Navigation – Plan du site
Une histoire en question

L’anthropologie historique par le détour de la musicologie : une ethnomusicologie historique du Moyen âge est-elle souhaitable ?

Eduardo Henrik Aubert

Résumés

Tout comme l’on a proposé d’intégrer anthropologie et histoire dans différents champs interdisciplinaires (« anthropologie historique », « ethno-histoire »), des phénomènes similaires de rapprochement sont identifiables à l’intérieur de la musicologie où les branches historique (« musicologie historique ») et anthropologique (« musicologie comparée » et « ethnomusicologie ») ont essayé de s’intégrer dans ce qu’on a appelé « ethnomusicologie historique ». Le propos de cet article est de déplacer la discussion du niveau interdisciplinaire au supra-disciplinaire, l’argument étant que l’interdisciplinarité n’est pas la solution pour des problèmes déterminés par un cadre de pensée qui structure tout un ensemble de disciplines. Nous nous livrons alors à l’examen du contexte de formation des disciplines modernes et de leurs présupposés partagés, spécialement en ce qui touche à l’étude de la musique médiévale.

Haut de page

Entrées d’index

Parole chiave :

antropologia, musicologia, storia
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir, à propos des fractures conceptuelles, Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain: quelle (...)
  • 2  Adam Kuper, The invention of primitive society: transformations of an illusion, New York, Routledg (...)

1L’avènement de la modernité au tournant du xviiie siècle s’est posé en tant que problème intellectuel majeur pour les penseurs du xixe siècle et a largement déterminé la définition des champs disciplinaires et des objets scientifiques dans le contexte de la réorganisation universitaire au xixe siècle. C’est le moment des grandes « fractures conceptuelles » qui ont donné naissance aux disciplines modernes et aux répartitions du savoir telles que nous les connaissons1. Les grandes transformations de l’époque se sont regroupées dans une formulation intellectuelle très diffusée selon laquelle elles seraient la marque d’une rupture essentielle et double : puisqu’elles définissaient la spécificité de l’Occident moderne, elles seraient d’une part le contraire des origines de l’Occident, son négatif dans le passé, et de l’autre le contraire de toutes les zones du monde qui n’ont pas été à l’origine de la modernité, le négatif de l’Occident dans le présent. Comme l’a montré Adam Kuper dans son étude sur l’origine et la persistance de la notion de « société primitive », la perception de vivre dans une époque de « transition massive » a permis aux intellectuels depuis le xixe siècle d’envisager les autres sociétés (passées et présentes) comme des « sociétés primitives » qui n’étaient en réalité « que leur propre société (telle qu’ils la comprenaient) vue dans un miroir déformant »2.

  • 3  Adam Kuper, The invention of primitive society, op. cit., p. 4-5.

2La formulation, dualiste dans la racine, se construit néanmoins sous la forme d’un triangle, dont les angles sont occupés par l’Occident moderne, le passé de l’Occident et le présent du monde non-occidental. Le fait que ce triangle classificatoire ait été à la base de la construction d’un système disciplinaire pour les sciences sociales où sociologie, histoire et anthropologie se répartissaient les angles, suggère que les divers conflits entre ces disciplines ont porté moins sur cette vision générale, sur laquelle elles étaient plutôt d’accord, que sur des disputes d’hégémonie. L’accord inter-, ou plutôt supra-disciplinaire, se crée aussi autour des objets scientifiques particuliers. Tous les éléments définisseurs de la modernité, l’État territorial, la division du travail, la propriété privée, la famille monogamique, l’individu, la science auraient leur contrepartie dans leurs doubles inversés dans le temps et dans l’espace, le nomadisme, le communalisme, le clan, la magie, etc.3 Cette répartition des contraires – puisque derrière le triangle domine la polarisation – a, pour sa part, contribué à fixer les contours de chaque objet, qui, opposé à son contraire, est doté d’une consistance, d’une stabilité et d’une définition si sûre qu’on finit par lui attribuer une existence en soi et pour soi : le monde scientifique est ainsi peuplé par des objets réifiés selon le modèle de la marchandise de Marx ou du fait social –  « chose » de Durkheim. Il s’agit d’un monde profondément dualiste où les pôles des oppositions semblent exister objectivement dans la réalité et où ils peuvent être isolés pour des propos d’études. C’est donc une compréhension essentialiste, autonome et figée de l’« objet » scientifique qui fait couple avec la vision supra-disciplinaire, eurocentrique et anachronique, construite par la modernité académique.

3Il me semble important de prendre en compte cette problématique générale – la répartition des disciplines, la vision supra-disciplinaire qui sous-tend cette répartition et la conception même de l’objet scientifique – lors des considérations sur le présent et l’avenir des rapports entre des disciplines qui ont été constituées dans ce contexte, surtout parce que, en l’absence d’une perspective générale, il est difficile de séparer fond et surface et de dire à quel niveau de ce grand paradigme moderne la critique et la réorganisation des champs disciplinaires veut s’attaquer.

  • 4  Comme le dit Tomlinson, « La musique qui est venue s’opposer au chant dans les décennies avant 180 (...)
  • 5  Sur les débuts de la musicologie au tournant du xixe siècle, voir John Haines, « Généalogies music (...)

4Ma contribution à la discussion prendra pour fil conducteur la problématique de la musique et du champ disciplinaire qui lui est associé depuis la fin du xixe siècle, la musicologie, en apportant une attention particulière à la place de la « musique médiévale ». Comme j’essaierai de le montrer, cette problématique est en rapport étroit avec la question générale que je viens d’esquisser et peut être une manière utile de réfléchir sur les problèmes soulevés par le domaine de l’anthropologie historique. En fait, la notion de « musique » surgit dans les textes des penseurs européens depuis la fin du xviiie siècle comme un de ces « objets » qui peuvent rendre compte de la spécificité de l’Occident. Comme l’a montré Gary Tomlinson, les discours historique et ethnographique convergeaient vers 1750 autour de la notion centrale de « chant » et ce n’est que vers la fin du siècle que la rupture fondamentale se posera entre une spécificité occidentale (moderne) définie par le terme de « musique » – désignant surtout l’autonomie d’un objet, c’est à dire / soit d’un produit, l’œuvre musicale associée à la prééminence de la musique instrumentale, à la manipulation polyphonique, à l’existence et à la perfection d’une notation – et une généralité de l’Autre dans le temps reculé et dans l’espace éloigné pour lequel la notion de « chant » fut retenue4. L’institutionnalisation de l’« étude scientifique de la musique », la Musikwissenschaft ou musicologie5, consacre cette vision de l’objet autonome du fait même qu’elle se définit en tant que science autonome avec un objet propre, tout en retenant, de manière interne, des sous-divisions disciplinaires qui reproduisent la logique d’articulation des sciences sociales.

  • 6  Guido Adler, « Umfang, Methode und Ziel der Musikwissenschaft », Vierteljahrschrift für Musikwisse (...)
  • 7  Sur la création de la notion d’« oeuvre musicale », voir Lydia Goehr, The imaginary museum of musi (...)

