendu grâces au Ciel de tant de faveurs, elle exécute fidèlement la fin qu’elle s’est proposée dans sa demande, faisant un vœu qui attire sur elle l’attention des Anges, lorsque ramassant toutes les forces de son cœur, pour les mieux appliquer à Dieu, elle en fait comme une flèche qu’elle darde vers cet unique objet de ses affections par cette amoureuse parole [je souligne] », Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, op. cit.,p. 75-76.

6  Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, op. cit., p. 92-93.

7  Le P. de Vernon insiste sur l’authenticité de ces vœux, faits par devers elle à la mort de son mari, en les faisant répéter par Mme de Maisons « entre les mains du Révérend Père Florent Commissaire Général des Révérends Pères Récollets de la Province de S. Denis, qui était son Directeur, exprimant en particulier la règle très étroite & le Monastère de saint Claire de Verdun, où elle prétendait achever ses jours sitôt qu’elle pourrait se dégager du monde », Vie de la Vénérable Mère Françoise de Saint-Bernard, op. cit., p. 76. Sur les importantes marges de manœuvre et d’action des veuves riches sous l’Ancien Régime, voir Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

8  Les Proverbes, l’Ecclésiastique et l’histoire des miracles accomplis par Elie et Elisée pour deux veuves, dans le Livre des Rois.

9  Voir plus haut, note 5, l’évocation des « douceurs de la liberté de son veuvage ».

10  L’article qui lui est consacré dans les Nouvelles de la République des Lettres, en mai 1700, est plutôt élogieux. Sur les biographies d’abbesses produites en grand nombre dans et pour les monastères de femmes, voir Jacques Le Brun, « L’institution et le corps lieux de mémoire, d’après les biographies spirituelles féminines du xviie siècle », La Mémoire, Corps écrit, 11, 1984, p. 111-121. Jacques Le Brun insiste sur la spécificité du X xviie siècle dans ce domaine p. 112-113. Cf. aussi W. H. Barber, « Martha versus Mary: two ways of holy living in Seventeenth-century French Catholicism », Seventeenth-Century French Studies, 14, 1992, p. 211-217.

11  L’Amazone chrétienne, ou les Aventures de Madame de S. Balmon, qui a conjoint heureusement, durant nos jours, une admirables dévotion, & la pratique de toutes les vertus, avec l’exercice des armes, & de la guerre, par L. P. I. M. D. V., Paris, Gaspar Meturas, 1678. L’Avertissement n. p. justifie le livre : « Les ouvrages que l’on expose en public, sont d’autant plus estimables, que l’utilité en est plus commune, & que plus de personnes en profitent. L’histoire présente, mon cher Lecteur, a cet avantage, qu’elle procure le bien de tous ceux qui la veulent lire, s’ils ont vraiment dessein de devenir gens d’honneur & de mérite. Les âmes dévotes y apprennent les règles de la dévotion, & l’exercice des vertus. Les indévotes en doivent être édifiées, puisqu’elles y trouvent des motifs & des maximes pour corriger leurs défauts, & pour régler leur vie. Les hommes, à qui l’art militaire semble mieux convenir, doivent être persuadés que la guerre n’est pas incompatible avec la piété, vu que Madame de saint Balmon a très bien accordé l’une avec l’autre. Les femmes que l’on pense éloignées des exploits guerriers par leur sexe, ont sujet d’inférer, que si leur condition les y rend moins propres, elle ne les en rend pas entièrement incapables, & que si les mêmes raisons qui ont fait combattre notre Amazone Chrétienne les portaient à cet emploi, elles seraient obligées d’observer sa manière de vivre. […] Madame de saint Balmon voyant les peuples de Frontières de sa Province abandonnés à la merci & à la furie des ravageurs, sans qu’aucun homme les assistât, les a secourus dans leur besoin. Les Temples étant profanés, les Sacrements n’étant point administrés, les corps morts demeurant sans sépulture, bref toutes les fonctions Ecclésiastiques ayant cessé, l’Amazone Chrétienne remédiait à tous ces désordres par ses charitables soins, & par ses armes toujours victorieuses, avec la bénédiction de Dieu.Qui donc peut trouver à redire à tant de bonnes œuvres, quoiqu’elle s’appliquât pour les exercer à des exercices, qui ne semblent pas convenables aux femmes ? La consolation des affligés, la subsistance des pauvres, la vénération des Autels, qu’elle procurait par ce moyen, bref sa pieuse & sage conduite l’autorisent, & lui servent d’approbation »

