Navigation – Plan du site
Les manuscrits de la Bible historiale

Les manuscrits de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’une œuvre médiévale

Eléonore Fournié

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Assemblée nationale - Service de la bibliothèque et des archives

Introduction

1Œuvre de Guyart des Moulins, la Bible historiale est le seul ouvrage de la fin du Moyen Âge à comprendre l’ensemble des livres testamentaires, traduits en prose et en français, à partir de l’Histoire Scholastique de Pierre le Mangeur et de la Vulgate de Jérôme. Actuellement, en sont conservés à travers le monde 144 exemplaires, complets ou fragmentaires, écrits entre le début du xive siècle et le début du xive siècle. Nous proposons ci-contre le Catalogue des manuscrits de la Bible historiale, qui comprend, en principe, une notice par manuscrit. Nous présentons ci-dessous les principales caractéristiques de cette œuvre littéraire, historique et biblique.

2La Bible historiale est une des productions majeures de la littérature du Moyen Âge et pourtant négligée car, trop vite lue, elle a été peu étudiée en tant que telle, souvent utilisée comme « illustration » des bibles richement enluminées au xive siècle. Nous proposons donc de considérer ici cet ouvrage comme un objet d’Histoire ; en nous appuyant sur ces 144 manuscrits, réalisés sur plus de deux siècles, nous déterminerons des paramètres inédits d’analyse (contenu, géographie, chronologie, artistes, propriétaires) afin d’essayer d’en déterminer la place et l’importance dans les pratiques de la dévotion laïque à la fin du Moyen Âge.

3Après avoir défini quelques aspects littéraires de cette « Bible », il faudra tenter de comprendre les motivations qui ont poussé Guyart, clerc picard de la collégiale d’Aire-sur-la-Lys, à entreprendre ce gigantesque travail de traduction et de compilation, et tenter aussi d’établir la forme que pouvai(en)t avoir le(s) manuscrit(s) autographe(s) perdu(s). Par la suite, nous attachant fermement au manuscrit comme résultat de paramètres historiques variables, nous envisagerons, dans un perpétuel aller-retour entre l’ensemble des manuscrits et l’individualité de chacun, entre le long terme d’une production de la fin du Moyen Âge, le moyen terme de la vie d’un scribe ou d’un enlumineur - dont certains ont réalisé au cours de leur vie plusieurs exemplaires de la Bible historiale - et le court terme de la fabrication d’un manuscrit unique, l’intégralité de ce corpus afin d’en comprendre l’organisation (contenu biblique et programme iconographique), le dynamisme (production et diffusion) et la place dans la société de la fin du Moyen Âge (utilité et utilisation).

La Bible historiale : une œuvre de la littérature médiévale

  • 1  Voir Chistopher De Hamel, La Bible - Histoire du Livre, Paris, Phaïdon, 2002, Guy Lobrichon,La Bib (...)
  • 2  Nous renvoyons au Catalogue des manuscrits de la Bible historiale pour une bibliographie plus préc (...)

4Souvent citée par les historiens d’art pour les très nombreuses miniatures qu’elle contient, appréciée par les spécialistes de littérature médiévale pour la traduction en langue vernaculaire qu’elle offre, mentionnée dans les ouvrages généraux sur la Bible au Moyen Âge1 comme témoin de l’élaboration d’une Bible en français à l’usage des laïcs à la fin du xiiie siècle, la Bible historiale a pourtant été peu étudiée et elle n’a, jusqu’à ce jour, jamais fait l’objet d’une publication raisonnée cernant l’ampleur et la diversité de sa production. Cependant, un très grand nombre de manuscrits possède des notices individuelles dans des catalogues de bibliothèques – souvent fortes anciennes, apportant plus ou moins de précisions2 – ou dans des catalogues d’expositions. Nous voudrions d’abord présenter les principales publications qui s’y sont intéressées, en paléographie, en littérature et en histoire de l’art, avant de montrer comment la Bible historiale est aussi une œuvre qui s’inscrit dans le long processus d’établissement d’ouvrages saints en langue vernaculaire et dont la définition, par « genre littéraire », permet de mieux comprendre son implication historique et sociale.

Aspects bibliographiques : un ouvrage peu étudié

  • 3  Édouard Reuss, « Fragments littéraires et critiques relatifs à l’histoire de la Bible française. S (...)
  • 4  L’Histoire Scolastique fait partie des ouvrages les plus répandus à l’époque. Appelé ainsi pour sa (...)
  • 5  François Morand, « Un opuscule de Guyart des Moulins », Revue des sociétés savantes de la France e (...)
  • 6  Gustave Masson, « Biblical literature in France during the Middle Ages - Petrus Comestor and Guiar (...)
  • 7  Samuel Berger, La Bible en français au Moyen Âge – Étude sur les plus anciennes versions de la Bib (...)
  • 8  S. Berger ne connaît pas tous les manuscrits de la Bible historiale ; il date de manière souvent a (...)

5De rares publications datent du xixe siècle. La première serait une étude en français, où Édouard Reuss3 confronte avec beaucoup de précision les textes de l’Historia Scolastica4 qui auraient servi de modèle, du moins en partie, à la réalisation de la Bible historiale.Par la suite, François Morand5 livre les principales données biographiques sur Guyart des Moulins, sans que celles-ci aient été reprises depuis. Vient ensuite une publication britannique6 qui compare le texte de Pierre le Mangeur à celui de Guyart des Moulins, montrant que la simple traduction n’en est pas une, et décelant déjà les ajouts et modifications du clerc picard. Enfin, l’étude la plus importante est celle de Samuel Berger dans son ouvrage de paléographie de l’Académie des Inscriptions, La Bible en français au Moyen Âge – Étude sur l’une des plus anciennes versions de la Bible écrite en prose en langue d’oïl7. Il souhaite déterminer le processus d’élaboration d’une Bible en français à partir du xiiie siècle, en s’appuyant notamment sur la Bible historiale. Il essaye de déterminer la composition du manuscrit original, perdu, de Guyart, écrit entre 1292 et 1295, et détermine les différentes versions qui en découleraient. Distinguant six exemplaires qu’il juge être les plus fidèles à l’œuvre autographe, il classe quatre-vingts autres manuscrits selon leur contenu et selon leur degré de proximité avec le texte fondateur. Ce défi s’avère beaucoup plus difficile que prévu, car même s’il n’y a qu’un seul auteur à l’origine, le texte s’est considérablement enrichi au fil des décennies. Bien qu’il présente certaines limites8, l’établissement de ce premier corpus des manuscrits est précieux pour tous les renseignements donnés et pour l’essai de classification qu’il propose.

  • 9  R. Potz Mac Geer, « Guyart Desmoulins, the Vernacular Master of Histories and His Bible historiale(...)
  • 10  P.-M. Bogaert, 1982 et 1991, op. cit.
  • 11  Xavier-LaurentSalvador, « Des coffres hébraïques aux bougettes françaises : La translation du sacr (...)
  • 12  Bénédicte Perrault, La Bible historiale de Guiart des Moulins : édition critique de la Genèse », s (...)
  • 13  Lionel Le Corre, Présence et pratique de la couleur dans une Bible historiale parisienne des année (...)
  • 14  Akiko Komada, Les illustrations de la Bible historiale. Les manuscrits réalisés dans le Nord, thès (...)
  • 15  Il s’agit des neuf manuscrits suivants : Paris, Bibl. Mazarine, ms 312 ; Paris, B.n.F., Français 1 (...)

6Ces anciennes et pionnières études biographiques et paléographiques ont fait peu d’émules au xxe siècle. Dans un article, Rosemarie Potz Mac Geer9 essaye de comprendre pourquoi, et pour qui, Guyart des Moulins a repris son texte initial, écrit entre 1292 et 1295 pour en donner une nouvelle version « améliorée » en 1297. Elle aimerait voir Mahaut d’Artois, protectrice et amie de Guyart des Moulins, comme l’inspiratrice de ces remaniements. À ce sujet, nous proposerons dans le chapitre « La Bible historiale : un projet monastique ? », une autre piste de réflexion. La Bible historiale a fait l’objet de travaux de littéraires s’intéressant aux problèmes de la traduction et de l’édition des textes. Citons les études de Pierre-Maurice Bogaert, dispersées dans différentes publications10, celles de Xavier-Laurent Salvador11, le plus précis et le plus attentif au texte et au lexique utilisé dans la Bible historiale, à partir desquels il essaye de comprendre le processus de la traduction médiévale. Le fichier central des thèses recense un doctorat en cours par Bénédicte Perrault12. Les historiens d’art, comme Lionel Le Corre dans le cadre de sa maîtrise13, puis surtout Akiko Komada, dans le cadre de son doctorat complété par un article14, se sont attachés à identifier les artistes ayant œuvré à la réalisation de la Bible historiale. Cette seconde étude est une synthèse brillante, souvent beaucoup plus claire et pédagogique que tous les travaux antérieurs, qui propose de distinguer neuf manuscrits15 réalisés dans la région du Nord, proche de la collégiale d'Aire-sur-la-Lys, où résidait Guyart des Moulins, et d’étudier au plus près leur structure et leur iconographie pour estimer leur degré de parenté avec le texte original perdu. Ces manuscrits septentrionaux, par leur langue et par leur contenu, seraient les plus proches de l’original.

7De ces rares données historiographiques, nous constatons que la Bible historiale a intéressé les chercheurs dans son rapport avec l’Historia Scolastica – comment s’opère une traduction médiévale – et dans son aspect paléographique - comment se présentait le manuscrit original et comment s’est transformé le texte au fil des décennies. Dans cette perspective historiographique, nous proposerons, pour la première fois, une lecture historique de ce corpus.

La Bible historiale ou l’art de la traduction au Moyen Âge 

  • 16  Élaborée lors du séjour de saint Louis en Terre Sainte, entre 1250 et 1254, elle constitue une éta (...)
  • 17  Composée en Ile-de-France dans la seconde moitié du xiiie siècle, la Bible du xiiie siècle rassemb (...)

8La Bible historiale est un bon exemple de l’histoire complexe de la traduction médiévale. Elle s’inscrit pleinement dans le mouvement de traduction des textes saints qui débute dès le ixe iècle, pour connaître au xiiie siècle son plein essor. Dans un souci de produire des ouvrages en français compréhensibles, structurés et délestés des commentaires superflus, naissent des traductions partielles comme la Bible de Saint Jean d’Acre16, ou complètes comme la Bible française du xiiie siècle17. Simultanément à la traduction du texte canonique, s’élaborent des Histoires saintes, en vers ou en prose, qui offrent une nouvelle lecture du texte saint. Parmi les plus connues, figure la Bible moralisée, rédigée en latin puis en français, qui souligne le sens littéral et le sens spirituel du texte ; la Bible historiale en fait également partie, offrant une lecture synchronique des événements bibliques et antiques.

  • 18  Outre les travaux de X.-L. Salvador signalés plus haut, signalons les importantes études sur la tr (...)
  • 19  P.-M. Bogaert, 1982, op. cit., p. 260.
  • 20  « Il semble bien que l’on ait rarement eu, avant la fin du Moyen Âge, le souci historique et philo (...)

9Comme nous le verrons, un certain nombre de questions reste en suspens concernant les motivations de Guyart de Moulins, mais la Bible historiale, comme traduction en langue vernaculaire d’un ouvrage de référence en latin, est bien « fille de son temps » et s’inscrit dans un contexte géographique, social et littéraire spécifique. Les travaux menés dans ce domaine18montrent que ce sont dans les régions les plus éloignées de la latinité que sont nées les premières traductions en langue vulgaire : « Transposée au domaine roman, cette observation générale met en évidence la précocité du Nord et du Nord-Est de la France et surtout du domaine anglo-normand. »19. Ainsi, la Bible historiale est-elle née en Picardie et non à Paris. Par ailleurs, qu’elle ait été l’œuvre d’un clerc et non d’un laïc est également une caractéristique du phénomène de la traduction au milieu du Moyen Âge, car l’homme d’Église, qui maîtrise aussi bien les deux langues, les emploie toutes les deux pour des usages différents et complémentaires. Enfin, la traduction de Guyart s’inscrit dans un double mouvement de traduction spécifique au Moyen Âge et identifié par P.-M. Bogaert : un courant historique, « qui voit dans la Bible un livre d’histoire, une histoire sainte. Il fait prévaloir l’histoire sur la lettre » et un second courant, littéral, qui tend à favoriser  les versions de plus en plus proches du texte d’origine que les adaptations libres et qui n’est pas, comme le souligne J. Monfrin, l’aspect prioritaire20. Le courant historique est celui qui est nettement privilégié dans la Bible historiale.

  • 21  Nous renvoyons à l’annexe 1, Préface de 1297, où Guyart précise : « car sur l’ame de moy je n’y ay (...)
  • 22  À titre d’exemple, le Troyes, B.m., ms 59 et le Reims, B.m., ms 60 sont attribués à Petrus Comesto (...)

10Sans clairement savoir à qui en incombe la responsabilité, à Guyart des Moulins qui annonce n’être qu’un simple traducteur21 ou aux rédacteurs de notices de catalogues qui ne prennent pas le temps d’étudier attentivement cette prétendue traduction, les confusions sur l’auteur de la Bible historiale demeurent très nombreuses. Ainsi, est-il commun de voir Petrus Comestor apparaître comme auteur, et Guyart des Moulins mentionné comme simple traducteur dans de très nombreuses publications22. Rien n’est plus faux.

  • 23  Pour X.-L. Salvador, 2007, op. cit., p. 149, « La Bible historiale est une traduction de la Vulgat (...)
  • 24  Id., p. 100 : « Guyart des Moulins convoque Flavius Josèphe pour donner une analyse sociologique d (...)

11Dans ses publications, essayant de comprendre la place complexe du traducteur médiéval, lequel doit fournir une traduction compréhensible tout en restant fidèle au texte saint, X.-L. Salvador montre bien l’oscillation perpétuelle du langage entre pédagogie, invention d’une prose en langue vernaculaire adéquate et humilité devant le texte divin. Grâce à l’analyse du texte de la Genèse, il souligne de manière très convaincante que la Bible historiale n’est pas, comme l’historiographie traditionnelle le présente, une simple traduction de l’Histoire Scolastique mais plutôt une traduction glosée de la Vulgate de Jérôme – la glose étant établie d’après les commentaires érudits du Mangeur. Prenant un extrait du manuscrit 5057 de la bibliothèque de l’Arsenal, X.-L. Salvador montre comment s’imbriquent ces deux ouvrages de référence23. Dans cette entreprise d’éclaircissement du texte saint, peut également être convoqué l’historien juif Flavius Josèphe24.

  • 25  Ibid., p. 103.

12Voici un exemple25 tiré de la Genèse 24, 10 quand Abraham demande à son serviteur, de prendre des chameaux et de faire route vers Nahor pour trouver une femme pour son fils Isaac.

Le texte de la Vulgate dit :

Tulitque decem camelos de grege domini sui, et abiit, ex omnibus bonis ejus portans secum, profectusque perrexit in Mesopotamiam ad urbem Nachor.

13Dans son Histoire Scolastique, le Mangeur développe :

Tulit ergo Eliezer decem camelos […] multo quidem tempore et labore ut dicit Josephus, quia in hieme, in Mesopotamia est luti profunditas, in aestate aquae defectio, in saltibus latrones.

Et voilà la traduction qu’en donne Guyart des Moulins :

Donc prist il .X. chamaux du fouc son Seigneur si s’en ala et porta avec lui de tous les biens son Seigneur mesmement de ceulx qu’il savoit qu’il y avoit peu en la terre ou il aloit ce dist le Maistre en Histoires si s’en ala en mesopotarmie (sic) a Charan la cité Nachor. Cy dist Josephus qu’il vint a grant travail et grant temps mist, car il y a la parfondesce en yver et en ete grant faulte d’yarre et es landes grant plantes de larrons.

  • 26  À propos d’un autre passage biblique, Gn 6, 14, Id., p. 99 : « Guyart Des Moulins savait, parce qu (...)

14Ce court exemple souligne admirablement le processus complexe de la traduction au Moyen Âge et suggère que Guyart des Moulins n’a pas réalisé une traduction stricto sensu du texte du Mangeur mais a élaboré, à partir des deux ouvrages les plus diffusés et les plus populaires dans l’apprentissage des clercs à la fin du xiiie siècle, une version personnelle et inédite de l’histoire sainte26. Nous pouvons nous imaginer Guyart travaillant à sa « traduction », avec sous les yeux un exemplaire de chacun de ces deux autres ouvrages.

15Il faudrait maintenant comparer cet extrait du manuscrit 5057 de la bibliothèque de l’Arsenal avec les autres manuscrits de la Bible historiale et notamment avec ceux qui sembleraient être de la version « primitive », plus proche du manuscrit originel de Guyart ; il faudrait également poursuivre ce procédé de comparaisons entre la Vulgate, l’Histoire Scolastique et la Bible historiale, notamment dans les livres des Rois, au cours desquels les événements historiques et les interprétations eschatologiques sont souvent très complexes.

16Dans le cadre d’une étude de la Bible historiale comme objet d’histoire dans le processus de la traduction au Moyen Âge, nous constatons que cette œuvre est née dans un milieu précis : en dehors de la capitale, en environnement ecclésiastique, conciliant – malgré ce qu’en dit Guyart – écriture sacrée, préoccupations historiques et éloignement pragmatique du/des texte/s originel/s. Le concept de traduction perfectible est bien le moteur premier de cette œuvre originale. Après avoir essayé de comprendre les tenants de cette traduction de la Bible historiale et avant de cerner plus précisément l’ensemble de la production, nous voudrions aborder un point important de cette œuvre historique en essayant d’en définir le genre littéraire.

La Bible historiale : définition de genre littéraire

  • 27  Nous pensons aux complexes manuscrits suivants : cat. n°8 et n°91.

17Une dénomination commode est fréquente pour caractériser la Bible historiale : le vocable d’« Histoire sainte » désigne une catégorie littéraire, qui s’inscrit au sein de la grande famille de la « littérature biblique » et qui regroupe des ouvrages retraçant l’histoire biblique de la Création à la Passion. Malheureusement, cette définition trop large n’est pas satisfaisante car elle recouvre une réalité hétéroclite (la Bible moralisée est également rangée sous ce vocable et pourtant elle a peu à voir avec la Bible historiale), et peu appropriée27.

  • 28  La question est également posée par X.-L. Salvador, 2009, op. cit., dans les deux chapitres suivan (...)

18La question de la nature littéraire de cette œuvre est plus complexe qu’il n’y paraît et demeure fondamentale pour en comprendre l’usage et l’utilité, voire le succès28. Réfléchir à sa nature n’a pour moteur ni d’enfermer l’œuvre dans une catégorie littéraire artificielle, ni de créer un mot valise, reflet plus ou moins heureux de cette production. Il s’agit avant tout de préciser et de comprendre les contours flous et mouvants de cette immense production et de la manière dont elle était, selon les époques, perçue, reçue et utilisée. Cette « nature littéraire », indicateur précis du statut d’une œuvre comme objet historique, fut certes à la source de son succès médiéval, mais indéniablement aussi le terreau sur lequel poussèrent les plus fortes contestations réformistes du xvie siècle.

19S’il est délicat de définir la nature littéraire de la Bible historiale, c’est d’abord parce qu’au xiiie siècle, il n’existe pas de catégories littéraires en tant que telles, ce qui rend, d’un genre à l’autre, les frontières poreuses. Par ailleurs, le manuscrit originel étant perdu, et les versions successives et postérieures ayant été enrichies au fil des siècles, oscillant entre récit biblique, historique voire romanesque, souvent au gré des desiderata des commanditaires, il est périlleux d’attribuer définitivement à cette production une catégorie littéraire irréversible. Ensuite, par son format, son poids et l’ampleur de son cycle iconographique, la Bible historiale ne ressemble pas aux petites bibles portatives si typiques du xiiie siècle et s’inscrit plus volontiers, dans l’histoire littéraire, aux côtés des chroniques et des romans, en vogue à l’époque, et dont elle partage les imposantes mensurations. Enfin, le terme de « Bible historiale », s’il était éclairant pour un lecteur médiéval, a définitivement perdu son sens nominatif dans l’esprit du lecteur moderne.

20Nous nous trouvons face à un ouvrage qui n’est pas une « Bible » au sens propre du terme, qui se trouve mal engagé dans la catégorie des « Histoires saintes » et ressemble à la fois à un roman et à une chronique historique… Cet « hybride littéraire » mériterait un examen plus approfondi, distinguant, selon les époques, à quel type de littérature se rattachent les copies successives de l’œuvre de Guyart. D’après de premières observations, il semblerait que la production parisienne du xive siècle ait favorisé les versions édifiantes et morales, alors que les exemplaires du Nord, réalisés au xve siècle, s’orientent vers un aspect plus historique. Ces oscillations devraient aider à préciser non seulement le contenu et la nature des manuscrits mais également affiner la place que le Bible historiale occupait dans la littérature médiévale et dans les pratiques laïques quotidiennes.

Guyart des Moulins, rédacteur de la Bible historiale

21Œuvre d’une vie, la Bible historiale occupa au moins cinq ans de l’existence de Guyart des Moulins. Que nous apprend-t-elle sur cet homme ? Que créa-t-il de fondamentalement original ?

La Bible historiale : un projet monastique ?

  • 29  Nous renvoyons à l’annexe 1, Préface de 1297.
  • 30  Les principaux éléments biographiques de la vie de Guyart des Moulins se trouvent dans Pierre-Maur (...)
  • 31  François Morand, op. cit.

22Si la Bible historiale n’a pas été la première traduction en langue vernaculaire des récits bibliques, elle fait partie des plus célèbres traductions des Écritures. Elle a été composée par Guyart des Moulins, prêtre et chanoine de Saint-Pierre à Aire-sur-la-Lys, dans le diocèse de Thérouanne en Artois. D’après les renseignements biographiques qu’il nous donne dans la préface29, il est né en juin 1251 à Aire-sur-la-Lys de Jean des Moulins, sergent de la ville, et de Béatrix. À 21 ans, il semble qu’il soit déjà chanoine. Le 1er octobre 1297, à 46 ans, jour de la Saint-Rémi, il est élu doyen du chapitre de Saint-Pierre d’Aire, succédant à Matthieu Wilquin, « professor legum ». Plusieurs actes de 1295 à 1312, mentionnant son nom, soulignent le rôle important qu’il joue dans l’administration de son chapitre et la confiance que ses confrères lui accordent. Nous ignorons la date de son décès, mais le 15 juin 1322, il a un successeur, Jean de Rue30. Il existe deux ouvrages autographes de Guyart des Moulins. Le premier, publié par François Morand, est un opuscule en latin de 1297, relatif au chef de saint Jacques et aux débats dont cette relique a fait l’objet en 1273 entre la collégiale d’Aire et l’abbaye de Saint-Vaast d’Arras31. Le second est la Bible historiale qu’il aurait écrite, selon ses propres termes dans la préface de 1297, entre juin 1291 et février 1295.

  • 32  Nous renvoyons à l’annexe 1, Préface de 1297.
  • 33  R. Potz Mac Geer, op. cit., p. 221-222, dans New York, P.L., Spencer 4, fol. 1r-v, voir également (...)

23Les recherches menées sur Guyart des Moulins restent assez ténues. De nombreuses pistes doivent encore être explorées. La première concerne les raisons et les motivations profondes de la traduction de l’Historia Scholastica,texte alors académique, pour lequel les universitaires n’avaient pas besoin de translation. À ce sujet, Guyart des Moulins lui-même fournit quelques éléments d’explication sur son travail32 : il souhaite fuir l’oisiveté en traduisant le livre du Mangeur et faciliter la lecture du texte saint, justifiant ainsi les simplifications, les infidélités, les ajouts et les suppressions ; il assure à ses lecteurs la véracité de ses sources et la rigueur morale avec laquelle il a procédé pour fournir cette compilation de récits. La seconde question concerne les remaniements du texte. En effet, il semblerait que Guyart des Moulins ait fourni une première version de la Bible historiale, écrite entre 1295 et 1295, puis qu’il ait remanié son texte, à une date inconnue mais assez rapidement après la première rédaction, vers 1297 peut-être, pour y ajouter certains passages, notamment les Actes des Apôtres et des récits apocryphes, révisant alors les tables des titres de chapitre et surtout, précisant tous ces changements dans la fameuse préface de 1297. Ces modifications auraient été la conséquence d’une demande, « a la requeste dun mien especial ami qui mout desirre le proufit de la moie ame »33, demeurée anonyme. Les manuscrits autographes et originaux étant perdus, nous ne pouvons en savoir davantage.

  • 34  Guyart des Moulins et Mahaut d’Artois, habitant des contrées voisines, ont pu se rencontrer à plus (...)

