Navigation – Plan du site
Les éditions de la Bible historiale

Les éditions de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’éditions de la première moitié du xvie siècle

Eléonore Fournié

Résumés

Ce catalogue propose, pour la première fois, l’ensemble des éditions de la Bible historiale conservées à travers le monde. Répertorié par ordre alphabétique de ville, chaque ouvrage fait l’objet d’une notice détaillée présentant l’origine géographique de fabrication, la date d’édition, le type de support (vélin, papier), le nombre de feuillets, les dimensions, l’éditeur et les éventuels imprimeurs, les illustrations et le contenu. Une bibliographie, les expositions où l’édition a pu être présentée et la liste des bois gravés – selon une nomenclature normée – sont également fournies. Le catalogue est complété par un article de présentation de cette production éditoriale majeure de la première moitié du xvie siècle.

Haut de page

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Eléonore Fournié

Introduction

1Dans la continuité de ce qui a été développé dans l’article Les manuscrits de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’une œuvre médiévale, nous souhaiterions poursuivre notre présentation de la Bible historiale en proposant ici une présentation et un catalogue raisonné des éditions imprimées de la première moitié du xvie siècle. Ces deux articles de présentation et ces deux catalogues fonctionnent en binôme ; ce catalogue et cet article de présentation sont la suite historique logique du catalogue et de l’article précédent ; ils ne reprennent pas, par conséquence, un certain nombre de points – comme la présentation de la Bible historiale comme œuvre littéraire du Moyen Âge –, développés précédemment.

2À une date inconnue, mais que nous pensons être celle de 1498 – nous y reviendrons –, Antoine Vérard, célèbre éditeur parisien, produit à la demande du roi Charles VIII et sous la direction de son confesseur, Jean de Rély, la première version imprimée de la Bible historiale1. Cet incunable est suivi par 26 autres éditions, à Paris et à Lyon, jusqu’en 1545. Ces sources éditées, dont le succès est comparable à celui des manuscrits au cours du Moyen Âge, n’ont jusqu’alors fait l’objet d’aucune étude.

3Grandes oubliées des recherches en histoire médiévale, les sources imprimées sont pourtant à concevoir dans le prolongement des réalisations manuscrites. L’un des enjeux de cet article est de réaliser, pour la première fois, un travail de synthèse historique et bibliographique, ainsi qu’une présentation des réalisations imprimées de la Bible historiale au xvie siècle. Par ailleurs, il s’agit de déterminer pourquoi cette édition fut si tardive, de comprendre les raisons de son succès, mais également les causes de l’arrêt brutal de sa production. Nous nous intéresserons également aux éditeurs/libraires, aux éventuels imprimeurs et aux bois gravés présents en très grand nombre dans ces ouvrages.

4Une première partie présente ces sources imprimées en détaillant d’une part la manière dont ces différentes éditions ont été rassemblées et classées, d’autre part le passage du manuscrit à l’imprimé et enfin le détail des différentes parutions. Un second chapitre tente, au moyen d’études transversales, d’analyser l’ensemble de cette production. Un travail méticuleux nous a permis de constituer un Catalogue des imprimés de la Bible historiale2, qui précise chacune de ces éditions.

 Présentation des imprimés de la Bible historiale

Regrouper les imprimés

5La recherche des différentes éditions de la Bible historiale, et des différents exemplaires de ces éditions, dans les collections françaises et internationales a pu être menée grâce à plusieurs ouvrages. Le premier, recensement précieux de toutes les publications bibliques, est celui de Bettye Thomas Chambers3. Le second est l’étude de Martine Delaveau et de Denise Hillard4, où sont corrigées de petites erreurs du « Chambers » et qui donne quelques renseignements supplémentaires sur les imprimés des bibliothèques parisiennes. Ont été consultés les différents Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France5 afin de repérer les ouvrages conservés dans les bibliothèques de province, et les catalogues d’incunables ou d’imprimés du xvie siècle des différents fonds patrimoniaux internationaux6. La dernière édition du Répertoire d’imprimeurs/libraires7 a fourni les principaux éléments biographiques concernant les artisans du livre. Enfin, les bases de données bibliographiques disponibles sur différents sites Internet précisent le contenu des différentes éditions8.

6Le reste de la bibliographie disponible sur le sujet est assez maigre : rien n’a jamais été publié à proprement parler sur la Bible historiale. Les ouvrages généralistes sur la Réforme et la Bible n’abordent pas la Bible historiale9, excepté l’ouvrage de P.-M. Bogaert10. Il existe un mémoire de recherche fait par de jeunes conservateurs de l’Enssib en juin 2004, intitulé « Textes et images dans la Bible historiée d’Antoine Vérard »11 ; leur idée de départ est de comprendre « le sens de l’illustration xylographique dans l’incunable tardif et se propose d’étudier de près les peintures de l’exemplaire sur vélin de la Bibliothèque municipale de Lyon en les comparant avec celles de l’exemplaire de la B.n.F. »12. Ils ont le mérite de souligner que très peu d’études ont été menées sur le sujet – en notant « l’absence d’enquête exhaustive sur l’incunable français illustré »13 –, de tracer à grandes lignes le contexte de production de la Bible historiale – appelée Bible historiée… –, de comparer les exemplaires peints et gravés de Lyon et de Paris, avant de conclure sur l’existence de jeux de gravures, la fréquence de leurs remplois, l’importance de l’image dans les ouvrages, et d’émettre des hypothèses sur l’identification des peintres des miniatures. Ces auteurs s’aperçoivent ainsi de la qualité supérieure des miniatures par rapport aux gravures et de leur meilleure adéquation avec le texte ; ils avouent cependant ne pas avoir les connaissances nécessaires pour mener une étude complète du sujet.

7Enfin, nous nous sommes appuyée sur trois articles très complets14 pour comprendre le contexte de production de la Bible historiale dans la première moitié du xve siècle à Paris et à Lyon.

8Les imprimés de la Bible historiale sont bien moins connus que les manuscrits. Corpus un peu ingrat, il semble n’avoir rien d’exceptionnel : ni le faste des derniers siècles du Moyen Âge, ni la technicité des incunables, ni la rareté de certaines publications. Mais l’étude de cet ensemble nous permet de cerner une parenté entre ces eux. D’ailleurs, la transition entre manuscrits et imprimés doit être examinée de plus près, car si la technique change, un « esprit » demeure.

Des derniers manuscrits aux premiers imprimés

9Ainsi paraît à la fin du xve siècle l’édition d’un des manuscrits les plus populaires du Moyen Âge et « si elle n’est pas le premier imprimé biblique en français, elle peut être tenue légitimement pour la première Bible française imprimée. Avec ses deux volumes faisant plus de 700 folios15, elle englobe un contenu plus vaste qu’une Bible, et presque rien ne fait défaut pour qu’elle soit une Bible complète »16.

La première bible en français complète

10La première édition de la Bible en latin a été publiée à Paris entre juillet 1476 et juillet 1477 par Ulrich Gering et ses associés, Michael Friburger et Martin Crantz Fering, alors installés au Soleil d’or, rue Saint-Jacques. Elle dérive du modèle établi par Johann Gutenberg quelques décennies plus tôt. Mais compte tenu du désintérêt de l’Université parisienne pour les études bibliques - le livre de prédilection à cette époque est toujours Les Sentences de Pierre Lombard -, il y a peu d’éditions de la Bible dans la capitale au cours du dernier quart du xve siècle. À Lyon, la situation est sensiblement différente : comme les imprimeurs sont moins liés à l’université, de 1479 à 1500, huit éditions en latin se succèdent. Quant aux versions en langue vernaculaire de la Bible, ce ne sont jamais des éditions complètes.

11Ainsi cette Bible en français demeure la seule traduction intégrale en français imprimée en France avant 1524. Il est difficile de comprendre pourquoi il n’y a pas eu d’éditions avant celle-ci, à la toute fin du xve siècle, et pourquoi elle n’a pas fait d’émules.

Une commande royale

12L’impression de cette Bible historiale est le fait du prince. Commande de Charles VIII, elle répond à son souci de laïc pieux, comme l’indique la brève épître dédicatoire :

En perseverant tousiours de bonne affection vouloir acomplyr et fayre vos bons plaisirs et commandemens. Mon tres Souverain seigneur Charles huytiesme de ce nom tres chrestien Roy de france A la louenge de la benoiste trinite de paradis et de vous chier sire. Apres que par vous me a este commande, vous ay fait la bible hystoryee contenant deux volumes ou sont les hystoires scolastiques. Lesquelz livres historiaux furent iadiz translates par ung excellent docteur de latin en françoys comme vous pourrez veoir cy apres en ensuivant17.

13Ni datée, ni signée, mentionnant sans le nommer Guyart des Moulins, cette dédicace serait l’œuvre de Jean de Rély18. Charles VIII, contrairement à son père Louis XI, aime les livres et souhaite se constituer une bibliothèque royale. Il semble alors qu’il choisisse la même « Bible de chevet » que ses aïeuls, Charles V ou Charles VI. D’ailleurs, il commande à Antoine Vérard de nombreux autres ouvrages de tradition médiévale comme des livres d’Heures, une Légende dorée ou des Grandes Chroniques de France, etc. La relation entre le roi et l’éditeur est particulièrement bien analysée par Mary Beth Winn19, qui souligne les liens d’exclusivité qu’ils entretenaient l’un envers l’autre afin d’affirmer leur pouvoir respectif.

14Notons cependant que cette dédicace royale restera la seule et l’unique concernant la Bible historiale, alors que les collaborations entre Antoine Vérard et les princes20 se tissent fermement jusqu’à la mort de l’imprimeur ; et nous nous posons la question suivante – oriale de la première moitié du xvie siècle n’est-elle plus le fruit d’une volonté royale ou princière21 ?

Un problème de datation

15Un problème important concerne la date d’édition. Cette première parution – qui est un incunable –, comme souvent chez Antoine Vérard, n’est pas datée. De nombreuses propositions ont été faites, allant de 1487 à 1499. À l’usure des bois gravés, A. Martin propose une datation entre décembre 1492 et juillet 1494 ; à partir d’autres éléments typographiques, B. Chambers place la Bible après août 1494 et avant mai 149622. J. LeLong23, Éd. Reuss24 et S. Berger25 proposent « ca. 1487 », datation retrouvée dans de très nombreuses publications anciennes ; J. J. B. Van Praet26 et W. Van Eys27 disent « ca. 1496 » ; M. Pellechet28, J. MacFarlane29, T. H. Darlow et H.F. Moule30, et R. Goff31 pensent « ca. 1498 » ; P.-M. Bogaert32 propose « 1494-1495 » ; enfin, Mary Beth Winn suggère que « compte tenu de l’adresse dans le colophon et de l’état des bois de l’imprimeur, [l’ouvrage serait daté] entre le 8 mai 1498 et le 25 octobre 1499 »33. À des fins de clarté pédagogique, nous avons choisi de dater cette première édition de 1498, comme le propose d’ailleurs D. Hillard: « D’après l’état de la marque de Vérard, l’édition peut être datée de l’été ou de l’automne 1498, ce qui correspond aussi à l’emploi simultané des trois caractères utilisés, avec leurs particularités de ce moment […]. De toute façon, par l’adresse, l’impression est antérieure à […] 1499 »34

16Une édition à l’été 1498 serait corroborée par l’aspect extérieur de l’exemplaire sur vélin de la Bibliothèque nationale35. Il était destiné à Charles VIII, mais comme le souligne D. Hillard, « la dédicace imprimée, très courte n’est pas mise en valeur par l’artiste qui a enluminé l’ouvrage. Il n’y a pas, comme on le voit habituellement dans les ouvrages offerts par Antoine Vérard à Charles VIII, la peinture traditionnelle qui représente le libraire agenouillé devant le roi […]. La qualité de l’enluminure elle-même est inférieure à celle des vélins de Charles VIII mais correspond mieux à celle des vélins imprimés sous le règne de Louis XII […]. » Elle conclut alors que « tout fait penser à une entreprise commencée du vivant du roi et terminée après sa mort accidentelle en avril 1498 »36. Ce qui signifierait que le roi n’avait jamais vu achevée la seule Bible qu’il ait commandée. C’est à cette date, 1498, que nous regroupons différents exemplaires aux datations fluctuantes37.

