Navigation – Plan du site
II. Corps et affects

Crainte et dépendance : le pouvoir sur les corps en Toulousain au xiiie siècle

Céline Cheirézy

Résumés

Au-delà du catharisme, les dépositions contenues dans les registres inquisitoriaux du xiiie siècle recèlent d'infimes détails qui apportent une dimension corporelle et sensorielle : à travers les comportements décrits, on touche aux émotions, aux sensibilités, aux gestes qui traduisent une sorte d'obéissance voire de renoncement des corps au service du seigneur. En s'appuyant sur la peur que les hommes disent manifester à l'égard de leur seigneur et qui les aurait conduits à mentir aux inquisiteurs, et sur les manifestations de crainte à l'égard du pouvoir judiciaire de l'Inquisition, il s'agit de comprendre l'origine d'un tel pouvoir qui conduit à l'obéissance et imprime sur les corps des marqueurs de dépendance. Le recours à d'autres sources, administratives et littéraires permet d'aller au-delà du catharisme et de la pression inquisitoriale, pour mieux comprendre à quel point tous les corps sont alors en dépendance, soumis à un fort pouvoir de contrainte.

Haut de page

Texte intégral

Sac à procèsAfficher l’image
Crédits : Jean-Luc Thieffry / Musée 510
  • 1  Les dépositions font le récit de destructions de registres par la population de Narbonne en 1235, (...)
  • 2  AN, Doat tome XXI à XXVI.

1Après la Croisade contre les Albigeois (1209-1218), et face à la permanence de l'hérésie dans le Midi de la France, le pape Grégoire IX instaure à partir de 1233 une institution judiciaire extraordinaire : l'Inquisition. Elle a pour but d'extirper ce que Pierre des Vaux-de-Cernay appelle la « lèpre de l'hérésie », organise des enquêtes, convoque les habitants des régions « infestées » à venir se confesser, met en place des tribunaux. De ces enquêtes, l'Inquisition a consigné dans de nombreux registres des milliers de dépositions. Mais l'hostilité populaire envers ses juges et la négligence ont causé la destruction ou la disparition d'une grande partie de ces documents judiciaires1. On n'en connaît surtout que des copies, contemporaines de la rédaction initiale ou plus tardives, comme celles du fonds Doat des Archives nationales2.

  • 3  Charles Molinier, L'inquisition dans le Midi de la France au xiiie et au XIVe siècle. 2tude sur le (...)
  • 4  Annette Pales-Gobilliard, L'inquisiteur Geoffroy d'Ablis et les cathares du comté de Foix, Paris, (...)

2Tous ces registres inquisitoriaux contiennent des dépositions, sentences ou listes de confiscations de biens, et ont avant tout permis d'étudier le catharisme, l'organisation et le fonctionnement de l'Inquisition3. La publication de certains registres a même été menée à partir de quelques manuscrits jugés particulièrement intéressants : c'est le cas d'un manuscrit du début du xive siècle contenant les interrogatoires de l'inquisiteur Geoffroy d'Ablis auprès de 17 croyants cathares du haut comté de Foix, partisans du dernier représentant de l'hérésie dans la région4. Un autre registre rendu célèbre grâce à son étude par Emmanuel Le Roy Ladurie est celui de Jacques Fournier, évêque de Pamiers, qui mène ses interrogatoires vers 1320. Les témoignages denses de 28 déposants ont donné l'occasion à cet historien de livrer un travail original qu'il qualifie lui-même d'ethnographique, s'attachant, au-delà du phénomène cathare, à analyser dans le détail la société montagnarde de Montaillou. D'autres registres ont pu être étudiés par les historiens, comme le manuscrit 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse. Les deux registres que renferme ce manuscrit ont trait à l'enquête réalisée entre 1245 et 1246 par les inquisiteurs Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre, après la prise en mars 1244 du castrum de Montségur, refuge de nombreux hérétiques. Il ne s'agit pas de l'original des registres, mais d'une copie d'environ 1260. Le caractère exceptionnel de ce manuscrit tient au nombre inédit de dépositions (plus de 5600) et à l'étendue géographique du secteur d'enquête : le Lauragais et la région de Lavaur relevant du comté de Toulouse.

  • 5  Même les plus récents travaux de Gwendoline Hancke (Femmes en Languedoc. La vie quotidienne des fe (...)
  • 6  L. Tanon, Histoire des tribunaux de l'Inquisition en France. Depuis le haut Moyen Âge jusqu'à la r (...)

3Malgré leur nombre, les dépositions contenues dans le ms. 609 sont loin d'être toutes détaillées, présentant un latin simple, proche de l'oral, selon un canevas qui limite les digressions. La plupart ne font que donner plusieurs témoignages identiques d'une même rencontre avec les hérétiques ; les plus nombreux affirment n'avoir jamais rencontré d'hérétiques. Seules une cinquantaine de dépositions assez détaillées ont donc été l'objet d'études. Tous ces éléments expliquent que le ms. 609 n'a jusqu'alors été utilisé que dans le cadre de problématiques directement liées au catharisme5. Cela explique aussi les propos radicalement opposés à son sujet de Charles Molinier en 1880 qui le déclare « inépuisable », et de Louis Tanon en 1893 qui le considère comme « assez peu important »6.