24R. Potz Mac Geer détaille dans son article plusieurs identifications possibles, concernant le mien especial ami,sans pouvoir trancher. Il pourrait n’être qu’une référence littéraire, renvoyant à l’expression utilisée par Pierre le Mangeur envers ses collègues. Il pourrait également s’agir de Matthieu Wilquin, doyen d’Aire avant 1297, qui a pu participer à l’élection de Guyart à ce poste. Mais R. Potz Mac Geer pense également au prévôt d’Aire ou à l’évêque de Thérouanne, qui ont peut-être encouragé ce projet de traduction et/ou de remaniements. La volonté de Guyart de garder anonyme son ami serait un signe de respect pour l’humilité de cet homme. Enfin, l’hypothèse qui séduit le plus R. Potz Mac Geer est celle de Mahaut (1270-1329), comtesse d’Artois, fille de Robert II d’Artois et épouse d’Othon IV de Bourgogne, dans le rôle de la bibliophile éclairée34.

25Sans pouvoir l’étayer davantage nous sommes davantage séduite par la deuxième, voire la troisième hypothèse de R. Potz Mac Geer. En effet, nous pensons que la rédaction de la Bible historiale a fait partie du projet monastique de Guyart des Moulins en vue de son élection au poste du doyen du chapitre de Saint-Pierre-sur-la-Lys. Cette 2nde version de 1297, vraisemblablement de bien meilleure allure que la première, a été livrée l’année de son élection au poste. Nous pouvons également noter que c’est de cette année que date l’opuscule relatif à la relique du chef de saint Jacques, alors que le débat remonte à 1273. Année importante dans la vie du clerc picard, 1297 voit la naissance de deux écrits importants. Dans quelle mesure ceux-ci ont-t-ils contribué à sa nomination ? Les formules de remerciements présentes dans la Bible historiale seraient-elles alors un hommage discret à celui qui l’a aidé à accéder au poste ? Cette hypothèse permettrait également de comprendre pourquoi Guyart des Moulins s’est attelé à une si lourde tâche. Sortes de validation des acquis théologiques, la traduction et la compilation de deux des plus importants textes de la fin du xiiie siècle – l’Histoire Scolastique et la Vulgate – garantissaient à Guyart la consécration monastique.

De l’Histoire Scolastique à la Bible historiale : la constitution d’une œuvre originale

  • 35  « Et ces parolles quil dirent les uns auz autres sont de sy fort latin et plaines de sy grant mist (...)
  • 36  Le texte rare des Actes des Apôtres ne se retrouve que dans trois manuscrits : Paris, B.n.F., Fran (...)

26Comme nous l’avons vu précédemment, la Bible historiale est loin d’être sur le « fond » une traduction fidèle de l’ouvrage de Pierre le Mangeur. Des modifications de « forme » sont également apportées. Vraisemblablement, le manuscrit autographe abrégeait ou ne comportait pas certains textes de l’Histoire Scolastique. Ainsi, le chapitre XVI du Lévitique, désigné sous le titre d’Impuretés légales, pourtant longuement commenté par le Mangeur, est raccourci par le chanoine, qui justifie lui-même ce choix en soutenant que si certaines choses peuvent être dites en latin, le récit en français doit être empli de retenue et de pudeur. Il écourte ensuite les commentaires sur les poésies insérées dans le livre des Rois, comme le Cantique de Déborah, les Paraboles de Salomon - controversées – et le livre de Job - trop compliqué à comprendre – ; il préfère passer sur certains passages obscurs plutôt que d’avoir à longuement les expliquer35. Le clerc picard choisit aussi d’omettre certaines « incidentia » de l’histoire étrangère ou les courtes indications synchroniques et les digressions trop érudites du Mangeur. Signalons aussi que Guyart traduit intégralement le texte du livre d’Esther - alors que son prédécesseur avait été beaucoup plus circonspect vis-à-vis des additions grecques - et des livres rares, comme les Actes des Apôtres – où alternent texte biblique et version du Mangeur - et des récits apocryphes36, comme le Traité de la Vraie Croix (ou Pénitence d’Adam) et la Vie de Pilate, absents de l’Histoire Scolastique. Ces textes apocryphes auraient été ajoutés lors du remaniement de 1297. Les livres des Maccabées sont issus d’une traduction libre de la Vulgate, dans laquelle sont insérées des gloses tirées du Maître en histoires. Ces quelques exemples montrent bien la nature complexe et unique de la Bible historiale, entremêlant l’Histoire Scolastique et la Vulgate.

  • 37  Voir Annexe 1 : Cy doit on scavoir que j’ay translaté les livres historiaux de la Bible selon le t (...)

27La mise en page est le fruit de la volonté de Guyart37 – celle-ci n’étant pas toujours respectée par les scribes des siècles suivants. Le texte de la Vulgate doit en principe être écrit plus gros que la glose, issue de l’Histoire Scolastique - ou à de rares occasions de la propre invention de Guyart… –, les interprétations et les concordances historiques intégrées au texte, placées en bas de page ou dans les marges.

  • 38  Sur la conception de l’histoire au Moyen Âge, voir Bernard Guenée, Histoire et culture historique (...)
  • 39  L’exaltation du temps biblique, à la fois proche et lointain, humain et divin, se retrouve égaleme (...)

28Malgré leurs différences de fond et de forme, l’Histoire Scolastique et la Bible historiale partagent une nature commune – que l’on ne retrouve pas chez Jérôme – : ils racontent les épisodes de la Bible, en établissant des parallèles avec l’histoire profane. La frontière entre histoire antique et histoire biblique est alors gommée : les événements du passé ne peuvent s’inscrire que dans une seule et même perspective historique, un déroulement du temps religieux né de Dieu38 ; les générations et les événements résultent d’enchaînements historiques initiés par le divin lors de la Création, qui conduisent tous également à Lui, vers la Parousie. Cette conception du temps et de l’histoire est au cœur du succès médiéval de ces ouvrages39. L’ambition du maître universitaire puis du clerc picard est double : d’une part raconter cette histoire complexe, aux multiples rebondissements, et, d’autre part, fournir au lecteur des exemples historiques édifiants et pédagogiques, loin de toute spéculation théologique. Les deux auteurs s’intéressent davantage aux premiers livres de la Bible, négligent les livres sapientiaux et prophétiques et intègrent des récits non-bibliques – comme les écrits de Flavius Josèphe et des récits apocryphes –, des gloses et des commentaires.

  • 40  Comme le signale S. Berger, l’« Histoire évangélique » n’est pas une Harmonie évangélique ; c’est (...)
  • 41  Si cette table ne va pas au-delà, le texte lui-même continue avec une version des Actes des Apôtre (...)

29À partir de la table du manuscrit 312 de la Bibliothèque Mazarine à Paris, qui, malgré sa date tardive, semble être l’un des manuscrits les plus fidèles à la version originale, S. Berger est parvenu à reconstituer la composition originale de l’œuvre : Pentateuque, Josué, Juges, Rois I à IV, Paraboles de Salomon (ou Proverbes abrégés), Job (début et fin), Tobie, Jérémie et Ézéchiel (en partie), Daniel « et les hystoires qui apres viennent », Judith « et les hystoires qui apres viennent », Esther « et les hystoires qui apres viennent », les deux livres des Maccabées, l’« Histoire évangélique »40 et l’Harmonie évangélique pour le Nouveau Testament41. Par la suite transformée au début du xive siècle, la Bible historiale dite complétée se compose en général de deux volumes, le premier allant de la Genèse aux Psaumes et le second des Proverbes à l’Apocalypse dans sa version in-extenso.

  • 42  S. Berger, op. cit., admiratif, ajoute : « En un mot, Guyart Desmoulins est presque autant un trad (...)
  • 43  Exception faite de la Bible glosée de Jean de Sy, qui propose une autre traduction de la Bible, pl (...)

30Entre ajouts et modifications, Guyart des Moulins a été bien plus qu’un traducteur : il a créé une œuvre originale42. Celle-ci n’a pas l’érudition de l’Histoire Scolastique mais sa finalité est autre : une histoire peut-être plus « complète » du temps biblique par l’ajout de textes apocryphes. De fait, cette traduction qui conjugue Écritures et commentaires, histoire et scolastique atteint une très grande popularité auprès des laïcs, car elle est aussi le seul ouvrage biblique en français illustré des xive et xve siècles43. Elle répond à une demande des lecteurs fortunés, qui ne maîtrisent pas ou mal le latin et recherchent une histoire biblique abordable, romancée et édifiante. Ouvrage conçu en milieu monastique, il est devenu dès le début du xive siècle profondément laïc, réalisé par des artistes laïcs pour des lecteurs laïcs. Ce changement de contexte de production a considérablement influencé le contenu textuel et iconographique de l’ouvrage.

Enrichissements de la Bible historiale

  • 44  Démonstration étayée par S. Berger, op. cit., p. 188-189.

31Si Guyart des Moulins lui-même a repris son texte vers 1297, d’autres modifications ont lieu en contexte laïc et parisien dès le début du xive siècle. Ainsi, l’ouvrage, diffusé à grande échelle, via des canaux encore inconnus, apparaît sur le marché parisien où il est recopié par des scribes, plus ou moins fidèles à l’œuvre originale. C’est au cours des années 1310, que la Bible historiale est alors complétée par l’autre grand succès de l’époque, la Bible du xiiie siècle, au point de ne former qu’une seule et indissociable œuvre, la Bible historiale complétée (B.h.c.)44. Cette dernière reprend, dans sa première partie, la Bible historiale, et dans sa seconde, la Bible du xiiie siècle, des Maccabées à l’Apocalypse, qui complète plusieurs livres absents de l’œuvre de Guyart des Moulins : les Psaumes, les livres sapientiaux et prophétiques, les quatre évangiles, les épîtres pauliniennes et l’Apocalypse.

  • 45  Guy De Poerck, « La Bible et l’activité traductrice dans les pays romans avant 1300 », La Littérat (...)
  • 46  R. Potz Mac Geer, op. cit., p. 218.

32Aucun manuscrit ne donne d’explication à cette modification, et les raisons demeurent mal connues. Cela est d’autant plus intrigant qu’elle prend place du vivant même de Guyart puisque les plus anciens manuscrits de la B.h.c. sont datés des années 1310. L’œuvre a-t-elle été jugée insuffisante ou, a contrario, victime de son propre succès, n’a-t-elle pas dû être, selon les désirs des commanditaires, plus dense, plus documentée et plus complète ? Faut-il voir ces ajouts comme une volonté de modifier de Bible historiale ou au contraire comme l’enrichissement d’un texte que l’on ne cesse de perfectionner ? La réponse est difficile à donner. Pour certains chercheurs45, cet ouvrage n’a rencontré son succès que parce qu’il a intégré la Bible du xiiie siècle. L’hypothèse est contestable car ces manuscrits complétés contiennent toujours la préface de 1297 de Guyart des Moulins et cette dernière n’aurait pas été recopiée si le texte avait été jugé secondaire46. Il est vraisemblable que la Bible historiale s’est enrichie sous le double effet d’une nécessité - la compléter de textes manquant - et d’une demande - le désir des lecteurs laïcs d’avoir une Bible complète. Ainsi, au fil des décennies - mais les exceptions existent -, cette Petite Bible historiale complétée (Petite B.h.c.) s’enrichit de nouveaux textes pour devenir la Bible historiale complétée Moyenne (B.h.c. Moyenne) puis la Grande Bible historiale complétée (Grande B.h.c.).

  • 47  Ainsi, Christopher de Hamel montre que « la fascination qu’elle exerce sur les laïcs vient du fait (...)

33La Bible historiale complétée connaît un succès considérable, sous forme manuscrite aux xive et xve siècles, et sous forme imprimée durant la première moitié du xvie siècle, devenant alors la grande et unique compilation des récits bibliques en prose et en langue vernaculaire de la fin du Moyen Âge47.

La Bible historiale : une œuvre historique polymorphe

34Il n’existe, à l’heure actuelle, ni édition raisonnée de la Bible historiale, ni ouvrage de synthèse proposant une chronologie claire des différentes étapes de rédaction du texte. La Bible historiale ayant été largement remaniée, produite dans différentes régions européennes et sur plus de deux siècles, il est difficile d’opter pour un plan de classement rigoureux des 144 manuscrits. Proposons plusieurs approches.

Approche par contenu textuel

  • 48  À titre d’exemple : Londres, B.L., Royal 19 D III est un mélange de deux versions : les livres de (...)

35Traditionnellement, et c’est l’optique mise en place par Samuel Berger et reprise par Akiko Komada, la Bible historiale est classée selon son contenu, c'est-à-dire selon le type de textes qu’elle renferme. Mais c’est un plan de classement difficile à tenir ; chaque ouvrage est unique – fruit des volontés d’un scribe ou d’un commanditaire – et, résultat des aléas de la conservation, plus ou moins complet. Puisqu’il a le mérite d’exister, nous allons présenter ce plan de classement selon les quatre versions du texte. La présence ou l’absence de certains textes permet de classer les manuscrits en quatre catégories : la Bible historiale « primitive », la Petite Bible historiale complétée, la Bible historiale complétée Moyenne et la Grande Bible historiale complétée. Cependant, le manuscrit-type, incarnation parfaite des catégories nommées ci-dessus, est quasi inexistant pour la Bible historiale « primitive » et peu fréquent, pour la Bible historiale complétée. Il faut donc considérer cette proposition de classement avec une grande souplesse. Les ouvrages, tous différents, n’entrent que par certains aspects fondamentaux au sein des catégories dans lesquelles ils ont été assignés48. Par ailleurs, le plus grand obstacle à ce plan de classement restent les manuscrits fragmentaires et ceux dont ne nous sont parvenus que des premiers ou seconds volumes, ne permettant pas alors d’assurer une affiliation certaine.

La version « primitive » 

36Le manuscrit originel a été perdu. Il contenait vraisemblablement, au moins, les premiers livres de la Bible : le Pentateuque et les livres historiques. Étaient absents la litanie de Paris, le Psautier, les Paralipomènes, les livres d’Esdras et de Néhémie, le Grand Job, l’Ecclésiaste et le Cantique des Cantiques.

  • 49  S. Berger, op. cit., p. 166 : « Nous remarquons que ces préfaces contiennent la date de 1297, et q (...)

37Dans sa recherche du manuscrit le plus proche de l’original, S. Berger se sert de la présence ou non de la préface de 1297 pour distinguer, au sein de cette version « primitive », deux versions. Si la préface existe, la version du texte est postérieure à 1297 ; si elle est absente, le manuscrit se rapproche davantage de la version originelle du clerc picard49.

38Les manuscrits « primitifs » sans la préface de 1297 sont les suivants :

  • Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms El. Fol. 95 et 96 

  • Paris, B.n.F., Français 152 

  • Paris, Bibl. Mazarine, ms 312

  • Bruxelles, B.R., ms 987 

  • New Haven, H.L., ms 129

  • Turin, B.n., ms L.I 1

  • Londres, B.L., Royal 19 D III

39Les manuscrits « primitifs » avec préface sont les suivants :

  • Londres, B.L., Royal 15 D I, Royal 18 D IX et X (Bible d’Édouard IV)

  • Paris, B.n.F., Français 155.

La Bible historiale, Olim Cheltenham, Collection Philipps, ms 302 est un manuscrit de la version « primitive » mais faute d’avoir pu être examiné, son contenu ne peut être précisé.

  • 50  Ainsi, P.-M. Bogaert conteste l’argument de S. Berger : « La présence ou l’absence de la préface, (...)
  • 51  Ainsi New Haven, B.L., ms 129 et Turin, B.n., ms L.I.1 possèdent exactement le même contenu que Br (...)
  • 52  Nous pensons notamment aux deux versions des livres des Maccabées relevées par A. Komada, qui form (...)

40Cet argument sur la présence de la préface qui servirait à distinguer les deux versions écrites par Guyart ne convainc pas tous les spécialistes50. Si ce critère peut finalement paraître satisfaisant pour distinguer deux versions du texte, il est contesté par des différences fondamentales qui opposent les manuscrits entre eux au sein de ce groupe51. Par ailleurs, d’exquises subtilités52 posent encore problème quant à la version de l’original recopié. Nous retiendrons qu’une première rédaction a été faite par Guyart des Moulins entre 1292 et 1295, reprise par le clerc lui-même, à la demande d’un anonyme, peut-être vers 1297. Il y introduit alors des textes nouveaux, comme les Actes des Apôtres et des récits apocryphes, remanie les tables et ajoute une préface justifiant son travail et ses retouches. Il n’existe pas à notre connaissance d’exemplaire reprenant intégralement et uniquement l’œuvre originelle de Guyart des Moulins. Ne nous est parvenue qu’une dizaine d’exemplaires de cette version « primitive », version qui a rarement franchi les frontières des régions du Nord.

La Petite Bible historiale complétée (Petite B.h.c.)

41C’est à Paris que s’opère, dans les années 1310-1315, la synthèse avec la Bible du xiiie siècle. Désormais appelée la Petite Bible historiale complétée, la Bible historiale contient un certain nombre de textes supplémentaires mais il lui manque toujours les Paralipomènes, les livres d’Esdras et de Néhémie et le Grand Job. Par ailleurs, et contrairement à la Bible historiale complétée Moyenne et la Grande Bible historiale complétée, c’est la seule à pouvoir contenir la litanie de Paris en vers.

42A. Komada recense vingt manuscrits de la Petite Bible historiale complétée conservés dans leur première partie (de la Genèse à Esther inclus). Leur datation a été affinée par nos soins.

    • 53  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Oxford, B.L., Douce 211-212, 1300-132553

  • Paris, B.n.F., Français 160, années 1310

  • Montpellier, B.é.M., ms 49, 1312-1317

    • 54  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Édimbourg, B.u., ms 19, 131454

  • Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5059, 1317

  • Paris, B.n.F., Français 8, 1320-1330

  • Paris, B.S.G., ms 20-21, 1320-1337

    • 55  Ce manuscrit est considéré par S. Berger comme une Bible historiale complétée Moyenne.

    Troyes, B.m., ms 59, 1320-134055

  • Paris, B.S.G., ms 22, 1320-1330

  • Paris, B.n.F., Français 15392, 1325-1350

  • Paris, Bibl. Mazarine, ms 311, 1325-1350

  • Londres, B.L., Yates Thompson 20, 1325-1350

  • Londres, B.L., Cotton App. V, 1325-1350

  • Londres, B.L., Royal 19 D IV et V, 1325-1350

  • Genève, B.p.u., Français 2, vers 1330

    • 56  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    New York, PML, ms 322-323, 1330-134056

  • Paris, B.n.F., Français 20089, 1350-1355

  • Genève, B.p.u., Français 1, 1400-1450 puis xvie, xviie et xviiie siècles

    • 57  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Turin, B.n., ms L.I.12 (mutilé), années 144057

Quant au Londres, B.L., Royal 1 A XX, 1312, il s’agit d’une Petite Bible historiale complétée conservée dans sa deuxième partie.

  • 58  Parmi les artistes de la Petite B.h.c., citons Jean Pucelle, Jean le Noir, le Maître du Perceval, (...)

43Sauf exception, donc, tous ces ouvrages datent du xive siècle, essentiellement de la première moitié, et ont été produits à Paris. Ils proviennent de la même nébuleuse artistique58.

  • 59  Londres, B.L., Royal I 1 XX.
  • 60  Paris, B.S.G., ms 20-21.
  • 61  New York, PML, ms 322-323.
  • 62  Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5059 ; Londres, B.L., Cotton App. V et un proche collaborateur po (...)

44Nous connaissons également quatre scribes – qui se nomment eux-mêmes : Robert de la Marche59, Jean d’Adenarde60, Jean de Senlis61, Jean de Papeleu62.

  • 63  L’idée initiale était de cerner si les Petites B.h.c. étaient aussi petites que leur nom l’indique (...)

45Quelques calculs ont montré que la Petite Bhc n’était pas plus petite que ses consœurs, ni par la taille ni par le nombre de folios qu’elle contient63. Ce succès soudain et momentané ne s’explique que par le goût des commanditaires – qui, faute de données, échappent à toute étude approfondie – pour des ouvrages comprenant essentiellement des livres historiques et théologiques ; les livres manquants ont pu apparaître comme secondaires ou répétitifs, aux yeux des lecteurs laïcs, qui se satisfont de cette compilation encore inédite.

La Bible historiale complétée Moyenne (B.h.c. Moyenne)

46Les manuscrits de la Bible historiale complétée Moyenne sont peu nombreux. Ils contiennent davantage de textes de la Bible du xiiiIe siècle, comme le livre de Baruch, ou l’oraison de Jérémie, et ils sont d’ordinaire accompagnés de la litanie en prose normande. Malgré tout, leur définition est problématique. S. Berger se contredit en soulignant que ces textes ne possèdent pas le Grand Job - ce qui est faux pour un très grand nombre d’entre eux. Par ailleurs, les livres des Paralipomènes, d’Esdras et de Néhémie manquent presque toujours.

47A. Komada recense quatorze manuscrits de la Bible historiale complétée Moyenne conservés dans leur première partie (de la Genèse à Esther inclus). Leur datation a été affinée par nos soins.

  • Londres, B.L., Add. 15247, XIVe siècle, avec le Grand Job

  • Paris, B.n.F., Français 156, 1320-1330, avec le Grand Job mais sans le Petit Job

    • 64  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Cambridge, F.M., ms 9, 1330-1345, avec le Grand Job64

    • 65  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    La Haye, B.R., ms 71 A 23, vers 1340, avec le Grand Job65

  • Paris, B.n.F., Français 161-162, 1350-1375, avec le Grand Job

  • Paris, B.n.F., Français 2, 1350-1375, avec le Grand Job

  • Londres, B.L., Royal 19 D II, avant 1356, avec le Grand Job

    • 66  Ce manuscrit n’est pas classé par S. Berger parmi les manuscrits de la Bible historiale complétée (...)

    Londres, B.L., Royal 17 E VII, 1356-1357, avec le Grand Job66

    • 67  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Bruxelles, B.R., ms 9541, vers 1360-1370 puis 1430-1440, avec le Grand Job67

    • 68  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Los Angeles, J.P. Getty Museum, ms 1, 1360-1375, avec le Grand Job68

  • Berlin, S.-P.K., Cod. Philips 1906, 1368, avec le Grand Job

    • 69  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Cambridge, H.L., ms Typ. 555, 1373, avec le Grand Job69

  • Paris, B.n.F., Français 164, 1375-1400, avec le Grand Job

    • 70  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    La Haye, B.R., ms 78 D 43, vers 1375, avec le Grand Job70

  • 71  A. Komada ajoute à cette liste deux autres manuscrits : Paris, B.n.F., Français 169, vers 1380-139 (...)

48Trois manuscrits de la Bible historiale complétée Moyenne (ou de la Bible du xiiie siècle) sont conservés dans leur seconde partie71 :

  • Paris, B.n.F., Français 157, 1325-1350

  • Paris, B.n.F., Français 154, milieu du XIVe siècle

  • Paris, B.n.F., Français 5707, 1362-1363

49Un manuscrit de la Bible historiale complétée Moyenne comprend les Paralipomènes, les livres d’Esdras et de Néhémie mais pas le Grand Job :

  • Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613, peu avant 1434

  • 72  Exceptions faites de Bruxelles, B.R., ms 9541 commencé à Paris dans les années 1360-1370 et achevé (...)
  • 73  Parmi les artistes de la B.h.c. Moyenne, nous trouvons le Maître du Roman de Fauvel, le Maître du (...)
  • 74  Jean le Bon possédait le Londres, B.L., Royal 19 D II et à lui ou à son fils Charles V était desti (...)
  • 75  Paris, B.n.F., Français 156.
  • 76  Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613.

50Parmi ces dix-huit manuscrits, le plus ancien date des années 1320-1330 tandis que le plus récent serait de 1368, hormis celui de 1434. Globalement, ils ont tous été réalisés entre 1320 et 1368, à Paris72. Les peintres qui ont participé au décor de ces ouvrages sont les artistes en vogue73 . Parmi les scribes connus, apparaissent Jean de Papeleu, Raoulet d’Orléans, Gefroy Godion, Henri de Trévou ou encore Colin Nouvel. Parmi les commanditaires/possesseurs initiaux se trouvent des rois, comme Jean le Bon ou Charles V74, la princesse Jeanne de Bourgogne75, des princes dont Niccolo III d’Este76 ainsi que de nombreux inconnus.

La Grande Bible historiale complétée (Grande B.h.c.)

  • 77  La Grande Bible historiale complétée est facile à repérer grâce aux miniatures, car elle possède, (...)

