Navigation – Plan du site
III. Liens, autorités, modes de résolution des conflits

Les demandes d'enfermement dans la généralité de Rouen au xviiie siècle : le récit de vie comme objet d'Histoire

Élise Chopin-Tufel

Résumés

Á travers quelques exemples normands de la seconde moitié du xviiie siècle, cet article analyse la construction des dossiers de demandes d’enfermement et les raisons qui poussent les familles à demander des ordres du roi pour enfermer l’un des leurs. Ces documents présentent des particularités (manque de spontanéité, fragmentation des récits narratifs) qui doivent être prises en compte dans leur étude. Ils sont cependant d’une grande richesse pour aborder les réseaux sociaux, les normes et transgressions dans la société normande prérévolutionnaire. Le concept d’identité narrative développé par Paul Ricœur enrichit l’étude de ces sources. Á travers la narration, les justiciables normands mobilisent en effet différentes identités qui renseignent sur les rapports qu’ils entretiennent avec le politique.

Haut de page

Texte intégral

Sac à procèsAfficher l’image
Crédits : Jean-Luc Thieffry / Musée 510
  • 1 Claude Quetel, De par le Roy, essai sur les lettres de cachet, Toulouse, Privat, 1981.
  • 2 Arlette Farge, Michel Foucault, Le désordre des familles, lettres de cachet des archives de la Bast (...)
  • 3 Marie-Noëlle Savornin, Les lettres de cachet pour affaires de famille à Paris au xviiie siècle, thè (...)
  • 4 Série C, cotes C14-C56.

1Les études des demandes d'enfermement par lettre de cachet menées par Claude Quetel1, Arlette Farge et Michel Foucault2, et plus récemment par Marie-Noëlle Savornin3, ont mis en évidence le rôle des familles dans l'utilisation de la lettre de cachet et souligné l'importance du lieutenant de police de Paris dans cette procédure. Nous étudions, ici, des textes normands, classés dans le fonds de l'intendance4 des Archives Départementales de Seine-Maritime. Rédigés entre 1731 et 1790 ces documents concernent des justiciables, dont certains sont ruraux, tous éloignés du centre du pouvoir royal. Nous nous intéressons plus précisément aux stratégies employées par les demandeurs pour arriver à leurs fins, qu'il s'agisse d'enfermer l'un des leurs ou d'obtenir une révocation des ordres. La procédure menée par les familles est quelque peu différente de celle connue des Parisiens. En province, c’est l’intendant et non le lieutenant de police qui joue un rôle clé. Les placets sont en effet adressés par les familles au ministre en charge de la province, puis celui-ci demande à l’intendant de procéder à des éclaircissements. Ce dernier délègue les enquêtes à ses subdélégués lorsque l’affaire est éloignée de Rouen et rédige ensuite un avis qu’il transmet au ministre. C’est en fonction de cet avis (dans la grande majorité des cas, le ministre entérine l’avis de l’intendant) que les ordres du roi sont envoyés ou non. Les familles sont donc amenées à expliquer plusieurs fois leur histoire et les motifs de leur demande. Le fonds que nous étudions contient ainsi des placets, des éclaircissements et des lettres à l’intendant ou à l’un de ses subdélégués.

Raconter sa vie : les enjeux du récit

2La demande faite au roi n’est pas un acte anodin, décidé sur un coup de tête. Son acceptation par le monarque est lourde de conséquences pour les familles. Conséquences financières, d’abord, puisque la pension de l’enfermé est payée par les familles (de 150 livres pour Bicêtre à plus de 450 livres pour St-Yon, une maison rouennaise). Conséquences sociales et familiales ensuite, puisque l’enfermement retranche un individu de la société, de sa famille. Mais, ces enfermements étant rarement à perpétuité, se pose pour les familles la question du retour de l’enfermé au sein de la maison, du village, moment critique où se redéfinissent pour chacun des protagonistes les liens affectifs et sociaux.

  • 5  Archives Départementales de Seine-Maritime, C14, Rouen.

