Navigation – Plan du site
Notes de travail

Les « impiétés domestiques » de Mme de Murat

Alain Mothu

Texte intégral

1La biographie d’Henriette-Julie de Castelnau (1670-1716) reste à ce jour fort incertaine. Issue d’une famille d’ancienne noblesse bretonne, petite-fille du maréchal de Castelnau (1620-1658), parente du maréchal Louis François de Boufflers (1644-1711), dont il sera question plus bas, elle était une personne « de qualité ». Nous savons aussi qu’elle était en 1689 « toute jolie, toute charmante » (Mme de Sévigné, lettre à Mme de Grignan du 10 janvier). Elle est surtout connue, aujourd’hui, pour avoir écrit un assez grand nombre de contes et romans. Le thème du mariage forcé y est souvent évoqué ; dans ses Mémoires de Mme la comtesse de M***, ou la défense des Dames (Paris, Barbin, 1697), elle soutient aussi qu’il y a « beaucoup plus de malheur que de dérèglement dans la conduite des femmes » (I, p. 8). Pour cause, expliquent certains critiques, Henriette-Julie avait dû quitter sa Bretagne natale à seize ans pour épouser à Paris le comte Nicolas de Murat, colonel d’un régiment d’infanterie. En réalité, ce mariage semble n’avoir eu lieu qu’en 1691 (le 25 novembre 1686, en effet, Nicolas avait épousé en premières noces Marie de La Tour, et non notre Henriette Julie). On peut donc lui supposer plusieurs années de brillant dévergondage parisien, à la cour comme à la ville, avant son probable « mariage forcé ». Elle aura un fils de ce mariage, né en 1693. Son mari, Nicolas, qui n’était probablement pas de la première jeunesse, apprendra à subir les « désordres » de sa jeune épouse, « pour ne pas s’exposer aux fureurs d’une femme qui l’a pensé tuer deux ou trois fois » (voir infra). Sans doute avait-elle essayé l’un de ces moyens « simple(s) dont les femmes impatientes de leur liberté sont quelquefois tentées de faire usage », dont parle le lieutenant de police d’Argenson, à propos d’une autre dame (cf.Rapports inédits, éd. Cottin, 1891, p. 118).

2Vers 1694, Mme de Murat semble aussi avoir été soupçonnée d’être l’auteure une satire désobligeante envers la cour et spécialement envers Mme de Maintenon : certains biographes ont parlé, à cet égard, de l’Histoire de la courtisane Rhodope, qu’ils datent de 1694. Nous n’avons cependant repéré qu’une édition de « Loches, 1708 » (non consultée par nous), ce qui n’exclut bien sûr aucune diffusion clandestine antérieure, par voie manuscrite et éventuellement sous un titre différent. Les mêmes biographes considèrent en conséquence que l’exil de Mme de Murat au château de Loches (1702), dont il est question ci-après, fut déterminé par Mme de Maintenon et que ses mauvaises mœurs ne servirent, à cet égard, que de prétexte officiel. Admettons : il est de fait que Murat n’obtiendra sa grâce – son retour à Paris – qu’à la mort de Louis XIV, en 1715.

3À l’époque de sa disgrâce, Mme Du Noyer plaisantera : « malgré son bel esprit et sa qualité, [Mme de Murat] a été exilée parce qu’on prétend qu’elle aime un peu trop son semblable. Qui croiroit que cela fût un crime, et un crime punissable ? » (Lettres historiques et galantes, par Mme de C***, nouv. éd., Londres, 1757, II, p. 139-142).

4Orientation bibliographique sommaire

M. Lever, Les Bûchers de Sodome, Paris, Fayard, 1985, p. 226-228 ; A.P. Segalen, « Mme de Murat et le limousin », dans Trames. Le Limousin au xviie  siècle, Limoges, 1979 [importante note bibliographique] ; E. Guitton, « Marie de Murat ou la fausse ingénue », dans Études creusoises, VIII, 1987 ; David Michael Robinson, « The abominable Madame de Murat », dans Jeffrey Merrick et Michael Sibalis [dir.], Homosexuality in French History and Culture, New York / London / Oxford, Harrington Press, 2001, p. 53-68 [parution simultanée dans le Journal of Homosexuality, vol. 41, n° 3 / 4, 2001] ; Ellen Welch, « Rébellion et résignation dans les contes de fées de Mme d’Aulnay et Mme de Murat », Cahiers du dix-septième siècle, III / 2, 1989, p. 131-142 ; « Une fée moderne : An Unpublished Fairy Tale by la Comtesse de Murat », Eighteenth Century Fiction, XVIII / 4, Summer 2006, p. 499-510 ; Geneviève Patard, Mme de Murat : une écriture au féminin à la fin du xviie siècle, thèse en préparation à l’Université de Paris IV-Sorbonne, sous la direction de Delphine Denis [sujet déposé en 2003]. Le Dictionnaire des Lettres françaises. Le xviie siècle de Georges Grente (1951), rééd. P. Dandrey et alii, Paris, Fayard et Librairie Générale Française, 1996, s.v. « Murat », signale un singulier sonnet à la présidente de Crévecœur figurant dans le Recueil Maurepas, t. 8 et le ms. 3471 de l’Arsenal.

