Skip to navigation – Site map

La stigmatisation particulière du pédéraste passif dans les enquêtes de médecine légale dans la premiere partie du xixe siècle

Thierry Pastorello

Abstracts

The particular stigmatization of the passive pederast in the inquiries of forensic medecine in the first part of the XIX century
Forensic medicine in the first part of the 19th century investigations are first work considering the practice of male homosexuality in scientific terms. Two figures are crucial: the Dr. Pierre-Jean-Georges Cabanis (1757-1808) the ideologists member and intended to do medicine the centrepiece of a human science and Ambroise Tardieu 1818 - 1879 Professor of forensic medicine in Paris author of a treaty as a culmination of these forensic studies. It should be noted the influence of the phrenology. These physicians define physical stigma and moral own practice of pederasty, especially passive and during the define a type character. These speeches are firstly a moral phraseology and they draw their roots previously. However we also replace those speeches stigmatizing the passive pederasty in the context of the construction of the modern virility. It is also necessary to place the forensic medicine in the context of the medicine and its evolutions.

Top of page

Full text

  • 1  Frédéric Chauvaud, Les experts du crime, Paris, Aubier, 2000, p. 12.

1Les enquêtes de médecine légale qui émergent dans la première partie du xixe siècle jusqu’à l’étude d’Ambroise Tardieu 1818-1879, constituent les premiers travaux envisageant la pratique de l’homosexualité masculine sous l’angle scientifique. Elles sont produites à l’occasion de poursuites judiciaires à l’encontre d’hommes soupçonnés d’outrage aux mœurs. Ces médecins interviennent dans le cadre d’expertises judiciaires1. Le Code civil (article 81), le Code d’instruction criminelle (article 44), le Code pénal (article 475), servent de base à cette coopération de la science et du droit. Ces études de médecine légales sont présentes dès le début du xixe siècle. Nous pouvons faire référence aux études de Paul-Augustin-Olivier Mahon (1752-1801), datée de 1801 : Médecine légale et police médicale, et celle de François Emmanuel Fodéré (1764-1835), Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé en 1813. Ensuite, et jusqu’à l’œuvre d’Ambroise Tardieu, plusieurs études médicales analysent l’homosexualité masculine à partir des techniques de la médecine légale. Il est nécessaire d’envisager au plan global le cadre et les sources de ces enquêtes médico-légales. Enfin de voir quelles sont la nature de ces stigmates attribués à ces hommes et enfin il faut envisager la nature profonde de ces discours.

Le cadre et les sources de ces enquêtes médico-légales

2Avant tout nous distinguons deux médecins qui auront une certaine importance : Pierre-Jean-Georges Cabanis (1757-1808), qui fut médecin et Ambroise Tardieu déjà cité. Pierre Jean Georges Cabanis pratiqua l’idéologie étrangement dit, qui à la fin du xviiie siècle, fut un courant philosophique qui rechercha l’origine des idées. Les idéologues voulaient mettre en place une science de l’homme, qui permette d’aboutir à une société harmonieuse. Dans ce cadre-ci, le docteur Cabanis entendait faire de la médecine cette pièce maîtresse d’une science de l’homme. Il y aura ainsi parallèle entre fonctionnement du corps humain et du corps social. Le cerveau secrète la pensée et ceci expliquerait l’influence du moral sur le physique. Ses théories matérialistes furent exposées dans son œuvre la plus connue Rapport sur la physique et le moral de l’homme, en 1795.

  • 2  Pierre Jean Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l’homme, Paris, Caille et Ravier, (...)

Si l’acte de la génération, peu fréquent, bien loin de nuire à la santé des personnes qui se portent bien, leur est favorable, il est plus ou moins nuisible à toutes celles qui sont d’une constitution faible, ou encore plus si elles sont atteintes de quelques maladies de poitrines, de la tête surtout ; il est toujours nuisible avant l’âge de la pleine puberté et après celui de la vigueur.2

  • 3  Pierre Olivier de busscher, « Médecine légale », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’ho (...)

3Ce lien entre vie psychique et vie physiologique aura une influence certaine dans les enquêtes médico-légales. A ce propos, il est nécessaire de faire référence à la phrénologie, qui aura une grande influence sur les médecins, réformateurs sociaux, aliénistes. Ainsi, à partir de ce courant, on va rechercher les instincts et les penchants de chacun, à partir de la configuration du cerveau et de la tête. La phrénologie a été théorisée par le neurologue viennois Franz Joseph Gall (1757-1828). Le corps est censé démontrer les signes qui reflètent l’âme de celui que l’on expertise, ainsi que ses tendances profondes. Les enquêtes médico-légales utilisent des analyses et des procédés similaires, car le corps des hommes suspectés de pédérastie est censé délivrer la vérité sur les pratiques perverses de ces mêmes hommes. Comme dans le cadre de la phrénologie, ces hommes sont enfermés dans un déterminisme. Enfin il faut citer les travaux du docteur Ambroise Tardieu, qui constituent, à l’extrême fin de la période, une sorte d’aboutissement de ces enquêtes. Ce praticien fut professeur de médecine légale à Paris et membre de l’Académie de médecine. Il est l’auteur d’un traité célèbre : étude médico-légale sur les attentats aux mœurs. Dans ce traité il envisage plus de six cent cas d’abus sexuels et, il fait une typologie des marques observées, suivant l’abus sexuel. Ces enquêtes médico-légales sont importantes dans la construction du discours sur l’homosexualité masculine au cours du xixe siècle. Ces analyses produites sont scientifiques à posteriori. Seules sont envisagées les conséquences de la pratique de la « pédérastie » et non les causes. Ces analyses sont surtout fondées sur des primats moraux : des actes moralement condamnables ne peuvent avoir que des conséquences négatives sur l’homme incriminé. Ces conséquences ne sont que la juste rétribution à l’encontre d’un homme livré à de telles actions. D’ailleurs, ces écrits débutent par un préambule sur le mal. Cependant il s’agit d’établir la réalité du fait. Ces enquêtes médico-légales constituent donc une transition entre le contrôle religieux des pratiques sexuelles et la médicalisation de l’homosexualité3. Elles sont liées à des poursuites judiciaires dans le cadre d’attentats aux mœurs : ces praticiens identifient les traces corporelles laissées par ces actes sexuels, pour prouver la réalité de faits imputés au suspect. Ainsi, l’anus « infudibuliforme » (en forme d’entonnoir) révèle le pédéraste passif, selon Tardieu, cela constitue une pièce à verser au dossier. Il y a donc une préoccupation plus spécifiquement médico-légale, parallèlement à une perspective morale. Enfin, on constate lors de la consultation de ces écrits, la stigmatisation d’un personnage type, que l’on nommera le « pédéraste passif ». Ces enquêtes paraissent se polariser sur ce type de personnage. Il faudra attendre le docteur Tardieu pour voir la médecine légale s’intéresser aux marques de la « pédérastie active ».

Les stigmates du pédéraste passif

4En effet, les hommes pratiquant des rapports homosexuels, et particulièrement ceux qui ont des relations homosexuelles passives sont susceptibles de développer certains stigmates.

