Navigation – Plan du site
Hérésies et dissidences féminines

« Elle avoit même gagné des personnes de considération... » : les femmes et les hérésiologues

Xenia von Tippelskirch

Texte intégral

  • 1  « Car on a vu des fourbes et des imposteurs dans tous les siècles de l’église qui ont abusé les si (...)
  • 2  Jean-Baptiste Thiers, Traité des superstitions. Croyances populaires et rationalité à l'âge classi (...)

1Lorsque, en 1701, Jean-Baptiste Thiers, curé de Vibraye, interroge la visionnaire Catherine d’Almayrac il n’hésite pas à mobiliser des exemples « écrits » pour rendre compte de son entretien. Ainsi, dans une lettre qu’il adresse à l’évêque du Mans, il compare cette visionnaire qui ne brille pas par son mode de vie particulièrement dévot, aux autres dissidentes qui ont vécu au xviie siècle et dont il a eu connaissance par ses lectures1. Cependant, cet érudit théologien se réfère à des lectures plutôt disparates. Lui-même auteur d’un Traité des superstitions2, il n’a pas écrit de traité des hérétiques ; et à cette époque, il n’existe pas de répertoire historique accordant une place éminente aux femmes hérétiques, ni en langue française ni en langue latine. Dans la présente contribution, en essayant de recontextualiser historiquement le débat sur les femmes dissidentes, nous allons nous intéresser aux conditions qui ont permis pour la première fois à la fin du xviie siècle l’entrée massive de femmes dans l’historiographie de l’hérésie avec la Unparteiische Kirchen- und Ketzergeschichte (publiée en 1699) du piétiste Gottfried Arnold. Il nous semble utile, dans un premier temps, de présenter rapidement le genre littéraire des hérésiologies pour pouvoir ensuite nous pencher sur les particularités du texte d’Arnold et retracer le contexte spécifique qui y explique la mention de femmes dissidentes. Il semble, en fait, que l’œuvre participe à une controverse confessionnelle alimentée par une mise en jeu du rôle des femmes.

Historiographie des hérésies

  • 3  les textes de Eirenaios, Justinos et du (Pseudo-) Tertullien remontent au 2e siècle après J. C. le (...)
  • 4  Cf. par exemple 2 Thess, 2 ; 1 Cor 11, 19 ; Herbert Grundmann, « Oportet et haereses esse, Das Pro (...)

2Dès l’aube du christianisme, les théologiens se sont engagés dans l’écriture de l’histoire des hérésies : ils agissaient dans un but normatif, prescriptif, afin de délimiter le terrain de l’orthodoxie3. Face à la religion unique, orthodoxe, ils constataient les erreurs en doctrine et en pratique. Face à l’orthodoxie, ils dénonçaient les actions d’une foule d’hérétiques ayant des idées aberrantes et faisant preuve de comportements scandaleux : aux erreurs doctrinales s’ajoutaient en fait souvent (dans ces descriptions) la débauche et les mœurs corrompues. Du point de vue théologique – selon S. Paul –, les hérésies font partie intégrante de l’histoire du salut. L’église enseigne la vérité en réaction à de fausses convictions à partir du présupposé selon lequel la vérité des hommes est toujours limitée par rapport à la vérité divine4.

3Se forme ainsi au cours des siècles un corpus bien défini, un « genre littéraire », celui des histoires des hérésies. Ces textes instaurent une forte tradition scripturaire. Les auteurs se réfèrent en premier lieu à leurs prédécesseurs. Il s’agit d’un genre littéraire qui semble, au premier abord, peu susceptible de rendre compte d’un contexte de production particulier. Les textes publiés au début de l’époque moderne (dont il sera surtout question dans les pages qui suivent) partagent en effet de nombreux points communs. Ils énumèrent tous une longue liste d’hérétiques à partir des premiers âges de la chrétienté. ce qui peut varier à première vue, c’est l’ordre choisi (les cas peuvent être présentés soit par ordre alphabétique soit par ordre chronologique), l’ampleur des descriptions et l’actualité des cas abordés.

  • 5  Karl Rahner, « Häresiengeschichte », in : Lexikon für Theologie und Geschichte, Bd. 5, Freiburg, 1 (...)
  • 6  Il mentionne les auteurs catholiques suivants : Bernhard de Luxembourg, Catalogum haereticorum omn (...)
  • 7  Cf. Memoires de Trevoux, 1712, p. 1699 ss. (Article sur Hermant).

4Au fur et à mesure, les historiographes des hérésies ajoutent des cas plus récents, la liste des hérétiques s’allonge. Le développement de ce genre correspond tout à fait à celui des autres genres historiographiques et surtout à celui de l’historiographie ecclésiastique : Les auteurs sont de plus en plus guidés par le désir de constituer un catalogue le plus complet possible et se sentent obligés de fournir une liste de leurs sources. Karl Rahner constate en 1960 que l’histoire de l’historiographie des hérésies reste à écrire5 ; cependant les hérésiologues eux-mêmes rendent compte de la tradition (littéraire) sur laquelle ils se basent, et ceci de manière de plus en plus ample et réfléchie à partir de la fin du xviie siècle. Ainsi, Christian Walch, théologien protestant à l’université de Göttingen et conseiller consistorial ouvre son Entwurf einer vollständigen Historie der Kezereien, Spaltungen und Religionsstreitigkeiten (Projet d’une histoire complète des hérésies, schismes et controverses religieuses), publié en 1785, sur une longue liste de tous ses prédécesseurs classés selon leur appartenance confessionnelle : luthériens, réformés et catholiques6. Il ne se limite pas à consulter les textes écrits en allemand ou latin, il tient également compte de la production française et italienne. À l’époque, une dimension trans-confessionnelle émerge en fait dans ces études : depuis le xviiie siècle, même les catholiques tiennent compte de ce qui a été fait par les protestants7.