17Par ailleurs, se pose la question d’une éventuelle différence d’éditions, entre les exemplaires munis de miniatures peintes (Paris, B.n.F., Vélins 100-101, Lyon, B.m., Inc. 57-58, New-York, PML, 28379-82 et Localisation inconnue, vente Christie’s Londres, 13 juin 2002, lot 12) et ceux ornés de gravures (tous les autres), a été posée, sans que les spécialistes y apportent de réponses assurées. S’agit-il d’une même édition, où seules les images auraient été retouchées, ou bien a-t-on affaire à deux parutions différentes, possédant donc des contenus iconographiques distincts ? Faute d’avoir pu comparer soigneusement les exemplaires entre eux, nous sommes incapables de répondre à ces questions.

Contenu de l’incunable

18Malgré ce qu’affirme Samuel Berger sur le remaniement total du texte de Guyart des Moulins à la fin du xve siècle38, il semblerait pourtant qu’ait été maintenu le modèle de la Grande Bible historiale complétée, formule la plus populaire et la plus complète, du type de celles du duc de Berry. Le contenu textuel de cette première édition, jusqu’au Livre des Rois, reflète d’ailleurs exactement le travail de Guyart des Moulins. Seuls quelques mots jugés vieillis sont modifiés. Ainsi, comme l’écrit François Dupuigrenet-Desroussilles : « On remarque également que "l’hystoire" du premier verset de la Genèse ne commence pas par "Au commencement fut le filz…" mais "Au commencement fut le feu…", ce qui suggère que le texte de l’édition a dû être établi d’après un manuscrit picard. Ces erreurs furent corrigées dans les éditions suivantes »39.

19À peu de choses près, l’ordre de la Vulgate est respecté ; seules les épîtres catholiques apparaissent à la fin des Actes de Apôtres40. Le principal problème concerne le Psautier ; en effet, comme il manque dans un certain nombre d’exemplaires, nous ne savons pas s’il est présent dès la première édition ou s’il a été rajouté par la suite. Mais il est certain qu’il ne provient pas de la Grande B.h.c. mais d’une modernisation de psautier établi par Raoul de Presles, qui est reprise dans toutes les éditions suivantes.

20Les textes édités entre 1498 et 1545 n’ont pas fait l’objet de publications raisonnées. Une tentative a été mise en place avec le texte de l’Ecclésiaste41, sans connaître de postérité. De telles études permettraient d’une part de comparer la version éditée à la prétendue source d’inspiration, la Grande B.h.c. du groupe du duc de Berry, et d’autre part de comparer les éditions entre elles.

21Dans ces incunables, chaque page est composée de deux colonnes de 46-47 lignes ; les caractères utilisés sont pour le premier volume en B 119, sauf pour le Psautier qui est en B 114, dernier état, et en B 115 pour le second volume. Les titres sont en G 430. Cette première édition en lettres gothiques bâtardes sur deux colonnes compactes n’est pas très aisée à lire ; « La ponctuation "aléatoire"42 et l’absence de divisions en versets ne facilitent pas l’étude d’un texte souvent difficile. »43.

22Quant aux illustrations de cette première édition, quatre exemplaires possèdent des miniatures, alors que les dix-huit autres sont ornés de gravures. Seul l’exemplaire de Charles VIII44 a réservé, dès sa conception, des emplacements libres pour les enluminures. En revanche, dans les trois autres45, certaines gravures ont été recouvertes de peintures par des artistes46 – à l’heure actuelle toujours non identifiés47 –, qui, jugeant la pertinence iconographique des premières non satisfaisante, ont voulu réaliser des illustrations plus proches du texte biblique. Dans la petite étude sur le sujet48, les auteurs pointent les différences et points communs entre exemplaires peints et gravés des bibliothèques de Lyon et de Paris, pour en arriver à cette conclusion49. Ils notent aussi que les exemplaires avec des peintures possèdent plus d’images que ceux ne renfermant que des bois gravés ; et que les peintres ont souvent « débordé » de l’espace imparti à la gravure pour recouvrir aussi de la composition colorée le cadre architecturé et le contour de l’image50. Sinon, comme nous l’avons dit, la grande majorité des impressions est ornée de bois gravés. Ils proviennent du fonds très hétéroclite d’Antoine Vérard. Comme dans les exemplaires manuscrits, les illustrations sont placées en tête de chapitre ou pour illustrer un épisode biblique particulier. Souvent employées à plusieurs reprises dans le texte, elles l’illustrent, en fin de compte, maladroitement. L’ensemble est soigné mais sans souci d’esthétique ou d’innovations iconographiques particulières.

23Enfin, il est nécessaire d’estimer le degré de ressemblance entre imprimés et manuscrits. Comment s’est opéré le passage de l’un à l’autre ? Existe-t-il une parentéentre tous ces ouvrages ? Les imprimés, mis à part celui qui était destiné à Charles VIII, ressemblent peu aux manuscrits. Le constat est d’autant plus aisé à faire que dans les années 1490, quand paraît la première Bible historiale imprimée, deux manuscrits n’ont pas encore été réalisés51, qui diffèreront en tous points de l’imprimé. Certes, ces deux manuscrits sont produits en province, l’un en Franche-Comté et l’autre à Tours, mais la Bible imprimée, toute parisienne soit-elle, n’a pas la grandeur esthétique, ni le souci d’harmonie iconographique des ouvrages médiévaux. La mise en page est la même, les images se trouvent toujours en tête de chapitre et les cycles iconographiques débordent d’épisodes anecdotiques mais, outre l’apparition du noir et blanc, inhérente à la technique, les bois sont beaucoup plus – voire trop – nombreux, et se répètent inlassablement, surtout dans le Nouveau Testament. La poésie délicate, présente même sous le pinceau maladroit de l’artiste sollicité par Simon de la Rye et Jeanne de la Baume52, impose une unité stylistique éloignée des bois hétéroclites d’Antoine Vérard. Sans être totale, car le format et la présence des deux volumes perdurent, la rupture est là : les imprimés s’inscrivent davantage dans le présent que les manuscrits hérités d’un idéal achevé. Le phénomène est d’autant plus marquant que manuscrits et imprimés se côtoient.

Affirmation d’une lignée d’imprimés

24À la première édition considérée comme incunable, car sa datation, quelle qu’elle soit, est avant 1500, succèdent 26 autres à Paris et à Lyon. Toutes sont bien datées. La deuxième a lieu toujours chez Antoine Vérard, à Paris, qu’« on ne peut mettre avant 1503 en raison de l’adresse typographique, et sans doute faut-il mettre en 1505, la deuxième édition que donna Antoine Vérard. Le Psautier y est intégré. À la fin de la table de l’édition de 1510, on lit : "Et a este ceste bible en françois la premiere fois imprimee a la requeste du roi tres chrestien roy de france Charles huytiesme de ce nom. Et depuis a este corrigee et imprimee et avec ce adiouse le psaultier comme dit est affin que la bible fust toute complette…" »53.

25À cette édition de 1505, en succède une autre en 1506, à Lyon, chez Claude Davost. En 1510, paraît encore chez Antoine Vérard une nouvelle impression. Puis, vers 1514, son fils Barthélemy – Antoine Vérard meurt en 1514 – en lance une autre ; en 1517, Barthélemy s’associe à François Regnault pour une version aux nombreux bois nouveaux. En 1518, une édition lyonnaise, résolument inédite, paraît chez Jacques Sacon. La production parisienne continue en 1520 avec une édition qui reprend celle de 1517et est partagée entre François Regnault et Jean Petit. Puis, en 1521, Jacques Sacon et Pierre Bailly s’associent pour une nouvelle édition lyonnaise. En 1529, une édition toujours partagée entre François Regnault et Jean Petit paraît, aux bois légèrement différents des éditions antérieures. En 1531, Pierre Bailli donne deux versions lyonnaises assez semblables l’une de l’autre, mais se différenciant par le colophon, et très proches de celle de 1521. À partir de 1537-1538, Jacques Bonnemère reprend les éditions parisiennes, s’inspirant largement de celle de 1529. Puis, dès 1541, s’associent Madeleine Boursette, la veuve de François Regnault, Ambroise Girault et Oudin Petit, pour une nouvelle édition, inspirée de celle de 1538. En 1543, Madeleine Boursette et son fils Pierre Regnault sortent une nouvelle version. L’année suivante, en 1543-1544, les mêmes s’associent avec Jean Bignon, pour une parution contenant des bois neufs. En 1545, paraît à Paris une édition partagée entre Oudin Petit, Thielman Kerver, Guillaume le Bret, Rémy Boyset et Pierre Sergent, et qui, contrairement à ce qu’annonce la page de titre, est semblable aux éditions antérieures. Enfin, la dernière édition est datée entre 1544 et 1546, selon les indications présentes au premier puis au second volume, et provient de chez Pierre Regnault. Ces différentes éditions seront détaillées dans le chapitre suivant par le biais d’études transversales. Imprimée, la Bible historiale rencontre un succès commercial ; de ces 26 éditions, sont conservés 163 exemplaires.

26Précisons l’allure généralede ces ouvrages. Provenant de Paris ou de Lyon, les deux grandes villes de l’imprimerie au xvie siècle54, ils sont imprimés sur papier, sauf l’exemplaire destiné au roi, tiré sur vélin. Comme leurs ascendants, ce sont de grands formats, des in-2°, sauf pour deux éditions tardives, celles de 1543 et de 1543-1544, qui sont de petits in-8°. Ils présentent d’épais volumes, constitués de plusieurs cahiers. L’incunable comprend 748 feuillets ; les parutions de 1505, 1510 et 1514 : 512 ; celles de 1517, 1520 et 1529 : 558 ; celles de 1537-1538 et de 1541 : 556 ; les éditions in-8° multiplient leurs pages avec 1064 pour la première version et 1088 pour la seconde ; en 1545 puis en 1544-1546, 518 feuillets restent nécessaires. Quant aux éditions lyonnaises de 1521 et de 1531, elles contiennent 386 feuillets.

27Ces ouvrages se composent en général de deux volumes, reliés ensemble, le premier regroupant les livres de la Genèse au Psautier ; le second des Maccabées à l’Apocalypse. À partir de 1505, dans les éditions parisiennes, le second volume se divise en deux parties : des Paraboles aux Maccabées puis le Nouveau Testament. En 1517, le premier volume se scinde à son tour : de la Genèse au livre de Ruth, et des Rois au Psautier. Il y a donc dès lors deux volumes de deux parties chacun. Dans les éditions lyonnaises, il y a deux volumes allant de la Genèse au Psautier puis des Maccabées à l’Apocalypse, sauf pour l’édition de 1506 où le second volume est également divisé en deux parties.

28La présence des bois varie d’une édition à l’autre. La première est la plus complète avec 391 bois ; celle de 1505 en possède 185 ; celle de 1510 : 174 ; celle de 1514 : 181 ; celles de 1517, 1520 et 1541 : 189 ; celle de 1529 : 180 ; celle de 1537-1538 : 179 ; celle de 1543 : 209 ; celle de 1544-1546 : 191 et celle de 1545 : 202. La première édition lyonnaise est aussi riche que la parution parisienne de 1505, avec 186 bois ; puis 133 bois pour les exemplaires de 1518, 146 pour celui de 1521 et 141 pour ceux de 153155. Même si ce sont très souvent les mêmes bois qui sont repris d’une édition à l’autre, les différences numéraires s’expliquent par la volonté de l’éditeur d’illustrer ou non un chapitre biblique ; cela concerne essentiellement certaines histoires des livres des Rois et les Évangiles.

29Quant à la page de titre, lorsqu’elle est conservée, elle donne le titre56, l’adresse57 et parfois le nom de l’imprimeur. La date est rarement mentionnée ; elle est déduite de l’adresse, de l’étude des bois, ou des informations connues sur les imprimeurs. La mise en page du texte est sobre, les titres et intertitres de la même couleur, noire, que le texte. Celui-ci est dense mais lisible, disposé en deux colonnes par page et composé en caractères gothiques, sauf dans l’édition de 1544-1546, la dernière de toutes, où il est en caractères romains. Le nombre de lignes varie d’une édition à l’autre58.

30Dans cette grande famille des imprimés, il est nécessaire à présent de poser quelques jalons afin de distinguer des « fratries » selon la date d’impression, l’imprimeur et le type des bois gravés utilisés.

Grandes caractéristiques des imprimés de la Bible historiale

31Trois champs d’étude pertinents ont été choisis pour dégager des filiations entre les différentes impressions : la chronologie, les imprimeurs et les bois gravés.

