Navigation – Plan du site
VII. Usages sociaux de la justice

Les processetti matrimoniali, une source pour l’étude de la mobilité (Rome, xviie siècle)

Eleonora Canepari

Résumés

Cette contribution porte sur l'utilisation des sources judiciaires dans l’étude des migrations d’Ancien Régime. Elle se concentre sur la Rome moderne et sur les processetti matrimoniali, l’ensemble des documents que les futurs époux devaient produire pour obtenir l'assentiment de l’autorité ecclésiastique au mariage. Parmi l'ensemble des informations fournies par la source, mon étude s’est concentrée sur les témoignages. Les témoins devaient confirmer la moralité des époux et leur état libre, en déclarant depuis combien de temps ils les connaissaient et pour quelle raison. Mon analyse est centrée sur la réponse à cette question, c'est-à-dire sur les raisons à la base de la rencontre, dans le but de comprendre de quelles ressources sociales les étrangers disposaient au cours de leur insertion dans la ville. Les résultats montrent l'importance de la communauté nationale dans les phases initiales du processus migratoire, et l'existence d'autres occasions de rencontre et de construction du réseau social après plusieurs années passées à Rome.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour les résultats de cette recherche, voir Eleonora Canepari, Stare in compagnia. Strategie di in (...)

1Cette contribution porte sur l’utilisation de la source judiciaire dans l’étude des migrations sous l’Ancien Régime. Elle se concentre sur la Rome moderne et sur un type particulier de procès : les processetti matrimoniali. Les résultats que je présente font partie intégrante d’une recherche sur les stratégies d’insertion à Rome des immigrés au cours des xvie et xviie siècles. Cette recherche analyse les moyens, autres que celui de la communauté d’origine, qui sont utilisés par les étrangers pour s’insérer dans la ville. L’idée de base est en effet qu’un rôle clef est joué par d’autres facteurs, nuançant ainsi le poids de l’origine géographique du migrant sur son parcours social1.

  • 2  Laurence Fontaine, « Gli studi sulla mobilità europea nell’età moderna: problemi e prospettive di (...)

2Au cours des quinze dernières années, l’historiographie a fait d’importants progrès sur le sujet des migrations. L’étranger n’est plus identifié automatiquement comme le pauvre, et la mobilité n’est plus interprétée comme un phénomène de push and pull (c’est-à-dire comme le résultat d’un déséquilibre économique entre deux lieux), elle est plutôt vue comme un élément structurel de chaque société2.

  • 3  Cela est très bien souligné dans un récent ouvrage des Lucassen : « Most basic decisions by human (...)
  • 4  Michael Eve, « Una sociologia degli altri e un’altra sociologia: la tradizione di studio sull’emig (...)
  • 5  Angiolina Arru, Joseph Ehmer, Franco Ramella, « Premessa », Quaderni storici, 106, 2001, p. 4-23; (...)

3La mobilité commence à être considérée par les historiens comme une expérience très répandue dans les sociétés modernes3. Cette nouvelle approche du phénomène de la mobilité correspond au changement dans la façon avec laquelle l’historiographie et la sociologie ont pensé et décrit la catégorie du migrant4. En effet, plusieurs études ont mis en évidence que les étrangers arrivaient à occuper des positions importantes dans les villes modernes et qu’ils n’étaient pas nécessairement des marginaux. De nombreuses villes étaient plutôt accueillantes : elles ne semblaient pas préoccupées de l’origine géographique de leurs habitants et ne ressentaient pas l’exigence de se défendre contre les immigrés5. Les villes modernes étaient étaient surtout attentives à la stabilité économique et sociale des nouveaux arrivants, et leurs politiques de contrôle s’adressaient – plutôt qu’aux étrangers – aux vagabonds et aux travailleurs non inscrits dans les corporations.