  • 8 « [...] erstlich diejenigen Personen, welche in diesen Streitigkeiten Partheien gewesen: zweytens d (...)

5D’après Walch, pour écrire l’histoire des hérésies, il faut se servir d’un réservoir de savoirs et d’outils (Hilfsmittel). Walch rappelle qu’il s’agit donc de parler de personnes qui ont pris parti dans des controverses, de choses sur lesquelles ces personnes n’étaient pas d’accord et enfin d’événements provoqués par l’écartèlement doctrinal8.

  • 9  « daß sie dabey nur gar zu oft ihre eigene Trokenheit habe, und daß sie dadurch so wohl; als daß s (...)

6Walch admet que les histoires d’hérésies mènent souvent le lecteur dans des « déserts » sans leur fournir le guide pour en sortir et qu’elles ne contiennent du divertissement que pour les « hommes sombres et mélancoliques »9. Il résume bien une caractéristique du genre : c’est devenu un lieu d’érudition qui n’est pas censé procurer de divertissement et qui ne s’adresse nullement à un public féminin.

  • 10  Cf. sur ce point le projet siefar de mise en ligne des Dictionnaires de femmes de l'ancienne Franc (...)

7Cela ne veut cependant pas dire qu’il s’agit d’un terrain neutre, impartial. L’intérêt d’étudier ce genre de textes réside dans le fait qu’ils nous permettent de retracer les délimitations des champs dogmatiques et confessionnels entre ce qui est jugé comme hérétique et de ce qui est considéré comme ne l’étant pas. Ce cadre nous permet aussi de nous interroger sur la place accordée aux femmes à l’intérieur de ce qui était tenu pour « hérétique ». Au delà de l’élaboration d’un simple catalogue « positiviste », il faut différencier et tenir compte des frontières mobiles des concepts utilisés soit pour ce qui est définit et décrit comme hérétique soit pour ce qui touche au rôle des femmes. Certes, les hérésiologues rendent aussi compte du rôle de certaines femmes exceptionnelles à l’intérieur de l’église, mais ils définissent surtout ce qui est possible, pensable, en délimitant un espace – et en mobilisant un univers métaphorique lié à la réalité sociale du moment de la rédaction de l’hérésiologie. On y trouve la construction de stéréotypes et la détermination d’archétypes. Il faut donc éviter de vouloir en tirer des conclusions trop rapides – de la même manière qu’il faut faire attention lorsqu’on utilise les répertoires de femmes illustres10. Il est pourtant tout à fait possible d’utiliser ces textes comme points de départ pour étudier les différences de genre dans les réflexions de l’époque au sujet de l’hérésie – en évitant de recourir à ces sources comme si elles étaient transparentes.

Les femmes dans les hérésiologies

  • 11  Jacques Carel de Sainte-Garde, Histoire des heresies et des heretiques, qui ont troublé l'eglise d (...)

8Tout d’abord un constat quantitatif : de manière générale, parmi les hérétiques mentionnés par les hérésiologues, on compte beaucoup moins de femmes que d’hommes. Les anciennes fonctionnent comme « types » ; c’est ce que l’on peut lire dans la plupart des compilations au sujet d’une « Hélène » (nommée parfois aussi « Sélène »), compagne du premier hérétique, Simon le magicien. S’il est présenté comme l’ancêtre de tous les hérétiques, elle est la mère de toutes les femmes hérétiques. L’hérésiologue Carel de la Sainte Garde, aumonier de Louis XIV, en parle dans son Histoire des heresies et des heretiques qui ont troublé l’eglise depuis la naissance de Jesus Christ jusques à présent, publiée en 1697, : « [Simon] enseignoit qu’une certaine femme débauchée, nommée Helene, qu’il avoit épousée, par la connoissance qu’elle avoit de ce qu’il vouloit, avoit créé les Anges & les autres Puissances spirituelles. »11

  • 12  Ibid, p. 488s. Walch juge l’œuvre de Carel de Sainte-Garde « ein schlechtes Werk, das nicht einmal (...)

9Simon est celui qui décide ; c’est lui qui confère le rôle de mère (des anges) à son épouse. Les anciennes ont bien sûr un statut particulier. Quand il s’agit des modernes, on pourrait s’attendre à des informations plus détaillées, or, la mention d’une femme quaker n’est pas très différente : « Marguerite Fett femme de Fox partagea avec lui les fonctions de son Ministère, & débita ses extravagances. »12

  • 13  Jean Hermant, Histoire des Heresies, où l'on verra par ordre alphabétique, le nom & l'histoire des (...)
  • 14  Ibid., p. 133.
  • 15  « Eloignez vous de leur société, dit S. Leon parlant de quelques hérétiques artificieux de son tem (...)

10Un autre compilateur, Jean Hermant, publie une Histoire des Hérésies13 en 1712. Non seulement le titre de l’ouvrage le rapproche du traité précédent, il dit également les mêmes choses à propos de Marguerite Fett. Dans les quelques lignes consacrées à Mme Guyon on sent qu’il ne la prend pas au sérieux, elle n’est pas valorisée en raison de ses propres doctrines et de son mode de vie, mais parce qu’elle a su convaincre d’autres personnes, des hommes surtout : « Elle avoit même gagné des personnes de considération... »14. C’est cette même attitude presque paradoxale que semble exprimer une ordonnance de Paul Godet des Marais, évêque de Chartres, publiée en 1695 à l’occasion de la diffusion des traités de Mme Guyon, dans laquelle il conseille aux femmes chrétiennes d’éviter le contact avec les hérétiques, sans prendre vraiment en considération la possibilité qu’il y ait des femmes hérétiques ou même hérésiarques15.