4Or, au-delà d'être de simples récits de rencontres avec les hérétiques et de pratiques cultuelles, tous ces témoignages recèlent d'infimes détails qui apportent une dimension corporelle et sensorielle : à travers les comportements décrits, on touche aux émotions, aux sensibilités, aux gestes qui traduisent une sorte d'obéissance voire de renoncement des corps au service du seigneur qu'il soit laïc, ecclésiastique, ou mieux encore, seigneur divin. Mais la question de la nature de la source se pose : l'enquête inquisitoriale lancée par le pape se veut une recherche systématique de toute manifestation d'hérésie. L'interrogatoire mené par les inquisiteurs poursuit la traque initiée par la Croisade contre les Albigeois : le témoin a-t-il vu des hérétiques ? Où et avec qui les a-t-il rencontrés ? Les a-t-il adorés ? A-t-il écouté leur prêche ? A-t-il pensé qu'ils étaient des bons hommes par qui le salut pouvait venir ? A-t-il entendu ou cru leurs erreurs ? ... Les inquisiteurs suspectent ; ils font se déplacer des populations entières. Ils poussent aussi à la dénonciation, consignent par écrit les noms de ceux qu'ils jugent indispensable de confesser et de punir. La crainte qu'expriment de nombreux déposants à l'égard de leur seigneur pose le problème du biais de la source : ces dépositions reflètent-elles une réalité sociale, marquée par la peur à l'égard du seigneur et le renoncement au corps à son service ? Ou, tenant compte de la pression inquisitoriale, du regard des autres, de la peur d'être dénoncé et puni, ne sont-elles que le miroir du pouvoir inquisitorial et judiciaire, ou des normes imposées par la société ? Autrement dit, peut-on voir derrière cette source judiciaire le reflet d'une société marquée par la dépendance des corps ? On examinera donc la question du pouvoir sur les corps, en distinguant pouvoir laïc et pouvoir ecclésiastique. Le recours à d'autres sources permettra d'apporter un autre point de vue et de déterminer les limites éventuelles de ces archives judiciaires.

Crainte du seigneur et obéissance : le pouvoir laïc sur les corps

  • 7  A. Loeb, Aimer et servir : le vocabulaire féodo-vassalique dans la poésie des troubadours, Thèse, (...)

5Chercheurs et historiens ont récemment insisté sur l'amour que portent les hommes à leur seigneur : Ariane Loeb a mis en évidence l'amour véhiculé par les troubadours pour leurs seigneurs ; Laurent Macé a démontré en quoi l'amour et la fidélité pour le comte de Toulouse sont des vertus vassaliques fondamentales7. Les registres inquisitoriaux renferment plutôt des témoignages de la crainte qu'éprouvent hommes et femmes envers leur seigneur.

Des corps soumis à la peur du seigneur

6Les dépositions évoquent d'abord l'obéissance au seigneur. Elle est celle des domestiques qui servent à manger aux hérétiques de passage ou sont utilisés comme intermédiaires, même s'ils ne partagent pas la foi de leur seigneur pour les « bons hommes » cathares. De même, les hommes du seigneur l'accompagnent à la chasse ou dans ses divers déplacements, au risque de rencontrer des parfaits et de devoir écouter leur prédication voire de les adorer selon le rite. C'est en fait d'abord la fidélité au seigneur qui fait agir.

7Tout homme est en effet soumis au pouvoir de contrainte de son seigneur. Celui qui a juré fidélité à son seigneur se doit de se conformer à ses injonctions. Certains déposants semblent même paralysés à l'idée de s'opposer et de se montrer insolents vis-à-vis de leur seigneur, témoignant d'une obéissance presque aveugle. Dans sa déposition, Pons Guilabert raconte qu'un jour, vers 1225, alors qu'il allait à la chasse avec son seigneur Raimond de Baraigne, il vit deux hérétiques accompagnés d'autres hommes ; parce qu'il y avait une discorde entre le témoin et un des hommes, Raimond de Baraigne poussa le témoin, son homme, à faire la paix avec son ennemi, entre les mains desdits hérétiques ; si cela déplaisait beaucoup au témoin, ce dernier affirme ne pas avoir osé tenir tête à son seigneur.

  • 8 Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 58 v°, 60 r°, 69 r° / f. 127 r° / f. 243 r°.

8La crainte du seigneur conduit donc le témoin à obéir, quitte à mentir. De nombreux déposants affirment ainsi avoir menti aux inquisiteurs sur ordre de leur seigneur, par peur. C'est le cas de Bernard Bertrand qui justifie son silence devant les inquisiteurs par la crainte que lui inspirent les seigneurs de Cambon, Raimond Bérenger et Raimond Bernard8. Au-delà du seigneur, c'est parfois la crainte inspirée par les représentants de son autorité qui conduit certains à des comportements d'obéissance : quelques-uns rapportent avoir dénoncé les propres membres de leur famille au baile, ou les avoir livrés, du fait de la crainte qu'ils éprouvaient envers ce représentant du pouvoir seigneurial.

  • 9  Ibid., f. 150 v°.

9La crainte dont parlent de nombreux témoignages n'est pas seulement liée au pouvoir de contrainte du seigneur et à sa possible colère ; beaucoup ont reçu des menaces de la part de leur seigneur, et justifient ainsi le fait d'avoir menti aux inquisiteurs : Guillaume Arveu de Fanjeaux reconnaît avoir omis de rapporter aux inquisiteurs sa rencontre avec des hérétiques dans la maison du chevalier Gaillard de Feste : ce dernier lui aurait en effet proféré des menaces. Aux dires de certains, il peut s'agir de menaces allant jusqu'à la mort. C'est par crainte de la mort dont l'ont menacé des chevaliers de Fanjeaux, que Bernard de Podiocavo déclare avoir caché plusieurs faits les concernant à l'inquisiteur Guillaume Arnaud9.

  • 10  Toute la philosophie du xiiie siècle, en particulier saint Thomas d'Aquin, développe l'idée selon (...)