51Outre le Grand Job, le texte de la Bible historiale s’enrichit des livres des Paralipomènes, d’Esdras et de Néhémie77, qui proviennent tous trois de la Bible du xiiie siècle. Complète, elle devient le type dominant de la deuxième moitié du xive siècle et du début du xve siècle.

52A. Komada recense plus de quarante manuscrits de la Grande Bible historiale complétée conservés dans leur première partie (de la Genèse au livre d’Esther inclus). Leur datation a été affinée par nos soins.

  • New York, P.L., Spencer 4, vers 1330, puis 1465-1480

  • Paris, B.n.F., Français 15391, 1325-1350

    • 78  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

    Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1, 1350-135578

    • 79  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Stuttgart, W. L.b., Cod. Bibl. 2°6, 1360-136579

  • Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5212, et Hambourg, Kunsthalle, ms Français 1, 1362, puis 1370-1375

  • Paris, B.n.F., Français 5, années 1370

    • 80  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

    Munich, B.S.b., Français 1 et 2, années 137080

    • 81  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

    Copenhague, B.R., ms Thott 6, 1370-138081

  • La Haye, M.M.W., ms 10 B 23, vers 1371

  • Oxford, B.L., Bodley 971, 1375-1400

    • 82  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Soissons, B.m., ms 210, 211, 212, vers 138082

  • Baltimore, W.a.m., W 125-126, 1380-1400

  • Paris, B.n.F., Français 20090, avant 1383

  • Paris, B.n.F., Français 15395-15396, fin du XIVe siècle

    • 83  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Turin, Bibl. già Reale, ms Varia 200, fin du XIVe siècle83

  • Cambrai, B.m., ms 398-399-400, XVe siècle

    • 84  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Chantilly, Musée Condé, ms 23-24, XVe siècle84

    • 85  Ces manuscrits sont ignorés par S. Berger et A. Komada.

    Wolfenbüttel, H.A.G., Cod. Guelf. 76.15, 16, 17, 18 Aug. 2°, XVe siècle85

  • Londres, B.L., Harley 4381-4382, vers 1400

  • Paris, Bibl. Ch. Députés, ms 3, vers 1400

  • Paris, B.n.F., Français 6259, vers 1400

  • Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, 1400-1405

  • Paris, B.n.F., Français 159, avant 1402

    • 86  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Nagoya, F.M., ms non coté et Aylesbury, W.M., ms 3, 1405-141586

  • Paris, B.n.F., Français 15393-15394, 1410-1415

  • Paris, B.n.F., Français 20087-20088, 1410-1415

  • Londres, B.L., Add. 18856-18857, 1410-1415

  • Londres, B.L., Royal 15 D III, vers 1410-1415

  • Londres, B.L., Royal 19 D VI-VII, vers 1415

  • Londres, B.L., Royal 19 D III, 1411-1412

  • Paris, B.n.F., Français 9-10,vers 1412-1415

    • 87  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

    Bruxelles, B.R., ms 9001 et 9002, vers 1414-141587

  • Bruxelles, B.R., ms 9024-9025, peu avant 1415

    • 88  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    New York, PML, ms 394-395, vers 141588

  • Paris, B.n.F., Français 22887,vers 1415

    • 89  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

    Bruxelles, B.R., ms 9004, vers 1415-142089

  • Paris, B.n.F., Français 3-4, 1415-1420

  • Paris, Bibl. Mazarine, ms 313, vers 1420

  • Genève, B.p.u., Français 3, 1474

  • Paris, B.n.F., Français 15370-15371, entre 1497 et 1517

    • 90  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

    Oxford, C.C.C., ms 385-386, vers 1505-151090

53Cinq manuscrits de la Grande Bible historiale complétée (ou de la Bible du xiiie siècle) ne sont conservés que dans leur seconde partie :

  • Londres, B.L., Royal 18 D VIII, 1330-1340

  • Bruxelles, B.R., 9634-9635, 1355

  • Oxford, B.L., Bodley 690, vers 1400

  • Reims, B.m., ms 60, vers 1400

  • Lausanne, B.u.c., ms 985-986, vers 1458-1462

  • 91  Il s’agit de manuscrits ayant appartenu au duc de Berry ou présentant de fortes ressemblances avec (...)
  • 92  Il s’agit des prologues de saint Jérôme qui ne se trouvent que dans les Grandes B.h.c. et introdui (...)

54Les manuscrits de la Grande B.h.c., majoritaires parmi ceux qui nous sont parvenus, sont probablement aussi les plus nombreux à avoir été produits. Dans cette large famille qu’est la Grande B.h.c., S. Berger propose des sous-divisions comme le groupe des Bibles de Jean duc de Berry91 ou encore le groupe des Bibles à prologues92.

  • 93  « Décidément, il reste beaucoup à faire pour le classement des Bibles Historiales. Il importerait (...)
  • 94  Il s’agit essentiellement de manuscrits fragmentaires (Baltimore, W.a.m., W 145 a&b et W 146 a&b ; (...)

55Ce classement, fondé sur la présence de certains textes, permet de se repérer sommairement dans l’élaboration éditoriale de l’ouvrage, et de noter que le corpus évolue schématiquement du plus simple au plus complexe. Nous rejoignons P.-M. Bogaert qui demande que soit faite une édition critique de la Bible historiale93, mais cette proposition, loin d’être absurde, est une véritable gageure compte-tenu du nombre d’exemplaires et de la diversité de la production de la Bible historiale. Ce classement demeure peu satisfaisant car pas moins de 17 exemplaires sont exclus de ce recensement94. Il faut donc trouver d’autres modes d’ordonnancement qui envisagent les manuscrits de la Bible historiale, non plus comme une source épigraphique dénuée de contexte historique, social et artistique, mais comme le produit d’un faisceau de facteurs historiques paramétrables. L’impulsion a été lancée par A. Komada, dans son doctorat, où elle a souligné le lien étroit entre un type de Bible, une région, une époque et des commanditaires - soit la version « primitive », les régions du Nord, entre 1440 et 1480 et des princes.

Approche géographique

  • 95  S. Berger, op. cit., p. 193-196.

56S. Berger est le premier à avoir essayé de déterminer l’origine géographique des manuscrits, en fonction des saints évoqués dans les litanies. Mais devant la complexité de la tâche, il doute du bien-fondé de sa démarche et déclare qu’« il ne faut pas attacher trop d’importance à ces détails. »95.

  • 96  Sa définition du « Nord » est un peu floue mais selon les indications fournies par une carte, c’es (...)
  • 97  A. Komada, op. cit., p. 533.

57Le défi est repris par A. Komada qui repère dans ces manuscrits un petit lot produit dans les régions du Nord96, dont le texte et les images présentent une certaine cohérence paléographique et iconographique97 .

58Sa liste des manuscrits provenant des régions du Nord est la suivante :

    • 98  Manuscrit non enluminé.

    Bruxelles, B.R., ms 987, Tournai ou Hainaut, xive siècle98 

  • Paris, B.n.F., Français 152, région de Thérouanne, 1347 

  • Paris, Bibl. Mazarine, ms 312, Tournai, Cambrai ou Hainaut, années 1440 

  • Turin, B.n., ms L.I.12, Nord, années 1440 

  • Iéna, F.-S.U., T.U.L., ms El. Fol. 95-96, Mons, 1465-1473 

  • New-Haven, H.L., ms 129, Tournai, 1465-1470 

  • Londres, B.L., Royal 18 D IX-X et Royal 15 D I, Bruges, 1470-1479 (Bible d’Édouard IV)

  • Turin, B.n., ms L.I.1, Gand, 1470-1475 

  • Bibermülhe, Ant. Heribert Tenschert, ms Kat. XXXI, n° 34, Pays-Bas méridionaux – Nord de la France, vers 1480-1485 

Cette liste ne comprend pas les manuscrits suivants, qui ne sont pas enluminés :

  • Rouen, B.m., ms 184, Nord de la France (?), 1427-1431, B.h.c. Moyenne 

  • Cambrai, B.m., ms 398-399-400, Nord (?), XVe siècle, Grande B.h.c. à prologues 

  • Wolfenbüttel, H.A.B., Cod. Guelf. 76. 15, 16, 17, 18 Aug. 2°, du Nord, xve siècle, Grande B.h.c.

  • 99  Les exceptions : 2 manuscrits enluminés ont été produits dans le Nord mais ne font pas partie de l (...)
  • 100 « La première caractéristique du groupe du Nord est une préférence très marquée pour la version "pr (...)
  • 101  « Leurs cycles d’illustrations se présentent comme une sorte de chronique biblique ou un des nombr (...)
  • 102  Pour toutes ces citations, voir Ibid., p. 24. Nous renvoyons également à l’étude menée par Scot Mc (...)

59À quelques exceptions près, le corpus de manuscrits du Nord, qu’A. Komada propose, recoupe celui des manuscrits de la version « primitive »99. Il s’agit là de son postulat de thèse : entre 1440 et 1480, par goût, les commanditaires des régions du Nord auraient préféré les manuscrits de la version « primitive »100. Par leur proximité textuelle et géographique, ces manuscrits développent également un programme iconographique relativement similaire101, se détachant de la tradition parisienne du xive siècle et essayant de conserver l’originalité de la Bible historiale, notamment dans le développement historique du récit biblique ou l’illustration de sujets d’histoire profane, rarement présents dans les manuscrits parisiens. Il est vrai que les conditions matérielles de production des manuscrits du Nord sont largement différentes de celles de Paris, car il n’y a pas de tradition artistique comparable à celle de la capitale. Les artistes auraient été laissés libres de leurs choix iconographiques et « par conséquent, la production de la Bible historiale aurait chaque fois été une entreprise unique, depuis la préparation du texte jusqu’à la réalisation du décor ». Enfin, A. Komada s’attache à la mentalité « plus difficile à décrire […] souvent très originale, qui unit nos enlumineurs ». Détachés du carcan parisien, ils auraient contribué « à la préservation de la forme originale de l’œuvre de Guyart et à l’orientation des artistes directement vers le texte. Mais c’est surtout, croyons-nous, l’esprit "historiale" enraciné dans le Nord et partagé par l’auteur, les lecteurs et les artistes qui constitue la veine de la Bible historiale, c’est-à-dire l’explication "historique" très détaillée des récits bibliques et leur enchaînement tout à fait original, par lesquels les événements sont racontés avec nombre de moments pittoresques »102.

  • 103  Ainsi, Iéna, F.-S.U., T.U.L., ms El. Fol. 95-96 et Paris, B.n.F., Français 152 ont plus d’un siècl (...)

60Ces observations sur « l’esprit historiale » sont probablement justes. Les miniatures des manuscrits d’Iéna, F.-S.U., T.U.L., ms El. Fol. 95-96 et de Paris, B.n.F., Français 152 détaillent les « récits bibliques » de moments tout à fait « pittoresques ». De même, les cycles de la Création du Paris, Bibl. Mazarine et du New Haven, B.L., ms 129 semblent avoir été copiés l’un sur l’autre tant un esprit « archaïque » préside aux deux réalisations, afin de retrouver, si cela est possible, la « forme originale de l’œuvre de Guyart ». Enfin, ces manuscrits partagent le même goût pour l’histoire, qui correspond tout à fait à l’état d’esprit dans lequel Guyart des Moulins a conçu son ouvrage. Dans sa première version, la Bible historiale, sans livres sapientiaux, prophétiques et épistolaires, aurait peut-être davantage ressemblé à une chronique historique de la Bible qu’à une Bible en elle-même, ce qui aurait plu au goût de certains bibliophiles, comme Édouard IV ou Philippe de Croÿ. Si pertinente soit cette démonstration, elle nous laisse perplexe, car elle manque de témoins. Nous nous accordons sur le fait que certaines caractéristiques chronologiques, géographiques, voire stylistiques rapprochent entre eux 6 manuscrits, mais nous ne pouvons appliquer ces conclusions à l’ensemble des manuscrits de la version « primitive » et/ou produits dans le Nord. En effet, les disparités sont trop grandes103. Même si nous aimerions croire nous aussi à cet « esprit historiale enraciné dans le Nord », il nous semble extrêmement délicat à définir. S’il existe une famille de manuscrits autour des bibliophiles du Nord entre 1440 et 1480, cette parenté ne peut être généralisée à l’ensemble des manuscrits septentrionaux.

  • 104  Richard et Mary A. Rouse, Manuscripts and their makers: commercial book producers in Medieval Pari (...)
  • 105  Ibid., pour une étude des 1200 hommes et femmes participant à ces manuscrits sur plus de trois siè (...)
  • 106  La rue Neuve Notre-Dame n’existe plus ; la rue Erembourg de Brie correspond à l’actuelle rue Boute (...)
  • 107  A. Komada, op. cit., 2002, p. 185 : « L’iconographie se construit sur le modèle de la Bible du xii (...)
  • 108  Archétype de cette production parisienne, le Maître du Roman de Fauvel représente toujours le même (...)

61La deuxième grande zone géographique de production est beaucoup plus aisée à circonscrire puisqu’il s’agit de Paris, cet « uncontested centre of commercial book production in Northern Europe »104, où, dès les années 1310, s’impose le modèle de la Bible historiale complétée et d’où 75% des manuscrits proviennent. Les ateliers parisiens sont bien connus105. Depuis la fin du xiiie siècle, sous le contrôle de l’Université, les libraires, qui coordonnent les différents métiers nécessaires à la fabrication d’un ouvrage et servent de diffuseurs, se concentrent dans un quartier très précis de la capitale, sur l’île de la Cité, avec, pour rue centrale, la rue Neuve Nostre-Dame. Au cœur du quartier Saint-Séverin, de l’autre côté de la Seine, se trouvent les scribes etlesparcheminiers, rue des Escrivains, tandis que les peintres, dont il est difficile de connaître l’organisation, demeurent rue Erembourg de Brie106. L’imagerie parisienne est, par la répartition des tâches entre les différents métiers, beaucoup plus importante et, comme le souligne un peu abusivement A. Komada, plus stéréotypée107. Mais il faut envisager également que si les Bibles parisiennes se ressemblent, c’est pour répondre à une nécessité commerciale : identifier immédiatement une Bible historiale, et l’acquérir comme telle108.

  • 109  Paris, B.n.F., Français 163.
  • 110  Oxford, C.C.C., ms 385-386.
  • 111  Lausanne, B.u.c., ms U 385-386.
  • 112  New York, P.L., Spencer 4.
  • 113  Paris, B.n.F., Français 15370-15371 ; Genève, B.p.u., Français 3 de Genève ou de Franche-Comté.
  • 114  Paris, Bibl. Mazarine, ms 313.
  • 115  Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613.
  • 116  New York, P.L., Spencer 4 : ce manuscrit a été réalisé en plusieurs étapes à différents endroits.

62Outre Paris et les régions du Nord, quelques ateliers apparaissent ailleurs : Chateaubriand en Bretagne109, Tours110, Genève111 ; ou d’autres régions, comme la Provence112, la Franche Comté113 ou plus largement l’Est de la France114, la Lombardie115 ou encore le Centre-Ouest de la France116. Cette disparité géographique souligne le succès et la diffusion de la Grande Bible historiale complétée hors de la sphère parisienne ainsi que la volonté de commanditaires de province de posséder l’ouvrage à succès de la fin du Moyen Âge.

  • 117  Nous avons volontairement omis de cartographier la production de la Bible historiale ; de même, il (...)
  • 118  Chantilly, Musée Condé, ms 23-24 et 25 et Wolfenbüttel, H.A.B., 25.10 Extravagentes.
  • 119  Cambrai, B.m., ms 398-399-400 ; Londres, B.L., Add. 24678 ; Oxford, B.L., ms 690 et ms 971 ; Rouen (...)

63Contrairement à ce qu’avançait S. Berger, l’approche géographique dessine des parentés, dégageant par moments des pôles artistiques actifs ; produisant des ouvrages singuliers ou plus stéréotypés, ils entretiennent tous à leur manière l’« esprit historiale ». Ce critère d’étude, qui permet de dessiner une carte européenne de la production de la Bible historiale117,laisse de côté les manuscrits dont l’origine est inconnue118 ou incertaine119. Il convient donc de le combiner avec un autre paramètre : le facteur chronologique.

Approche chronologique

  • 120  P.-M. Bogaert, 1982, op. cit., p. 275.

64Dans son étude la plus complète de la Bible historiale, P.-M. Bogaert déclare : « Une répartition des exemplaires [de la Bible historiale] dans le temps serait intéressante et possible. Elle est aventureuse dans le détail en raison des divergences dans la datation. De toute manière, les copies se répartissent sur le xive et le xve siècle avec peut-être une diminution au xve siècle, ce qui pourrait s’expliquer par la permanence des exemplaires »120. Ce n’est pas tout à fait ainsi que nous envisageons la chronologie des manuscrits de la Bible historiale.

  • 121  Ceux qui ne sont pas produits à Paris proviennent du Nord de la France : Bruxelles, B.R., ms 987 ; (...)

65Les manuscrits de la Bible historiale sont relativement bien datés. Comme nous l’avons déjà évoqué, hormis les exemplaires de la version primitive réalisés entre 1440 et 1480, on constate une évolution globale des manuscrits qui vont du plus simple au plus complexe : ceux de la Petite Bible historiale complétée se situent entre les années 1320 et le milieu du xive siècle, les manuscrits peu nombreux de la Bible historiale complétée Moyenne, entre 1320 et 1375, enfin, la Grande Bible historiale complétée domine dans la seconde moitié du xive siècle et dans le premier quart du xve siècle. La chronologie de production de la Bible historiale est très dense. Sur deux siècles, nous recensons actuellement 112 ouvrages – en ne comptant les paires et les tierces que sous un seul numéro. Le xive siècle rassemble 66 pièces, le xve siècle 44 et le xvie siècle 2. L’engouement du siècle de Charles V s’explique par de nombreux facteurs : goût pour un manuscrit nouveau, vitalité des ateliers parisiens, contexte économique plus favorable, importance de la commande royale. Au xive siècle, les manuscrits sont en très grande majorité produits à Paris121. Ce n’est qu’au xve siècle que les foyers de production provinciale se multiplient et prennent le pas sur la capitale. Dès les années 1420, les ateliers du Nord et de l’Est de la France et ceux de l’Italie se développent, pour arriver, à partir de 1460 environ et jusqu’au début du xvie siècle, à une production complètement détachée de la tutelle parisienne. À partir de 1498, retour à Paris pour l’édition imprimée.

  • 122  Paris, B.n.F., Français 160 : années 1310 et Français 155 : années 1310-1315 ; Londres, B.L., Roya (...)
  • 123  Paris, B.n.F., Français 155 et Londres, B.L., Royal 15 D I – 18 D IX-X.
  • 124  Les manuscrits des années 1320-1330 sont : Baltimore, W.a.m., ms W 145 a&b et W 146 a&b ; Paris, B (...)
  • 125  Pour en savoir plus sur cette période, voir R. Rouse - M. A. Rouse, op.cit.
  • 126  Comme le souligne F. Avril, nous assistons à cette « lente et comme irrésistible remontée en puiss (...)
  • 127  Paris, B.n.F., Français 20089 ; Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1 ; Bruxelles, B.R., ms 9643 (...)
  • 128  Cinq manuscrits sont datés des années 1360 : Bruxelles, B.R., ms 9541 ; Stuttgart, W.L.b., cod. Bi (...)
  • 129  Librairie de Charles V (La), Paris, Bibliothèque nationale, 1968, p. XVIII.
  • 130  Les manuscrits des années 1380 sont les suivants : Soissons, B.m., ms 210-211-212 ; Baltimore, W.a (...)
  • 131  Paris, 1400 - Les arts sous Charles VI, Paris, Musée du Louvre, 22 mars-12 juillet 2004, Paris, R. (...)
  • 132  Ibid., comme le souligne Elisabeth Taburet-Delahaye : « En premier lieu, s’impose le constat de la (...)

66En affinant cette chronologie sommaire, des périodes se détachent clairement. Les six manuscrits des années 1310 sont bien datés. Ils sont les plus anciens témoins de l’ouvrage de Guyart122 et soulignent son démarrage rapide. Cinq d’entre eux sont des Petites B.h.c., formule à succès immédiat, le sixième est une version « primitive » à préface, formule peu  diffusée123. Au cours du deuxième quart de ce siècle124, 17 œuvres sont produites ; elles sont moins bien datées, mais elles soulignent toujours le dynamisme parisien125. Au milieu du xive siècle apparaît le foyer du Nord126, dont témoigne le Paris, B.n.F., Français 152, provenant de Thérouanne. Les manuscrits datés des années 1350 sont moins nombreux127. Mais à partir du règne de Charles V, la production reprend ; les datations d’ouvrages sont cependant larges128 et il est difficile de relier au règne d’un roi spécifique la paternité d’une production artistique. Comme le souligne Marcel Thomas, bien que le fastueux bibliophile Charles V ait encouragé des traductions nouvelles de la Bible, « il ne s’intéressait guère aux riches manuscrits liturgiques, ou para-liturgiques, dont la vogue n’a cessé de croître de la fin du xiiie siècle à la fin du xve siècle »129. En revanche, la seconde partie du règne de Charles VI inaugure un cycle nouveau. Entre 1380 et 1420 est réalisée une trentaine de manuscrits, dont vingt-six entre 1400 et 1420130. « Paris 1400 »131, capitale des arts, est bel et bien le théâtre d’une synergie créative inédite132. L’arrêt de la production parisienne est soudain, lié à plusieurs facteurs concomitants : guerre civile, défaite militaire, occupation anglaise, crise économique et disparition de la génération des mécènes de 1400, dont le plus emblématique était Jean de Berry, mort en 1416.

  • 133  Rouen, B.m., ms 184, entre 1427 et 1431 ; Paris, Bibl. Mazarine, ms 312 et Turin, B.n., ms L.I.12, (...)
  • 134  Dans le Centre-Ouest et en Provence, aurait été terminé le New York, P.L., Spencer 4, vers 1460-14 (...)
  • 135  Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613, vers 1434 ; Lausanne, B.u.c., ms 385-386, vers 1458-1462 ; G (...)

67La reprise de la production des manuscrits de la Bible historiale se fait, vers 1430 et tout au long du xve siècle, essentiellement dans les régions du Nord133, quelquefois ailleurs en province134 et rarement à l’étranger135. Cette diffusion géographique, évoquée précédemment, est à relier à la volonté de commanditaires particuliers. Au xve siècle, l’exclusivité qui semblait être l’apanage de Paris est entamée par les régions du Nord.

  • 136  Paris, B.n.F., Français 15370-15371 provient de Franche-Comté, réalisé entre 1497 et 1517 ; quant (...)

68Enfin, deux manuscrits au moins136 ont été réalisés au début du xvie siècle, après la mise en route de la Bible historiale imprimée. Le premier, conservé à Paris, est un très bel ouvrage destiné à un couple de commanditaires, qui souhaite vraisemblablement renouer avec la tradition « classique » - si tant est qu’elle existe - de la Bible historiale, comme en témoigne l’archaïsme général de l’ouvrage dans le choix des textes, la mise en page, la disposition des miniatures ou dans l’allure générale qui rappelle les exemplaires du xive siècle. Le second, d’Oxford, est une œuvre exceptionnelle, incarnant, au contraire, les nouveaux courants stylistiques de la Renaissance. Si cet ouvrage n’est pas une commande de François 1er, il provient en tout cas de son entourage proche.

  • 137  Sont datés du xive siècle les manuscrits suivants : Bruxelles, B.R., ms 987 (sans image), Londres, (...)
  • 138  Il serait évidemment extrêmement intéressant de comparer cette chronologie à la production manuscr (...)

69De cette étude chronologique, plusieurs constats se dégagent. Tous les manuscrits sont datés, certains plus précisément que d’autres137. Il convient toutefois de relativiser ces datations, de ne pas oublier que certains manuscrits de la Bible historiale ont été réalisés en plusieurs fois et de concevoir la chronologie par périodes raisonnées, plutôt que par décennies tronçonnées. Ainsi, certaines périodes sont plus denses que d’autres, heureuses conjonctures entre artistes brillants et commanditaires fortunés, dans des foyers géographiques localisés138.

Approche artistique

  • 139  Sur 146 ouvrages, 7 ne contiennent pas d’images : Bruxelles, B.R., ms 987 ; Cambrai, B.m., ms 398- (...)

70Nous ne savons pas si l’(es) ouvrage(s) autographe(s) de Guyart des Moulins avai(en)t été conçu(s) avec des miniatures ; toutes les spéculations sont possibles autour de cette (ces) œuvre(s) perdue(s). Mais si nous nous fions aux manuscrits les plus proches de la version « primitive », produits dans le Nord au cours du xve siècle, et si nous examinons ceux de la Petite B.h.c., réalisés à Paris au cours des années 1310, il semblerait que cet ouvrage soit propice aux cycles enluminés ; les manuscrits sans images de la Bible historiale sont exception139. Ces miniatures introduisent également des changements décisifs par rapport à l’imagerie biblique des manuscrits du xiiie siècle. L’étude du décor de la Bible historiale est encore balbutiante. Nous allons essayer de dresser les principales caractéristiques de cette nouvelle conception de l’ornementation.

