Navigation – Plan du site
II. Corps et affects

Le recours aux archives judiciaires pour étudier les habitudes de sommeil

Guillaume Garnier

Résumés

Les archives judiciaires possèdent de nombreux attraits, et certains sont parfois insoupçonnés. Les faits relatés dans les actes d’accusation par exemple, mais aussi les déclarations de témoins recèlent de petits détails sur les habitudes de sommeil qui passent souvent inaperçus aux yeux des historiens. Dans un corpus très large (du XVIIIe au xixe siècle) on peut ainsi tenter de comprendre les logiques de sommeil : heures de coucher et lever, durée du sommeil, l’apparente vulnérabilité du repos nocturne, les déviances nocturnes, le lieu de sommeil. Mais dans une vue plus globale, les archives aident aussi à déterminer les rythmes nocturnes et notamment la place qu’y tient le sommeil. Les contraintes sociales et politiques, la dureté du travail et de la vie, l’importance de la religion transparaissent aussi pour former une culture spécifique du sommeil préindustriel.

Haut de page

Texte intégral

Sac à procèsAfficher l’image
Crédits : Jean-Luc Thieffry / Musée 510
  • 1  Guy Thuillier, L’imaginaire quotidien au xixe siècle, Paris, Economica, 1985, p. 83.
  • 2  Les Archives judiciaires ont par contre été exploitées dans le but de comprendre certaines pratiqu (...)

1Lorsque Guy Thuillier en 1985 publie L’imaginaire quotidien au xixe siècle, il est l’un des premiers à monter au credo sur la nécessité de traiter le sommeil comme un objet historique et à définir une méthode pour en saisir les mutations ou les évolutions. Néanmoins, il était semble-t-il un peu pessimiste lorsqu’il s’interrogeait sur la manière d’aborder une histoire du sommeil : « Comment peut-on étudier un phénomène aussi quotidien, aussi singulier, aussi chargé de signification, les sources sont quasi inexistantes… »1. Depuis, le sommeil n’est plus « une terre inconnue ». Certains historiens se sont engagés sur la voie du sommeil en utilisant des sources variées : traités de médecine, d’éducation, de piété ou bien encore les règles monastiques ou les inventaires après décès. Pourtant, ces sources ne permettent pas à elles seules de cerner toutes les pratiques individuelles des dormeurs et de l’affirmer comme un fait social universel. Pour répondre à cet objectif, le dépouillement des archives judiciaires s’est vite imposé en complément des lettres, mémoires, journaux intimes. Si les Archives judiciaires sont fréquemment utilisées dans la perception des sociabilités nocturnes, leur exploitation pour un comportement naturel comme le sommeil, n’a jamais été pratiquée2. Il n’est alors pas besoin de rappeler que les archives judiciaires sont un des seuls moyens que connaissaient beaucoup d’individus des sociétés passées de s’exprimer et d’être entendus jusqu’à aujourd’hui. La parole du peuple est irremplaçable et elle fait parfois cruellement défaut quand il s’agit de travailler sur une pratique universelle.

2Mais les archives judiciaires ne révèlent rien sur le sommeil au premier abord et il faut donc adapter son questionnement. Bien entendu, cette méthode nouvelle sur un sujet très peu abordé nécessite de rester prudent face à la source elle-même. Les quelques lignes qui suivront tenteront donc de faire état des recherches actuelles, des orientations et des premières conclusions sur le rapport entre les habitudes de sommeil et les archives judiciaires. Il faut par ailleurs rester critique face aux paroles de ceux qui nous apprennent beaucoup mais qui peuvent nous égarer.