Une chronologie élastique

32La parution de l’incunable s’inscrit dans un contexte de très grande production d’éditions illustrées à Paris. Comme nous l’avons évoqué plus haut, nous n’expliquons pas le fait qu’elle fut pendant plus de trente ans, la seule publication intégrale des livres de la Bible. De même, nous n’expliquons pas la chronologie du rythme des publications, qui se déroule sur cinquante ans, de manière continue mais irrégulière. Ainsi, à la première édition de la fin du xve siècle, succèdent deux fastueuses décennies, jusqu’en 1520, avec 5 tirages à Paris. Puis jusqu’en 1540, le rythme ralentit avec deux sorties, en 1529 et en 1537-1538. Une cadence soutenue reprend jusqu’en 1546, avec 5 publications. À Lyon, sans être uniforme, la production est plus harmonieuse dans le temps, avec des exemplaires en 1506, 1518, 1521 puis 1531.

33L’étude du nombre de feuillets par ouvrage permet de dégager huit « familles » d’édition. La première reste unique, avec [12]59 353 [39] et [6] 338 feuillets pour ses deux volumes. La deuxième, de 1505 à Paris, est semblable à celle de 1510 et de 1514 avec [10] 255 [1] puis [10] 134 et 102 feuillets pour les deux volumes. Puis l’édition de 1517 impose sa pagination à celles de 1520 et 1529 en se découpant ainsi : [10] 114, 165 [1] puis [10] 144, 113 [1], pour les deux volumes en deux parties chacun. Ce découpage demeure pour les deux éditions de 1537-1538 et celle de 1541 qui se présentent de la sorte : [10] 112, 165 [1] et [10] 144, 113 [1]. Les petites parutions de 1543 et 1543-1544 contiennent davantage de feuillets mais sont numérotées de façon extrêmement confuse : [16] "537" (547)60 [1] et [16] "276" (272), 222, pour la première et [16] "538" (536) et [16] "508" (520), pour la seconde. L’édition de 1545 opte pour une numérotation continue des premières et secondes parties à l’intérieur de chaque volume : [10] 263 [1] et [8] 236. La dernière édition, quant à elle, se rapproche de celles de 1537-1538, 1541 et 1545, sans leur ressembler tout à fait : [10] 257 [1] et [11] 237 [1].

34La première parution lyonnaise n’a pas pu être soigneusement examinée ; les trois suivantes, de 1521 et 1531, s’organisent comme ceci : [8] 195 [1] ; [8] 173 [1].

35Ainsi, selon ces données, huit types d’ouvrages peuvent être distingués : le premier autour de l’incunable, le deuxième avec les éditions de 1505, 1510 et 1514 ; le troisième avec celles de 1517, 1520 et 1529 ; le quatrième avec celles de 1537-1538 et 1541 ; le cinquième, avec celles de 1543 et 1543-1544, quoique différentes dans la foliotation, mais semblables dans le format et la numérotation confuse ; le sixième avec celle de 1545 ; le septième avec celle de 1544-1546 et le huitième, lyonnais, avec celles de 1518, 1521 et 1531.

36Ces regroupements sont probablement liés aux éditeurs eux-mêmes. Jusqu’en 1514, Antoine Vérard est aux commandes ; puis son fils Barthélemy lui succède et impose une nouvelle formule pour l’édition de 1517, à peu de choses près reprise par François Regnault et Jean Petit, qui se partagent les deux éditions de 1520 et 1529. À partir des années 1530, un nouvel éditeur, Antoine Bonnemère, reprend d’assez près cette nouvelle organisation, copiée par Madeleine Boursette, veuve de François Regnault, et Oudin Petit en 1537-1538. En revanche, dans les années 1540, quand se multiplient les éditions, alors que les éditeurs restent les mêmes – Madeleine Boursette, Pierre Regnault, le fils de François, Oudin Petit, puis Guillaume le Bret, Thielman Kerver, Rémy Boyset, Pierre Sergent, Charles et/ou Arnoul l’Angelier –, les ouvrages diffèrent tous les uns des autres. Quant aux réalisations lyonnaises, elles sont d’abord le fait de Claude Davost en 1506, puis de Jacques Sacon à partir de 1518. Il partage en 1521 une nouvelle édition avec Pierre Balli, qui, en 1531, publie deux tirages, sensiblement différents du modèle de 1521. Nous expliquons mal cette chronologie élastique, faite d’éditions relativement proches mais avec de brusques surprises.

37Pour conclure sur cette chronologie, nous voudrions souligner que demeure une dernière question concernant son arrêt brutal. Comme le soulignent P.-M. Bogaert, ces éditions « durent paraître moins suspectes aux catholiques que les Bibles traduites directement de la Vulgate mais elles ne pouvaient contenter les réformateurs »61. Des nouvelles versions, plus conformes à l’esprit de la Contre-Réforme s’imposent, reléguant au passé ces textes médiévaux. Dans le même temps, cesse d’ailleurs l’impression des Bibles Abrégées, signe que les adaptations bibliques en français du Moyen Âge ont dû définitivement succomber aux assauts d’un christianisme réformé.

Quelques aspects des imprimeurs-éditeurs

38Les éditeurs de la Bible historiale sont connus par la présence de leur nom, de leur marque ou de leur adresse inscrits dans les ouvrages. C’est un tout petit monde parisien et lyonnais. Contrairement à ce qui a été fait pour les peintres des manuscrits, nous donnerons dans les pages suivantes les éléments biographiques de ces éditeurs - que nous ne reprendrons pas dans le Catalogue des imprimés de la Bible historiale.

Antoine Vérard

39Grâce aux travaux de J. Macfarlane, d’A. Claudin et de M. B. Winn62, la vie d’Antoine Vérard peut être retracée. Originaire de Tours63, il y dirigeait avant 1485 un atelier de copie. Il se lance dans l’édition imprimée en 1485 avec l’aide du notaire-secrétaire du roi, Nicole Gilles. Mais s’il ne pratique pas lui-même la typographie, il fait appel pour ces éditions de luxe à des imprimeurs. Sont connus pour avoir travaillé pour lui : Felix Baligault, André Bocard, Jean Bonhomme, Antoine Caillaut, Guy Marchand, Gillet Cousteau64, Jean Menard, Jean Driart, Jean Du Pré, Guillaume Godard, Etienne Jehannot, Thomas Kees, Nicole de La Barre, Jean Le Bourgeois, Pierre Le Caron, Pierre Le Dru, Guillaume Le Rouge, Pierre Le Rouge, Pierre Levet, Guy Marchand, Jean Morand, Le Petit Laurens, Jean Petit, Philippe Pigouchet, Jean Poitevin et Simon Vostre65.

40Antoine Vérard se distingue des autres éditeurs car « il constitue à l’intention d’une clientèle aisée une véritable collection très diversifiée de textes en français qu’il prend véritablement à son compte, recomposant le prologue et faisant disparaître les noms des auteurs et insistant sur la dimension aristocratique de ces œuvres, de façon à persuader le lecteur qui n’était pas de noble naissance qu’il bénéficiait d’une lecture réservée jusqu’alors à des classes privilégiées »66. En d’autres termes, le succès de cet éditeur vient du fait qu’il sait très bien vulgariser le luxe.

41Son catalogue de publication semble sans fin : « Quant aux genres que Vérard traita de préférence il est difficile de les indiquer bien précisément : notons cependant que la partie littéraire équilibrait dans son magasin la partie théologique ; les romans de chevalerie comme le Lancelot, le Chevalier Délibéré, les Cent nouvelles nouvelles, quelques mystères, des traductions des classiques latins comme la Bible des Poètes d’après Ovide sont avec les Heures (grandes et petites), la Légende dorée et la Bible de 149867 les plus importants des livres qui ont caractérisé l’art parisien du livre au xve siècle »68. De 1485 à 1510, il publie ainsi 280 éditions essentiellement en langue vernaculaire, d’énormes romans de chevalerie, des romans allégoriques, des recueils de poésie, des ouvrages d’histoire antique ou nationale, des traités de dévotion et de piété… Ses seuls ouvrages en latin sont quelques textes et des livres d’Heures. En 1506, il acquiert le titre de « Libraire juré de l’Université » et en janvier 1507 (ou 1508), il obtient le « privilège » pour trois ans de la part du roi, interdisant à tous les autres imprimeurs ou libraires d’imprimer ses livres, sous peine de confiscation69. Ses liens avec le roi et les princes transparaissent dans les exemplaires de dédicace qu’A. Vérard prend le soin d’imprimer à part, parmi les principaux ouvrages qu’il édite, souvent sur vélin, et aussi richement enluminés que des manuscrits.

42Antoine Vérard s’identifie toujours sur les pages de titres de ses ouvrages et d’après les adresses données, il est possible de retracer ses déménagements successifs. Ainsi, en 1498 : « Imprime a Paris pour Anthoyne verard librarie demourant a Paris sur le pont nostre dame ». Vérard possédait aussi une boutique à la Sainte Chapelle70. Le pont Notre-Dame s’effondrant le 25 octobre 1499, alors qu’il est en sa boutique de la Sainte Chapelle, il déménage pour un autre emplacement diversement mentionné : « Près Petit Pont », « rue Saint Jacques près Petit Pont », « Carrefour Saint Severin », « Petit Pont près du Carrefour Saint-Séverin », et « Petit Pont devant la rue Notre Dame ». Enfin, il déménage en septembre 1503 à une adresse qui est généralement donnée de la sorte : « devant la rue Neuve Notre-Dame », « devant la grande église Notre Dame », « Pres de l’ostel Dieu devant la rue Neuve Notre Dame », ou « Devant Notre Dame ». La première formule apparaît dans notre édition de 1505 : « A este imprimee ceste Bible pour Anthoine Verard demourant a Paris devant la rue neufve Nostre Dame », tandis que celle de 1510 précise le type d’ouvrage et le nom de la boutique : « A este imprimee ceste Bible en francois hystoriee pour anthoine verard marchant libraire demourant a Paris devant la rue neufve nostre dame a lenseigne sainct jehan levangeliste, ou au palais au premier pilier. » Les déménagements d’Antoine Vérard furent fréquents mais toujours circonscrits au même quartier de Notre-Dame.

43Bien que l’édition d’une Bible en français apparaisse tardivement dans sa production, Antoine Vérard en réalise au moins trois, voire quatre entre la fin du xve siècle et 1514. La Bible historiale serait sa première édition de Bible, puisque auparavant il n’a produit que des ouvrages liturgiques non bibliques, avec des éditions du Mystère de la Passion en 1490 et en 1499, de la Vengeance Notre Seigneur en 1491, 1493 [ou 1494], ou encore de très nombreux livres d’Heures de 1485 à 1513. Ce type de Bible est d’ailleurs le seul ouvrage biblique sur lequel Antoine Vérard travaillera.

Barthélemy Vérard

44La date de mort de Vérard est incertaine, mais assurément antérieure à 1514. Son fils Barthélémy prend sa relève pour l’impression de cette année-là où il mentionne : « A este imprimee ceste bible pour Bartehmemy Verard demourant a Paris », sans préciser l’adresse ni l’enseigne de la librairie. En revanche, alors que le nom d’Antoine Vérard est toujours associé à l’édition de 1517 – probablement en raison du prestige de l’éditeur –, il est plus vraisemblable que ce soit l’œuvre de son fils, qui, bien qu’il suive dans le contenu l’édition de 1510, sépare le premier volume en deux parties et introduit de nombreux nouveaux bois.

François Regnault

45En 1517, Barthélemy Vérard s’associe à François Regnault, dont le nom n’est mentionné que dans certains seconds volumes de l’édition, d’où la distinction en deux tirages distincts : la première sous la direction seule de Barthélemy Vérard, la seconde sous la direction conjointe des deux éditeurs. François Regnault, qui se présente de la sorte sur la page de titre : « Pour Francois regnault marchant libraire jure de luniversite demourant a paris en la rue saincte Jacques a lenseigne sainct Claude pres les maturins. », meurt à Rouen entre novembre 1540 et juin 1541. Sa devise est : « Dieu est mon espérance ». Imprimeur-libraire, il entretient des relations commerciales avec des libraires de Caen et de Rouen. Il partage toutes ses éditions avec d’autres éditeurs. Il aurait également exercé à Londres de 1496 à 1540.

Jean Petit

46En 1520, reprenant à quelques différences mimines l’édition de 1517, François Regnault s’associe à Jean Petit pour une nouvelle parution en deux tirages, qui se distinguent l’un de l’autre par les pages de titres. La première mentionne : « Francois regnault marchant libraire jure de luniversite demourant a paris en la rue saincte Jaques a lenseigne sainct Claude pres les maturins », et l’autre : « Jean petit marchant libraire jure de luniversite demourant a paris en la rue sainct Jaques a lenseigne de a fleur de lys dor ». Ce Jean II Petit est souvent confondu avec son père, Jean I Petit71. Le fils exerce à Paris entre 1518 et 1533 ( ?), à cette unique adresse qui lui est connue. Sa devise est la même que celle de son père : « Petit à petit ». À la différence de son père, il possède le titre de libraire juré de l’université de Paris. Il s’associe à son père probablement vers 1518 et décède peu avant le 12 août 1533. Sa veuve Catherine Marais se remarie avec Jacques I Kerver.