11Tandis que les théoriciens de la superstition et les démonologues déclarent de manière très énergique que les femmes sont le plus sujettes à la superstition, les histoires d’hérésies ne feront pas preuve, pendant longtemps, de tels efforts de généralisation. La question semble presque absente des discussions théoriques jusqu’à ce qu’elle ne soit abordée de manière explicite par Johann Andreas Schmidt, un professeur de théologie à l’université de Helmstedt, dans une soutenance publique qui a eu lieu en 1698 et dont il sera question ci-dessous de manière plus diffuse.

Unparteiische Kirchen- und Ketzergeschichte : Gottfried Arnold et les écrivaines mystiques

  • 16  Gottfried Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie. Vom Anfang des Neuen Testaments bis a (...)
  • 17  « Was war da in Halle für ein gaudium ? da mußte keine Mahlzeit vorbey gehen/ es ward auch bey Mem (...)
  • 18  Moreri résume : « L'histoire ecclésiastique d'Arnold lui attira quantité de persécutions; les théo (...)
  • 19  Cf. Wolfgang Bienert, « Ketzer oder Wahrheitszeuge. Zum Ketzerbegriff Gottfried Arnolds », in : Ze (...)

12En 1699-1700 apparaît la Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie (l’histoire impartiale de l’église et des hérétiques) de Gottfried Arnold (1666-1714)16, qui comprend pour la première fois dans l’histoire du genre littéraire de l’hérésiologie beaucoup de détails sur une série de femmes. L’œuvre d’Arnold a suscité tout de suite beaucoup d’attention, à « tous les repas, les membres de la faculté de théologie de Halle y lisaient des extraits et on recommandait aux étudiants de s’acheter le livre »17/ Cette œuvre écrite pendant la période radicale de Arnold a donné une forte impulsion à l’historiographie ecclésiastique18. Il se veut « impartial » dans son projet ambitieux, problématisant dès le préambule la notion d’hérétique (« Ketzer »)19 :

  • 20 « Es wissen die ketzermacher bis auf diese stunde noch nicht, was eigentlich ein ketzer oder ketzer (...)

[...] jusqu’à cette heure-ci les faiseurs d’hérétiques (Ketzermacher) ne savent ni ce que c’est un hérétique ni ce que c’est l’hérésie ni ce qui fait de quelqu’un un hérétique, et pourtant depuis le temps de la chute du vrai christianisme rien n’a été aussi rapide que d’en finir avec un hérétique20.

  • 21  « der irrthum des verstandes macht keinen zum ketzer, wohl aber der böse verkehrte eigene wille, d (...)
  • 22  « Es ist eine der größten menschlichen Thorheiten, wenn man in religions- und gewissens-sachen ein (...)

13En reprenant la formule de Alphonse de Castro il souligne que ce n’est pas l’erreur de raisonnement qui rend hérétique mais seulement la volonté opposée à la bonne volonté de Dieu21. Il souligne que c’est l’une des plus grandes stupidités humaines, que de prétendre que tous pensent de la même manière dans les affaires de religion et de conscience22.

  • 23  Cf. Schneider, « Der radikale Pietismus » cit., p. 414.
  • 24  Cf. Friedrich Wilhelm Kantzenbach, Theologisch-soziologische Motive im Widerstand gegen Arnold, Ja (...)
  • 25  Seeberg, Gottfried Arnold cit., p. 340f.
  • 26  Sur la position des femmes à l’intérieur du piétisme voir au moins les études suivantes : Richard (...)
  • 27  Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie cit., p. 208.
  • 28  Feustking se moque de l’admiration exprimée par Arnold pour cette prophétesse : « Von diesem fanat (...)
  • 29  Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie cit., p. 248 ss. ; cf. aussi Seeberg, Gottfried (...)
  • 30  Cf. Reinhard Breymayer, « Der wiederentdeckte Katalog zur Bibliothek Gottfried Arnolds », in: Diet (...)
  • 31  La démarche de citer fidèlement a été appréciée même par les adversaires d’Arnold, cf. par exemple (...)
  • 32  Dixon, « Faith and History » cit., p. 46-47.
  • 33  Cf. sur ce point aussi Rahner, « Häresiengeschichte » cit., p. 11, qui soutient :« im 18. Jahrhund (...)
  • 34  Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 118.
  • 35  Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 119.
  • 36  « warum er diese letzt worte nicht mit schlechten cicero Burchstaben wie Modellerus sondern mit Sc (...)