Justice et sommeil : définir un corpus et des limites adaptées

3Les minutes du présidial de Poitiers de 1690 à 1790 et les dossiers de procédure de la cour d’assise de 1814 à 1850 (série 2U) présentent l’avantage de donner une large place à la parole des témoins. Ces derniers, si l’on recherche convenablement, abordent fréquemment leur sommeil. Il n’est par pour autant question, pour des raisons évidentes de temps, de dépouiller tous les témoignages. La société française des xviiie et début du xixe siècles ne reconnaît pas le sommeil diurne même s’il en est pas moins présent. J’ai donc choisi de ne dépouiller que des affaires nocturnes, puisqu’un premier sondage dans les affaires diurnes a montré que sur plus d’une centaine de témoignages, seul un homme a déclaré se coucher à 9h du matin car il revenait d’une nuit de guet. Écarter les affaires diurnes ne réduit pas pour autant le champ d’action. Les affaires nocturnes demeurent quand même assez nombreuses, même s’il faut aussi définir ce qu’on appelle « affaire nocturne ». Là encore en sondant parmi de nombreuses affaires, je me suis aperçu qu’il était inutile de rechercher des personnes dormant avant 8h du soir, même en hiver, et n’étant pas levées après 8h du matin. Cette marge reste tout de même très large et nous verrons qu’en fait les affaires nocturnes sont réduites le plus souvent à une fourchette allant de 10h du soir à 5 h du matin.

4Quant à l’espace géographique choisi, il répondait d’abord à un souci de disponibilité des sources, mais ce choix s’est vite révélé judicieux. Travailler globalement sur Poitiers et sur le département de la Vienne permet de saisir les habitudes de sommeil en campagne (qui paraît plus calme) et en ville. Ville moyenne (22 000 hab. environ en 1790) au xviiie et au début du xixe siècle, Poitiers n’est pas équipée d’un éclairage public régulier, ce qui permet de capter les comportements du sommeil urbain dans la période préindustrielle. Les données auraient été différentes s’il avait été question de travailler sur une ville comme Paris qui connaît une vie nocturne particulière (voir à ce sujet l’ouvrage de Simone Delattre) et un éclairage nocturne régulier dans une grande partie de ses quartiers. En effet, l’apprivoisement d’une lumière artificielle (pour les plus pauvres) détermine de nouvelles manières de dormir.

5Durant la nuit et dans cet espace géographique, les affaires judiciaires sont nombreuses puisqu’à priori toute forme de plaintes peut offrir des renseignements. Expositions d’enfants, infanticides, vols, rixes ou bien encore meurtres, apportent indéniablement des informations sur le sommeil. Avant la création de la cour d’assise, le document le plus intéressant était l’information qui retranscrit les paroles des témoins et le témoignage de la victime. Quant à l’interrogatoire de l’accusé, il est parfois riche d’enseignement puisqu’il explique pourquoi il n’était pas couché, ou bien encore dans l’hypothèse où il serait coupable, avec quel alibi il tente de se justifier. Les dossiers de procédure de la cour d’assise après 1811 sont parfois volumineux et très riches. Les interrogatoires, les témoignages, les actes d’accusation permettent de restituer les faits et de donner la parole à de nombreux témoins. Deux éléments de la procédure sont particulièrement intéressants : l’acte d’accusation qui permet de resituer les faits et de connaître la position de la victime et de l’accusé, et les déclarations des témoins. Au contraire, les autres éléments de la procédure comme les réquisitoires ne sont pas étudiés s’ils ne permettent pas d’éclairer plus l’affaire ou les habitudes nocturnes.

Des témoins « endormis » : l’exploitation des témoignages

6Travailler sur un comportement universel comme le sommeil implique de le comprendre sur un espace temps assez long afin de déterminer soit des invariants, soit des évolutions dans les habitudes (ce qui semble plus étonnant). J’ai donc choisi de travailler sur une période allant de 1700 à 1850, sachant que les fonds sont pratiquement complets. Pour l’instant j’ai surtout effectué deux grands sondages : un entre 1700 et 1715, puis un autre de 1814 à 1840.

Quantifier le sommeil

7Il pourrait paraître hasardeux de se pencher d’une manière quantitative sur la question du sommeil. Toutefois, depuis plusieurs années, l’intimité est apparue aux yeux de nombreux historiens, comme pouvant être aussi une affaire de chiffres. Les différentes analyses des inventaires après décès ont de nombreuses fois démontré la légitimité d’une telle démarche. Néanmoins, il ne s’agit pas ici de rééditer des statistiques sur les différents types de lits accueillant le repos, mais d’établir une grille de lecture chiffrée des indications horaires qui permettent de mesurer les heures de coucher et de lever, afin de compléter les règlements qui imposent dans ce sens une « norme » et les égo-documents peu nombreux qui ne permettent pas de généraliser.

