Navigation – Plan du site
VII. Usages sociaux de la justice

Travail, immigration et relations sociales à travers les parcours d’individus et familles d’une ville de l’Ancien Régime (Turin, xviiie siècle)

Beatrice Zucca Micheletto

Résumés

Cet article envisage une utilisation des archives judiciaires qui, loin de refaire l’histoire sociale de la criminalité, a pour but d’interroger le système des normes et valeurs qui affectent les trajectoires professionnelles d’individus et familles qui fréquentent ou habitent la ville de Turin au xviiie siècle.
Dans l’histoire des métiers artisanaux, abordés par l’unique biais des sources produites par les corporations elles-mêmes, la continuité et la stabilité du travail constituent le véritable fil rouge des démonstrations. Cela laisse dans l’ombre plusieurs phénomènes et notamment tout ce qui a trait aux trajectoires des individus dans l’espace urbain, ou ce qui concerne le temps et les modalités d’exercice d’un métier, le rôle du cycle de vie individuel et familial.
À ce propos, les archives judiciaires turinoises – criminelles comme civiles – avec leur souci de prouver l’ancrage et la stabilité des individus dans le tissu urbain, face à une grande mobilité de la population, nous permettent d’apporter un nouveau regard sur le rapport entre individus et pratiques des métiers dans les milieux urbains d’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

Sac à procèsAfficher l’image
Crédits : Jean-Luc Thieffry / Musée 510

Archives judiciaires et monde du travail

  • 1  Parmi les nombreux travaux d’histoire de la criminalité, voir par exemple : Valentine Arthur Charl (...)
  • 2  Bronislaw Geremeck, Les Marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, Flammarion, 1976.
  • 3  Michel Foucault (présenté par), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère…Un (...)

1Les archives judiciaires sont utilisées par les historiens depuis les années soixante-dix. Elles ont d’abord été étudiées pour interroger les problèmes de violence et de criminalité dans les sociétés d’Ancien Régime. Ces travaux ont ainsi souligné le lien entre vagabondage, mendicité et criminalité traçant en quelque sorte une équation irréductible entre migrant-pauvre-criminel1. L’historien polonais Bronislaw Geremek, par exemple, a montré, dans ses travaux consacré à la ville de Paris au Moyen Age, que les marginaux – selon ses mots – constituent des couches sociales exclues des structures productives de la ville, des catégories situées en dehors du processus de production2. Par ailleurs, notamment dans les analyses de Michel Foucault, ces mêmes sources judiciaires ont servies à décortiquer l’histoire des rapports entre psychiatrie et justice pénale3.

  • 4  Benoît Garnot (dir.), La justice et l’histoire. Sources judiciaires à l’époque moderne (xvie, xvii(...)

2Depuis quelques années, les historiens reprennent les sources judiciaires mais en déplaçant leur regard sur l’activité judiciaires. Pour ces derniers, les archives judiciaires témoignent « des manières dont on essayait alors de résoudre les conflits entre les individus » ; d’autre part, leur utilisation reste centrale dans l’histoire sociale en tant que « mine inépuisable de renseignements qu’elles fournissent sur la société, les mentalités, la vie quotidienne, les comportements, la culture matérielle, l’économie ».4

  • 5  Beatrice Zucca Micheletto, « In seguito alla deliberazione di trattenersi in città  » : scelta ind (...)

3C’est en tenant compte de cette historiographie plus récente que nous avons utilisé les archives judiciaires dans notre travail consacré aux parcours d’immigration et d’enracinement des artisans dans la ville de Turin au xviiie siècle5. La richesse des sources judiciaires nous a permis d’aborder plusieurs questions d’histoire sociale en dehors de l’histoire de la criminalité : par exemple mobilité et immigration, travail des femmes, transmission du métier, réseaux des relations sociales etc...

4Loin de refaire l’histoire de la criminalité, c’est donc dans ce cadre que la présente étude utilisera les archives judiciaires afin d’interroger la signification et les valeurs dont est chargé le travail, à travers l’analyse des relations entre les individus et leur métier, relation qui est au cœur des dynamiques des villes de l’Ancien Régime.

  • 6  Parmi les nombreux travaux, voir par exemple : le dossier « Corps et communauté d’Ancien Régime », (...)
  • 7  Comme le démontrent deux études classiques consacrées à la façon de concevoir le travail dans l’An (...)

5L’historiographie sur le monde du travail – et notamment sur les milieux artisanaux – est abondante. Elle s’est focalisée sur les corporations et concerne tout à la fois leur fonctionnement, les groupes de pouvoir qui les gèrent ou encore les querelles qui surgissent entre les différents corps de métiers, ou encore s’est consacrée à l’extension d’un marché du travail en dehors des corporations6. D’autres études se sont intéressées au travail artisanal, et surtout à l’appartenance aux corporations et au parcours d’apprentissage et d’admission, en tant que formes d’identité sociale et politique7.

6Pourtant, dans cette histoire des métiers artisanaux, abordés par l’unique biais des sources produites par les corporations elles-mêmes, la continuité et la stabilité du travail constituent le véritable fil-rouge des démonstrations. Cela laisse dans l’ombre plusieurs phénomènes et notamment tout ce qui a trait aux trajectoires des individus dans l’espace urbain, ou ce qui concerne le temps et les modalités d’exercice d’un métier. 

  • 8  Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, A (...)
  • 9  Michael Sonenscher, Work and wages: natural law, politics and the eighteenth-century French trades(...)