14Cependant il part d’un présupposé qui influence son écriture de manière décisive (comme le soutiennent justement aussi ses adversaires). Son intention est en effet de montrer la décadence progressive de l’institution ecclésiastique et la corruption du clergé, ceux qui se sauvent dans cette optique font partie de l’église invisible de la foi, ce sont les « chrétiens sans église » (pour réemployer la formulation heureuse de Kolakowski). Le critère distinctif n’est plus une orthodoxie déterminée confessionnellement, mais une orthopraxie, la piété vécue23. Avec son œuvre historiographique, Arnold se positionne comme un dissident par rapport au luthéranisme orthodoxe et sera accusé par la suite même par d’autres piétistes24. Seeberg montre que l’idée de la décadence de l’église – fondamentale pour Arnold – pourrait être expliquée par une appropriation des textes de Jeanne Guyon, d’Antoinette Bourignon et de leur éditeur et apologète Pierre Poiret25. C’est n’est donc pas un hasard si, à l’intérieur de cette démarche, Arnold peut donner place à des figures féminines exceptionnelles26, en tant que croyantes qui se sont détachées des églises institutionnalisées. Il le fait en accordant beaucoup d’importance à la transmission écrite des savoirs : Non seulement il donne souvent les titres exacts des œuvres publiées ou des autres sources qu’il a utilisées pour rendre compte des doctrines et des événements de leur vie, il cite aussi de longs passages de leurs écrits, entre autres une préface de la mystique anglaise Jane Leade27, l’autobiographie d’Anna Vetter28, ainsi que des biographies d’Antoinette Bourignon, des avis contradictoires sur cette femme et la liste de ses œuvres dont il cite des longs extraits29. Le catalogue de sa bibliothèque confirme qu’il a possédé ces écrits dont il se fait le promoteur30. Il veut, dit-il explicitement, éviter une condamnation a priori et invite le lecteur à en tirer ses propres conclusions, à profiter des éléments positifs contenus dans ces textes31. C’est cette position même qu’attaque Ernst Salomon Cyprian, le critique le plus virulent d’Arnold, qui juge son usage des sources incorrect et acritique. Il décrit Arnold comme un mauvais historien qui se base sur des documents de provenance souvent obscure et surtout trop enracinés dans des expériences personnelles pour pouvoir rédiger une histoire générale de l’église32. Il est évident que l’écrit et la transmission par l’écrit assume un rôle très important dans l’histoire de l’hérésie de Arnold. L’importance des liens intertextuels semble évidente pour le genre des hérésiographies, surtout à la fin du xviie siècle quand les auteurs se soucient de procurer des « preuves »33, mais Arnold donne aux sources premières un statut tout particulier. C’est d’ailleurs, ce que son adversaire Johann Heinrich Feustking a bien vu : il accuse Arnold de mener « les âmes innocentes loin des sources pures d’Israël vers des flaques de purin puantes » (« stinkende Mist-pfützen »)34. C’est-à-dire vers les écrits des mystiques dont il prétend qu’ils contiennent des éléments valables. Feustking doute de cela en faisant une nette distinction entre l’écrit et son auteur (même si les auteures se sont converties vers la fin de leur vie, cela ne veut pas dire que leurs écrits ne peuvent pas nuire aux lecteurs)35. D’ailleurs, ce n’est pas seulement le contenu de l’œuvre d’Arnold qu’il trouve dangereux, c’est aussi la mise en forme qui met en valeur les présupposées de l’auteur. Feustking dénonce l’usage d’« erhabene littern », de caractères typographiques qui font sauter aux yeux les discours que les femmes en extase prononcent contre le clergé36.

  • 37  Cf. aussi la contribution de Adelisa Malena, complémentaire à cet article (lien)
  • 38  Johann Christoph Adelung, Geschichte der menschlichen Narrheit, oder Lebensbeschreibungen berühmte (...)

15Cependant, c’est surtout grâce à la lecture qu’en fait son adversaire Feustking que Arnold devient le précurseur des hérésiologues qui accordent une place particulière au rôle des femmes à l’intérieur des mouvements hérétiques37. C’est à travers la réappropriation et la réinterpretation de Feustking que les notices des femmes dissidentes mentionnées par Arnold trouvent leur chemin dans les traités misogynes d’Adelung et de l’abbé Grégoire38.

  • 39  Cf. Schneider, Der radikale Pietismus, cit., p. 398.
  • 40  Cf. pour la reconstruction détaillée de ces phénomènes et du débat qui les a accompagnés : Judd St (...)
  • 41  Cf. Schneider, « Der radikale Pietismus » cit., p. 401, 426, 427.
  • 42  Stitziel, « God, the Devil, Medicine », cit., p. 322.
  • 43  Cf. Breymayer, « Der wiederentdeckte Katalog » cit.

16Contrairement à ce qu’on pourrait penser en lisant l’écrit pamphlétaire de Feustking, Arnold ne sépare pas de manière stricte les femmes des hommes hérétiques, mais il constitue des catégories qui peuvent contenir plus facilement des femmes : notamment la catégorie de ceux et celles qui ont eu des visions, révélations au cours du xviie siècle. Cette catégorisation correspond à un certain non-conformisme social que l’on observe à l’intérieur du mouvement du piétisme radical39. Les phénomènes visionnaires apparaissent vers la fin du xviie siècle particulièrement important pour le piétisme – aussi en tant que moment déclencheur pour la controverse entre orthodoxes et piétistes. à partir de l’année 1691, une série de femmes extatiques, « begeisterte Mägde », (surtout dans le nord et le centre de l’Allemagne) appellent à la pénitence, annoncent la punition des impénitents et prophétisent le sauvetage des pieux. Les opposants des piétistes essaient de tirer immédiatement profit de ces événements et publient une succession d’écrits pour discréditer le mouvement40. En 1693 apparaît anonymement une description des « bêtises provoquées par les piétistes à Halberstadt » (Ausführliche Beschreibung des Unfugs welchen die Pietisten zu Halberstadt (…) gestiftet), suivie des réponses des fondateurs du piétisme, Philipp Jacob Spener (1693) et de August Hermann Francke (1692, 1694)41. Tandis que Spener se différencie de manière véhémente des « begeisterte Mägde » craignant le discrédit de tout le mouvement piétiste, Francke ne va pas jusque là ; il ne se prononce pas très ouvertement en public et ses lettres à Spener sont pleines de détails sur les extases des femmes42. Des écrits importants de ce débat se retrouvent dans la bibliothèque d’Arnold.43

17Stiziel résume le danger vu par les luthériens orthodoxes dans les termes suivants :

  • 44  Stiziel, « God, the Devil, Medicine », cit., p. 337.

More than simply embodying Pietist beliefs about inspiration, the women and their words directly challenged, just as the Pietists did, the Ortodox’s power and Monopoly over the Word. The reasons for the Orthodox’s emphasis on the disorders embodied in and caused by the women come into sharper focus by considering the contrast between the formulaic Orthodox written Word, memorized catechisms, and sermons which were heard silently by the congrégation and the begeisterte Mägde’s and the Pietists’ spontaneous speech. The women’s words and actions represented disorder and lack of control exactly because they bypassed and superseded the Orthodox written and verbal forms44.

  • 45  Cf. le chapitre sur la religiosité radicale et la question du genre de Barbara Hoffmann, Radikalpi (...)