47Ces deux éditeurs se partagent à nouveau l’édition de 1529, comme nous l’apprennent les pages de titres. François Regnault n’indique pas son nom mais seulement l’autre adresse qui lui est connue : « On les vend a Paris en la rue Sainct Jaques a lenseigne de Lelephant devant les Mathurins », ainsi que Jean Petit : « On les vend a Paris en la rue Sainct Jacques a lenseigne de la fleur de lis dor ». L’omission des noms est peut-être liée au fait que ces éditeurs ont exactement repris leurs éditions de 152072.

Antoine Bonnemère

48Vers 1537-1538, les acteurs de la production changent, mais les ouvrages restent sensiblement les mêmes. Antoine Bonnemère publie une nouvelle édition qui s’inspire largement de celles des années 1520. Le colophon du premier volume mentionne la date de 1537, « achevé d’imprimer le 28 jour de octobre lan 1537 », tandis que celui du second volume, la date de 1538 et le nom du superviseur : « Nouvellement imprimée a Paris par Anthoyne Bonnemère lan 1538 ». Ce libraire-imprimeur exerce à Paris entre 1505 et 1544, à différentes adresses connues : « Rue Saint-Jacques, près Saint-Benoît. - Rue Saint-Jean-de-Beauvais, devant les grandes écoles de décret. – A l’hôtel d’Albret, devant Saint-Hilaire. », et à différentes enseignes : « A l’image Notre-Dame. – A l’enseigne de Saint Martin. ». Sa devise est : « Nosce te ipsum ».

49Les trois éditions de 1541 ont été produites conjointement par Madeleine Boursette, Ambroise Girault, Oudin Petit et Nicolas Couteau.

Madeleine Boursette

50Madeleine Boursette est la veuve de François Regnault ; libraire éditeur, elle exerce à Paris entre 1541 et 1556 à la même adresse que son défunt époux, avec la même devise. Dans cette édition, son nom n’est pas mentionné mais, son époux étant mort en 1540-1541, l’adresse figurée à la page de titre renvoie implicitement à elle : « On les vend a paris en la rue Sainct Jacques a lenseigne de Lelephant devant les Mathurins » ; seul le premier volume de son édition est connu.

Ambroise Girault

51Ambroise Girault ne serait que libraire ; il ne donne pas son nom mais seulement son adresse : « On les vend a Paris en la rue Sainct Jacques a lenseigne du Pellican devant sainct Yves ». Il exerce à Paris de 1520 (?) à 1546 à cette adresse. Plusieurs noms d’enseigne lui sont connus : « A l’enseigne du Lion d’Argent (et du Pelican) », « Au roi David », « A l’enseigne du Pélican (et à l’image Saint Louis) ». Sa devise est « Spes mea Deus ». Il épouse en 1524 Denise de Marnef, veuve du libraire Pierre Viart, à qui il succède. Il décède avant octobre 1547.

Oudin Petit

52Quant à Oudin Petit, son adresse est dans toutes les occurrences la même : « On les vend a Paris en la rue sainct Jacques a lenseigne de la fleur de Lys dor ». Nous ne savons pas qui est Oudin Petit qui exerce à la même adresse que Jean II Petit.

Nicolas Couteau

53Enfin, Nicolas Couteau, aussi appelé Nicolas Cousteau, est le fils de Gilles Cou(s)teau, libraire-imprimeur, dont il reprend l’affaire avec son frère Antoine vers 1524, jusqu’à 1547. Ses adresses connues sont « Au palais », « En la rue Saint-Victor », mais cela n’apparaît pas dans cette édition de la Bible historiale où il est mentionné de la sorte : « Imprimee a Paris, par Nicolas Couteau pour Oudin Petit ». Il semblerait alors que Nicolas Couteau ait davantage joué le rôle de l’imprimeur, laissant aux trois autres le soin de vendre l’ouvrage dans leurs librairies.

Madeleine Boursette et Pierre Regnault

54En 1543, Madeleine Boursette et son fils, Pierre Regnault, créent la première édition in-8°, plus petite et plus épaisse que toutes les autres. Seul son nom à lui est mentionné, avec une nouvelle adresse sur la page de titre, donnant également le nom de Jean Bignon : « Nouvellement imprimee a Paris, par Jehan Bignon pour Pierre Regnault ; On les vend a Paris en la rue sainct Jaques a lenseigne des trois Couronnes de Cologne, par Pierre Regnault ». Pierre exerce également dans la capitale, de 1531 ( ?) à 1552 seulement, et toujours rue Saint-Jacques. En revanche, on lui connaît plusieurs noms d’enseignes : « A l’Image Sainte Barbe », « Au soleil d’or », « A l’enseigne des Trois Couronnes de Cologne », « A l’écu de Cologne ». Sa devise diffère de celle de ses parents : « Concordia parvae res crescunt, discordia magnae dilabuntur ». Apparenté à Pierre I Regnault, libraire à Rouen et à Caen, il apparaît parfois sous le nom de Pierre II Regnault.

Jean Bignon

55Jean Bignon exerce à Paris de 1509 à 1546 ( ?), « En la rue Judas (, près de la (ou : les) Boucherie(s) (de) Sainte-Geneviève, au Mont de Paris (ou : du Mont Sainte-Geneviève) ». Sa devise est : « Repos sans fin, sans fin repos ». Libraire-imprimeur, il aurait, comme Nicolas Couteau précédemment, joué le rôle de l’imprimeur, laissant le soin de vendre à d’autres.

56Peu après, en 1543-1544, Madeleine Boursette et son fils sortent un second volume in-8°, qui, bien qu’il se présente comme l’édition précédente, s’en différencie par les bois employés. L’édition de petit format rencontre-t-elle un si vif succès, qu’il a fallu rapidement en tirer une autre ? De nouveaux bois sont utilisés, ceux de la première version étant probablement cassés ou abîmés. Sur la page de titre de cette nouvelle édition, Madeleine se mentionne enfin et donne l’adresse de son défunt mari, où elle exerce toujours : « On les vend a Paris en la Rue sainct Jaques a lenseigne de Lelephant par Magdaleine Boursete veufve de feu Francoys Regnault ». Comme pour l’édition de 1543, Jean Bignon y est associé.

L’édition de 1545 est collective.

Oudin Petit (bis)

57Oudin Petit mentionne son adresse, son nom et ses titres : «On les vend a paris en la rue sainct Jacques a l’enseigne de la Fleur de lis dor, par Oudin petit libraire jure de Luniversite » et ajoute « Le Premier [-second] volume de la Bible en francoiz, nouvellement hystoriee, reveue et corrigee oultre les precedentes Impressions », ce qui est contestable pour l’organisation générale de l’iconographie mais vrai pour les bois inédits du Nouveau Testament. Il partage l’édition avec quatre autres éditeurs comme l’indiquent les pages de titre des ouvrages de ces différentes maisons.

Thielman Kerver

58Le premier serait Thielman Kerver, qui se nomme de la sorte : « On les vend a Paris en la rue saincte Jacques a lenseigne du Gril, par Thielman Kerver ». Le principal problème de cette mention est qu’à cette date, Kerver est décédé. Originaire de Coblence, il s’établit à Paris en 1497 comme libraire, à l’enseigne de La Licorne, sur le pont Saint Michel. Imprimeur-libraire, il est également libraire juré de l’Université. Il exerce comme imprimeur l’année suivante. Il exerce jusqu’à sa mort, le 11 octobre ou le 24 novembre 1522, à trois adresses connues : « Sur le Pont Saint-Michel », « Rue des Mathurins, devant l’hôtel de Cluny, au coin de la Sorbonne », « Rue Saint-Jacques (, au-dessus des Mathurins). » et à trois noms d’enseigne successifs : « A l’enseigne de la Licorne », « L’enseigne du Gril », « A l’enseigne de la Licorne. ». Il est connu pour avoir eu, dans les deux premières décennies du xvie siècle aux côtés de Simon Vostre, le monopole de l’édition des livres d’Heures illustrés à Paris, notamment pour la grande qualité artistique de ses planches. Pour l’édition de 1545, il pourrait donc s’agir de sa femme, Yolande Bonhomme, descendante d’une grande famille de libraires parisiens. Elle lui succède jusqu’en 1557, et a effectivement exercé rue Saint Jacques à l’enseigne de La Licorne73.

Guillaume Le Bret

59Le deuxième est Guillaume Le Bret : « On les vend a Paris au clos bruneau a lenseigne de la Corne de Cerf, par Guillaume Le Bret ». Il s’agit d’un libraire relieur, exerçant entre 1514 et 1550 à deux adresses : « (Au Clos Bruneau,) Rue Saint-Jean de Latran » et « Au Clos Bruneau (près Saint-Hilaire) » et à deux enseignes différentes : « A la Rose rouge » et « A la corne de cerf ». Sa devise est : « Spes mea Deus ».

Rémy Boyset

60Le troisième est Rémy Boyset : « On les vend a Paris en la rue sainct Jacques a lenseigne sainct George, par Remy Boyset », au sujet duquel nous n’avons pu trouver de renseignements biographiques.

61Pierre Sergent

62Enfin le quatrième est Pierre Sergent : « On les vend a Paris en la rue neufve nostre Dame a lenseigne sainct Nicolas, par Pierre Sergent », qui exerce à Paris entre 1532 et 1547, toujours à la même enseigne Saint Nicolas, mais à deux adresses successives : rue Neuve Notre-Dame à laquelle succède la galerie du Palais. Sa devise est la suivante : « Enseigne moy mon Dieu. Que ton vouloir je face. Tant que au celeste lieu Je puisse veoir ta face. ». Il succède à Jean Saint-Denis peut-être dès fin 1531 ; son gendre Jean Bonfons prend sa suite en 1547.

Comme dans les éditions collectives précédentes, Nicolas Couteau aurait joué le rôle de l’imprimeur.

63La dernière édition parisienne, bien qu’elle ne mentionne pas le nom de l’éditeur, est l’œuvre, d’après l’adresse, de Pierre Regnault : « On les vend a Paris en la rue Sainct Jacques a lenseigne des trois couronnes de Colongne (sic) ». Cette édition se situe dans la lignée de celles réalisées avec sa mère en 1543 et 1544.

64Dans les éditions lyonnaises plusieurs noms apparaissent.

Claude Davost

65La première édition de 1506 est l’œuvre de Claude Davost, important imprimeur lyonnais originaire de Troyes, où il naît vers 1472. Il exerce à Lyon de 1493 à 152474.

Jacques Sacon

66L’éditeur est ensuite Jacques Sacon pour l’édition de 1518. Né à Romano dans le Piémont, il s’établit à Lyon vers 1496 où il exerce dès 1498. Henri Baudrier le dit mort entre 1528 et 1530. Sa devise est la suivante : « Precium non vile laborum Virtus beatos efficit ». En 1521, il s’associe à Pierre Bally.

Pierre Bailly

67Son activité est attestée de 1521 à 1536. Le premier volume de la Bible porte les marques de Sacon75, tandis que le second volume, celles de Bailly : « On les vend a lyon en la rue de la platiere en la maison de pierre bailly marchant et libraire ». Pour les deux éditions de 1531, Pierre Bailly mentionne les mêmes termes : « On les vend a Lyon en la rue de la Platiere en la maison de Pierre Bailli marchant. ». Sa devise est la suivante : « Je vis an [sic] esp[e]rance. ». Les imprimeurs lyonnais ne sont jamais mentionnés.