  • 140  Dieu en son royaume : la Bible dans la France d’autrefois, xiiie-xviiie siècle, Paris, Bibliothèqu (...)
  • 141  Il est rare d’ailleurs de trouver des initiales ornées ; quant aux images sur deux colonnes, elles (...)
  • 142  François Garnier, « L’imagerie biblique médiévale », Le Moyen Âge et la Bible, P. Riché, G. Lobric (...)

71La première modification concerne la taille de l’image. F. Avril signale que ces nouvelles traductions complètes de la Bible en français – Bible historiale et Bible du xiiie siècle –, par leur format, beaucoup plus grand que les petites bibles portatives antérieures, et par leur calligraphie aérée, laissent la place à des miniatures carrées de la largeur de la colonne d’écriture140. Une double révolution est dès lors amorcée, d’une part plastique, avec la disparition de la lettre ornée au profit de la miniature, et d’autre part, théologique. Alors qu’auparavant, dans les Bibles latines, l’enluminure était prise dans l’initiale introduisant par exemple le livre biblique, dans la Bible historiale, elle s’émancipe, se détache, perd en corporalité avec le texte. Visuellement, se distinguent deux espaces différents, celui de l’image et celui du texte. Cette séparation est importante car l’image et la parole ne sont plus intrinsèquement liées, ce qui offre à l’enluminure une autonomie nouvelle141. Un autre changement touche le nombre d’images. Les Bibles latines du XIIIe siècle illustrent essentiellement les incipit des différents livres bibliques. Or la Bible historiale se distingue par un nombre très important de miniatures qui se multiplient au sein d’un même chapitre, pour des épisodes différents. Pour le livre de la Genèse par exemple, un instant de la vie d’Abraham, de Jacob ou de Joseph sera mis en images, en plus des médaillons de la Création. La Bible historiale offre ainsi un très vaste panorama d’imageries bibliques. La troisième modification est thématique. F. Garnier, dans un des rares passages consacrés aux images de nos manuscrits, déclare que « la multiplication des copies de la Bible historiale de Guiart des Moulins entraîne, aux xive et xve siècles, un certain renouvellement de l’iconographie biblique dans les livres enluminés »142. Des thèmes nouveaux apparaissent, liés au changement de format et à la multiplication des images : « La vignette ne sert pas seulement de frontispice. Elle s’introduit souvent dans le texte biblique », permettant la création de thématiques nouvelles et souvent originales, « comme la naissance d’Esaü velu et de Jacob ». Pleines de verve et d’anecdotes, les images s’émancipent du texte biblique, voient le développement de sujets iconographiques et deviennent le lieu d’interprétations théologiques nouvelles.

  • 143  Manuscrits dont les artistes nous sont inconnus : Wolfenbüttel, H.A.B., 25 Extravagentes : un arti (...)
  • 144  Pour les attributions artistiques, nous nous appuyons, entre autres, sur les travaux en histoire d (...)
  • 145  Le Maître du Roman de Fauvel participe à la réalisation de onze ouvrages, dont le plus ancien est (...)
  • 146  Sept réalisations : Baltimore, W.a.m., ms W 146 a&b ; Enschede, R.T., Inv. n° 2 ; New York, P.L., (...)
  • 147  Richard de Verdun est un artiste à la carrière très bien connue des années 1290 aux années 1320 ; (...)
  • 148  Pour ces deux artistes : Oxford, B.L., Douce 211-212.
  • 149  Paris, Bibl. Mazarine, ms 311 et le Genève, B.p.u., Français 2, œuvre d’au moins sept artistes.
  • 150  Pour ces deux artistes : Paris, B.n.F., Français 155.
  • 151  Montpellier, B.é.M., ms 49 et un associé à lui pour Londres, B.L., Royal 18 D VIII.
  • 152  New York, P.L., Spencer 4 et PML, ms 322-323.
  • 153  Londres, B.L., Royal 18 D VIII.
  • 154  Il travaille aux frontispices de deux ouvrages, qui ont plus de trente ans d’écart : Genève, B.p.u (...)
  • 155  Cambridge, F.M., ms 9 et Paris, B.n.F., Français 2
  • 156  Paris, B.n.F., Français 161-162 et Français 20089 ; Londres, B.L., add. 24678 ; Saint-Pétersbourg, (...)
  • 157  Un artiste : Wolfenbüttel, H.A.B., 25 Extravagentes ; deux artistes : Londres, B.L., add. 15247 et (...)
  • 158  À ce sujet, voir F. Avril dans les Fastes du gothique (Les), Paris, Galeries nationales du Grand P (...)

72L’étude chronologique montre les moments forts de la production, souvent rattachés à des foyers artistiques marqués ; deux époques se distinguent : le foyer parisien du xive siècle et celui du Nord après 1420. Les manuscrits pour lesquels les artistes ne sont pas renseignés sont minoritaires143 ; dans 75% d’entre eux, des noms apparaissent144. Dans la première moitié du xive siècle, les enlumineurs parisiens du règne de Philippe le Bel sont connus grâce à une série de documents fiscaux, et notamment une taille perçue en 1313 pour les festivités marquant la chevalerie du fils aîné du roi, le futur Louis X. Elle donne le nom des contribuables, par quartier, avec leur métier. Dans nos manuscrits, quatre grands artistes se détachent : le Maître du Roman de Fauvel145, le Maître du Perceval, proche de Fauvel, Richard de Montbaston, quelque fois aidé de sa femme, Jeanne146, et Richard de Verdun147. D’autres artistes, plus discrets, apparaissent ça et là : le Maître du Français 333 de la B.n.F., le Maître du Roman de la Rose de Rennes148, le Maître du Français 2 de la B.p.u. à Genève149, le Maître du Français 155 de la B.n.F., un suiveur du Maître du Méliacin150, le Maître de la Vie de saint Louis151, le présumé Thomas de Maubeuge152, le Maître de l’Office de sainte Clothilde153, ou le talentueux Jean le Noir154. Plus tardif, le Maître de la Dame à la licorne155, les quatre artistes du Paris, B.n.F., Français 161-162 assurent la transition vers une nouvelle génération156. Enfin, dans quelques cas, les historiens d’art ont su déceler le nombre d’artistes participant à la réalisation d’un ouvrage sans pouvoir les identifier plus précisément157. Malgré la probable disparité des origines géographiques des enlumineurs, le style parisien possède des caractéristiques communes : la ligne souple reste dansante, mais contrairement aux époques antérieures, elle n’aplatit plus la figure humaine et se gonfle peu à peu d’un modelé savant, reflétant les mouvements et les postures. L’acquisition de l’espace perspectif reste encore timide, malgré les incursions italianisantes de Jean Pucelle. De même, la gamme colorée se diversifie par l’introduction d’un orange vif et de fonds bicolores. Uniformisée, voire conservatrice, la production des miniatures de la première moitié du xive siècle ne se caractérise pas par ses innovations stylistiques158.

  • 159  La bibliothèque de Charles V fut conçue comme « une sorte de cabinet d’objets d’art, de centre d’é (...)
  • 160  Sept ouvrages lui sont attribués : Londres, B.L., Royal 19 D II, avant 1356 ; Stuttgart, W.L.b., C (...)
  • 161  Cinq ouvrages lui sont attribués : Londres, B.L., Royal 17 E VII, vers 1356-1357 ; Stuttgart, W.L. (...)
  • 162  Deux manuscrits lui sont attribués : Los Angeles, J.P.Getty Museum, Français 1, entre 1360 et 1375 (...)
  • 163  Trois manuscrits lui sont attribués : Berlin, S.-P.K.., Cod. Philipps 1906, vers 1368 ; Paris, B.n (...)
  • 164  Six ouvrages lui sont attribués : Munich, B.S.b., Français 1-2, vers 1370 ; Copenhague, B.R., Thot (...)
  • 165  Oxford, B.L., ms 971, entre 1375 et 1400.
  • 166  La Haye, M.M.W., ms 10 B 23, vers 1371.
  • 167  Paris, 1968, op. cit., p. XVIII.

73En revanche, la fin du règne de Jean le Bon puis les règnes de Charles V et de Charles VI sont extrêmement fastes pour l’enluminure française. Au sein de cette longue période de soixante-dix ans, nous dégageons plusieurs générations. La première s’articule autour de la bibliothèque de Charles V159 : dès les premières années de la décennie 1350 jusqu’aux années 1370, s’activent sept maîtres : le Maître du Livre du Sacre de Charles V160, le Maître de la Bible de Jean de Sy161, le Maître de Jean de Mandeville162, le Maître de Colin Nouvel163, le Maître du Couronnement de Charles VI164, le Maître du Polycratique de Charles V165, ou encore le pictor regis, Jean de Bondol de Bruges166. Sous l’influence de la manière italianisante de Jean Pucelle, cette époque se caractérise à la fois par de nouvelles ambitions picturales, notamment par un souci de réalisme physique, mais aussi par la reprise de modèles antérieurs, comme par exemple dans l’organisation des compositions, puisant « dans le vaste répertoire de formes et de thèmes constitué depuis près d’un siècle »167.

  • 168  Paris, 2004, op. cit., p. 307.
  • 169  Dix ouvrages lui sont attribués : Soissons, B.m., ms 210-211-212, vers 1380 ; Turin, Bibl. Già Rea (...)
  • 170  Quatre ouvrages : Soissons, B.m., ms 210-211-212, vers 1380 ; Baltimore, W.a.m., ms W 125-126, ent (...)
  • 171  Soissons, B.m., ms 210-211-212, vers 1380 et Bruxelles, B.R., ms 9001-9002, vers 1414-1415.
  • 172  Baltimore, W.a.m., ms W 125-126, entre 1380 et 1400.
  • 173  Baltimore, W.a.m., ms W 125-126, entre 1380 et 1400 ; Londres, B.L., Harley 4381-4382, vers 1400 ; (...)
  • 174  Paris, B.n.F., Français 159, avant 1402.
  • 175  Londres, B.L., Harley 4381-4381, vers 1400.
  • 176  Londres, B.L., Harley 4381-4382, vers 1400 ; Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, vers 1400 (...)
  • 177  Reims, B.m., ms 60 : il fait partie de l’atelier du Maître des Médaillons de Chantilly.
  • 178  Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, vers 1400-1405 ; Bruxelles, B.R., ms 9001-9002, vers 1 (...)
  • 179  Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, vers 1400-1405 ; Londres, B.L., add. 18856-18857, entr (...)
  • 180  Aylesbury, W. M., ms 3 et Nagoya, F.M., ms non coté, vers 1405-1410.
  • 181  Paris, B.n.F., Français 15393-15394 ; et au sein de son atelier : Bibermülhe, Ant. H.T., anc. Amst (...)
  • 182  Londres, B.L., Royal 15 D III, vers 1410-1415 ; et au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Françai (...)
  • 183  Londres, B.L., Royal 15 D III, vers 1410-1415.
  • 184  Londres, B.L., add. 18856-18857, vers 1410-1415 ; au sein de son atelier, Paris, B.n.F., Français (...)
  • 185  Paris, B.n.F., Français 15393-15394, vers 1410-1415.
  • 186  Au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415.
  • 187  Au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415.
  • 188  Bruxelles, B.R., ms 9024-9025.
  • 189  Au sein de la première génération : deux artistes : Bruxelles, B.R., ms 9541, vers 1360 ; trois ar (...)
  • 190  Notamment le Maître du Couronnement de la Vierge et Maître des Cleres Femmes de Jean de Berry ou e (...)
  • 191  La Haye, M.M.W., ms 10 B 23.
  • 192  Comme le Maître de la Cité des Dames ou encore le Maître de l’Apocalypse de Berry.
  • 193  Du reste, Jean Fouquet, Barthélemy d’Eyck, Jean Colombe et Jean Bourdichon n’y participèrent pas n (...)
  • 194  François Dupuigrenet-Desroussilles, Trésors de la Bibliothèque nationale, Partis, Nathan, 1996, p. (...)

74La seconde génération appartient davantage au style du Gothique international, de 1380 à 1420, qui se caractérise « par un sens du volume des figures et des drapés dynamiques [...]. La recherche de mouvement s’accompagne d’un souci de naturalisme dans le rendu de la figure humaine, tout particulièrement dans son visage168». Une vingtaine de peintres s’y rattachent : le Maître du Virgile169, le Maître de Saint-Voult de Lucques170, le Maître des Pèlerinages de 1393171, Perrin Remiet172, le Premier Maître de la Bible historiale de Jean de Berry ou le Maître des Heures de Johannete Ravenelle173, le Maître du Couronnement de la Vierge174, le Pseudo-Jacquemart175, le Maître des Heures d’Egerton176, le Maître des Médaillons de Chantilly177, le Maître des Cleres Femmes de Jean de Berry178, le Maître de la Cité des Dames179, un associé du Maître du Boèce180, le Maître de l’Apocalypse de Berry181, le Maître de Boucicaut182, le Maître du Bréviaire de Jean sans Peur183, le Maître des Heures de Bedford184, le Maître des Heures de Rohan185, le Maître des Heures de la Mazarine186, le Maître des Heures de Guise187 et le Maître des Heures de Marguerite de Clissons188. Comme dans la première moitié du siècle, certaines mains sont repérables, sans que l’on puisse les identifier189. Les années 1400-1420 sont marquées par l’afflux de peintres étrangers dans la capitale. Les artistes septentrionaux jouent un rôle prépondérant dans l’introduction du trait et du rendu naturaliste des physionomies humaines190 ; quant aux artistes italiens, leur présence est avérée dans la capitale et a influencé, dès le règne de Charles V, Jean de Bruges191 puis les grands artistes du moment192. Concernant cette brillante période, une question reste en suspens : pourquoi les maîtres les plus célèbres alors, comme les frères de Limbourg, n’ont-ils pas participé à la réalisation d’un manuscrit de la Bible historiale193 ? De quel ouvrage parle François Dupuigrenet-Desrousilles lorsqu’il mentionne : « Parmi les chefs-d’œuvre réalisés par les frères Pol et Jean de Limbourg pour Jean de Berry, on notera la Bible historiée, qu’ils exécutèrent vers 1410, mais que son inachèvement a empêché d’atteindre la renommée des fameuses Très Riches Heures conservées au château de Chantilly »194 ?

  • 195  Bruxelles B.R., ms 9541, des années 1430-1440 et Rennes, B.m. ms 5212, vers 1460.
  • 196  Paris, Bibl. Mazarine, ms 313 : deux anonymes ; Paris, B.n.F., Français 15370-15371, entre 1497 et (...)
  • 197  Paris, Bibl. Mazarine, ms 312, vers 1440.
  • 198  Turin, B.n., ms L.I.12.
  • 199  Lausanne, B.u.c., ms 385-386, entre 1458 et 1462.
  • 200  New Haven, B.L., ms 129, vers 1465-1470.
  • 201  Iéna, F.-S. U., T. U.- L., ms El. Fol. 95-96, vers 1465-1473, œuvre de Jacquemart Pilavaine et du (...)
  • 202  « Jamais encore l’enluminure n’avait été aussi prisée, inventive, luxueuse, variée et répandue ; e (...)

75En revanche, après les années 1420, comme évoqué précédemment lors de l’étude chronologique, la production se disperse ; les artistes ne sont plus que ponctuellement identifiés et rattachés à un ouvrage spécifique. Ainsi, les deux artistes parisiens de ces années-là sont anonymes195, tout comme ceux de l’Est du pays196. Les enlumineurs du Nord sont mal identifiés197 dans la première moitié du siècle, se situant davantage dans la lignée d’artistes prestigieux198, alors que dans la seconde moitié du xve siècle, quelques personnalités s’affirment comme Jean Servion199 et le Maître du Brunet Latin de Saint Quentin200. Quatre ambitieuses et exceptionnelles réalisations sont le fruit d’un travail collectif201, sans qu’aucune étude n’ait été menée sur l’influence de la peinture flamande auprès de ces artistes septentrionaux. Quant aux artistes italiens, comme Jacopino d’Arezzo et Belbello da Pavia, ils nous sont peu connus. La Bible historiale, passé 1420, semblerait alors s’inscrire à contre-courant de la tendance stylistique dominante du xve siècle, siècle de l’apogée de la création enluminée, qui « jamais encore [elle] n’avait été aussi prisée, inventive, luxueuse, variée et répandue ; et jamais elle ne le sera de telle façon »202. La production ne se remet pas de la déstabilisation parisienne et de la perte de la commande princière.

76Cette étude sommaire des différents artistes et de leurs ouvrages souligne plusieurs faits atypiques et propres à la Bible historiale. Premièrement, il existe des périodes chronologiques distinctes : la première moitié du xive siècle à Paris ; les décennies 1350-1370, où émerge une nouvelle génération relayée par celle des années 1380-1420 ; puis à partir de 1420 un effondrement brutal, avec toutefois des artistes exceptionnels, toujours en dehors de Paris. En deuxième lieu, certains artistes sont sensibles aux problématiques contemporaines, introduisant ça et là un espace perspectif nouveau, un rendu naturaliste des physionomies, une nature plus bucolique… L’absence des grands maîtres tels que Jean Pucelle, Jean le Noir, les frères de Limbourg ou Jean Fouquet nous laisse perplexe. Cependant – troisième point –, le nombre considérable de peintres identifiés, et la densité du corpus, qui court du début du xive siècle au début du xvie siècle, soulignent l’importance de ces manuscrits, enluminés avec soin par des artistes de très haut niveau pour des commanditaires souvent extrêmement prestigieux. Enfin, aveu d’impuissance : dans cette incroyable nébuleuse artistique, restent des zones d’ombres, des artistes non identifiés, des miniatures orphelines, bien que les cas soient rares. Les artistes de la Bible historiale semblent avoir trouvé dans cet ouvrage un autre terrain d’approche de l’enluminure médiévale, où, nous semble-t-il, ils ont œuvré avec peut-être plus de liberté et d’autonomie vis-à-vis du texte biblique que dans d’autres types de manuscrits.

Approche par lecteurs

77Nous aimerions présenter, avant de conclure cette étude historique, les lecteurs et les lectrices de la Bible historiale. Ces laïcs, dont l’identification est relativement bien connue, témoignent de la transformation du marché du livre dans les derniers siècles du Moyen Âge. Le goût des bibliophiles pour la Bible historiale reste constant au cours des xive et xve siècles et cet ouvrage devient un incontournable des bibliothèques royales et princières.

  • 203  Paris, B.n.F., Français 159. Pour l’étude des manuscrits, voir Volume II : Catalogue des manuscrit (...)
  • 204  Paris, 1998, op. cit., p. 258 : la famille royale semble avoir plutôt encouragé la littérature con (...)
  • 205  Londres, B.L., Royal 19 D II. Contrairement à ce que dit l’historiographie traditionnelle, la poli (...)
  • 206  Cambridge (Mass.), H. L., ms Typ. H 555 ; Copenhague, B.R., ms Thott 6 ; Hambourg, Kunsthalle, Fr. (...)
  • 207  Baltimore, W.a.m., W 125-126 ; Hambourg, Kunsthalle, Français 1 et Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, m (...)
  • 208  Avant d’appartenir à Jean de Berry, Paris, B.n.F., Français 20090 est une possession de Charles VI (...)
  • 209  Londres, B.L., Royal 15 D I et 18 D IX-X.

78D’après un inventaire du xve siècle, il semblerait que le dernier des Capétiens, Charles IV, ait commandé une Bible historiale qu’il lègue à sa fille Blanche203. Si cela est avéré, il y aurait un intérêt précoce des souverains pour cette œuvre alors que la famille royale semble avoir plutôt encouragé la littérature contemporaine204. En revanche, il est certain que Jean II le Bon possédait un exemplaire de l’ouvrage de Guyart, puisqu’il se l’est fait prendre à la bataille de Poitiers en 1356205. Son fils, Charles V, grand roi bibliophile qui, en 1367, fait transférer les livres royaux au château du Louvre, en possède au moins 7206, dont une dite la Petite Bible historiale de Charles V. Quant à Jean de Berry, parangon des collectionneurs, il en acquiert au moins neuf exemplaires207. Charles VI, qui hérite d’une partie de la bibliothèque de son père, met la main sur de beaux volumes du début du xve siècle208. Édouard IV, roi d’Angleterre (1442-1483), possédait un lot spectaculaire en trois ou quatre volumes209. Il semblerait que ces princes aient souhaité multiplier les exemplaires de la Bible historiale afin de rassembler les meilleurs peintres de leur époque.

  • 210  Comme mentionné plus haut, les manuscrits de la bibliothèque des princes de Bourgogne sont actuell (...)
  • 211  Turin, B.n., ms L. I. 1.
  • 212  Niccolo d’Este fait réaliser vers 1434 l’exemplaire du Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613. Phili (...)
  • 213  Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1.
  • 214  Paris, B.n.F., Français 155.
  • 215  Londres, B.L., add. 18856-18857.
  • 216  La Haye, B.R., ms 71 A 23.
  • 217  Paris, B.n.F., Français 160.

79Chez les princes du xve siècle, l’ouvrage de Guyart des Moulins figure également en plusieurs exemplaires ; la bibliothèque des ducs de Bourgogne, Jean sans Peur (1371-1419) puis son fils Philippe le Bon (1396-1467), présente de très beaux exemplaires du « gothique international »210. Antoine, Grand Bâtard de Bourgogne (1421-1504), fut, comme son père, un grand collectionneur : son exemplaire de la Bible historiale est l’un des rares ouvrages ornés en grisaille que nous possédons, et bien qu’il soit en fâcheux état, il reste d’une exceptionnelle qualité211. Niccolo d’Este (1393-1441) et Philippe de Croÿ, comte de Chimay (1395-1483), se procurent des chefs-d’œuvre212. Clientèle nouvelle et fortunée, les princes de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne sont très nombreux à posséder un exemplaire de la Bible historiale : Charles Ier d’Albret (/-1415)213, Charles, duc d’Orléans (1394-1465)214, Charles de France, duc de Normandie (1446-1472)215, Philippe de Clèves (/–1528)216 ou encore Gaston d’Orléans (1608-1660)217. Cet engouement royal puis princier perdure, puisque vers 1498, c’est à la suite d’une commande du roi Charles VIII qu’Antoine Vérard imprime la première Bible historiale, sous la direction de Jean de Rély.

  • 218  Nous ne reprenons pas ici tous les noms des propriétaires de tous les manuscrits ; pour une connai (...)
  • 219  Pour Simon de Rye et Jeanne de Laval : Paris, B.n.F., Français 13570-15371 ; Jean de Derval et Hél (...)
  • 220  Paris, Bibl. Mazarine, ms 312.
  • 221  Paris, B.S.G., ms 22.
  • 222  Paris, B.S.G., ms 20-21.
  • 223  Jean le Meingre, maréchal de Boucicaut et mécène, est probablement à l’origine de l’achèvement du (...)
  • 224  Montpellier, B.é.M., ms 49.
  • 225  New York, PML, ms 322-323, au premier folio du second volume de la paire.
  • 226  Berlin, S.-P. K., Cod. Phillips 1906, aux folios 504v et 505.

80Cette fonction ostentatoire de l’ouvrage se diffuse largement dans la société. Sur les plats et à l’intérieur des volumes, nous trouvons des noms de propriétaire218 : il s’agit de couples identifiés, comme Simon de Rye et Jeanne de la Baume, Jean de Derval et Hélène de Laval219 ; de couples inconnus, comme celui figuré au premier folio du Paris, B.n.F., Français 152 ou comme celui dont les armoiries ont été recouvertes par celles d’Antoine Crèvecœur (/-1493)220 ; de nobles importants comme, au xive siècle, Hervé VIII de Léon (1341-1363), seigneur de Bretagne221, ou au xve siècle, Guillaume de La Baume (/-1495), seigneur d’Illeins en Suisse222, ou Jean III le Meingre (/-1490), seigneur de Bridoré en Touraine223. Certaines familles font apposer leurs armes à l’instar de la riche famille bourguignonne des Bouhier224, des Rochechouart225, ou encore des Pompadour qui inscrit de 1490 à 1582 les dates de naissance et de baptême de ses enfants226.