  • 3  Un autre sondage a été effectué entre les années 1815 et 1835, mais il n’est pas cité pour ne pas (...)
  • 4  Certains témoins se repèrent au soleil sans indiquer une heure précise : « une demie-heure avant s (...)
  • 5  Je dois noter tout de même que les colonnes de 8 h du soir et de 9 h du soir identifient plus des (...)

8À titre d’exemple, j’ai choisi de présenter un sondage réalisé sur les seize dernières années du règne de Louis XIV. Ces seize années (de 1700 à 1715) représentent 47 affaires et 186 témoignages3. Mais ces 186 témoignages n’ont pu être tous utilisés, certains n’étant pas assez précis4, ce qui donne un corpus utilisable de 163 déclarations (132 sur le coucher et 31 sur le lever). La première observation possible est de recenser dans un tableau, pour chaque heure, les activités des témoins. Au niveau des heures en soirée, trois témoignages reviennent fréquemment. Le déclarant est soit en train d’exécuter une activité qui le retient hors du lit, soit il indique qu’il est couché, ou enfin il déclare dormir. Ces éléments regroupés dans un tableau permettent de remarquer que les témoins qui déclarent dormir sont assez rares et que le fait pour eux de certifier qu’ils étaient couchés était certainement confondu avec l’action de dormir (figure 1). On peut donc corriger ce tableau sans prendre trop de risque pour qu’il soit plus parlant en rassemblant les témoignages des dormeurs avec ceux des individus déclarant être couchés (figure 2). Il faut alors pour analyser entièrement ces données, plutôt s’attarder quelques instants sur le rapport entre ceux qui dorment et ceux qui ne dorment pas. L’écart entre les deux données est bien plus révélateur que si elles étaient étudiées séparément. Jusqu’à 11h du soir, l’écart est toujours favorable aux noctambules. Sur ce corpus assez restreint, et qui mériterait d’être enrichi, je suis à même de penser que l’heure de coucher moyenne est comprise entre 11 h du soir et minuit. Effectivement la tendance ne s’inverse qu’à partir de minuit et l’écart à 11 h du soir (sans être aussi important que celui de 10 h) est assez représentatif5. De plus, l’absence réellement importante de procès verbaux passé minuit tend à prouver que les rues semblaient désertes et pour cause directe de repos nocturne ou de non enregistrement par les autorités civiles des débordements.

  • 6  Cette variation saisonnière est aussi applicable pour le coucher.

9L’heure du lever est sensiblement plus difficile à estimer. Elle est, contrairement au coucher, relativement dépendante du soleil. Les hommes et les femmes d’Ancien Régime se réglaient par rapport au soleil et se levaient fréquemment entre une demi-heure et une heure avant le lever du soleil. Les données du tableau ne sont pas pour autant inintéressantes (figure 3). On ne peut se fier sur les témoignages des dormeurs, mais plutôt sur ceux qui sont levés. Je peux donc penser, avec une marge d’erreur non négligeable, que les Poitevins du début du xviiie siècle se levaient entre 4 h et 5 h. Effectivement, on constate que déjà 11 personnes sont levés à 5h du matin, il ne s’agit donc pas de cas isolés. Bien entendu, pour les raisons citées au-dessus, les variations saisonnières n’entrent pas en compte, à cause du faible nombre de témoignages6. Ces témoignages peuvent aussi être étudiés selon d’autres variables que les heures de coucher et de lever en utilisant la même forme de tableau. Tout d’abord, on peut essayer de repérer des différenciations selon le sexe. Il semblerait alors que les femmes soient pratiquement toutes couchées vers 11h du soir alors que les hommes se couchent plus entre 11h et minuit. Il n’y a rien de surprenant à ça puisqu’il n’est pas rare de voir ces mêmes hommes fréquenter les cabarets alors que les femmes restent au foyer. Certaines mêmes portent plainte contre leur mari qui dépensent l’argent dans des lieux de débauche. La différence au lever est par contre moins flagrante, puisque le corpus n’est pas encore assez important. On peut aussi distinguer des différences entre l’espace urbain et rural. On remarque alors sans surprise que les habitants des campagnes se couchaient plus tôt que ceux des villes, puisqu’il y a moins d’activités déviantes. Les occupations (cabaret, jeux…) sont moins nombreuses qu’en ville, même si de nombreuses veillées étaient organisées. Dès 11h, les habitants des campagnes regagnent majoritairement leurs lits alors qu’il faut attendre près de minuit pour qu’en ville il en soit de même. L’heure du lever ne présente pas véritablement de particularité, si ce n’est que les habitants des campagnes se lèvent parfois dès 3h du matin, sans doute à cause de contraintes agricoles ou de déplacements vers des marchés éloignés.