12  Sur ce personnage, voir Micheline Cuénin, La dernières des Amazones. Madame de Saint-Baslemont, P.U. Nancy, 1992. Le P. de Vernon rattache sa biographie à son travail de chroniqueur du tiers-ordre franciscain, tout en indiquant la particularité d’une entreprise d’écriture sur une vie contemporaine : « Elle était fille de notre Père S. François d’Assise, par la Profession qu’elle a faite de sa troisième Règle instituée pour les séculiers, & qu’elle a signée de son propre sang. Ce qui m’a fait entreprendre la description de son histoire, en qualité d’Historiographe de notre Ordre. Je ne me suis pas contenté de parler succinctement de cette Dame en son rang dans nos Chronique ; mais j’ai cru devoir en discourir plus amplement dans ce volume, composé sur les mémoires qui m’ont été fournis par des témoins oculaires, pour la satisfaction des personnes qui l’ont connue, & pour l’instruction de la postérité », L’Amazone chrétienne, op. cit., p. 60-61.

13  Voir Alain Cullière, « Madame de Saint-Balmon et les jésuites au théâtre, sur le thème des “Jumeaux martyrs” (1650) », dans Grandeur et servitude au siècle de Louis XIV. Journée d’étude à la mémoire de Marie-Thérèse Hipp, Actes recueillis par R. Marchal, P. U. Nancy, 1999, p. 23-31. Relativement connue, cette tragédie des Jumeaux martyrs (sur l’histoire des saints Marc et Marcellin) paraît à Paris, chez Courbé, imprimeur de nombreux littérateurs célèbres, en 1650. Voici ce que le P. de Vernon dit de l’activité d’écriture de son héroïne : « Il semble que la conjoncture des guerres, qui l’occupait beaucoup, pour conserver ses amis & ses habitants, & que les Compagnies extraordinaires qui lui survenaient, lui causaient bien de l’embarras : son esprit néanmoins était toujours tranquille : comme elle était réglée en toutes ses actions, elle en perdait jamais son égalité, accordant heureusement l’étude, autant qu’une femme en est capable, avec les emplois d’une infinité d’affaires fâcheuses. Les Tragédies en Vers qu’elle a composées sur la Mort de Jésus-Christ, sur le martyre des saints Marc & Marcellin, & sur celui de sainte Godelaine, sont des pièces fort estimées. Semblablement les copies de toutes ses Lettres, qui sont entre les mains de sa fille. Peut-être que la Providence de Dieu les tirera un jour de son cabinet, pour les mettre en lumière », L’Amazone chrétienne, op. cit, p. 58-59

14  « Ses mœurs ne s’accordent pas bien avec son habit ni avec son humeur guerrière ; car elle aime autant à prier Dieu qu’à se battre ; elle est aussi dévote que vaillante. Il y a un livre de sa façon imprimé, qui contient les exercices spirituels que l’on pratique dans sa maison. Elle fait des vers et facilement, mais ils ne sont pas les meilleurs du monde : elle est estime pourtant assez pour les donner au public : il y en a d’imprimés à Reims ; elle a même composé deux tragédies ; mais elles n’ont pas encore été jouées, et je ne crois pas qu’on les joue : elle parle de les mettre en lumière. Elle a l’esprit vif, parle beaucoup et est fort civile ; elle est gaie jusqu’à contrefaire l’allemand francisé. Elle est un peu gesticulante ; mais elle est si souvent homme qu’il ne faut pas s’en étonner », Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 597. La figure de Mme de Saint-Balmon est sans doute à rapprocher de celle d’un autre auteur femme du premier xviie siècle, la vicomtesse d’Auchy (voir Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, p. 108 et p. 321-323, et sur la construction de l’opposition hôtel de Rambouillet / académie de la vicomtesse d’Auchy, Nicolas Schapira, Un professionnel des lettres au xviie siècle. Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 239-241). Sur Tallemant des Réaux et le durcissement de l’ordre socio-familial au xviie siècle, voir Robert Descimon, « L’exemplarité sociale des Historiettes de Tallemant des Réaux » dans L. Giavarini (dir.), Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècle), Dijon, EUD, 2008, p. 181-195.