7Depuis quelques années, certaines études ont commencé à mieux éclairer ces zones sombres du rapport entre individu et travail. L’œuvre de Jean-Yves Grenier, par exemple, explique que le groupe des travailleurs qualifiés stables – et donc très peu exposés au chômage, aux crises conjoncturelles ou saisonnières – sont peu nombreux et constituent une élite8, tandis que plusieurs travaux de l’américain Michael Sonenscher démontrent que le rapport des artisans à leur travail se caractérise pour une grande mobilité et turnover de la manœuvre dans les ateliers français de l’Ancien Régime9.

8En donnant la parole directement aux individus, les sources judiciaires turinoises – criminelles comme civiles – nous permettent d’éclairer le système des normes et valeurs qui affectent les trajectoires professionnelles d’individus ou de familles qui fréquentent ou habitent la ville et d’apporter ainsi un nouveau regard sur le rapport entre individus et pratiques des métiers dans le milieu urbain.

  • 10  Simona Cerutti, Giustiza sommaria, cit., p. 41.

9Turin apparaît comme un lieu d’occasion pour ceux qui s’y établissent définitivement ou temporairement, en leur ouvrant de nouvelles voies professionnelles et en leur offrant de nouveaux réseaux relationnels. En effet, différentes formes de relations sociales et professionnelles apparaissent, se développent, et oscillent entre stabilité et mobilité. L’immigration – et plus généralement la pratique d’une mobilité sur le territoire – souligne une modalité spécifique du travail des immigrants fondé sur le déplacement dans la ville et les territoires environnants. Malgré cette extrême mobilité et au regard des sources, la stabilité relationnelle (les « relazioni locali stabili », selon l’expression de Simona Cerutti10) est un des biens les plus recherchés et précieux pour les habitants de la ville, à tous les niveaux de l’échelle sociale. C’est ce rapport ambivalent entre le permanent et la mobilité que nous interrogerons dans la présente étude.

10Deux types de sources judiciaires, issues des Archives de la ville de Turin et des Archives Nationales d’Italie, sont ici utilisés pour analyser le rapport des habitants de la ville à leur travail dans la deuxième moitié du xviiie siècle, période durant laquelle Turin est la capitale des royaumes de Savoie et de Piémont :

  • 11  Pour l’histoire de cette institution, voir Donatella Balani, Il Vicario tra città e stato : l’ordi (...)

1) d’une part, une collection d’interrogatoires faits par le Vicario (la magistrature urbaine chargée de la police, du nettoyage, du ravitaillement, de la surveillance en ville et de la répression de la mendicité)11. Hommes et femmes, qui ont le plus souvent entre 16 et 30 ans, constituent la masse des individus interrogés, soupçonnés, dénoncés puis arrêtés pour vol, vagabondage, prostitution, ou espionnage.

  • 12  Les suppliques sont conservées dans les registres de chaque Université d’art et métier de la ville (...)

2) nous disposons d’autre part, d’une collection de suppliques, rédigées par des artisans surtout dans la seconde moitié du siècle et adressées au roi, qui ont pour but d’obtenir la maîtrise sans passer l’examen de chef-d’œuvre, ou bien de bénéficier de réductions substantielles sur les épreuves et le déroulement des examens d’habileté établis par les corporations d’arts et métiers12.

  • 13  Le recensement turinois du 1802 a été saisi intégralement par une équipe d’étudiants coordonnée pa (...)

11Précisons d’autre part que nous avons poursuivi une méthodologie de croisement des sources, et notamment entre celles issues du corpus judiciaire et celles issues du recensement de la ville de Turin réalisé en 180213.

Turin ville d’immigration au xviiie siècle

  • 14  Giuseppe Chicco, La seta in Piemonte. 1650-1800. Un sistema industriale d’ancien régime, Milano, F (...)

12Tout au long du xviiie siècle Turin, chef-lieu du royaume de Savoie et siège de la cour royale et des structures administratives de l’État, est une ville de dimension moyenne. Turin et l’État piémontais jouent un rôle économique remarquable en tant que producteurs et exportateurs de soie semi-travaillée – l’organzino – sur les marchés internationaux français et anglais14.

  • 15  Données tirées du recensement de la ville de 1802.

13Comme pour la plupart des villes moyennes de l’Ancien Régime, le marché du travail turinois est varié et fragmenté. Selon le recensement de l’année 1802, 40 % environ de la population participent à la production manufacturière et artisanale. Dans la ville, sont installés ateliers et boutiques (tailleurs, tisserands, menuisiers, ébénistes, cordonniers, orfèvres, passementiers, forgerons) qui produisent et vendent des marchandises liées à la consommation de luxe de la cour ou de la hiérarchie religieuse et qui répondent aussi aux nécessités de biens et services quotidiensd’une population croissante. Le secteur des services manuels qui sont nombreux et stratifiés – gagne-deniers, serviteurs et serveuses, domestiques, cochers, portefaix, palefreniers, porteurs, blanchisseuses et repasseuses etc... – emploie quant à lui 30 % de la population15.

  • 16  Giovanni Levi, « Come Torino soffocò il Piemonte », in Id., Centro e periferia di uno stato assolu (...)
  • 17  Parmi les nombreux travaux sur les sujets voir  par exemple: Laurence Fontaine, Histoire du colpor (...)