5Ces stigmates comportent deux ensembles : ceux relevant de maux caractéristiques et enfin les stigmates comportementaux. Les stigmates relevant de maux caractéristiques rassemblent des affections particulières qui seraient propres à la pratique de la pédérastie passive. Ainsi en est-il des excroissances, raghades, fistules, crêtes, hémorroïdes, végétations.

  • 4  Francois Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé : (...)

Les accidents communs aux violences de cette nature sont l’échauffement, l’inflammation, les contusions, les excoriations, etc, qui peuvent, il est vrai, appartenir à d’autres maladies, mais qui doivent être attribués à la cause honteuse dont je parle lorsque ces maladies n’existent pas, et qu’il s’agit d’un adolescent qui se plaint d’avoir été pris de force….Les déchirements les raghades, les ulcérations les excroissances de diverses espèces, telles que les verrues, les crêtes, etc., achèvent de caractériser la nature de l’outrage et peuvent difficilement se confondre avec les effets ordinaires de la maladie vénérienne inoculée par les lieux accoutumés.4

  • 5  Giraudeau de Saint Gervais, Conseils sur l’art de guérir soi-même toutes les maladies vénériennes (...)

Les conséquences de ce commerce honteux sont très graves, les écoulements et les ulcères qui en résultent sont d’autant plus dangereux qu’ils sont plus profondément situés. Les circonstances qui peuvent en laisser ignorer l’existence leur donnent le temps de faire des progrès vers les organes importants.5

6Parfois ces affections peuvent aboutir selon certains médecins jusqu’au cancer du rectum quand l’individu est jugé bien dégradé

  • 6  Jean-Baptiste Felix Descuret, La médecine des passions ou Les passions considérées dans leurs rapp (...)

Enfin chez les êtres les plus dégradés, les fissures, les chutes et les cancers du rectum, les abcès à la marge de l’anus, la fistule et la cristalline6

7Cette description semble sous entendre, que les êtres les plus dégradés, sont ceux qui pratiquent régulièrement la sodomie passive. Parmi les autres maux, il y a aussi des maladies dont la liste peut-être impressionnante, et qui auraient pour cause la pratique de l’homosexualité ou de la débauche au sens large.

  • 7  Jean-Baptiste Felix Descuret, op. cit., p. 490.

Les excès du libertinage sont plus nuisibles chez l’homme que chez la femme à cause de la plus grande somme d’activité qu’il y déploie : après le repas surtout ils troublent profondément l’économie, prédisposent à de graves altérations de l’estomac, et donnent surtout lieu à des apoplexies foudroyantes.7

Il y a aussi le mal vénérien résultant de l’usage non naturel de certaines parties du corps de l’homme.

  • 8  Pierre Reydellet, « Pédérastie », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 40 (PEC - PERO), Paris (...)

Ceux qui ont fréquenté les hospices des vénériens de Paris et des autres grandes villes de France, ont pu voir nombre de ces malheureux infectés du virus vénérien, présentant au pourtour de l’ouverture anale, une multitude de végétations de diverses formes et autres désordres qui témoignent d’une manière évidente le crime qui en a été la cause.8

  • 9  Joseph Courrège, Observations sur la pédérastie vénérienne, Montpellier, 18 thermidor an VIII, 180 (...)

Le deuxième stade de la pédérastie vénérienne, les hémorroïdes se gonflent, le rectum devient plus douloureux, le sujet maigrit, la digestion se fait plus…La pédérastie syphilitique s’étend vers l’intérieur.9

  • 10  Eusèbe de Salles, « Médecine légale », Encyclopédie des sciences médicales, 2e division, tome 9, P (...)

Les succubes ont toujours le sphincter relâché et souvent l’anus forme chez eux un bourrelet saillant et épaissis. La maladie vénérienne par cette voie illicite y produit des déchirements, des fissures, des rhagades, des excroissances qui ne paraissent que rarement chez les hommes qui l’ont gagné par la voie naturelle.10

  • 11  Ambroise Tardieu, « étude médico-légale sur les attentats aux mœurs », Annales d’hygiène publique (...)

8La plupart des descriptions paraissent vouloir inquiéter, voire alarmer sur le danger, la menace qui sévit. Il y a une graduation des maux dont souffrent les personnes adonnées à la pédérastie passive, qui va jusqu’à la crainte de la mort. Tous ces maux décrits contribuent à dresser un tableau effrayant, presque cauchemardesque, des conséquences liées à cette habitude sexuelle. Notamment, le docteur Ambroise Tardieu fait un tableau de ce qu’il nomme les troubles généraux de la santé chez les pédérastes. Il signale que selon toute évidence, les actes de débauche contre-nature, auxquels se livrent les pédérastes doivent altérer la santé. Il fait une description des signes d’habitudes passives de pédérastie et des maladies vénériennes contractées dans les rapports contre nature11. Les stigmates du pédéraste, sous entendu passif, sont vus comme une sorte de malédiction méritée. Il y a aussi l’idée d’un acte qui conduit à se rabaisser, à se soumettre.

9Cependant ces stigmates physiques s’accompagnent de stigmates comportementaux, que l’on pense caractériser le pédéraste, sous entendu passif. D’abord il y a la mise que l’on pense caractéristique et notamment l’efféminement. Pour ces médecins, le pédéraste passif est forcément un individu au caractère efféminé : comme cet homme occupe le rôle sexuel qui est dévolu à la femme, celui-ci en adopte ou en singe forcément les manières, le caractère. Plusieurs de ces médecins associent manières féminines de certains hommes et habitudes sexuelles.

  • 12  Eusèbe de Salles, op. cit.

Les individus portés à la sodomie ont en général un caractère efféminé qui les fait recourir à la séduction plutôt qu’à la violence. Si la violence est employée c’est par des hommes chez qui ce penchant n’est pas naturel, mais chez qui il se développe par la privation des femmes. L’instinct excité jusqu’à la fureur change momentanément d’objet pour se satisfaire.12

Cette précision doit être relevée particulièrement, car elle signifie que le vrai pédéraste est forcément féminin, donc affecté d’un trouble du genre. Un autre médecin précise

  • 13  Michel Friedlander, De l’éducation physique de l’homme, Paris, Treutel et Wortz, 1815, p. 464-465

Le garçon au contraire saisit les objets avec vivacité, se plait à en détruire les formes, commande, se met en colère, aime courir. Si l’on s’oppose à cette pente propre à chaque sexe, on fait des viragos ou des efféminés.13

  • 14  Louis Pénard, De l’intervention du médecin légiste dans les questions d’attentats aux mœurs, Paris (...)

Parfois aussi lors d’enquêtes médico-légales, certains praticiens notent la constitution lymphatique de celui qui est soupçonné de pratiques passives de pédérastie14

10 Un autre médecin Hubert Lauvergne décrit les stigmates comportementaux d’un homme adonné à la pédérastie au bagne.

  • 15  Hubert Lauvergne, Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel : ob (...)