15  Voir un passage où le biographe détaille son rapport à ses sources : « Les Peintres s’étudient principalement à attraper cet air qui est nécessaire pour faire des portraits, qui soient bien ressemblants : les visages qu’ils peignent, sans cette heureuse rencontre, peuvent être estimés pour des pièces d’une bonne main, qui pourtant ne représentent pas assez la personne, si les règles de la portraiture n’y sont observées […] La disposition de l’âme est beaucoup plus difficile à exprimer : les plus habiles Historiens s’y trouvent empêchés, quand il est question de donner aux Lecteurs une véritable connaissance du fond de l’esprit des Héros ou des Héroïnes, qui font le principal sujet de leur histoire. À dire le vrai, il n’y a que ces mêmes personnes, de qui l’on raconte les faits, qui soient capables de se bien dépeindre. C’est pourquoi les Historiographes sont heureux, lorsqu’on leur produit des lettres, où ceux dont ils décrivent la vie, se font connaître au public, par leurs propres termes, qui développent leurs secrets les plus cachés, & manifestent leurs inclinations les plus délicates. J’aurais donc commis une faute, si je n’avais pas communiqué au public la Lettre qui suit, où Madame de saint Balmon, fait une ample & sincère déclaration de son caractère de vaillance & de piété, pour obéir simplement au Directeur de sa conscience, qui l’y obligea par un commandement exprès. C’est une fidèle copie, où ma plume n’a aucune part, sinon de l’avoir faite entièrement conforme à l’original ; sans y rien changer, non pas même une syllabe », L’Amazone chrétienne, op. cit, p. 275-277.

16  Sur la question de l’exemplarité, voir à nouveau Laurence Giavarini (dir.), Construire l’exemplarité, op. cit. Sur le marché des nouveautés en langue française comme « terre de mission », voir Mathilde Bombart, « Entre littérature et religion. Les pratiques d’auteur de Jean Goulu » dans D. Ribard et N. Schapira (dir.), « L’histoire par le livre (xvie-xxe siècle) », Revue de Synthèse, t. 128, 6e série, n° 1-2 / 2007, p. 123-140. Sur la littérarisation de la controverse, voir Christian Jouhaud, « La méthode de François Garasse » dans Les Jésuites à l'âge baroque, 1540-1640, éd. L. Giard et L. de Vaucelles, Grenoble, Jérôme Millon, 1996, p. 243-260 et plus largement Les Pouvoirs de la littérature, op. cit.

17  Sur la question de la localisation des écrits, voir Mathilde Bombart et Alain Cantillon (dir.), Localités : localisations des écrits et production locale d’actions, Les Dossiers du Grihl, 2008-1, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/document2163.html

18  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, Religieuse du Tiers-Ordre de Saint Augustin, par un Augustin déchaussé, Marseille, Claude Garcin, 1680 [par le P. Raphaël de la Vierge Marie d’après Barbier] ; Les Œuvres spirituelles de la sœur Jeanne Perraud, Religieuse du tiers Ordre de saint Augustin, recueillies par un Religieux Augustin Déchaussé, Marseille, Claude Marchy, 1682. Jeanne Perraud est née en 1631, et son biographe précise qu’elle a commencé à écrire en 1657.

19  Voir notamment Philippe Martin, Une religion des livres 1640-1850, Paris, Cerf, 2003.

20  L’abbé Bremond consacre une section de son Histoire littéraire du sentiment religieux à cette dévotion et au cas de Jeanne Perraud, envers laquelle il est assez méfiant. Il repère la dimension polémique des ouvrages consacrés à Jeanne, qui sont selon lui construits contre le culte du « Petit Roi de Grâce » développé à la suite des visions de Marguerite de Beaune, et situe ce cas au sein de l’évolution qui mène à la dévotion au Sacré-Cœur, notamment celle de Paray-le-Monial. Cf. Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, nouvelle éd. sous la dir. de François Trémolières, Grenoble, Jérôme Millon, 2006, volume I, tome III (« L’école française. La conquête mystique »), Troisième partie (« L’école française et les dévotions catholiques »), ch. I, section VIII, p. 1274-1281.

21  Une telle neutralité diffère du maintien dans la puissance de tout être sur lequel réfléchit Gabrielle Suchon. Mais elle apparaît dans son livre : la progression même de cette réflexion, les exemples qu’elle prend, et qui plus est sa propre conduite – relevée de ses vœux, elle portait une sorte de voile manifestant son retranchement du monde – interprètent ainsi le concept de neutralité. Ce retour au cloître (certes sans le cloître) est donc un aspect du travail du neutre.