3Les demandes d’enfermement normandes résultent ainsi d’un cheminement, parfois long de plusieurs années. Deux grands types de motivations animent les familles. Chacune d’entre elles obéit à une temporalité différente. La première concerne des situations pour lesquelles il est nécessaire d’agir très rapidement : soustraire un enfant ou un mari à ses créanciers, faire échapper un fils ou une femme à des condamnations flétrissantes, empêcher un mariage disproportionné. Dans leur grande majorité, ces demandes d’urgence concernent de jeunes adultes. La fille Aubry5, par exemple

[...] a été arrêtée et conduite dans le couvent ou elle est a présent sur une lettre de cachet ; la vie scandaleuse quelle a menée, y a donné lieu, puisqu'elle est accouchée d'un enfant dont son beaufrère a esté accusé d’estre le père et cela dans la paroisse de Quevremont sur la route de Neufchâtel et que c'était pour éviter les suites que voulait en faire les procureurs du roy et aussi pour oster a une famille une pareille confusion [...]

note le subdélégué de Neufchatel, que les ordres ont été demandés en 1735. Le second type concerne davantage des comportements « déviants » qui à la longue sont devenus insupportables pour les proches ou la communauté : il faut plusieurs années pour se décider à enfermer le conjoint qui boit, qui est violent, la femme ou les enfants débauchés… L’enfermement est alors l’ultime recours, celui qui vient après l’échec de tous les autres.

  • 6  A. D. Seine-Maritime, C14, Rouen.

4La demande de Cambon6, prévôt général de la Compagnie des Cavaliers de la ville de Rouen, écrite pour le compte du Brigadier Aubert en 1764 en est une illustration :

Monseigneur,
C'est à l'extrémité que je prends la liberté de réclamer votre autorité et vous supplie de vouloir bien accorder un ordre du roy pour faire enfermer la nommée Marie Petit femme du Sr Aubert Brigadier de ma compagnie à la résidence de cette ville, à la plus modique pension que faire ce pourra. Son mari étant chargé d'une très nombreuse famille. Cette femme étant adroite et en état de travailler au profit de la maison ; ce qui rend sa conduite d'autant plus criminelle. J'aurais même à me reprocher d'avoir langui si long tems à le faire, si je n'avais compté sur un repentir et une conversion toujours promise, mais jamais exécutée. Cette misérable femme devient d'autant plus dangereuse dans la société, c'est qu'elle élève ses enfants dans la rapine et l'escroquerie.

5Les situations de crise sont expliquées, parfois avec beaucoup de détails, dans les requêtes, et font apparaître au grand jour la voix de ceux qui jusque là s’étaient tus, souvent par peur du scandale, comme le montre l’extrait précédent. Cette prise de parole n’est pas spontanée. La demande qui est faite et l’écrit qui la transmet sont des actes posés et réfléchis. Les mots sont là pour transmettre, avec pudeur, avec colère, un acte fort. Ce sont ces mots, utilisés pour dire les maux, cette prise de parole que nous étudions.

Passés (re)composés

  • 7  élise Chopin-Tufel, « L'avocat et son client. Les enjeux du récit à travers quelques mémoires norm (...)

6Il convient de revenir brièvement sur la nature de ces documents à travers leur processus d’élaboration. En effet, ces sources n’échappent pas à la critique. La grande majorité d’entre elles sont des récits à quatre mains. Il est évident que l’écriture des signatures, parfois une simple croix, n’est pas celle du placet. Les familles font appel à des intermédiaires qui rédigent le placet (un écrivain public, un proche plus instruit…) pour elles. Dans ce cas, le passage de l’oral à l’écrit doit être pris en compte car la prise de parole que nous étudions est une parole rapportée. On peut cependant supposer que l’écriture se fait en commun comme dans la rédaction des factums7. Les demandeurs exposent leur requête, celle-ci est mise par écrit puis signée. Les signatures des parents « tant paternels que maternels » sont d’ailleurs indispensables. Elles garantissent la validité des placets et leur reconnaissance par l’administration royale. Elle confère également, dans le cadre de notre étude, une légitimité à la parole rapportée. Des éléments biographiques, voir autobiographiques, sont repérables dans ces récits. Après les formules d’annonces traditionnelles, l’évocation des faits et du quotidien par les familles laisse entendre, malgré l’intermédiaire qui rédige, la colère, le désarroi, la peur des familles ou de l’enfermé(e).