10De telles menaces expliquent le mensonge ou l'omission de la vérité : certains affirment ainsi n'avoir jamais vu d'hérétiques ; d'autres cachent des faits qui pourraient compromettre non seulement leur seigneur, mais leur propre vie. Ces témoignages sont-ils dignes de foi ? Dans quelle mesure ne prennent-ils pas la crainte de leur seigneur comme prétexte ? La référence au pouvoir de coercition de leur seigneur qui les aurait obligés à adorer les hérétiques n'est-elle pas une convenance sociale ? Ou est-ce la crainte de l'Inquisition et de ses sentences qui les pousse à de tels aveux ? Le fait qu'ils avouent en 1245 avoir menti jadis aux inquisiteurs permet de repousser la dernière solution ; certains, même en 1245, se moquent des inquisiteurs, en changeant leur nom lors de leur déposition. Par contre, insister sur la peur que suscite le seigneur est une façon de montrer qu'on agit sous la contrainte, qu'on n'est pas responsable de ses actes10. La confrontation avec d'autres sources permet de comprendre l'origine de ce pouvoir de contrainte seigneurial : c'est que l'autorité des seigneurs laïcs est assez forte pour imposer leur volonté ; c'est aussi que beaucoup d'hommes et de femmes ne peuvent agir comme bon leur semble, car liés par le serment à leur seigneur : leur corps, leur esprit est sous domination, laquelle suscite des affects de crainte autant que d'amour, tous sentiments codés socialement.

Des corps dépendants du pouvoir de contrainte seigneurial

11Le seigneur est celui dont la volonté s'impose. C'est un vrai pouvoir de commandement que les seigneurs exercent sur leurs hommes : tous s'attendent à l'obéissance. Dans sa déposition, Bernard Mir semble ainsi chercher à se disculper des rencontres qu'il a pu faire avec les hérétiques, en précisant qu'il était alors au service d'Aimeric seigneur de Montréal, en tant qu'écuyer. Il a vu son seigneur manger avec sa mère et sa sœur, toutes deux hérétiques ; il a lui-même mangé avec elles ; mais il n'avait alors que dix ans et ne pouvait qu'obéir. Mais cette soumission s'explique dans la mesure où elle a pour corollaire la protection du seigneur.

  • 11  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 124 v°-125 r° / f. 30 r° / f. 177 r°.

12Le pouvoir des seigneurs se traduit aussi par leur capacité à persuader et à susciter l'obéissance de leurs dépendants, voire des habitants de leur ville ; un pouvoir de persuasion qui peut passer par la stratégie. Ainsi, Pierre de Mazerolles parvient à imposer ses choix : par son pouvoir autant que par son habileté, il parvient à faire hérétiquer une femme, alors moniale au monastère de Brie, sur son lit de mort ; le pouvoir de Pierre de Mazerolles lui permet de convoquer tous les habitants et les moines de Brie à l'église, de les retenir par un long discours, pendant que de l'autre côté du monastère, il fait entrer les hérétiques et les amène auprès de la malade11.

  • 12  On retrouve le terme de « manutenencia » dans la charte de 1208 par laquelle Durans et son épouse (...)
  • 13  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 239 v°.

13Mais ce pouvoir est aussi efficace par la contrainte qu'il impose. La contrainte physique est à l'œuvre comme le montre la déposition d'Ermessende épouse de Guillaume Vicaire. Car cette femme de Cambiac sait bien des choses, trop de choses, sur les rapports entre son mari, les seigneurs de Cambiac, et les hérétiques. Il s'agit de la faire taire, et les voici, six hommes dont son propre mari, à venir lui faire entendre raison ; précisons qu'aux dires d'Ermessende, son mari la bat car elle refuse obstinément d'aimer les hérétiques. Or, elle annonce au groupe d'hommes venu en force, sa volonté de dire aux inquisiteurs tout ce qu'elle sait. C'est le seigneur lui-même, Guillaume Sais, qui s'occupe d'elle : la voilà enfermée dans une tourelle pour l'empêcher de parler. Le pouvoir de contrainte du seigneur vient de ce qu'il tient cette femme littéralement dans sa main (« manutenebat eam »), la main étant l'expression juridique du pouvoir ; elle est une de ses dépendantes qui, sans doute, et bien que la charte n'ait pas été conservée, s'est engagée à le servir12. Le pouvoir de Guillaume Sais est tel que les hommes de Cambiac ont tous vu et entendu, mais ne soufflent mot : c'est que « la vieille pouvait tous les détruire »13.

  • 14  Eugène Martin-Chabot, La Chanson de la Croisade albigeoise éditée et traduite, Paris, Les Belles L (...)

14C'est donc que ce pouvoir de contrainte provient du lien de dépendance tissé entre le seigneur et ses hommes, un lien et donc une contrainte que ces derniers ont acceptés par serment. C'est ce même pouvoir de contrainte que les chartes d'hommage instaurent, en rappelant que le vassal qui jure fidélité doit obéir à la volonté de son seigneur. C'est ce pouvoir tout à la fois de contrainte et de persuasion qui provoque la crainte des hommes du seigneur, maintes fois apportée aux inquisiteurs comme justification ou comme prétexte à leurs mensonges. D'ailleurs, dans son récit de la Croisade contre les Albigeois, Guillaume de Tudèle prend l'exemple du vicomte de Trencavel pour rappeler que le propre du seigneur est de se faire respecter, de susciter la crainte : selon lui en effet, le vicomte est entouré de vassaux traîtres qui ont laissé se développer l'hérésie sur leurs terres ; il l'explique par une erreur de jeunesse, au fait que le jeune Trencavel considérait ses chevaliers comme des amis, au lieu de se comporter en maître à leur égard14.

  • 15  J. Le Goff et N. Truong, Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, L. Lévi, 2003, p. 160 : le rit (...)