22  Pour une mise en perspective, voir l’histoire des communautés féminines sans clôture depuis les débuts du christianisme proposée par Marie-Amélie Le Bourgeois, Les Ursulines d’Anne de Xainctonge (1606), Saint-étienne, Publications de l’Université de Saint-étienne, 2003. Voir aussi, toujours à partir du cas des Ursulines (finalement soumises à la clôture : dans le temps de l’activité de la sœur Perraud, il s’agit bien de religieuses cloîtrées) qu’elle rapproche de celui des vagabondes « Dames anglaises » créées par Mary Ward et supprimées en 1631 (mais qui devaient être recrées avec l’approbation du pape Clément XI en 1702), le travail de Laurence Lux-Sterritt, Redefining Female Religious Life : French Usulines and English Ladies in Seventeenth-Century Catholicism, Aldershot, Ashgate, 2005 et « Les religieuses en mouvement. Ursulines françaises et Dames anglaises à l’aube du xviie siècle », RHMC, n° 52-4, 2005, p. 7-23 ; également Linda Lierheimer, « Redefining convent space : ideals of female community among seventeenth-century Ursulines nuns », Proceedings of the Annual Meeting of the Western Society for French History, n° 24, 1997, p. 211-220. Plus largement, Elizabeth Rapley, The Dévotes: Women and Church in Seventeenth-Century France, Kinston (Ont.), McGill Queen’s University Press, 1990.

23  Dans la suite du récit, on la voit régulièrement aller rendre visite à ces Ursulines pour les instruire. Les Ursulines, on peut le remarquer, se rattachaient à la famille augustine.

24  « Cette fervente Novice n’avait aucune peine à pratiquer les exercices de la Religion, elle les faisait avec joie […] Le Monastère n’étant pas en ce temps-là fort commode, les Religieuses furent obligées de faire quelque ouvrage de main pour des personnes séculières ; la Sœur Séraphique [le nom de la « sœur » Perraud en religion] y était très habile, surtout pour la couture, à quoi elle s’était occupée toute sa vie : aussi elle s’y appliqua avec tant d’assiduité, qu’elle veillait souvent jusqu’à minuit, pour avoir la satisfaction, disait-elle, d’être seule avec Dieu […] encore qu’elle gagnât beaucoup par son travail, & même plus qu’il n’en fallait pour son entretenement ; toutefois comme l’on n’avait pu payer sa pension, elle s’imaginait qu’on pouvait lui en faire du reproche avec quelque justice ; & cette pensée lui causait de grandes inquiétudes, qu’elle supporta néanmoins fort paisiblement ; se plaisant à souffrir non seulement les mortifications du corps, mais encore celles de l’esprit qui sont les plus sensibles, & qui font le crucifiement parfait d’un Chrétien», La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., 1ère partie, ch. XII, p. 65-66.

25  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., 1ère partie, chapitre XV, p. 77-79.

26  Sur le cas célèbre de la « recluse » du Mont Valérien, voir les brochures, parsemées d’un certain nombre de poèmes, des deux Colletet, Guillaume (le père), Le Bonheur de la Vie solitaire, représenté dans la retraite des anciens Ermites du Mont Valérien, par les sieurs Colletet & De la Croix, Paris, Robert Sara, 1647, et François (le fils), Apologie de la Solitude sacrée. Ouvrage utile & nécessaire aux Religieux & Religieuses, Communautés, Séminaires, Hermites, Reclus, Anachorètes, & autres personnes de l’un ou de l’autre sexe, Régulières, ou Séculières, qui laissant le Monde embrassent la vie Solitaire. Ensemble les avis de Jean Gerson, l’Abrégé de la Vie des Reclus du Mont Valérien, & de Sénart, & autres choses curieuses concernant cette Montagne, par le sieur Colletet, Paris, François Preuveray, 1662. Sur la « Solitaire des Rochers », dont la correspondance est mise en circulation par son supposé directeur de conscience, Luc de Bray, à la fin du xviie siècle, je me permets de renvoyer à Dinah Ribard, « Radicales séparations. Ermitages, guerres de plume, histoire du livre à la fin du xviie siècle » dans X. von Tippelskirch (dir.), Radicalisme religieux et pratiques d’écriture au début de l’époque moderne en France, Archives de sciences sociales des religions, à paraître.