14Les immigrés constituent un important réservoir de recrutement de main d’œuvre. Le marché du travail de la ville est un pôle d’attraction des flux migratoires venant des campagnes et montagnes environnantes16. Cependant, une partie seulement d’entre eux envisage une installation définitive à Turin liée à des occasions de travail ou de mariage ; beaucoup se contententd’une installation saisonnière ou temporaire liée à certaines phases du cycle de vie personnelle ou agricole ou lié à la structure même du marché du travail. En effet, si certains, en attendant d’hériter des terres, partent en ville pour alléger les dépenses de leur famille, autres gagnent leur vie à travers métiers qui demandent des éloignements de la communauté d’origine, des déplacements continuels. Pensons par exemple à la vie professionnelle des colporteurs décrits par Laurence Fontaine : marchands ambulantes qui tout au long de l’Ancien Régime vendent leurs marchandises en se déplaçant d’une communauté alpine à l’autre, selon des itinéraires connus; ou encore aux maçons qui habitent la ville du printemps jusqu’à l’automne, et qui reviennent chaque année en hiver dans leur communauté d’origine, où habitent leurs femmes et leurs enfants; ou encore aux nombreuses jeunes filles qui se rendent en ville – notamment de Savoie – afin de gagner leur dot comme serveuses ou domestiques17.

  • 18  Données tirées du recensement du 1802 de la ville de Turin. Voir aussi Maria Carla Lamberti, « Imm (...)

15À la fin du xviiie siècle 60 % environ de la population masculine de Turin âgés de 26 à 60 ans, est nées en dehors de la ville et il en va de même pour44 % de la population féminine entre 15 et 40 ans18.

  • 19  Pietro Castiglioni, « Relazione generale con una introduzione storica sopra i censimenti delle pop (...)

16L’immigration est donc la clef de la croissance de la ville tout au long du xviiie siècle, une croissance très rapide dans la première partie du siècle et qui se ralentit ensuite. En 1799, Turin compte plus de 64.000 habitants et au moment du recensement napoléonien de 1802, après une période de guerre et de difficultés économiques et politiques, elle compte près de 60.000 habitants19.

À la recherche de travail

17Les interrogatoires des gardes du Vicario ont lieu le jour même de l’arrestation ou dans les jours suivants. Ils se déroulent selon un schéma bien défini ; les questions posées se répètent et ont pour but d’obtenir toujours le même type d’informations : « depuis quand êtes-vous en ville ? Où logez-vous? De quoi vivez-vous ? Qui peut en témoigner ? »

18Les réponses, précises et détaillées, révèlent un éventail de situations et de modes de vie qui infirment le plus souvent l’équation classique mobilité-vagabondage-délinquance, (lien qui cependant a été interrogé par beaucoup d’historiens ayant travaillé sur les archives judiciaires). Les réponses des personnes interrogées permettent de saisir le rapport qu’entretiennent les individus avec leur métier et plus généralement avec l’espace dans lequel ils se meuvent, la ville ou le territoire suburbain.

  • 20  Interrogé, il raconte que « dai dieci otto ottobre, che venni rilasciato dalla Cattena, me n’andai (...)
  • 21  Ibidem, f. 102r-v.

19Dans le monde de l’Ancien Régime, le travail – même au sein de la ville – n’est presque jamais stable ou régulier tout au long de l’année. L’incertitude surgit de crises conjoncturelles subites, inattendues, se reproduisant à plusieurs reprises dans la vie des hommes ; ou des ralentissements périodiques, saissoniers. Les travailleurs doivent alors se partager entre plusieurs travaux, changer d’activités, s’adapter aux temps de production et de travail toujours incertains. Ainsi, Antonio Tardy se déclare serviteur et marchand ambulant en dentelles, passementeries, cuir pour faire des pantalons etc..20. Un autre, Filippo Michelis, né près de Nice est chirurgien cependant, comme il a peu de travail, il se fait marchand de boucles, horloges, tissus en soie et autres petits objets, mais avec difficulté et sans en tirer de revenus substanciels21.

  • 22  Ibidem, ff. 54r-62r.

20À la fin du xviiie siècle, la principale industrie manufacturière protégée par l’État est touchée par la grande crise de la soie. De nombreux individus, notamment filateurs et tisserands, expulsés de la production et désormais sans occupation, se répandent dans la ville de Turin, dans ses rues à la recherche d’un travail occasionnel, d’un emploi de secours ou de charité. Maria Margherita Mollina, par exemple, est tisserande en soie (vellutiera) mais aussi serveuse, selon sa déclaration, à cause du manque de travail22.

  • 23  ASCT, Vicariato, Atti Criminali Sommari, 1792-93, vl. 127, ff. 417v-420r.

21Par ailleurs, la ville offre des occasions de travail : les uns peuvent s’engager dans l’armée, les autres travailler dans les nombreux chantiers qui parsèment la ville et qui sont liés soit à son embelissement soit à sa protection, comme en témoigne la construction de fortifications. C’est bien ce que nous raconte Gio’ Venturino lors de son interrogatoire. Né à Vercelli, âgé de 24 ans, il arrive en ville en ayant déjà experimenté un parcours de mobilité professionnelle dû au chomage. D’abord tisserand à l’Hôpital de Charité de Vercelli, il se rend à Milan pour exercer le même métier pendant quatorze ans, et quand il était au chômage il trouvait à s’employer comme serveur dans un café. Arrivé à Turin, il est encore une fois à la recherche de travail ou d’un engagement dans l’armée23.

  • 24  Gaudenzio dit: « non sono solito a trattenermi né a lavorare con alcuno travagliando da me solo, e (...)

22Si venir en ville est pensé comme une solution au chômage, ce n’est qu’une stratégie ponctuelle. D’après les déclarations, plusieurs des personnes interrogées n’envisagent aucunement de s’établir ou de s’enraciner en ville. En janvier 1793 a été arrêté Gaudenzio Franco, jeune homme allant sur la trentaine, né à Varallo dans une communauté montagnarde de Val Sesia, qui se déclare tonnelier (« cebraro », fabricant des tonneaux). Il explique être arrivé la veille en ville et surtout il spécifie avoir l’habitude de travailler seul, sans maître, pour son compte en se déplaçant sur le territoire. Il dit ne vouloir point fixer son domicile et, ajoute-il, « pour épreuve je dépose et je garde mes ustensiles de travail à la cassine du comte turinois Berlia, où d’ailleurs on me connaît »24.

