Navigation – Plan du site

Une cité si proche. Histoire du paradigme de la ciuitas diaboli dans l’Occident médiéval

Elisa Brilli

Notes de l’auteur

Thèse réalisée sous le régime de cotutelle entre l’ÉHESS (spécialités : Histoire et Civilisation) et l’Université de Rome « La Sapienza » (spécialités : Filologia, Linguistica e Letteratura).

Texte intégral

1Composition du jury

Madame Carla Casagrande, Université de Pavie (Président de jury),
Madame Chiara Frugoni, Université de Rome « Tor Vergata »,
Monsieur Giorgio Inglese, Université de Rome « La Sapienza » (directeur de thèse),
Monsieur Jean - Claude Schmitt, ÉHESS (directeur de thèse),
Monsieur Brian Stock, Université de Toronto

2Mention : Très honorable avec félicitations du jury

3Date de soutenance : 3 novembre 2009, Université de Rome « La Sapienza »

Résumé

4Cette thèse offre la première étude de longue durée de la codification, diffusion, réélaborations et représentations iconographiques du paradigme de la ciuitas diaboli dans la tradition culturelle de l’occident médiéval. L’approche méthodologique définie dans le Prologue puise à la linguistique et à l’épistémologie la définition de « paradigme » (tome I, p. XV - LXVII). L’ensemble de l’étude s’articule en quatre parties, chacune en trois chapitres. La Ière partie se penche sur l’inventio des deux cités par Augustin d’Hippone, du De vera religione au De civitate Dei, en offrant une étude détaillée des enjeux politiques et théologiques de cette notion ainsi que du lexique augustinien à cet égard (p. 5 - 107 + l’Annexe I, p. 109 - 119 consacré au « vocabulaire augustinien »). La IIe partie examine la diffusion de ce paradigme dans la culture médiévale, à travers l’analyse des textes exégétiques y ayant recours entre le vie et le xiie siècle. Cette même partie pointe plusieurs distorsions et innovations propres à la vie médiévale de la ciuitas diaboli (y compris l’invention médiévale de la ciuitas infernalis)et livre une analyse systématique de la topique médiévale de la ciuitas diaboli (tome I, p. 125 - 313). Dans la IIIe partie, il est question des usages actualisant la ciuitas diaboli en vue de la représentation de l’histoire contemporaine, dont l’extraordinaire variété est saisie à travers un choix de cas entre le xie et le xive siècle. Le Carmen in victoriam Pisanorum, le Speculum Ecclesiae, le De incendio oppidi Tuitii de Rupert de Deutz, une lectio de Joachim de Flore sur les sens de Jérusalem et Babylone, les œuvres de Dante Alighieri, enfin les traductions du De ciuitate Dei (en français par Raoul de Praelles et en florentin) à la fin du xive siècle permettent d’apprécier la vitalité de ce paradigme bien au delà de son contexte d’élaboration initiale (tome II, p. 319 - 525). La IVe partie consiste dans la première étude systématique de toutes les représentations des deux cités dans les manuscrits enluminés du De ciuitate Dei et de ses traductions en florentin et en français, à savoir un corpus de 95 manuscrits enluminés s’étalant du xie au xve siècle (tome II, p. 529 - 690). Son épilogue revient sur le moment d’épuisement de ce paradigme au xve siècle en soulignant les spécificités de la ciuitas diaboli médiévale (p. 695 - 702). L’Annexe 2, suivant 177 planches en couleur, est constitué par les catalogues des trois traditions manuscrites examinées, par les schémas d’analyse iconographique, par la bibliographie concernant les manuscrits (tome III, p. 5 - 98).
Nombre de volumes : 3.
Nombre total de pages : LX (prologue) + 702 (texte) + 52 (bibliographie) + 98 (annexes).
Planches : 177 (en couleur)
Nombre de références bibliographiques : 219 (sources latines et médio-latines) + 34 (sources romaines) + 713 (bibliographie secondaire) + 250 (bibliographie secondaire sur les manuscrits).