27  Voir le ch. XVI de la 1ère partie : « Le Démon n’avait pas encore mis en usage toute la chicane du Palais, il ne fallait pas moins pour achever de purifier son âme dans le creuset de la tribulation, que de l’oppression d’un procès, & d’un procès intenté par la personne de quoi elle devait plutôt attendre une singulière protection. On pourrait ici parler d’une fâcheuse & languissante maladie qu’elle eut environ ce temps-là, & qui semblait s’accorder avec sa pauvreté, pour la rendre la plus misérable des créatures : mais quand on a des procès, on n’a pas le loisir de songer à autre chose, si bien qu’on laisse au Lecteur plus libre, & moins embarrassé le soin de méditer sur tant d’événements fâcheux. Ce procès donc lui fut intenté par ce Prêtre qui lui avait prêté quelque argent, quand elle alla à Barjols [lieu du second couvent d’Ursulines où Jeanne Perraud a pris l’habit quelques mois] à dessein de s’y faire Religieuse : comme il ne put pas exiger les dettes, ni se payer de la petite somme qu’il lui avait prêtée, il la mit en Justice, & la traversa d’une étrange manière ; & ce qu’il y avait d’injuste en ce procédé, c’est qu’il lui retenait les papiers sans lesquels elle ne pouvait ni agir, ni se défendre. Dieu sait les chicanes qu’on lui dressa, & les troubles où elle fut pour ce procès ; car d’un côté elle était malade […] & comme elle ne pouvait pas travailler à cause de son mal, elle était par conséquent fort pauvre ; d’autre part elle n’avait pas de quoi satisfaire cette personne, ni même de quoi fournir aux dépens du procès. On la pressait extrêmement, jusques là, qu’un jour on lui envoya le Sergent pour la gager, en sorte qu’il fallût qu’elle se cachât ; elle était toute alarmée, n’ayant personne à qui elle pût avoir recours dans sa misère », La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., p. 84-85.

28  Le biographe insiste beaucoup sur cette relation entre Jeanne et son confesseur, nécessaire pour l’autoriser à vivre comme elle vit, mais qui bien sûr n’est pas sans poser de problèmes. La 2e partie de La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud contient ainsi un récit sur les calomnies qui débouchent pendant un temps sur l’interdiction du confesseur par le cardinal Grimaldi. Ce qu’il y a de charmant là-dedans est que le motif de cette interdiction – et donc des calomnies – est non un quelconque soupçon de débauche, mais la surdité du confesseur, dont le récit le défend vigoureusement ! On est bien là dans une écriture très locale.

29  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., p. 89-91

30  Jeanne Perraud commence à faire le catéchisme en 1672, dans la chapelle qu’elle a fait bâtir, et l’assemblée devient vite nombreuse : « C’était une merveille de l’entendre parler si divinement des Mystères […] car bien qu’elle s’accommodât à la portée de celles qui l’entendaient, ne leur disant que des choses de morale qui pouvait être de leur état ; néanmoins elle y mêlait de si belles pensées, & des réflexions si naïves, que les esprits les plus grossiers en étaient convaincus, & les plus insensibles touchés : & ce qui est encore plus admirable, c’est qu’elle ne pensait nullement à ce qu’elle devait dire, & ne s’y préparait point par avance. J’avoue qu’au commencement qu’elle entreprit ce charitable exercice, elle était toute hébétée, ne sachant par où commencer ; mais depuis, elle n’y avait nulle peine […] C’était là sans doute la véritable marque d’une sainte Mission […] Cependant comme l’on avait cru que la Sœur Perraud ne dût faire la Doctrine Chrétienne qu’aux Filles de son quartier, & en particulier ; on n’avait pas jugé nécessaire d’en demander la permission aux Supérieurs : mais l’assemblée venant à grossir, & à s’augmenter par le grand nombre des Filles, des Femmes mariées, & des Veuves de toutes sortes de condition [dont les « dames spirituelles et éclairées » à qui elle parle, est-il dit, comme aux femmes du peuple] qui y accouraient ; son Confesseur crut qu’on en devait avertir Monsieur le Cardinal, pour savoir s’il trouverait bon qu’elle continuât ce pieux exercice. Son Eminence qui savait une partie des lumières & des grâces de notre Sœur par la relation qu’on lui en avait faite, l’agréa volontiers ; présumant qu’il n’y avait point de danger, qu’elle semât aucune erreur contre la foi Orthodoxe : de sorte qu’elle continua encore quelque temps », La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., p. 247-250.