7Les éclaircissements, quant à eux, nécessitent la prise en compte d’un filtre de lecture supplémentaire. Il y a dans un premier temps la transcription par écrit de l’entretien entre la famille ou les témoins, et le subdélégué. Puis, la relecture par l’intendant des éclaircissements fournis par le subdélégué, conduit à une réécriture des faits par le premier. Souvent, il se contente de reprendre le rapport (parfois mot pour mot) de son subalterne. Parfois, il ajoute des détails glanés dans son jeu de relations.

8La parole que nous étudions, que ce soit celle des placets ou celle des éclaircissements, manque donc de spontanéité et surtout de continuité. C’est une parole rapportée et fractionnée qui se présente le plus souvent sous la forme de fragments. Son étude doit donc donner lieu à un travail de contextualisation. Ces fragments offrent cependant à l’historien des récits de vie, et par delà, des itinéraires biographiques à recomposer.

  • 8  Maurice Daumas, L’affaire d’Esclans, les conflits familiaux au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1988.
  • 9  Sarah Maza, Vie privée, vie publique, les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, (...)
  • 10  A. D. Seine-Maritime, C14, Rouen.

9Ces textes sont rédigés dans le but de convaincre et présentent certaines analogies avec les factums étudiés par Maurice Daumas8 ou Sarah Maza9. Les éclaircissements fournis par l’intendant et ses subdélégués montrent que les placets des familles ont, comme les factums, leur part d’ombre : nombre d’entre eux ont des lacunes, des omissions, des événements d’une gravité toute relative et l’enquête souvent consciencieuse de l’intendant démasque parfois les intentions de familles peu scrupuleuses. Ces silences sont souvent révélés lorsque l’individu enfermé demande la révocation des ordres. Les raisons de l’enfermement sont alors ravivées par les familles, qui révèlent à cette occasion de nouveaux détails ou de nouveaux faits. Voici ce qu’écrit par exemple Mme Danfreville10 à propos de son fils enfermé depuis 12 ans :

Monsieur, jalouse de l’honneur d’une famille qui a celui de vous apartenir vous avés bien voulu dans le temps demander et obtenir une lettre de cachet pour mon fils depuis quil est dans cette maison de force, par des plaintes ou des mémoires il a tenté bien des fois toujours inutilement de la faire revoquer, jusqua ce jour je ne vous avais point importuné a cette occasion, mais depuis peü il a trouvé le moÿen de faire parvenir un mémoire a monsieur de vergennes qui a le departement de notre province […]
Ce mémoire se reduit a prouver que le seul motif de sa détention était un mariage mal assorti quil avait envie de faire que la fille étant morte il ni avait plus de juste pretexte pour le retenir il est bien vrai que cette fille est morte mais hélas monsieur si ce fut alors la seule raison qui fut donnée comme suffisante il en existait malheureusement plusieurs autres qui ne furent pas détaillés la mort subite et etonante de mon mari rendit mon fils maître de sa fortune et de sa liberté il ne fit pas un meilleur usage de l’un que de l’autre en dissipations et en débauches il a en peu de temps consommé son bien ne sachant plus comment subsister il ce mit a distribuer des petits paquets a la manière des charlatans et cetait le métier qu’il faisait à angers la première fois quil fut arreté par les supérieurs de la maison ou il est lui ayant donne un peu de liberté il sest mis à faire les commissions des autres pensionaire et en tirait de l’argent et avant cela il rendait dans l’intérieur de la maison les services les plus bas moyen en de tres modiques sommes. La bassesse de ses sentiments et la depravation de son coeur me font trembler si on remettait en liberté un pareil sujet apreciés monsieur ce quil en coute a une mère pour faire de pareils aveux et vous seres convaincu monsieur que la verite seule cause mes trop justes inquiétudes et marache une partie des regrets dont lautre doit toujours rester dans un profond silence.