18Cette même controverse se poursuit dans les historiographies d’Arnold et de Feustking et donne donc un statut différent à ces répertoires érudits. La place accordée aux femmes à l’intérieur de l’œuvre d’Arnold dépend fortement de son positionnement confessionnel45. En considérant l’action d’écriture et – dans une certaine mesure – de compilation du piétiste Arnold nous pourrions aller encore plus loin que les observations de Stitziel : ce qui est menacé par la Unparteiische Kirchen- und Ketzergeschichte, c’est aussi le domaine de la communication érudite. Arnold fait entrer les mots écrits des femmes dans l’écriture de l’histoire ecclésiastique. Les dissidentes deviennent un défi pour l’historiographie dogmatique par le biais de l’utilisation de l’écriture.

  • 46  Gottfried Arnold, Supplementa, Illustrationes und Emendationes zur Verbesserung der Kirchen- und K (...)

19Cette démarche lui permet d’accueillir des renseignements obtenus par des coreligionnaires. Dans l’annexe, ajouté après la première édition du texte (1703)46, Arnold reproduit ainsi une liste de « témoins de la vérité » (Zeugen der Wahrheit) qu’il avait reçu du piétiste Friedrich Breckling (1629-1711)– où celui-ci distingue nettement entre hommes et femmes en nommant une série de références bibliographiques de textes écrits par des mystiques (de toute confession confondue).

  • 47  Johannes Andreas Schmidt, Dux foemina facti Haereseos vel autor vel fautor sive mulier heterodoxa (...)
  • 48  Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 48.
  • 49  Christian Juncker / Abraham Gottleber, Centuria foeminarum eruditione et scriptis illustrium, Leip (...)
  • 50  À ce débat participent Leibniz, Poiret, Bayle, Senkendorff, cf. Xenia v. Tippelskirch, « Antoinett (...)

20Mais il permet aussi d’intégrer des éléments discursifs nés dans un contexte différent : Au moment de la rédaction de la première partie de l’œuvre d’Arnold, à l’université luthérienne de Helmstedt sont présentées au public académique deux soutenances avec réponse de Schmidt : Dux foemina facti haereseos vel autor vel fautor sive mulier heterodoxa, un texte qui a été publié à deux reprises (1697 et 1711)47 et semble avoir connu une certaine fortune parmi les érudits de l’époque (Feustking parle d’une « beliebte Disputation »48) et le texte Mulier Orthodoxa (1698) où il montre que des femmes ont pu être auteures de doctrine orthodoxe, mais ses exemples s’arrêtent au xe siècle. Il conclut que la femme peut tout à fait apprendre la doctrine, mais qu’elle ne doit pas en enseigner. Aussi dans le premier texte Schmidt donne surtout des exemples « anciens » ; du xviie siècle il cite trois femmes quaker, une autre dont discute Christian Juncker, auteur d’un catalogue de femmes érudites49, et Antoinette Bourignon qui est entrée dans le débat érudit de la république des lettres dès la publication de ses œuvres et de sa vie (1686)50. Cette soutenance naît d’un contexte discursif différent, il ne s’agit pas de la controverse entre orthodoxes luthériens et piétistes, mais du débat sur l’érudition féminine et donc d’une contribution à la querelle des femmes. Néanmoins, dans les annexes de son texte, Arnold se réfère à Schmidt et en tire des détails qu’il ajoute à son texte sans entrer dans le thème du débat de la femme érudite (« gelahrten Frauenzimmer »).

  • 51  Pour poursuivre, on pourrait mettre cela en relation avec le fait que Arnold développe dans Das Ge (...)

21Nous pouvons donc conclure que la place accordée aux femmes par Arnold ne naît pas d’un hasard, mais est à replacer dans le contexte d’une controverse très particulière. Ceci pourrait se traduire dans une simple mention de femmes, il semble pourtant intéressant qu’il accorde autant d’importance à leurs écrits. L’hérésiologue ne produit donc pas seulement des femmes de papier, mais met en valeur des femmes de plume. à l’intérieur d’une croyance qui chamboule le concept du « Ketzer », il ne s’agit donc pas seulement de mettre en valeur un mode de vie particulièrement dévot, mais une pratique qui détourne les modes de communication des théologiens luthériens mêmes. Démarche qu’Arnold poursuit après avoir terminé l’œuvre historiographique en traduisant et publiant des textes de Mme Guyon.51

Haut de page

Notes

1  « Car on a vu des fourbes et des imposteurs dans tous les siècles de l’église qui ont abusé les simples par de faux miracles, de fausses extases, de fausses révélations, de fausses prédictions, de fausses conversions et sans qu’il soit de besoin de remonter jusqu’aux siècles éloignés, on en trouve plusieurs exemples dans les derniers siècles et sur tout des personnes du sexe fragile […] ». BN Ms Fr 20973, f. 149. Pour le contexte de cet épisode voir : Antoine Durengues, Monsieur Boileau de l'archevêché, Agen, Imprimerie moderne, 1907, p. 239-305.

2  Jean-Baptiste Thiers, Traité des superstitions. Croyances populaires et rationalité à l'âge classique. Texte établi, présenté et annoté par Jean Marie Goulemot, Paris, Le Sycomore, 1984.

3  les textes de Eirenaios, Justinos et du (Pseudo-) Tertullien remontent au 2e siècle après J. C. le titre suivant, publié au xviiie siècle en traduction française, est exemplaire pour leur orientation : Tertulien, Traité des prescriptions contre les hérétiques traduit en françois avec des remarques, A Paris, Chez Le Mercier, 1729. Cf. introduction de R. F. Refoulé dans Tertullien, Traité de la prescription contre les hérétiques, Paris, Cerf, 1957  [2006].

4  Cf. par exemple 2 Thess, 2 ; 1 Cor 11, 19 ; Herbert Grundmann, « Oportet et haereses esse, Das Problem der Ketzerei im Spiegel der mittelalterlichen Bibelexegese » ; in : Archiv für Kulturgeschichte 45 (1963), p. 129-164.