10Un rapide bilan s’impose donc. Cette méthode présente ici une limite évidente. Pour être représentatif, le corpus doit être imposant et donc s’étaler sur la longue durée. Seize années ne suffisent pas à répondre à toutes les curiosités. Les tendances mensuelles ne peuvent apparaître ainsi dans cette étude. De la même manière, un découpage hebdomadaire aurait pu être intéressant. En effet, un regard furtif dans les procès verbaux fait apparaître que 13 affaires (sur 47) se sont produites le dimanche. À mon avis il est intéressant de se pencher sur le samedi soir, le dimanche et le lundi matin pour détecter s’il existe des particularités. L’omniprésence de ce jour chômé dans les minutes de greffes semble l’indiquer. De la même manière, il est important de regarder dans les témoignages si les couchers tardifs correspondent bien à la quotidienneté et non pas à chaque fois à des fêtes chrétiennes et populaires qui expliqueraient qu’une partie de la population regagnait son lit plus tardivement qu’à l’accoutumée.

Capter les habitudes de sommeil

  • 7  Il s’agit d’une mesure qui n’est plus applicable après la première moitié du xixe siècle en France (...)

11La parole des témoins est aussi importante pour capter des habitudes quotidiennes souvent énoncées mais rarement justifiées au regard des populations pauvres. Sans détailler toutes les pistes sur lesquelles nous orientent les archives, on peut s’attarder sur quelques exemples. Tout d’abord, les archives permettent de cerner l’apparente vulnérabilité du dormeur. En s’abandonnant aux bras de Morphée, le dormeur offre aussi son corps et ses biens à la tentation d’autrui. Les archives permettent de rentrer directement dans les peurs et les craintes lors de cette perte de connaissance quotidienne. Les histoires fantasmées ou non, puis racontées, ressurgissent au moment où le dormeur est en danger, ou croit être en danger. Dormir suppose alors d’oublier ces considérations, ce que bon nombre réussissaient à faire, éreintés par les journées de labeur. Concrètement, les légendes ou les histoires fantasmées n’étaient pas omniprésentes comme le pouvaient être les craintes envers « l’autre », celui que l’on ne connaît pas et qui nous touche pendant le sommeil. Cette notion de vulnérabilité impose aux dormeurs un certain nombre de rituels pour se protéger. Outre quelques grandes villes comme Paris, la surveillance nocturne varie souvent d’une totale inefficacité (faute de moyens et de personnels), à une quasi inexistence, comme c’est le cas dans de nombreuses campagnes. Les seules mesures régulières mises en place par les autorités se résumaient simplement à inciter les populations à dormir uniquement de nuit7, quitte à leur faire peur.

  • 8  Archives Départementales de la Vienne, G 668.
  • 9  A. D. Vienne, 2 U 1501.