68Avant de conclure ce chapitre, nous voudrions aborder rapidement le rôle des femmes parmi les imprimeurs/éditeurs. Nous ne possédons qu’un seul exemple, Madeleine Boursette, mais il est extrêmement révélateur. Nous renvoyons à l’article de Sylvie Postel-Lecocq pour une analyse plus précise76. Elle note que « dans la pratique, la femme d’un marchand participe au métier de son mari et après le décès de celui-ci prend la direction des affaires avec le titre de marchande bourgeoise de Paris en attendant d’en passer le maniement à un second époux ou à un enfant. »77. En effet, les veuves font face à trois cas de figures : soit elles reprennent la boutique, soit elles la vendent quand les difficultés financières sont trop grandes, soit elles se remarient, situation la plus fréquente. À ce titre, Madeleine Boursette fait figure d’exception dans le premier cas de figure. Elle succède à son époux François Regnault sous son nom de jeune fille, de 1541 à 1556 ; elle fait graver à ses initiales MB, associées au nom de sa boutique. Sa fille, Barbe Regnault épouse le libraire André Berthelin et, se trouvant veuve en 1553, travaille alors en association avec sa mère. À la mort de cette dernière, elle assure, toujours sous son nom de jeune fille, la succession de celle-ci jusqu’en 1563, date à laquelle son gendre Thibault Bessault, mariée à sa fille Madeleine, reprend l’affaire à son nom. Mais le gendre meurt en 1565 et Madeleine Berthelin, veuve Bessault, reprend les rênes du commerce avant de les passer à son propre gendre. S. Postel-Lecocq donne également l’exemple de Yolande Bonhomme, veuve de Thielman Kerver, qui signe parfois au masculin (?) « Yoland Bonhomme », et qui passe d’importants contrats d’impression. Ces deux femmes, véritables chefs d’entreprise, embauchent des apprentis, achètent du matériel d’imprimerie, s’assurent des réserves de papier, passent des contrats d’association... De telles figures sont rares : « Globalement, sur nos huit cent cinq femmes de libraires recensées, cent seize succèdent à leur mari, soit environ 13%. »78, car le plus souvent elles se remarient. Cela étant, les documents manquent pour mieux connaître la féminisation de cette profession. Mais la seule Bible en français qui fut éditée dans la première moitié du xvie siècle passa dans l’atelier de Madeleine Boursette.

69Cette étude des imprimés révèle qu’au sein de la production du livre plusieurs métiers se démarquent : libraires, éditeurs et imprimeurs. S’il est possible qu’un homme - ou qu’une femme - endosse plusieurs responsabilités à la fois, d’autres ne sont qu’imprimeur, libraire ou éditeur. Un examen des pages de titres permet de connaître le nom, l’importance, ainsi que l’emplacement et la durée d’activité de ces nouveaux ateliers. Peu nombreux, ils sont conduits par de fortes personnalités, tels Antoine Vérard, Jean II Petit ou la famille Regnault-Boursette. Bien que nous n’ayons aucun renseignement sur le coût de fabrication, le prix de vente ou le prix de revient de ces ouvrages, il semble que l’édition de la Bible historiale ait été rentable, au vu du nombre d’éditions recensées. Cela devait impliquer par ailleurs une mise de départ importante, comme le suggère le nombre de parutions partagées. Les frais élevés seraient liés au nombre de bois et au format imposant de chaque ouvrage. Nous remarquons également que la production de la Bible historiale se concentre sur les deux plus grands centres de l’imprimerie en France à l’époque : Paris et Lyon.

Pour une histoire des bois gravés

70Notre étude s’est essentiellement appuyée sur les travaux récents de Danièle Sansy et sur ceux plus anciens de Pierre d’Espezel79, pour comprendre d’où proviennent les bois de la Bible historiale.

Une apparition timide

71L’apparition des illustrations s’est faite timidement. Le premier incunable français illustré date de 1478 : il s’agit de l’édition par Martin Huss, à Lyon, d’une Bible moralisée sous le titre du Miroir de rédemption de l’umain lygnage, ornée de 256 bois provenant d’une édition parue à Bâle en 1476.Elle est suivie à Paris par la parution chez Jean Dupré du Missel parisien, publié le 22 septembre 1481. L’emploi des bois gravés dans les éditions est une charge supplémentaire de travail, qui nécessite de laisser des emplacements libres pour les images. Comme dans les manuscrits, elles sont placées en tête de chapitre ; au début de livres importants (la Genèse, le livre des Rois ou chacun des Évangiles notamment), les vignettes se transforment souvent en pleine page.

72La technique utilisée est celle de la taille d’épargne : le graveur taille dans un bloc de bois ou de métal et dégage le motif à imprimer ; il creuse les parties qui doivent être non encrées – donc blanches sur le papier –, épargnant ainsi les formes qui surgissent en relief. La taille d’épargne est une méthode facile et économique mais peu pérenne. Les bois utilisés proviennent d’arbres fruitiers ; ils sont fragiles car de qualité moindre, et l’encrage répété des surfaces abîme les reliefs, qui se cassent dans les zones les plus fines. Il est fréquemment nécessaire de faire réaliser de nouveaux modèles. Ainsi, les « banques d’images » des imprimeurs s’enrichissent de nouveaux venus, de style, de taille et de contenu différents selon les artistes.

Des « mains »

73Ces derniers sont inconnus mais, comme le signale D. Sancy, « les comparaisons ponctuelles qui ont déjà été menées entre manuscrits et incunables montrent des liens étroits entre les illustrations. D’une part, il est manifeste que l’illustration manuscrite est la première source d’inspiration pour les textes anciens […]. D’autre part, des peintres parisiens ont exécuté des dessins, utilisés comme modèles ou patrons par des graveurs qui les ont fidèlement reproduits » […] Seule une étude stylistique approfondie pourrait permettre de reconnaître des "mains" et de reconstituer des séries souvent dispersées dans plusieurs éditions, à défaut de pouvoir toujours proposer des attributions fiables. »80. Des études approfondies concernant les liens entre manuscrits et imprimés, tout comme l’identification de mains restent à mener concernant la Bible historiale. Nous pensons néanmoins que Vérard ne s’est pas inspiré d’un modèle manuscrit - comme les imprimeurs l’ont fait pour le texte -, mais qu’il a essentiellement puisé dans un fonds d’images déjà existantes. Cette hypothèse repose d’une part sur le fait que les exemplaires imprimés et les manuscrits de la Bible historiale qui leur sont contemporains ne se ressemblent pas du tout, tant dans le style - du fait peut-être de leur provenance géographique distincte - que dans l’iconographie. À titre d’exemple, le manuscrit d’Oxford81 présente des images d’Esther implorant Assuérus, de Judith tranchant la tête d’Holopherne, ou de Suzanne au bain, que nous ne retrouvons pas dans les exemplaires aux bois gravés.

Des jeux de bois

74D’autre part, des jeux de bois ont été identifiés82.

Le premier est utilisé pour les illustrations bibliques : il se compose de bois de format carré, encadrés par des éléments d’architecture sur trois côtés (en haut, à gauche et à droite). Ce cadre est un bois d’un seul tenant, distinct de celui de l’illustration. Les personnages se caractérisent par des chevelures très ondulées et des mains aux doigts très longs. Le sol est figuré par de longues hachures et le ciel par de très courts traits. Les images sont denses et noircies, comme en mauvais état. Ces gravures sont en général en rapport avec le texte qu’elles illustrent à leur première occurrence mais perdent en pertinence quand elles sont réemployées plus loin dans l’ouvrage. Selon J. MacFarlane83, ce jeu provient de celui d’une édition allemande de la Bible.

75Le second jeu de gravures sert pour les scènes de chevalerie. Elles sont de format rectangulaire, sans encadrement. Le style est plus sobre, les compositions plus aérées que dans le premier jeu. Parmi les caractéristiques stylistiques, on relèvera un décor plus médiéval que Renaissance – avec notamment la présence de châteaux forts au second plan –, l’utilisation de hachures parallèles et régulièrement espacées pour rendre les volumes sur les manteaux ou sur les marches, des postures de corps très rigides, des éléments de costumes communs – chapeaux, couronnes, drapés. Un certain nombre de ces bois a été utilisé par A. Vérard pour illustrer son édition des Grandes Chroniques de France84. Par exemple, nous pouvons citer la gravure du feuillet 98 de la 1ère partie de la 1ère édition de la Bible historiale chez A. Vérard, ouvrant le livre des Nombres : c’est une reprise du bois représentant Charles VIII entrant à Paris ; ou encore, le bois du 1er feuillet de la 2nde partie de cette même édition de la Biblehistoriale représentant Salomon rendant la Justice correspond à un roi de France rendant la justice.

76Pour Max Engammare, il y aurait encore un autre jeu de bois : « L’illustration de ces bibles historiales réutilise en fait une série de bois qu’Antoine Vérard avait fait graver pour Lesfigures du vieil Testament et du nouvel, une Biblia Pauperum commentée. Ces figures étaient devenues un Regard des deux testaments dans une réédition vers 1520 [Gilles Couteau pour François Regnault]»85. Mais il ne donne pas d’exemples précis.

77En outre, A. Vérard s’est servi dans d’autres collections. La première, la plus connue, est celle de Pierre Le Rouge, premier imprimeur du roi Charles VIII. Vérard aurait hérité de tout son matériel d’illustration, après le décès de Le Rouge. Ainsi, les bois représentant un homme prêchant, les quatre scènes de construction de ville et le Passage de la Mer Rouge, publiés par A. Claudin86 comme gravures illustrant La Mer des Hystoires, éditée en 1487 par Pierre Le Rouge, ont été reprises dans notre Bible historiale. Enfin, le bois représentant Pierre le Mangeur remettant son ouvrage à Guillaume, archevêque de Sens, au feuillet 1 du 1er volume de la première édition, proviendrait du premier folio de l’Art de bien vivre, édité par Vérard vers 1498, représentant l’auteur offrant son livre.

78Il y a quand même quelques créations pour des scènes proprement bibliques87, comme la scène du Jugement de Salomon, de Samson faisant s’écrouler les colonnes du Temple, de la Trinité entourée des Évangélistes et de leurs symboles ou de la grande scène d’Adam et Eve au Paradis – qui n’apparaît qu’en 150588.

79Une enquête exhaustive pourrait être menée sur le fonds d’Antoine Vérard. Il serait extrêmement utile d’avoir un catalogue raisonné de ses éditions, qui recenserait tous ses bois gravés en soulignant à quelle gravure originale se réfère chaque répétition. J. Macfarlane l’entreprend pour quelques exemples précis dans son ouvrage89 et, dans une moindre mesure, à l’échelle de la Bible historiale, c’est ce que nous avons souhaité faire dans notre propre catalogue. Il est d’ailleurs assez significatif que les bois des éditions de 1498, 1505, 1510 et 1514 soient, à quelques différences près, assez proches et que le véritable renouvellement ne se fasse qu’avec l’introduction de bois nouveaux par Barthelémy Vérard, en 1517, trois ans après la mort de son père.Cette pratique de reprise semble monnaie courante dans tous les ateliers parisiens de l’époque. Antoine Vérard domine alors la production d’ouvrages à Paris et, comme le souligne D. Sansy, « l’étude des incunables illustrés publiés par [lui] laisse d’ailleurs apparaître que celui-ci renouvelle de moins en moins son matériel d’illustration à partir de 1498, il faudrait pouvoir préciser cette tendance par une étude systématique des éditions »90.

La reprise des bois

80La reprise des bois gravés au sein d’un même exemplaire et d’édition en édition est caractéristique de la production imprimée. Elle permet de rentabiliser un bois et d’économiser sur de nouvelles commandes iconographiques. L’image d’un combat peut servir pour toutes les scènes de batailles bibliques - et il y en a beaucoup -, avec ou sans modification de détails. Contrairement aux manuscrits où le nombre d’illustrations correspond au nombre d’images contenues dans l’ouvrage, le nombre de bois gravés utilisés est inférieur à celui des illustrations publiées. Par exemple, dans la première édition de la Bible historiale, sur 217 images du premier volume, 54 bois ont été utilisés entre 2 et 10 fois chacun91. Afin d’attirer l’attention du lecteur sur l’importance des répétitions de bois au sein d’un même ouvrage ou d’une édition à l’autre, est indiquée dans le Catalogue des Imprimés de la Bible historiale, sous les images concernées, la note suivante : « Id. f. xxx de l’éd. de xxxx, à Paris/Lyon »92. Seule la première occurrence du bois est donnée, sans mentionner toutes les apparitions postérieures. Une étude attentive des listes permet de repérer les bois les plus souvent répétés93.

81Ces reprises entraînent souvent malheureusement une incohérence iconographique. Comme le souligne André Martin, « il en résulte de fâcheuses aventures. Les images ne s’adaptent que très approximativement au texte, tous les fondateurs de villes, de palais ou de temples s’accommoderont de la même image qu’ils soient hommes, femmes, empereur, pape ou princesse ; tous les combats de tous les temps et de tous les pays sont indifféremment représentés par trois ou quatre bois tout au plus, qui naturellement ne sont que bien rarement et par hasard à leur place»94. Si les répétitions de bois ne sont pas gênantes d’une scène de bataille à l’autre, en revanche, elles deviendraient absurdes dans certains cas. En témoigne, parmi de (trop) nombreux exemples, l’utilisation d’une Mise au tombeau du Christ pour figurer la mort de Sarah95 ! Antoine Vérard aurait ainsi préféré l’économie et la facilité commerciale à la cohérence et à l’esthétisme bibliques. « Dans bien des cas, les images s’adaptent mal au texte, parce que Vérard, qui était un commerçant, a souvent préféré puiser dans son fonds pour faire l’économie de gravures nouvelles »96.