5Les notes qui suivent ont été adressées par le Lieutenant de police de Paris Marc-René de Voyer de Paulmy d’Argenson (1652-1721) au comte Jérôme Phélypeaux de Pontchartrain (1674-1747), Contrôleur général et Secrétaire d’État de la Marine et de la Maison du roi, également ministre de Paris (à ne pas confondre avec son père, Louis, le Chancelier). Elles sont extraites des Rapports inédits du lieutenant de police René d’Argenson (1697-1715), publiés d’après les manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale, éd. Paul Cottin, Paris, Librairie Plon, 1891. Nous les livrons à l’état brut.

6Ces pièces ne représentent qu’un faible échantillon de la correspondance policière concernant Mme de Murat : qui voudra consulter l’intégralité du dossier devra se reporter aux manuscrits Fr. 8122 et 8123 de la B.n.F. : Recueil de pièces originales, correspondances, interrogatoires, etc., concernant les affaires criminelles ou de police à Paris et dans différentes villes de France, 1666-1715 (Fr. 8122, surtout, à partir du fol. 415 sqq.).

729 septembre 1698[Cottin, p. 3]
J’ay fait avertir madame de Murat, comme il vous a plu de me l’ordonner, mais, en témoignant quelque disposition à réformer son jeu, par respect pour les ordres du Roy, elle a paru résolue à maintenir les assemblées qui se font chez elle, presque toutes les nuicts, avec beaucoup de dérèglement et de scandale. Je veux bien espérer encore qu’un peu de réflexion la rendra plus circonspecte et plus soumise ; j’ay pris des mesures pour en estre informé, et j’auray l’honneur de vous en rendre compte.

86 décembre 1699 [Cottin, p. 10]J’ay l’honneur de vous envoyer le mémoire qu’il vous a plu de me demander, touchant madame de Murat ; il n’est pas facile d’exprimer en détail tous les désordres de sa conduitte, sans blesser les règles de l’honnesteté, et le public a peine à voir une dame de cette naissance dans un dérèglement aussi honteux et aussi déclaré.

924 février 1700[Cottin, p. 10-13 ; rapport autographe]Quand mon zelle seroit tout-à-fait amorty, la manière obligente dont vous avez la bonté de le réveiller seroit capable de luy donner une nouvelle vie. J’espère, néantmoins, que le détail me justifiera auprez de vous, et que, si j’ay différé à vous rendre compte de quelques affaires, vous approuverez les raisons qui m’en ont empesché.

Les crimes qu’on imputte à madame de Murât ne sont pas d’une qualité à pouvoir estre aisément prouvez par la voye des informations, puisqu’il s’agist d’impiétez domestiques et d’un attachement monstrueux pour des personnes de son sexe. Cependant, je voudrois bien sçavoir ce qu’elle répondrait aux faits suivants :

Un portrait percé de plusieurs coups le coutaux, par la jalousie d’une femme qu’elle aimoit et qu’elle a quittée, depuis quelques mois, pour s’attacher à madame de Nantiat, autre femme du dernier déréglement, moins connue par les amandes prononcées contre elle accause du jeu, que par le désordre de ses mœurs. Cette femme, logée chez elle, est l’objet de ses adorations continuelles, en présence même de vallets et de quelques prêteurs sur gage.

Les juremans exécrables proférez au jeu et les discours infâmes tenus à table, dont M. le comte de Roussillon, maintenant brouillé avec madame de Murat, a esté témoing.

Des chansons dissolues chantées pendant la nuict à touttes heures.

L’insolence de pisser par la fenêtre, apres une longue débauche.

Sa conversation audacieuse avec M. le curé de Saint-Cosme, aussi éloignée de la pudeur que de la religion.

Une femme de chambre, chassée sans avoir pu rien tirer de ses gages, m’avoit promis de déposer, mais la crainte que les amis de madame de Murât en ont eu luy a vallu son payement.

Un lacquais, accablé de mille coups et mis dehors presqu’en chemise, s’est servy du mesme moyen pour se faire rendre justice.

Une presteuse sur gages, à qui il estoit deub cinquante escus, a veu la pluspart des choses que j’ay pris la liberté de vous exposer : mais quand je l’ay voulu presser de signer sa déclaration, elle s’en est excusée en disant qu’elle ne sçavoit pas escrire et, en sortant de chez moy, elle est allée menacer madame de Murat de déposer, en effet, si on ne la payoit sur-le-champ : ce qui luy a réussy.