4Malgré ces récents progrès, ce n’est que le processus migratoire des phases initiales qui a, presque exclusivement, été analysé : le départ du migrant et la première période qui suit son arrivée dans la nouvelle ville. L’historiographie ne s’est pas encore assez intéressée au devenir des immigrés après leur arrivée, aux moyens utilisés pour s’insérer dans le tissu social, aux stratégies et aux ressources employées pour construire les réseaux sociaux. Pour ce faire, les processetti matrimoniali sont une source d’information importante, car elles permettent d’enquêter sur l’insertion des migrants dans la ville et sur leur intégration sociale et économique.

Les sources

  • 6  Pendant les jours festifs il était interdit de travailler.

5Les processetti matrimoniali font partie du fonds Notarii Vicariatus Urbis, conservé dans les Archives historiques du vicariat de Rome. Le cardinal-vicaire gouvernait le diocèse romain au nom du pontife, évêque de la ville. La juridiction du vicaire était vaste et avait été définie en 1588. Entre autres, elle comprenait les églises et les monastères de Rome, les reliques et les livres à publier. Grâce à la compétence à la fois civile et criminelle de son tribunal, le vicaire avait une fonction de guide et de contrôle sur les comportements de la population de Rome. Sans tous les citer, les délits qui entraient dans sa juridiction étaient le parjure, l’usure, le juron, la prostitution. En outre, le vicaire était responsable de la sanctification des fêtes religieuses et du respect des jours festifs6.

6Les processetti matrimoniali sont l’ensemble des documents que les futurs époux devaient produire pour obtenir l’assentiment de l’autorité ecclésiastique au mariage. Ils naquirent avec le concile de Trente (1545-1563) lorsque l’Église imposa leur rédaction dans le but d’éviter les unions clandestines et controversées.

  • 7  Cette donnée est disponible toutefois dans un nombre limité de cas.

7Cette source est très riche d’informations sur les futurs époux et leurs témoins : en général, les processetti matrimoniali contiennent les données d’état civil, les attestations de la publication des bans, les certificats de baptême et d’état libre et les dépositions des témoins. Grâce aux processetti matrimoniali, il est possible d’avoir accès à des données particulièrement intéressantes pour l’étude des migrations. Pour les procès de Rome, il y est notamment indiqué le temps de présence dans la ville, les raisons de la migration7 et les liens entre les époux et les témoins.

  • 8  Andrea Menzione, « Immigrazione a Livorno nel secolo xvii attraverso i processi matrimoniali. Alcu (...)

8Cette source permet d’avoir une vision nette d’une bonne partie des habitants de la ville. En effet, à Rome, les processetti matrimoniali étaient obligatoires pour tous les futurs époux, tandis que, dans d’autres villes – telles que Livourne et Pise –, ils étaient requis seulement pour les couples composés d’au moins un étranger8.

 Rome et les étrangers

  • 9  Ce résultat est confirmé par une étude menée par Benedetta Albani sur trois volumes de procès matr (...)

9Concernant la mobilité, la première information que l’on peut tirer de cette source est le très fort pourcentage d’étrangers habitant à Rome. Sur un échantillon de 1 450 témoins et époux, élaboré à partir de deux volumes de processetti matrimoniali allant de 1617 à 1644, les Romains représentent seulement 15 %, tandis que les non-Romains composent 85 % du total9.

10Considérant ces données, il n’est pas étonnant de rappeler qu’à Rome des possibilités, telles que l’accès aux métiers ou la jouissance des ressources caritatives, n’étaient pas des privilèges réservés exclusivement aux Romains. Au contraire, les étrangers étaient bien insérés dans tous les secteurs de l’économie romaine : l’artisanat, le commerce, les services, l’industrie du bâtiment, etc. Les statuts des corporations romaines de la fin du xve et du xviiie siècle apportent un témoignage clair à ce propos. En effet, ces dernières n’établissaient aucune condition de citoyenneté pour l’exercice d’un métier : elles déclaraient admettre dans le corps de métier tous ceux qui étaient pourvus d’une licence et qui s’engageaient à payer les cotisations.

  • 10  Le rôle du témoin lors d’un procès est central. Simona Cerutti a mis en évidence que le choix des (...)
  • 11  Même si souvent les lieux d’origine des étrangers à Rome n’étaient pas des « nations », j’appelle (...)