La place d’Antoine Vérard, comme « illustrateur » de texte

82L’importance d’Antoine Vérard dans l’introduction des bois gravés au sein des imprimés reste, pour de nombreux spécialistes, incontournable. Malgré une négligence iconographique flagrante, il n’en demeure pas moins « qu’il joua un certain rôle dans la répartition des gravures sur bois qui ont fait de sa marque la plus célèbre, la plus répandue et la plus recherchée des marques françaises de librairie et d’un imprimeur »97 ; ce rôle de metteur en scène de la gravure dans les éditions d’ouvrages serait renforcé par deux atouts majeurs. D’une part, ses bois présenteraient une unité stylistique, « des points de ressemblance frappants et [seraient] unis par les liens d’une étroite parenté : nous n’en voulons pas déduire que le même homme les dessina, mais il nous paraîtrait fort osé de contester au moins l’existence d’ateliers très peu nombreux et dont tous les artistes auraient suivi le même maître »98. En ce qui concerne les éditions de la Bible historiale, ce constat est faux. Dans l’édition de 1505, par exemple, les trois bois qui se suivent au début de la première partie du second volume sont tous de style et de taille différents. Le feuillet 16 représente une grande gravure de Salomon rendant la justice pour le début du livre de la Sagesse ; le feuillet 18 est une petite scène d’Offrandes aux traits fins et très hachurée, tandis que le feuillet 19v, représentant la Sybille montrant la Vierge à l’enfant au roi Salomon (ou Auguste ?), est de facture plus fluide, de composition moins dense. Les exemples se multiplient à foison. Nous sommes incapable d’attribuer les bois à des ateliers particuliers, en revanche, il est très net que des bois de styles très différents étaient présents dans le fonds disparate d’Antoine Vérard. D’autre part, il a su établir un monopole sur les images et « employer pour ses livres à peu près tous les bois gravés à Paris au xve siècle » ; il « joua dans l’histoire du livre français illustré un rôle de première importance : il nous paraît en avoir constitué un monopole à son profit pour Paris du moins, et les choses se passèrent comme si le fonds de bois gravés avait été sa priorité : il laissait ses confrères y puiser, mais tous les bois ont figuré dans les livres portant sa marque »99. Concernant la Bible historiale, nous ne pouvons mesurer ces assertions, étant donné qu’il n’y a pas eu d’autres éditeurs contemporains du libraire tourangeau.

83Le succès de la composition de Vérard est cependant indéniable comme en témoignent les reprises qui en sont faites au fil des décennies. Jusque dans les éditions des années 1540, se retrouvent les mêmes bois, comme, par exemple, la grande pleine page de la Trinité entourée des quatre Évangélistes et de leurs symboles, du feuillet 1 de l’édition de 1498, qui perdure au moins jusqu’à l’édition de 1529. Vraisemblablement, ce bois s’est transmis du fonds de Vérard à celui de son fils, pour finir chez François Regnault. Comme le note D. Sancy, les bois circulaient d’un éditeur à l’autre, d’un imprimeur à l’autre, peut-être moyennant finances, mais « il est souvent difficile d’identifier l’imprimeur ou le libraire propriétaire du matériel d’illustration, car les séries sont rapidement dispersées d’un livre à l’autre et même d’un atelier à l’autre. De fait les presses étaient installées dans le même quartier autour de la Sorbonne, parfois dans la même rue, et les prêts ponctuels se trouvaient facilités par ce voisinage »100. Ainsi, Antoine Vérard prêta aux imprimeurs ses propres planches, qui se mêlèrent ainsi au matériel typographique des imprimeurs. L’histoire de la transmission des bois d’un éditeur à l’autre n’a jamais été faite et mériterait une étude approfondie.

84Concernant la Bible historiale, les reprises sont manifestes. En 1517, Barthélemy Vérard, tout en gardant les bois de son père, en introduit des nouveaux et modifie l’organisation générale du décor. L’édition de 1520, partagée entre François Rigault et Jean Petit, sans être absolument identique à celles de 1517, en reprend l’essentiel et n’introduit rien de neuf. Mais celle de 1529, toujours partagée entre ces deux éditeurs, innove avec des bois inédits pour la Genèse. En 1537-1538, Antoine Bonnemère reprend l’édition antérieure en ne modifiant qu’un peu l’ordre. En 1541, Madeleine Boursette, Oudin Petit et Amboise Girault reprennent l’édition de 1537-1538, en introduisant quelques nouveaux bois pour la Genèse et le Nouveau Testament - décidément ceux qui s’usent le plus vite. En revanche, les deux petites éditions de 1543 et 1543-1544, chez Madeleine Boursette et Pierre Regnault, contiennent toutes les deux des bois nouveaux et diffèrent l’une de l’autre. Les bois de l’édition de 1543 s’inspirent de Hans Holbein le Jeune. Nous ne savons pas pourquoi il y a une modification soudaine de style de bois ni comment ces nouvelles sources d’inspiration sont parvenues dans l’atelier de la famille Boursette/Regnault. En revanche, cette introduction de bois, d’un format beaucoup plus réduit que les précédents, expliquerait le passage d’un in-2° au in-8°, proportionnel à la taille de l’image. Pour la dernière édition de 1544-1546, toujours chez les Boursette/Rigault, comme il a été matériellement impossible de confronter les éditions dont les exemplaires sont conservés dans des bibliothèques différentes, nous ne pouvons catégoriquement affirmer qu’il s’agit des bois présents dans l’édition de 1543 ou dans celle de 1543-1544. Enfin, l’édition de 1545 mixe, de manière surprenante, bois hérités de la version de 1498, de la version in-2° de 1517 et de la version in-8° de 1543, sans jamais introduire une quelconque nouveauté. Ainsi, les illustrations de la Bible historiale s’alimentent toutes dans un fonds commun, qui perdure au fil des décennies.

85Quant aux éditions lyonnaises, leurs bois sont fondamentalement différents des éditions parisiennes. Ils sont de plus petit format, d’un style souvent plus délicat, se répètent assez peu au sein d’un même volume et présentent une harmonie d’ensemble évidente. Dans l’édition de 1506 apparaissent des images inédites encadrées d’un double filet où les ombres des vêtements et la profondeur des architectures et des paysages sont marqués par de fines hachures bien parallèles. En 1518 apparaît un nouveau type lyonnais : de petites images entourées d’une frise décorative, qui se répètent peu et sont toutes – à quelques exceptions notables près – de même format. Les personnages sont légèrement tassés dans des compositions denses, mais l’ensemble est charmant. Ces images s’inspirent de productions italiennes et notamment de la Bible traduite par Nicolà Malerbi, et éditée à Venise, le 1er octobre 1490, par Giovanni Ragazzo pour Lucantonio Giunta101.

86Si les thèmes illustrés restent sensiblement les mêmes, le jeu de bois change ; entre 1518 et 1521 : ce ne sont plus les mêmes images. Ensuite, les éditions de 1521 et 1531 sont strictement identiques. Ainsi, contrairement aux pratiques parisiennes, les transmissions de bois lyonnais ne semblent s’opérer qu’à la mort de l’éditeur qui lègue son fonds à un tiers. Il n’y aurait pas eu d’échanges d’atelier à atelier durant l’activité d’un libraire102. Nous discernons une différence fondamentale entre Paris et Lyon dans l’usage, l’emplacement et la répétition des bois. Il peut arriver que des bois soient répétés – le premier feuillet du 1er vol. de l’édition de 1506 chez Claude Davost provient de La Mer des hystoires, rééditée en 1506 par le même Claude Davost, pour Jean Le Dyamantier – mais c’est une pratique moins systématique que dans les officines parisiennes.

87Les rapports entre Paris et Lyon sont, concernant la Bible historiale, difficiles à cerner. Pour simplifier notre démarche comparative, nous avons strictement séparé les bois parisiens des bois lyonnais ; cependant, il semble indispensable d’examiner les nombreux points communs qu’ils possèdent, notamment dans les choix iconographiques préférés et pour certains détails bibliques qu’ils soulignent. Comme l’observe D. Sansy, « la circulation du matériel d’illustration entre les deux centres du livre paraît beaucoup plus fréquente qu’on ne pourrait le croire à première vue. À plusieurs reprises, les imprimeurs parisiens ont utilisé des bois gravés lyonnais et inversement. »103. Dans certaines éditions de la Bible parisienne et notamment chez les Boursette/Regnault, se trouvent d’étranges échos stylistiques et iconographiques lyonnais. Nous ne développerons pas davantage ce point ici.

88En guise de conclusion sur l’histoire des bois gravés, un constat s’impose : autant les manuscrits déployaient leurs richesses iconographiques par des cycles iconographiques denses, longs et singuliers, autant les imprimés ploient sous les répétitions accablantes de bois gravés. Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il n’y a aucun souci iconographique ou esthétique, car devant l’incroyable nombre d’images par ouvrage, ce serait absurde, mais devant les incohérences manifestes des images, on peut vraiment se demander si les éditeurs lisaient le texte. Contrairement aux pratiques médiévales, l’image s’émancipe définitivement du texte pour avoir sa vie propre, quitte à gagner en autonomie ce qu’elle perd en sens104.

Un Catalogue des imprimés de la Bible historiale

89La constitution d’un Catalogue des éditions du xvie siècle a été entreprise sur le modèle de celui établi pour les manuscrits de la Bible historiale.

90L’entrée se fait par année d’édition, donnant le lieu, le support, le nombre de feuillets et les dimensions des volumes, l’éditeur (voire l’imprimeur), le type d’illustrations présentes et le contenu des ouvrages. Suivent une bibliographie développée, mais rarement de références à des catalogues d’expositions, puis les références de tous les exemplaires connus de cette édition105, classés par ordre alphabétique de leur ville de conservation, avec des précisions sur l’état de conservation et la provenance de chaque volume ; contrairement à ce qui a été fait pour les manuscrits de la Bible historiale, une étude des lecteurs et lectrices des imprimés ne pourra être menée, faute d’informations solides.

91Enfin est fournie la liste complète et inédite des gravures conservées. Comme dans le Catalogue des manuscrits de la Bible historiale, une nomenclature stéréotypée a été choisie afin de normaliser le titre des bois : lorsqu’un l’un d’eux est répété, il est mentionné par sa première occurrence106. Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que les bois sont souvent répétés sans logique iconographique apparente107. Le titre des images a été, sauf mention contraire, établi par nos soins. Pour une meilleure compréhension iconographique, nous pouvons citer, à côté du titre attribué à l’image, le texte biblique tel qu’il apparaît dans l’ouvrage108. Dans la mesure du possible, nous signalons les bois qui ont été publiés dans les recherches faites sur le sujet, soit en tant que bois de la Bible historiale, soit comme illustrations d’autres ouvrages.

Conclusion

92Première approche, nécessaire quoiqu’incomplète, des imprimés de la Bible historiale, cet article a abordé une production riche en exemplaires conservés, en éditions tirées, en éditeurs impliqués, en images multipliées. Dans la lignée des manuscrits médiévaux, les imprimés ne sont pas en reste. La Bible historiale demeure, au cours de la première moitié du xvie siècle, à Paris, la seule Bible en français complète. Pourtant c’est un corpus encore assez mal connu. Des familles ont été dégagées pour plus de clarté : par formats, par imprimeurs, par tranches chronologiques, par types de bois… soulignant que les éditions se suivent, se ressemblent mais que des changements se font progressivement. Si, comme pour les manuscrits, de loin, cet ensemble paraît harmonieux, dans le détail, chaque ouvrage est unique et les transitions se font en souplesse. Ainsi, comme nous l’avons suggéré, l’étude des bois mériterait d’être approfondie afin de cerner les filiations, les ascendances et descendances.

93Des zones d’ombre importantes persistent ; nous ne savons pas pourquoi la Bible historiale est imprimée si tardivement, garde le monopole de l’édition d’une Bible en français complète jusque dans les années 1530 ou encore ce que représente l’édition d’une Bible historiale pour un libraire du xvie siècle – de l’argent, de la renommée, un travail incontournable ? Il faudrait re-contextualiser plus précisément cette parution dans l’ensemble des éditions de textes bibliques du xvie siècle, en français et en langue vernaculaire, pour comprendresa singularité.