12Ces simples recommandations n’empêchent donc pas les passages à l’acte, ce qui terrifie parfois certains témoins. On retrouve fréquemment ce genre de dépositions où les témoins et les victimes sont submergés par leur peur. Ils se replient alors dans une inertie qui réduit leur possibilité de réagir. Une servante, interrogée sur la tentative de vol survenue chez ses maîtres le 27 décembre 1762 sur les 11 h du soir, témoigne de cette aversion. Elle déclare : « avoir été réveillée par les violentes secousses par la grille de fer […] que les frayeurs qu’elle a ressentie de tous ces mouvements lui a fait grande impression, qu’elle n’a pas oser remuer de son lit, ni su crier soit à cause de la peur dont elle a été saisie, soit à cause du gros rhume qu’elle a, qu’après avoir resté dans cet état d’affliction et entendant toujours que l’on secouait la grille avec force elle a toussé et s’est fait entendre »8. Les peurs des revenants restent aussi tenaces. Les apparitions semblent encore effrayer durant la première moitié du xixe siècle. Ainsi Jean Demayré témoin d’une affaire de vol en janvier 1829 déclare : « J’ai entendu pendant plusieurs nuits beaucoup de bruit dans la maison du nommé Fouché et surtout pendant celle du 29 au 30 janvier dernier, ce qui m’effrayait beaucoup parce que je pensais que c’était la femme du dit Fouché morte depuis quelque temps, mais depuis le vol imputé à Tribot, j’ai bien vu que j’étais dans l’erreur, et que ce ne pouvait être que lui qui faisait ce bruit. »9

  • 10  A. D. Vienne, 2 U 1502.
  • 11  Ce fait divers est raconté dans l’ouvrage de Pierre Drachline, Le fait divers au xixe siècle, Pari (...)

13Les archives révèlent aussi les petites habitudes « sécuritaires » des dormeurs. Ils n’ont alors pas forcément recours à l’originalité pour préserver leurs biens durant le sommeil. L’important est de les conserver près de soi, dans l’espoir de se réveiller en cas de tentative de vol. Louis Siballeau, voyageant avec son domestique, s’arrête une nuit à l’hôtel de l’épée à Saumur. Transportant avec lui son argenterie, il l’enferme à clef dans l’armoire de sa chambre, puis laisse la clef sur la table de nuit qui se trouve au bord de son lit. Malheureusement pour lui, le voleur s’est emparé de la clef et du contenu de l’armoire sans qu’il s’en aperçoive. D’autres entreposent leur argenterie dans une armoire située dans la pièce principale et gardent la clef dans leur chambre. On retrouve aussi la référence au « bas de laine ». Un domestique est ainsi accusé en 1829 à Ceaux en Couhé de s’être introduit chez le sieur Touzalier pour lui dérober une somme de treize cents francs cachée dans un bas de laine qui était placé dans un placard10. D’autres préfèrent cacher leurs précieux biens au plus près d’eux, à l’intérieur même de leur lit. Le juge Benoit qui, lorsqu’il devait s’absenter un jour ou deux de Vouziers pour ses affaires, ne manquait pas de faire de chaudes recommandations avant de partir11. Connaissant de par sa fonction la criminalité nocturne, il instruisit sa femme, son fils et leur domestique Louise Feucher, des précautions à prendre pour sauvegarder le patrimoine familial. La nuit du 8 au 9 novembre 1829, en l’absence de son mari, Madame Benoit le remplace et inspecte chaque fenêtre et chaque porte avant de mettre le précieux sac d’or renfermant six mille francs sous son oreiller. En cas de tentative de vol, les voleurs devront d’abord fracturer une ouverture et d’une seconde part s’approcher au plus près de la propriétaire de la maison au risque de la réveiller. Si les dormeurs ne pouvaient pas assurer totalement leur sécurité, ils tentaient donc par ces différentes pratiques de décourager les éventuels voleurs.

  • 12  A. D. Vienne, 2 U 1504.

14On peut aussi évoquer sans les développer d’autres petites habitudes qui apparaissent mais qui ont besoin d’être confirmées avec d’autres sources. On peut ainsi avoir un aperçu du quotidien matériel. Ainsi, on s’aperçoit que les linges de nuit sont peu répandus chez les populations les plus humbles. Les dormeurs indiquent dormir soit nus, soit en chemise, cette dernière n’étant pas pour autant spécifique au sommeil. De la même manière, on s’aperçoit que le lit et la chambre continuent d’être communautaire jusque dans la première moitié du xixe siècle, surtout pour les domestiques ou les journaliers. Virginie Dinet, journalière à la fabrique de Biard, 19 ans déclare que pendant deux mois et demi elle a partagé avec sa fille la chambre avec d’autres, notamment avec la nommée élisabeth Chartre qu’elle accuse de lui avoir volé du pain12. Et parfois, nous sommes confrontés à des pratiques étonnantes : un mari qui se fâche une nuit avec sa femme alcoolique, décide d’aller dormir sur sa maie.