11Parmi l’ensemble des informations fournies par la source, mon étude s’est concentrée sur les témoignages10. Les témoins devaient confirmer la moralité des époux et leur état libre, tout en précisant depuis combien de temps ils les connaissaient et pour quelle raison. Mon analyse est centrée sur la réponse à cette question, c’est-à-dire sur les raisons à la base de la rencontre. Le but a été de comprendre de quelles ressources sociales les étrangers disposaient dans leurs parcours d’insertion. J’ai considéré les occasions de rencontre comme des « lieux sociaux » à travers lesquels le réseau se construit. À ce propos, l’historiographie sur les migrations a souvent mis l’accent sur le rôle de la communauté d’origine de l’immigré en confinant ce dernier à l’intérieur d’un groupe composé de ses seuls compatriotes. Mais la communauté nationale11 est-elle vraiment la seule ressource sociale d’un étranger ? Les processetti matrimoniali, qui exposent les raisons pour lesquelles les époux étrangers et leurs témoins se connaissent, semblaient ainsi être une très bonne source pour répondre à cette question.

  • 12  Archivio Storico del Vicariato di Roma (ASVR), Notai del Cardinale Vicario – Interrogatori, Uff. I (...)

12L’échantillon sur lequel la recherche a été réalisée est élaboré à partir de deux volumes de procès matrimoniaux de la section I des notaires du cardinal-vicaire12,en particulier les minutes des interrogatoires. Il est constitué de 1 000 témoignages, qui couvrent la période allant de 1617 à 1644. L’annexe 1 présente les raisons à la base des relations entre les époux et les témoins.

13L’origine commune est la raison le plus fréquemment présentée : 35 % des témoins affirment connaître en tant que compatriote l’un des deux époux. Le métier est ensuite à la base de la rencontre dans 23 % des cas. Le voisinage l’est dans 13 % des cas, et la parenté dans 9 %. Enfin, « Autres » et « Sans indication » représentent respectivement 15 % et 5 % du total. L’échantillon confirme ainsi que les réseaux sociaux se forment majoritairement à partir de l’origine géographique et de la pratique d’un métier. Plus en profondeur, essayons maintenant de comprendre quelle importance avait, dans la vie quotidienne, le lien entre compatriotes, à quels besoins il répondait. Pour ce faire, nous utiliserons les informations que les témoignages fournissent.

Être compatriotes

  • 13  « Je le connais » fait toujours référence au marié.
  • 14  En ce qui concerne les références archivistiques, elles sont les mêmes pour tous les témoignages c (...)

14Les compatriotes décrivent le lien entre eux comme très étroit. Ils déclarent avoir grandi ensemble et, dans plusieurs cas, avoir été voisins : « Je le connais13, parce que j’ai toujours été dans la même paroisse que lui quand on était au pays. Et depuis deux ans je l’ai connu et je le connais ici à Rome, nous avons souvent mangé et bu ensemble et je le fréquente continuellement14». Un autre témoin affirme : « Je le connais, parce que nous sommes compatriotes et que nous avons bu le lait ensemble en tant que voisins, et à Rome je l’ai connu et je le connais ». Un dernier exemple : « Je le connais, parce que nous sommes voisins au pays. Et, à Rome, je l’ai fréquenté, car nous sommes compatriotes ».

15Ces témoignages montrent que, pour être considéré comme un témoin digne de foi, il ne suffit pas de déclarer un passé commun au pays, le fait que le témoin et les époux se côtoient à Rome doit également être vérifiable et cette fréquentation doit être soutenue et constante. Se connaître n’est pas un état valable une fois pour toutes, il faut que la relation soit sans interruption et se poursuive dans le temps. En effet, les compatriotes abordent souvent d’autres points qui les unissent aux époux dans leur vie à Rome et qui viennent compléter le fait d’avoir la même origine géographique.