5L’article programmatique de Guido Adler dans le premier numéro du Vierteljahrschrift für Musikwissenschaft, en 1885, tout en plaçant l’œuvre musicale autonome au centre de l’investigation6, proposait de répartir la musicologie en « musicologie historique » et « musicologie systématique », la première préparant la voie à la seconde dans la mesure où l’histoire racontée par la musicologie historique était l’histoire même du surgissement de ces objets musicaux autonomes7 qui peuvent faire l’objet de l’analyse systématique hors du temps et de tout contexte. La branche plus précisément anthropologique de la discipline était annoncée, dans le texte d’Adler, par le nom de « musicologie comparative » (vergleichende Musikwissenschaft), associée à un « propos ethnographique » et rattachée du côté de la « musicologie systématique ». Mais bientôt, avec les travaux de Carl Stumpf et Erich M. von Hornbostel à Berlin, la « musicologie comparative » prendrait du relief et transformerait la dualité historique/systématique en triade anthropologique/historique/systématique, reproduisant de cette manière le triangle des sciences sociales à l’intérieur de la musicologie.

  • 8  Sur la constitution du canon musical, voir William Weber, « Mentalité, tradition et origine du can (...)
  • 9  Dans la formulation de Dieter Christensen, « On object and methodology in music research: concepts (...)
  • 10  Voir, sur ce sujet, James Garrat, Palestrina and the German Romantic imagination: interpreting his (...)
  • 11  L’expression est d’Annette Kreutziger-Herr, Ein Traum vom Mittelalter: die Wiederentdeckung mittel (...)
  • 12  Voir surtout son article « Perotinus Magnus », Archiv für Musikwissenschaft, t. 3, 4, 1921, p. 361 (...)
  • 13  Peter Wagner, Einführung in die gregorianischen Melodien, Leipzig, Breitkopf et Härtel, 1901-1921. (...)

6L’opposition fondamentale derrière cette formulation est celle entre un « chant » ou une « musique primitive » et la « musique moderne » définie par le canon musical qui se mettait en place tout au long du xixe siècle8. À la « musicologie historique » revenait la tâche de montrer comment l’Occident avait rompu avec le primitif et s’était érigé, au long d’une chaîne d’évolutions successives, en son opposé9. Le romantisme allemand du xixe siècle avait largement contribué à la constitution de la musicologie et avait consacré l’œuvre polyphonique de Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1594) comme le premier grand monument de la musique occidentale10. Dans le contexte de la musicologie naissante, la place du Moyen Âge est vite placée aussi du côté de la préfiguration du moderne, un travail accompli par Gustav Jacobsthal, le premier titulaire d’une chaire universitaire de musicologie en Allemagne, et par ses élèves, surtout Friedrich Ludwig – toujours considéré comme le « fondateur de la médiévistique musicale »11 – qui a aidé à ramener la polyphonie de Perotinus Magnus, le compositeur des « chefs d’œuvre » de l’École de Notre-Dame, à la position de premier grand monument de la musique occidentale12. Le rattachement du « chant grégorien » à la marche de la musique occidentale vers la modernité est aussi accompli par l’œuvre d’un des élèves de Jacobsthal, Peter Wagner, qui voit ce « répertoire » comme une base fondamentale pour les développements polyphoniques ultérieurs, c’est à dire toujours par rapport au télos évolutionniste13.

  • 14  Guido Adler (éd.), Handbuch der Musikgeschichte, Berlin, Keller, 1924.

7Le premier grand travail collectif qui résulte de l’institutionnalisation de la musicologie historique est le Handbuch der Musikgeschichte, publié en 1924 et dirigé par Guido Adler lui-même14. Il fait clairement apparaître la rupture fondamentale dans le récit évolutif. Après deux chapitres appelés « Die Musik der Natur- und orientalische Kulturvölker » et « Antike », se trouve l’interlude écrit par Adler sur la « Periodisierung der abendländischen Musik », et ses deux premières « Stilperioden » correspondent exactement au « Gregorianische Gesang », chapitre écrit par Peter Wagner, et à la « Geistliche nichtliturgische und weltliche einstimmige und die mehrstimmige Musik des Mittelalters bis zum Anfang des 15. Jahrhunderts », chapitre confié à Friedrich Ludwig. Ces deux chapitres « médiévaux » ne contiennent aucune référence à la « musique primitive » qui constituait depuis des décennies l’objet d’étude des musicologues comparatifs et, de par leur silence même, séparent nettement la musique médiévale de l’objet ethnologique de la « musicologie comparative ».

  • 15  Selon Lach, « en principe, on ne rencontre pas dans la dernière [la musique des peuples naturels] (...)
  • 16  Sur la litanie, Lach dit : « Comme on le sait, le même schéma de construction se trouve à la base (...)

8Mais la vision de la musique médiévale communiquée par cet ouvrage n’est pas du tout monolithique, et le chapitre de Robert Lach laisse voir que la position du Moyen âge dans l’échelle évolutive qui conduit à la musique occidentale moderne n’est pas posée une fois pour toutes au-delà du seuil du « moderne ». En effet, juste après avoir rapproché la « musique primitive » des « peuples naturels » et du chant des oiseaux15, au moment de définir les traces fondamentales de la « musique primitive » – toujours dans une perspective qui isole les caractéristiques formelles de la musique, la base de l’autonomie de l’« objet » musical – Lach fait souvent référence à une terminologie appropriée aux travaux sur le chant grégorien et sur la polyphonie médiévale (litanie, organum, discantus) et justifie son usage par la proximité des formes musicales16.

  • 17  Curt Sachs, The rise of music in the ancient world, East and West, New York, Norton, 1943, p. 20-2 (...)
  • 18  Idem, ibidem,p. 296.
  • 19  Idem, ibidem.
  • 20  Idem, ibidem, p. 298.
  • 21  Willi Apel, qui, tout en se basant sur Peter Wagner, écrivit un livre d’une grande postérité sur l (...)

9Si les origines de la musique occidentale, monophonique d’un côté et polyphonique de l’autre, peuvent être rapprochées de la « musique primitive », c’est parce que l’accord entre les différentes branches de la musicologie et surtout entre la musicologie comparative et la musicologie historique était fondé sur un schéma général qui laissait ouverte la question de la position respective de certains produits musicaux dans ce schéma. En effet, les musicologues comparatifs ont, jusqu’à la fin des années 1950, parfois contesté le rattachement exclusif de la « musique médiévale » à la modernité et l’ont rapprochée de la « musique primitive ». Curt Sachs fut l’un de ceux qui, issus de la musicologie comparative, se sont employés à rapprocher la musique médiévale de la « musique primitive » dans le cadre d’une conception évolutionniste typique des présupposés supra-disciplinaires de leur époque. Puisque, écrit-il en 1943, « la cantillation des pygmées et des pygmoïdes se trouve beaucoup plus proche des commencements de la musique que les symphonies de Beethoven ou les lieder de Schubert », on peut formuler l’hypothèse que « la musique la plus ancienne doit être retrouvée parmi les peuples les plus primitifs [au présent] »17. Même si le champ privilégié du rapprochement entre musique primitive et musique médiévale est ici défini en contraposition à la musique liturgique18, Sachs identifie un « style européen » très primitif dans la musique médiévale, « prêt à créer, au fil du temps, les merveilles de la musique occidentale »19. Même dans le chant grégorien, d’ailleurs, ce style primitif peut être observé et c’est pourquoi, à la différence des musicologues historiques, Sachs affirme que le chant grégorien « a eu une position quelque peu contradictoire dans l’histoire de la musique »20. Contradictoire parce que sa place ne serait pas sûre entre le primitif et le moderne21.