  • 227  Paris, B.n.F., Français 156.
  • 228  Bruxelles, B.R., ms 9024-9025.
  • 229  Marie de Berry hérite d’une très grande partie des manuscrits de son père, dont elle prend grand s (...)
  • 230  Paris, B.n.F., Français 2.
  • 231  Paris, Bibl. Ch. Députés, ms 3.
  • 232  Bruxelles, B.R., ms 9004 et ms. 9541.
  • 233  La Haye, B.R., ms 78 D 43 : les propriétaires antérieurs ne sont pas connus.
  • 234  Chantilly, Musée Condé, ms 23-24 ; son mari, Antoine de Chourses (/-1484), avait fait l’acquisitio (...)
  • 235  Genève, B.p.u., Français 2.
  • 236  Paris, B.n.F., Français 15393-15394.
  • 237  Delumeau Jean (dir.), La religion de la mère -Les femmes et la transmission de la foi, Paris, Édit (...)
  • 238  « Nota que le livre de la Sapience est tres obscur a lire et pis encore d’entendre parle, par le v (...)

81De nombreuses femmes appliquent également leur marque de propriété dans leurs ouvrages. Mahaut d’Artois en possédait peut-être un exemplaire. Les lectrices de la Bible historiale sont des princesses : Jeanne de Bourgogne (1293-1349)227, Marguerite de Bavière (1363-1423)228, Marie de Berry (1367-1434)229, Jeanne de Navarre (/-1437)230, Marguerite d’Orléans (1406-1466)231, Marguerite d’Autriche (1480-1530)232 ou encore, au xviie siècle, Marie-Marguerite Ignace de Lorraine (/-1679)233. À la fin du xve siècle, Catherine de Coëtivy (ca. 1460-1528) fait l’acquisition pendant son veuvage d’une paire non enluminée234, alors que Philippine de Chalons, fille du prince d’Orange, dépose au couvent sainte Clarisse d’Orbes, où elle entre en 1471, son très bel exemplaire du xive siècle235. Une certaine Madame de Rochecorbon, au xvie siècle (?), laisse son nom dans une paire de la fin du xive siècle236. Cette liste de femmes corrobore une pratique dévotionnelle qui s’affirme à partir du xiiie siècle dans la chrétienté médiévale – outre le fait qu’un nombre de plus en plus important de femmes savent lire – ; ce sont elles qui, à l’image de la Vierge ou de sainte Anne, enseignent les faits religieux et diffusent la parole sainte dans leur foyer237. L’importance du lectorat féminin de la Bible à la fin du Moyen Âge est d’ailleurs confirmée par la note d’un scribe qui met en garde les lectrices potentielles sur leurs propres limites intellectuelles238 ! 

  • 239  Qui sont ces mystérieux « Donay », Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms 9, premier et dernier folio, (...)

82Il existe enfin un certain nombre de manuscrits où les noms restent illisibles ou les propriétaires non identifiés239. Contrairement à une pratique qui semble présente dans les livres d’Heures, il n’y a pas, dans les miniatures des manuscrits de la Bible historiale, de commanditaires – identifiés ou non – en prière dans un espace sacré, devant la Vierge et ou le Christ.

  • 240  Cambrai, B.m., ms 398-399-400.
  • 241  Paris, B.n.F., Français 15391 - qui se trouvait auparavant à l’abbaye de Saint-Pierre de Corbie -, (...)
  • 242  Paris, B.S.G., ms 20-21, 22.
  • 243  Troyes, B.m., ms 59.
  • 244  Paris, Bibl. Mazarine, ms 311.

83Tous les lecteurs de la Bible historiale n’étaient pas des laïcs. Avant d’enrichir les collections nationales, certains exemplaires étaient conservés dans des abbayes, où ils sont d’ailleurs souvent entrés tardivement : l’abbaye du Saint-Sépulcre à Cambrai240, l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés241 et l’abbaye Sainte-Geneviève242 à Paris, l’abbaye de Clairvaux243 à Troyes ; ou encore dans des couvents, comme celui des Mimines244 à Paris.

  • 245  Berlin, S.-P. K., Cod. Phillips 1906.
  • 246  La Haye, M.M.W., ms 10 B 23.
  • 247  Sir Thomas Philipps a possédé les manuscrits suivants : Berlin, S.-P. K., Cod. Phillips 1906 ; Bru (...)
  • 248  Genève, B.p.u., Français 1.
  • 249  Londres, B.L., Royal 1 A XX.
  • 250  Londres, B.L., Cotton App. V.
  • 251  Londres, B.L., Yates Thompson 20.
  • 252  Bibermülhe, Ant. H.T., Kat. XXXI, n° 34 et anc. Amsterdam.

84Enfin, parmi les derniers lecteurs de la Bible historiale, signalons les collectionneurs des siècles postérieurs, qui, à la manière des commanditaires princiers du xve siècle, multiplient les exemplaires. Gérard Meermann (1722-1771) acquiert en 1764 le manuscrit des Pompadour245, qui avait transité entre-temps par la bibliothèque du Collège de Clermont, et la Bible de Jean de Vaudétar offerte à Charles V246. Seule cette dernière entre au musée de La Haye. En effet, le premier ouvrage est racheté par Sir Thomas Philipps (1792-1872), le plus important collectionneur de manuscrits de la Bible historiale247. D’autres manuscrits transitent par les collections privées des frères Petau248, de John Theyer249, de Sir Robert Cotton (1571-1631)250 ou encore d’Henry Yates Thompson (1838-1928)251, pour ne prendre que quelques exemples. Actuellement, deux splendides exemplaires252 se trouvent chez le libraire Heribert Tenschert en Suisse.

  • 253  Lausanne, B.p.u., ms 385-386 ; Londres, B.L., 19 D III ; Londres, B.L., Add. 24678 : fragmentaire  (...)

85Quelques rares manuscrits demeurent orphelins ; aucune indication ne permet de leur attribuer un propriétaire antérieur à leur entrée dans des collections publiques253.

  • 254  Comme par exemple la Petite Bible de Charles V, Paris, B.n.F., Français 5707 qui mesure environ 21 (...)
  • 255  Comme par exemple la Bible dite d’Édouard IV, Londres, B.L., Royal 15 D I et 18 D IX-X qui mesure (...)

86Nous ne pouvons déterminer si la Bible historiale était davantage lue par les femmes que par les hommes et si l’ouvrage de Guyart des Moulins avait leur préférence sur les autres ouvrages dévotionnels. De même, concernant ces pratiques de la Bible, nous ignorons si la lecture en était silencieuse et individuelle ou à voix haute et collective. La petite taille d’un certain nombre de manuscrits suggère cependant un usage individuel254 ; tandis que d’autres, nécessairement posés sur un pupitre, pouvaient avoir un usage plus collectif255. Mais, alors que les pratiques dévotionnelles concernant les livres d’Heures ont été largement étudiées, l’usage quotidien de la Bible historiale n’est pas documenté.

87Ces indications bibliophiles soulignent d’une part que l’ouvrage de Guyart se diffuse largement dans la société civile et d’autre part que les collectionneurs - quelles que soient les époques - ont souhaité enrichir leurs bibliothèques de cet ouvrage, autant pour son contenu religieux que pour son décor somptueux. Nous distinguerons deux types de commandes : la commande princière, groupe homogène resserré dans l’espace et dans le temps, parisienne, des années 1350 à 1420, s’attachant exclusivement à des Grandes Bible historiale complétée. Éloignée de ce noyau dur, la commande « de périphérie », provinciale et « bourgeoise », concerne tout type de Bible historiale.

88Dans ce chapitre, nous avons tenté d’organiser le paysage mouvant de la Bible historiale et de trouver une alternative au classement par type de textes (de la version « primitive » à la Grande B.h.c.), typologie qui s’est avérée extrêmement frustrante, compte-tenu du caractère unique de chaque réalisation et de l’état inégal de conservation des manuscrits. Plusieurs critères ont été sollicités croisant les données codicologiques, géographiques, chronologiques, artistiques et par lecteur – auxquelles il faudrait ajouter une définition de la nature littéraire de l’œuvre. Les résultats obtenus sont assez probants, car bien qu’il y ait toujours quelques exceptions, des moments forts sont apparus. À la Petite B.h.c., enluminée par la génération des peintres parisiens de la première moitié du xive siècle, succède une Bible de plus en plus complète, la B.h.c. Moyenne, préférée de Charles V, puis la Grande B.h.c, celle du faste du « gothique international », œuvre d’artistes princiers. Après 1420, une dispersion en dehors de la capitale entraîne une baisse quantitative et qualitative de la production. Émerge un foyer du Nord avec ses commanditaires éclairés préférant la version « primitive ». La Bible historiale complétée reste la seule et l’unique compilation bibliquecomplète en français dans les deux derniers siècles du Moyen Âge et sa popularité est telle qu’elle sert de modèle aux premières éditions imprimées d’une Bible en français.

Un catalogue des manuscrits de la Bible historiale

89Devant le grand nombre de manuscrits de la Bible historiale et afin de pouvoir inclure toutes les exceptions, exclues du plan de classement précédent, un choix assez traditionnel a été préféré sous la forme d’un catalogue recensant les ouvrages, par ordre alphabétique de ville de conservation.

  • 256  Par rapport au catalogue d’A. Komada, nous excluons les Paris, B.n.F., Français 6 et 7, Français 1 (...)
  • 257  Ainsi, le manuscrit qui se trouvait dans l’ancienne Bibliotheca Philisophica Hermetica à Amsterdam (...)
  • 258 À titre d’exemples : Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms 95 et Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms El. Fol. 96.
  • 259  Baltimore, W.a.m., W 145 a&b et W 146 a&b ; New York, PML, ms 61 a&b ; Philadelphie, F. L., M VIII (...)
  • 260  Cambrai, France, B.m., manuscrits 398-399-400 (ancien ms 376 pour les trois volumes) et Wolfenbütt (...)
  • 261  Bruxelles, B.R., ms 9634-9635 et New York, PML, ms 394-395.

90Des études antérieures consacrées à la Bible historiale comportent elles aussi des catalogues de manuscrits. Celui de S. Berger comprend toutes les Bibles en français, qu’il s’agisse de la Bible historiale ou de la Bible du xiiie siècle. Celui d’A. Komada ne s’intéresse qu’aux premières et en complète le nombre d’exemplaires par des recherches codicologiques256. Notre catalogue des manuscrits présente un certain nombre de découvertes et réactualisations257. Il propose les volumes étudiés selon l’ordre alphabétique du nom des villes dans les bibliothèques desquelles ils sont conservés. À chacun des 144 exemplaires complets ou fragmentaires de la Bible historiale correspond un numéro d’entrée. Lorsque l’œuvre est constituée de deux ou trois volumes, comme la paire d’Iéna ou celle de Chantilly, chacun d’entre eux a son entrée258. Il existe cependant quelques exceptions : les fragments sont souvent rassemblés sous le même numéro de lot259 ; les ouvrages à volumes multiples, qui sont décrits dans les notices de catalogue de leur bibliothèque sous une même notice260 ou rassemblés sous une même reliure261, ont une entrée commune. Le catalogue renseigne plusieurs champs, grâce à une fiche type : la provenance géographique, la date de réalisation, le support, le nombre de folios, les dimensions, les artistes et les scribes, l’état de conservation, l’ancien numéro d’inventaire, la reliure, la provenance et le contenu de chaque volume. Une bibliographie spécifique à chaque manuscrit indique les ouvrages consultés. La mention (non vidi) signifie que l’ouvrage ou l’article n’a pas été lu mais concerne le sujet. Les expositions où les manuscrits ont pu figurer sont présentées par ordre chronologique.

91Enfin, puisque l’importance des images s’avère indéniable, nous avons jugé nécessaire d’en dresser un inventaire exhaustif. Seul notre catalogue propose de fournir in extenso les titres de l’intégralité des miniatures de tous les manuscrits de la Bible historiale. Ces listes ont été faites par nos soins à partir des manuscrits eux-mêmes ou de publications. La légende « non identifiée » précise qu’une scène n’a pu être identifiée ; la mention « à préciser » signifie que le sens de la scène n’est pas clair. Afin de bien repérer les différents épisodes bibliques et leur reprise d’ouvrage en ouvrage, nous avons opté pour une nomenclature normée. Les sujets identiques portent le même titre, sans variations possibles. Ainsi, une Création d’Eve est intitulée « Création : Eve » et non pas « Dieu créant Eve », « Création d’Eve », « Eve sortant de la côte d’Adam », etc.

Conclusion

92Outre le fait qu’il y a peu d’études sur le sujet, la difficulté majeure de la présentation et de l’analyse de l’ensemble des manuscrits de la Bible historiale tient à l’immensité du corpus étudié (144 manuscrits) et à la nécessité de concilier plusieurs échelles chronologiques (temps long, moyen terme et temps court), plusieurs espaces géographiques (Paris, la province et l’étranger), et plusieurs types de manuscrits (déclinaison variable du contenu de la Bible historiale). Nous avons essayé de présenter l’œuvre de Guyart des Moulins sous une lumière nouvelle et de manière dynamique, comme un objet d’études historiques, résultat des faisceaux paramétrables susmentionnés. Nous espérons avoir éclairé un certain nombre de points concernant cette œuvre majeure de la littérature et de l’histoire médiévale et suscité de stimulantes envies de recherches auprès de nos confrères médiévistes.

Bibliographie

93Art au temps des rois maudits - Philippe le Bel et ses fils, 1285-1328 (L’), Paris, Galeries Nationales du Grand Palais, 17 mars-29 juin 1998, Paris, R.M.N., 1998.

94Samuel Berger, La Bible française au Moyen Âge - Étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’oïl, Paris, Imprimerie nationale, 1884.

95Pierre-Maurice Bogaert, « Adaptations et versions de la Bible en prose (langue d’oïl) », Les genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales, définition, critiques et exploitation, Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 25-27 mai 1981, Louvain-la-Neuve, Institut d’Études Médiévales de l’Université Catholique de Louvain, 1982, p. 259-277.

96Pierre-Maurice Bogaert, Les Bibles en français : histoire illustrée du Moyen Âge à nos jours, Turnhout, Brépols, 1991.

97Danielle Buschinger (dir.), Figures de l’écrivain au Moyen Âge, Actes du Colloque du Centre d’Études Médiévales de l’Université de Picardie, Amiens, 18-20 mars 1988, Göppingen, Kümmerle Verlag, 1991.

98Pierre Chastang (dir.), Le passé à l’épreuve du présent. Appropriations et usages du passé du Moyen Âge à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008.

99Pierre Cockshaw, L’ordre de la Toison d’or, de Philippe le Bon à Philippe le Beau (1430-1505) : idéal ou reflet de la société ?, Turnhout, Brépols, 1996.

100Saralyn R. Daly, « Peter Comestor : Master of histories », Speculum, A journal of medieval studies, Cambridge (Mass.), The Medieval Academy of America, janvier-avril 1957, n°32, p. 62-73.

101Dieu en son royaume : la Bible dans la France d’autrefois, xiiie-xviiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, Galerie Mazarine, 18 octobre 1991-15 janvier 1992, Paris, Édition du Cerf, 1991, p. 258.

102Christopher de Hamel, Une histoire des manuscrits enluminés, Paris, Phaïdon, 1994.

103Christopher De Hamel, La Bible - Histoire du Livre, Paris, Phaïdon, 2002.

104Fastes du gothique (Les), Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 9 octobre 1981-1er février 1982, Paris, R.M.N., 1981.

105Jean Delumeau (dir.), La religion de la mère - Les femmes et la transmission de la foi, Paris, Éditions du Cerf, 1992.

106François Dupuigrenet-Desroussilles, Trésors de la Bibliothèque nationale, Partis, Nathan, 1996.

107Éléonore Fournié, Gomer et les siens : une famille vétérotestamentaire dans le giron marial, miniatures et bois gravés des manuscrits et des imprimés de la Bible historiale, thèse de doctorat dactylographiée, 4 vol., École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2009.

108Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980.

109Christiane Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000,

110Akiko Komada, Les illustrations de la Bible historiale. Les manuscrits réalisés dans le Nord, thèse de doctorat dactylographiée, 4 vol., Université de Paris-IV, 2000.

111Akiko Komada, « Particularités des manuscrits de la Bible historiale enluminés dans le Nord : le cas de la Bible de Philippe de Croÿ, comte de Chimay », Richesses médiévales du Nord et du Hainaut, Jean-Charles Herbin (dir.), Valenciennes, Camelia - Presses universitaires de Valenciennes, 2002, p. 185-198.

112Thomas Kren et Scott McKendrick (dir.), Illuminating the Renaissance : The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 17 juin-7 septembre 2003 et Londres, The Royal Academy, 25 novembre 2003-22 février 2004, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 2003.

113Librairie de Charles V (La), Paris, Bibliothèque nationale, 1968.

114Guy Lobrichon,La Bible au Moyen Âge, Paris, Picard, 2003.

115Gustave Masson, « Biblical literature in France during the Middle Ages - Petrus Comestor and Guiart Desmoulins », The Journal of Sacred Literature and Biblical record, Londres, William and Norgate, 1866, vol. VIII, p. 81-106.

116Jacques Monfrin, « Humanisme et traductions au Moyen Âge », Études de philologie romane, Genève, Droz, 2001, p. 757-785.

117Jacques Monfrin, « Les traducteurs et leur public en France au Moyen Âge », Études de philologie romane, Genève, Droz, 2001, p. 787-801.

118François Morand, « Un opuscule de Guyart des Moulins », Revue des sociétés savantes de la France et de l’étranger, Paris, [s.n.], 1861, 2e série, tome V, p. 495-500.

119James H. Morey., « Petrus Comestor, biblical paraphrase and the medieval popular Bible », Speculum : a journal of medieval studies, Cambridge (Mass.), Medieval academy of America, janvier 1993, n° 68, p. 6-35.

120Paulin Paris (dir.), Histoire littéraire de la France, t. XVI, 70, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 1824-1906.

121Paris, 1400 - les arts sous Charles VI, Paris, Musée du Louvre, 22 mars-12 juillet 2004, R.M.N., Paris, Librairie Arthème Fayard, 2004.

122Jean Porcher, L’enluminure française, Paris, Art et métiers graphiques, 1959.

123Rosemarie Potz Mac Geer, « Guyart Desmoulins, the Vernacular Master of Histories and His Bible historiale », VIATOR, Medieval and Renaissance studies, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 1983, n° 14, p. 211-244.

124Christine Prigent (dir.), Art et société en France au xve siècle, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999.

125Edouard Reuss, « Fragments littéraires et critiques relatifs à l’histoire de la Bible française. Seconde série. Les Bibles du xive et xve siècles et les premières éditions imprimées », Revue de théologie et de philosophie chrétienne, Paris, Cherbulier, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1857, n°14, p. 1-48 et 73-104.

126Jules-Marie Richard, « Les livres de Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne, 1302-1329 », Revue des questions historiques, Paris, V. Palmé, 1886, t. XL, année 21, p. 235-241.

127Jules-Marie Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329), Monein,Éditions PyréMonde, réed. 2006.

128Pierre Riché, Guy Lobrichon (dir.), Le Moyen Âge et la Bible, Paris, Beauchesne, 1984.

129Richard et Mary A. Rouse, Manuscripts and their makers: commercial book producers in Medieval Paris 1200 - 1500, Londres, H. Miller publisher, 2000.

130Xavier-Laurent Salvador, « L’enceinte sacrée des traductions vulgaires de la Bible au Moyen Âge », La clôture - Actes du colloque interdisciplinaire et international qui s’est tenu à Bologne et Florence les 8, 9 et 10 mai 2003, Bologne, CLUEB, 2005, p. 113-132.

131Xavier-Laurent Salvador, « Dire le vrai dans la Bible au Moyen Âge : l’exemple d’adecertes dans la traduction de Guyart-des-Moulins », Texte et discours en moyen français, Brepols, « Texte, codex et contexte », 2006, p. 14.

132Xavier-Laurent Salvador, « La traduction par derechief dans la Genèse extraite de la Bible historiale de Guyart des Moulins », Texte et discours en moyen français, Actes du XIe colloque international sur le moyen français, éd. Anne Vanderheyden, Jesse Mortelmans, Walter De Mulder, Theo Venckeleer, Turnhout, Brepols, (Texte, codex, contexte, 3), 2007, p. 177-185.

133Xavier-Laurent Salvador, Vérité et Écriture(s), Paris, Honoré Champion, 2007.

134Xavier-Laurent Salvador, « Les "Biblismes", un système de définition original du lexique dans le discours pédagogique de la Bible Historiale », Quaderni del CIRSIL, 2 / 2003 [En ligne]. URL : http://www.limgue.unibo.it/​cirsil. Consulté le 2 avril 2009.

135Jean-Marie Sansterre (dir.), L'autorité du passé dans les sociétés médiévales: actes du colloque, Rome, 2-4 mai 2002, organisé par l'Institut historique belge de Rome, l'École française de Rome, l'Université libre de Bruxelles et l'Université Charles de Gaulle-Lille 3, Rome, École française de Rome, Bruxelles, Institut historique belge de Rome, 2004.

136Beryl Smalley, The study of the Bible in the Middle Ages, Oxford, B. Blackwell, 1983.

137Clive R. Sneddon, « The “Bible du xiiie siècle” : its medieval public in the light of its manuscript tradition », The Bible and Medieval culture, Willem Lourdaux, Daniel Werchelst (dir.), Louvain, Leuven University Press, 1979, p. 128-140.

138André Vernet, La Bible au Moyen Âge, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1989.

139Natalis de Wailly, « Recueil de chartres en langue vernaculaire provenant des archives de la collégiale de Saint Pierre d’Aire », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. XXXI, Paris, 1870.

140Natalis de Wailly, « Observations grammaticales sur les chartes françaises d’Aire en Artois », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. XXXII, Paris, 1872.

141Michel Zimmermann (dir.), Auctor et Auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Paris, École des Chartes, coll. « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 59, 2001.

Haut de page

Notes

1  Voir Chistopher De Hamel, La Bible - Histoire du Livre, Paris, Phaïdon, 2002, Guy Lobrichon,La Bible au Moyen Âge, Paris, Picard, 2003 et d’André Vernet, La Bible au Moyen Âge, Paris, C.N.R.S., 1989. Exceptionnellement, P.-M. Bogaert accorde une place de choix à la Bible historiale : id. etMatthias Delcor (dir.), Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Turnhout, Brepols, 1987 ; id., « Adaptations et versions de la Bible en prose (langue d’oïl) », Les genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales, définition, critiques et exploitation, Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 25-27 mai 1981, Louvain-la-Neuve, Institut d’Études Médiévales de l’Université Catholique de Louvain, 1982, p. 259-277 ; id., Les Bibles en français : histoire illustrée du Moyen Âge à nos jours, Turnhout, Brépols, 1991.

2  Nous renvoyons au Catalogue des manuscrits de la Bible historiale pour une bibliographie plus précise. Les notices des catalogues de bibliothèques, bien qu’elles soient succinctes, donnent le nom, la date - souvent approximative -, les dimensions, le nombre de feuillets, la provenance de l’ouvrage et la présence ou non d’enluminures. Ces catalogues identifient toujours correctement une Bible historiale comme telle et soulignent que les manuscrits appartiennent à des fonds anciens, au sein des collections nationales. Les manuscrits de la Bibliothèque royale de Bruxelles ont fait partie, depuis le xvie siècle, de la bibliothèque des ducs de Bourgogne tandis que tous ceux de la British Library de Londres possèdent les marques du roi George II, datées de 1757.

3  Édouard Reuss, « Fragments littéraires et critiques relatifs à l’histoire de la Bible française. Seconde série. Les Bibles du xive et xve siècles et les premières éditions imprimées », Revue de théologie et de philosophie chrétienne, Paris, Cherbulier, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1857, n°14, p. 133-244. Il souhaite « faire connaître le plan ou l’ordonnance, la méthode et l’esprit de cette Bible, la plus ancienne, complète ou non, que je connaisse en langue française, et dont les éléments à divers égards, sont singulièrement disparates ». Il se trompe à de nombreuses reprises, car il ne distingue pas clairement les différentes versions de la Bible historiale.