16Parmi ceux-là, le travail, l’exercice d’un métier, identique ou proche : « Je le connais, parce que nous sommes compatriotes et voisins au pays. Et ensuite, à Rome nous nous fréquentons car nous sommes tous les deux brodeurs », « Je connais le marié, car nous venons du même pays. Ensuite, je l’ai fréquenté continuellement ici, à Rome, parce que je suis menuisier et qu’il est maçon ».

17Dans d’autres cas, les compatriotes peuvent s’aider à trouver un travail : « Le marié est à Rome depuis neuf ans environ, et c’est moi qui l’ai fait venir. À Rome, il a d’abord été mon vigneron et, récemment, il est devenu le vigneron du capitaine des Allemands, où jusqu’à présent il travaille ».

18De même, le premier des deux compatriotes qui arrive dans la nouvelle ville peut accueillir le second et l’embaucher comme garçon : « Je connais Pietro Antonio depuis toujours, car il est mon compatriote et voisin au pays. Et ici, à Rome, je le fréquente depuis quatre ou cinq ans, parce qu’il a été mon garçon ».

19En contribuant à l’insérer dans le milieu professionnel, ces liens semblent donc particulièrement appropriés pour répondre aux besoins des nouveaux arrivants et utiles au cours de la phrase initiale de leur migration.

20Au-delà du travail, ce lien se révèle également essentiel pour le logement. Très souvent, celui qui arrive à Rome habite chez un compatriote : « Je le connais en tant que voisin au pays. Et je me rappelle quand il est parti à Rome. Ensuite, lorsque je suis arrivé à Rome, j’ai habité chez lui ». Dans une société caractérisée par une très forte mobilité, tel que c’était le cas pour la société moderne, la possibilité de s’appuyer sur les compatriotes était fondamentale. À ce propos, le témoignage d’un Français est très clair : « Quand j’étais en France, il vendait les merceries qu’il apportait de Rome, il logeait toujours chez moi, et il restait quatre ou cinq jours à chaque fois, et cela est arrivé tellement souvent que je ne me rappelle pas combien de fois ».

21Parce que ce sont les compatriotes qui insèrent les nouveaux arrivants dans le milieu professionnel et leur fournissent un logement temporaire, ce lien semble donc être particulièrement utile et approprié pour répondre aux besoins de ces derniers. La communauté des compatriotes représente le premier nœud à partir duquel le réseau social de l’étranger se tisse. C’est pour cette raison que les études sur les migrations se sont surtout concentrées sur la communauté nationale : elle est la première ressource sur laquelle l’étranger compte pour s’insérer dans le nouvel espace social. S’il s’agit de la première ressource, elle n’est pas pour autant la seule, comme le montre une analyse différente des processetti matrimoniali.

Un autre regard sur la même source

22Quelle importance le lien entre compatriotes conserve-t-il après que le premier temps qui suit l’arrivée dans la nouvelle ville est écoulé ? Les processetti matrimoniali nous permettent d’émettre une première réponse à cette question. En effet, plusieurs témoignages indiquent l’ancienneté de la résidence à Rome, c’est-à-dire le nombre d’années passées depuis l’installation à la suite de la migration. Il est ainsi possible de constater si celui qui habite à Rome depuis plusieurs années dispose de ressources sociales autres que celle de la communauté d’origine.

23Le tableau de l’annexe 2 met en relation le nombre d’années passées à Rome par les époux (homme ou femme) avec les raisons avancées par leurs témoins pour déclarer qu’ils les connaissent. Les données confirment que les époux récemment arrivés à Rome, ou y habitant depuis peu d’années (colonne 1), comptent essentiellement sur leurs compatriotes (22 cas sur 33). Comme les résultats le montrent, le voisinage est un système de relations encore fermé à ceux qui sont à Rome depuis moins de 5 ans.

24Par contre, ceux qui sont en ville depuis plus de 10 ans semblent avoir d’autres types de liens sociaux. Le rôle des compatriotes paraît en effet moins incontournable : ces derniers sont utilisés comme témoins dans seulement la moitié des cas (13 sur 34). Dans le même ordre d’idées, pour ceux qui sont à Rome depuis plus de 20 ans, le voisinage semble avoir la même importance que la communauté nationale.

