Navigation – Plan du site
Des représentations à l’anthropologie de l’image ?

L’essor des images et l’éclipse du littéraire. Notes sur l’histoire et sur les pratiques de l’« histoire des représentations »

Elisa Brilli

Résumés

En guise d’introduction à la dernière partie de ce volume, cet article porte sur l’ « histoire des représentations » telle qu’elle a été définie et pratiquée en France dès la fin des années 1980. Après une mise au point historiographique, présentant la définition de cette démarche par les historiens modernistes, il est question de sa reprise par les médiévistes, dans leurs formulations théoriques aussi bien que dans leurs pratiques de recherche. L’attention fort différente consacrée actuellement, d’un côté, aux images matérielles et, de l’autre, aux textes littéraires est à l’origine d’un questionnement sur les spécifités des « représentations » des médiévistes et de quelques propositions pour relancer les études sur la « littérature » médiévale faites par les historiens des représentations.

Haut de page

Notes de l’auteur

Depuis sa première rédaction, cet article a pu bénéficier des critiques fort stimulantes et des révisions attentives de nombreux parmi les amis et les collègues. A Jérôme Baschet, Aline Debert, Pierre-Olivier Dittmar, Blaise Dufal, Andrea Lanza, Marie-Anne Polo de Beaulieu, Eméline Segneibos, Jean-Claude Schmitt et Tania Vladova va le mérite de la maturation progressive de ce texte 

Texte intégral

  • 1  Voir « De l’histoire des représentations à l’histoire sans nom. Entretien avec Alain Corbin », Pol (...)

1La dimension imaginative de la vie des communautés du passé a constitué un sujet majeur des « histoires nouvelles », comme on appellera pour souci de brièveté les multiples mouvements historiographiques se proposant de revivifier la recherche historique en France, des premières Annales à la « nouvelle histoire » des années 1970. La nécessité d’une analyse historique de cette dimension, reconnue comme partie intégrante de toute analyse d’autre nature (économique, sociologique, politique, etc.), figure parmi les acquisitions les plus significatives des « histoires nouvelles ». Cela dans la perspective d’une histoire totale ou globale ou encore relationnelle. Néanmoins, dès qu’on s’approche, l’unité de cet intérêt se brise dans le kaléidoscope des définitions qui, au cours d’un siècle, ont relevé le défi d’établir ce champ d’étude. « Histoire psychologique » et « histoire des sensibilités », d’abord. Puis la célèbre et mille fois contestée, « histoire des mentalités ». Ensuite, « histoire de l’imaginaire », « histoire symbolique », « histoire culturelle ». Plus récemment, et avec un succès grandissant, « histoire des représentations ». Cette dernière définition est toutefois loin d’obtenir le consensus, comme le témoigne la survivance des étiquettes antérieures mais aussi la proposition provocante d’une « histoire sans nom »1… L’histoire du lexique est révélatrice. Dans ce cas, elle l’est des tensions multiples qui ont travaillé et qui travaillent ce type de recherche.

  • 2  Evelyne Pantlagean, « L’histoire de l’imaginaire », dans La nouvelle histoire, dir. par Jacques Le(...)
  • 3  Jacques Le Goff, L’imaginaire médiéval (1985; nouv. éd. 1991), dans Id., Un autre Moyen Age, Paris (...)
  • 4  Jean Starobinski, Jalons pour une histoire du concept d'imagination, dans Id., L'œil vivant II. La (...)