10Une quinzaine d’années après, dans un article posthume intitulé « Primitive and medieval music : a parallel », prenant une fois encore la musique non-liturgique comme point de départ, Sachs rattache la musique médiévale à la « musique primitive » et l’oppose à la musique occidentale moderne :

  • 22  Curt Sachs, « Primitive and medieval music: a parallel », Journal of the American Musicological So (...)

Ainsi, la musique médiévale a en commun avec la musique primitive non-européenne l’importance de la mémoire, de la tradition, de l’improvisation de du non-intellectualisme. Ceci la rend essentiellement différente de la musique occidentale postérieure, qui se fonde sur la mentalité d’écrivains et de lecteurs, sur des subtilités et des casse-têtes.22

  • 23  Ainsi, en reprenant un lien qui avait été proposé par Guido Adler – mais que les musicologues hist (...)
  • 24  Gary Tomlinson, « Musicology, Anthropology, History », op. cit., ici p. 41.

11La dispute sur la place de la musique médiévale dans le récit supra-disciplinaire – plutôt du côté primitif ou du côté moderne de ce même récit – n’affecte pas, cependant, les fondements du schéma supra-disciplinaire : la notion d’évolutionnisme, la spécificité de la musique occidentale, l’autonomie de l’œuvre musicale comme fondement même de la musicologie23. Comme l’a formulé Gary Tomlinson, « l’ethnomusicologie et la musicologie [historique] modernes, comme l’historiographie et l’ethnographie modernes avant elles, sont nées comme des jumelles antithétiques, mais elles sont nées comme une seule fonction dualiste24 » de l’émergence d’un seul objet, la « musique » autonome moderne, et d’un seul grand récit pour l’expliquer.

  • 25  Sur ce contexte, voir Fredrick Barth, Andre Ginrich, Robert Parkin et Sydel Silverman, One discipl (...)
  • 26  Alan P. Merriam, « Definitions of ‘Comparative Musicology’ and ‘Ethnomusicology’: an historical-th (...)
  • 27  Alan Merriam, The anthropology of music [1964],Evanston, Northwestern University Press, 1980.

12Des transformations majeures seront néanmoins introduites dans cette construction intellectuelle à partir des années 1950-1960, et nous arrivons alors à ce qui pourrait être compris comme un deuxième moment disciplinaire de la musicologie. Dans le contexte de l’après-guerre, très critique vis-à-vis de la modernité occidentale à plusieurs égards, la critique de l’évolutionnisme, préparée déjà depuis quelques décennies dans l’anthropologie, pénètre dans le champ musicologique surtout dans son volet anthropologique, où les approches fonctionnalistes et structuralistes gagnent du terrain25. La « musicologie comparative » se replie sur elle-même et donne naissance à un champ disciplinaire propre : l’ethnomusicologie, avec de fortes tendances d’autonomisation par rapport à l’ensemble de l’édifice musicologique26. Le mode de raisonnement des chercheurs qui désormais s’intitulent « ethnomusicologues » change, et l’accent est mis sur les contextes culturels et/ou sociaux de la musique. Approche consacrée surtout par l’ouvrage classique d’Alan P. Merriam, The anthropology of music, de 196427, le fonctionnalisme structural en ethnomusicologie

  • 28  Ruth M. Stone, Theory for ethnomusicology, New Jersey, Pearson Prentice Hall, 2008, p. 49.

[...] s’éloignait radicalement du point de vue habituel selon lequel la musique était séparée et distincte de la fabrique de la vie. Ainsi commençait la longue exploration, de la part des ethnomusicologues, des connexions entre les différents systèmes musicaux et sociaux.28

L’approche systématique favorisait le synchronisme dans les travaux ethnomusicologiques et par conséquent ne stimulait pas autant que l’approche évolutionniste un intérêt des ethnomusicologues pour le Moyen Âge. Son étude était ainsi enfin laissée aux musicologues historiques, qui depuis la constitution de la discipline se croyaient les vrais responsables de l’étude de la « musique médiévale ».

  • 29  Ian Fenlon, dans une évaluation plutôt pessimiste de quelques travaux plus récents qui se montrera (...)
  • 30  Selon Helen Myers, « Introduction », in IDEM (éd.), Ethnomusicology : an introduction, New York, N (...)
  • 31  Bruce Holsinger, The premodern condition: medievalism and the making of theory, Chicago, Universit (...)

13Même si la musicologie historique est restée largement à la marge de ces transformations et, plus que l’ethnomusicologie, a continué à reproduire, bien qu’atténués, les discours évolutionnistes traditionnels29, elle n’est pas restée complètement indifférente aux mouvements supra-disciplinaires qui affectaient l’ethnomusicologie, mais a créé des niches internes où le modèle traditionnel était contesté.30. La « musicologie médiévale » fut l’un des points où cette critique s’est esquissée de manière plus forte et où le conflit entre les approches évolutionnistes et les approches systématiques s’est joué de manière plus nette. Le cas du Moyen Âge fut d’ailleurs particulièrement marqué par les discussions autour du Concile Vatican II31 et par la problématique de l’avenir du « chant grégorien » dans le culte catholique.

  • 32  Solange Corbin, L’église à la conquête de sa musique,Paris, Gallimard, 1960, p. 272.
  • 33  Eadem, ibidem, p. 30.
  • 34  Eadem, ibidem, p. 43.
  • 35  Eadem, ibidem, p. 40.
  • 36  Eadem, ibidem,p. 43 : « Naturellement, les formes musicales spontanées, celles qui portent les ens (...)

14Dans L’église à la conquête de sa musique, ouvrage publié en 1960 sur la musique des premiers siècles chrétiens, Solange Corbin, tout en réalisant une défense du chant grégorien32, présente un panorama général du chant médiéval profondément marqué par l’anthropologie. En plus des données historiques, Corbin invite à l’utilisation de « celles de l’ethnographie »33 et invoque « les disciplines de l’ethnomusicologie en ce qu’elles apportent de profitable à notre recherche »34. Le Moyen Âge n’y apparaît pas comme une des étapes évolutionnistes qui conduisent à la modernité de l’Occident, mais comme un monde profondément séparé et différent de l’Occident moderne : Corbin évoque clairement « les différences entre ces mondes anciens et le nôtre », des différences qui « nous font mieux percevoir la nature de la musique et le rôle qu’elle y joue. »35 En prélude à son récit, Corbin évoque plusieurs éléments constitutifs du monde médiéval, l’absence de la technologie moderne, la brièveté de la vie, l’isolement, les liens personnels, les formes de communication, l’importance de la mémoire, la religiosité. Dans l’évocation des diverses données d’un système culturel et social qui sont en connexion avec la musique – comme commençait à le faire, à la même époque, l’ethnomusicologie naissante –, Corbin construit une histoire où la musique est comprise en tant qu’élément déterminé par des fonctions sociales précises, et surtout par une fonction « religieuse » assimilée à la transmission orale des « grands enseignements traditionnels », fonction que la cantillation – et le grégorien qui en reste très proche – partage avec toutes les cultures anciennes qui se voient ainsi opposées à la modernité36.