25Sans vouloir déduire de conclusions trop nettes, que l’exiguïté de cet échantillon ne permet de toute façon pas, la tendance qui semble émerger de ces données est la différence entre ceux qui habitent à Rome depuis moins de 10 ans et ceux qui y résident depuis plus de 10 ans. Dans le second cas, même si le voisinage n’a pas un rôle très important ni exclusif, les raisons à la base de la fréquentation des époux et des témoins sont toutefois mieux distribuées, plus variées, et l’origine géographique ne semble pas tenir une place prédominante.

26Il est possible de consolider le tableau de l’annexe 2 en nous focalisant, cette fois, sur les raisons à la base de la rencontre entre les époux et les témoins selon le temps que le témoin a passé à Rome. Le tableau de l’annexe 3 montre les résultats de cette analyse. Les conclusions tirées du tableau 2 semblent être ici également valables. En effet, il est aisé de constater qu’après dix années de présence à Rome le voisinage et l’exercice d’un métier acquièrent une importance majeure, tandis que les témoins qui sont en ville depuis moins de 10 ans font leurs dépositions essentiellement en faveur de leurs compatriotes.

27Le lien créé sur la base d’une origine géographique commune – particulièrement important lors de l’arrivée à Rome et de la première phase d’insertion – perd de l’importance après plusieurs années passées dans la ville, ce qui contredit la vision, selon laquelle l’étranger est une personne principalement et presque exclusivement insérée dans un réseau de compatriotes. Certes, il n’est pas question de nier l’importance de l’appartenance à la communauté d’origine, dont le rôle central a d’ailleurs été souligné précédemment. Il s’agit plutôt de la ramener à sa juste valeur, et ce, afin de pouvoir saisir la complexité des parcours d’insertion en ville et l’existence d’autres ressources sociales.

28Bien qu’ils soient très riches en informations, les processetti matrimoniali doivent être utilisés avec précaution, ils avaient pour but, rappelons-le, d’éviter les mariages illicites ou controversés. Pour celui ou celle qui se mariait, le témoignage d’un compatriote était très utile pour faire la lumière sur la période où il ou elle n’était pas encore à Rome, c’est-à-dire sur la période la plus difficile à vérifier pour le vicariat.

29Il est évident que les compatriotes sont le plus à même de pouvoir témoigner de l’état libre des futurs époux, éloignant ainsi les soupçons de double mariage. Pour cette raison, le fait d’avoir un compatriote en tant que témoin n’est pas toujours le signe d’un réseau social centré sur l’origine géographique : il est plutôt l’indice du souci des époux, qui savent ce que le vicaire veut connaître de leur vie avant d’autoriser le mariage.

La comparaison avec une autre source

  • 15  Marina d’Amelia, « La conquista di una dote. Regole del gioco e scambi femminili alla Confraternit (...)
  • 16  La provenance de la mariée n’est pas explicitement précisée.

30Les contrats de mariage, autre source d’informations, semblent confirmer que le poids de la communauté nationale n’est pas exclusif. Cette source traite d’un autre type de relation : non plus celle entre les époux et les témoins, mais celle entre le marié et le père de la mariée. Pour cette partie de l’analyse, j’ai utilisé un échantillon de 500 personnes que j’ai construit à partir des volumes des actes de l’un des trenta notai capitolini, le notaire Giovanni Battista Ottaviani. Il était le notaire de la Santissima Annunziata, une confrérie qui avait comme but principal de doter les jeunes filles pauvres15. Les volumes contiennent ainsi de très nombreux contrats de mariage, et par conséquent des informations sur les époux. L’échantillon comprend seulement les cas où l’origine géographique du marié et celle du père de la femme sont indiquées16. Le but de mon analyse était d’enquêter sur le poids de l’origine géographique dans le choix matrimonial.