  • 13  Jean-Marc Berlière, « Les archives de police : des fantasmes aux mirages », dans Frédéric Chauvaud (...)

15Finalement, le recours aux archives judiciaires pour capter les habitudes de sommeil présente quand même certaines limites. Il faut tout d’abord tenter de dénouer parmi les paroles et les comportements qui en ressortent si nous sommes face à de véritables habitudes d’une communauté (poitevine, voire française) ou si nous sommes face à des comportements individuels et exceptionnels. Ce dernier cas n’est pas dénué d’intérêt, mais il sera traité autrement et il faudra essayer d’en découvrir les logiques. Il ne faut pas non plus vouloir rechercher des habitudes qui ne sont pas évoquées dans les archives judiciaires. Il est par exemple très rare d’entendre des témoignages évoquant des prières au lever ou au coucher, alors que les témoins détaillent d’autres activités qui n’ont pas forcément plus d’intérêt pour l’affaire criminelle. Il ne faut donc pas voir dans cette absence une forte baisse de la piété individuelle. Les archives judiciaires ne peuvent pas à elles seules permettre de le déduire. Enfin, une des dernières limites des archives judiciaires a été très justement mise en lumière par Jean-Marc Berliere qui évoquait avec raison que les archives de police comportaient beaucoup d’affabulations, de calomnies, de détails vrais ou inventés se rapportant au domaine de l’intimité ou de la vie privée13. Il faut donc être très prudent même si certains détails qui ont trait au sommeil ne comportent pas de véritable enjeu. Pour un témoin qui n’a rien entendu quel serait son intérêt de dire qu’il s’est couché à 11h du soir au lieu d’une autre heure ou qu’il dormait naturellement au moment des faits ?

Les archives judiciaires pour appréhender le sommeil segmenté

  • 14  Roger Ekirch, At Day’s close. Night in Times Past, New York, W.W. Norton & Company, 2005, p. 300.
  • 15  Roger Ekirch, “Sleep We Have Lost…”, op. cit.,p. 365.
  • 16  Roger Ekirch s’appuie sur les études menées en 1969 chez les Tiv au centre du Nigeria ou bien enco (...)
  • 17  A. D. Vienne, G 652.
  • 18  A. D. Vienne, 2 U 547.

16Enfin, les archives judiciaires me permettent de comprendre un comportement particulier des dormeurs des sociétés préindustrielles. Elles vont m’aider à réétudier une thèse émise par un historien américain Roger Ekirch au début des années 2000. Selon lui il aurait existé un « sommeil segmenté ». S’appuyant sur des témoignages et sur des traités de médecine, Roger Ekirch tend à démontrer que le sommeil nocturne des sociétés d’Europe Occidentale jusqu’à la Révolution Industrielle, était composé de deux longs moments de sommeil et entre ceux-ci une période de veille pouvant aller jusqu’à une heure ou plus14. Les deux phases de « premier et de second sommeil » avaient la même durée et les dormeurs se réveillaient généralement vers minuit. Bien entendu, tous les individus n’avaient pas exactement le même rythme de sommeil : certains ne se réveillaient après leur premier sommeil que pour finalement se rendormir, alors que d’autres, qui se couchaient aux alentours de minuit, ne se réveillaient généralement pas avant l’aube15. Ce « sommeil segmenté » aurait alors disparu avec la Révolution Industrielle, qui a étendu la lumière artificielle à un plus grand nombre16. Le dernier facteur qui reste à prendre en compte c’est que ce sommeil segmenté ne semblait pas toucher les populations aisées qui s’étaient accoutumées d’un peu de lumière artificielle. Sans conteste, Roger Ekirch utilise des sources très riches comme les livres de piété, l’iconographie, les traités de médecine pour étayer sa thèse. Néanmoins il semble délaisser les archives judiciaires qui peuvent permettre de nuancer certaines de ses conclusions. Les premières recherches effectuées accréditent bien l’existence chez les poitevins de cette notion de « premier sommeil » et de personnes éveillées en plein de milieu de la nuit. Le 12 septembre 1699, Jean Cardin, citadin de Poitiers, se lève sur les 1h à 2h du matin pour « gaster de l’eau »17. Il est alors à la fenêtre de sa chambre quand il aperçoit un homme déguisé avec un grand chapeau, entrer dans la maison du dit Boutin. Pierre Patreau, témoin d’un infanticide en 1823, est quant à lui réveillé pour aller vérifier ses bêtes vers 1 h du matin. Dans la même affaire, Elisabeth Ridon, veuve de Thomas pinçon 61 ans demeurant à Verrières déclare s’être réveillée « suivant ma coutume dans le cours de cette nuit, mais je ne sais à quelle heure et n’est nullement entendu du bruit cette nuit »18. De la même manière nous avons de nombreux témoignages évoquant un « premier sommeil » durant lequel il est plus difficile de se réveiller. Jeanne Verron, proche voisine d’Anne Berthelot assassinée dans la nuit du 17 au 18 septembre 1820 déclare :