23On est donc ici confronté à un mode de vie qui n’envisage pas l’installation stable en ville et qui revendique comme légitime une vie et un métier artisanal qui prévoient des déplacements fréquents. En ce sens, Turin n’est qu’une des étapes du parcours professionnel et personnel fondé sur la mobilité, et non pas sur l’enracinement.

  • 25  Les interrogatoires fourmillent d’histoires de ce genre. Par exemple, Francesco Beltramo, 30 ans, (...)

24Cependant, le témoignage de Gaudenzio révèle également un désir de distinction vis-à-vis du vagabond ou du fainéant. Il met ainsi en avant deux justifications très intéressantes: d’abord la possession des ustensiles de travail et, deuxièmement, un lien relationnel, de confiance peut-être, avec un comte turinois, et la connaissance de certaines personnes de son entourage ainsi qu’avec un autre tonnelier employé à l’Arsenal Royal et un cordonnier habitant le Palais du Duc du Chiablese. Les relations sociales, autant que les ustensiles de travail, sont mis en valeur afin d’affirmer une certaine identité sociale et professionnelle et pour donner légitimité à une vieapparemment déracinée25.

25Bref, on comprend très bien que les personnes interrogées ne sont ni naïves, ni marginales ni même déracinées. D’abord parce qu’ils gagnent leur vie en pratiquant des métiers et des activités qui sont parties intégrantes de la structure productive de la ville, mais également parce qu’ils connaissent et maîtrisent parfaitement le système des valeurs et des normes qui façonnent le tissu social urbain; c’est-à-dire qu’ils savent utiliser le langage de la stabilité, comme le souligne notamment les références aux notabilités urbaines indispensables à leur intégration.

  • 26  En effet, dans les Regie Costituzioni on lit que « S’avranno per zingari e vagabondi tutti quelli (...)

26Bien sûr, il faut rappeler que l’on a à faire à des individus qui envisagent d’échapper à l’arrestation et de ne pas être écroués. En effet, les Regie Costituzioni du 1729 – c'est-à-dire la Charte de l’État – qualifient comme vagabond tous ceux qui, en bonne santé, n’ont ni moyens de survie, ni métier, et qui ne semblent pas gagner leur vie ; c’est la raison pour laquelle d’ailleurs, les personnes interrogées doivent localiser avec précision le lieu où se situent leurs biens et où ils ont exercé leur métier26.

27Dans les sourcesde la fin du xviiie siècle, tensions et contradictions sont donc perceptibles. À partir des années 1780, à la veille de l’invasion française, l’État piémontais est gagné par la peur des tumultes qui peuvent se répandre avec la vague révolutionnaire. La surveillance des personnes mobiles est donc sévère et tous déplacements d’individus ou de familles – ce qui est à l’ordre du jour, comme nous venons de le voir – sont regardés avec suspicion.

28Pourtant, ce mode de vie partagé entre stabilité et mobilité ainsi que le discours qui en découle sur l’inscription sociale légitimant la présence même temporaire des individus dans la ville est également visibledans les sources judiciaires civiles.

Compétences professionnelles, outils de travail et relations sociales

29Le deuxième corpus de sources issues des archives judiciaires civiles est constitué d’un ensemble de suppliques adressées au roi et au tribunal du Commerce de Turin (le Consolato di Commercio) rédigées par des artisans de la ville (cordonniers, chapeliers, perruquiers, rubaniers, fabricants de bas etc..). Ces derniers demandent l’accès à la maîtrise sans passer l’examen de chef-d’œuvre ou postulent à la baisse du prix des épreuves et des frais d’inscription dans une corporation.

  • 27  Sur le sujet voir: Simona Cerutti, La ville et les métiers: naissance d’un langage corporatif (Tur (...)

30Ces suppliques turinoises s’inscrivent ainsi dans un contexte plus général de renaissance des corporations d’arts et métiers qui touche Turin entre les années 1720 et 1740. On assiste en effet à la fondation de nouveaux corps de métiers, au renouvellement de statuts, à la concession royale de privilèges ou au renforcement de ceux existants27. C’est alors que plusieurs artisans s’adressent au roi pour être reconnus maîtres ou être inscrits sur les listes corporatives et ainsi jouir des avantages qu’elles rapportent.

31La majorité des artisans appuient leur demande en soulignant l’indigence, la pauvreté, l’impossibilité à soutenir les frais de la maîtrise, ou encore les difficiles conditions de survie familiale en insistant, par exemple, sur l’importance du nombre d’enfants ou de vieillards à charge, la faible santé de la femme, ou du mari – car on trouve aussi des femmes artisanes qui postulent. Le schéma de narration des plaintes est pourtant assez libre, parfois très détaillé et nous permet de saisir des tranches de vie et l’importance des expériences professionnelles.

32Quels sont donc, les mots de ces artisans ? Au nom de quelles compétences artisanales ils demandent de ne pas soutenir l’examen ?

33Il faut d’abord noter certains traits récurrents des suppliques permettent de redéfinir les caractéristiques de l’artisan turinois et plus généralement l’artisan urbain. En feuilletant les plaintes, nous sommes interrogées par le fait qu’elles témoignent toutes d’un décalage entre la compétence professionnelle ou le savoir-faire artisanal et la réussite de l’épreuve d’habilitation demandée.