  • 37  Pour des formulations synthétiques, voir Helmut Hucke, « Towards a New Historical View of Gregoria (...)
  • 38  C’est l’avis de Timothy Rice sur Leo Treitler: « Toward the remodelling of ethnomusicology », Ethn (...)
  • 39  Ruth M. Stone, Theory for ethnomusicology, op. cit., p. 49.
  • 40  Les questions soulevées par Hucke et Treitler n’ont été ramenées au domaine ethnomusicologique qu’ (...)
  • 41  Le rapprochement avec les études de Parry et Lord a été à la base d’un des articles les plus influ (...)

15Partageant avec Corbin l’approche systématique et la conception du Moyen âge (ou d’une partie au moins de cette période) comme sorte d’antithèse de la modernité musicale – et rapprochée pour cette raison des « sociétés primitives » des anthropologues – les musicologues Helmuth Hucke et Leo Treitler ont soutenu une vision du chant grégorien comme création orale et improvisatrice, créé et transmis au cours de la performance par l’emploi, le réemploi et l’adaptation de systèmes formulaires et de formules musicales suivant des contraintes posées par le texte en question et son organisation syntaxique, le mode et le genre du chant37. Ces formulations, qui reprennent en fait plusieurs des éléments par lesquels « musique médiévale » et « musique primitive » étaient rapprochées dans la citation de Curt Sachs reproduite plus haut, rapprochent Hucke et Treitler du côté anthropologique de la discipline38, tout comme elles intègrent la musique dans un complexe de déterminantes bien adapté aux formulations fonctionnalistes, dans lesquelles la musique est conçue comme une réalité déterminée par d’autres. Comme en ethnomusicologie, « il n’était plus suffisant de penser à des échelles, à des rythmes et à des consonances. Maintenant, presque toutes les dimensions d’une société avaient quelque impact sur la vie musicale et devaient être examinées »39. Cependant, à une époque où l’approche fonctionnaliste et structuraliste dominante éloignait les ethnomusicologues des musicologues historiques, c’est plutôt à l’extérieur de la discipline musicologique que Hucke et Treitler ont eu recours40, en s’appuyant surtout sur la linguistique et les études de littérature orale, surtout les travaux de Milmam Parry et Albert Lord sur la formularité de ces littératures, basée sur la comparaison entre les techniques contemporaines des poètes serbo-croates et les poèmes homériques41.

  • 42  C’est le cas des scénarios « oral », « écrit » et « lettré » tracés par Treitler dans “Oral, writt (...)

16L’ensemble des déterminantes que Hucke et Treitler envisageaient, plus centré sur la conditionnante proche de l’oralité, était bien sûr plus restreint que les facteurs énumérés (mais non systématiquement étudiés) par Corbin dans sa caractérisation de la musique des premiers siècles chrétiens, mais la logique du raisonnement était cependant la même : l’indépendance de la « culture musicale » médiévale par rapport à la moderne et sa compréhension en tant que système articulé à d’autres éléments de la même culture. D’un côté, cela favorise le synchronisme à l’intérieur de la musicologie historique elle-même et la transformation est traité comme succession de cadres synchroniques chacun avec sa logique propre42, un mouvement qui est parallèle à celui constaté dans l’ethnomusicologie. De l’autre, la compréhension de l’« objet » s’altérait au sens où il n’est plus l’« œuvre d’art » autonome de la musicologie traditionnelle, mais quelque chose de déterminé par tout un ensemble de facteurs « non-musicaux » conditionnants du « spécifiquement musical ».

  • 43  Par exemple, Hucke a formulé le problème du passage du chant congrégationnel des premiers chrétien (...)

17Ces aspects constituent sans doute des différences majeures par rapport aux schémas traditionnels de la musicologie, mais il ne faut pas surestimer l’écart, puisque les continuités de base sont aussi fondamentales. D’une part, si l’opposition entre les « mondes anciens » – dont le Moyen âge – et le moderne par Solange Corbin et entre les procédés de la transmission orale et ceux de la transmission écrite par Helmut Hucke et Leo Treitler se distingue du récit évolutionniste parce qu’il ne présuppose pas une série d’étapes qui amènent à la musique moderne, elle continue à renforcer l’exceptionnalité de celle-ci par rapport aux autres musiques et à identifier une partie du passé occidental au présent de quelques sociétés non-européennes. C’est donc le mythe de la « société primitive » (réalité unitaire et commune à tout ce qui n’est pas occidental) qui continue à se perpétuer, même si de manière plus indirecte43. En ce sens, la base (dualiste) de la triangularité sociologique-anthropologique-historique ne se transforme pas. D’autre part, si ces travaux de musicologie historique attaquent directement l’autonomie de l’« objet musical », le fait que les rapports entre la « culture » ou la « société », d’un côté, et la « musique », de l’autre, ne soient traités qu’en tant que détermination des premières sur la seconde et jamais de manière inverse, produit, autant que le modèle traditionnel, une réification de l’objet, toujours produit et non producteur dans un influx unidirectionnel qui continue à soutenir la spécificité de l’« objet » musicologique.

  • 44  Puisque ces deux domaines se rapprochent en plusieurs points, il y a eu des essais de rapprochemen (...)

18Ce constat est important dans la mesure où il met les débats, parfois très durs, en perspective et relativise la dimension et l’extension de la critique. Il montre aussi à quel point la musicologie historique, y compris dans sa spécificité médiévale, tout en se transformant, a préservé et même renforcé des présupposés supra-disciplinaires très enracinés. En fait, les positions qui sont effectivement allées le plus loin dans la critique des éléments longuement établis dans l’édifice musicologique ont été explorées plutôt dans deux domaines qui sont restés éloignés de l’étude de la musique médiévale44.

  • 45  Sur la « new musicology », voir surtout les recueils d’articles des principaux représentants de ce (...)
  • 46  Gary Tomlinson, « The web of culture: a context for musicology », 19th century music, t. 7, 3, 198 (...)
  • 47  Idem, ibidem, p. 358 :« La vision présentiste des œuvres d’art comme des entités transcendantes co (...)
  • 48  Pour une vision critique, très informée, de ce champ, voir Leo Treitler, « The historiography of m (...)
  • 49  C’est la proposition de Judith A. Peraino, « Re-placing medieval music », Journal of the American (...)