  • 19  A. D. Vienne, 2 U 542.

La veille de la nuit où la femme Berthelot paraît avoir été tuée par son mari, elle avait, ainsi que son mari, passé la soirée avec nous dans la cour, lorsque je me suis retirée pour me coucher, ni le mari ni la femme ne l’étaient encore, et j’entendais même de chez moi la femme causer. Il faut qu’il l’ait tuée dans le premier sommeil, car je n’ai rien entendu. D’assez bon matin, j’ai bien entendu marcher dans sa chambre et je croyais que c’était elle qui se levait.19

17Jean Lunet cabaretier, demeurant à Loudun, accusé d’avoir tué sa femme, témoigne lui aussi de ce « premier sommeil » : « le jeudi sur les huit à neuf heures nous nous couchâmes comme à l’ordinaire, je m’endormis de faite et dans mon premier sommeil je me réveillais en sursaut voyant la chandelle allumée ». Les témoignages de personnes naturellement éveillées en pleine nuit ne manquent pas, comme ceux évoquant le « premier sommeil ». Néanmoins dans ce dernier cas, je n’ai retrouvé que des déclarations postérieures à 1800. Il est donc nécessaire de continuer les recherches au xviiie siècle afin d’essayer de comprendre si cette notion de premier et second sommeil était vraiment une habitude de sommeil des plus pauvres. Son absence dans les archives ne voudra pas non plus dire que Roger Ekirch a réalisé de mauvaises conclusions, il faudra alors essayer de comprendre pourquoi cette notion n’apparaît pas.

18Quoi qu’il en soit, cette réflexion sur les rythmes du sommeil permet de relancer un débat parfois figé sur les pratiques du sommeil. Il n’est plus question d’étudier séparément les dormeurs et les non-dormeurs. Au contraire de ce que l’on a pu penser pendant longtemps, ces deux groupes connaissaient bien les mêmes habitudes de sommeil. Il faut alors rester prudent lorsque l’on parle d’individus « déviants » pour définir des personnes éveillées en plein milieu de la nuit. Il faut le réserver aux seuls insomniaques ou noctambules qui font de la nuit le jour et indiscutablement les archives judiciaires permettent de redonner vie au sommeil des sociétés passées. On aurait tort de s’en passer.

Annexes

Figure 1 : Indications de l’ensemble des témoins sur leur emploi du temps nocturne

                          

  8h

  9h

 10h

  11h

  Minuit

 1h du matin

2h du matin

Ne dorment pas

  12

  31

   28

    8

    2

Sont couchés

   2

   8

   5

   17

    9

Dorment

   

   1

   3

    3

     

     3

Figure 2 : Indications de l’ensemble des témoins sur l’heure du coucher

 8h

  9h

 10h

  11h

 Minuit

1h du matin

2h du matin

Ne dorment

Pas

  12

  31

   28

    8

    2

Dorment ou

sont couchés

  2

   8

   6

   20

    12

     3

Figure 3 : Indications de l’ensemble des témoins sur leur emploi du temps matinal

 3h du mat.