Abstract

5This PhD dissertation provides the first study on the codification, diffusion, reinventions and iconographical representations of the Civitas Diaboli in Western Medieval Culture. The methodological approach and the definition of the civitas diaboli as a “paradigm” come from Linguistics and Epistemology, as I explained in the Prologue (Volume I, p. XV-LXVII). The whole study is divided into four parts, each consisting of three chapters. The first part explores the inventio of two cities by Augustine of Hippo, from the De vera religione to De Civitate Dei: it deals a detailed study of the theological and political issues of the Augustinian concept as well as Augustinian vocabulary in that regard (p. 5-107 + Appendix I, p. 109 - 119 devoted to the "Augustinian vocabulary"). The second part examines civitas diaboli’s widespread diffusion in medieval culture, by analyzing exegetical works recurring to it between 6th and 12th century. Many different distortions and innovations of medieval civitas diaboli are pointed out, as for instance medieval invention of a civitas infernalis. Moreover, I draw a systematic analysis of civitas diaboli’s topics in medieval discourses (tome I, p. 125 - 313). The third part focuses on some usages of the civitas diaboli in reference to the contemporary history between 11th and 14th century. More particularly, the Carmen in victoriam Pisanorum, the Speculum Ecclesiae, the De incendio oppidi Tuitii by Rupert of Deutz, a lectio by Joachim of Flore on Jerusalem and Babylon, Dante’s works and, finally, De ciuitate Dei’s translations in French, by Raoul of Presles, and in Florentine at the end of the 14th century provide evidence of the vitality of this paradigm far beyond its initial context (tome  I, p. 319 - 525). In the fourth part, all the two cities’ representations in the illuminated manuscript tradition of the De ciuitate Dei and of its translations in vernacular, namely a corpus of 95 illuminated manuscripts from 11th to 15th century, are taken into account (tome II, p. 529 - 690). My Epilogue returns to the moment of exhaustion of this paradigm during the 15th century and highlights the specificities of the medieval civitas diaboli (p. 695 - 702). 177 figures and the complete catalogue of the three manuscripts traditions considered in the fourth part improve this study.
Volumes: 3.
Pages: LX (Prologue) + 702 (Text) + 52 (Bibliography) + 98 (Appendix).
Figures : 177
Bibliographical references: 219 (Latin sources) + 34 (Romance sources) + 713 (Bibliography) + 250 (Bibliography on manuscripts).