94En présentant les manuscrits et les imprimés de la Bible historiale, à travers deux articles de présentation et deux catalogues raisonnés, nous avons voulu initier une perception de cette œuvre médiévale sur le long terme (de la toute fin du xiiie siècle au milieu du xvie siècle), et envisager l’intégralité de sa longévité. à notre connaissance, cela n’a pas été fait pour d’autres ouvrages de la littérature médiévale. Cette découverte d’un domaine mésestimé, cette lecture historique d’un ensemble fondamental dans la pratique religieuse des laïcs sur deux cent cinquante ans devraient encourager des travaux comparables sur les livres d’heures, la Bible moralisée ou encore les Grandes Chroniques de France.

Haut de page

Notes

1  James Strachan, dans son ouvrage Early Bible Illustrations - a short study, Londres, New York, Cambridge University Press, 1957, p. 60, se trompe à plusieurs reprises sur la Bible historiale : il attribue à tort à Guillaume Le Roy une première édition en 1479 à Lyon, il parle également de deux éditions d’Antoine Vérard de la fin du xve siècle et mentionne une édition à Lyon en 1510.

2  Voir Catalogue des imprimés de la Bible historiale.

3  Bettye Thomas Chambers, Bibliography of French Bibles. Fifteenth- and Sixteenth- Century French-language editions of the Scriptures, Genève, Librairie Droz, 1983.

4  Martine Delaveau, Denise Hillard, Les Bibles imprimées du xve au xviiie siècle conservées à Paris, Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Sainte-Geneviève, Bibliothèque de la Sorbonne, Bibliothèque Mazarine, Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, Bibliothèque de la Société biblique, Bibliothèque nationale de France, Paris, 2002.

5  À titre d’exemple : Pierre Aquilon, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, vol. X, Centre, Paris, Aux Amateurs du Livre, 1991 ou Alain Girard, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, vol. IV, Basse Normandie, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1984.

6  À titre d’exemple : Frederick Richmond Goff, Incunabula in American Librairies. A third census of fifteenth century books recorded in North American collections reproduced from the annoted copy maintained by Frederick R. Goff, New York, Kraus reprint Cie, 1973, ou encore Thomas Herbert Darlow et Horace F. Moule, Historical catalogue of the printed editions of Holy Scripture in the library of the British and foreign Bible society, Londres, Bible house, 1903-1911. Nous renvoyons à la bibliographie du Catalogue des imprimés pour davantage de titres.

7  Jean-Dominique Mellot, Elisabeth Queval, Antoine Monaque, Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500-vers 1810), nouvelle édition mise à jour et augmentée (5 200 notices), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004.

8  Nous pensons notamment au site http://ccfr.bnf.fr/ : Catalogue collectif de France des bibliothèques françaises qui recense plus de 20 millions de documents. Malgré sa richesse, ce site est difficile d’emploi : les exemplaires de la Bible historiale sont tantôt répertoriés comme « Bible historiée » ou comme simple « Bible en françoiz ».

9  En particulier, Guy Bedouelle, « L’accès à la Bible du milieu du xve siècle aux environs de 1530 », Le Temps des réformes et la Bible, Guy Bedouelle et Bernard Roussel (dir.), Paris, Beauchesne, 1989, p. 21-121. Dans le chapitre concernant la Bible dans « Les deux derniers tiers du siècle », B. Roussel ne mentionne la Bible historiale que pour signaler que ce texte, qui lui paraît très médiéval,« est encore réédité en 1545 », p. 125-156.

10  Pierre-Maurice Bogaert, Les Bibles en français : histoire illustrée du Moyen Âge à nos jours, Turnhout, Brépols, 1991.

11  Laure Barbizet, Francis Petit, Nathalie Rondeau, Pascaline Todeschini, François Dupuigrenet-Desroussilles (dir.), Textes et images dans la Bible historiée d’Antoine Vérard, mémoire de recherches de l’Enssib, juin 2004.

12  Ibid., p. 6. Ils n’étudient que le premier volume de chaque édition, mettant de côté les seconds.

13  Ibid., p. 10.

14  Danièle Sansy, « Textes et images dans les incunables français », Médiévales, 22-23, 1992, p. 47-70 ; Id., « Le Livre imprimé et ses illustrations », Christine Prigent (dir.), Art et Société en France au xve siècle, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999, p. 422-431 ; Denise Hillard, « Les éditions de la Bible en France au xve siècle », La Bible imprimée dans l’Europe moderne, Bertram Eugene Schwarzbach (dir.), publié à l’occasion du colloque international organisé par la B.n.F. et l’Institut d’étude du livre, 21-23 novembre 1991, F. Dupuigrenet-Desroussilles (dir.), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999, p. 68-82.

15  Elle comprend 748 feuillets, le Psautier manquant dans un certain nombre d’exemplaires.

16  P.-M. Bogaert, op. cit., p. 36.

17  D’après Bruxelles, B.R., Inc C 141 - Inc. C 142.

18  P.-M. Bogaert, op. cit., p. 38-39.

19  Mary Beth Winn, Anthoine Vérard, Parisian publisher1485-1512, prologues, poems and presentations, Genève, Droz, 1997, en particulier des pages 104 à 123.

20  Antoine Vérard travailla notamment pour Anne de Bretagne, Anne de Beaujeu, François d’Angoulême, Henri VII, Jean d’Albret, Louis XII, Charles d’Angoulême, Louise de Savoie et Madeleine d’Amboise.

21  Nous rappelons qu’en revanche les manuscrits de la Bible historiale continuent d’intéresser la cour, car Oxford, C.C.C., ms 385-386, provient de l’entourage très proche de François Ier.

22  P.-M. Bogaert, 1991, op. cit., p. 39.

23  Jacques LeLong, Bibliotheca Sacra, Paris, Desmolets, 1723, 2 vol. 

24  Édouard Reuss, « Fragments littéraires et critiques relatifs à l’histoire de la Bible française. Seconde série. Les Bibles du xive et xve siècles et les premières éditions imprimées », Revue de théologie et de philosophie chrétienne, Paris, Cherbulier, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1857, n°14, p. 1-48 et 73-104.

25  Samuel Berger, La Bible au xvie siècle : étude sur les origines de la critique biblique, Paris, Berger-Levrault, 1879.

26  Joseph Basile Bernard Van Praet, Catalogue des livres imprimés sur vélin de la bibliothèque du roi, Paris, De Bure frères, 1822.

27  William J. von Van Eys, Bibliographie des Bibles et des Nouveaux Testaments en langue française des xve et xvie siècles, Genève, H. Kündig, 1900-1901.

28  Marie Pellechet, Catalogue général des incunables des bibliothèques publiques de France, Paris, A. Picard, 1897-1909.

29  John MacFarlane, Antoine Vérard, Londres, The Bibliogaphical Society, 1900.

30  T. H. Darlow – H. F. Moule, op. cit.

31  F. R. Goff, op. cit.

32  P.-M. Bogaert, op. cit.

33  M. B. Winn, op. cit., p. 122.

34  D. Hillard, op. cit., p. 75.

35  Paris, B.n.F., Vélins 100-101.

36  D. Hillard, op. cit., p. 75-76.

37  Ainsi dans les différents catalogues de bibliothèques, se trouvent : Lyon, B.m., Inc. 875 « ca. 1498 ? » ou Lille, B.m., Inc. 43541, « entre 1495 et 1501  ». Nous pensons qu’ils appartiennent à la même édition incunable et les regroupons dans la même catégorie.

38  Samuel Berger, La Bible française au Moyen Âge – Étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’oïl, Paris, Imprimerie Nationale, 1884, p. VI.

39  Dieu en son royaume : la Bible dans la France d’autrefois, xiiie-xviiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, Galerie Mazarine, 18 octobre 1991-15 janvier 1992, Paris, Édition du Cerf, 1991, p. 22-23.

40  Voici l’ordre des chapitres pour le premier volume : « Le Prologue », 2  feuillets, 3 pages ; « La table du livre », 16 pages ; « Repertoire des feuillez pour assembler les cayers de ce present volume de la bible hystoriee », 2 pages ; « De genesis », feuillet a1-g7 ; « De exode », f. g7v-16v ; « De levitique », f. 17-n1v ; « Des nombres », f. n2-q1 ; « De Deuteronome », f. q1v-s1v ; « De Josue », f. s2-t3 ; « Des juges », f. t3v-x1v ; « Le premier des roys », f. X2-z4 ; « Le second des roys », f. z4v-aa4v ; « Le tiers des roys », f. aa5-dd3v ; « Le quart des roys », f. dd4-gg3 ; « Le premier des Paralipomenon », f. gg3v-ii1v ; « Le second paralipomenon », f. ii2-ll4v ; « Le premier de Esdras », f. ll5-mm2 ; « Le second Esdras de neemye », f. mm2v-kk5v ; « Le livre de Job », f. oo2v-qq1 ; « Le livre de Thobie », qq1v-qq6v. N’étant absolument pas familière de la foliotation des livres de l’époque moderne, nous ne parlerons pas en cahiers mais en feuillets.

41  Alain Collet, « L’Ecclésiaste à la fin du Moyen Âge : édition du texte extrait de la Bible historiale complétée (impression de Paris, Antoine Vérard, circa 1495) », La Bible et ses raisons : diffusion et distorisions du discours religieux, xive-xviie siècle, Gérard Gros (dir.), Saint-Étienne, Publication de l’Université de Saint-Étienne, 1996, p. 47-76. Il fait état « de nombreuses variantes plus ou moins significatives selon le cas [entre le texte imprimé et le manuscrit source i.e. Paris, B.n.F., Français 159] dont il est difficile de rendre compte complètement dans le cadre de ce travail », p. 50. En ce qui concerne strictement le livre de l’Ecclésiaste, A. Collet souligne que « ces modifications ne bouleversent pas l’économie du texte, du moins pour ce qui concerne l’Ecclésiaste […]. L’intervention directe présumée de Jean de Rély - si elle n’est pas négligeable - semble néanmoins modeste », p. 51.

42  Pour la ponctuation médiévale, voir Christiane Marchello-Nizia, « Ponctuation et unité de lecture dans les manuscrits médiévaux ou : je ponctue, tu lis, il théorise », Langue française, n° 40 (déc. 1978).

43  La Bible de l’imprimeur humaniste Robert Estienne publiée en 1553 (Chambers n° 172) « est la première Bible en français à proposer une numérotation en versets » pour Max Engammare, dans « Cinquante ans de révision de la traduction biblique d’Olivetan : les bibles réformées genevoises en français au xvie siècle », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LIII, 1991, n° 2.

44  Paris, B.n.F., Vélins 100-101.

45  Lyon, B.m., Inc. 57-58 ; New York, PML, 28379-82 et Localisation inconnue, vente Christie’s, Londres, 13 juin 2002, lot 12.

46  Sur les caractéristiques stylistiques des différents artistes œuvrant pour ces ouvrages, voir Catalogue des imprimés de la Bible historiale, Introduction.

47  Pour El. P. Spencer, l’enlumineur sur vélin de Vérard serait Jacques de Besançon : « For the present we assume that Jacques de Besançon was the "historium" who, with several lesser associates, was employed to illuminate Antoine Vérard’s vellum incunables in order to convince the patrons that a printed book might be as pleasurable as an illuminated manuscript», dans « Antoine Vérard’s illuminated vellum incunables », Manuscripts in the fifty years after the inventions of printing. Some papers read at a colloquium in Warburg Institute on 12-13 March 1982, J.-B. Trapp (dir.), Londres, Warburg Institue, University of London, 1983, p. 64.

48  Enssib, 2004, op. cit.

49  À la question qu’ils se posent sur « pourquoi les peintures sont-elles plus proches du texte que les gravures ? », nous pouvons soumettre l’hypothèse que l’illustration du texte par des bois gravés devait être rapide alors que les peintures sont plus appliquées, précises et efficaces.

50  Dans l’exemplaire de Lyon, B.m., Inc. 57-58, le ou les peintres n’ont pas fait que « déborder »… Ils ont aussi recouvert certaines rubriques de peintures illustrant ainsi le texte caché. Ces rajouts sont quelquefois un peu surprenants et l’on peut se demander pourquoi ils existent. Ainsi dans le livre de Job, 6 images ont été peintes sur du texte, toutes plus ou moins semblables représentant Job sur son tas de fumier…

51  Oxford, C.C.C., ms 385-386 et Paris, B.n.F., Français 15370-15371.

52  Paris, B.n.F., Français 15370-15371.

53  P.-M. Bogaert, op. cit., p. 41.

54  L’imprimerie apparaît à Paris en 1470 et à Lyon en 1472.

55  De cette énumération est absente une édition qui n’a été examinée que dans son premier volume. Le nombre de bois est donc incomplet : éd. de 1543-1544 à Paris : 94 bois dans le premier volume.