Premièrement, un bon artisan est un artisan expérimenté qui exerce son métier depuis l’enfance. Il ne s’agit pas seulement pour eux de faire référence à une tradition familiale, même si certains racontent avoir travaillé dans la boutique paternelle. Les artisans revendiquent surtout leur habileté et leur droit à exercer en raison de la confiance acquise dans leur métier, la connaissance qui vient d’une longue pratique et d’une fréquentation du milieu. Parfois, certains artisans avancent même des témoins qui déclarent les avoir vu depuis longtemps et plusieurs fois à l’œuvre.

Deuxièmement, selon les mots des suppliques, les artisans ont le droit d’être admis maître car ils gèrent depuis longtemps une boutique en ville sans qu’il n’y ait de fautes ou de plaintes de la part des clients (« con soddisfazione del pubblico » ; « con gradimento e soddisfazione di tutti gli accorrenti »). On repère ici une situation déjà remarquée dans les mots des individus arrêtés par le Vicario, c’est-à-dire l’importance de la possession des outils de travail, voire de la boutique, preuves qui renforcent les déclarations de familiarité avec le métier et l’ancrage dans la vie sociale et économique de la ville.

  • 28  C’est-à-dire « a total soddisfazione e contento degli accorrenti, e senza alcun benché menomo ricl (...)
  • 29  AST, Sez. Riun., Consolato di Commercio, Calzolai.

Troisième point qui ressort des sources, plusieurs artisans qui ne sont pas originaires de l’État de Savoie soulignent le fait qu’ils sont mariés avec une citoyenne piémontaise, (« una suddita di sua maestà ») ; d’autres renforcent leurs déclarations de familiarité avec le métier et la boutique, en précisant qu’ils sont mariés avec la veuve d’un artisan. Voilà, par exemple, la supplique d’Alessandro Demetrio, aspirant à être maître perruquier, en 1761. Il raconte avoir fait son apprentissage de trois ans à Vercelli ; installé à Turin, il y demeure 3 ans puis rentre à Vercelli où il épouse Domenica, la veuve d’un perruquier, et récupère ainsi sa boutique dans laquelle il travaille depuis 19 années sans plaintes28. Ou encore, la supplique d’Antonio Corte, cordonnier de Venise qui, en 1761, demande à être admis maître à Turin où il habite depuis 10 ans. Il met alors en avant le fait d’avoir épousé une femme sujette du Roi du Savoie, veuve d’un cordonnier, avec deux enfants qu’il nourrit29. L’affiliation à des « gens du cru » permet donc de revendiquer une certaine identité.

  • 30  AST, Sez. Riun., Consolato di Commercio, Registro de Privilegj e Patenti Erezione dell’Università (...)

Enfin, et quatrième point: les individus se réclament bons artisans en tant qu’hommes réputés et renommés dans la ville. En effet, l’exercice du métier exige d’être honnête, de bonnes vie et mœurs, d’un point de vue économique, politique, social et religieux (c’est-à-dire « uomini timorati di Dio »). Les qualités morales des individus et leurs compétences professionnelles sont étroitement imbriquées. Ainsi, Lorenzo Gazzola, né à Mondovi et habitant Turin depuis 20 ans, obtient, suite à une supplique déposée en 1751, le certificat de maître confiturier et distillateur par ordre royal sans apprentissage ni soutenance de l’examen de chef-d’œuvre. Afin de justifier sa demande, il présente l’année suivante, en 1752, deux compatriotes, comme témoins, qui affirment avoir vu Lorenzo travailler depuis longtemps avec toute la satisfaction de son patron et, ils ajoutent, le connaître comme « uomo dabbene », honnête homme30.

34Bref, la compétence artisanale, bien avant d’être la maîtrise d’une technique est une qualité enracinée dans l’espace vécu de la ville, définie par la capacité à s’inscrire dans le tissu urbain et dans des réseaux relationnels (témoins, clientèle, épouse), à acquérir ou utiliser les outils de production (la boutique, et les outils de travail) et à faire preuve de moralité professionnelle et personnelle. Par contre on ne discute presque jamais de la bonne qualité des produits fabriqués ni de l’exécution des produits réalisés.

35Enfin, comme les interrogatoires du Vicario, les suppliques des artisans soulignent une grande mobilité géographique et professionnelle des candidats.

  • 31  AST, Sez. I, Materie Economiche, Commercio, mazzo 1 bis, Calzettaj.

En effet, si les artisans en question insistent sur la familiarité, le long exercice du métier, et l’enracinement relationnel dans la ville, ils décrivent également leurs parcours de vie qui sont avant tout des parcours de mobilité géographique et professionnelle. Plusieurs d’entre eux n’ont pas exercé toute leur vie le métier dont ils demandent à être maître. En quête de survie économique, ils se débrouillent en exerçant plusieurs métiers, en se déplaçant entre ville et territoire, entre boutiques. En 1777, par exemple, Bartolomeo Milliè, né à Fossano s’occupe de la construction et de la réparation des métiers de fabricants de bas en soie mais, comme il a peu de travail, son revenu est faible tandis que sa famille nombreuse, il demande à être reconnu maître forgeron sans passer d’examen pour toucher un revenu plus important31.

36L’inscription dans la corporation se charge donc d’une autre signification, c’est-à-dire de la possibilité de jouir des avantages de stabilité et de protection qu’elle apporte, face à un marché du travail instable qui expose les artisans aux risques économiques.

Entre mobilité et stabilité

37Que peut-on conclure sur l’intérêt des sources judiciaires turinoises pour l’étude du monde du travail au xviiie siècle ? Qu’apportent finalement ces sources dans la compréhension du rapport entre les individus et leur travail?