4  L’Histoire Scolastique fait partie des ouvrages les plus répandus à l’époque. Appelé ainsi pour sa capacité à dévorer les livres, Petrus Comestor fut l’un des grands intellectuels du xiie siècle parisien. Né en Champagne à une date inconnue, il reçoit à Paris l’enseignement de Pierre Lombard et probablement aussi celui d’Abélard et de Jean de Tours ; il devient doyen de Saint-Pierre de Troyes en 1147, puis chancelier de Notre-Dame de Paris de 1164 à 1178, où il tient la chaire de théologie jusqu’en 1169. Il conserve sa prébende à Troyes jusqu’à sa mort le 22 octobre 1178. Il compose entre 1169 et 1173 l’Historia Scholastica, qu’il dédie à Guillaume aux Mains-Blanches (1168-1176), archevêque de Sens. Cette Hystoire escolastre, c’est-à-dire à l’usage des écoles, résume et commente les faits historiques contenus dans la Bible, et notamment dans la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres, le Deutéronome, les livres de Josué, des Juges, de Ruth, de Samuel, des Rois, de Thobie, d’Ézéchiel, de Daniel, de Judith, d’Esther et des Maccabées ainsi que les Évangiles. Choisis pour leurs qualités narratives, ces livres fourmillent de récits anecdotiques à valeur morale et édifiante. Devenue l’un des ouvrages les plus lus et les plus célèbres, l’Histoire Scolastique constitue jusqu'à la fin du Moyen Âge un manuel de référence, utilisé aussi bien dans les monastères que dans les universités. La grande particularité narrative de l’ouvrage est de mettre en parallèle les événements de l’histoire antique et chrétienne. Ainsi, dans sa préoccupation de synchronisme historique, le clerc intègre, en particulier dans les livres de Judith ou d’Esther, des épisodes mythiques comme les combats d’Hercule ou la prise de Troie. Ce systématisme entre histoire païenne et histoire biblique reflète une conception du temps et de l’histoire particulière, encyclopédique et globalisante, qui rencontra un succès considérable et valut à son auteur le surnom de Maître en histoires. Cette nouvelle version de la « Bible » fut reconnue par les autorités religieuses et reçut l’approbation papale lors du IVe conseil de Latran en 1215. En 1228, le chapitre général de l’ordre des Dominicains stipula qu’avec la Somme des sentences de Pierre Lombard et les gloses de la Bible, l’Histoire Scolastique devait être étudiée comme manuel de base pour l’instruction biblique. L’Histoire Scolastique est aujourd’hui conservée à plus de huit cents exemplaires. De ce succès, sont nées les traductions en langues vernaculaires en prose et en vers, notamment en Italie, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, en Angleterre et en France. Parmi elles, figure la Bible historiale.

5  François Morand, « Un opuscule de Guyart des Moulins », Revue des sociétés savantes de la France et de l’étranger, Paris, [s.n.], 1861, 2e série, tome V, p. 495-500.

6  Gustave Masson, « Biblical literature in France during the Middle Ages - Petrus Comestor and Guiart Desmoulins », The Journal of Sacred Literature and Biblical record, Londres, William and Norgate, 1866, vol. VIII, p. 81-106.

7  Samuel Berger, La Bible en français au Moyen Âge – Étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’oïl, Paris, Imprimerie nationale, 1884.

8  S. Berger ne connaît pas tous les manuscrits de la Bible historiale ; il date de manière souvent approximative, voire fausse et n’arrive pas à classer certains manuscrits.

9  R. Potz Mac Geer, « Guyart Desmoulins, the Vernacular Master of Histories and His Bible historiale », VIATOR, Medieval and Renaissance studies, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 1983, n° 14, p. 211-244.

10  P.-M. Bogaert, 1982 et 1991, op. cit.

11  Xavier-LaurentSalvador, « Des coffres hébraïques aux bougettes françaises : La translation du sacré à travers les traductions médiévales de la Bible », Coffres et contenants au Moyen Âge, Claude Thomasset [dir.], PUPS, 2002 ; id., « Les "Biblismes", un système de définition original du lexique dans le discours pédagogique de la Bible Historiale », Quaderni del CIRSIL, 2 / 2003 [En ligne]. URL : www.limgue.unibo.it/cirsil. Consulté le 2 avril 2009 ; id., « L’enceinte sacrée des traductions vulgaires de la Bible au Moyen Âge », La clôture - Actes du colloque interdisciplinaire et international qui s’est tenu à Bologne et Florence les 8, 9 et 10 mai 2003, Bologne, CLUEB, 2005, p. 113-132 ; id., « Dire le vrai dans la Bible au Moyen Âge : l’exemple d’adecertes dans la traduction de Guyart-des-Moulins », Texte et discours en moyen français, Brepols, « Texte, codex et contexte », 2006 ; id., « La réécriture argumentative impliquée par la traduction du livre de la Genèse : l'exemple des énoncés car q » in The Mediaeval Translator (juillet 2004), Brepols, 2006 ; id., « La traduction par derechief dans la Genèse extraite de la Bible historiale de Guyart des Moulins », Texte et discours en moyen français, Actes du XIe colloque international sur le moyen français, éd. Anne Vanderheyden, Jesse Mortelmans, Walter De Mulder, Theo Venckeleer, Turnhout, Brepols, (Texte, codex, contexte, 3), 2007, p. 177-185 ; id., « Le texte original à l'origine des textes sacrés : l'exemple des traductions médiévales de la Genèse », Actes de la journée de l’école doctorale Sens, Texte, Histoire « Que faisons-nous du texte ? », Paris, PUPS, 2007.

Sa meilleure synthèse est Vérité et Écriture(s), Paris, Honoré Champion, 2007. Bien que nous ne partagions pas la démarche scientifique de l’auteur, cette publication, très philologique, axée autour des problèmes de traduction, reste la meilleure étude sur la Bible historiale. Pour son édition de la Genèse, il s’appuie sur deux manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal, le ms 5057 et le ms 5059. Le premier est une Grande Bible historiale complétée, complète, datée vers 1400-1405 ; le second est une Petite Bible historiale complétée, datée vers 1317. Le choix d’un manuscrit de la « version primitive » aurait été peut-être plus judicieux pour retrouver la version la plus proche de l’original de Guyart des Moulins.

12  Bénédicte Perrault, La Bible historiale de Guiart des Moulins : édition critique de la Genèse », sous la direction de Jean-Marie Fritz, à l’Université de Bourgogne à Dijon.

13  Lionel Le Corre, Présence et pratique de la couleur dans une Bible historiale parisienne des années 1330 : le manuscrit 22 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Mémoire de maîtrise présenté à l'UFR d'histoire de l'art, Université de Paris IV Sorbonne, 1990-1991.

14  Akiko Komada, Les illustrations de la Bible historiale. Les manuscrits réalisés dans le Nord, thèse de doctorat dactylographiée, 4 vol., Université de Paris-IV, 2000 et « Particularités des manuscrits de la Bible historiale enluminés dans le Nord : le cas de la Bible de Philippe de Croÿ, comte de Chimay », Richesses médiévales du Nord et du Hainaut, Jean-Charles Herbin (dir.), Valenciennes, Camelia - Presses universitaires de Valenciennes, 2002, p. 185-198. Ce travail d’historien d’art est remarquable à plusieurs égards. D’une part, prouesse de compulsion des catalogues de bibliothèques, d’expositions et de ventes, la thèse recense 140 manuscrits, bien plus que ne l’avait fait S. Berger ; d’autre part, le souci d’attribution des maîtres enlumineurs et des copistes est d’une précision parfois maniaque ; enfin, il offre un certain nombre de documents annexes très utiles pour comprendre la structure et l’évolution du texte de la Bible historiale.Nous ferons très fréquemment référence à ces travaux dans notre propre catalogue des manuscrits.

15  Il s’agit des neuf manuscrits suivants : Paris, Bibl. Mazarine, ms 312 ; Paris, B.n.F., Français 152 ; Iéna, F.-S.U., T.U.L., ms El.fol. 95-96 ; Londres, B.L., Royal 18 D IX-X et 15 D I ; New Haven, B.L., manuscrit 129 ; Turin, B.n., manuscrit L.I.1 et L.I.12; Bibermülhe, Ant. H.T., Kat. XXXI n° 34.

16  Élaborée lors du séjour de saint Louis en Terre Sainte, entre 1250 et 1254, elle constitue une étape importante dans la constitution de la Bible en proposant une compilation de textes dans un ordre précis.

17  Composée en Ile-de-France dans la seconde moitié du xiiie siècle, la Bible du xiiie siècle rassemble en deux volumes l’Octateuque (glosé), les livres des Rois, les Chroniques, les livres d’Esdras, de Tobie, de Judith, d’Esther, de Job, le Psautier, puis les livres de Salomon, les Prophètes, les livres des Maccabées (glosés), les Évangiles (glosés), les Épîtres pauliniennes, les Actes des Apôtres, les Épîtres catholiques et l’Apocalypse. Plus petite et moins volumineuse que les grandes Bibles du xie siècle, elle renferme un texte écrit serré et très peu illustré. Parmi les exemplaire de la Bible du xiiie siècle en français, nous pouvons citer les manuscrits suivants : Paris, B.n.F., Français 6-7, 1425-1450 (signalé par S. Berger comme une Bible historiale) ; New York, PML, ms 494, après 1280 ; Londres, B.L., Harley 616 et Add. 41751, vers 1300 ; Chantilly, musée Condé, ms 4-5, début xive siècle et Berne, Bibl. de la Bourgeoisie, ms 27-28, xive siècle. Nous renvoyons aux travaux de S. Berger, op. cit et de P.-M. Bogaert, 1982, op. cit., p. 259-277, pour davantage d’exemples. Les questions sont très nombreuses autour de cet ouvrage, concernant le nombre de volumes conservés et leurs datations. Voir également C. R. Sneddon, « The "Bible du xiiie siècle" : Its Medieval Public in the Light of its Manuscripts Traditions », The Bible and the Medieval Culture, W. Lourdaux et D. Verhelst (dir.), Mediaevalia Lovaniensia, Series I, Studia 7, Louvain, 1979, p. 127-140] » et Michel Quereuil, La Bible française du xiiie siècle – édition critique de la Genèse, Genève, DROZ, 1988.

18  Outre les travaux de X.-L. Salvador signalés plus haut, signalons les importantes études sur la traduction médiévale de Jacques Monfrin, « Humanisme et traduction au Moyen Âge », Études de philologie romane, Genève, Droz, 2001, p. 757-785, publié pour la première fois dans le Journal des Savants, 1963, p. 161-190, de P.-M. Bogaert, 1982, op. cit.

19  P.-M. Bogaert, 1982, op. cit., p. 260.

20  « Il semble bien que l’on ait rarement eu, avant la fin du Moyen Âge, le souci historique et philologique de laisser ou de retrouver l’œuvre d’un auteur sous la forme exacte que celui-ci avait voulu lui donner. Suivant une idée généralement répandue, tout écrit destiné à instruire est perfectible et du moment qu’on le transcrit et qu’on le traduit, on ne voit aucune raison pour ne pas le modifier au goût du jour ou l’améliorer en le complétant à l’aide de renseignements puisés à d’autres sources. », J. Monfrin, op. cit., p. 757.

21  Nous renvoyons à l’annexe 1, Préface de 1297, où Guyart précise : « car sur l’ame de moy je n’y ay riens mis ny adjousté fors pure verite, si comme je l’ay trouvé ou latin de la Bible et des Histoires les escolastres. Et qui les vouldroit regarder or y pourroit certainement trouver la pure verite de toutes nos translations coment je les traiz du latin mot a mot ainsi comme je l’ai racompté ». La préface de 1297 n’est pas présente dans tous les exemplaires de la Bible historiale. Nous la connaissons dans les exemples suivants : Montpellier, B.é.M., ms 49 ; New-York, P.L., Spencer 4, Paris, B.n.F. ? Français 160, et Bibl. Arsenal 5057.

22  À titre d’exemple, le Troyes, B.m., ms 59 et le Reims, B.m., ms 60 sont attribués à Petrus Comestor sur la base de données d’images : www.enluminure.culture.fr.

23  Pour X.-L. Salvador, 2007, op. cit., p. 149, « La Bible historiale est une traduction de la Vulgate dans laquelle le traducteur a interpolé la traduction des passages correspondant de l’Historia Scolastica de Comestor. ». Pour lui, la place de la Vulgate est beaucoup plus importante que celle de l’Histoire Scolastique.

24  Id., p. 100 : « Guyart des Moulins convoque Flavius Josèphe pour donner une analyse sociologique des tribus hébraïques de l’Antiquité […]. Mais l’on est peut-être pas totalement surpris de constater que Guyart Des Moulins ne cite pas tant Flavius Josèphe lui-même que la lecture de ce dernier par le Comestor ».

25  Ibid., p. 103.

26  À propos d’un autre passage biblique, Gn 6, 14, Id., p. 99 : « Guyart Des Moulins savait, parce qu’il l’a lu, qu’il existe plusieurs sources pour ce passage et que la vérité du texte se trouve dans la coexistence des sources. En citant le maître [Pierre le Mangeur] à cet endroit, il rend compte de son savoir universitaire et inscrit dans la forme du texte sa fidélité à l’image que la pédagogie chrétienne a construit autour de ce passage […]. » Plus loin il précise : « Guyart Des Moulins fait donc l’écho dans son ouvrage des deux axes de la vérité […], d’une part, la vérité archéologique du texte, ecce liber, c'est-à-dire voici les mots du livre […] et d’autre part, la vérité étymologique du texte, c'est-à-dire le discours vrai que la Tradition en a retiré par le biais de ses pédagogues ».

27  Nous pensons aux complexes manuscrits suivants : cat. n°8 et n°91.

28  La question est également posée par X.-L. Salvador, 2009, op. cit., dans les deux chapitres suivants : « Problématique d’un genre entre "chronique" et "poétique" » et « Problématiques d’un genre nouveau : la traduction à visée didactique ».

29  Nous renvoyons à l’annexe 1, Préface de 1297.

30  Les principaux éléments biographiques de la vie de Guyart des Moulins se trouvent dans Pierre-Maurice Bogaert, 1991, op. cit., p. 25 ; Rosemarie Potz Mc Geer, op.cit. ; Samuel Berger, op. cit. ; Natalis de Wailly, « Recueil de chartes en langue vernaculaire provenant des archives de la collégiale de Saint Pierre d’Aire », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. XXXI, Paris, 1870, suivi des « Observations grammaticales sur les chartes françaises d’Aire en Artois », t. XXXII, Paris, 1872.

31  François Morand, op. cit.

32  Nous renvoyons à l’annexe 1, Préface de 1297.

33  R. Potz Mac Geer, op. cit., p. 221-222, dans New York, P.L., Spencer 4, fol. 1r-v, voir également la Préface de 1297, pour une version sensiblement différente.

34  Guyart des Moulins et Mahaut d’Artois, habitant des contrées voisines, ont pu se rencontrer à plusieurs occasions dans la collégiale d’Aire, Mahaut suggérant alors à Guyart des Moulins des modifications. D’après l’inventaire de ses biens, dressé en 1316, Mahaut possédait dans sa bibliothèque une Bible en français, exemplaire probablement disparu - « La Bible en français laquele madame a recouvrée », extrait de la liste des biens pris par les confédérés d’Artois en 1316, que Mahaut fit parvenir au parlement afin de récupérer ses biens, dans « Inventaire des biens meubles et immeubles de la comtesse Mahaut d’Artois, pillés par l’armée de son neveu, en l’année 1313 », par Antoine Le Roux de Lincy, Bibliothèque de l’École des Chartes, 1852, 3ème série, III, p. 53-96. Cette piste ne peut malheureusement être davantage étayée puisque toute correspondance entre Guyart et Mahaut - si jamais elle a existé - a aujourd’hui disparu.

35  « Et ces parolles quil dirent les uns auz autres sont de sy fort latin et plaines de sy grant mistere que nulz nen peut le mistere entendre sil nest trop grans clers de diuinite […]. Car nulz ne les deuroit oser translater. », New Haven, B.L, ms 129, vol. 2, fol. 42v.

36  Le texte rare des Actes des Apôtres ne se retrouve que dans trois manuscrits : Paris, B.n.F., Français 155 Londres, B.L., Royal 19 D III et dans la Bible d’Édouard IV (Royal 18 D IX-X et 15 D I) ; les récits apocryphes ne sont présents que dans Londres, B.L., Royal 19 D III. Guyart des Moulins justifie ainsi leur ajout : « Cy apres ensuiuent aucunes hystoires apocrifes de la sainte croix. Et sont dittes apocrifes pource que len ne sceit pas se elles sont vraies ou non. Si ne la doit on mye affermer pour vraie. Mais ie lai cy mise pource que moult de gens lisent voulentiers escriptures apocrifes. pource quelles sont moult plaisans. et agreables. et assoagens les oreilles des escoutans », dans Londres, B.L., Royal 19 D III, vol. 2, fol. 553.

37  Voir Annexe 1 : Cy doit on scavoir que j’ay translaté les livres historiaux de la Bible selon le texte de la Bible et selon histoires les escolastres, si comme devant est dit. Sy ay escript le texte de la Bible premierement de grosse lettre et puis aprés en ordonnant les histoires de plus deliee lettre un pou. Et quant il y a pou a exposer par histoires, je les ay mises en glose et ay poursuy mon ouvrage en ceste manière jusques a la fin.

38  Sur la conception de l’histoire au Moyen Âge, voir Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980. Il reprend la citation du livre de Daniel qui a forgé la conception biblique du temps : « C’est lui [Dieu] qui fait alterner les périodes et les temps, qui fait tomber les rois, qui établit les rois » (2, 21).

39  L’exaltation du temps biblique, à la fois proche et lointain, humain et divin, se retrouve également dans la Chronique universelle médiévale, qui relate les événements historiques, de la Création de l’Univers à l’époque de sa propre rédaction. Voir notamment Christiane Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000, p. 141.

40  Comme le signale S. Berger, l’« Histoire évangélique » n’est pas une Harmonie évangélique ; c’est un extrait des récits historiques empruntés à Flavius Josèphe, selon une formule reprise du Mangeur.

41  Si cette table ne va pas au-delà, le texte lui-même continue avec une version des Actes des Apôtres, les Lamentations de Jérémie et d’autres fragments empruntés à la Bible du xiiie siècle. Une note de Guyart révèle que devaient suivre ces récits apocryphes : le Traité de la croix, la Vie de Judas le traître et la Vie de Pilate.

42  S. Berger, op. cit., admiratif, ajoute : « En un mot, Guyart Desmoulins est presque autant un traducteur de la Vulgate que de l’Histoire scolastique, et nul plus que lui n’a le droit de figurer dans le nombre des traducteurs de la Bible » puisque « la Bible historiale [...] a été la vraie Bible du Moyen Âge », p. 178.

43  Exception faite de la Bible glosée de Jean de Sy, qui propose une autre traduction de la Bible, plus littérale, moins historique. Elle est cependant inachevée.

44  Démonstration étayée par S. Berger, op. cit., p. 188-189.

45  Guy De Poerck, « La Bible et l’activité traductrice dans les pays romans avant 1300 », La Littérature didactique, allégorique et satirique, Hans Robert Jauss éd., Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters 6, 1968, 1.30, p. 29 et Clive R. Sneddon, op. cit., p. 131.

46  R. Potz Mac Geer, op. cit., p. 218.

47  Ainsi, Christopher de Hamel montre que « la fascination qu’elle exerce sur les laïcs vient du fait qu’elle est une chronique de l’histoire biblique, dont l’aristocratie du Moyen Âge raffole, surtout quand elle est mélangée au roman et traduite du latin », Une histoire des manuscrits enluminés, Phaïdon, 1994 ; Jean Porcher a une vision beaucoup plus prosaïque du sujet et juge la production des manuscrits de la Bible historiale, « simple, décorative, vite stéréotypée, livre à caractère commercial », L’enluminure française, Paris, Art et métiers graphiques, 1959 ; en revanche, S. Berger remarque - en exagérant un peu - qu’« il n’est presque pas un château de grande maison, en France et dans les pays voisins, où n’ait figuré quelqu’un de ces précieux manuscrits, qu’enrichissaient des miniatures de toute beauté. Mais il est peu probable qu’un seul de ces splendides manuscrits ait jamais pénétré jusqu’au peuple ou jusqu’au bas clergé. », op. cit., p. V ; quant à A. Komada, elle déclare : « La Bible historiale de Guyart des Moulins fut la plus importante tentative pour rendre la Bible disponible au lecteur laïque en langue vernaculaire avant l’arrivée de l’imprimerie.», op. cit., p. 308 ; enfin, P.-M. Bogaert signale que « La vraie Bible, du xiiie au xve siècle est un compromis. (…) Toutes les premières impressions de la Bible française jusqu’en 1530, et nous nous dirions même jusqu’en 1546, seront des Bibles historiales complétées. », 1991, op. cit., p. 27.

48  À titre d’exemple : Londres, B.L., Royal 19 D III est un mélange de deux versions : les livres de la version « primitive » s’organisent comme une Bible historiale complétée à prologues et possèdent, intercalés dans le manuscrit, un certain nombre de livres de la Bible du xiiie siècle. Les exemples de versions mixtes se multiplient, dont l’un des plus denses serait peut-être le Paris, B.n.F., Français 152.

49  S. Berger, op. cit., p. 166 : « Nous remarquons que ces préfaces contiennent la date de 1297, et qu’elles conservent le souvenir d’une édition précédente, datée de 1295, qui n’avait naturellement pas de préface ». 

50  Ainsi, P.-M. Bogaert conteste l’argument de S. Berger : « La présence ou l’absence de la préface, datée de 1297 ou après, suffit-elle à distinguer deux éditions ? Ce point ne me paraît absolument pas assuré. Que Guyart l’écrive en 1297 ou après qu’il a achevé son œuvre en 1295 ne signifie nullement que l’ouvrage a été diffusé avant 1297. ». P.-M. Bogaert, 1991, op. cit., p. 26. Bien que ses arguments ne soient pas toujours clairs, il propose deux familles de manuscrits : une plus ancienne autour des manuscrits de Paris, Bibl. Mazarine, ms 312, de Paris, B.n.F., Français 152 et d’Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms El. Fol. 95 et 96 et une deuxième autour des manuscrits de Paris, B.n.F., Français 155, de la Bible d’Édouard IV et du mss 19 D III de Londres.

51  Ainsi New Haven, B.L., ms 129 et Turin, B.n., ms L.I.1 possèdent exactement le même contenu que Bruxelles, B.R., ms 987, manuscrit qui ne contient pourtant pas les préfaces de 1297. Le Paris, B.n.F., Français 152, qui ne contient pas les fameuses préfaces, voit les Proverbes de Guyart remplacés par ceux de la Bible du xiiie siècle, d’où sont repris également les livres sapientaux et prophétiques, les Psaumes, les Épîtres et l’Apocalypse… Enfin, les Actes des Apôtres de Guyart sont présents dans Turin, B.n., ms L.I 1 ou New Haven, B.L., ms 129 mais manquent dans Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms El. Fol. 95 et 96 et dans Paris, Bibl. Mazarine, ms 312. Nous voudrions rappeler que la préface de 1297 peut se retrouver dans la version de la Bible historiale complétée, qu’elle soit Petite, Moyenne ou Grande…

52  Nous pensons notamment aux deux versions des livres des Maccabées relevées par A. Komada, qui formeraient encore une sous-catégorie de classement au sein des manuscrits primitifs ; ou encore à la présence ou non de la lettre du Mangeur à Guillaume de Sens, sur les trois sens de l’Écriture.

53  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

54  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

55  Ce manuscrit est considéré par S. Berger comme une Bible historiale complétée Moyenne.

56  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

57  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

58  Parmi les artistes de la Petite B.h.c., citons Jean Pucelle, Jean le Noir, le Maître du Perceval, Richard de Montbaston, le Maître du Roman de Fauvel, le Maître du Français 333 de la B.n.F., le Maître du Roman de la Rose de Rennes, le Maître de la Vie de Saint Louis, le Maître de l’Office de sainte Clothilde, le Présumé Thomas de Maubeuge et d’autres collaborateurs non identifiés.

59  Londres, B.L., Royal I 1 XX.

60  Paris, B.S.G., ms 20-21.

61  New York, PML, ms 322-323.

62  Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5059 ; Londres, B.L., Cotton App. V et un proche collaborateur pour le Oxford, B.L., Douce 211-212.

63  L’idée initiale était de cerner si les Petites B.h.c. étaient aussi petites que leur nom l’indique, et si, en fonction de ce facteur, elles auraient été plus maniables, plus transportables, plus « personnelles ». Paradoxalement, les résultats n’ont montré aucune différence particulière.Sur ces calculs : la taille moyenne générale des manuscrits de la Bible historiale est de 405 x 291 mm ; le nombre de feuillets est de 348 ; ont été écartés les manuscrits fragmentaires et les feuillets isolés ou montés sur onglets. Un nombre important de manuscrits n’est conservé que dans leur première ou seconde moitié, ce qui trompe aussi sur leur ampleur initiale. Les manuscrits de la Petite B.h.c. mesurent environ 405 x 293 mm et possèdent 404 feuillets. On peut s’étonner que le nombre de feuillets compris dans les manuscrits de la Petite B.h.c. soit supérieur à celui de la moyenne générale des manuscrits, alors qu’a priori le nombre de textes, et donc de feuillets, devrait être inférieur… Cet écart est dû à l’état de conservation des autres types de manuscrits de la Bible historiale. Pour les manuscrits de la version « primitive », les manuscrits de la B.h.c. moyenne et Grande B.h.c., après de rapides calculs, ne dégageant aucune spécificité particulière, nous ne reprendrons plus ces moyennes.