19Le premier est ce qu’on appelle la « new musicology », ou « nouvelle musicologie », courant développé surtout aux États-Unis sous l’influence des « cultural studies » déjà dans leur deuxième et troisième générations45. Parmi les références théoriques très éclectiques de ce courant, dont la déconstruction et les études littéraires en premier lieu, une place importante a été attribuée à l’anthropologie – prise directement à sa source, et non par l’intermédiaire de l’ethnomusicologie –, surtout à celle de Clifford Geertz, dont Gary Tomlinson, un des fondateurs de la « new musicology » nord-américaine, s’est servi pour formuler tout un programme pour la discipline. Dans une approche qui insiste sur la notion de « contexte », les « œuvres musicales » deviennent ici « l’incarnation des valeurs et présupposés » culturels, des « codifications des actions humaines créatives »46. Cette proposition approfondit la critique de l’autonomie de l’« objet » musical47 dans un sens particulier : l’objet vu en tant qu’incarnation d’un contexte perd toute réalité d’objet séparé et séparable et, devenant simple signe d’une autre réalité, disparaît de vue – d’où la critique de Tomlinson à la base même de la méthodologie traditionnelle de la musicologie historique, l’analyse musicale : comme l’« œuvre d’art » est le signe d’un contexte, elle ne doit pas être examiné en soi. C’est l’implosion de l’objet spécifique de la musicologie qu’on constate ici et c’est la raison qui explique la grande méfiance de la plupart des musicologues envers la « new musicology »48. Même si on a pu proposer une approximation entre la « musicologie médiévale » et la « new musicology », cette approche est encore loin d’être bien établie dans la musicologie historique49. Naturellement, l’implosion de l’objet spécifique pose de nombreuses questions sur la place des « new musicologists » dans la répartition du champ disciplinaire – deviendraient-ils des analystes culturels tout court ?

  • 50  Timothy Rice, « Toward the remodelling of ethnomusicology », op. cit., p. 471.
  • 51  Idem, ibidem, p. 473.
  • 52  Idem, ibidem,p. 475.
  • 53  Sur ce contexte, je me permets de renvoyer à Eduardo Henrik Aubert, « A música do ponto de vista d (...)

20Le second domaine où la critique de la musicologie traditionnelle s’est faite de manière plus fondamentale est celui de l’ethnomusicologie, où le fonctionnalisme structural de Merriam, justement parce que plus qu’en musicologie historique il avait largement pénétré le champ, est devenu un objet de critique vers la fin des années 1970. Comme le disait Timothy Rice dans un article paradigmatique de cet effort de réélaboration de l’héritage de Merriam, l’application de nouveaux paradigmes depuis quelques années par plusieurs ethnomusicologues « peut être interprété comme un effort pour résoudre le problème central créé par le modèle de Merriam : comment parler de manière convaincante du rapport entre la musique et les autres comportements humains. »50 Aussi inspiré de Geertz, dont il reprend une formulation pour proposer son propre modèle selon lequel l’ethnomusicologie devrait étudier les « processus formatifs » dans la musique, soit « comment les gens construisent historiquement, maintiennent socialement et créent et expérimentent individuellement la musique »51, Rice se distingue des formulations de la « new musicology » au sens où il n’implose pas l’objet « musique ». Son dépassement du fonctionnalisme structural suit plutôt la voie d’une dialectique de l’objet musical, à la fois déterminé et déterminant des « autres comportements humains ». C’est ainsi que Rice parle des « processus par lesquels ces systèmes sociaux ont un impact sur la musique et inversement, par lesquels la musique a un impact sur ces systèmes »52. La réalité de l’objet n’est plus ici celle d’un produit, mais celle d’un processus où « musique » et « autres comportements » sont produits et producteurs les uns des autres. En effet, plusieurs travaux ethnomusicologiques de la fin des années 1970 et des années 1980 ont suivi la voie du constructionisme social et en sont venus à considérer les rapports entre les différents domaines de la société et l’existence même de chaque domaine comme le fruit d’un processus dynamique de structuration53. En ethnomusicologie, cette problématique pose naturellement la question du rattachement disciplinaire des chercheurs, qui se voient de moins en moins en tant que musicologues – puisqu’ils ne confèrent aucune réalité spéciale et absolue à l’objet « musique » – et de plus en plus en tant qu’anthropologues (voire en tant que spécialistes des sciences sociales tout court, puisque parallèlement à cette transformation, les ethnomusicologues se sont penchés toujours plus sur des sociétés urbaines occidentales, en mettant en cause leur rôle de chercheurs de la « musique primitive »).

21Ainsi, si la « musicologie médiévale » se sent souvent mal à l’aise avec le schéma traditionnel hérité des premiers temps de la discipline et si une partie des efforts entrepris pour résoudre le problème a pris la voie d’un rapprochement avec l’anthropologie – que la musicologie historique traditionnelle écartait de vue, en ancrant le Moyen âge comme un précurseur de la modernité – il semble douteux que la fusion des côtés historique et anthropologique de la discipline puisse, par elle-même, remédier à tous les maux générés par les formulations fondatrices. En fait, comme nous l’avons vu, l’idée même d’un grand champ interdisciplinaire qu’on pourrait nommer « ethnomusicologie historique du Moyen âge » ne touche pas aux grandes questions supra-disciplinaires dont il faut tenir compte : dans son principe, elle ne questionne pas la fracture plus profonde générée par l’opposition entre le moderne et ses autres, et ne se porte pas non plus garante d’une réflexion épistémologique sur la conception des « objets » scientifiques. Le rapprochement entre « musicologie historique » et « musicologie comparative » ou « ethnomusicologie » a au contraire souvent eu pour effet de masquer, sous l’apparence de la contribution interdisciplinaire, des présupposés supra-disciplinaires qui ne se sont jamais posés dans le centre du débat.

22Naturellement, même si les considérations qui précèdent prennent pour base une certaine niche de travaux qui a très peu ou presque pas été lu par ceux qui, dans les années 1970, se sont nommés des « anthropologues historiques », il me semble que, puisque ces réflexions tiennent à des problèmes qui ne sont pas inter-, mais plutôt supra-disciplinaires, elles gardent toute leur importance quand on les transfère au domaine de l’« anthropologie historique ». Elles invitent à un double effort réflexif : d’un côté, à aller au-delà des 30 ans de fondation du Groupe d’Anthropologie Historique de l’Occident Médiéval et au-delà des rapports exclusifs entre anthropologie et histoire médiévale pour mettre l’« anthropologie historique » dans la perspective de la formation et des adaptations et/ou transformations des sciences sociales depuis le xixe siècle ; de l’autre, elles invitent à mettre la question des procédés de définition des « objets » scientifiques de ce champ disciplinaire au centre de nos préoccupations. En transposant la question que j’ai formulée dans le sous-titre de cette communication à propos de l’« ethnomusicologie historique du Moyen âge », je dirais qu’une « anthropologie historique » du Moyen Âge n’est souhaitable que lorsqu’elle définit sa pertinence au niveau supra-disciplinaire, celui où les présupposés les plus enracinés et souvent les plus redoutables continuent à se perpétuer longtemps.