  • 32  Comme l’ont proposé Alain Blum et Maurizio Gribaudi d’après leurs mots : « il s’agit de rendre aux (...)

38Les sources judiciaires nous permettent d’entamer une réflexion sur le monde du travail de l’Ancien Régime qui nous affranchit de l’utilisation de catégories socioprofessionnelles peu adaptées car construites a priori32. Les individus qui passent les interrogatoires du Vicario ou qui envoient leurs suppliques au roi ne sont point étrangers aux dynamiques sociales et économiques qui façonnent le marché du travail de la ville de Turin.

39Le rapport entre travail et individus s’articule autour un nœudde pratiques sociales et relationnelles qui basculent entre mobilité et stabilité : pour faire face à l’incertitude économique et à l’instabilité du marché du travail, les artisans n’hésitent pas à multiplier leurs sources de revenus, leurs activités, leurs relations sociales et leurs déplacements en adoptant à la fois une stratégie de mobilité géographique et professionnelle et une stratégie d’inscription dans des réseaux relationnels enracinés en ville. Les expressions des acteurs soulignent la centralité d’un réseau de relations locales stables, encré dans le tissu social urbain, tout en faisant de la mobilité géographique comme professionnelle les principaux moyens de survie. Comme on l’a vu, il s’agit d’une mobilité qui renvoie à un mode de vie répandu et lié à la recherche d’un travail ou à l’exercice d’un métier.

40« Mobilité » et « stabilité » ne sont donc pas des valeurs opposées ni incompatibles mais complémentaires et transversales à la société urbaine; elles représentent des enjeux de parcours personnels et professionnels des individus, et définissent donc une relation spécifique que les individus entretiennent avec le travail.

  • 33  Voir références n. 6 et 7.

41Cela nous permet de réfléchir à nombreux lieux communs sur les pratiques du travail artisanal, et notamment à douter de l’image de la boutique comme unité de travail stable, où taches et hiérarchies professionnelles sont bien définies, image celle-ci stéréotypée et implicite dans la plupart des études consacrées au monde artisanal33. Par ailleurs, ces résultats nous invitent à penser autrement le rôle des corporations : non plus et simplement comme lieux de construction d’une identité formelle et professionnelle, mais en tant que milieu de sociabilité urbaine, créant, pour face à la mobilité des individus, une stabilité relationnelle entre ceux qui habitent la ville.

42Finalement, la réflexion sur le rapport entre individus, temps et modalités de travail – telle qu’il en ressort des archives judiciaires – révèle une réalité bien plus floue, dynamique et sensible aux nécessités sociales de stabilité et d’enracinement des individus, comme aux changements imposés par leur cycle de vie individuelle et familiale, par la structure du marché du travail urbain ou par les conjonctures économiques. Sur ce problème, les archives judiciaires, tant criminelles que civiles, se recoupent et c’est bien là que demeure la clef de voûte de la compréhension des dynamiques du travail dans l’Ancien Régime.

Haut de page

Notes

1  Parmi les nombreux travaux d’histoire de la criminalité, voir par exemple : Valentine Arthur Charles Gatrell, Bruce Lenman, Geoffrey Parker (dir.), Crime and Law. The Social History of Crime in Western Europe since 1500, London, Europa Publications Limited, 1980; Richard Cobb, Death in Paris, Oxford-New York-Toronto, Oxford University Press, 1978. L’exploitation des archives judicaires pour une histoire de la criminalité demeure encore à la base d’ouvrages et revues récemment parues. Voir par exemple : Benoît Garnot (dir.), Histoire et criminalité de l’Antiquité au xxe siècle. Nouvelles approches, (Actes du colloque de Dijon-Chenove, 3, 4 et 5 octobre 1991), Dijon-Quetigny, Ed. Universitaires de Dijon, 1992.

2  Bronislaw Geremeck, Les Marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, Flammarion, 1976.

3  Michel Foucault (présenté par), Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère…Un cas de parricide au xixe siècle, Paris, Gallimard, 1973.

4  Benoît Garnot (dir.), La justice et l’histoire. Sources judiciaires à l’époque moderne (xvie, xviie, xviiie siècles), Paris, Bréal éd., 2006, p. 7. Le questionnement sur les modalités et la signification de l’activité judiciaire à travers les archives judiciaires se trouve aussi développé – quoique avec des conclusions très divergentes par rapport aux travaux de M. Garnot –dans le travail de Simona Cerutti, Giustizia sommaria. Pratiche e ideali di giustizia in una società di Ancien Régime (Torino xviii secolo), Milano, Feltrinelli, 2003. Pour une utilisation des archives judiciaires en dehors de l’histoire de la criminalité, voir par exemple : Carlo Ginzuburg, I benandanti, ricerche sulla stregoneria e sui culti agrari tra Cinquecento e Seicento, Torino, Einaudi, 1966; Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975 ; Arlette Farge, Michel Foucault, Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille, Paris, Gallimard, 1982 ; Arlette Farge, La Vie fragile : violences, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986; Arlette Farge, Jacques Revel, Logiques de la foule : l’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, Hachette, 1988; Natalie Zemon Davis, Fiction in the Archives. Pardon tales and their tellers in sixteenth-century France, Stanford, Stanford University Press, 1987.

5  Beatrice Zucca Micheletto, « In seguito alla deliberazione di trattenersi in città  » : scelta individuale e percorsi migratori nella Torino di Ancien Régime, thèse de doctorat en histoire moderne, dirigée par Maria Carla Lamberti, Fac. Lettere e Filosofia, Université de Turin, a.a. 2004-05.