Frédéric aimait beaucoup à se mirer dans un fragment de glace brisée : c’était chose extraordinaire au bagne, car jamais un forçat ne regarde un miroir. Cet homme avait tous les vices et les faiblesses des femmes corrompues, coquettes et menteuses.15

  • 16  Louis Georges Tin, L’invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008, p. 177.
  • 17  voir Le livre sans titre, Paris, A Sauvin, 1844 cote BNF Microfilm M-17393.

11Les descriptions du docteur Hubert Lauvergne 1797-1859 sont de ce point de vue emblématiques : il prend pour exemple, des individus soucieux de leurs toilettes, assimilés à des femmes corrompues, en d’autre termes des prostituées. L’excès de propreté, voire de coquetterie, apparaît toujours suspect. On doit aussi faire une analogie avec les stigmates attribués aux masturbateurs. Comme pour l’homosexuel, le masturbateur se voit affublé de stigmates caractéristiques. Ces praticiens traitent d’ailleurs des deux comportements dans leurs écrits. Comme le souligne Louis Georges Tin, la masturbation fut vue comme une forme radicale d’homosexualité. L’onanisme était l’homosexualité par repli sur soi-même16. D’ailleurs un ouvrage nommé Le livre sans titre et datant de 1844 présente sous forme de gravure les stigmates du masturbateur. On observe l’apparition de stigmates autant physiologiques que comportementaux comme pour le pédéraste17.

  • 18  Michel Foucault, La naissance de la clinique, Paris, 1997, p. 31-32.

12Les stigmates comportementaux, attribués aux hommes adonnés à ces pratiques sexuelles, sont divers et ils peuvent aller jusqu’à l’épilepsie, la folie, l’apoplexie du cerveau…Il y a une graduation croissante des risques au niveau de la santé. Il faut dire que ces médecins assument un magistère moral à travers la description de ces êtres quasi-monstrueux. Michel Foucault souligne que les années qui précèdent et suivent la Révolution voient le mythe d’une profession médicale nationalisée, organisée sur le mode du clergé et investie au niveau de la santé de pouvoirs semblables à ceux que le clergé exerçait sur les âmes. Il y a le mythe d’une disparition totale de la maladie18. Il y a aussi la crainte de la pédérastie au sein de l’univers carcéral, et certains exemples pris par ces praticiens, notamment ceux du docteur Hubert Lauvergne sont des hommes incarcérés, des bagnards. Ainsi, la pratique de la pédérastie se trouve liée davantage au milieu du crime. L’article de Louis René Villermé 1782-1863 concernant les prisons dans le dictionnaire des sciences médicales comporte un passage sur les mœurs des prisonniers

  • 19  Louis René Villermé, Prisons, Dictionnaire des sciences médicales, tome quarante-cinquième, Pour-P (...)

On ne saurait croire combien le vice de la pédérastie et la masturbation sont communs dans les prisons. Jeunes et vieux, il s’y abandonnent avec tant d’excès, que c’est à cela plus qu’aux misères, aux chagrins, que les médecin des prisons du département de la Seine, que j’ai consultés, attribuent la fréquence des phtisies pulmonaires, des tiraillements d’estomac, des faiblesses musculaires, de la débilitation de la vue et des facultés intellectuelles. On a observé à Sainte Pélagie et à la Grande Force que la pédérastie est beaucoup plus ordinaire parmi les jeunes gens que parmi les hommes faits.19

13Parmi les cas cités par ces médecins légistes se détachent des hommes décrits comme féminins et souffrant d’une confusion au niveau du genre, ou au moins, manquant par certains traits de masculinité. Ces hommes sont décrits comme des hommes pratiquant la pédérastie passive avec d’autres hommes ; ces derniers sont vus comme des hommes se livrant à ces pratiques par privation du sexe opposé. Le pédéraste passif apparaît bien comme le seul et véritable homosexuel. Il faut aussi mentionner la peur pour la jeunesse que présenterait ce personnage susceptible d’initier les jeunes gens à des pratiques sexuelles perverses.

  • 20  J. Morel de Rubempré, La pornologie ou Histoire nouvelle, universelle et complète de la débauche, (...)

Ces dangereux pédérastes des dortoirs possèdent je ne sais quel instinct merveilleux qui leur fait deviner les plus passionnés d’entre les émancipés. Ils les amènent comme par enchantement dans leur couche à l’effort de leur procurer l’image d’un commerce amoureux naturel et ces dangereux corrupteurs des élèves commis à leur garde se livrent avec ceux ci d’abord à la sodomie active presque toujours pour obtenir les effets d’une sodomie passive.20

L’Origine et les motivations profondes de ces discours

14Quels peuvent être l’origine de ces discours ? Qu’en est-il des motivations profondes qui les animent ?

  • 21  Georges Canguilhem, Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Paris, 1981, (...)
  • 22  Arnold Ira Davidson, L’émergence de la sexualité : épistémologie historique et formation des conce (...)
  • 23  Régis revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France de la mon (...)
  • 24  Pierre Olivier de busscher, « Dégénérescence », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’hom (...)

Dans un premier temps il faut situer la nature de ces discours. Est-ce des discours scientifiques ? Est ce des discours de scientifiques ? Les deux doivent être distingués au plan épistémologique. Les idéologies scientifiques sont comme le remarque Georges Canguilhem, des systèmes explicatifs. Les idéologies de scientifiques sont des idéologies que les savants engendrent par les discours qu’ils tiennent pour thématiser leurs méthodes de recherche et les replacer dans la culture plus globale21. Ces discours seraient plutôt, par certains aspects, du domaine des idéologies de scientifiques. Ces médecins bâtissent ces théories à partir d’observations. Ils en déduisent à partir des discours qu’ils tiennent, une représentation spécifique de l’homosexuel masculin et, de ce fait, ils replacent leurs analyses dans le cadre plus global, qui est celui de la préoccupation envers l’homosexuel, comme image du pervers par excellence. Cependant, les discours de ces médecins se veulent scientifiques. Ils entendent définir ce qu’est l’homosexuel masculin et quelle est sa nature. Dans ce sens, ils sont déjà du domaine de l’idéologie scientifique. L’universitaire américain Arnold Ira Davidson souligne que nous avons affaire successivement à deux systèmes : une analyse de la sexualité par la structure anatomique des organes génitaux, à laquelle va succéder dans la seconde partie du xixe siècle, une analyse par l’examen des pulsions22. Dans le cas du discours scientifique sur l’homosexualité, il faut souligner combien l’analyse physiologique reste largement dominante. Regis Revenin souligne : « Au moment où les tribunaux commencent à distinguer les relations hétéro et homo-sexuelles dans l’appréciation des attentats aux mœurs, le français Claude-François Michéa écrit un article pionnier, en 1849. Il croit avoir trouvé la cause de la pédérastie dans des troubles physiologiques. Le comportement pervers ne serait que le résultat d’un fonctionnement organique perturbé23. » Plus tard, l’analyse de l’homosexualité dans le cadre de la théorie de la dégénérescence portera sur le postulat d’une hérédité morbide au même titre que d’autres maladies nerveuses. C’est précisément Richard Von Krafft-Ebing 1840-1902 qui rattachera l’homosexualité à la théorie de la dégénérescence24. Ainsi on passera de l’analyse du corps externe par la médecine légale à l’analyse du corps interne : épine dorsale, nerfs…il y aura basculement de l’anatomie à la psychiatrie.