4h du mat.

5h du mat.

6h du mat.

7h du mat.

8h du mat.

Dorment ou

sont dans leur lit

   1

    1

Sont levés

    1

    4

    6

    7

    8

    3

Haut de page

Notes

1  Guy Thuillier, L’imaginaire quotidien au xixe siècle, Paris, Economica, 1985, p. 83.

2  Les Archives judiciaires ont par contre été exploitées dans le but de comprendre certaines pratiques oniriques comme par exemple Michel Porret, L’homme aux pensées nocturnes. Pierre Frémont, libraire à Genève au siècle des Lumières, Genève, éditions Métropolis, 2001.

3  Un autre sondage a été effectué entre les années 1815 et 1835, mais il n’est pas cité pour ne pas alourdir cet article dans la mesure où il arrive aux mêmes conclusions que celui présenté.

4  Certains témoins se repèrent au soleil sans indiquer une heure précise : « une demie-heure avant soleil levé » par exemple.

5  Je dois noter tout de même que les colonnes de 8 h du soir et de 9 h du soir identifient plus des exceptions que des habitudes. Les affaires se déroulant à ces heures sont nombreuses, et je ne les ai pris en compte que lorsqu’un témoin au moins était dans une phase de sommeil. Il est évident que si toutes les affaires qui ne portent aucune mention de sommeil avaient été relevées, le rapport aurait été bien plus important et inutile.

6  Cette variation saisonnière est aussi applicable pour le coucher.

7  Il s’agit d’une mesure qui n’est plus applicable après la première moitié du xixe siècle en France, puisque la Révolution Industrielle va développer des horaires différents, notamment du travail de nuit qui jusque là n’était réservé qu’à certaines professions bien définies (boulanger par exemple).

8  Archives Départementales de la Vienne, G 668.

9  A. D. Vienne, 2 U 1501.

10  A. D. Vienne, 2 U 1502.

11  Ce fait divers est raconté dans l’ouvrage de Pierre Drachline, Le fait divers au xixe siècle, Paris, Hermé, 1991, p. 117-124.

12  A. D. Vienne, 2 U 1504.

13  Jean-Marc Berlière, « Les archives de police : des fantasmes aux mirages », dans Frédéric Chauvaud, Jacques-Guy Petit, L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939), Paris, Honoré Champion éditeur, 1998, p. 301.

14  Roger Ekirch, At Day’s close. Night in Times Past, New York, W.W. Norton & Company, 2005, p. 300.

15  Roger Ekirch, “Sleep We Have Lost…”, op. cit.,p. 365.

16  Roger Ekirch s’appuie sur les études menées en 1969 chez les Tiv au centre du Nigeria ou bien encore sur les expériences du Docteur T. Wehr qui s’est rendu compte que les sujets humains, privés de lumière artificielle quand il faisait nuit, et sur une période de plusieurs semaines, finissaient par afficher un rythme de sommeil tronqué identique à celui observé dans les foyers pré-industriels. Pour le détail des expériences, voir Roger Ekirch, ibid. p. 367.

17  A. D. Vienne, G 652.

18  A. D. Vienne, 2 U 547.

19  A. D. Vienne, 2 U 542.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garnier, « Le recours aux archives judiciaires pour étudier les habitudes de sommeil », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 05 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/1554 ; DOI : 10.4000/acrh.1554

Haut de page

Auteur

Guillaume Garnier

Guillaume Garnier est Professeur certifié d’histoire-géographie au lycée Jean Moulin de Montmorillon (86) et doctorant des universités de Poitiers et Genève sous la codirection de Frédéric Chauvaud (Professeur d’histoire contemporaine à Poitiers) et Michel Porret (Professeur d’histoire moderne à Genève). Sujet de thèse : « L’oubli des peines ». Dormir et rêver de 1700 à 1850 : pratiques, perceptions et conflits.
Quelques thèmes de recherches : histoire des sensibilités et de l’intimité, les songes dans la littérature des XVIIIe et xixe siècles, histoire de la justice, histoire de la médecine (traités médicaux des xviiie et xixe siècles)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org