Haut de page

Notes

1  Voir, à propos des fractures conceptuelles, Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain: quelle histoire du Moyen âge au xxie siècle ?, Paris, Seuil, 2001.

2  Adam Kuper, The invention of primitive society: transformations of an illusion, New York, Routledge, 1988, p. 5.

3  Adam Kuper, The invention of primitive society, op. cit., p. 4-5.

4  Comme le dit Tomlinson, « La musique qui est venue s’opposer au chant dans les décennies avant 1800 n’était pas conçue comme la version européenne d’activités diffusées dans tout le monde, mais plutôt comme un métier européen opposé à des pratiques qui existaient ailleurs, en dépit des ressemblances superficielles qui puissent exister entre l’une et l’autre. » Gary Tomlinson, « Musicology, Anthropology, History », in Martin Clayton, Trevor Herbert et Richard Middleton (eds.), The cultural study of music, New York/London, Routledge, 2003,p. 31-44, ici p. 34.

5  Sur les débuts de la musicologie au tournant du xixe siècle, voir John Haines, « Généalogies musicologiques: aux origines d’une science de la musique vers 1900 », Acta musicologica, t. 73, 1, 2001, p. 21-44.

6  Guido Adler, « Umfang, Methode und Ziel der Musikwissenschaft », Vierteljahrschrift für Musikwissenschaft, t. 1, 1885, p. 5-20. Selon Adler, p. 9,« il faut toujours surtout retenir les œuvres d’art elles-mêmes dans le centre de l’investigation. »

7  Sur la création de la notion d’« oeuvre musicale », voir Lydia Goehr, The imaginary museum of musical works: an essay in the philosophy of music, Oxford, Clarendon Press, 1992.

8  Sur la constitution du canon musical, voir William Weber, « Mentalité, tradition et origine du canon musicalenFrance et en Angleterre au xviiie siècle », Annales, ESC, t. 44, 4, 1989, p. 1519-1539.

9  Dans la formulation de Dieter Christensen, « On object and methodology in music research: concepts of music and paths of inquiry in ‘historical’ and ‘comparative musicology’ », in Christoph-Hellmut Mahling et Stephan Münch (éds.), Ethnomusikologie und historische Musikwissenschaft – Gemeinsame Ziele, Gleiche Methoden?, Tutzing, Hans Schneider, 1997, p. 44-50, ici p. 47, « les ‘propos ethnographiques’ auxquels Adler fait référence étaient, à la fin du xixe siècle, de tracer et d’illustrer la préhistoire musicale dans les termes d’un darwinisme social unilinéaire et évolutionniste – la ‘musicologie comparative’ ne s’occuperait pas ainsi de la musique artistique, conçue comme une réalisation européenne, mais plutôt de la musique non-européenne ou de la musique populaire européenne (European folk music), les deux conçues comme des étapes d’évolution précédant celui de l’‘art musical’. »

10  Voir, sur ce sujet, James Garrat, Palestrina and the German Romantic imagination: interpreting historicism in nineteenth-century music, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

11  L’expression est d’Annette Kreutziger-Herr, Ein Traum vom Mittelalter: die Wiederentdeckung mittelalterlicher Musik in der Neuzeit, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 2003, p. 145.

12  Voir surtout son article « Perotinus Magnus », Archiv für Musikwissenschaft, t. 3, 4, 1921, p. 361-370. Anna Maria Busse-Berger, Medieval music and the art of memory, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press, 2005, p. 9-44, a récemment analysé l’œuvre de Ludwig et ses conséquences pour la formation du champ de la « musicologie médiévale. »

13  Peter Wagner, Einführung in die gregorianischen Melodien, Leipzig, Breitkopf et Härtel, 1901-1921. 3 v.

14  Guido Adler (éd.), Handbuch der Musikgeschichte, Berlin, Keller, 1924.

15  Selon Lach, « en principe, on ne rencontre pas dans la dernière [la musique des peuples naturels] aucun élément nouveau qui n’ait pas déjà été exemplifié ou au moins préfiguré dans le chant des oiseaux. » (Robert Lach, « Die Musik der Natur- und orientalische Kulturvölker », in Guido Adler (éd.), Handbuch der Musikgeschichte, op. cit., p. 1-26, ici p. 3.

16  Sur la litanie, Lach dit : « Comme on le sait, le même schéma de construction se trouve à la base de plusieurs formes du chant grégorien ». Sur la polyphonie, il fait référence au théoricien médiéval Hucbald de Saint-Amand (Robert Lach, « Die Musik der Natur- und orientalische Völker », op. cit., p. 5-6).

17  Curt Sachs, The rise of music in the ancient world, East and West, New York, Norton, 1943, p. 20-21.

18  Idem, ibidem,p. 296.

19  Idem, ibidem.

20  Idem, ibidem, p. 298.

21  Willi Apel, qui, tout en se basant sur Peter Wagner, écrivit un livre d’une grande postérité sur le grégorien, élude la question du rapport entre le grégorien et les répertoires non-canoniques : « La performance est exclusivement vocale, soit par un chanteur soit par plusieurs qui chantent en unisson. En cet aspect, le chant est similaire à la musique populaire (folksong), dont elle diffère, néanmoins, dans son aspect rythmique, puisque le chant manque d’habitude le principe de mesure stricte habituellement retrouvé dans la musique populaire. » (Willi Apel, Gregorian chant, Bloomington, Indiana University Press, 1958, p. 4.) Le musicologue historique écarte la question que le musicologue comparatif veut néanmoins poser.

22  Curt Sachs, « Primitive and medieval music: a parallel », Journal of the American Musicological Society, t. 13, 1960, p. 43-49, icip. 44. D’autres, comme Walter Wiora, ont suivi la même voie, en proposant de voir dans la musique populaire (folksong) le point de rattachement entre « musique primitive » et musique médiévale: « La plupart des historiens de la musique ne prennent en compte ni la musique primitive, ni la musique orientale ou populaire (folk music), même dans des sujets où il serait nécessaire de le faire, comme pour le plain-chant ou l’hymnodie. » (Walter Wiora, « Ethnomusicology and the history of music », Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae, t. 7, 1, 1965, p. 187-193,ici p. 187)