15Si la peur du seigneur peut n'être invoquée que comme un sentiment socialement codé, la confrontation avec d'autres sources, comme les chartes d'hommage permet de comprendre ce qui peut pousser à mentir à l'inquisiteur par crainte du châtiment seigneurial. L'hommage au seigneur implique une véritable mise en dépendance, l'amour et l'obéissance préexistant à la peur : se donner à son seigneur, s'engager à être un vassal ou un homme fidèle, c'est accepter de se soumettre aux exigences du seigneur. Corps et esprit doivent obéir et ne sont plus qu'un, au service du seigneur, comme en témoignent la prestation de serment et l'hommage qui mettent en œuvre toute une gestuelle plaçant l'homme sous l'autorité, mais aussi la protection de son seigneur. Le notaire insiste sur la corporéité de l'acte, en évoquant les mains qui touchent les saints évangiles, précisant que le toucher se fait « corporaliter » (réellement). Il met l'accent sur le corps qui se soumet non seulement au pouvoir du suzerain, mais aussi à celui de Dieu, témoin et comme fidéjusseur du serment. En parallèle, la parole, à travers le serment prêté, lie l'homme à son seigneur. Ce lien tissé sous le regard de Dieu crée une double dépendance, celle de l'homme placé sous la protection seigneuriale et engagé à le servir, celle du seigneur engagé dans une « réciprocité d'obligations et de services ». Dans certains serments, une gestuelle symbolique de subordination donne un ton encore plus solennel à la scène. En 1237, Isarn de Dourgne et Jourdain de Saissac son frère reconnaissent tenir en fief tous leurs biens du comte de Toulouse, et être ses hommes et vassaux fidèles ; puis, les mains des hommes et du seigneur sont jointes ; le baiser est donné; ainsi sont montrées au comte et proclamées devant l'assemblée toute leur révérence et leur fidélité15. Non seulement la parole de ces hommes de servir leur seigneur est engagée, mais c'est leur corps même qui est ainsi placé sous son pouvoir. Les mains sont celles qui prêtent l'engagement mais aussi celles qui défendront le comte en maniant les armes ; la promesse en est faite. Donner le baiser, geste rituel symbolique, n'est pas non plus sans évoquer le baiser de Judas, et peut dans le même temps signifier la volonté seigneuriale de se prémunir de toute trahison. En tous cas, ces gestes engagent la personne, par un contact physique entre dépendant et dominant, et participent à une ritualisation des corps.

  • 16  Pour Paul Ourliac (« L’hommage servile dans la région toulousaine », dans Mélanges d’histoire du M (...)
  • 17  P. Ourliac, « Le servage à Toulouse aux xiie et xiiie siècles », dans Economies et sociétés au Moy (...)
  • 18  M. Mousnier, « Dono unum hominem meum : désignation de la dépendance du xie au xiiie siècle en Lan (...)

16Cette mise en dépendance au service du seigneur, du haut en bas de la société, se traduit par une forme extrême de don de soi : elle est incarnée par ces hommes et femmes que l'on rencontre dans l'enquête menée en 1272 pour établir les revenus du comté de Toulouse (dite Terrier du Toulousain). Appelés « hommes de corps et de caselage », les historiens les assimilent à des serfs, repérables à la queste servile qu'ils versent16. Contrairement à ce qu'affirmait Paul Ourliac, s'appuyant sur l'absence d'actes d'hommages serviles, les hommes de corps sont nombreux à la fin du xiiisiècle : le Terrier en recense par exemple une centaine à Fanjeaux17. Un véritable lien de dépendance est créé, qui instaure une attache à la fois réelle et personnelle entre l'homme de corps et son seigneur. Mais la simple mention d' « homme de » rencontrée dans les documents judiciaires et administratifs suffit à affirmer l'appartenance physique et exclusive à un seigneur18.

  • 19  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 132 r° ; AN, J 324B (Avignonet).

17Le don de son propre corps peut être tel qu'il est parfois gratifié par les honneurs du seigneur (terres largement distribuées, propres tenanciers). C'est le cas de Toulousain de la Sala, d'Avignonet, qui dépose devant l'Inquisition en juillet 1246 : son nom évocateur rappelle le lien qui l'attache au comte de Toulouse, la « sala » (dite aussi « aula ») étant la salle de réception de la demeure seigneuriale. Or, les encours d'hérésie dressent une liste conséquente des biens confisqués d'un certain Toulousain de Aula, d'Avignonet, emmuré pour cause d'hérésie, et qui s'avère être l'homme du comte de Toulouse, « de corps et de caselage» : il a une maison dans le castrum, vingt-trois pièces de terre, et même un tenancier qui exploite une de ses terres19. Tous ces biens sont confisqués et reviennent au comte. Qu'il y ait donc servage ou pas, des formes de dépendance corporelle existent, reflets d'une domination des corps par le pouvoir seigneurial : elles expliquent la force de la contrainte seigneuriale sur les dépendants, qui ne peuvent agir sans l'accord du seigneur.

18Corps contraints, mensonges et omissions devant les inquisiteurs : ce sont autant d'attitudes demandées ou imposées par les seigneurs, ou induites par leurs menaces, ou correspondant aux codes de la contrainte seigneuriale, qui suggèrent que les inquisiteurs à qui ces mensonges sont débités ont eux-mêmes un tel pouvoir qu'ils suscitent la crainte des seigneurs et qu'ils obtiennent le plus souvent obéissance, du moins à partir du moment où les inquisiteurs assoient leur autorité. Ces dépositions reflètent donc aussi le pouvoir des hommes d'église.

Corps cachés, corps meurtris : le pouvoir des hommes d'église sur les croyants

La crainte du pouvoir inquisitorial, à l'origine de l'itinérance des corps

19Après la Croisade contre les Albigeois, la foi cathare connaît une reprise : les rencontres avec les hérétiques se multiplient de nouveau. Mais le lancement de la Croisade royale en 1226, la mise en place de l'Inquisition, l'envoi d'inquisiteurs mandatés par le pape diffusent peur et crainte. Les corps se cachent. La peur d'être arrêté et jugé explique la vie clandestine des parfaits et dignitaires cathares, mais aussi de leurs croyants, à partir des années 1230. Les hérétiques connaissent alors l'itinérance, surtout après le traité de Paris de 1229 qui impose à tout seigneur de pourchasser les hérétiques sur ses terres.