6  Parmi les nombreux travaux, voir par exemple : le dossier « Corps et communauté d’Ancien Régime », Annales ESC, mars-avril, 43/2, 1988, p. 295-426 ; Steven L. Kaplan « La lutte pour le contrôle du marché du travail à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, III, 1989, p. 361-411; Steven L. Kaplan, Cynthia J. Koepp (dir.), Work in France. Representation, meaning, organization, and practice, Ithaca-London, Cornell University Press, 1986; Joseph P. Ward, Metropolitan communities: trade guilds, identity and change in early modern London, Stanford, Stanford U. P. 1989; Johan Dambruyne, « Guilds, social mobility and status in sixteenth-century Ghent », International review of social history, 43, 1998, p. 31-78; Alberto Guenzi, Paola Massa, Angelo Moioli, Corporazioni e gruppi professionali nell’Italia moderna, Milano, Franco Angeli, 1999; Marco Meriggi, Alessandro Pastore (dir.), Le regole dei mestieri e delle professioni. Secoli xv-xix, Milano, Franco Angeli, 2000.

7  Comme le démontrent deux études classiques consacrées à la façon de concevoir le travail dans l’Ancien Régime et aux modalités dont les travailleurs sereprésentent : William H. Sewell, Work and Revolution in France. The language of labour from Old Regime to 1848, Cambridge, Cambridge University Press, 1980; Abel Poitrineau, Ils travaillent la France. Métiers et mentalités du xvie au xixe siècle, Paris, Armand Colin Ed., 1992. Voir aussi : Geoffrey Crossick (dir.), The Artisan and the European Town, 1550-1900, Aldershot, Scolar Press, 1997; Christopher Brooks, « Apprenticeship, Social Mobility and the Middling Sort, 1550-1800 », Jonathan Barry and Christopher Brooks (dir.), The Middling Sort of People. Culture, Society and Politics in England 1550-1800, London, MacMillan, 1994, p. 52-83.

8  Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.

9  Michael Sonenscher, Work and wages: natural law, politics and the eighteenth-century French trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989; Id., The hatters of eighteenth-century France, Berkley, University of California Press, 1987.

10  Simona Cerutti, Giustiza sommaria, cit., p. 41.

11  Pour l’histoire de cette institution, voir Donatella Balani, Il Vicario tra città e stato : l’ordine pubblico e l’annona nella Torino del Settecento, Torino, Deputazione subalpina di storia patria, 1987.

12  Les suppliques sont conservées dans les registres de chaque Université d’art et métier de la ville de Turin : AST (dorénavant AST), Sez. Riun., Consolato di Commercio. Voir aussi : Luciano Allegra, « Fra norma e deroga. Il mercato del lavoro a Torino nel Settecento», Rivista Storica Italiana, CXVI, 2004, p. 872-925.

13  Le recensement turinois du 1802 a été saisi intégralement par une équipe d’étudiants coordonnée par Madame Maria Carla Lamberti de l’Université de Turin (Dép. Histoire, section Histoire économique), qui l’a mis généreusement à ma disposition.

14  Giuseppe Chicco, La seta in Piemonte. 1650-1800. Un sistema industriale d’ancien régime, Milano, Franco Angeli, 1995.

15  Données tirées du recensement de la ville de 1802.

16  Giovanni Levi, « Come Torino soffocò il Piemonte », in Id., Centro e periferia di uno stato assoluto. Tre saggi su Piemonte e Liguria in età moderna, Torino, Rosenberg & Sellier, 1985.

17  Parmi les nombreux travaux sur les sujets voir  par exemple: Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe xve-xixesiècle, Paris, Albin Michel, 1993; Franco Ramella, Terre e telai. Sistemi di parentela e manifattura nel Biellese dell’Ottocento, Torino, Einaudi, 1994; Giovanni Levi, Franco Ramella, « Immigrazione e doppio lavoro lungo il corso della vita. Alcune osservazioni sul Piemonte dell’Ottocento », in Annali Cervi, 11, 1989, p. 101-110; Owen Hufton, A History of Women. Vol. I: The Prospect Before Her, London, Harper Collins Publisher, 1995.

18  Données tirées du recensement du 1802 de la ville de Turin. Voir aussi Maria Carla Lamberti, « Immigrate e immigrati in una città preindustriale: Torino all’inizio dell’Ottocento », Angiolina Arru, Franco Ramella (dir.), L’Italia delle migrazioni interne. Donne, uomini, mobilità in età moderna e contemporanea, Roma, Donzelli, 2003, p. 161-205; Id., « Immigrazione e mercato del lavoro in una città di antico regime: Torino all’inizio dell’Ottocento », Bollettino Storico-Bibliografico Subalpino, Fasc. II, 2002, p. 583-629.

19  Pietro Castiglioni, « Relazione generale con una introduzione storica sopra i censimenti delle popolazioni italiane dai tempi antichi sino all’anno 1860 », Ministero d’agricoltura, industria e commercio,Statistica del Regno d’Italia, Popolazione. Censimento degli antichi stati sardi (1 gennaio 1858) e censimenti di Lombardia, di Parma e di Modena (1857-1858), Torino, Stamperia Reale, 1862.

20  Interrogé, il raconte que « dai dieci otto ottobre, che venni rilasciato dalla Cattena, me n’andai dalle parti di Giaveno in un luogo or in un altro a negoziare in bindelli, e pelli per far calzoni assieme ad un certo Bonanà ch’era pure con me uscito dalla Cattena, e col suo fondo di denaro, che riteneva (…) e da due giorni prima del mio arresto ero venuto in questa città per cercarmi padrone o per negoziare ».Archivio Storico Città di Torino (dorénavant ASCT), Vicariato, Atti Criminali Sommari, 1792-93, vl. 127, ff. 168r-170r.