31Si les processetti matrimoniali semblent témoigner du rôle central joué par le lien entre compatriotes (35 % des cas), les contrats de mariage nous présentent une situation très différente. En effet, seuls 27 couples, un peu plus de 6 % de l’échantillon, sont composés de personnes qui proviennent du même pays. Si, pour les processetti matrimoniali, il est important que le témoin soit un compatriote, c’est-à-dire quelqu’un qui connaît les futurs époux depuis longtemps, lors du choix matrimonial, l’origine géographique semble avoir un poids mineur. Cela est valable pour les étrangers, mais également pour les Romains, qui, dans 60 % des cas, donnent leur fille en mariage à des étrangers (90 cas sur 150).

32Comment expliquer la différence de résultats selon la source utilisée ? Il est indéniable que les deux sources concernent deux situations différentes, et montrent donc l’existence de liens de nature différente. La donnée relative aux mariages « mixtes » témoigne néanmoins d’un parcours d’ouverture et d’insertion dans le tissu social de la ville d’arrivée. Un parcours qui présente les étrangers comme des éléments beaucoup moins marginaux et distincts des natifs que ce que l’on a pensé pendant longtemps.

Conclusion

  • 17  Ulf Hannerz, Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit, 1983.
  • 18  Maurizio Gribaudi et Alain Cottereau, dans une étude sur le chômage en France au xixe siècle, mont (...)

33La ville a souvent été décrite comme un lieu de rencontres. Dès le début, la sociologie urbaine a dépeint la ville comme le lieu de relations multiples, d’occasions de rencontres avec des inconnus. L’anthropologue Ulf Hannerz identifie la variété et l’accessibilité, c’est-à-dire les possibilités de faire connaissance, comme les caractéristiques spécifiques de la ville17. En définissant la vie urbaine du point de vue relationnel, Hannerz utilise le concept de « rôle », c’est-à-dire la participation des individus aux diverses situations de la vie sociale (travailler, habiter, avoir des voisins, fréquenter des endroits publics, aller à l’église, etc.). L’élément distinctif du milieu urbain serait celui d’offrir à ses habitants plusieurs rôles, autant d’occasions de faire connaissance, à travers lesquelles le réseau social se construit18.

34La caractéristique le plus souvent attribuée par l’historiographie aux étrangers est celui d’être membres de leur communauté nationale, présentée comme le centre de leur vie sociale. Nous en avons certes précédemment souligné l’importance pendant la première phase de la migration : c’est la communauté nationale qui contribue le plus à l’insertion de l’immigré dans le nouveau tissu social. Mais, dans le même temps, nous en avons diminué la portée dans le processus général d’insertion en ville. Ainsi, nous avons élargi notre regard sur la migration en intégrant les phases qui suivent les premiers contacts avec la ville, en les considérant comme des parties aussi importantes que le moment de l’arrivée.

  • 19  Par exemple, les compagnies religieuses. Voir Eleonora Canepari, Stare in compagnia. Strategie di (...)

35Si l’origine géographique et le métier demeurent des éléments fortement identitaires, ils ne sont toutefois pas les seuls facteurs permettant de définir les individus, ni les seuls éléments à la base de la formation des groupes et des communautés dans le milieu urbain. La construction d’un réseau ne passe pas exclusivement par les communautés nationales ou les corps de métier : au contraire, il existe des groupes transversaux, dont l’individu fait partie, des appartenances moins déclarées, mais tout aussi importantes19.

36Au-delà des éléments classiques et majoritaires (provenance et métier) qui font que des personnes se côtoient, les processetti matrimoniali révèlent une extrême variété de possibilités d’entrer en contact, liées à autant d’actions différentes : habiter quelque part, fréquenter des auberges, être client d’une boutique, aller à l’école ou à l’église, etc. La ville offre des possibilités de rencontres très riches et qui s’articulent. Les façons d’instaurer une relation sont tellement variées que, dans certains cas, elles échappent aux essais de classification : un témoin policier connaît le marié marchand de légumes, car ils ont assuré ensemble la garde aux portes de Rome, un maître de musique est le témoin de son ancien élève, un Florentin témoigne pour son confrère dans la compagnie de Saint-Jean des Florentins, etc.