20Avec la crainte que suscite le pouvoir judiciaire de l'Inquisition, il est loin le temps où les hérétiques vivaient leur foi au grand jour. Dès lors, c'est surtout de nuit que les hérétiques se déplacent. Les principaux refuges possibles sont alors les forêts, les bois. Des cabanes y sont mentionnées, où se terrent les parfaits. Les lieux isolés hors des villes, espaces agricoles interstitiels, habitat intercalaire, sont aussi privilégiés pour des rencontres. Les maisons restent toutefois les lieux les plus fréquents de rassemblement. Mais c'est la nuit que les hérétiques entrent dans les maisons pour donner aux malades les dernières bénédictions, les accueillir au sein de l'église cathare ; ils y restent parfois plusieurs jours et ce sont alors les croyants qui se déplacent et viennent voir les hérétiques ; le gîte est offert à l'abri des regards, dans les celliers, pour ne pas éveiller les soupçons des domestiques ou de voisins qui auraient tôt fait de parler et de dénoncer.

21Les dépositions insistent en effet sur les sens mis en éveil par la procédure inquisitoriale. Le simple fait d'avoir vu des hérétiques atteste de leur présence ; le fait de consigner par écrit de telles précisions montre l'attachement des inquisiteurs à légitimer leur action : les hérétiques sont toujours présents sur le sol toulousain ; les habitants les ont vus. La vue est donc d'abord privilégiée, simplement pour confirmer l'existence réelle et toujours aussi prégnante des hérétiques. La plupart des témoins évoquent aussi le contact des corps : le fait de croiser des hérétiques en chemin est par exemple noté, comme pour donner corps et chair à ces êtres qui se cachent. Mais c'est surtout l'écoute de la parole hérétique et la communion des corps lors des assemblées hérétiques qui font l'objet du plus vif intérêt de la part des inquisiteurs : écouter la prédication des cathares, les adorer sont punissables, d'autant plus si le témoin avoue avoir cru à leurs erreurs. Le moindre contact entre croyants et « mal croyants » est donc rigoureusement analysé, confronté à d'autres témoignages, pour débusquer les mensonges et confondre les croyants hérétiques.

22Du coup, une certaine défiance se manifeste à l'égard des hérétiques, impulsée par la crainte et l'obéissance à l'égard du pouvoir inquisitorial et de la norme catholique édictée. Les corps se méfient ; les sens sont en éveil, pour traquer les hérétiques : des témoins rapportent avoir épié, trouvé des hérétiques qui se cachaient. La rumeur semble être aussi l'objet de l'attention des inquisiteurs. Chez les Rezenges, la rumeur provient des domestiques et se répand d'une servante à l'autre : Finas, servante d'Austorgue de Rezenges a dit à Jordane, également domestique dans la même maison, que la fille d'Austorgue avait quitté son mari sur le conseil des hérétiques, et avait voulu se faire hérétique. Jordane l'a rapporté à Raimonde, une troisième servante, qui elle-même l'a dit à son mari Arnaud de Bonabac qui le rapporte aux inquisiteurs.

23En retour, les corps se défient aussi du côté hérétique ; la peur est manifeste : faire le guet devient l'objet d'une fonction précise, comme servir de messager. Vers 1230, à Fanjeaux, dans la maison de Bernard de Fressalets, des hérétiques sont présents pour hérétiquer un malade ; Arnaud de Calhavel se tient sur le seuil de la maison et monte la garde pour que personne ne surprenne l'hérétication. Cette sorte d'extrême-onction fait particulièrement l'objet de guet, car elle se passe toujours dans une maison où le malade est couché : cette configuration rend la capture des hérétiques plus aisée s'il y a dénonciation.

  • 20  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 191 r° / f. 200 r° / f. 162 r°-v° / f. 15 v°

24La crainte à l'égard du pouvoir inquisitorial va plus loin. Certains hérétiques ou sympathisants cathares optent pour la fuite et même l'exil en terrain jugé plus sûr. La fuite concerne des seigneurs qui décident d'abandonner leurs terres : déclarés faidits, beaucoup ont choisi de quitter le pays et de rejoindre la Lombardie où la communauté cathare est importante, surtout à Plaisance, Pavie, Crémone. D'autres décident de semer leurs traces dans l'anonymat de la grande ville la plus proche, Toulouse, ou de gagner des contrées voisines dont le relief contraignant et escarpé a permis de créer des lieux-refuge fortifiés difficiles d'accès. Les plus nombreux partent ainsi se réfugier dans le comté de Foix, en particulier à Montségur : ce sont avant tout des chevaliers, des membres de familles seigneuriales qui s'y installent. à Montségur vers 1230, on trouve par exemple la fille de Guillaume seigneur du Mas-Saintes-Puelles, peut-être du fait de la présence de sa grand-mère l'hérétique Garsende20. Une nouvelle communauté de croyants se constitue alors dans ce castrum. Encore vers 1240, Montségur semble être un lieu sûr pour les hérétiques qui y vivent ouvertement, dans leurs propres maisons.

  • 21  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 148 r° ; f. 147 r° ; f. 125 v° / f. 98 r°.

25La fuite des corps s'explique : les peines déjà infligées aux corps des « mal croyants » témoignent du pouvoir ecclésiastique, plus encore que les aveux que les inquisiteurs parviennent à collecter. Certains regrettent presque leur confession, craignant de subir le même sort que les hérétiques morts sur le bûcher. À Auriac, une déposante témoigne de l'épouvante qui assaille une certaine Alazais. Car l'hérétique Arnaud Garrigue, retenu prisonnier au Château-Narbonnais à Toulouse, a été brûlé ; or Alazais a assisté à une assemblée tenue par cet hérétique. Ayant été appelée à comparaître, Alazais avoue être terrorisée à l'idée que les Frères inquisiteurs lui infligent une forte pénitence21. En fait, tant que les inquisiteurs n'ont pas mis à exécution leurs sentences, ils semblent avoir peu d'emprise sur les déposants qui, en 1245, avouent avoir jadis allègrement menti. Les inquisiteurs n'étaient, au début de l'installation de l'Inquisition, que des hommes lointains, incarnation vague d'un pouvoir ecclésiastique impalpable. En appliquant les premières sentences, le pouvoir inquisitorial devient plus saisissable. C'est une véritable surveillance des corps qui est à l'œuvre, dirigée par le pouvoir ecclésiastique, mais aux mains de ces hommes de proximité que sont les bailes du comte ou les chapelains à qui certains disent s'être confessés ; quant à la punition infligée au corps, pour ce que l'esprit a cru, il incarne le pouvoir de vie et de mort des inquisiteurs, représentants de la puissance divine. Ceci peut expliquer à quel point les inquisiteurs suscitent crainte et même terreur.