10Cette lettre d’une mère à l’intendant illustre, à elle seule, l’intention de ces écrits et les précautions nécessaires à leur lecture. Les particuliers qui s’adressent au roi pour obtenir l’enfermement de l’un des leurs, choisissent délibérément des moments de vie, des faits, certains aspects seulement de la personnalité de tel ou tel.

11L’étude de ces textes, dont certains sont des récits, doit nécessairement prendre en compte les débats épistémologiques qui ont traversé le champ historique ces dernières décennies. Pourtant, nous réfutons l’idée que ces textes soient seulement des discours, et des discours dénués de réalité. Derrière les mots et les situations évoquées, les stéréotypes, se cachent des drames individuels et des événements singuliers qui ont un jour suffisamment fait sens pour que des individus choisissent de les révéler. Reconnaître leur part de subjectivité ne revient pas à dénier leur part de richesse pour la recherche historique. Au contraire, ces documents ont été élaborés dans un contexte précis, qu’il convient d’étudier, et qu’ils éclairent. Mais, même construits et travaillés, ils sont une source susceptible de révéler des éléments du cadre mental quotidien de la Normandie prérévolutionnaire. Ils indiquent ce qui est toléré, tolérable et intolérable par la société de l’époque. En d’autres termes, l’étude approfondie de ces textes peut conduire à une étude des transgressions.

  • 11  Keith Michael Baker, Roger Chartier, « Dialogue sur l'espace public »,Politix, Année 1994, Numéro  (...)

12Par ailleurs, l’étude de ces stratégies discursives nécessite de clarifier les liens avec le courant du linguistic turn. Roger Chartier11 écrivait en 1994 : « Les disponibilités de langage ou les maniements possibles de concepts me paraissent, en effet, renvoyer pour chaque individu à ce qui est socialement constitutif de lui-même, à des propriétés sociales qui, pour n'être visibles sans doute qu'à partir du moment où elles sont discursivement constituées, sont néanmoins des positions sociales objectives : position dans le monde social, position dans un champ donné, capital économique ou symbolique, etc. ». Nous partageons ce point de vue, et c’est précisément dans cette direction que nous travaillons.

Questions d’identité : normes, transgressions et réseaux sociaux

13Travailler sur les placets et les éclaircissements permet d’appréhender nombre de thèmes en relation avec la vie quotidienne des individus. Nous n’en aborderons ici que quelques-uns.

  • 12 A. D. Seine-Maritime, C20, Rouen.

14à travers le conflit et les attitudes qui l’entourent, il est, tout d’abord, possible de sérier les réactions de l’entourage (famille, voisins, notables) et d’appréhender les formes de sociabilité : les requêtes des familles et les éclaircissements de l’intendant ou du subdélégué permettent de reconstituer des réseaux sociaux. Dans la grande majorité des cas, le récit évoque le conflit lui-même et ses conséquences immédiates pour les familles. Mais le demandeur qui retrace les mois de conflits, les événements, révèle aussi toute une sociabilité quotidienne et les réseaux auxquels il a fait appel avant d’en venir à cette demande d’enfermement. Voici un exemple rouennais, daté de 176912 (la famille s’adresse à Bertin, ministre et secrétaire d’état) :