37De plus, les témoignages montrent souvent une superposition des rôles : le voisin est également un compatriote, le beau-frère a été garçon, le chef d’une boutique est l’ami d’un ami. Ainsi, un Abruzzain, témoin d’un époux, déclare : « S’il était déjà marié, je le saurais, parce que je l’ai connu parce que je l’ai vu naître et parce qu’il est mon compatriote et que nous faisons le même métier». Il est donc possible de remarquer une tendance à « cumuler » plusieurs casquettes au sein d’une même relation : ce processus est à la base de la formation de communautés, petites ou grandes, au sein desquelles les individus trouvent les ressources dont ils ont besoin.

38À partir de cette articulation de la vie sociale urbaine, il faut souligner l’extrême variété des parcours d’insertion en ville suivis par les étrangers. Comme la comparaison entre des sources différentes nous l’a montré, il est opportun de considérer les éléments, tels que la provenance, le métier, etc., comme des facteurs qui ne sont pas contraignants, et surtout qui ne sont pas exclusifs. Il faut donc abandonner l’idée de parcours qui se déroulent entièrement dans la communauté nationale ou dans le système de voisinage, et essayer de saisir les appartenances moins visibles et moins déclarées, mais tout aussi importantes.

39Enfin, il faut considérer que, si l’espace urbain est le lieu de la variété, comme nous le disent les sociologues, il est vraisemblablement aussi le lieu de choix fort distincts qui se font selon les nécessités et les occasions. L’étude de sources différentes produites dans des contextes spécifiques – les processeti matriomoniali et les contrats de mariage – nous ont permis de mieux cerner la complexité de la ville.

Annexes

401. La raison à la base de la rencontre entre les époux et leurs témoins

412. La raison de la relation entre les époux et les témoins selon le nombre d’années passées à Rome par les époux

Jusqu’à 5 ans

De 6 à 10 ans

De 11 à 20 ans

De 21 à 30 ans

Plus de 30 ans

Total

1. Origine géographique

22

21

13

4

3

63

2. Métier

4

10

12

1

-

27

3. Parenté

3

-

2

1

2

8

4. Voisinage

-

2

3

3

1

9

5. Autres

4

3

4

1

1

13

Total

33

36

34

10

7

120

423. La raison de la relation entre les époux et les témoins selon le nombre d’années passées à Rome par les témoins

Jusqu’à 5 ans

De 6 à 10 ans

De 11 à 20 ans

De 21 à 30 ans

Plus de 30 ans

Total

1. Origine géographique

63

39

53

18

9

182

2. Métier

11

17

43

18

19

108

3. Parenté

6

12

6

8

6

38

4. Voisinage

3

7

13

12

7

42

5. Autres

11

10

9

15

10

55

Total

94

85

124

71

51

425

Haut de page

Notes

1  Pour les résultats de cette recherche, voir Eleonora Canepari, Stare in compagnia. Strategie di inurbamento e forme associative nella Roma del Seicento, Rubbettino, Soveria Mannelli, 2008.

2  Laurence Fontaine, « Gli studi sulla mobilità europea nell’età moderna: problemi e prospettive di ricerca », Quaderni storici, 93, 1996, p. 739-756.

3  Cela est très bien souligné dans un récent ouvrage des Lucassen : « Most basic decisions by human beings – the choice of a profession or a partner – often entail leaving their place of birth or residence. While they may not go far, their moves nevertheless lead them to other social and sometimes geographical environments ». Jan Lucassen, Leo Lucassen [dir.], Migration, Migration History, History. Old Paradigms and New Perspectives, Berne, Verlag Peter Lang, 1999, p. 8.

4  Michael Eve, « Una sociologia degli altri e un’altra sociologia: la tradizione di studio sull’emigrazione », Quaderni storici, 106, 2001, p. 233-259.

5  Angiolina Arru, Joseph Ehmer, Franco Ramella, « Premessa », Quaderni storici, 106, 2001, p. 4-23; Simona Cerutti, Robert Descimon, Maarten Prak, « Premessa », Quaderni Storici, 89, 1995, p. 281-286.