Des corps marqués judiciairement

  • 22  Ce sont les inquisiteurs qui cherchent à obtenir des aveux et déterminent la parole des témoins, q (...)
  • 23  J.-L. Biget, « Origines et développements de l’Inquisition en Languedoc », Revue du Gévaudan, des (...)
  • 24  Y. Dossat, « La répression de l'hérésie par les évêques », dans Le Credo, la Morale et l’Inquisiti (...)

26Les inquisiteurs ont non seulement le pouvoir judiciaire qui traque et peut-être infléchit les confessions22 ; ils imposent aussi des peines et marquent judiciairement les corps, du fait que l'hérésie n'est pas seulement un péché, mais un crime de lèse-majesté divine23. Le pouvoir des inquisiteurs de désigner des hommes et des femmes à l'attention de tous, se traduit par l'imposition d'un temps de pénitence et de signes distinctifs, reconnaissables par tous : le port des croix d'infamie désigne à la communauté ceux qui ont renié l'hérésie et sont revenus d'eux-mêmes à la foi catholique. Il peut aussi signifier le repentir et l'acceptation de réintégrer ces personnes dans la communauté des croyants catholiques. Pour les fautes les plus légères, est aussi imposé le pèlerinage, sorte d'exil temporaire des corps24. Les vêtements portés à l'occasion de ces actions de contrition peuvent indiquer des fauteurs aux habitants des villes traversées, marquer leur corps au regard de tous et, implicitement rappeler à tous le pouvoir inquisitorial. L'Inquisition peut donc imposer des marqueurs de marginalité sociale.

  • 25  J. Le Goff et N. Truong, Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, L. Lévi, 2003, p. 117.
  • 26  Y. Dossat, « Remarques sur les pénalités de l’Inquisition toulousaine en 1246 », Bulletin philolog (...)
  • 27  J.B. Given, art. cit., p. 59.

27Plus encore, le pouvoir inquisitorial se distingue par sa capacité à disposer des corps qu'il désigne comme ayant fauté, en fonction de la gravité des fautes repérées : comme l'a montré J. Le Goff dans son Histoire du corps au Moyen Âge, « l'hérésie est une maladie de l'âme qui s'exprime symboliquement par un corps malade, à retrancher du corps sain de l'église »25. Les pénitences infligées par l'Inquisition vouent les corps les plus fautifs à l'emmurement, à la pendaison, et plus exceptionnellement au bûcher. Les condamnations à la prison perpétuelle concernent 11 % des personnes condamnées26. Même minoritaire, l'enfermement est une situation assez redoutée pour être signalé par les déposants. Car l'emprisonnement est non seulement une forme de punition, mais aussi un moyen de pression, une technique d'interrogatoire : les récalcitrants sont gardés au Mur tout le temps nécessaire à obtenir d'eux des aveux et à influencer leurs comparses27.

  • 28  W. L. Wakefield, « Burial of heretics in the middle ages », Heresis, n° 5, décembre 1985, p. 30.

28Parmi les châtiments exceptionnels, portant sur les fautes les plus graves, la pendaison et le bûcher sont des peines extrêmes. De telles sentences qui vouent les corps à un châtiment mortel poursuivent non seulement les vivants mais aussi les morts, si l'on en croit l'interdiction pour les hérétiques d'être inhumés en terre consacrée : avec l'Inquisition, de nombreux restes humains, enterrés clandestinement au temps de la guerre, sont déterrés et brûlés, comme si la présence de ces corps hérétiques souillait la terre28.

  • 29  J.B. Given,« Les inquisiteurs du Languedoc médiéval : les éléments sociétaux favorables et contrai (...)

29Par ailleurs, toutes ces sentences font l'objet de la rédaction d'actes authentiques et de lettres de pénitence. Ces actes sont autant de documents scellés, témoins écrits du pouvoir inquisitorial sur les croyants repentis. Ils renforcent le pouvoir inquisitorial, dans la mesure où les inquisiteurs ont, pour la première fois, utilisé leurs registres comme aide mémoire, mais aussi comme sources d'informations et de contrainte : en se référant à d'anciennes confessions, ils peuvent établir des corrélations, repérer des mensonges flagrants29... Pour les déposants, appartenant souvent à un monde d'oralité, l'écriture marque alors un signe de pouvoir, celui de garder les traces d'hérésie et donc de rendre possibles la poursuite judiciaire, l'imposition d'une peine. On comprend alors que l'Inquisition puisse être à l'origine de la crainte qui se lit derrière les confessions, une crainte que les seigneurs, principaux appuis des hérétiques, font à leur tour peser sur leurs hommes. La volonté de certains de se débarrasser des inquisiteurs, en s'emparant voire en tuant ces corps jugés encombrants témoigne aussi d'une telle crainte.

Des corps sacrifiés

  • 30  Y. Dossat, « Le massacre d’Avignonet », in Le Credo, la Morale et l’Inquisition,CF, 6, Toulouse, 1 (...)