Les parents tant paternels que maternels du nommé Jean Baptiste Carlet, maitre vinaigrier à Rouen osent implorer votre commisération, et vous supplier, Monseigneur, de leur procurer un ordre du roi, en vertu duquel ils puissent faire enfermer dans une maison de force, un parent qui par sa mauvaise conduite leur cause les plus vives allarmes.
Né sans biens et sans talents, Carlet a toujours mené la vie la plus oisive et la plus dissipée ; il s’est enrollé à différentes reprises, il a déserté plusieurs fois, sa malheureuse famille s’est épuisée pour le racheter. Elle lui a procuré ensuite un emploi dans les fermes, il a été révoqué. De retour à Rouen, sans autre ressources que le produit de son état de maitre vinaigrier exercé par sa femme et à peine suffisant pour procurer à cette malheureuse et à une fille sortie de ce mariage la plus étroite subsistance, il a continué ses premiers déportements. Toujours absent de sa maison, vivant dans les cabarets, fréquentant des gens mal famés, s’absentant souvent de la ville sans qu’on sut où il allait, il vient de finir par être arrêté dans son domicile, et constitué prisonnier par les ordres de M. le procureur général.
Telles sont Monseigneur, les causes des mortelles alarmes des suppliants. Leur fortune est au dessous de la médiocre mais l’honneur ne leur en est pas moins cher ; ils craignent de se le voir ravir par un mauvais sujet auquel les liens du sang les attachent. Ils ignorent le sujet de sa détention, mais le magistrat dont elle est l’ouvrage est trop équitable pour que ce ne soit pas par l’effet de quelque faute majeure, dont la découverte les couvrirait d’opprobre. Ils sentent la misère, mais Monseigneur, ils sentiraient l’infamie d’une manière bien plus vive et bien plus cruelle : c’est ce qui les détermine à sacrifier une part de leur nécessaire au payement de la pension dudit Carlet dans une maison de force s’il ne plaist à sa majesté de les en dispenser […]

15Á travers le cadre formel de ce texte, apparaît le quotidien du petit monde de l’échoppe (une vie faite de travail et d’économies, des revenus modestes mais cependant suffisants pour racheter les engagements de Carlet), et surtout le primat fondamental des solidarités familiales.

16D’autre part, l’étude des motifs, des événements déclencheurs (ou ressentis comme tels) et de la gradation opérée dans la hiérarchie des actes jugés déviants, permet de reconstituer des parcours individuels dans leur environnement culturel. L’individu qui écrit au roi retrace des événements marquants, en tout cas ceux qu’il reconnaît comme tels, reconstitue un ordre chronologique et termine souvent par l’évocation des derniers événements, tellement intolérables qu’ils ont déclenché la demande d’enfermement. Il est possible de travailler à partir des histoires de vie évoquées. Par un jeu de miroir, le discours sur l'autre et ses transgressions place l'auteur du placet du côté de la norme. Il est donc possible d'appréhender les normes, les valeurs et les transgressions telles qu'elles sont vécues dans la société normande prérévolutionnaire. Comme le montre l’extrait précédent, il est souvent question d’honneur dans les placets des familles mais ses formes sont multiples et différentes selon le groupe social auquel il est fait référence. Ces requêtes permettent d’accéder aux représentations des groupes sociaux et de définir avec plus de précision ce que cette notion d’honneur, pour le moins vague, peut signifier pour eux. Dans le cas présent, plusieurs remarques peuvent être faites. La transgression qui entraîne la perte de l’honneur n’est pas exactement liée à la publicité des actes. En effet, les absences, les longs moments au cabaret, les mauvaises fréquentations sont des actes publics et la famille, même si elle ne les cautionne pas, ne les punit pas par une demande d’enfermement. En revanche, l’arrestation et le procès qui s’en suit, peut-être parce qu’ils sanctionnent par écrit la faute et peuvent entrainer des peines infamantes, sont redoutés par la famille. Définir plus précisément ce qu’est l’honneur, les motifs qui entrainent sa perte, l’évolution de cette notion, de sa perception tant par les justiciables que par les autorités est une piste de recherche intéressante.

17Étudier les manières de dire l'honneur, le déshonneur, mais aussi la place de chacun dans la famille, le village ou le quartier, la folie ou la violence, permet d’approcher à la fois le vécu et les représentations de l’espace social. Les portraits des personnages, les réseaux de sociabilité qu’ils ont été amenés à activer autour d’une affaire, l’exposé des valeurs et normes qui sont le point d’ancrage des groupes sociaux, permettent de dessiner « une cartographie morale » de la société d’Ancien Régime, avec aussi ses marges où la transgression précipite certains individus.