M. le marquis de Roussillon, à qui tous ces mystères d’iniquité sont connus, n’ose les révéler, soit par une espèce de faux honneur, soit pour ne pas reconnoistre sa propre honte. M. Boistel, conseiller au Parlement, le plus proche voisin de cette maison où se commettent tant de désordres, ne croit pas qu’il convienne à sa dignité de m’en donner la déclaration, et il n’a pas même voulu que ses lacquais m’en rendissent témoignage.

Enfin, M. le curé de Saint-Cosme, par qui j’ay sçu la plupart de ces principaux faits, estime que sa qualité de pasteur ne sçauroit compatir avec celle de dénonciateur ny de témoing.

J’adjouteray que madame de Murât et ses complices sont tellement redoutés dans tout le quartier, que personne n’ose s’exposer à leur vengence.

Je puis même avoir l’honneur de vous dire qu’elle est exactemant instruitte de tous les ordres que vous me failles l’honneur de me donner, en sorte qu’elle est toujours précautionnée contre leur exécution, avant que je puisse faire aucun pas pour y parvenir.

1020 avril 1700 [Cottin, p. 17-18]J’ay fait sçavoir les intentions du Roy à madame de Murat, et j’ay usé, dans cette notification, de tous les ménagemenis qui pouvoient en diminuer l’amertume : elle a promis d’y déférer et m’en a donné sa soumission par écrit ; j’ay mesme compris, à ses discours, que son dessein estoit de se retirer dans une province esloignée, chez quelqu’une de ses amies, et d’y oublier tout-à-fait Paris ; mais elle représente que, devant des loyers à son hoste et n’ayant subsisté que d’emprunts depuis très-longtems, il luy seroit bien dur de partir sans payer personne, d’abandonner son fils, âgé de sept ans, et de ne pouvoir ny l’amener avec soy, ny le confier à un maistre de pension, faute d’argent pour satisfaire à l’une ou à l’autre de ses dépences : elle adjoute que, n’ayant pas la moindre ressource de son costé, et les biens de son mary estant saisis réellement, il luy est absolument impossible de payer les frais de la voiture qui la conduira au lieu de son exil, et que cette impossibilité (raison supérieure à toute autre) est la seule qui luy ait fait differer son depart, et qu’elle oze alléguer pour excuse de son retardement.

Je ne puis vous répondre de ses résolutions intérieures, mais si ses discours estoient aussi sincères que son indigence est véritable, l’on pourroit compter sur son repentir et se fier à ses promesses, car elle manque assurément de toutes choses, et même des habits les plus nécessaires, la pluspart des meubles qui sont chez elle appartenant à des tapissiers qui voudroient les avoir dans leurs boutiques et perdre leurs loyers. Les gages du peu de valets qui luy restent sont entierement deubs, et, très-longtems, elle n’a vescu que d’emprunts et du peu d’argent que les cartes luy ont produit.

Dans ces circonstances, ozerois-je vous proposer d’exciter la libéralité du Roy en faveur d’une personne qui ne l’a pas méritée par sa conduitte, mais dont le malheur présent ne laisse pas d’estre un digne objet de compassion. Il semble aussi que sa naissance, quoy qu’un peu défigurée par la suitte de sa vie, mérite quelques égards, et que le Roy, dont la bonté est beaucoup au-dessus des règles ordinaires, peut luy accorder quelque secours en mesme tems qu’il luy fait sentir les justes effets de son indignation.

1127 octobre 1701 [Cottin, p. 87-88]J’adjousteray, à l’égard de madame de Murat dont ce mémoire fait mention, qu’elle est revenue à Paris après une absence de huit jours, qu’elle s’est réconciliée avec madame de Nantiat, et que les horreurs et les abominations de leur amitié réciproque font une juste horreur à tous leurs voisins [En marge, note de Pontchartrain : « Avertir M. le maréchal de Boufflers. Arrester Mme de Nantiat »].

Vous m’avez fait l’honneur de me dire que l’intention du Roy étoit que la première fût conduitte en prison, si elle s’opiniâtroit à désobéir, mais je vous suplie de vouloir bien déterminer sa prison, et de trouver bon que je vous représante que cette femme, indigne de son nom et de sa naissance, apartient à des personnes du premier rang, et qu’elle est grosse de cinq mois. Je croirois donc qu’il seroit plus juste et plus convenable de concerter avec ses parents les plus proches le lieu de sa retraitte, de l’y faire conduire avec quelques ménagemens, et d’y aporter d’autant plus de circonspection que toutes ses démarches font assez connoître qu’elle ne seroit pas fâchée qu’on précipitât son accouchement.