15Par ailleurs, ces discours médicaux utilisent une phraséologie morale. Il est impératif de déconstruire ce type de discours pour en percevoir les motivations morales. Notamment on remarque l’emploi régulier de certains termes : « vice infâme », « goût vil et impétueux », « infamie », « goût abominable ». Il y a un cérémonial obligé dans tous ces discours qui débutent tous par des considérations morales ou des justifications historiques

  • 25  Jean Baptiste Félix Descuret, op. cit., p. 479.

16En vain le feu du ciel descend sur Sodome et sur Gomorrhe ; en vain la comète du seigneur éclate par de nouveaux châtiments : l’impudicité ne cesse par ses ravages, et Moloch est toujours adoré.25

  • 26  Pierre Reydellet, « Pédérastie », Dictionnaire des sciences médicales, tome quarantième, op. cit., (...)

17Il faudrait remonter bien haut pour trouver l’origine de ce goût abominable ; il se perd, pour ainsi dire, dans la nuit des temps. Les divers désastres qui ont bouleversés quelques parties du globe à une époque encore rapprochée de la création, nous sont donnés par l’écriture sainte comme des monuments de la vengeance céleste exercée sur des hommes livrés à tous les genres de corruption…26

  • 27  Pierre Olivier de busscher, « Biologie », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobi (...)
  • 28  Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 59.
  • 29  Pierre Olivier de busscher, « Médecine légale», in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’hom (...)

18On voit dans ces quelques exemples le caractère moraliste de ces jugements. Les mots employés en introduction de ces textes médicaux sont caractéristiques : « coït infâme », « vice infâme », « profonde dépravation », « goûts vils et impétueux », « goût abominable », « vilaine action ». Ces qualificatifs se retrouvent parfaitement dans les manuels de jurisprudence au xviiie siècle. Nous sommes dans le domaine de l’imprécation morale la plus pure. Cependant, ces médecins opèrent un lien entre la science et la morale à l’occasion de ces enquêtes médico-légales. Parallèlement ils inaugurent le processus de naturalisation et de médicalisation de l’homosexualité. Car auparavant, la formulation de vice contre nature englobait homosexualité, masturbation, bestialité et même actes hétérosexuels stériles. On ne spécifiait pas la nature des actes sexuels. La médecine légale entame ce processus très progressif de naturalisation de l’homosexualité27. Comme le souligne Michel Foucault, la sodomie était un type d’actes interdits, l’homosexuel du xixe siècle devient un personnage avec une morphologie et une anatomie mystérieuse28. La médecine légale se situe à mi-chemin entre l’approche légale qui était dominante sous l’Ancien régime et le traitement médical. Elle est une transition entre le contrôle religieux des pratiques sexuelles et la médicalisation de l’homosexualité par la psychiatrie dans la seconde partie du xixe siècle29. Ceci peut expliquer cette phraséologie religieuse qu’elle continue d’employer en habillement des expertises légales produites. Donc, ces termes employés par le milieu médical sont assez caractéristiques de perceptions qui, dans un premier temps, restent au niveau de la condamnation morale la plus classique.

  • 30  Voir l’analyse de Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l’homosexualité en Europe, Paris, PUF (...)

19De plus il y a aussi une analyse qui est parfaitement issue de la pensée religieuse à propos de la pratique de la sodomie. Il est fait mention de l’histoire de Sodome et de désastres. Or précisément, ce passage de l’Ancien testament est aussi l’illustration de la menace que fait peser sur la collectivité, celui qui se livre à la pratique de la sodomie : Dieu détruisit la ville de Sodome car cette pratique sexuelle y avait cours30. D’autre part les médecins ont eu souvent tendance à analyser ces comportements comme le produit de mauvaises coutumes, voire de coutumes étrangères.

  • 31  Julien Joseph Virey, Histoire naturelle du genre humain ou recherches sur ses principaux fondement (...)

Telle fut la cause primitive de ces vices affreux communs dans les régions brûlantes et qu’on dit avoir été jadis introduits dans la Grèce par quelques-uns des plus grands hommes de l’Antiquité. Quoique le Nord de l’Europe ne les ait pas reçus, et que le climat s’y oppose ; toutefois des peuples asiatiques et américains voisins du pôle s’y sont cependant adonnés, peut être à cause des chasses lointaines qui les séparent de leurs femmes.31

  • 32  Dr François Fournier Pescay, « Sodomie », Dictionnaire des sciences médicales Tome 51e Sen-Sol, Pa (...)

La sodomie répandue dans toute la Grèce, chez les arabes, chez les égyptiens et peut être même dans la Perse et dans l’Inde ne pénétra parmi les romains qu’alors que les mœurs de la république furent corrompues…Il existe dans toutes les parties de l’Asie, soumises à la croyance des brames, des mignons publics comme ailleurs on voit des filles…32

  • 33  voir Jean Delumeau, La peur en Occident xive-xviiie siècles : une cité assiégée, Paris, Fayard, 19 (...)

20Jean Delumeau mentionnait combien parmi les peurs présentes dans les mentalités, la crainte des mondes étrangers était particulièrement importante. On imagine dans ces pays, des êtres monstrueux et des personnes aux coutumes bizarres33. Ce type de pensée qui tend à voir dans les coutumes de l’autre, les causes de la pédérastie, est encore empreint de ce type de préjugé. On invoque diverses causes liées aux coutumes jugées mauvaises et à la géographie. Cette analyse des mauvaises coutumes favorisant la sodomie se poursuit par une analyse des lieux de prédilection de la sodomie, qui fait intervenir des préjugés qui sont liés à des considérations d’origine religieuse. Un certain nombre de ces médecins mettent en avant l’Orient comme un lieu de prédilection de l’homosexualité. Les coutumes de ces pays et l’ambiance générale seraient propices à la progression de ces mœurs.