5  Karl Rahner, « Häresiengeschichte », in : Lexikon für Theologie und Geschichte, Bd. 5, Freiburg, 1960, p. 8-11, ici : 10. Ce constat est toujours valable. Une tentative comparative intéressante (pour une période précédente à celle qui est au centre de cette contribution) se trouve dans : Marcus Pyka, « Religion und die Popularisierung ‘ewiger Wahrheiten’. Das Beispiel christlicher und islamischer Häresiographien », in : Carsten Kretschmann (dir.), Wissenspopularisierung: Konzepte der Wissensverbreitung im Wandel, Berlin, Akademie Verlag, 2003, p. 47-73 qui ajoute un annexe utile avec une liste chronologique d’hérésiographies chrétiennes, islamiques et hébraïques (avec 31 hérésiographies chrétiennes pour la période 1500-1800), p. 74-77.

6  Il mentionne les auteurs catholiques suivants : Bernhard de Luxembourg, Catalogum haereticorum omnium, 1524 ; Gabriel Prateolus, Elenchus haereticorum omnium, 1569; Alphonsus de Castro, Adversus omnes haereses; Jean Hermant, Histoire des heresies, 1712; Theodor Petrejus, Catalogus haereticorum, 1628; Ambrogio Rusconi,Triumphus catholicae veritatis adversus omnes haereses, ac eorum auctores, 1619; Bonaventura Malvasia, Catalogus omnium haeresium, 1661; Jacques Carel de Sainte Garde, Histoire des heresies et des heretiques depuis jesus Christ jusques a present, 1697; Dominico Bernini, Istoria di tutte l'heresie, 1705; Charles Du Plessis d'Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus, 1724-1734; GaetanoMaria Travasa, Storia delle vite degli Eresiarchi, 1752-1759; Amadeo di Cesare, Eresiologia, 1736.Cf.Christian Wilhelm Franz Walch, Entwurf einer vollständigen Historie der Kezereien, Spaltungen und Religionsstreitigkeiten, bis auf die Zeiten der Reformation, Leipzig, Weidmanns Erben und Reich, 1785, p. 53s.

7  Cf. Memoires de Trevoux, 1712, p. 1699 ss. (Article sur Hermant).

8 « [...] erstlich diejenigen Personen, welche in diesen Streitigkeiten Partheien gewesen: zweytens die Sache, worüber sie uneinig gewesen: drittens die Begebenheiten selbst, welche durch solchen Zwiespalt veranlasset worden. [...] Sind Schriften gewechselt worden so ist eine genaue und richtige Käntnis derselben unentbehrlich. » Walch, Entwurf einer vollständigen Historie cit., p. 13-17.

9  « daß sie dabey nur gar zu oft ihre eigene Trokenheit habe, und daß sie dadurch so wohl; als daß sie uns oft in wüste Gegenden seze, daß man nicht allein keinen Ausweg finden kan; sondern auch in der That nicht weis, wo man ist, und durch die neuern Führer, die den Weg weisen wollen, noch mehr in Verwirrung geräht, auch das munterste Gemüht endlich ermüde und daß sie sehr wenig von dem Vergnügen, so sonst die historie als ein Eigentum besitzt, bey sich habe, dieses alles lehret die Erfahrung, welche gewiss nur von sehr wenigen, und noch dazu finstern und melancholischen Männern geleugnet werden wird. » Ibid., p. 3r.

10  Cf. sur ce point le projet siefar de mise en ligne des Dictionnaires de femmes de l'ancienne France: http://www.siefar.org/DicoPresAncDict.html.

11  Jacques Carel de Sainte-Garde, Histoire des heresies et des heretiques, qui ont troublé l'eglise depuis la naisssance de Jesus Christ jusques à présent, A Paris, 1697, p. 17.

12  Ibid, p. 488s. Walch juge l’œuvre de Carel de Sainte-Garde « ein schlechtes Werk, das nicht einmal in Frankreich Achtung erhalten ». Walch, Entwurf einer vollständigen Historie cit., p. 54.

13  Jean Hermant, Histoire des Heresies, où l'on verra par ordre alphabétique, le nom & l'histoire des hérésiarques qui ont troublé l'eglise, depuis la naissance de jesus christ jusqu'à présent, & les erreurs qu'ils y ont répandues. Avec un traité qui résout plusieurs questions générales touchant l'hérésie, traduit du latin d'Alphonse De Castro, Rouen: Chez Jean-Bapt Besongne, 1712. Il s’agit d’une adaptation de l’Adversus omnes haereses (Paris 1534) d’Alphonsus de Castro. Cf. André Rayez, Hermant, Jean, dans : Dictionnaire de spiritualité, t. 7, Paris, 1968, p. 315-316.

14  Ibid., p. 133.

15  « Eloignez vous de leur société, dit S. Leon parlant de quelques hérétiques artificieux de son temps. Et vous principalement, ô femmes chrétiennes, abstenes-vous de leur commerce, & de leurs entretiens; de peur qu'attirées par le plaisir d'entendre ces nouveautés, vous ne tombiez dans les pièges du diable, qui sçachant qu'il a chassé l'homme du Paradis par la trop grande crédulité de la première femme, dresse avec plus de sécurité ses embûches à vôtre sexe, dans le dessein qu'après vous avoir séduites, il vous ravira bien-tôt la foi & la vertu. » Ordonnance et instruction pastorale de Monseigneur l'Evesque de Chartres pour la condamnation des livres intitulez Analysis orationis mentalis &c. Moien court & tres facile de faire oraison &c Regle des Associez a l'Enfance de Jesus &c Le Cantique des Cantiques de Salomon, interpreté selon le sens mistique &c & d'un Manuscrit qui a pour titre les Torrens, Paris, Louis Josse, 1695, p. 45.