2La première tension est de nature épistémologique et concerne la façon de concevoir le terrain de ce type d’enquête. Qu’il s’agisse des psychologies, des sensibilités, des mentalités, de l’imaginaire, du symbolique ou des représentations, ces termes se trouvent définis d’abord, et parfois exclusivement, de façon négative, c’est-à-dire par opposition aux objets matériels propres à d’autres types d’enquête. Bref, ces termes relèvent de l’immatériel et l’immatériel à tendance à se confondre avec l’irréel. Dans la Nouvelle Histoire (1978) un bref article d’Evelyne Pantlagean était consacré à l’histoire de l’imaginaire. En s’appuyant sur la dichotomie d’imaginaire et réel, Pantlagean définissait le domaine de l’imaginaire comme « l’ensemble des représentations qui débordent la limite posée par les constats de l’expérience et les enchaînements déductifs que ceux-ci autorisent »2. La même attitude caractérise les essais de Jacques Le Goff, le chercheur auquel l’étiquette d’ « imaginaire » doit bonne partie de sa fortune chez les historiens entre les années 1970 et 1980. Dans l’Imaginaire médiéval (1985), Le Goff s’efforça en effet de définir l’ « imaginaire » en tant que niveau autonome par rapport à la fois aux « représentations » (qu’il concevait comme des calques passifs du réel), au « symbolique » et à l’« idéologique », sans toucher pourtant au pilier constitué par la dualité imaginaire/réel3. Dans l’ouverture des Jalons pour une histoire du concept d’imagination (2001), Jean Starobinski a insisté au contraire sur l’ambigüité originaire de cette faculté. Comme il est habituel dans les études gnoséologiques, Starobinski présentait l’imagination comme à la fois une « fonction du réel », qui « contribue tour à tour à étendre notre domination pratique du réel », et une « fonction – pour ainsi dire – de l’irréel » capable de « rompre les attaches qui nous y relient [à la réalité]»4. Cependant, par la suite Starobinski oublie presque complètement la « fonction du réel » pour s’en tenir à l’échelle des coefficients imaginaires proposée par Gaston Bachelard (à savoir « fantastique », « féerique », « romanesque », « surnaturel », etc.). De nouveau, n’importe la prémisse, l’imagination se configure plus comme une faculté d’altérer le réel que comme celle de le maîtriser et, en le maîtrisant, de le fonder.

3Il ne s’agit évidemment là que de quelques exemples parmi les nombreux à disposition. L’attitude dualiste, plaçant l’« imaginaire » et les termes proches de celui-ci du côté du non-réel, est en effet un trait recurrant dans ce domaine d’études. On remarquera d’ailleurs que le fait d’insister sur les conditionnements imaginaires de la perception des acteurs culturels, au lieu de nuancer cette dualité, la reconfirme. On entrevoit alors l’une des raisons de l’instabilité taxinomique de ce domaine. à la dimension imaginative (ou mentale, ou symbolique, etc.) étant reconnue une positivité paradoxale, celle d’un non-réel façonnant un réel pensé comme autonome, on ne saurait s’étonner des querelles terminologiques que l’établissement de ce domaine a suscitées; des querelles difficiles à imaginer à l’égard des objets dont la « dureté », matérielle et réaliste, met à l’abri de toute dispute définitoire. On aperçoit également un risque qu’il est important de garder à l’esprit au moment de consacrer la dernière partie de cette publication aux représentations. Le couple « pratiques/représentations»est en effet un lointain héritier de l’attitude dualiste mentionnée plus haut. En le reprenant, je n’oppose pas un réel autonome à des créations imaginaires qui le dépasseraient et qui le déformeraient. Je plaiderai au contraire pour une considération attentive des interactions des termes que ce binôme relie, les « pratiques » et les « représentations », et pour une sensibilité éveillée envers les enjeux épistémologiques de l’imagination comme « fonction du réel ».

4Sans pouvoir dresser un bilan exhaustif de l’histoire désormais centenaire des recherches dans ce champ, ma contribution porte sur la plus récente des démarches à cet égard, à savoir sur l’« histoire des représentations ». Je reviendrai sur le moment de la formulation de cette proposition historiographique par les historiens modernistes à la fin des années 1980, pour me consacrer ensuite à sa reprise par les historiens médiévistes. Mon analyse gagnera de la comparaison entre la démarche des « représentations »et celle des projets historiographiques apparentés, avec lesquels cette proposition semble ne pas avoir engagé une confrontation ouverte. Je passerai toutefois relativement vite sur la définition théorique des « représentations » pour interroger les pratiques actuelles de recherche dans ce domaine. L’attention fort différente consacrée actuellement, d’un côté, aux images matérielles et, de l’autre, aux textes littéraires par les chercheurs se réclamant de l’« histoire des représentations »retiendra mon intérêt. Cela permettra de signaler d’autres spécificités des « représentations »des médiévistes ainsi que des écarts significatifs entre le cadre théorique général et ses mises en pratique, le but étant de repenser l’histoire récente de ce champ d’études et, si possible, d’indiquer quelques chantiers spécialement prometteurs.