  • 34  Guy Bechtel, La sorcière et l’Occident, Paris, Plon, 1999, p. 500, voir le procès verbal de visita (...)
  • 35  Louis Chevalier, Classes laborieuses classes dangereuses à Paris dans la première moitié du xixe s (...)
  • 36  Régis revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France de la mon (...)
  • 37  Michel foucault, La volonté de savoirop. cit., p. 53

21D’autre part, attribuer des marques ou des stigmates à des personnes, dont le comportement est jugé transgressif par rapport aux normes, comporte des racines anciennes : lors de la répression de la sorcellerie aux xvie et xviie siècles, on pourrait trouver des représentations qui sont révélatrices de traits moraux qu’on prêtait à ces femmes et on recherchait aussi sur le corps de la sorcière, la marque du mal, au même titre que ces médecins chercheront les traces de pédérastie sur les corps de ces hommes inculpés d’attentat aux mœurs34. C’est dire que cette habitude de lier le physique et le moral n’est pas nouvelle. Cependant, ces théories sont récupérées par la médecine légale car elles étaient sans doute ancrées dans la mentalité du temps. Comme l’observe Louis Chevalier, elles correspondaient à un courant influent dans le domaine médical. Notamment, Louis Chevalier indiquait combien les jugements que les groupes portaient les uns sur les autres concernaient des caractères physiques, considérés comme leur appartenant en propre, aussi spécifiques et aussi permanents que des caractères raciaux35. Il suffit de constater le physique qui est attribué au peuple parisien de ce temps pour constater combien le lien est fait entre les habitudes morales et le physique. Louis Chevalier souligne combien le peuple apparaît hideux. Honoré Daumier (1808-1879) s’est particulièrement employé à dessiner le peuple et à le faire apparaître comme repoussant dans sa vie quotidienne. De même que le bourgeois dépeignait le peuple comme repoussant, le peuple voit le bourgeois à travers des caractères moraux qu’il lui prête également. Honoré Daumier a représenté l’image que les classes populaires ont du bourgeois : il est représenté comme ventripotent, hypocrite…Cette habitude d’attribuer des traits physiques qui sont révélateurs de traits moraux est ancienne. Dans les siècles antérieurs, on en trouvait des exemples. Donc, l’image ou la création d’un personnage type comporte des racines anciennes. Cependant la stigmatisation du pédéraste passif est une innovation dans le cadre du développement de ces enquêtes médico-légales. C’est à ce moment que la science va commencer à prendre le relais du contrôle religieux de la sexualité36. Ces médecins définissent à l’occasion de ces enquêtes le personnage du pédéraste passif, affublé de stigmates caractéristiques. Car comme le souligne Michel Foucault, l’explosion discursive du xviiie et du xixe siècle interroge particulièrement le plaisir de ceux qui n’aiment pas l’autre sexe37. C’est une innovation marquante de l’époque.

  • 38  voir Jacques Leonard, La médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, 1981, p. 69
  • 39  Jacques Leonard, op. cit., p. 75.
  • 40  Michel foucault, La naissance de la cliniqueop. cit., p. 31-32.

22Plus globalement pour ce qui est de l’état du discours médical au début du xixe siècle, on pourrait invoquer un constat mis en avant par Jacques Léonard. Alors, la religion catholique enfiévrée de reconquêtes post-révolutionnaires fait concurrence aux médecins en donnant une interprétation globale du malheur biologique38. Ce sont précisément ce type de discours que l’on trouve dans ces textes médicaux. De plus, le gouvernement de la Restauration, à partir de 1815 encourage les religieuses qui soignent et le ministre de l’intérieur attribue à la Mère supérieure dans le cadre de l’hôpital des fonctions de discipline et d’autorité sur les infirmiers et le personnel et les étudiants39. Ceci pourrait expliquer cette recherche active de légitimation de ce pouvoir médical. Cette volonté de légitimation de ce pouvoir médical est à replacer dans ce parallèle souligné par Michel Foucault entre l’organisation de la profession médicale et l’organisation du clergé. Notamment, il note cette volonté d’une médicalisation rigoureuse et dogmatique par une conversion religieuse et enfin l’implantation d’un clergé de la thérapeutique40.

  • 41  voir André Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Paris, Hachette littératures, 2001
  • 42  Jean Paul Gaudilliere, « On ne naît pas homme… à propos de la construction biologique du masculin  (...)
  • 43  Judith Surkis, « Histoire des hommes et des masculinités : passé et avenir », Hommes et masculinit (...)

23Cependant, il est nécessaire de replacer la stigmatisation du personnage du pédéraste passif dans le contexte de la construction de la virilité moderne. A ce propos, nous nous appuierons sur les travaux de Georges L Mosse, d’André Rauch et d’Anne Marie Sohn. Il est caractéristique de voir, comment dans ces écrits de médecins légistes, la figure de la transgression s’avère être le pédéraste passif, supposé manquant de ces mêmes qualités viriles qui se construisent. La description de ces hommes apparaît bien comme une antithèse des qualités que l’on pense devoir être celles d’un homme. Dans ses travaux, André Rauch démontre que la virilité est un concept qui se construit progressivement au xixe siècle41. Avec la Révolution et l’Empire, on assiste à une mâle empoignade et, ainsi, va se construire progressivement le mythe du soldat, homme incarnant par excellence la virilité. Il doit incarner bravoure, altruisme, honneur et faire preuve de puissance. A ce propos, la peinture néoclassique témoigne de cette construction. Or, ces médecins construisent un personnage à l’allure féminine. Plusieurs de ces médecins associent manières féminines de certains hommes et habitudes sexuelles. Il faut souligner que le genre est une identité construite, car la féminité et la virilité sont du domaine des constructions et des reproductions sociales. Chaque personne doit correspondre au genre que lui assigne son sexe, dans un contexte de redéfinition de la masculinité depuis la Révolution. La personne qui a un genre non-conforme à son sexe biologique a un mauvais genre. Avec l’apparition de la polarité et de l’opposition masculin / féminin, des individus qui ne correspondaient pas, par leur sexualité ou leurs comportements aux cadres définis, devinrent des anormaux et donc l’homosexualité masculine fut progressivement entrevue comme un défaut de masculinisation42. Ce qui semble bien le cas dans ces discours. Il existe une norme concernant le genre masculin, et ces hommes transgressent cette norme. Il faut aussi souligner combien certains médecins déjà cités, comme Cabanis, soulignaient les limites biologiques de la femme ; donc si un homme se fait femme, on a affaire de ce point de vue à une anomalie caractéristique. Le citoyen, homme actif et producteur, voit son pouvoir fondé sur son statut de père de famille et sa puissance sexuelle. L’impuissance et la passivité sont donc des signes de manque de virilité43. C’est la signification profonde du discours de ces médecins sur l’homosexuel passif qui transgresse les normes concernant le genre masculin, tel qu’il se construit socialement.

  • 44  Yannick Ripa, « Fille ou garçon ? », Les collections de l’histoire, n° 32, p. 81.
  • 45  Georges Lachmann Mosse, L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997, p. 73.
  • 46  voir dans ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine (...)
  • 47  Hubert Lauvergne, op. cit., p. 293.

24Cette différenciation marquée qui identifie, ce qui dans le domaine du comportement, n’est pas masculin, est aussi à rapprocher de ce que Yannick Ripa soulignait sur la discrimination sexuelle : le garçon qui persistait au-delà d’un âge tendre dans des goûts féminins était perçu comme manquant de virilité. La peur d’une homosexualité latente était présente44. De plus la construction du pédéraste passif dans ces enquêtes de médecine légale rentre dans le cadre de ce que Georges Mosse nomme le contretype homosexuel45, car, pour Georges Mosse, la construction de la virilité moderne qu’il situe à partir du xviiie siècle crée des contretypes et au premier rang desquels figure l’homosexuel. Celui-ci était vu comme une menace car il franchissait la barrière des sexes et était susceptible de porter atteinte à la société. On trouve d’ailleurs dans les pamphlets de l’époque révolutionnaire, des éléments qui corroborent cette thèse46. D’autre part, la description par le docteur Hubert Lauvergne du forçat qu’il nomme le forçat Frédéric insiste sur le caractère féminin du personnage. Il le représente comme préoccupé d’une coquetterie excessive, qui est signe d’une profonde corruption. Il apparaît comme l’antithèse de ces valeurs viriles qui se construisent47. L’autre exemple qu’il prend est un dénommé Paulin. Il le décrit comme usé, fatigué. Il utilise des descriptions qui relèvent de la phrénologie. Il résume en indiquant :

  • 48  Hubert Lauvergne, op. cit., p. 296.