64  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

65  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

66  Ce manuscrit n’est pas classé par S. Berger parmi les manuscrits de la Bible historiale complétée Moyenne.

67  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

68  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

69  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

70  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

71  A. Komada ajoute à cette liste deux autres manuscrits : Paris, B.n.F., Français 169, vers 1380-1390 et Londres, B.L., Royal 20 B V du début du xve siècle, qui ne sont que des Nouveau Testament ; nous ne savons donc pas si ce sont des manuscrits de la Bible historiale.

72  Exceptions faites de Bruxelles, B.R., ms 9541 commencé à Paris dans les années 1360-1370 et achevé dans le Nord dans les années 1430-1440 et de Vatican, B.a.V., Barb. Lat. 613, d’origine lombarde.

73  Parmi les artistes de la B.h.c. Moyenne, nous trouvons le Maître du Roman de Fauvel, le Maître du Perceval, Richard de Montbaston, le Maître de la Dame à la Licorne puis le Maître du Livre du Sacre de Charles V, le Maître du Couronnement de Charles VI, le Maître de la Bible de Jean de Sy, le Maître de Colin Nouvel ou le Maître de Jean de Mandeville pour les années de règne de Charles V. Des artistes anonymes ou non identifiés ont également participé à la réalisation de ces manuscrits. Tous ne se sont pas restreints à la réalisation de manuscrits de la B.h.c. Moyenne et ont participé, comme on l’a vu précédemment, au décor de la Petite B.h.c. ou comme nous le verrons, de la Grande B.h.c., au gré des commandes.

74  Jean le Bon possédait le Londres, B.L., Royal 19 D II et à lui ou à son fils Charles V était destiné le Londres, B.L., Royal 17 E VII. Charles V fait réaliser le Cambridge, H.L., Typ. H. 555 et le Paris, B.n.F., Français 5707.

75  Paris, B.n.F., Français 156.

76  Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613.

77  La Grande Bible historiale complétée est facile à repérer grâce aux miniatures, car elle possède, de fait, des images illustrant les livres des Paralipomènes (souvent de très beaux arbres de Jessé pour le premier livre), trois images pour les différents ouvrages d’Esdras et de Néhémie et deux images pour le Grand et le Petit Job.

78  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

79  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

80  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

81  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

82  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

83  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

84  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

85  Ces manuscrits sont ignorés par S. Berger et A. Komada.

86  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

87  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

88  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

89  Manuscrit erronément classé par S. Berger comme Bible historiale complétée Moyenne.

90  Ce manuscrit est ignoré par S. Berger.

91  Il s’agit de manuscrits ayant appartenu au duc de Berry ou présentant de fortes ressemblances avec les manuscrits du duc : Londres, B.L., Harley 4381-4382 ; Paris, B.n.F., Français 159, Français 896, Français 6259, Français 15395-15396, Français 22887 et Français 20090 ; Bruxelles, B.R., 9024-9025 ; Baltimore, W.a.m., W 125-126. S. Berger ajoute également d’autres manuscrits présentant des analogies dans certains livres bibliques : Paris, B.n.F., Français 5, Français 15370-15371, Français 15391 et Bibl. Arsenal, ms 5212 ; Paris, Ch. des Députés, ms 3. Il cite également dans sa liste : Londres, B.L., 17 E VII, que nous considérons comme une B.h.c. Moyenne et Copenhague, B.R., ms Thott 7, comme une Bible du XIIIe siècle.

92  Il s’agit des prologues de saint Jérôme qui ne se trouvent que dans les Grandes B.h.c. et introduisent les livres des Paralipomènes, du Grand Job, du Psautier, de l’Ecclésiaste, du Prologue d’Isaïe, des Maccabées, de saint Matthieu, de l’épître aux Romains, des épîtres catholiques et de l’Apocalypse. Cependant, ils sont difficiles à cerner parce que certaines Grandes B.h.c. les contiennent intégralement, d’autres partiellement et d’autres enfin n’en ont conservé que la trace. Il s’agit de Paris, B.n.F., Français 9-10 ; Paris, B.n.F., Français 20087-20088 ; Paris, B.n.F., Français 15393-15394 ; Londres, B.L., Royal 15 D III ; Londres, B.L., Royal 19 D III ; Londres, B.L., Royal 19 D VI-VII ; Oxford, B.L., Bodley 690 ; Bruxelles, B.R., 9394-96 ; Français, B.n.F., Français 3-4 ; Londres, B.L., add. 18856-18857 ; Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1. S. Berger rajoute à cette liste deux manuscrits que nous considérons comme des exemplaires de la Bible du xiiie siècle : Cambrai, B.m., ms 376 et Oxford, All Souls College, ms 10.

93  « Décidément, il reste beaucoup à faire pour le classement des Bibles Historiales. Il importerait à mon sens, pour que le travail puisse avancer, que soient publiées, avec un numérotage adéquat des pièces, d’une part une Bible historiale très proche de Guyart et d’autre part une Bible historiale du type le plus complété, le point de départ et le point d’arrivée. Que si une publication intègre était impossible, une description soignée avec de longs incipit et explicit et des indications précises sur la longueur des textes non transcrits rendrait le même service. À partir de là, il deviendrait possible de décrire plus brièvement et de situer d’autres exemplaires caractéristiques et finalement tous les autres », P.-M. Bogaert, 1981, op. cit., p. 274.

94  Il s’agit essentiellement de manuscrits fragmentaires (Baltimore, W.a.m., W 145 a&b et W 146 a&b ; Chantilly, Musée Condé, ms 25 ; Enschede, R.T., Inv. n° 2 ; Londres, B.L., Royal add. 24678 ; New York, PML, ms 61 a&b ; New York, PML, ms 433 ; Oxford, B.L., Douce d. 13, Fol. 30a ; Paris, B.n.F., Français 896 ; Philadelphie, F.L., ms M VIII 10 et M VIII 13-18 ; Rennes, B.m., ms 1252), de compilations de textes (Bibermülhe, Ant. H.T., Kat. XXXI, n° 34 et anc. Amsterdam) qui ne remplissent pas les critères sélectionnés, de premières parties d’ouvrages qui ne permettent pas de préciser la nature du texte (Eton, E.C.L., ms 3 et Paris, B.n.F., Français 163) ou de manuscrits non renseignés (Wolfenbüttel, H.A.B., 25.10 Extravagentes).

95  S. Berger, op. cit., p. 193-196.

96  Sa définition du « Nord » est un peu floue mais selon les indications fournies par une carte, c’est une région comprenant le comté de Saint-Pol, le comté de Flandres, le Cambrésis, le comté de Hainaut et le pays de Liège.

97  A. Komada, op. cit., p. 533.

98  Manuscrit non enluminé.

99  Les exceptions : 2 manuscrits enluminés ont été produits dans le Nord mais ne font pas partie de la version « primitive » : Turin, B.n., L.I. 12, Petite B.h.c. et Bibermülhe, Ant. H.T., Kat. XXXI, n° 34, compilation de divers textes ; trois manuscrits font partie de la version « primitive » mais n’ont pas été produits dans le Nord : Londres, B.L., Royal 19 D III, vers 1412, abbaye de Clairefontaine, diocèse de Chartres, mélange de plusieurs versions ; Paris, B.n.F., Français 155, précocement rédigé vers 1310-1315 à Paris et Olim Cheltenham, Collection Philipps, manuscrit 302, début du xive siècle, dont on ne sait pas grand-chose. En définitive, si on exclut le Bruxelles, B.R., ms 987, qui n’est pas décoré, A. Komada travaille sur un groupe de 6 manuscrits enluminés dans le Nord, au cours des années 1440-1480.

100 « La première caractéristique du groupe du Nord est une préférence très marquée pour la version "primitive" de Guyart […]. On pourrait penser que la proximité entre Aire-sur-la-Lys, berceau de la Bible historiale, et les lieux d’exécution de ces témoins explique cette préférence pour la version "primitive" ». Or les ouvrages ne datent pas du début du xive siècle mais essentiellement de la seconde moitié du xve siècle, ce qui lui permet de conclure que « les commanditaires du Nord, parfois eux-mêmes possesseurs d’un exemplaire de la version complétée, ont manifesté un goût pour la version "primitive" en marquant ainsi une rupture avec la tradition parisienne de la Bible historiale complétée de l’époque précédente », A. Komada, op. cit., p. 22.

101  « Leurs cycles d’illustrations se présentent comme une sorte de chronique biblique ou un des nombreux ouvrages des "histoires" auxquels les bibliophiles bourguignons se sont particulièrement intéressés », Ibid., p. 23.

102  Pour toutes ces citations, voir Ibid., p. 24. Nous renvoyons également à l’étude menée par Scot McKendrick, « Reviving the past: Illustrated manuscripts of secular vernacular texts, 1467-1500 » dans Thomas Kren, Scott McKendrick (dir.), Illuminating the Renaissance: The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 17 juin-7 septembre 2003 et Londres, The Royal Academy, 25 novembre 2003-22 février 2004, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 2003, p. 61-72. Il revient sur les raisons du succès des ouvrages en langue vernaculaire dans le Nord de la France au cours du dernier tiers du xve siècle, et donne également les raisons de leur chute de popularité après 1480.

103  Ainsi, Iéna, F.-S.U., T.U.L., ms El. Fol. 95-96 et Paris, B.n.F., Français 152 ont plus d’un siècle d’écart de conception et ne présentent aucune parenté artistique. Le Paris, Bibl. Mazarine, ms 312 et le New Haven, B.L., ms 129 ne se ressemblent que dans les cycles de la Création, puisque le premier cultive l’archaïsme, que le second délaisse rapidement pour se rapprocher du style des Londres, B.L., Royal 15 D I et Royal 18 D IX-X, eux-mêmes très différents du manuscrit du Turin, B.n., L. I. 1, alors que cet ouvrage a été produit, comme les deux précédents, dans les années 1470, à Gand.

104  Richard et Mary A. Rouse, Manuscripts and their makers: commercial book producers in Medieval Paris 1200 - 1500, Londres, H. Miller publisher, 2000, p. 11, traduit par : « incontestable centre de la production de livres commerciaux dans le Nord de l’Europe. »

105  Ibid., pour une étude des 1200 hommes et femmes participant à ces manuscrits sur plus de trois siècles.

106  La rue Neuve Notre-Dame n’existe plus ; la rue Erembourg de Brie correspond à l’actuelle rue Boutebrie dans le Ve arrondissement.

107  A. Komada, op. cit., 2002, p. 185 : « L’iconographie se construit sur le modèle de la Bible du xiiie siècle - iconographie traditionnelle de la Bible - sans tenir compte des spécificités de la Bible historiale », et de conclure qu’« à Paris, il y a une tradition iconographique qui relie les différents exemplaires et une forte tradition commerciale ; dans le Nord, tous les exemplaires sont uniques ». Cette assertion est à nuancer. Par « spécificités de la Bible historiale », A. Komada entend les récits historiques non bibliques et les récits apocryphes, or ces derniers apparaissent - mais non enluminés - dans deux exemplaires produits à Paris ou vers Chartres, entre 1325 et 1350 pour le premier et vers 1411-1412 pour le second (Londres, B.L., Royal 19 D IV-V et Royal 19 D III) ! Il est donc inexact que la région du Nord ait été le conservatoire d’une imagerie traditionnelle et originelle. Néanmoins, il est manifeste que les exemplaires produits en-dehors du centre nerveux parisien gagnent en autonomie iconographique.

108  Archétype de cette production parisienne, le Maître du Roman de Fauvel représente toujours le même cycle de la Création, les mêmes scènes de naissance d’enfants, etc.

109  Paris, B.n.F., Français 163.

110  Oxford, C.C.C., ms 385-386.

111  Lausanne, B.u.c., ms U 385-386.

112  New York, P.L., Spencer 4.

113  Paris, B.n.F., Français 15370-15371 ; Genève, B.p.u., Français 3 de Genève ou de Franche-Comté.

114  Paris, Bibl. Mazarine, ms 313.

115  Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613.

116  New York, P.L., Spencer 4 : ce manuscrit a été réalisé en plusieurs étapes à différents endroits.

117  Nous avons volontairement omis de cartographier la production de la Bible historiale ; de même, il n’y a pas d’histogramme dans le chapitre sur la chronologie de la production. Ce sont des schémas récapitulatifs au sujet desquels nous avons longuement réfléchi mais qu’il nous est difficile de réaliser à l’heure actuelle, compte-tenu du fait que la production s’étend sur plusieurs siècles, que si certains manuscrits sont bien datés, d’autres le sont très mal, que les lieux de production dépassent les frontières du royaume de France - ces dernières étant mouvantes selon les époques – et que, enfin, certains manuscrits ont été réalisés sur plusieurs décennies, comme par exemple le New York, PL, Spencer 4, complété sur 150 ans environ, dans diverses régions (« Paris », « Provence », « Centre Ouest de la France »). Nous n’avions donc ni points chronologiques fixes, ni frontières géographiques stables.

118  Chantilly, Musée Condé, ms 23-24 et 25 et Wolfenbüttel, H.A.B., 25.10 Extravagentes.

119  Cambrai, B.m., ms 398-399-400 ; Londres, B.L., Add. 24678 ; Oxford, B.L., ms 690 et ms 971 ; Rouen, B.m., ms 184.

120  P.-M. Bogaert, 1982, op. cit., p. 275.

121  Ceux qui ne sont pas produits à Paris proviennent du Nord de la France : Bruxelles, B.R., ms 987 ; Paris, B.n.F., Français 152 ; Bruxelles, B.R., ms 9541.

122  Paris, B.n.F., Français 160 : années 1310 et Français 155 : années 1310-1315 ; Londres, B.L., Royal 1 A XX : 1312 ; Montpellier, B.é.M., ms 49 : 1312-1317 ; Édimbourg, B.u., ms 19, 1314 ; Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5059 : 1317. Le plus ancien exemplaire connu est daté de 1312, Londres, B.L., 1 A XX, mais comme il ne se compose que d’un second volume, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un second volume de Bible historiale complétée ou d’une Bible du xiiie siècle dans sa version initiale. Cependant, la très grande proximité de son colophon avec celui de l’exemplaire du scribe Jean de Papeleu, daté de 1317, Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5059, permet de les rapprocher : celui de 1312 aurait servi de modèle à ce dernier et est donc bien, lui aussi une Bible historiale complétée. Pour cette démonstration, voir S. Berger, op. cit., p. 210.

123  Paris, B.n.F., Français 155 et Londres, B.L., Royal 15 D I – 18 D IX-X.

124  Les manuscrits des années 1320-1330 sont : Baltimore, W.a.m., ms W 145 a&b et W 146 a&b ; Paris, B.n.F., Français 8, Français 156 et B.S.G., ms 20-21 et 22 ; pour les années 1320-1340 : Troyes, B.m., ms 59 ; pour les années 1330 : Genève, B.p.u., Français 2 et New York, P.L., Spencer 4, dans sa première partie ; pour les années 1330-1340 : Londres, B.L., Royal 18 D VIII et Cambridge, F.M., ms 9 ; du milieu du xive siècle : Paris, B.n.F., Français 154 ; enfin ceux datés entre 1325 et 1350 : Enschelde, R.T., Inv. n° 2 ; Londres, B.L., Royal 19 D IV-V et Cotton App. V ; Paris, B.n.F., Français 157, Français 15391 et Français 15392 ; Philadelphie, F.L., ms M 8-10.

125  Pour en savoir plus sur cette période, voir R. Rouse - M. A. Rouse, op.cit.

126  Comme le souligne F. Avril, nous assistons à cette « lente et comme irrésistible remontée en puissance des centres régionaux face à l’hégémonie parisienne », dans ces régions, « qui par leur situation géographique et leurs traditions propres, étaient tout aussi en prise avec l’art pratiqué dans les régions du nord-est de l’Europe (Pays-Bas, Angleterre, Rhénanie) qu’avec Paris » ; pour ces deux citations, L’Art au temps des rois maudits - Philippe le Bel et ses fils, 1285-1328, Paris, Galeries Nationales du Grand Palais, 17 mars-29 juin 1998, Paris, R.M.N., 1998, p. 256.

127  Paris, B.n.F., Français 20089 ; Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1 ; Bruxelles, B.R., ms 9643-9635 et Londres, B.L., Royal 19 D II et Royal 17 E VII.

128  Cinq manuscrits sont datés des années 1360 : Bruxelles, B.R., ms 9541 ; Stuttgart, W.L.b., cod. Bibl. 2°6 ; Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5707 ; Berlin, S.-P.K., Cod. Philipps 1906 ; Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5212 et Hambourg, Kunsthalle, Français 1 ; sept autres des années 1370 : Munich, B.S.b., Français 1-2 ; Copenhague, B.R., Thott 6 ; Oxford, B.L., Canon Misc. 249 ; Paris, B.n.F., Français 5 ; La Haye, M.M.W., ms 10 B 23 ; Cambridge, H.L., ms Typ. H 555 ; La Haye, B.R., ms 78 D 43 ; trois ont pu être réalisés entre 1350 et 1375 : Paris, B.n.F., Français 2, Français 161-162 et Français 896 ; Londres, B.L., add. 24678, qui est peut-être légèrement antérieur, des années 1340-1360 ; un autre entre 1360 et 1375 : Los Angeles, J.P. Getty Museum, Français 1 ; un autre entre 1360 et 1380 : Eton, E.C.L., ms 3 ; deux derniers entre 1375 et 1400 - Oxford, B. L., ms 971 et Paris, B.n.F., Français 164.

129  Librairie de Charles V (La), Paris, Bibliothèque nationale, 1968, p. XVIII.

130  Les manuscrits des années 1380 sont les suivants : Soissons, B.m., ms 210-211-212 ; Baltimore, W.a.m., ms W 125-126 ; Paris, B.n.F., Français 20090. Les œuvres produites à la fin du xive siècle, les suivantes : New York, PML, ms 61a&b ; Paris, B.n.F., Français 15395-15396 ; Turin, Bibl. Già Reale, Varia 200. Vers 1400 : Paris, B.n.F., Français 159 et Français 6259 ; Londres, B.L., Harley 4381-4382 ; Oxford, B.L., ms 690 et fragment 13a ; Paris, Ch. Députés, ms 3 ; Reims, B.m., ms 60. Entre 1400 et 1405 : Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058 ; Philadelphie, F. L., ms M VIII 13-18. Entre 1405 et 1410 : Nagoya, F.M., ms non coté et les fragments d’Aylesbury. Vers 1410 : Bibermülhe, Ant. H.T., anc. Amsterdam. Entre 1410 et 1415 : Londres, B.L., Royal 15 D III et add. 18856-18857 ; Paris, B.n.F., Français 15393-5394 et 20087-20088. Vers 1411-1412 : Londres, B.L., Royal 19 D III. Vers 1412-1415 : Paris, B.n.F., Français 9-10. Vers 1414-1415 : Bruxelles, B.R., ms 9001-9002. Vers 1415 : Londres, B.L., Royal 19 D VI-VII ; New York, PML, ms 394-395 ; Paris, B.n.F., Français 22887. Vers 1417 : Paris, B.n.F., Français 163. Vers 1415-1420 : Bruxelles, B.R., ms 9024-9025 ; Paris, B.n.F., Français 3-4.

131  Paris, 1400 - Les arts sous Charles VI, Paris, Musée du Louvre, 22 mars-12 juillet 2004, Paris, R.M.N., 2004.

132  Ibid., comme le souligne Elisabeth Taburet-Delahaye : « En premier lieu, s’impose le constat de la présence à Paris d’une clientèle importante, disposant à la fois de moyens financiers et d’un goût sûr pour la qualité et la préciosité des œuvres. De sa rencontre avec une communauté d’artistes nombreuse, ouverte et en perpétuelle recherche de perfectionnement et d’innovation, sont nés des chefs-d’œuvre […] », p. 16.

133  Rouen, B.m., ms 184, entre 1427 et 1431 ; Paris, Bibl. Mazarine, ms 312 et Turin, B.n., ms L.I.12, tous deux vers 1440 ; New Haven, B.L., ms 129, vers 1465-1470 ; Iéna, F.-S. U., T.U.L., ms El. Fol. 95-96, vers 1465-1473 ; Turin, B.n., ms L.I.1, vers 1470-1475 ; Londres, B.L., Royal 15 D I et 18 D IX-X ; Bibermülhe, Ant. T.H., Kat. XXXI, n° 34.

134  Dans le Centre-Ouest et en Provence, aurait été terminé le New York, P.L., Spencer 4, vers 1460-1480.

135  Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613, vers 1434 ; Lausanne, B.u.c., ms 385-386, vers 1458-1462 ; Genève, B.p.u., Français 3 a été réalisé en Franche-Comté ou à Genève, vers 1474.

136  Paris, B.n.F., Français 15370-15371 provient de Franche-Comté, réalisé entre 1497 et 1517 ; quant au Oxford, C.C.C., ms 385-386, il vient de Tours et date de 1505-1510.

137  Sont datés du xive siècle les manuscrits suivants : Bruxelles, B.R., ms 987 (sans image), Londres, B.L., add. 15247 et Wolfenbüttel, H.A.G., 25 Extravagentes. Sont datés du XVe siècle : Cambrai, B.m., ms 398-399-400 (sans image), Chantilly, Musée Condé, ms 23-24 et 25 (sans image) et Wolfenbüttel, H.A.G., Cod. Guelf. 76,15,16, 17, 18, Aug. 2° (sans image).

138  Il serait évidemment extrêmement intéressant de comparer cette chronologie à la production manuscrite générale en France durant ces deux siècles. Malheureusement nous ne connaissons pas encore d’équivalents pour les autres manuscrits religieux de cette époque. Les différentes contributions présentes dans La face cachée du livre médiéval, Ezio Ornato (dir.), Rome, Viella, 1997, ne nous ont pas paru pertinentes à ce sujet.

139  Sur 146 ouvrages, 7 ne contiennent pas d’images : Bruxelles, B.R., ms 987 ; Cambrai, B.m., ms 398-399-400 ; Chantilly, Musée Condé, ms 23-24, ms 25 ; Paris, B.n.F., Français 896 ; Rouen, B.m., ms 184 ; Wolfenbüttel, H.A.B., Cod. Guelf. 76. 15, 16, 17, 18 Aug. 2°. Nous ne comptons pas Paris, B.n.F., Français 154, qui a été conçu avec des miniatures mais qui n’en contient plus aujourd’hui.

140  Dieu en son royaume : la Bible dans la France d’autrefois, xiiie-xviiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, Galerie Mazarine, 18 octobre 1991-15 janvier 1992, Paris, Édition du Cerf, 1991, p. 258.

141  Il est rare d’ailleurs de trouver des initiales ornées ; quant aux images sur deux colonnes, elles sont réservées aux ouvrages de la toute fin du xve siècle sur modèle des imprimés. Les exceptionnelles pleines pages marquent toujours l’entrée d’un livre biblique.

142  François Garnier, « L’imagerie biblique médiévale », Le Moyen Âge et la Bible, P. Riché, G. Lobrichon (dir.), Paris, Beauchesne, 1984, p. 414.

143  Manuscrits dont les artistes nous sont inconnus : Wolfenbüttel, H.A.B., 25 Extravagentes : un artiste non identifié ; Olim Cheltenham, coll. Philipps 302 ; New York, PML, ms 433 ; Londres, B.L., Royal 1 A XX ; Genève, B.p.u., Français 2, sur les 7 artistes ayant participé au décor seul Jean le Noir est identifié ; Paris, B.n.F., Français 154 ; Paris, B.n.F., Français 161-162 ; Londres B.L., add. 24678 ; Paris, B.n.F., Français 20089 ; Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1 ; Bruxelles, B.R., ms 9541 et ms 9634-9635 ; Eton, E.C.L., ms 3 ; Paris, B.n.F., Français 164 et Français 20090 ; Oxford, B.L., ms 690 ; Londres, B.L., Royal 19 D III ; Paris, B.n.F., Français 163 et Français 3-4 ; Paris, Bibl. Mazarine, ms 312 et 313 ; Rennes, B.m., ms 1252 ; Turin, B.n., ms L.I.1 ; Genève, B.p.u., Français 3 ; Paris, B.n.F., Français 5370-15371.

144  Pour les attributions artistiques, nous nous appuyons, entre autres, sur les travaux en histoire de l’art de M. Meiss, de F. Avril, de R. et M. A. Rouse et d’A. Komada. Pour les précisions biographiques sur les artistes cités ci-dessous et sur leurs caractéristiques stylistiques, voir la bibliographie du Catalogue des manuscrits de la Bible historiale.