21  Ibidem, f. 102r-v.

22  Ibidem, ff. 54r-62r.

23  ASCT, Vicariato, Atti Criminali Sommari, 1792-93, vl. 127, ff. 417v-420r.

24  Gaudenzio dit: « non sono solito a trattenermi né a lavorare con alcuno travagliando da me solo, ed a mio conto, girando a cercarmi del lavoro, e non son solito a fissare la mia dimora in alcun luogo in prova di che ho depositati i ferri ed utensili di mia professione nella cassina detta la Berlia propria del conte Berlia, dove io sono conosciuto ». ASCT, Vicariato, Atti Criminali Sommari, 1792-93, vl. 127, ff. 176r-177v.

25  Les interrogatoires fourmillent d’histoires de ce genre. Par exemple, Francesco Beltramo, 30 ans, né à Voghera, est arrêté surpris à dormir sous les arcades de la ville de Turin. Il raconte avoir travaillé en qualité de chef de cuisine et serviteur à Tortona et s’être rendu à Turin à la recherche d’un maître ; les attestations de fidélité des anciens maîtres peuvent le prouver (« sono venuto espressamente da sette giorni a sta parte in questa Capitale per ritrovarmi padrone, e ciò aveva tanto più luogo a sperarlo, perché son munito dei necessari attestati di fedeltà de’ passati miei padroni »), ASCT, Vicariato, Atti Criminali Sommari, 1792-93, vl. 127, f. 49r-v.

26  En effet, dans les Regie Costituzioni on lit que « S’avranno per zingari e vagabondi tutti quelli che sani, e robusti senza beni stabiliti e sufficienti al loro mantenimento, e senza esercizio di professione andranno vagando (…) Allegando un vagabondo o il possessore de’ beni, o l’esercizio di qualche professione ne Nostri Stati dovrà nello stesso tempo individuare precisamente dove possiede i beni, od ha esercitata la professione, altrimenti non s’avrà alcun riguardo alla di lui allegazione e se il Fisco proverà il contrario, s’avrà il reo per convinto ». La citation est tirée par Ada Lonni, « Dalla prassi alla norma. Criteri di definizione e di repressione delle azioni proibite (secoli xviii-xix) », Alessandro Pastore, Paolo Sorcinelli (dir.), Emarginazione, criminalità e devianza in Italia fra ‘600 e ‘900: problemi e indicazioni di ricerca, Milano, Franco Angeli, 1990, p. 85-101.

27  Sur le sujet voir: Simona Cerutti, La ville et les métiers: naissance d’un langage corporatif (Turin 17 -18esiècle), Paris, ed. éHESS, 1990; Ester De Fort, « Mastri e lavoranti nelle università di mestiere tra Settecento e Ottocento », Aldo Agosti, Gian Mario Bravo (dir.), Storia del movimento operaio, del socialismo e delle lotte sociali in Piemonte, Bari, De Donato, 1979, p. 89-142.

28  C’est-à-dire « a total soddisfazione e contento degli accorrenti, e senza alcun benché menomo riclamo de’ medesimi », Archivio di Stato di Torino, Sez. Riun., Consolato di Commercio, Parrucchieri, vol. 24.

29  AST, Sez. Riun., Consolato di Commercio, Calzolai.

30  AST, Sez. Riun., Consolato di Commercio, Registro de Privilegj e Patenti Erezione dell’Università de Confettieri e d’Acquavitaj di questa città, vol. 1, ff. 28r-30r.

31  AST, Sez. I, Materie Economiche, Commercio, mazzo 1 bis, Calzettaj.

32  Comme l’ont proposé Alain Blum et Maurizio Gribaudi d’après leurs mots : « il s’agit de rendre aux données leurs valeurs individuelles, et de construire ainsi des modèles de stratification et de mobilité qui n’ont pas comme schéma, implicite ou explicite, un processus macro structurel où l’individu est neutralisé ». Alain Blum, Maurizio Gribaudi, « Des catégories aux liens individuels : analyse statistique de l’espace social », Annales ESC, 6, 1990, p. 1365-1402, cit. p. 1383.

33  Voir références n. 6 et 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Beatrice Zucca Micheletto, « Travail, immigration et relations sociales à travers les parcours d’individus et familles d’une ville de l’Ancien Régime (Turin, xviiie siècle) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 05 | 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/1702 ; DOI : 10.4000/acrh.1702

Haut de page

Auteur

Beatrice Zucca Micheletto

Depuis 2006, Beatrice Zucca Micheletto. est docteur en histoire moderne à l’Université de Turin. Sa thèse de doctorat porte sur les parcours d’enracinement des migrants dans la ville de Turin au xviiie siècle. Elle a été boursière pendant deux ans (2005-2007) de la Fondation Luigi Einaudi de Turin. à présent elle est « assegnista di ricerca » de l’Université de Turin dans le cadre du projet scientifique coordonné par le prof. L. Allegra.
Elle s’occupe d’histoire sociale et notamment d’histoire de la famille, de la parenté et des femmes, de démographie historique, de l’histoire du travail et du travail des femmes, immigration, stratégies et modalités d’enracinement et d’intégration sociale et professionnelle dans les sociétés urbaines de l’Ancien Régime.
Publication récentes :
- « Precarietà o flessibilità? Lavoro femminile, figli ed economia domestica in una città di antico regime (Torino, xviii secolo) », dans Genesis, II/2009 (à paraître)
- « Mercato del lavoro, mobilità e ciclo di vita. Torino nella seconda metà del xviii sec. », dans Annali della Fondazione Einaudi, n XLI, 2007, p. 99-129.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org