31  Voir plus loin le commentaire de Malaval sur la « faiblesse d’expression » de Jeanne Perraud, qu’il conçoit comme don de Dieu.

32  Le biographe essaie pourtant de faire entrer dans ce modèle l’activité de Jeanne : « Dieu qui prétendait de la rendre conforme à l’Image de son Fils, voulut qu’elle le représentât non seulement en ses souffrances, en sa vie cachée, en son anéantissement, en son état d’élévation intérieure & de contemplation, & en tout le reste de ses vertus ; mais encore qu’elle travaillât au salut des âmes comme lui, les aidant à s’éloigner du péché, & les éclairant des lumières, & des maximes de l’Evangile. Il fallait pour imiter ce divin Prototype, qu’elle unît Marthe avec Madeleine, la vie active avec la contemplative ; car quoique celle-ci soit préférable, & meilleure que celle-là, quand on les considère séparément : néanmoins toutes les deux ensemble font un état beaucoup plus parfait, que l’on peut dire avoir été proprement l’état de Jésus-Christ, des Apôtres, & des Saints qui l’ont imité de plus près », La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., p. 245

33  Sur le travail des « états de vie » par les transformations de l’expérience chrétienne à l’époque moderne, voir l’analyse de Michel de Certeau (« La formalité des pratiques » dans L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 153-212). Je me permets de renvoyer à la discussion que j’en ai proposée dans le volume collectif sur la « formalité des pratiques » (Dinah Ribard, « Travail, formalité des pratiques et socialisation du social » dans Ph. Büttgen et Ch. Jouhaud (dir.), Lire Michel de Certeau – La formalité des pratiques / Michel de Certeau lesen – Die Förmlichkeit der Praktiken, Zeitsprünge. Forschungen zur Frühen Neuzeit, Bd 12, 1/2, Frankfurt am Main, Vittorio Klostermann, p. 143-161)

34  Voir l’analyse qu’elle fait d’un de ses rêves pour son confesseur, où elle revendique sa position d’auteur, et où apparaît une intéressante inversion des sexes : « Je parus comme toute céleste, & comme transformées en de bluettes de lumières, cela signifiait, dit-elle, les écrits que j’ai composés, & les lumières dont Dieu a éclairé mon âme, dont je n’ai produit que de petites étincelles, n’ayant pu exprimer les grandes clartés qui me remplissaient, & qui furent représentées par celle qui éclatait sur ma tête & qui m’environnait. Ces lieux de ténèbres où je marchais avec tant de frayeur & de crainte, ajoute-t-elle, sont les scrupules effroyables que j’ai soufferts […] Ce sont les troubles & les grandes craintes que j’avais de tomber dans des lieux boueux, c'est-à-dire dans l’imperfection, & dans des manquements qui me paraissaient des précipices, bien qu’il n’y en eût le plus souvent que l’apparence. Cette petite planche où je marchais avec tant de peur, poursuit la Sœur Perraud, c’est l’état que j’ai passé, & où je suis encore de timidité, d’alarmes de frayeur à la moindre ombre d’imperfection & de défaut ; […] les Démons qui voulaient me nuire & me précipiter, ce sont les pièges qu’ils m’ont tendus, les persécutions & les orages qu’ils m’ont suscités, mais Dieu m’a toujours préservée de leur malice. Cette honnête femme qui était destinée pour ma conduite, & que je menais par la main, je crois que c’était vous, continue-t-elle parlant à son Confesseur, parce que vous avez partagé mes peines, vous avez été dans des craintes & des troubles de mon état, & dans beaucoup de tempêtes que le Démon a fait soulever, & où je vous ai rassuré & fortifié. L’accident que vous eûtes si violent durant trois heures, (ce fut une horrible oppression de poitrine,) où vous faillîtes à mourir, c’est le Démon qui vous l’avait causé par un effet de sa rage : car comme il n’avait aucun pouvoir sur moi, il voulut décharger sa fureur sur vous, & vous faire mourir s’il eût pu : je le connus, & dès que vous fûtes soulagé de votre mal, je le sentis dans mon âme ; je bénis Dieu, & la nouvelle que le Frère N. m’en vint porter, me confirma dans le sentiment que j’avais eu. Dieu veuille par sa miséricorde achever le reste, poursuit toujours la Sœur Jeanne, & que je trouve à la fin de ma vie, qui sera aussi la fin de ce chemin, la grâce que ce songe semble me faire espérer », La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., ch. XIV, p. 74-75.