16  Gottfried Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie. Vom Anfang des Neuen Testaments bis auf das Jahr Christi 1688, Frankfurt, 1699-1700 ; 21729, Facs. Hildesheim, Olms, 1967. Arnold fait ses études de théologie à Wittenberg, se rapproche ensuite des cercles piétistes de Spener à Frankfurt. Après la publication d’une œuvre sur les premiers chrétiens, en 1698, on le nomme professeur d’histoire d’église a Gießen, il renonce à son poste peu de temps après parce qu’il ne lui semble pas compatible avec sa foi et assume des positions de plus en plus radicales. à partir de 1702, il se modère (après avoir épousé la fille d’un superintendant, fait que ses biographes relient directement à sa modération), il accepte la charge de pasteur puis celle de superintendant (1707) à Perleberg.

17  « Was war da in Halle für ein gaudium ? da mußte keine Mahlzeit vorbey gehen/ es ward auch bey Membris der Theologischen Fakultät etwaß drauß gelesen/ und das Buch zu kauffen den studiosis fleissig recommendiret und affigirt » cit. dans Hans Schneider, « Der radikale Pietismus im 17. Jahrhundert », in : Martin Brecht (dir.), Der Pietismus vom 17. zum frühen 18. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1993, p. 413.

18  Moreri résume : « L'histoire ecclésiastique d'Arnold lui attira quantité de persécutions; les théologiens se déchaînerent contre lui, & le déchirerent, comme le défenseur de tous les hérétiques. » Louis Moreri, Le grand dictionnaire historique (1759), Genève, Slatkine Reprints, 1995.Cf. sur Arnold au moins : Eric Seeberg, Gottfried Arnold. Die Wissenschaft und die Mystik seiner Zeit - Studien zur Historiographie und zur Mystik, Meerane 1923 ; Jürgen Büchsel, Gottfried Arnold. Sein Verständnis von Kirche und Wiedergeburt, Witten 1970, Dietrich Blaufuß et Friedrich Niewöhner (dir.), Gottfried Arnold (1666-1714). Mit einer Bibliographie der Arnold-Literatur ab 1714, Wiesbaden, 1995; C. Scott Dixon, « Faith and history on the eve of enlightenment: Ernst Salomon Cyprian, Gottfried Arnold, and the History of Heretics », in: The Journal of Ecclesiastical History 57 (2006), p. 33-54.

19  Cf. Wolfgang Bienert, « Ketzer oder Wahrheitszeuge. Zum Ketzerbegriff Gottfried Arnolds », in : Zeitschrift für Kirchengeschichte 88 (1977), p. 230-246.

20 « Es wissen die ketzermacher bis auf diese stunde noch nicht, was eigentlich ein ketzer oder ketzerey seye, und was einen zum ketzer mache; und gleichwohl ist man in den zeitten des abfals von dem lauteren christenthum mit nichts so geschwind fertig gewesen als mit einem ketzer.“ Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie cit., p. 2v n.n.

21  « der irrthum des verstandes macht keinen zum ketzer, wohl aber der böse verkehrte eigene wille, der dem allein guten willen Gottes widerstrebet ». Ibid.

22  « Es ist eine der größten menschlichen Thorheiten, wenn man in religions- und gewissens-sachen einen andern just nach unserm begriff haben will, und den, der nicht dencket, wie ich dencke, und sich eben denselben begriff machen kan, gleich zu einem ketzer  machet, oder ihm sonst ehrenrührige, verächtliche und verhaßte nahmen gibt; da doch sicherlich unter so viel tausend menschen zwey gefunden werden, die in allem einerley begriff von Gott, göttlichen dingen, seinen führungen mit den menschen, von der wahrheit und lügen etc. haben. » Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie cit., p. 3r n.n.

23  Cf. Schneider, « Der radikale Pietismus » cit., p. 414.

24  Cf. Friedrich Wilhelm Kantzenbach, Theologisch-soziologische Motive im Widerstand gegen Arnold, Jahrbuch der Hessischen Kirchengeschichtlichen Vereinigung,24 (1973), p. 33-51.

25  Seeberg, Gottfried Arnold cit., p. 340f.

26  Sur la position des femmes à l’intérieur du piétisme voir au moins les études suivantes : Richard Critchfield, « Prophetin, Führerin, Organisatorin : zur Rolle der Frau im Pietismus », in : Barbara Becker-Cantarino (dir.), Die Frau von der Reformation zur Romantik, Bonn, Bouvier, 1980, p. 112-137 ; Ulrike Witt, Bekehrung, Bildung und Biographie : Frauen im Umkreis des Halleschen Pietismus, Tübingen, Niemeyer, 1996 ; Lucinda Martin, « Female Reformers as the Gatekeepers of Pietism : The Example of Johanna Eleonora Merlau and William Penn », in : Monatshefte 95, 1 (2003), p. 33-58.

27  Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie cit., p. 208.

28  Feustking se moque de l’admiration exprimée par Arnold pour cette prophétesse : « Von diesem fanatischen Weibe und ihren vielfältigen Visionibus, würde schwerlich einer etwas gewusst haben, wenn nicht Gottfried Arnold in seiner Ketzer-historie dieselbige al seine erleuchtete Prophetin ausgerufen. Io. Henr. Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum, oder Historie und Beschreibung der falschen Prophetinnen, Quäckerinnen, Schwärmerinnen, und andern sectirischen und begeisterten Weibes-Personen durch welche die Kirche Gottes verunruhiget worden; sambt einem Vorbereicht und Anhang entgegen gesetzet fenen adeptis Godofredi Arnoldi. Franckfurt/ Leipzig, Christano Gerdesio, 1704, p. 649. Cf. aussi Friedrich Wilhelm Kantzenbach, Die Ansbacher Visionärin und Prophetin Anna Vetter, Zeitschrift für bayerische Kirchengeschichte, 45 (1976), p. 26-32.

29  Arnold, Unparteiische Kirchen- und Ketzerhistorie cit., p. 248 ss. ; cf. aussi Seeberg, Gottfried Arnold cit., p. 347, note 4.