La chasse aux « mentalités » et les « représentations » des modernistes

  • 5  Voir en particulier les essais recueillis dans Louis Marin, De la représentation, éd. par D. Arass (...)
  • 6  Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales H.S.S., 1989/6, p. 1505-1520 (d’où je t (...)
  • 7  Cf. Alain Boureau, « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités », Annales H.S.S. 19 (...)

5Sans être inédites – il suffit de songer à leur usage philosophique par Louis Marin dès les années 19705 – les « représentations » se sont imposées dans le débat historiographique français à la suite de l’essai de Roger Chartier paru dans les Annales en 19896. « Le monde comme représentation » était l’une des réponses à l’éditorial publié dans le numéro du printemps de l’année précédente. La rédaction des Annales invitait alors les historiens à s’exprimer sur la crise des systèmes d’interprétation globale dans les sciences sociales et des idéologies qui les avaient nourris. Parmi les autres réponses on se souviendra de celle d’Alain Boureau, sur laquelle on reviendra, tout comme, deux années plus tard, de celle de Carlo Ginzburg qui, tout en reprenant le lexique de Chartier, ne touchait aux questions soulevées par celui-ci que de manière tangentielle7.

  • 8  Voir Jacques Le Goff, « Les Mentalités, une histoire ambiguë », dans Faire de l’histoire, dir. par (...)
  • 9  à l’occasion d’une conférence tenue à l’Université de Strasbourg, Jean Wirth eut à noter que « la (...)
  • 10  Cf. Geoffrey Ernest Richard Lloyd, Demystifying Mentalities, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 11  Boureau, « Propositions pour une histoire restreinte… », op. cit., Pour d’autres critiques dans le (...)
  • 12  Pour faire de l’ego-histoire, j’ai eu l’occasion de suivre un cours en histoire moderne à l’Univer (...)

6La proposition des « représentations » ainsi que celle, plus générale, d’une « histoire culturelle du social », participait chez R. Chartier d’une critique de l’« histoire des mentalités », dont il attaquait notamment la prétention à l’universalisme, c’est-à-dire la fiction historiographique de l’homme moyen, et la sujétion aux grilles socio-économiques et territoriales. La démystification des « mentalités » n’était certes pas inédite à la fin des années 1980 et elle ne se laisserait pas réduire aux pages de Chartier. En amont, il nous suffira de renvoyer à l’article pionner, quoique très prudent dans ses conclusions, de Jacques Le Goff dans Faire de l’histoire (1974)8, mais aussi à l’intervention virulente de Jean Wirth en 19889. En aval, plusieurs autres limites des « mentalités » ont été mises en lumière par d’autres chercheurs : de leur primitivisme, sur lequel a insisté davantage Geoffrey E. R. Lloyd10, à la focalisation sur les marginaux et à la pulvérisation des problématiques de recherche dans la galaxie des histoires thématiques. Comme le disait Alain Boureau par une métaphore culinaire mémorable, l’histoire des mentalités semblait être « devenue le refuge des objets historiques exclus par l’histoire normale : les mentalités se muent alors en substance. C’est ce qui reste dans la marmite de l'histoire quand vous retirez la viande et les légumes (événements et objets durs) : dans l’écume du Bouillon, vous trouvez le peuple, les femmes, le sexe, les corps, etc. »11. La polémique contre les « mentalités »étant relativement longue, une autre question concerne sa réception élargie. De fait, dès qu’on porte le regard au-delà d’un milieu relativement restreint, un milieu Annalo-centrique si l’on veut, force est de constater que les « mentalités »ont encore droit de cité dans l’outillage des historiens sans être pour cela moins ambiguës qu’auparavant12.

  • 13  Chartier, « Le monde comme représentation », op. cit., p. 1514. Sur l’« outillage mental » voir Lu (...)