124 décembre 1701 [Cottin, p. 88-89]Je prends la liberté de vous envoyer une lettre que j’ay reçeue, ce matin, touchant la conduitte abominable de mesdames de Murat et de Nantiat, qui donnent, chaque jour, de nouvelles scènes au public : l’écriture de cette lettre paroît contrainte, et l’on peut aysément soupçonner que la réconciliation de ces deux fammes aura excité des sentimens de jalousie ou de vengeance dans le cœur d’une troisième, qui régnoit auparavant sur celuy de madame de Murat ; mais les blasphèmes, les obscénitez et l’yvrognerie qu’on leur reproche n’en sont pas moins véritables. Ainsy, j’espère que le Roy voudra bien employer son autorité pour les chasser de Paris ou même pour les renfermer, si l’on ne peut faire autrement [En marge, note de Pontchartrain : « A ordre sur l’une », à savoir Mme de Nantiat].

1311 février 1702[Cottin, p. 93-94]Madame de Nantiat est, enfin, partie pour sa province : ainsy, je vous renvoye la lettre de cachet qui m’authorizoit à la faire prendre dans la maison des écuries de S.A.R. madame la duchesse d’Orléans, où elle s’estoit retirée [En marge, note de Pontchartrain : « Bon. Observer »].

Madame de Murat continue à se distinguer par ses emportemens et par le dézordre de ses mœurs. Elle scayt que le Roy en est informé ; mais elle compte qu’il ne se trouvera aucune communauté religieuse assez hardie pour la recevoir. Je ne pense pas, en effet, qu’il y en ait aucune, et je ne pourrais avoir bonne opinion de celles qui en voudroient courir les risques : ainsy, quel autre party pourroit-on prendre, à l’égard d’une famme de ce caractère, que de la renfermer dans un château esloigné, où cent escus suffiront pour sa subsistence et pour celle de la plus vieille servante qu’on pourra choisir ? [En marge, note de Pontchartrain : « A. M. de Boufflers »].

Comme elle craint que l’horreur de sa vie ne luy attire cet ordre, elle affecte de se dire grosse et d’adjouter que son mary ne se plaignant pas de sa conduitte, le publiq a tort de ne la pas approuver : cependant, ce pauvre mary ne se taist que pour ne pas s’exposer aux fureurs d’une famme qui l’a pensé tuer deux ou trois fois, et les personnes les moins régulières ne supportent qu’avec peine les abominations dont celle-cy fait un espèce de triomphe. [En marge, note de Pontchartrain : « A. M. de Boufflers »].

1430 avril 1702 [Cottin, p. 97-98]J’apprends que madame de Murat écrit, du château de Loches, non seulement à sa famille, mais aux personnes qui estoient le plus impliquez dans son dézordre. Il semble donc qu’il n’y auroit pas moins de convenance que de justice à la priver de cette liberté généralle, la pluspart de ses lettres n’estant propres qu’à l’entretenir dans ses égaremens et à perpétuer son dézhonneur. Il seroit bon, aussi, qu’en attendant qu’on puisse tirer des débris de sa fortune quelque pension alimentaire, le commandant eût ordre de la nourrir avec la dernière frugalité. Je veux croire qu’il ne luy permet pasde recevoir aucune :visitte. Mais il pourroit n’estre pas inutille que vous voulussiez bien luy en écrire encore, affin qu’il ne luy arrive pas d’interpréter favorablement vostre silence et de céder a l’importumte de cette famme également adroitte et capricieuse, qui n’obmettra rienpour le faire venir à ses fins [En marge, note de Pontchartrain : « Répondu »].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mothu, « Les « impiétés domestiques » de Mme de Murat », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 04 | 2009, mis en ligne le 21 août 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/1394 ; DOI : 10.4000/acrh.1394

Haut de page

Auteur

Alain Mothu

Alain Mothu est ingénieur d'études à l'Université de Paris-Sorbonne CELLF 17-18 et E.H.E.S.S. Entre 2006 et 2008, il a tenu, à l’E.H.E.S.S., un séminaire intitulé « Parcours de l’incroyance, 16e-18e siècles ». Il a publié de nombreux articles et ouvrages collectifs sur la littérature philosophique clandestine, l'athéisme « d'ancien régime » et des « énergumènes » comme Geoffroy Vallée, Noël Journet ou Cyrano de Bergerac.
Dans Les Dossiers du GRIHL, il a notamment publié :
Quelques mots sur Geoffroy Vallée et ses proches
Cyrano et les hydropotes
Deux « jeunes éventés » : Geoffroy Vallée et Noël Journet
De la foi du charbonnier à celle du héros (et retour)
Le manuscrit philosophique clandestin existe-t-il ?

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org