30  Cf. Reinhard Breymayer, « Der wiederentdeckte Katalog zur Bibliothek Gottfried Arnolds », in: Dietrich Blaufuß et Friedrich Niewöhner (dir.): Gottfried Arnold (1666-1714), Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1995 (Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel / Wolfenbütteler Forschungen, Bd. 61), p. 55-143 ; ders., Die Bibliothek Gottfried Arnolds (1666-1714), des Verfassers der « Unpartheyischen Kirchen- und Ketzerhistorie », in : Ling. Bibli. 6/ 39 (1976), S. 86-132.

31  La démarche de citer fidèlement a été appréciée même par les adversaires d’Arnold, cf. par exemple Johann Lorenz Mosheim, Versuch einer Unpartheiischen und gründlichen Ketzergeschichte, Helmstedt, Weygand, 1746, p. 13.

32  Dixon, « Faith and History » cit., p. 46-47.

33  Cf. sur ce point aussi Rahner, « Häresiengeschichte » cit., p. 11, qui soutient :« im 18. Jahrhundert beginnen dann die historischer ausgerichteten Ketzergeschichten und Ketzerlexika ».

34  Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 118.

35  Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 119.

36  « warum er diese letzt worte nicht mit schlechten cicero Burchstaben wie Modellerus sondern mit Schwabacher und erhabene littern hat drucken lassen? hat er es nicht deswegen gethan, das Predigt-Ampt zu denigriren und in Verachtung zubringen, daß man dafür einen Abscheud trage, und ein jeder sich dessen auffsicht und Tröstungen entziehe? das kan er selber nicht leugnen, sintmal er von Anfang bis zu Ende seiner Ketzer-Historie alle die grobe Reden und hefftige injurien, die bald dieses bald jenes Teuffels Kind wider das ministerium ausgestossen, mit grossen Buchstaben hat setzen lassen, die einem guten Leser so fort in die Augen fallen und ihm dadurch eine übele opinion von den Geistlichen beybringen. »Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 288.

37  Cf. aussi la contribution de Adelisa Malena, complémentaire à cet article (lien)

38  Johann Christoph Adelung, Geschichte der menschlichen Narrheit, oder Lebensbeschreibungen berühmterSchwarzkünstler, Goldmacher, Teufelsbanner, Zeichen- und Liniendeuter, Schwärmer, Wahrsager und anderer philosophischerUnholden, Leipzig: Weygand, 1785-1789, Teil 4, p. 193. L’abbé Gregoire dénonce (au début du xixe siècle) surtout le magistère des femmes (et se réfère avec ceci surtout à Feustking). Cf. Catherine Maire, « L'abbé Grégoire devant les prophétesses. » in : Rivista di storia del Cristianesimo, no. 2 (2007), p. 411-29.

39  Cf. Schneider, Der radikale Pietismus, cit., p. 398.

40  Cf. pour la reconstruction détaillée de ces phénomènes et du débat qui les a accompagnés : Judd Stitziel, « God, the Devil, Medicine, and the Word : A Controversy Over Ecstatic Women in Protestant Middle Germany 1691-1693 », in : Central European History, 29, n. 3 (1996), p. 309-338.

41  Cf. Schneider, « Der radikale Pietismus » cit., p. 401, 426, 427.

42  Stitziel, « God, the Devil, Medicine », cit., p. 322.

43  Cf. Breymayer, « Der wiederentdeckte Katalog » cit.

44  Stiziel, « God, the Devil, Medicine », cit., p. 337.

45  Cf. le chapitre sur la religiosité radicale et la question du genre de Barbara Hoffmann, Radikalpietismus um 1700. Der Streit um das Recht auf eine neue Gesellschaft, Frankfurt, Campus, 1996, 166-174.

46  Gottfried Arnold, Supplementa, Illustrationes und Emendationes zur Verbesserung der Kirchen- und Ketzergeschichte, Frankfurt, 1703.

47  Johannes Andreas Schmidt, Dux foemina facti Haereseos vel autor vel fautor sive mulier heterodoxa ad lucum hieronymi in epist. ad Ctesiphonetem Doma Praeside Joanne Andrea Schnimdt SS. Theol. D. ejusdemque & Antiqq. Sacr. Prof. Publ. Ord. & Ordinis sui h.t. Decano Dissertatione Historico Ecclesiastica delineata & publico eruditorum examini submissa ad d. 30 Octobr. MDCXCVII Ab Autore Respondente Joanne Wilh. Offeney, Nordhus. Cherusc. Recusa. 1711.

48  Feustking, Gynaeceum Haeretico Fanaticum cit., p. 48.

49  Christian Juncker / Abraham Gottleber, Centuria foeminarum eruditione et scriptis illustrium, Leipzig, Fleischer 1692.

50  À ce débat participent Leibniz, Poiret, Bayle, Senkendorff, cf. Xenia v. Tippelskirch, « Antoinette Bourignon. Légitimation et condamnation de la vie mystique dans l’écriture (auto)biographique: enjeux historiographiques », in: J.-C. Arnould/Sylvie Steinberg (dir.), Les Femmes et l'écriture de l'histoire (1400-1800), Rouen, PURH, 2008, p. 231-248 et la contribution de Myriam de Baar.

51  Pour poursuivre, on pourrait mettre cela en relation avec le fait que Arnold développe dans Das Geheimnis der göttlichen Sophie (1700) et dans Das eheliche und uneheliche Leben (1702) une théorie des genres : Dieu n’a pas de genre, mais il est venu sur terre en tant qu’homme, Adam avait les deux principes (homme/femme), il a perdu la partie féminine. Sophie, sagesse divine est un principe féminin que l’homme doit récupérer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xenia von Tippelskirch, « « Elle avoit même gagné des personnes de considération... » : les femmes et les hérésiologues », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 04 | 2009, mis en ligne le 05 septembre 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/1404 ; DOI : 10.4000/acrh.1404

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org