35  On peut noter que la femme du marquis d’Estoublon était une femme auteur (voir Nancy M. O’Connor, « Sources manuscrites et histoire des femmes : une marquise en Arles au xviie siècle », Dix-septième siècle, 192, 1996, p. 601-610). L’académie d’Arles était l’une des académies de province qui avaient été reconnues comme royales et affiliées à l’académie française (voir Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, Mouton, 1978).

36  C’est ce que suggère la lettre du marquis d’Estoublon, qui dote La Vie et les Vertus d’une qualification littéraire présentée pourtant comme superflue, mais en réalité indispensable. La Vie « que vous voulez mettre au jour », écrit le secrétaire de l’académie d’Arles à l’auteur, « est assurément bien décrite ; & laissant à part, qu’elle doit plaire par elle-même, Vous y ajoutez du vôtre tout ce qu’il faut, pour la rendre agréable, & digne d’entretenir la piété des Lecteurs. Il ne manque pas du bon sens dans la conduite de votre dessein : le style en est beau & Français, & peut-être un peu trop, si je l’ose dire ; j’entends qu’en ces matières on peut se dispenser des paroles choisies, & de certaines façons de parler, que le caprice du siècle a mis en usage, non pas pour satisfaire à la raison, mais plutôt à la galanterie du monde. Les jeunes gens que le monde enveloppe dans ses folies, les Académies encore qui répondent de l’éloquence de leur siècle à la postérité, ne peuvent guère se délivrer de ce Démon de la politesse : ils sont engagés avec scrupule aux mots & aux syllabes ; ils ne doivent jamais se négliger. Mais une Histoire pieuse, de laquelle l’Enfant Jésus, & la Sœur Jeanne doivent faire tout l’ornement, ne perdra-t-elle point quelque chose de son mérite, par le soin & l’affectation qu’on y apporte ? ne brillera-t-elle pas mieux de ses propres lumières que des nôtres ? & la sainte simplicité ne vaut-elle pas mieux, que tout l’art & le brillant, dont l’éloquence mondaine se pare ? Vous voulez cependant qu’on examine à la rigueur, & sans complaisance votre Livre : Vous demandez le sentiment de vos amis touchant le style, & la construction de votre Histoire. Je ne dois pas, mon R. P., me faire un scrupule de votre pensée […] Vous ne craignez pas de voir profaner votre Ouvrage par une critique profane : je ne dois pas craindre non plus que vous […] C’est doncques pour vous obéir, que j’entreprends cette revue […] quoique ce soit toujours avec autant de respect, qu’on en doit aux choses Saintes, sur lesquelles l’Académie n’a point de Juridiction. Ce n’est que sur l’usage, la construction & l’arrangement de quelques mots, que je fais ici ces petites observations », La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., « Lettre de Monsieur le Marquis de Robias d’Estoublon, Secrétaire Perpétuel de l’Académie Royale d’Arles, à l’Auteur, en lui envoyant quelques observations sur ce Livre, que ce Père lui avait demandées », n. p.

37  La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., « Lettre de Monsieur Malaval, Auteur de plusieurs Livres de piété, au R. P. ….. Augustin déchaussé », datée de Marseille au mois d’Avril 1677, n. p.

38  Les œuvres spirituelles de la sœur Perraud, comme on l’a vu, seront néanmoins publiées deux ans après la Vie et les Vertus.

39  Voir plus haut, dans le récit de sa tentative de devenir ermite, le cheminement qui fait passer d’un endroit situé « jusqu’au-dessus du cimetière de l’Hôpital, à un lieu un peu écarté, au chemin par où l’on va à la maison de campagne d’un honnête chirurgien nommé Mr Vallette » (qui n’est pas un personnage autrement présent dans le récit) à « une vigne proche du chemin » et à « un gros rocher qui y était pour lors, en façon, dit-elle, d’une montagne », La Vie et les Vertus de la sœur Jeanne Perraud, dite de l’Enfant Jésus, op. cit., p. 89.

40  Je remercie Pierre-Antoine Fabre pour sa lecture et ses suggestions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dinah Ribard, « Religieuses philosophes, religieuses sans clôture, ermites et vagabondes : appartenances et dissidences au xviie siècle  », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 04 | 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/1367 ; DOI : 10.4000/acrh.1367

Haut de page

Auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org