  • 13  A. D. Seine-Maritime, C18, Rouen.

18Enfin, dans les placets qu’ils écrivent ou font écrire, les individus mettent en scène leur quotidien et se mettent en scène. Le chevalier de Bougard13 dont la famille demande l’enfermement pour qu’il échappe à la justice ordinaire (il est accusé d’une tentative d’assassinat) écrit :

Monseigneur,
Ce qui distingue l’affaire en question de toutes celles qui ont jamais existé, c’est le soin avec lequel on évite de vouloir me confronter à ceux qui en sont les moteurs secrets. Je veux dire au S. de Rocquigny, au lieutenant, au procureur fiscal du bailliage d’Eu et à quelques autres encore de leurs complices. Voilà un an entier que je ne décesse de demander cette grâce au M. le garde des Sceaux et à M. le procureur général mais en vain. Cependant, il est de toute impossibilité de connaitre la vérité autrement, et si votre grandeur connaissait le fonds de cette intrigue et les personnes auxquelles j’ai affaire il en serait convaincu. D’ailleurs, il y a une infinité de choses que je ne puis écrire, ou du moins qui paraitrait des fables, si je n’étais présent pour en faire la preuve, vu combien elles sont graves et extraordinaires.

Si votre grandeur veut se former une idée juste de cette intrigue criminelle formée contre moy, qu’elle se rappelle l’histoire de Cromwell. Il semble que celle-ci ait été calquée dessus. Le dit Rocquigny joue le rôle de cet usurpateur, dont ses camarades lui ont donné le nom dès son enfance a cause de son hypocrisie naturelle. Le bailliage d’Eu joue celui du Parlement d’Angleterre et moy celui du roy qu’ils ont fait mourir.

  • 14  Paul Ricœur, Temps et récit, tome 3, Le Temps raconté, Paris, éditions du Seuil, 1985, p. 442-443.

19L'étude de ces jeux de rôles, des stratégies discursives adoptées par les demandeurs, amène de fait à s'interroger sur les représentations des justiciables normands au xviiie siècle. Derrière les stéréotypes utilisés, et souvent reprochés aux archives judiciaires, se cachent des galeries de portraits individuels qui permettent à ces justiciables d'exister, ou de faire exister l'autre, face à la justice royale. Le concept d'identité narrative développée par Paul Ricœur14 fournit des éléments de réflexion intéressants pour l'analyse de ces écrits.

Dire l'identité d'un individu ou d'une communauté, c'est répondre à la question : qui a fait telle action ? Qui en est l'agent, l'auteur ? […] Qu'est-ce qui justifie qu'on tienne le sujet de l'action, ainsi désigné par son nom, pour le même tout au long d'une vie qui s'étire de la naissance à la mort ? La réponse ne peut être que narrative. Répondre à la question « qui ? » [...] c'est raconter l'histoire d'une vie. L'histoire racontée dit le qui de l'action. L'identité du qui n'est donc elle-même qu'une identité narrative.

20L'identité telle qu'elle est définie par Ricœur est donc avant tout le récit qu'une personne fait de sa vie. La mise en forme du récit est le corollaire de la construction de son identité. Cette identité rassemble des éléments ayant trait à l'ipséité (c'est-à-dire au soi, en tant que je distancié). Elle se caractérise également par la confrontation à l'altérité. Dans le fait de raconter, il y a intervention de l'autre : intervention de l'auteur qui se lit et s'imagine lu. Ce concept nous paraît particulièrement important à utiliser dans le cadre de récits destinés aux représentants de l’autorité monarchique, fondamentalement différents, culturellement et socialement, du milieu des demandeurs. Á travers la narration, quelle identité revendique-t-on face au roi, face à ces représentants ? Quels sont les moments choisis et comment le récit est-il adapté, remanié en fonction des réponses de l’institution ? Ces textes renseignent peut-être aussi sur les rapports qu'entretiennent ces justiciables avec le politique, et plus particulièrement avec l'arbitraire du pouvoir royal, dénoncé par certains, mais auquel les familles normandes ont de plus en plus recours dans la seconde moitié du xviiie siècle.