145  Le Maître du Roman de Fauvel participe à la réalisation de onze ouvrages, dont le plus ancien est daté de 1314 et le plus tardif vers 1340. Il s’agit des ouvrages suivants, que nous donnons tout au long de ce chapitre par ordre chronologique dans la carrière de l’artiste : Édimbourg, B.u., ms 19 ; Londres, B.L., Yates Thompson 20 ; Oxford, B.L., Douce 211-212 ; Paris, Bibl. Mazarine, ms 311 ; Baltimore, W.a.m., ms W 145 a& b et W 146 a&b ; Paris, B.n.F., Français 8, Français 156 ; Paris, BSG, ms 20 et ms 20-21 ; Troyes, B.m., ms 59 ; Londres, B.L., Royal 19 D IV-V ; La Haye, B.R., ms 71 A 23 vers 1340 ; quant à Montpellier, B.é.M., ms 49, ce sont deux artistes issus de son atelier.

146  Sept réalisations : Baltimore, W.a.m., ms W 146 a&b ; Enschede, R.T., Inv. n° 2 ; New York, P.L., Spencer 4 et P.M.L., ms 322-323 ; Philadelphie, F.L., ms VIII-10 ; Paris, B.S.G., ms 20-21 ;Paris, B.n.F., Français 15391 où sa femme travaille à ses côtés.

147  Richard de Verdun est un artiste à la carrière très bien connue des années 1290 aux années 1320 ; gendre du Maître Honoré, il était nommé auparavant le Maître de Jean de Papeleu. Contrairement aux avis appuyés de R. Rouse et M.A. Rouse, F. Avril, Paris, 1998, op. cit., préconise la plus grande prudence au sujet de cette identification. Sa carrière s’étendrait alors de la fin du xiiie siècle au milieu des années 1330. Il aurait participé à la réalisation de trois de nos manuscrits - Paris, B.n.F., Français 157 et Bibl. Arsenal, ms 5059 ; Londres, B.L., Cotton App. V.  Il fait l’objet d’une biographie très complète et détaillée dans R. Rouse et M.A. Rouse, op. cit., p. 136-143.

148  Pour ces deux artistes : Oxford, B.L., Douce 211-212.

149  Paris, Bibl. Mazarine, ms 311 et le Genève, B.p.u., Français 2, œuvre d’au moins sept artistes.

150  Pour ces deux artistes : Paris, B.n.F., Français 155.

151  Montpellier, B.é.M., ms 49 et un associé à lui pour Londres, B.L., Royal 18 D VIII.

152  New York, P.L., Spencer 4 et PML, ms 322-323.

153  Londres, B.L., Royal 18 D VIII.

154  Il travaille aux frontispices de deux ouvrages, qui ont plus de trente ans d’écart : Genève, B.p.u., Français 2 et Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5212.

155  Cambridge, F.M., ms 9 et Paris, B.n.F., Français 2

156  Paris, B.n.F., Français 161-162 et Français 20089 ; Londres, B.L., add. 24678 ; Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1 ; Bruxelles, B.R., ms 9634-9635.

157  Un artiste : Wolfenbüttel, H.A.B., 25 Extravagentes ; deux artistes : Londres, B.L., add. 15247 et Royal 1 A XX ; quatre artistes pour le Paris, B.n.F., Français 152 ; présence d’une seconde main au Paris, B.n.F., Français 8 auprès du Maître du Roman de Fauvel et d’une troisième main au Londres, B.L., Yates Thompson 20 et au Paris, Bibl. Mazarine, ms 311.

158  À ce sujet, voir F. Avril dans les Fastes du gothique (Les), Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 9 octobre 1981-1er février 1982, Paris, R.M.N., 1981, p. IX et 257.

159  La bibliothèque de Charles V fut conçue comme « une sorte de cabinet d’objets d’art, de centre d’études où d’autres que lui pourraient, comme lui, venir travailler », Paris, 1968, op. cit. p. IX.

160  Sept ouvrages lui sont attribués : Londres, B.L., Royal 19 D II, avant 1356 ; Stuttgart, W.L.b., Cod. 2°6 entre 1360 et 1365 ; Los Angeles, J.P.Getty Museum, Français 1, entre 1360 et 1375 ; Paris, B.n.F., Français 5707, vers 1362-1363 ; Munich, B.S.b., Français 1-2 ; Oxford, B.L., Canon. Misc. 249, des années 1370-1380 ; Cambridge, H.L., ms Typ. H. 555, vers 1373 ; un associé du Maître pour Oxford, B.L., ms 971, vers 1375-1400.

161  Cinq ouvrages lui sont attribués : Londres, B.L., Royal 17 E VII, vers 1356-1357 ; Stuttgart, W.L.b., Cod. 2°6, vers 1360-1365 ; Paris, B.n.F., Français 5707, vers 1362-1363 ; Copenhague, B.R., Thott 6, des années 1370-1380 ; Hambourg, Kunsthalle, Français 1, qu’il réalise en entier et Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5212, de 1362 puis 1370-1375 ; un associé pour le frontispice de Berlin, S.-P.K., Cod. Philipps 1906, vers 1368.

162  Deux manuscrits lui sont attribués : Los Angeles, J.P.Getty Museum, Français 1, entre 1360 et 1375 ; Oxford, B.L., Canon. Misc. 249, des années 1370-1380.

163  Trois manuscrits lui sont attribués : Berlin, S.-P.K.., Cod. Philipps 1906, vers 1368 ; Paris, B.n.F., Français 5, des années 1370-1380 ; La Haye, B.R., ms 78 D 43, vers 1375.

164  Six ouvrages lui sont attribués : Munich, B.S.b., Français 1-2, vers 1370 ; Copenhague, B.R., Thott 6 et Paris, B.n.F., Français 5, tous deux des années 1370-1380 ; la paire Hambourg, Kunsthalle, Français 1 et Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal 5212, de 1362 puis 1370-1375 ; Cambridge, H.L., ms Typ. H 555, vers 1373.

165  Oxford, B.L., ms 971, entre 1375 et 1400.

166  La Haye, M.M.W., ms 10 B 23, vers 1371.

167  Paris, 1968, op. cit., p. XVIII.

168  Paris, 2004, op. cit., p. 307.

169  Dix ouvrages lui sont attribués : Soissons, B.m., ms 210-211-212, vers 1380 ; Turin, Bibl. Già Reale, ms Varia 200, fin du xve siècle ; Londres, B.L., Harley 4381-4382 ; le fragment Oxford, B.L., Douce d. 13, Fol. 30a ; Paris, Bibl. Ch. députés, ms 3 et B.n.F., Français 6259, tous quatre vers 1400 ; Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, entre 1400 et 1405 ; Londres, B.L., Royal 15 D III, entre 1410 et 1415 ; Bruxelles, B.R., ms 9001-9002, vers 1414-1415, et enfin Bruxelles, B.R., ms 9024-9025, entre 1415 et 1420. De son atelier, proviennent deux ouvrages : le fragment New York, PML, ms 61a&b, vers 1395 et Philadelphie, F.L., ms M 8 13-18, vers 1400-1405. Cet artiste a une carrière extrêmement longue.

170  Quatre ouvrages : Soissons, B.m., ms 210-211-212, vers 1380 ; Baltimore, W.a.m., ms W 125-126, entre 1380 et 1400 ; Paris, B.n.F., Français 15395-15396 et Turin, Bibl. Già Reale, Varia 200, de la fin du xive siècle.

171  Soissons, B.m., ms 210-211-212, vers 1380 et Bruxelles, B.R., ms 9001-9002, vers 1414-1415.

172  Baltimore, W.a.m., ms W 125-126, entre 1380 et 1400.

173  Baltimore, W.a.m., ms W 125-126, entre 1380 et 1400 ; Londres, B.L., Harley 4381-4382, vers 1400 ; Paris, B.n.F., Français 159, avant 1402.

174  Paris, B.n.F., Français 159, avant 1402.

175  Londres, B.L., Harley 4381-4381, vers 1400.

176  Londres, B.L., Harley 4381-4382, vers 1400 ; Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, vers 1400-1405 ; Londres, B.L., Royal 15 D III, vers 1410-1415 ; au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415.

177  Reims, B.m., ms 60 : il fait partie de l’atelier du Maître des Médaillons de Chantilly.

178  Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, vers 1400-1405 ; Bruxelles, B.R., ms 9001-9002, vers 1414-1415, puis ms 9024-9025, vers 1414-1415.

179  Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5057-5058, vers 1400-1405 ; Londres, B.L., add. 18856-18857, entre 1410-1415 ; Bruxelles, B.R., ms 9001-9002, vers 1414-1415 puis ms. 9024-9025, vers 1415-1420 ; et au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415.

180  Aylesbury, W. M., ms 3 et Nagoya, F.M., ms non coté, vers 1405-1410.

181  Paris, B.n.F., Français 15393-15394 ; et au sein de son atelier : Bibermülhe, Ant. H.T., anc. Amsterdam, vers 1410, Londres, B.L., Royal 19 D VI-VII, Paris, B.n.F., Français 22887, vers 1415.

182  Londres, B.L., Royal 15 D III, vers 1410-1415 ; et au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415 et New York, PML, ms 394-395, vers 1415.

183  Londres, B.L., Royal 15 D III, vers 1410-1415.

184  Londres, B.L., add. 18856-18857, vers 1410-1415 ; au sein de son atelier, Paris, B.n.F., Français 20087-20088, Français 9-10, vers 1412-1415 ; un suiveur pour Genève, B.p.u., Français 1, première moitié du xve s.

185  Paris, B.n.F., Français 15393-15394, vers 1410-1415.

186  Au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415.

187  Au sein de son atelier : Paris, B.n.F., Français 9-10, vers 1412-1415.

188  Bruxelles, B.R., ms 9024-9025.

189  Au sein de la première génération : deux artistes : Bruxelles, B.R., ms 9541, vers 1360 ; trois artistes dont deux non identifiés : La Haye, B.R., ms 78 D 43, vers 1375 ; trois artistes dont un non identifié : Munich, B.S.b., Français 1-2, vers 1370 et Copenhague, B.R., Thott 6, des années 1370-1380 ; quatre artistes dont un non identifié : pour la paire Hambourg/Paris ; six artistes dont quatre identifiés : Stuttgart, W.L.b., Cod. 2°6, vers 1360-1365 ; la main « E » du Paris, B.n.F., Français 167 : Eton, E.C.L., ms 3, entre 1360 et 1380 ; un certain nombre, à préciser, d’artistes complémentaires pour Cambridge, H.L., ms Typ. H 555, vers 1373 ; puis pour la deuxième génération : quatre artistes non identifiés, parmi les sept : Soissons, B.m., ms 210-211-212 ; deux anonymes : Paris, B.n.F., Français 22887, vers 1415 ; et un enlumineur breton : Paris, B.n.F., Français 163.

190  Notamment le Maître du Couronnement de la Vierge et Maître des Cleres Femmes de Jean de Berry ou encore du plus parisien et énigmatique Maître des Heures d’Egerton.

191  La Haye, M.M.W., ms 10 B 23.

192  Comme le Maître de la Cité des Dames ou encore le Maître de l’Apocalypse de Berry.

193  Du reste, Jean Fouquet, Barthélemy d’Eyck, Jean Colombe et Jean Bourdichon n’y participèrent pas non plus.

194  François Dupuigrenet-Desroussilles, Trésors de la Bibliothèque nationale, Partis, Nathan, 1996, p. 102.

195  Bruxelles B.R., ms 9541, des années 1430-1440 et Rennes, B.m. ms 5212, vers 1460.

196  Paris, Bibl. Mazarine, ms 313 : deux anonymes ; Paris, B.n.F., Français 15370-15371, entre 1497 et 1517.

197  Paris, Bibl. Mazarine, ms 312, vers 1440.

198  Turin, B.n., ms L.I.12.

199  Lausanne, B.u.c., ms 385-386, entre 1458 et 1462.

200  New Haven, B.L., ms 129, vers 1465-1470.

201  Iéna, F.-S. U., T. U.- L., ms El. Fol. 95-96, vers 1465-1473, œuvre de Jacquemart Pilavaine et du Maître de Girart du Roussillon ; New York, P.L., Spencer 4 : deuxième campagne d’enluminures, œuvre du Maître de Jacques d’Armagnac, du Maître du Psautier de Jean le Meingre III, d’Enguerrand Quarton, du Maître du Psautier de Boucicaut et d’un associé de Jean de Bourdichon ;  Londres, B.L., Royal 15 D I et 18 D IX-X, entre 1470 et 1479, œuvre du Maître d’Édouard IV, du Maître des Chroniques d’Angleterre, du Maître du Froissart des Commynes, du Maître du Josèphe Soane et d’un suiveur de Loyset Liédet ; Bibermülhe, Ant. T.H., Kat. XXXI, n° 34, vers 1480-1485, œuvre du Maître de Dreux-Budé, du Maître de Coëtivy et du Maître de la Rosace de la sainte Chapelle.

202  « Jamais encore l’enluminure n’avait été aussi prisée, inventive, luxueuse, variée et répandue ; et jamais elle ne le sera de telle façon », François Boespflug et Yolanda Zaluska, « L’enluminure », dans Christine Prigent (dir.), Art et société en France au XVe siècle, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999, p. 295.

203  Paris, B.n.F., Français 159. Pour l’étude des manuscrits, voir Volume II : Catalogue des manuscrits…

204  Paris, 1998, op. cit., p. 258 : la famille royale semble avoir plutôt encouragé la littérature contemporaine.

205  Londres, B.L., Royal 19 D II. Contrairement à ce que dit l’historiographie traditionnelle, la politique royale de traduction n’a pas été initiée par Charles V ; son père Jean eut une « politique du livre ». Voir François Dupuigrenet-Desroussilles, op. cit., p. 96.

206  Cambridge (Mass.), H. L., ms Typ. H 555 ; Copenhague, B.R., ms Thott 6 ; Hambourg, Kunsthalle, Fr. 1 et Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5212 ; La Haye, B.R., ms 10 B 23 ; Londres, B.L., Royal 17 E VII ; Paris, B.n.F., Fr. 5707 ; Stuttgart, W.L.b., Cod. Bibl. 2°6. Selon les inventaires royaux, la collection de Charles V, à son décès, se monterait à un millier d’ouvrages ; sur ce nombre, une centaine de volumes seulement ont pu être identifiés.

207  Baltimore, W.a.m., W 125-126 ; Hambourg, Kunsthalle, Français 1 et Paris, B.n.F., Bibl. Arsenal, ms 5212 ; La Haye, M.M.W., 10 B 23 ; Londres, B.L., Harley 4381-4382 ; Paris, B.n.F., Français 159, Français 5707, Français 20090 et Bibl. Arsenal, ms 5057-5058.

208  Avant d’appartenir à Jean de Berry, Paris, B.n.F., Français 20090 est une possession de Charles VI ; il commande aussi Bruxelles, B.R., ms 9001-9002. La bibliothèque de Charles VI ne fut pas aussi riche que celle de son père. En 1424, ne se trouvent plus dans la tour du Louvre que 843 volumes.

209  Londres, B.L., Royal 15 D I et 18 D IX-X.

210  Comme mentionné plus haut, les manuscrits de la bibliothèque des princes de Bourgogne sont actuellement à la Bibliothèque Royale de Bruxelles, ms 9001-9002, 9004, 9541 et 9634-9635.

211  Turin, B.n., ms L. I. 1.

212  Niccolo d’Este fait réaliser vers 1434 l’exemplaire du Vatican, B.a.v., Cod. Barb. Lat. 613. Philippe de Croÿ fait vraisemblablement réaliser la paire d’Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms El. Fol. 95-96 et acquiert un troisième exemplaire, Bruxelles, B.R., ms 9541. Sur la bibliophilie des chevaliers de la Toison d’or, voir Pierre Cockshaw, L’ordre de la Toison d’or, de Philippe le Bon à Philippe le Beau (1430-1505) : idéal ou reflet de la société ?, Turnhout, Brépols, 1996, p. 189-205.

213  Saint-Pétersbourg, Ermitage, Français 1.

214  Paris, B.n.F., Français 155.

215  Londres, B.L., add. 18856-18857.

216  La Haye, B.R., ms 71 A 23.

217  Paris, B.n.F., Français 160.

218  Nous ne reprenons pas ici tous les noms des propriétaires de tous les manuscrits ; pour une connaissance exhaustive, voir Volume 2 : Catalogue des manuscrits…, rubrique : « Provenance».

219  Pour Simon de Rye et Jeanne de Laval : Paris, B.n.F., Français 13570-15371 ; Jean de Derval et Hélène de Laval : Paris, B.n.F., Français 163 et Rennes, B.m., ms 1252 (feuillet isolé).

220  Paris, Bibl. Mazarine, ms 312.

221  Paris, B.S.G., ms 22.

222  Paris, B.S.G., ms 20-21.

223  Jean le Meingre, maréchal de Boucicaut et mécène, est probablement à l’origine de l’achèvement du spectaculaire manuscrit de New York, P.L., Spencer 4.

224  Montpellier, B.é.M., ms 49.

225  New York, PML, ms 322-323, au premier folio du second volume de la paire.

226  Berlin, S.-P. K., Cod. Phillips 1906, aux folios 504v et 505.

227  Paris, B.n.F., Français 156.

228  Bruxelles, B.R., ms 9024-9025.

229  Marie de Berry hérite d’une très grande partie des manuscrits de son père, dont elle prend grand soin.

230  Paris, B.n.F., Français 2.

231  Paris, Bibl. Ch. Députés, ms 3.

232  Bruxelles, B.R., ms 9004 et ms. 9541.

233  La Haye, B.R., ms 78 D 43 : les propriétaires antérieurs ne sont pas connus.

234  Chantilly, Musée Condé, ms 23-24 ; son mari, Antoine de Chourses (/-1484), avait fait l’acquisition de son vivant d’un premier ouvrage de la Bible historiale, toujours sans miniatures (Chantilly, Musée Condé, ms 25).

235  Genève, B.p.u., Français 2.

236  Paris, B.n.F., Français 15393-15394.

237  Delumeau Jean (dir.), La religion de la mère -Les femmes et la transmission de la foi, Paris, Éditions du Cerf, 1992, notamment les chapitres de Dominique Rigaux, « Dire la foi avec des images, une affaire de femmes ? », p. 71 à 90, de Danièle Alexandre-Bidon, « Des femmes de bonne foi - La religion des mères au Moyen Âge », p. 91 à 122 et d’Estrella Ruiz-Calvez, « Religion de la mère, religion des mères - Sainte Anne éducatrice : les images de la mère selon l’iconographie de sainte Anne, xve-xviie siècles », p. 123-155.

238  « Nota que le livre de la Sapience est tres obscur a lire et pis encore d’entendre parle, par le vice de l’escrivan qui pas ne l’entendoit, non profitable aux femes d’elles y amuser, car ce n’est que rompement de teste », Reims, B.m., ms 60, fol. 18.

239  Qui sont ces mystérieux « Donay », Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms 9, premier et dernier folio, « Thomas Zowchen, Henry Zowche, Helen Zowche, P (?) Barlowe » inscrits à l’encre pâle du XVIe siècle, Édimbourg, B.u., ms 19, ou encore ces signatures du xve siècle « Henry de Fresnoy » et « N. Beauvarlet », Reims, B.m., ms 60, fol. 283v ? À qui appartiennent cette devise du xvie siècle, « Une sanz plus » Eton, E.C.L., ms 3, fol. 242v (feuillet de garde), et ces armes non-identifiées, car grattées, sur les manuscrits de La Haye, B.R., ms 71 A 23, et de Londres B.L., Royal 19 D VI-VII ? Des phrases sibyllines comme My lady Powys, I yow pray / raymabayre me wayn yow may permettent de savoir que l’ouvrage Londres, B.L., Royal 15 D IIIétait déjà en Grande-Bretagne au xve siècle, mais guère plus.

240  Cambrai, B.m., ms 398-399-400.

241  Paris, B.n.F., Français 15391 - qui se trouvait auparavant à l’abbaye de Saint-Pierre de Corbie -, Français 15392, 15393, 15394, 15395, 15396.

242  Paris, B.S.G., ms 20-21, 22.

243  Troyes, B.m., ms 59.

244  Paris, Bibl. Mazarine, ms 311.

245  Berlin, S.-P. K., Cod. Phillips 1906.

246  La Haye, M.M.W., ms 10 B 23.

247  Sir Thomas Philipps a possédé les manuscrits suivants : Berlin, S.-P. K., Cod. Phillips 1906 ; Bruxelles, B.R., ms. 987 ; Bibermülhe, Ant. H.T. - anc. Amsterdam ; Nagoya, F.M., ms non côté et Aylesbury, W.M., ms 3 et une paire à la localisation inconnue Olim Cheltenham, Collection Philips, manuscrit 302. Des quatre qui lui sont attribués, tous sont d’époque, de style et de contenu différents, sans qu’il soit possible d’y voir une politique d’acquisition cohérente.

248  Genève, B.p.u., Français 1.

249  Londres, B.L., Royal 1 A XX.

250  Londres, B.L., Cotton App. V.

251  Londres, B.L., Yates Thompson 20.

252  Bibermülhe, Ant. H.T., Kat. XXXI, n° 34 et anc. Amsterdam.

253  Lausanne, B.p.u., ms 385-386 ; Londres, B.L., 19 D III ; Londres, B.L., Add. 24678 : fragmentaire ; Paris, B.n.F., Français 154, fragmentaire et Français 6259 ; Rouen, B.m., ms 184, sans miniatures.

254  Comme par exemple la Petite Bible de Charles V, Paris, B.n.F., Français 5707 qui mesure environ 21x 14 cm.

255  Comme par exemple la Bible dite d’Édouard IV, Londres, B.L., Royal 15 D I et 18 D IX-X qui mesure environ 44  x 30 cm.

256  Par rapport au catalogue d’A. Komada, nous excluons les Paris, B.n.F., Français 6 et 7, Français 153 et Français 158, le Copenhague, B.R., Thott 7 et le Saint-Omer, B.m., ms 68, qui sont des versions de la Bible du xiiie siècle ; a aussi été écarté le Paris, B.n.F., Français 251, qui ne comprend que la Genèse de la Bible historiale, complétée par une Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains. Nous enlevons également de notre catalogue l’exemplaire Londres, B.L., add. 54325, mentionné dans le catalogue informatisé de la British Library comme une Bible historiale, mais que nous ne voyons pas comme telle pour plusieurs raisons - entre autres la présence d’un certain nombre de textes apocryphes, comme Les Secretz Ihesu Christ ou Le obit Pilate que l’on ne retrouve pas dans les autres manuscrits. Nous ne comptabilisons pas non plus le Londres, Royal 20 B V et le Paris, B.n.F, Français 169, qui ne contiennent que le Nouveau Testament dans la version de la Bible du xiiie siècle.

257  Ainsi, le manuscrit qui se trouvait dans l’ancienne Bibliotheca Philisophica Hermetica à Amsterdam a été acheté par l’antiquaire Heribert Tenschert en 2003. Les quatre feuillets montés sur cadre en ébène lors de la vente Bernard Hachette en 1953 ont été identifiés en 2000 comme appartenant au volume de la B.m. de Troyes, où ils ont, après restauration, retrouvé leur emplacement d’origine. Trois nouveaux exemplaires de la Bible historiale ont été découverts lors de nos recherches dans les catalogues de bibliothèques disponibles sur Internet : Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 25.10 Extravagentes, New York, Pierpont Morgan Library, ms 433 et Londres, Bristish Library, Additional 42061. Nous pensons que les feuillets de ce dernier sont à rattacher à ceux conservés à New York (PML, ms 61 a&b), Oxford (B.L., Douce, ms 13, fol. 30a) et Philadelphie (F.L., ms VIII 13-18).

258 À titre d’exemples : Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms 95 et Iéna, F.-S. U., T. U. L., ms El. Fol. 96.

259  Baltimore, W.a.m., W 145 a&b et W 146 a&b ; New York, PML, ms 61 a&b ; Philadelphie, F. L., M VIII 10-18.

260  Cambrai, France, B.m., manuscrits 398-399-400 (ancien ms 376 pour les trois volumes) et Wolfenbüttel, H.A. B., Cod. Guelf. 76. 15, 16, 17, 18 Aug. 2°, ancien n° 2739-2740 pour tout le lot.

261  Bruxelles, B.R., ms 9634-9635 et New York, PML, ms 394-395.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore Fournié, « Les manuscrits de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’une œuvre médiévale », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 03.2 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 28 août 2016. URL : http://acrh.revues.org/1408 ; DOI : 10.4000/acrh.1408

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org