6  Pendant les jours festifs il était interdit de travailler.

7  Cette donnée est disponible toutefois dans un nombre limité de cas.

8  Andrea Menzione, « Immigrazione a Livorno nel secolo xvii attraverso i processi matrimoniali. Alcune note »,Bollettino di Demografia Storica, 12, 1990, p. 97-102.

9  Ce résultat est confirmé par une étude menée par Benedetta Albani sur trois volumes de procès matrimoniaux qui couvrent la période 1609-1623. Dans le cas exposé, les étrangers représentent 82 % des hommes et 62 % des femmes. Benedetta Albani, Matrimoni e socialità a Roma nel primo Seicento attraverso i processetti matrimoniali, tesi di laurea sous la direction de Maria Antonietta Visceglia, Université de Rome La Sapienza, 2003-2004.

10  Le rôle du témoin lors d’un procès est central. Simona Cerutti a mis en évidence que le choix des témoins est une action fortement révélatrice du type de réseau social dont la personne dispose. Simona Cerutti, Giustizia sommaria. Pratiche e ideali di giustizia in una società di Ancien Régime (Torino xviii secolo), Feltrinelli, Milan, 2003.

11  Même si souvent les lieux d’origine des étrangers à Rome n’étaient pas des « nations », j’appelle le groupe des compatriotes « communauté nationale » en référence aux natio, le nom utilisé dans l’âge moderne pour indiquer ces communautés.

12  Archivio Storico del Vicariato di Roma (ASVR), Notai del Cardinale Vicario – Interrogatori, Uff. I, années 1617-1634 et  1635-1644.

13  « Je le connais » fait toujours référence au marié.

14  En ce qui concerne les références archivistiques, elles sont les mêmes pour tous les témoignages cités : ASVR, Notai del Cardinale Vicario – Interrogatori, Uff. I, années 1617-1634 et  1635-1644.

15  Marina d’Amelia, « La conquista di una dote. Regole del gioco e scambi femminili alla Confraternita dell’Annunziata (secc. xvii-xviii) », dans Lucia Ferrante, Maura Palazzi, Gianna Pomata [dir.], Ragnatele di rapporti, Centro di documentazione donna, Turin, 1988, p. 305-343.

16  La provenance de la mariée n’est pas explicitement précisée.

17  Ulf Hannerz, Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

18  Maurizio Gribaudi et Alain Cottereau, dans une étude sur le chômage en France au xixe siècle, montrent la variété des ressources auxquelles les personnes avaient recours dans un moment de difficulté. Alain Cotterau, Maurizio Gribaudi, Précarités, cheminements et formes de cohérence sociale au xixe siècle, Paris, Éditions de l’éHESS, 1999.

19  Par exemple, les compagnies religieuses. Voir Eleonora Canepari, Stare in compagnia. Strategie di inurbamento, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/1692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eleonora Canepari, « Les processetti matrimoniali, une source pour l’étude de la mobilité (Rome, xviie siècle) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 05 | 2009, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/1692 ; DOI : 10.4000/acrh.1692

Haut de page

Auteur

Eleonora Canepari

Eleonora Canepari a obtenu le doctorat en 2006, avec une thèse sur les stratégies d'insertion en ville et les structures associatives dans la Rome du xviie siècle. Actuellement boursier Marie Curie au Centre Maurice Halbwachs (ENS/EHESS/CNRS), elle a travaillé pour la National Gallery of Art (Washington, DC) au projet Accademia di San Luca database et elle est membre du Centre for Reformation and Renaissance Studies (CRRS) de l’Université de Toronto (Canada).Ses recherches et ses articles portent sur les formes associatives et la construction des réseaux sociaux dans la Rome moderne. Elle est auteur de Stare in compagnia. Strategie di inurbamento e forme associative nella Roma del Seicento, Rubbettino, Soveria Mannelli, 2008. À présent, elle prépare une deuxième thèse de doctorat, à l’ÉHESS, sous la direction de M. Jacques Revel, portant sur les liens verticaux entre les élites capitolines et les gens « communes » dans la Rome de la Renaissance.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org