Riassunto

6Una vicina città. Storia del paradigma della ciuitas diaboli nell’Occidente medievale
Questa tesi offre il primo studio di lunga durata a riguardo della codificazione, diffusione, rielaborazione e rappresentazioni iconografiche del paradigma della ciuitas diaboli nella tradizione medievale occidentale. L’approccio metodologico definito nel Prologo è grandemente in debito con la linguistica e con l’epistemologia, discipline dalle quali è ereditata la categoria di “paradigma” (tomo I, p. XV-LXVII). L’insieme dello studio si articola in quattro parti, ognuna di tre capitoli. La Prima parte è dedicata all’inventio delle due città ad opera di Agostino d’Ippona, dal De vera religione al De ciuitate Dei, e offre uno studio dettagliato delle implicazioni politiche e teologiche di questa nozione, così come del lessico agostiniano in quest’ambito (tomo I, p. 5-107, e Appendice I, tomo I, p. 109-119 sul “Vocabolario agostiniano”). La seconda parte esamina la diffusione di questo paradigma nella cultura medievale, attraverso l’analisi di testi esegetici che vi fanno ricorso tra il vi e il xii secolo. Questa ricerca ha permesso inoltre di individuare molteplici innovazioni e distorsioni proprie alla vita medievale della ciuitas diaboli, ivi compresa l’invenzione medievale della ciuitas infernalis, e offre un’analisi sistematica della topica medievale a riguardo della ciuitas diaboli (tomo I, p. 125-313). La terza parte si rivolge invece agli usi attualizzanti la ciuitas diaboli in vista della formalizzazione della storia contemporanea, usi la cui straordinaria varietà è colta attrevarso una selezione di casi dall’xi al xiv secolo. Il Carmen in victoriam Pisanorum, lo Speculum Ecclesiae, il De incendio oppidi Tuitii di Rupert de Deutz, una lectio di Gioacchino da Fiore sul senso di Gerusalemme e Babilonia, le opere di Dante Alighieri, infine le traduzioni del De ciuitate Dei (il francese di Raoul de Praelles e anonima in fiorentino) alla fien del xiv secolo consentono di apprezzare la vitalità di questo paradigma ben oltre il suo contesto di elaborazione iniziale (tomo II, p. 319-525). La quarta parte consiste nel primo studio sistematico di tutte le rappresentazioni delle due città nei manoscritti miniati del De ciuitate Dei e delle sue traduzioni in fiorentino e in francese, ossia un corpus di 95 manoscritti miniati che va dall’xi al xv secolo (tomo II, p. 529-690). Il mio Epilogo si focalizza sul momento dell’uscita di scena di questo paradigma nel xv secolo e sottolinea in chiave comparativa le specificità della ciuitas diaboli medievale (tomo II, p. 695-702). La seconda Appendice, che segue 177 figure a colori, è costituita dai catalogui delle tre tradizioni manoscritte esaminate, dagli schemi di analisi iconografica, dalla biblografia sui manoscritti (tomo III, pp. 5-98).
Numero di tomi : 3.
Pagine totali : LX (prologo) + 702 (testo) + 52 (bibliografia) + 98 (appendici).
Figure : 177 (a colori)
Numero di riferimenti bibliografici : 219 (fonti latine e mediolatine) + 34 (fonti romanze) + 713 (bibliografia secondaria) + 250 (bibliografia secondaria sui manoscritti).

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Brilli, « Une cité si proche. Histoire du paradigme de la ciuitas diaboli dans l’Occident médiéval », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2009, mis en ligne le 28 avril 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/1867 ; DOI : 10.4000/acrh.1867

Haut de page

Auteur

Elisa Brilli

Après la soutenance de sa thèse en novembre 2009, Elisa Brilli a obtenu une bourse de post-doc de la durée d’un an auprès du Kunsthistorisches Institut in Florenz, où elle réside depuis janvier 2010. Son projet de recherche, développé dans le cadre du programme « Images et paroles en Exil. Avignon und Italien in der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts », est consacré à la polémique de Dante Alighieri contre la ville de Florence, dont elle se propose de dégager les enjeux en vue de la construction de l’identité autoriale de l’auteur de la Comédie (titre : « Dante’s Exile : dissonances and harmonies between Anagogy and Politics » ; pour plus de détails sur ce projet cf. http://www.khi.fi.it/it/forschung/projekte/projekte/projekt97/index.html)
Cette recherche, qui poursuit les réflexions développés dans le chapitre 8 de sa thèse de doctorat, devrait aboutir à la publication d’une monographie dans l’année 2010. Ensuite, elle se consacrera à la réélaboration des autres parties de sa thèse en vue de leur publication, à savoir sous la forme d’une monographie sur l’histoire de la cité du Diable au Moyen âge et d’une monographie sur les manuscrits latins enluminés du De ciuitate Dei.
Dans le cadre du projet du KHI à Florence, elle est également chargée de l’organisation d’un colloque thématique portant sur l’exile à la première moitié du xive siècle. qui aura lieu en mars 2011.
En tant que membre associée du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval, elle poursuit ses collaborations avec ce groupe du CRH, notamment dans le domaine des éditions de textes de la littérature exemplaire médiévale, aussi bien que sa collaboration avec les collègues médiévistes de l’éHESS au sein de l’« Atelier des médiévistes », qu’elle a contribué à créer en 2008.
Par ailleurs, elle est membre des comités de rédaction du « Bollettino d’Italianistica » de l’Université de Rome « La Sapienza » et collaboratrice de la « Rassegna della Letteratura Italiana ».
e [point] brilli [arobase] gmail [point] com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org