23  Ainsi, en reprenant un lien qui avait été proposé par Guido Adler – mais que les musicologues historiques dans la filière de Ludwig n’avaient pas continué à investiguer – Marius Schneider essaie d’étudier le rapport entre les polyphonies des « peuples naturels » et les débuts de la polyphonie occidentale, au-delà des sources écrites conservées. Sa vision évolutionniste est claire, tout comme sa définition stricte de l’« objet » en tant que forme isolée, réalité spécifiquement musicale : « Le problème central de la première partie de cette étude repose précisément sur la question de l’origine de la polyphonie et de l’évolution de ses premières manifestations. Le plus ancien témoin que nous possédons pour notre histoire européenne reculée nous met en présence d’une forme musicale déjà formé dans tous ses aspects, l’organum d’Hucbald (...). L’histoire précédente des formes de l’organum reste, cependant, entièrement dans l’ombre. (...) La seule possibilité de connaître, de manière indirecte, cette histoire précédente (Vorgeschichte) repose dans l’investigation des chaînes d’évolution analogues et plus récentes des formes musicales aujourd’hui reconnaissables parmi les différents peuples naturels. » (Marius Schneider, Geschichte der Mehrstimmigkeit : historische und phänomenologische Studien, Berlin, Bard, 1934-1935, p. 9) Dans la lecture de Schneider par Gustave Reese dans un des manuels les plus influents sur la musique médiévale, très dépendant de la vision de Friedrich Ludwig et de son élève Henrich Besseler, ce n’est ni l’évolutionnisme ni l’autonomie musicale qui sont questionnés (puisque ces éléments font partie d’un paradigme partagé), mais plutôt l’applicabilité au Moyen Âge de ces conclusions, qui ne doivent pas être prises pour des témoins de la dépendance de la musique médiévale à d’autres zones culturelles (« La musique africaine n’a pas influencé les compositeurs médiévaux », Gustave Reese, Music in the Middle Ages, p. 256) et qui ne sont pas applicables aux formes plus complexes de polyphonie (Idem, ibidem, p. 257). Le problème de Reese est d’employer la musique médiévale pour marquer la spécificité de la musique occidentale.

24  Gary Tomlinson, « Musicology, Anthropology, History », op. cit., ici p. 41.

25  Sur ce contexte, voir Fredrick Barth, Andre Ginrich, Robert Parkin et Sydel Silverman, One discipline, four ways: British, German, French, and American Anthropology, Chicago/London, University of Chicago Press, 2005.

26  Alan P. Merriam, « Definitions of ‘Comparative Musicology’ and ‘Ethnomusicology’: an historical-theoretical perspective », Ethnomusicology, t. 21, 1977 p. 189-204.

27  Alan Merriam, The anthropology of music [1964],Evanston, Northwestern University Press, 1980.

28  Ruth M. Stone, Theory for ethnomusicology, New Jersey, Pearson Prentice Hall, 2008, p. 49.

29  Ian Fenlon, dans une évaluation plutôt pessimiste de quelques travaux plus récents qui se montreraient a priori plus ouverts à des nouvelles approches, écrit: « En dépit des apparences contraires, l’histoire de la musique a continué comme avant. (...) Comme l’a observé Roberto Leydi, dans ce champ [la musicologie historique], les méthodes et les idées de l’anthropologie n’ont jamais été prises en considération. A vrai dire, à première vue, on penserait qu’il y a des exceptions: je pense à quelques essais récents de considérer les rapports entre culture écrite et traditions orales, à quelques musicologues qui s’occupent de la Renaissance, par exemple, et qui ont lu et étudié les idées exposées par Peter Burke, dans La culture populaire dans l’Europe moderne (...) [mais] les nouveautés d’approche sont plutôt apparentes que réelles: l’horizon s’élargit, mais le vieux modèle adlérien persiste. » (Ian Fenlon, « Antropologia della musica e ricerca storica », Quaderni di Musica e Storia, t. 1, a cura di T. Magrini, Bologna, il Mulino, 1993, p. 69-71, ici p. 71)

30  Selon Helen Myers, « Introduction », in IDEM (éd.), Ethnomusicology : an introduction, New York, Norton, 1992, p. 3-16, ici p. 10 : « A partir de la fin des années 1970, un enthousiasme renouvelé fut exprimé pour les études ethnomusicologiques de la musique classique occidentale, mais très peu a été effectivement publié dans ce champ (...). Inversement, quelques musicologues [historiques] (peut-être en lançant un coup d’œil sur des méthodes ethnomusicologiques, ont commencé à prendre plus en considération les facteurs extra-musicaux, particulièrement le milieu social, dans leurs analyses des répertoires canoniques. »

31  Bruce Holsinger, The premodern condition: medievalism and the making of theory, Chicago, University of Chicago Press, 2005, p. 24 ss, a récemment soulevé la question de l’impact de Vatican II sur la compréhension du Moyen Âge.

32  Solange Corbin, L’église à la conquête de sa musique,Paris, Gallimard, 1960, p. 272.

33  Eadem, ibidem, p. 30.

34  Eadem, ibidem, p. 43.

35  Eadem, ibidem, p. 40.

36  Eadem, ibidem,p. 43 : « Naturellement, les formes musicales spontanées, celles qui portent les enseignements populaires, sont très variables. On a là-dessus écrit des volumes appuyés sur des exemples pris dans le monde entier. Nous ne voulons ici qu’invoquer les disciplines de l’ethnomusicologie en ce qu’elles apportent de profitable à notre recherche: nous pouvons cependant constater que ces traditions sont encore universellement répandues, et qu’elles sont toujours d’origine religieuse ou mystique. Quel que soit le nom donné à l’exécutant, prophète biblique, aède grec, barde celte, cette forme, plus ou moins précisée, est celle des grands enseignements traditionnels. Loin de disparaître lorsque, au moyen âge, l’écrit se fit abondant, la cantillation survécut dans la fonction des récitants chargés de débiter les poèmes épiques et narratifs. »

37  Pour des formulations synthétiques, voir Helmut Hucke, « Towards a New Historical View of Gregorian Chant », Journal of the American Musicological Society, t. 33, 1980, p. 437-467 et le recueil des principaux articles de Treitler: Leo Treitler, With voice and pen: coming to know medieval song and how it was made, New York, Oxford University Press, 2003.

38  C’est l’avis de Timothy Rice sur Leo Treitler: « Toward the remodelling of ethnomusicology », Ethnomusicology, t. 31, 3, 1987, p. 469-488, ici p. 483. Regula Burckhardt Qureshi, « Music Anthropologies and Music Histories : a Preface and an Agenda », Journal of the American Musicological Society, t. 48, 3, p. 331-342, ici p. 336-337, a rapproché les travaux de la « Nouvelle Vision Historique » à une « anthropologisation de l’histoire de la musique » : « le passage vers une conception orale-aurale de la musique a été initié par des spécialistes du chant médiéval en principe comme un ‘problème’ d’inadéquation notationnelle, dont est surgi une « Nouvelle Vision Historique » qui incorpore les processus oraux dans l’historiographie de la musique (...). Cela a amené à une demande complètement articulée pour une révision (revisioning) des cultures musicales passées au moyen d’une approche ethnographique (...) ».