30La crainte et la haine qu'inspire le pouvoir judiciaire des inquisiteurs semblent d'autant plus vives que le pouvoir inquisitorial se dresse contre les pouvoirs en place. En décidant de confisquer les biens, d'imposer l'emprisonnement à vie, l'Inquisition met à mal les pouvoirs locaux. Tous ceux qui cherchent à briser l'hérésie et l'équilibre social du pays sont jugés encombrants : Pierre curé de Vitrac tombe ainsi en 1241 dans un guet-apens tendu par un groupe d'hommes en armes, parce qu'il pourchasse les hérétiques dans la région de Caraman ; il parvient à fuir, mais son clerc est tué, son corps jeté dans un puits30. En 1242, ce sont les inquisiteurs Guillaume Arnaud et Etienne de Saint-Thibéry qui sont assassinés à Avignonet, meurtre auquel participe une cinquantaine de chevaliers selon le témoignage de Bertrand de Quiders qui a assisté aux préparatifs, fait le guet et qui raconte en 1245 la conspiration. Mais alors qu'en tuant les inquisiteurs, en massacrant leur corps, les chevaliers pensent détruire l'Inquisition elle-même, ils ne font qu'en renforcer le pouvoir judiciaire sur les corps, comme en témoigne l'enquête menée en 1245-1246 contenue dans le ms. 609.

31Les dépositions devant l'Inquisition mettent donc en scène des corps dominés par la crainte du pouvoir seigneurial et ecclésiastique, de la même façon que les serments de fidélité et de prestation d'hommage parlent des corps et de leur soumission ; les hommes qui se proclament hommes fidèles du comte de Toulouse placent leur corps au service du comte. Ils sont comme engagés et attachés par le contrat, liés au seigneur par une promesse à la fois orale et physique dont témoignent l'hommage et son rituel. Se donner à son seigneur, s'engager à être un vassal ou un homme fidèle, c'est accepter de se soumettre aux exigences du seigneur, quitte à mentir à l'inquisiteur, voire se débarrasser de lui. C'est le système féodal lui-même qui lie les corps au profit de la domination seigneuriale. Mais le même principe est à l'œuvre du côté ecclésiastique où domine et doit dominer la foi dans le Seigneur, le « vrai ». Une sorte de surveillance des corps est en place au xiiie siècle à travers les liens de dépendance créés par le système féodal, mais plus encore à travers l'organisation ecclésiastique qui juge et punit.

32Les registres inquisitoriaux, en donnant la parole aux hommes du xiiie siècle, fourmillent donc de détails sur les gestes, les émotions : autant d'usages sociaux du corps, tels que Jean-Claude Schmitt a pu les analyser dès 1990 dans La raison des gestes dans l'Occident médiéval. Ces témoignages reflètent une véritable dépendance des corps, à une époque où les liens d'homme à homme tissent des relations sociales rituelles et codifiées. Des registres qu'il faut confronter aux documents administratifs et littéraires de l'époque pour aller au-delà du catharisme et de la pression inquisitoriale, surtout pour mieux comprendre à quel point tous les corps sont alors en dépendance.

Haut de page

Notes

1  Les dépositions font le récit de destructions de registres par la population de Narbonne en 1235, de leur vente après le meurtre des Inquisiteurs à Avignonet en 1242. L'arrêt de l'activité inquisitoriale au xvie siècle s'accompagne d'une véritable indifférence pour ces registres ; des pertes jalonnent toute l'époque moderne. Cf. Yves Dossat, Les crises de l’Inquisition toulousaine au xiiie, Bordeaux, Bière, 1959, p. 34-37.

2  AN, Doat tome XXI à XXVI.

3  Charles Molinier, L'inquisition dans le Midi de la France au xiiie et au XIVe siècle. 2tude sur les sources de son histoire, Paris, G. Fischbacher, 1880 ; Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition toulousaine au xiiie siècle (1233-1273), Bordeaux, Bière, 1959, 401 p. ; Célestin Douais, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition dans le Languedoc, Genève, Slatkine Mégariotis, Paris, H. Champion, 1977, 2 t. en 1 vol., CCXCIX-415 p.

4  Annette Pales-Gobilliard, L'inquisiteur Geoffroy d'Ablis et les cathares du comté de Foix, Paris, éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1984, p. 2.

5  Même les plus récents travaux de Gwendoline Hancke (Femmes en Languedoc. La vie quotidienne des femmes de la noblesse occitane au xiiie siècle, entre catholicisme et catharisme, Cahors, La Louve éditions, 2006, 462 p. / L'hérésie en héritage, Cahors, La Louve éditions, 2006, 445 p.) n'abordent le manuscrit 609 que du point de vue religieux.

6  L. Tanon, Histoire des tribunaux de l'Inquisition en France. Depuis le haut Moyen Âge jusqu'à la réforme, Paris, L. Larose et Forcel, 1893, p. 154. C. Molinier, op. cit., p. 75.

7  A. Loeb, Aimer et servir : le vocabulaire féodo-vassalique dans la poésie des troubadours, Thèse, Toulouse Le Mirail, 1992 ; L. Mace, « Amour et fidélité : le comte de Toulouse et ses hommes (xiie-xiiie siècles) », dans Les sociétés méridionales à l’âge féodal. Hommage à Pierre Bonnassie, Textes réunis par Hélène Tebax, Toulouse, CNRS/Université Toulouse Le Mirail, 1999, p. 299-304.

8 Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 58 v°, 60 r°, 69 r° / f. 127 r° / f. 243 r°.

9  Ibid., f. 150 v°.

10  Toute la philosophie du xiiie siècle, en particulier saint Thomas d'Aquin, développe l'idée selon laquelle seule la volonté fait la responsabilité. Elle imprègne alors le droit : la plupart des chartes mentionnent que les acteurs agissent de leur plein gré et ne sont pas soumis à la contrainte (« non coactus »).

11  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 124 v°-125 r° / f. 30 r° / f. 177 r°.

12  On retrouve le terme de « manutenencia » dans la charte de 1208 par laquelle Durans et son épouse se donnent à Pierre d'Auriac et s'engagent à l'aimer et le servir (AN, J 321, n° 57) : cet engagement est réciproque puisque les deux parties contractantes conviennent (« convenerunt ») l'une d'acquérir, de tenir sous sa dépendance (« manutenencia ») et de protéger (« defensionem »), l'autre de servir. Les historiens (Paul Ourliac par exemple) ont comparé l'hommage servile et l'hommage vassalique : l'échange des consentements réciproques dans l'hommage servile est identique aux rituels de l'hommage du vassal à son seigneur, les gestes en moins. L'expression « manutenere » n'est pas sans rappeler les mains du vassal posées entre celles de son seigneur ; elle est en tous cas assez forte pour évoquer le lien de dépendance et de soumission, sous la coupe seigneuriale. En fait, du haut en bas de la société, la manifestation de la dépendance est la même ; seul le service change.