56  Le titre se présente de la sorte : « Le premier [-second] volume de la Bible en francois ».

57  Par exemple : « On les vend a Paris en la rue sainct Jacques a l’enseigne de la fleur de Lys dor. ». Nous renvoyons au Catalogue des imprimés de la Bible historiale pour les adresses des éditions successives.

58  À titre d’exemple : éd. de 1517 à Paris : 53 lignes par colonnes ; éd. de 1531 à Lyon : 60 lignes ; éd. de 1545 à Paris : 55 lignes.

59  Les chiffres entre crochets signalent des feuillets existants mais non paginés. Ces feuillets sont considérés comme des feuillets de garde.

60  Entre guillemets, nous signalons le nombre numérotés de feuillets et entre parenthèses, le nombre réel de feuillets.

61  P.-M. Bogaert, op. cit., p. 41.

62  J. Macfarlane, op. cit. ; Anatole Claudin, Histoire de l’imprimerie en France au xve et au xvie siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1901-1914, vol. II, p. 385-506 et M. B. Winn, op. cit.

63  Il aurait acheté une maison dans cette ville d’après le document publié par Dr. E. Giraudet, 1894, dans J. Macfarlane, op. cit., p. IX.

64  Il est le père de Nicolas Cou(s)teau qui imprimera la Bible historiale en 1541 pour Madeleine Boursette, Oudin Petit et Ambroise Girault.

65  Listes et attributions des ouvrages dans M. B. Winn, op. cit., p. 486-489. Parmi tous ces noms, aucun n’est mentionné comme l’imprimeur de la Bible historiale.

66  André Martin, Le livre illustré en France au xve siècle, Paris, F. Alcan, 1931, p. 131-132.

67  Il s’agirait vraisemblablement de notre Bible historiale.

68  A. Martin, op. cit., p. 132.

69  J. Marcfarlane, op. cit., p. X.

70  Ibid., p. XI.

71 Le célèbre Jean I Petit exerce à Paris de 1492 à 1540 ( ?), à différentes adresses connues : « rue Saint-Jacques (, près des Mathurins) », « A l’hôtel de Beauregard, rue Clopin », « Rue Saint-Jean-de-Beauvais » et sous différents noms d’enseignes : « A l’enseigne du Lion d’argent », « A l’enseigne de la fleur de lys (d’or). », « A l’enseigne du Roi prêtre Jean ». Il est également présent à Lyon en 1511, puis de 1521 à 1527, « en la rue Mercière, devant Saint-Antoine ». Sa devise est « Petit à Petit ». Libraire-imprimeur, il travaille à partir de 1518 en association avec son fils Jean II Petit, mort en 1533. Il décède peu avant le 14 octobre 1540. Dans Henri Martin, Roger Chartier, Histoire de l’édition française, tome I : Le Livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du xviiie siècle, Paris, Promodis, 1983, p. 171, nous trouvons une biographie de ce Jean I Petit, à qui est attribué faussement le titre de libraire juré, titre qui est le privilège de son fils, Jean II Petit.

72  Jacques Le Goff et René Rémond, qui publient la page de titre de cette édition de 1529, notent que « François Régnault, marchand libraire (c’est-à-dire éditeur) normand établi à Paris au début du xvisiècle, a alimenté le marché français et anglais en livres liturgiques. La Bible en français qu’il édite en 1529 ne doit rien encore à l’esprit nouveau », dans J. Le Goff, R. Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, Paris, Éditions du Seuil, 1988, p. 229.

73  Pour plus d’informations sur Thielman Kerver, voir A. Claudin, op. cit., vol. II, p. 269-286.

74  Claude Davost est absent du Répertoire d’imprimeurs/libraires, J.-D. Mellot (dir.), 2004. Henri Baudrier ne lui consacre pas de notice individuelle mais donne ses principales réalisations auprès des imprimeurs, dans la Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, éditeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres à Lyon au XVIe siècle, Lyon, Le Brun, 1895-1925, vol. I, p. 183, vol. V, p. 408, vol. VIII, p. 420, vol. XI, p. 190, 192, 195, 196, 198, 199, 200, 201, 202, 215, 217, 219, 221, 222, 223, 225, 246, 278, 283, 301, 302, 305.

75  Nous ne pouvons donner les marques de Jacques Sacon : toutes les pages de titre du premier volume de cette édition, dans les exemplaires conservés à Paris et à Lyon, sont manquantes.

76  Sylvie Postel-Lecocq, « Femmes et presses à Paris au xvie siècle : quelques exemples », Le Livre dans l’Europe de la Renaissance, actes du XVIIIe Colloque internationale d’Études humanistes de Tours, Promodis, Éditions du Cercle de la Librairie, 1988 - article synthétique mais bibliographie précise. Elle s’appuie notamment sur les Documents du Minutier central des notaires de Paris. Inventaires après décès, tome I (1483-1547), publiés par M. Jurgens, Paris, Archives nationales, 1982.

77  Ibid., p. 258.

78  Ibid., p. 261.

79  D. Sansy, 1992, op. cit. et Pierre d’Espezel, Les illustrateurs français de la Bible depuis les origines de l’imprimerie, 1499-1950, Paris, Club bibliophile de France, 1950 pour qui les bois de la Bible historiale d’Antoine Vérard sont « rudes, maladroits et populaires, loin de la délicate finesse des ouvrages princiers du xvie siècle ».

80  D. Sansy, 1999, op. cit., p. 425.

81  Oxford, C.C.C., ms 385-386.

82  Le mémoire de l’Enssib, 2004, p. 30 identifie brièvement les deux premiers.

83  J. MacFarlane, op. cit., p. 54.

84  Grandes Chroniques de France, chez Antoine Vérard, à Paris, 1493.

85  Max Engammare, « Les représentations de l’Écriture dans les Bibles illustrées du xvie siècle. Pour une herméneutique de l’image imprimée dans le texte biblique », La symbolique du livre dans l’art occidental du Haut Moyen Âge à Rembrandt, François Dupuigrenet-Desroussilles (dir.), Paris, Bordeaux, Institut d’étude du livre, Société des bibliophiles de Guyenne, 1995, p. 179-180.

86  A. Claudin, op. cit., vol. II, p. 464, 465, 468. Comme le souligne l’auteur, les quatre gravures de construction de ville sont très intéressantes car « elles nous donnent la représentation exacte d’un chantier de construction au xve siècle ».

87  J. MacFarlane, op. cit., p. 54.

88  A. Claudin, op. cit., vol. II, p. 482 : il publie ces différentes images.

89  J. Macfarlane, op. cit., pour toutes les 79 planches en annexe.

90  D. Sancy, 1999, op. cit., p. 468-469.

91  Ainsi, selon un savant recensement dans Enssib, 2004, p. 36 : 63 bois n’apparaissent qu’une seule fois, 30 bois apparaissent deux fois, 13 bois sont répétés 3 fois chacun, 6 bois reviennent à 4 reprises, 3 bois sont repris 5 fois, 1 bois est repris 6 fois et 1 bois est repris 10 fois : celui des deux personnages à genoux devant un roi dans une salle carrelée, qui est d’ailleurs aussi très fréquent dans les Grandes Chroniques de France, chez A. Vérard, 1493. Ce recensement n’est valable que pour le premier volume. Le second volume de l’édition de 1498 est encore plus répétitif.

92  Par exemple : dans l’édition de 1498 à Paris, exemplaire de la B.n.F., Bibl. Arsenal, Fol. T. 508 (1) : Feuillet 24v : Apparition à Mambré ; Feuillet 25 : Lot et l’ange, id. f. 24v du 1er vol. de l’éd. de 1498 à Paris.

93  La plus grande indulgence est demandée devant ce recensement artisanal et balbutiant, qui présente, inévitablement, des omissions, dues en partie à la masse d’images à traiter et à l’impossibilité de comparer les exemplaires conservés dans des bibliothèques différentes.

94  A. Martin, op. cit., p. 83.

95  Édition de 1498 à Paris, f. 29v du 1er volume ; cette Mise au tombeau est utilisée à bon escient au f. 19 du 2nd vol. de cette même édition.

96  H. Martin et R. Chartier, op. cit., p. 212.

97  A. Martin, op. cit., p. 74.

98  Ibid., p. 74.

99  Ibid., p. 74.

100  D. Sansy, 1999, op. cit., p. 426.

101  Reproduction dans Edoardo Barbieri, Le Bibble italiane del Quattrocento e del Cinquecento, Editrice bibliografica, Milan, 1991.

102  D. Sancy, 1999, op. cit., p. 426.

103  Ibid., p. 427.

104  Sur l’autonomie de l’image imprimée au xvie siècle, belles pages de Jean-Marc Chatelain et Laurent Pinon, dans Henri Martin, La naissance du livre moderne - Mise en page et mise en texte du livre français (xive-xviie siècle), [Paris], Éditions du Cercle de la Librairie, 2000, p. 261-268, qui prennent en exemple non pas l’iconographie biblique mais les ouvrages d’anatomie, de botanique ou de zoologie.

105  Contrairement à B. T. Chambers, op. cit., ne sont pas repris les ouvrages disparus.

106  Lorsqu’un bois est repris, nous mentionnerons sous l’image : « Id. f. xxx de l’éd. de xxxx, à Paris/Lyon ». Exemple : dans l’édition de 1498 à Paris, exemplaire de la B.n.F., Bibl. Arsenal, Fol. T. 508 (1) : Feuillet 24v : Apparition à Mambré ; Feuillet 25 : Loth et l’ange - Id. f. 24v du 1er vol. de l’éd. de 1498 à Paris.

Nous ne mentionnerons, à chaque répétition de bois, que la première occurence sans reprendre toutes les apparitions. Une lecture attentive des listes d’images permet de repérer les bois les plus souvent répétés. Cependant, il n’a pas toujours été possible de comparer les bois d’éditions distinctes conservées dans des bibliothèques différentes.

107  Ainsi, à titre d’exemple : dans l’édition de 1498 à Paris, exemplaire de la B.n.F., Bibl. Arsenal, Fol. T. 508 (1) : Feuillet 39 : Un homme s’adressant à une femme en béquilles entourée d’hommes, pour « De la venue iacob en son pays. Et de laliance dentre luy et laban ». Puis feuillet 43v : Un homme s’adressant à une femme en béquilles entourée d’hommes, pour « Comment Ioseph fut vendu et envoie en egype selon la bible. » Id. f. 39 du 1er vol. de l’éd. de 1498 à Paris. Cette image n’illustre pas forcement le texte biblique avec acuité et elle est répétée sans gagner en pertinence.

108  Exemple : dans l’édition de 1498 à Paris, exemplaire de la B.n.F., Bibl. Arsenal, Fol. T. 508 (1) : Feuillet 17 : Un roi et des hommes, « Comment les filz disrael furent espars et de nemeroth selon la bible ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore Fournié, « Les éditions de la Bible historiale. Présentation et catalogue raisonné d’éditions de la première moitié du xvie siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 03.2 | 2009, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://acrh.revues.org/1832 ; DOI : 10.4000/acrh.1832

Haut de page

Auteur

Eléonore Fournié

Docteur en histoire médiévale et diplômée du Premier cycle de l'Ecole du Louvre, éléonore Fournié est chargée de cours en L2 à l'université de Paris VII - Denis Diderot et collaboratrice de presse auprès des éditions Faton (Religions et Histoire, Les Dossiers d'Archéologie). 
Sur la Bible historiale, elle a publié en ligne l'article : Guyart des Moulins  dans ARLIMA, Archives de littérature du Moyen Âge : http://www.arlima.net/eh/guyart_des_moulins.html et prépare un ouvrage sur L’iconographie de la Bible historiale, chez Brépols, dans la collection du RILMA (Répertoire Iconographique de la Littérature du Moyen Âge), sous la direction de Christian Heck, parution prévu au printemps 2010.
Ses thèmes de recherches concernent la famille à travers l'étude des fratries bibliques et du processus de vieillissement des membres de la famille, en particulier dans la relation qu'entretiennent vieillesse et fécondité. Enfin, elle a organisé un colloque sur L'Immaculée Conception de la Vierge - Histoire et représentations figurées du Moyen Âge à la Contre-Réforme, colloque qui a eu lieu les 1er et 2 octobre 2009 à l'INHA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org