39  Ruth M. Stone, Theory for ethnomusicology, op. cit., p. 49.

40  Les questions soulevées par Hucke et Treitler n’ont été ramenées au domaine ethnomusicologique qu’au début des années 1990, dans l’ouvrage de Peter Jeffery appelé Re-envisioning past musical cultures : ethnomusicology in the study of Gregorian chant, Chicago, The University of Chicago Press, 1992. Jeffery a collaboré avec l’ethnomusicologue Kay Kaufmann Shelemay, spécialiste de la musique liturgique en Éthiopie, et qui dans un moment où l’approche fonctionnaliste introduite en ethnomusicologie par Merriam était fortement critiquée, promouvait un rapprochement avec le côté historique de la discipline, étant la première à parler d’une « ethnomusicologie historique » (historical ethnomusicology), dans un texte présenté en 1978 et publié en 1980 (Kay Kaufman Shelemay, « ‘Historical Ethnomusicology’ : reconstructing Falasha liturgical history », Ethnomusicology, t. 24, 2, 1980, p. 233-258). Le livre de Jeffery, salué comme « le premier livre d’ethnomusicologie médiévale » par Franco Alberto Gallo (« Antropologia della musica e ricerca storica », Quaderni di Musica e Storia, t. 1, a cura di T. Magrini, Bologna, il Mulino, 1993, p. 67-69, ici p. 67), part d’une exposition détaillée des propositions de Hucke et de Treitler, appelées « Nouvelle Vision Historique » du chant grégorien, et prend pour fil conducteur la question de l’oralité, en proposant que l’étude de cette problématique ne pourrait se faire que par recours aux méthodologies développées par l’ethnomusicologie par rapport aux cultures orales contemporaines. Dans une vision systématique bien ancrée dans la critique des modèles évolutionnistes et qui est très proche de la perspective de Corbin, Hucke et Treitler, Jeffery propose que « la manière de développer une approche ethnomusicologique de l’histoire de la musique est d’apprendre à regarder le passé moins en tant que précurseur de notre propre époque et plus en tant qu’une culture distincte, qui existe par elle même et qui est intelligible dans ses propres termes. » (p. 5) Comme Corbin, Hucke et Treitler, Jeffery prend aussi en considération des éléments qui échappent à la définition de la musique en tant qu’objet autonome et propose qu’une « investigation vraiment ethnomusicologique du chant médiéval traiterait de tous les aspects du sujet, du contexte culturel le plus large jusqu’aux analyses mélodiques les plus détaillées. » (p. 3) Mais sa vision, plus que de détermination comme dans les travaux de Corbin, Hucke et Treitler, est celle d’une superposition des éléments « contextuels » et « musicaux », qui sont d’ailleurs discutés dans des chapitres différents. Ce manque d’une vision claire sur le rapport entre ces éléments a certainement été la raison pour laquelle Edward Nowacki, dans son compte-rendu du livre, a écrit que « Les parties de Re-envisioning past musical culturesqui s’occupent de l’ethnomusicologie le font en grande partie par l’énumération des genres, pratiques et traditions dont l’étude pourrait, d’après Jeffery, donner une perspective salutaire à la compréhension du chant grégorien. La vraie contribution de l’ethnomusicologie, qui, à mon avis, réside sur le plan de la théorie épistémologique, a été presque entièrement négligée. » (Notes, t. 50, 3, 1994, p. 913-917, ici p. 913).

41  Le rapprochement avec les études de Parry et Lord a été à la base d’un des articles les plus influents de Leo Treitler, « Homer and Gregory: the transmission of epic poetry and plainchant », originellement publié en 1974 et repris, avec une nouvelle introduction, dans With voice and pen, op. cit., p. 131-185. Dans son compte-rendu du livre de Jeffery cité dans la note précédente, Treitler relativise l’importance de cette référence dans le développement de ses travaux: « Pour moi, cette théorie n’a été que le point de départ aux débuts de mes réflexions sur la tradition orale du chant et, bien que je continue à croire à sa pertinence pour notre sujet, je ne poursuis pas l’analogie. » (Leo Treitler, « Sinners and singers: a morality tale », Journal of the American Musicological Society, t. 47, 1, 1994, p. 137-171, ici p. 139)

42  C’est le cas des scénarios « oral », « écrit » et « lettré » tracés par Treitler dans “Oral, written and literate process in medieval music”, originellement publié en 1981 et repris dans With voice and pen, op. cit., p. 230-251.

43  Par exemple, Hucke a formulé le problème du passage du chant congrégationnel des premiers chrétiens au grégorien dans des termes qui reprennent justement la dualité « chant » et « musique » qui a été à l’origine de la discipline musicologique : « Il s’agit d’une transformation effective de la structure su service liturgique, il s’agit du début d’une musique d’église (Kirchenmusik) au lieu d’un chant de louange à Dieu (gottesdienstlichen Gesangs). » (Helmut Hucke, « Das Responsorium », in Gattungen der Musik in Einzeldarstellung: Gedenkschrift Leo Schrade, Bern/Munich, Francke, 1971-1973, I, p. 144-91, ici p. 158.)

44  Puisque ces deux domaines se rapprochent en plusieurs points, il y a eu des essais de rapprochement. Voir le dossier publié par le périodique Journal of the American Musicological Society, t. 48, 3, 1995, et l’introduction de Regula Burckhardt Qureshi, « Music Anthropologies and Music Histories : a Preface and an Agenda », op. cit.

45  Sur la « new musicology », voir surtout les recueils d’articles des principaux représentants de ce courant : Lawrence Kramer, Music as cultural practice : 1800-1900, Los Angeles, University of California Press, 1993 ; Lawrence Kramer, Classical music and postmodern knowledge, Los Angeles, University of California press, 1996, Susan McClary, Feminine endings : music, gender and sexuality, Minneapolis, University of Minnessota Press, 2002, parmi d’autres.

46  Gary Tomlinson, « The web of culture: a context for musicology », 19th century music, t. 7, 3, 1984, p. 350-362, icip. 351.

47  Idem, ibidem, p. 358 :« La vision présentiste des œuvres d’art comme des entités transcendantes complètement compréhensibles sans référence à leurs conditions de création sacrifie l’expansion effectuée par Geertz du discours humain au nom d’un esthéticisme solipsiste et au fond narcissiste. »

48  Pour une vision critique, très informée, de ce champ, voir Leo Treitler, « The historiography of music: issues of past and present », in Nicholas Cook et Mark Everist (éd.), Re-thinking music, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 356-377.

49  C’est la proposition de Judith A. Peraino, « Re-placing medieval music », Journal of the American Musicological Society, t. 54, 2, 2001, p. 209-264.

50  Timothy Rice, « Toward the remodelling of ethnomusicology », op. cit., p. 471.

51  Idem, ibidem, p. 473.

52  Idem, ibidem,p. 475.

53  Sur ce contexte, je me permets de renvoyer à Eduardo Henrik Aubert, « A música do ponto de vista do nativo : um ensaio bibliográfico », Revista de antropologia, 50, 1, 2007, p. 271-312.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eduardo Henrik Aubert, « L’anthropologie historique par le détour de la musicologie : une ethnomusicologie historique du Moyen âge est-elle souhaitable ? », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 29 juin 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/1916 ; DOI : 10.4000/acrh.1916

Haut de page

Auteur

Eduardo Henrik Aubert

Eduardo H. Aubert est musicologue médiéviste, doctorant à l’EhEss, où il prépare une thèse sur l’écriture neumatique des graduels aquitains entre le ixe et le xie siècles. Ses publications concernent à la fois les manuscrits notés du Moyen Âge et l’historiographie de la musique. Il prépare actuellement l’ouvrage The Early Modern Life of Medieval Neumes: on Archeology of Medieval Notation (1600-1900).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org