[...] ces caractères phrénologiques des femmes de mauvaise vie, incarnées par toutes les dépravations de la chair48

  • 49  Henri Legludic, Arthur X : mémoires d’un travesti, prostitué homosexuel : la comtesse 1850-1861 / (...)
  • 50  Voir Louis Georges Tin, L’invention de la culture hétérosexuelle…, op. cit., p. 14-28, p. 143-144, (...)
  • 51  Laure murat, La loi du genre : une histoire culturelle du troisième sexe, Paris, Fayard, 2006, pas (...)
  • 52  Claude courouve, Vocabulaire de l’homosexualité masculine, Paris, Payot, 1985, p. 207-209
  • 53  Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne, Paris, 10/18, 1997, p. 459
  • 54  Pierre Olivier de busscher, « Inversion », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophob (...)
  • 55  Florence tamagne, « Genre et homosexualité : de l’influence des stéréotypes homophobes sur les rep (...)

25De même à l’extrême fin de la période étudiée, le docteur Henri Legludic 1840-1917 décrira un personnage dénommé Arthur X prostitué, travesti et homosexuel. Il le décrit comme un être, ayant manqué de virilité, dès son plus jeune âge49. Ainsi, la pratique de la pédérastie est vue comme altérant la virilité. Cette association entre homosexualité masculine et efféminement a commencé avant le xixe siècle. Auparavant le sodomite n’était aucunement perçu comme féminin. Il était l’homme à homme. L’homme à femme était celui qui était considéré comme un homme efféminé50. Cette association entre homosexualité et efféminement devient dominante au xixe siècle. Elle est perceptible dans ces enquêtes médico-légales. C’est au cours du xixe siècle que va émerger la figure de la tante comme image de la transgression des genres51. La tante sera justement l’homme qui a les goûts des femmes, la femme des prisons d’hommes52. En fait, l’expression « tante » servira à définir un homme qui tient le rôle de femme avec des pédérastes actifs53. Comme le note Pierre Olivier de Busscher : « A un moment donné de l’histoire, les transformations des représentations des genres masculin et féminin ont fait que de nombreux individus ne pouvaient plus tout à fait se penser et se considérer comme pleinement hommes ou femmes dès lors que leur désir se portait vers des personnes de même sexe.54 » Ainsi, on est entré dans un ordre sexuel où le sexe biologique devait déterminer un désir univoque hétérosexuel et un comportement social spécifique55.

  • 56  Jean-Louis Alibert, Nouveaux éléments de thérapeutique et de matière médicale, Paris, Crapart, 180 (...)
  • 57  Voir Anne Marie Sohn, Sois un homme ! : la construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, E (...)
  • 58  Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris, Paris, Hachette, 1971, p.  (...)

26D’ailleurs, l’expertise d’un autre médecin, le docteur Jean Louis Alibert 1768-1837 illustrerait par le contraire, cette association entre homosexualité masculine et efféminement. Ce praticien étudie le cas d’un jeune homme, qui a trente ans n’avait selon ses termes, jamais été ému par une femme. Il fait une analyse psychologique de ce cas. Cette analyse se différencie des méthodes de la médecine légale. Le jeune homme semble posséder aucun autre stigmate. Ce cas illustre parfaitement la croyance selon laquelle, la pratique de la masturbation est propre à éloigner du sexe opposé, et peut conduire à l’homosexualité. Pourtant il sous-entend que le jeune homme en question ne s’est jamais livré à la pédérastie. Il ne le décrit aucunement comme quelqu’un de féminin. Il le décrit même comme très robuste. Il est spécifié que le patient se rétablit entièrement56. Ce cas est décrit comme masculin, parce qu’il n’est pas perçu comme pédéraste. La force, comme le souligne Anne Marie Sohn, se doit d’être exhibée. La musculature est aussi un attribut de la virilité ainsi que la pilosité57. Or ces hommes décrits par les médecins légistes sont souvent décrits comme maigrichons, faibles, indolents, fragiles, tous défauts qui apparaissent comme antinomique de la virilité. Alexandre Parent Duchâtelet (1790-1836), dans un texte intitulé De la prostitution dans la ville de Paris, associe le problème de l’homosexualité masculine à la prostitution au sein d’une étude sur certains fléaux de la ville. Dans le chapitre consacré à l’Hôpital du midi, il souligne que quelques-uns sont amenés à l’hôpital pour les suites du vice le plus honteux. La nature et le siège de leur affection ne permettent pas d’en dissimuler la cause. Il désigne ces individus sous le vocabulaire de « tante » et souligne qu’ils tiennent le même langage que les femmes galantes58. Ce qui est encore une manière de présenter ces hommes, comme marqués par une inversion du genre.

  • 59  Pierre Olivier de busscher, « Médecine », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobi (...)
  • 60  Voir Philipp sarasin, « L’invention de la sexualité des Lumières à Freud. Esquisse », Le mouvement (...)
  • 61  Alain corbin, L’harmonie des plaisirs : les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement (...)
  • 62  Voir aussi Nicolas D. dobeldower, « univers carcéral et sexualité masculine sous la Restauration » (...)
  • 63  Michel foucault, Les anormaux : cours au collège de France, 1974-1975, Paris, Gallimard, le Seuil, (...)

27Enfin, cette médecine légale est à replacer dans le contexte de la médecine et de ses évolutions. Au cours du xixe siècle la médecine va entrer dans l’ère des bouleversements. L’enseignement médical est rénové et on insiste sur la formation pratique. Ainsi, les médecins cherchent à examiner objectivement leurs patients. Ces médecins vont devenir les auxiliaires de l’état dans la gestion des populations. Ils vont problématiser l’usage des organes sexuels et ceci dans le but de favoriser la procréation. L’homosexualité devient donc un détournement de ce but.59 L’homosexuel devient un individu déviant. Auparavant, il était un débauché60. Au début du xixe siècle, comme le souligne Alain Corbin, les médecins évitent de parler de comportements considérés comme pathologiques mais à propos desquels on n’imagine pas de thérapeutique. Ce n’est que dans le cas de la médecine légale, en matière d’attentat aux mœurs que les spécialistes abordent le sujet61. De ce fait, la médecine légale est encore dans une transition entre le traitement légal et le traitement médical62. Elle détermine des preuves apparentes mais n’aborde aucunement les causes de l’homosexualité, comme nous l’avons déjà souligné. Il faudra attendre la pleine médicalisation de l’homosexualité pour ceci. Donc, cette discipline médicale se situe dans ces bouleversements que connaît la médecine au xixe siècle. Dans le cadre de ces enquêtes, ces hommes décrits sont des criminels pathologiques. Michel Foucault a déterminé la figure du monstre humain qui est une notion juridique au sens large. Il est dans son existence même violation des lois de la société et de la nature. Comme le note Michel Foucault, le champ d’apparition du monstre est un domaine juridico-biologique. Ces équivoques du monstre humain vont se retrouver dans toutes les techniques judiciaires et médicales qui vont tourner autour de l’anomalie. Elles sont largement étalées à la fin du xviiie et au début du xixe siècle63. Cette notion s’applique bien à ces hommes expertisés qui ne sont pas encore des individus à corriger, mais sont bien dépeints comme des monstres qui par leurs stigmates apparaissent comme emblématiques des violations des lois de la société.