21Nous reviendrons, en conclusion, sur une des difficultés de cette enquête. D’une part, les textes doivent être étudiés individuellement. Chaque récit, malgré quelques codes formels, est singulier et chacun exprime sa demande avec une retenue, des expressions, des mots différents. Mais, d’autre part, il est aussi nécessaire de les étudier dans leur globalité afin d’en faire ressortir les points communs. Nous nous interrogeons ainsi sur l'opportunité du recours à la lexicographie, dans la mesure où notre étude est tributaire du vocabulaire mobilisé par les justiciables. Cet outil, pourrait faire ressortir les stéréotypes de langage, la fréquence de certains champs lexicaux et affiner ce qui, traditionnellement, se fait de manière intuitive et empirique.

22Les demandes d’enfermement recèlent des récits de vie ou des « moments d’itinéraires biographiques » dont nous avons tenté de montrer, ici, qu’ils sont des objets historiques. Si l’étude du fond apporte des éléments de réflexion sur les normes, les valeurs, celle de la forme (les stratégies discursives notamment) donne également des indices sur les représentations qui constituent l’univers mental et social des Normands. L’écrit au roi est aussi un écrit sur soi et compte tenu des différents problèmes soulevés par leur lecture, ces récits renseignent autant sur la place que les justiciables s’attribuent dans la société que sur le rapport qu’ils entretiennent avec le pouvoir.

Haut de page

Notes

1 Claude Quetel, De par le Roy, essai sur les lettres de cachet, Toulouse, Privat, 1981.

2 Arlette Farge, Michel Foucault, Le désordre des familles, lettres de cachet des archives de la Bastille, Paris, Gallimard Julliard, coll. Archives, 1982.

3 Marie-Noëlle Savornin, Les lettres de cachet pour affaires de famille à Paris au xviiie siècle, thèse EHESS, 2002.

4 Série C, cotes C14-C56.

5  Archives Départementales de Seine-Maritime, C14, Rouen.

6  A. D. Seine-Maritime, C14, Rouen.

7  élise Chopin-Tufel, « L'avocat et son client. Les enjeux du récit à travers quelques mémoires normands », dans Justice et gens de justice en Normandie, Actes du 41e Congrès organisé par la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Louviers, 2007, p. 287-294.

8  Maurice Daumas, L’affaire d’Esclans, les conflits familiaux au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1988.

9  Sarah Maza, Vie privée, vie publique, les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997.

10  A. D. Seine-Maritime, C14, Rouen.

11  Keith Michael Baker, Roger Chartier, « Dialogue sur l'espace public »,Politix, Année 1994, Numéro 26, p. 9.

12 A. D. Seine-Maritime, C20, Rouen.

13  A. D. Seine-Maritime, C18, Rouen.

14  Paul Ricœur, Temps et récit, tome 3, Le Temps raconté, Paris, éditions du Seuil, 1985, p. 442-443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Chopin-Tufel, « Les demandes d'enfermement dans la généralité de Rouen au xviiie siècle : le récit de vie comme objet d'Histoire », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 05 | 2009, mis en ligne le 02 octobre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/1570 ; DOI : 10.4000/acrh.1570

Haut de page

Auteur

Élise Chopin-Tufel

Doctorante en Histoire moderne à l’Université du Havre (CIRTAI) sous la direction d’Eric Wauters, Elise Chopin Tufel travaille sur les récits de vie, le témoignage et les questions d’identité dans les archives judiciaires au xviiie siècle en Normandie. Elle s’intéresse aux réseaux de sociabilité, aux représentations, aux normes et valeurs des justiciables normands. Après avoir travaillé en maîtrise et en Master 2 à partir de factums, elle a élargi ce corpus en s’intéressant aux dossiers de demandes d’enfermement. Elle est professeur certifiée d’Histoire-Géographie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org