13  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 239 v°.

14  Eugène Martin-Chabot, La Chanson de la Croisade albigeoise éditée et traduite, Paris, Les Belles Lettres, 1960, laisse 15, v. 10.

15  J. Le Goff et N. Truong, Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, L. Lévi, 2003, p. 160 : le rituel des mains jointes entre celles de son suzerain est l'imixitio manuum ; le baiser ou osculum signifie que le seigneur adopte le vassal dans sa famille ; on parle alors de vassaux « de bouche et de main » / AN, JJ 19, n°17.

16  Pour Paul Ourliac (« L’hommage servile dans la région toulousaine », dans Mélanges d’histoire du Moyen Âge dédiés à Louis Halphen, Paris, PUF, 1951, p. 556), la dépendance « de corpore et casalagio » est la forme normale du servage toulousain. Si le terme même de « servus » n’est jamais employé dans les sources portant sur le Lauragais au xiiie siècle, la dépendance physique est certaine, comme l’a démontré Mireille Mousnier (« Dono unum hominem meum : désignation de la dépendance du xie au xiiie siècle en Languedoc occidental », dans MEFR, t. III, 1999-1, p. 51). Pour autant, le mot de « servitus » se rencontre et est expressément mentionné en opposition à la liberté : dans le Terrier du Toulousain, à Fanjeaux, Guillaume Somoies rappelle que Raimond Isarn Picarel a donné à sa grand-mère un champ et une vigne, qu'il tient libres, « ut dixit ab omni servitute » (AN, JJ 25, f. 499 r°). De plus, de nombreux habitants de Fanjeaux doivent au roi le chevage, la corvée et « alias minutas servitutes » (ibid., f. 507 r°-v°, 508 r°).

17  P. Ourliac, « Le servage à Toulouse aux xiie et xiiie siècles », dans Economies et sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à Edouard Perroy, Paris, Publications de La Sorbonne, 1973, p. 261.

18  M. Mousnier, « Dono unum hominem meum : désignation de la dépendance du xie au xiiie siècle en Languedoc occidental », dans MEFR, t. III, 1999-1, p. 51-60.

19  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 132 r° ; AN, J 324B (Avignonet).

20  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 191 r° / f. 200 r° / f. 162 r°-v° / f. 15 v°

21  Bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 609, f. 148 r° ; f. 147 r° ; f. 125 v° / f. 98 r°.

22  Ce sont les inquisiteurs qui cherchent à obtenir des aveux et déterminent la parole des témoins, quitte à soumettre à la torture ou à la prison ceux que d'autres dépositions ont compromis, jusqu'à ce qu'ils avouent. Ils usent de nombreux moyens de pression psychologique afin d'obtenir des confessions, comme l'a démontré Jean-Louis Biget pour le procès d'inquisition d'Albi en 1286-1287 : citons le fait de dispenser de peines afflictives les porteurs de dépositions spontanées, d'accueillir les déposants dans le cadre majestueux de palais épiscopaux, d'étaler l'enquête dans le temps pour préparer les témoins aux aveux les plus concordants (« Les cathares devant les inquisiteurs en Languedoc (1230-1310) », Revue du Tarn, 1992, série 3, n°246, p. 229, 233-234).

23  J.-L. Biget, « Origines et développements de l’Inquisition en Languedoc », Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 1999, n° 8, p. 8.

24  Y. Dossat, « La répression de l'hérésie par les évêques », dans Le Credo, la Morale et l’Inquisition, Cahiers de Fanjeaux, 6, Toulouse, 1971, p. 227 ; ibid., « De singuliers pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques en 1272 », Annales du Midi, t. 82, n°98, juillet-septembre 1970, p. 209.

25  J. Le Goff et N. Truong, Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, L. Lévi, 2003, p. 117.

26  Y. Dossat, « Remarques sur les pénalités de l’Inquisition toulousaine en 1246 », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1952, p. 52.

27  J.B. Given, art. cit., p. 59.

28  W. L. Wakefield, « Burial of heretics in the middle ages », Heresis, n° 5, décembre 1985, p. 30.

29  J.B. Given,« Les inquisiteurs du Languedoc médiéval : les éléments sociétaux favorables et contraignants »,dans Audisio (Gabriel) (dir.), Inquisition et pouvoir, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004, p. 61.

30  Y. Dossat, « Le massacre d’Avignonet », in Le Credo, la Morale et l’Inquisition,CF, 6, Toulouse, 1971, p. 347.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Cheirézy, « Crainte et dépendance : le pouvoir sur les corps en Toulousain au xiiie siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 05 | 2009, mis en ligne le 18 octobre 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/1537 ; DOI : 10.4000/acrh.1537

Haut de page

Auteur

Céline Cheirézy

une présentation de l’auteur est accessible sur le site de Framespa (http://framespa.univ-tlse2.fr/524CHEIREZY/0/fiche___annuaireksup/&RH=annuaire_framespa). En quelques mots, elle est professeur agrégée. En juin 2009, elle a soutenue une thèse en histoire médiévale sur les élites sociales en Lauragais au xiiie siècle, sous la direction de Mme Mireille Mousnier, à l'université de Toulouse Le Mirail. L'objectif principal de ce travail était de déterminer, à l'échelle des petites villes lauragaises, les modes d'identification, de formation, de circulation et de renouvellement des dominants à une époque d'importants bouleversements (marquée par la croisade contre les Albigeois, l'Inquisition, le rattachement du comté de Toulouse à la couronne royale). Elle a ainsi abouti à la démonstration d'un système concernant l'appartenance aux élites.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org