Conclusion

  • 64  Voir Richard Von krafft-ebing, Psychopathia sexualis : étude médico-légale à l’usage des médecins (...)
  • 65  Michel foucault, Les anormaux…, op. cit., cours du 19 février 1975, p. 155.
  • 66  Voir Richard Von krafft-ebing, Psychopathia sexualis, tome 1…, op. cit., p. 109.
  • 67  Voir l’analyse de Florence Tamagne, Mauvais genre : une histoire des représentations de l’homosexu (...)
  • 68  Voir Richard Von krafft-ebing, Psychopathia sexualis, tome 2…, op. cit., p. 160.

28L’apparition d’un discours qui se veut scientifique sur la pratique de l’homosexualité aboutit à une progressive assimilation par ces praticiens de l’homosexualité masculine et d’une déviation du genre. C’est pourquoi, ces médecins jusqu’à l’œuvre d’Ambroise Tardieu se polarisent sur les stigmates physiques qu’ils pensent propres à la pédérastie passive. Ils n’envisagent aucunement les stigmates propres à une pratique active de l’homosexualité masculine : Tardieu sera le premier à s’y intéresser. L’individu qui pose problème est visiblement celui qui prenant le rôle sexuel dévolu à la femme déroge à sa masculinité. Il est vu comme le véritable homosexuel. L’homosexuel actif garde un comportement sexuel dominateur. Il est débauché simplement. Ceci explique que ces médecins n’y portent pas le même intérêt. Dans la seconde partie du siècle, l’intérêt porté aux caractères de la pédérastie active sera plus important. Il sera la marque d’une homosexualité qui est médicalisée dans son ensemble. Cependant l’attitude de ces médecins ouvre bien une ère nouvelle qui fait passer l’homosexuel de la loi à la norme : la médecine légale constitue bien un moment clef pour ce basculement qui devait se poursuivre. En faisant du « pédéraste » un être à part, défini dans ses habitudes et sa physionomie, elle en faisait un individu d’autant plus dangereux pour la société, que sa spécificité profonde le rendait assez difficilement réformable. La solution logique devait être des mesures de prophylaxie pour éviter qu’il contamine « la partie saine de la population». Ce sera le début de la médicalisation de l’homosexualité et l’image de l’homosexuel efféminé ayant des goûts et un comportement féminin en termes de représentation, aura une longue postérité. Il faut en conclusion évoquer Richard Von Krafft-Ebing et notamment son œuvre la plus connue Psychopathia Sexualis qui était précisément un manuel à l’usage des médecins légistes et des magistrats64. Car, à partir d’une notion juridico-médicale, l’homosexualité va basculer à partir des années 1845-1850 dans le domaine de la psychiatrie65. L’étude de Richard Von Krafft–Ebing sur les perversions sexuelles est la plus aboutie en matière de médecine légale. Richard Von Krafft–Ebing classe les pathologies sexuelles et cette classification va de la libido intempestive à la libido dévoyée. Il met l’homosexualité dans cette dernière catégorie avec le masochisme et le fétichisme. Elle appartient comme les précédentes sensations à ce que Krafft-Ebing nommait la paresthésie, c'est-à-dire l’excitabilité de la vie sexuelle par des excitations inadéquates66. Cette étude envisage pleinement les causes d’une homosexualité, ce que l’œuvre d’Ambroise Tardieu n’abordait pas. Ainsi, l’homosexualité devient pleinement une maladie mentale. Elle devient un stigmate fonctionnel de dégénérescence67 et la marque d’un état neuro-pathologique68.

Top of page

Notes

1  Frédéric Chauvaud, Les experts du crime, Paris, Aubier, 2000, p. 12.

2  Pierre Jean Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l’homme, Paris, Caille et Ravier, 1815, p. 239.

3  Pierre Olivier de busscher, « Médecine légale », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 280.

4  Francois Emmanuel Fodéré, Traité de médecine légale et d'hygiène publique ou de police de santé : adapté aux codes de l'Empire français et aux connaissances actuelles, Paris, Marne, 1813, p. 375.

5  Giraudeau de Saint Gervais, Conseils sur l’art de guérir soi-même toutes les maladies vénériennes sans mercure par la méthode végétale, Paris, Chez l’auteur, 1830, p. 39.

6  Jean-Baptiste Felix Descuret, La médecine des passions ou Les passions considérées dans leurs rapports avec les maladies, les lois et la religion, Paris, Labé, 1844, p. 491.

7  Jean-Baptiste Felix Descuret, op. cit., p. 490.

8  Pierre Reydellet, « Pédérastie », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 40 (PEC - PERO), Paris, Panckoucke, 1819, p. 45.

9  Joseph Courrège, Observations sur la pédérastie vénérienne, Montpellier, 18 thermidor an VIII, 1800, p. 5-6.

10  Eusèbe de Salles, « Médecine légale », Encyclopédie des sciences médicales, 2e division, tome 9, Paris, Au bureau de l’encyclopédie, 1835, p. 224-225.

11  Ambroise Tardieu, « étude médico-légale sur les attentats aux mœurs », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, série 2, tome 9, Paris, JB Baillière, janvier 1858, p. 156-166.

12  Eusèbe de Salles, op. cit.

13  Michel Friedlander, De l’éducation physique de l’homme, Paris, Treutel et Wortz, 1815, p. 464-465

14  Louis Pénard, De l’intervention du médecin légiste dans les questions d’attentats aux mœurs, Paris, JB Baillière, 1860, p. 108.

15  Hubert Lauvergne, Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel : observés au bagne de Toulon, Paris, J.-B. Baillière, 1840, p. 293.

16  Louis Georges Tin, L’invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008, p. 177.

17  voir Le livre sans titre, Paris, A Sauvin, 1844 cote BNF Microfilm M-17393.

18  Michel Foucault, La naissance de la clinique, Paris, 1997, p. 31-32.

19  Louis René Villermé, Prisons, Dictionnaire des sciences médicales, tome quarante-cinquième, Pour-Pru, Paris, Panckoucke, 1820, p. 240.

20  J. Morel de Rubempré, La pornologie ou Histoire nouvelle, universelle et complète de la débauche, de la prostitution et autres dépravations dans tous les pays du monde, notamment en France, particulièrement dans Paris depuis les temps les plus anciens jusqu'à nos jours, et moyens infaillibles de remédier à ces fléaux et de diminuer le nombre des prostituées sans employer la rigueur Paris, Terry, 1848, p. 69-70.

21  Georges Canguilhem, Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Paris, 1981, p. 43-44.

22  Arnold Ira Davidson, L’émergence de la sexualité : épistémologie historique et formation des concepts, Paris, 2005, p. 80-87.

23  Régis revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France de la monarchie de Juillet à la Première guerre mondiale », Revue d’histoire des sciences humaines, 2007/2, n°  17, p. 23-45, p. 29.

24  Pierre Olivier de busscher, « Dégénérescence », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 122-123.

25  Jean Baptiste Félix Descuret, op. cit., p. 479.

26  Pierre Reydellet, « Pédérastie », Dictionnaire des sciences médicales, tome quarantième, op. cit., p. 37.

27  Pierre Olivier de busscher, « Biologie », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 65-67.

28  Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 59.

29  Pierre Olivier de busscher, « Médecine légale», in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 280-281.

30  Voir l’analyse de Flora Leroy-Forgeot, Histoire juridique de l’homosexualité en Europe, Paris, PUF, 1997, p. 36-40

31  Julien Joseph Virey, Histoire naturelle du genre humain ou recherches sur ses principaux fondements physiques et moraux, Paris, impr. Dufart, an IX, p. 288-290.

32  Dr François Fournier Pescay, « Sodomie », Dictionnaire des sciences médicales Tome 51e Sen-Sol, Paris CLF Panckoucke, 1821, p. 443, p. 444.

33  voir Jean Delumeau, La peur en Occident xive-xviiie siècles : une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978, p. 62-65.

34  Guy Bechtel, La sorcière et l’Occident, Paris, Plon, 1999, p. 500, voir le procès verbal de visitation de Magdeleine de Demandolx en 1611 contient une visitation des parties honteuses de l’accusée avec une description complète.

35  Louis Chevalier, Classes laborieuses classes dangereuses à Paris dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 671.

36  Régis revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France de la monarchie de Juillet à la Première guerre mondiale »…, op. cit., passim.

37  Michel foucault, La volonté de savoirop. cit., p. 53

38  voir Jacques Leonard, La médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, 1981, p. 69

39  Jacques Leonard, op. cit., p. 75.

40  Michel foucault, La naissance de la cliniqueop. cit., p. 31-32.

41  voir André Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Paris, Hachette littératures, 2001

42  Jean Paul Gaudilliere, « On ne naît pas homme… à propos de la construction biologique du masculin », Mouvements : sociétés politique culture, 2004-1, n° 31, p. 15-23.

43  Judith Surkis, « Histoire des hommes et des masculinités : passé et avenir », Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Paris, Autrement, 2007, p. 16.

44  Yannick Ripa, « Fille ou garçon ? », Les collections de l’histoire, n° 32, p. 81.

45  Georges Lachmann Mosse, L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997, p. 73.

46  voir dans ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin xviiie milieu xixe siècle, Paris, Université Paris VII, 2009, p. 170-183.

47  Hubert Lauvergne, op. cit., p. 293.

48  Hubert Lauvergne, op. cit., p. 296.

49  Henri Legludic, Arthur X : mémoires d’un travesti, prostitué homosexuel : la comtesse 1850-1861 / recueillis par Henri Legludic, Paris, Montréal (Canada), L’Harmattan, 2000.

50  Voir Louis Georges Tin, L’invention de la culture hétérosexuelle…, op. cit., p. 14-28, p. 143-144, p. 151.

51  Laure murat, La loi du genre : une histoire culturelle du troisième sexe, Paris, Fayard, 2006, passim

52  Claude courouve, Vocabulaire de l’homosexualité masculine, Paris, Payot, 1985, p. 207-209

53  Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne, Paris, 10/18, 1997, p. 459

54  Pierre Olivier de busscher, « Inversion », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 239.

55  Florence tamagne, « Genre et homosexualité : de l’influence des stéréotypes homophobes sur les représentations de l’homosexualité », Vingtième siècle : revue d’histoire, juillet-septembre 2002, p. 61

56  Jean-Louis Alibert, Nouveaux éléments de thérapeutique et de matière médicale, Paris, Crapart, 1808, Tome 2, p. 556-558.

57  Voir Anne Marie Sohn, Sois un homme ! : la construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, Ed. du Seuil, 2009, p. 18-26.

58  Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris, Paris, Hachette, 1971, p. 72-73.

59  Pierre Olivier de busscher, « Médecine », in Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 279-280.

60  Voir Philipp sarasin, « L’invention de la sexualité des Lumières à Freud. Esquisse », Le mouvement social, 2002/3, n°200, p. 138-146.

61  Alain corbin, L’harmonie des plaisirs : les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2007, p. 187-188.

62  Voir aussi Nicolas D. dobeldower, « univers carcéral et sexualité masculine sous la Restauration » in Regis revenin, Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contribution à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Ed. Autrement, 2007, p. 42-53 cette problématisation à mi-chemin entre légal et médical de la pratique de l’homosexualité masculine en prison au début du xixe siècle.

63  Michel foucault, Les anormaux : cours au collège de France, 1974-1975, Paris, Gallimard, le Seuil, 1999, voir cours du 22 janvier 1975, p. 51-53.

64  Voir Richard Von krafft-ebing, Psychopathia sexualis : étude médico-légale à l’usage des médecins et des juristes, Paris, Presse pocket, 1999.

65  Michel foucault, Les anormaux…, op. cit., cours du 19 février 1975, p. 155.

66  Voir Richard Von krafft-ebing, Psychopathia sexualis, tome 1…, op. cit., p. 109.

67  Voir l’analyse de Florence Tamagne, Mauvais genre : une histoire des représentations de l’homosexualité, Paris, EDLM, 2001, p. 92-99.

68  Voir Richard Von krafft-ebing, Psychopathia sexualis, tome 2…, op. cit., p. 160.

Top of page

References

Electronic reference

Thierry Pastorello, « La stigmatisation particulière du pédéraste passif dans les enquêtes de médecine légale dans la premiere partie du xixe siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [Online], 03.1 | 2009, Online since 13 January 2010, connection on 21 November 2017. URL : http://acrh.revues.org/1850 ; DOI : 10.4000/acrh.1850

Top of page

About the author

Thierry Pastorello

Thierry Pastorello est bibliothécaire au département philosophie histoire sciences de l’homme de la Bibliothèque nationale de France et historien. Il est docteur en histoire de l’université Paris-Diderot Paris VII. Sa thèse a été soutenue sous la direction du professeur André Gueslin de Paris VII le 31 mars 2009 et s’intitule Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin xviiie – milieu xixe siècle. Ses recherches portent actuellement sur l’homosexualité masculine et les pratiques homosexuelles masculines dans la France moderne et contemporaine. Il a récemment participé à un colloque Les sources de l’histoire du genre à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université d’Angers le 12 décembre 2009.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org