7Je laisse toutefois cette question de côté pour appréhender la portée positive de la formulation des « représentations ». En polémique avec le dualisme réel/imaginare dejà évoqué et dont le déterminisme socio-économique est l’une des déclinaisons habituelles, les « représentations » visaient tout d’abord à articuler le rapport entre le socio-économique et le culturel de façon réciproque et dynamique. En d’autres termes, elles revenaient à penser le culturel à tout niveau comme produit, donc témoin, et producteur, voire moteur, des pratiques. Une fois les funérailles du sujet moyen célébrées (l’Homme et la Femme médiévaux dont on songeait jadis de saisir la mentalité), les « représentations » revendiquaient la variété des acteurs culturels et la transversalité de leurs découpages par rapport aux regroupements économiques, sociaux et politiques. Enfin, cette formulation pouvait avancer pour sa défense deux arguments d’une efficacité redoutable. Le premier : la paternité d’émile Durkheim et Marcel Mauss, alternative à celle lévy-bruhlienne des « mentalités », désormais gênante. Le second : le statut de catégorie endogène, du moins en référence aux sociétés d’Ancien Régime, la « représentation » étant l’un des « concepts centraux – comme le disait Chartier en variant la formule de Lucien Febvre – de l’outillage notionnel » de cette période13.

  • 14  Sans être un partisan des « représentations », Boureau (dans « Propositions… », op. cit., p. 1493- (...)
  • 15  Ce phénomène est relevé par Hervé Martin sur la base d’un échantillon constitué par les articles p (...)
  • 16  Chartier, « Le monde comme représentation », op. cit., p. 1514.
  • 17  Baschet, Chrétienté médiévale…, op. cit., p. 3.

8On pourrait suggérer également que le passage des « mentalités », c’est-à-dire des configurations conscientes et surtout inconscientes substantivés dont l’Homme et la Femme médiévaux seraient les porteurs, aux « représentations », c’est-à-dire à des constructions culturelles historiquement objectivées, témoigne d’une prise de distance vis-à-vis du psychologisme implicite dans les « mentalités ». Si ce point se trouve rarement mis en avant dans la définition théorique des « représentations », dans le choix lexical c’est le désir de sortir des sables mouvants d’une recherche historique centrée sur l’inconscient collectif qui semble s’exprimer14. à la même tendance on pourrait ramener la fortune grandissante, à partir de la fin des années 1980, du terme « idéologie » dans ce réseau lexical15. De fait on peut dire que, les « représentations » évacuent la définition du niveau où elles se situent, conscient ou inconscient, imaginaire ou idéologique, collectif ou singulier : les « représentations » se veulent transversales à de telles partitions, et visent à remettre en cause ce mode de classement. Comme l’écrivait Chartier, le terme « représentation » désigne  « d’abord, le travail de classement et de découpage qui produit les configurations intellectuelles multiples par lesquelles la réalité est contradictoirement construite par les différents groupes qui composent une société ; ensuite les pratiques qui visent à faire reconnaître une identité sociale […] ; enfin, les formes institutionnalisées et objectivées grâce auxquelles des représentants (instances collectives ou individus singuliers) marquent de façon visible et perpétuée l’existence du groupe, de la communauté ou de la classe »16. Dans cette perspective, on a pu alors souhaiter de bon droit l’incorporation des « formes explicites des configurations intellectuelles et doctrinales », terrain de l’ancienne histoire des idées, dans l’histoire des représentations17.

9La citation de Chartier s’offre également à un second constat. Toute représentation engage, au moins, deux relations. Celle entre la représentation et le représenté, une relation reposant sur un dispositif de substitution et de présentification, et celle entre la représentation et le pouvoir qui est à son origine et qui, par le biais du dispositif représentatif, réalise non seulement sa propre exhibition mais également sa propre fondation. Dès leur formulation, les « représentations » des modernistes se montrent spécialement sensibles à cette double relation, c’est-à-dire à la virtus performative de l’acte représentatif. De là, l’importance du noyau représentation-pouvoir, posé au premier plan par les études de Louis Marin, et un regard renouvelé envers les produits de la culture dite jadis savante, qui se détache de l’option tendanciellement populaire propre aux « mentalités ».

Les décalages d’une appropriation : les « représentations » des médiévistes

10Ce cadre conceptuel a fait l’objet d’une reprise contrastée par les médiévistes. La migration des catégories d’un domaine historiographique à l’autre n’étant jamais aisée, notre cas confirme la règle.

  • 18  Schmitt, « Représentations », op. cit., p. 274. Cf. aussi Jean-Claude Schmitt, « La culture de l’i (...)

11Une première raison d’embarras est d’ordre terminologique. En effet, l’un des arguments en faveur des « représentations » – le fait d’être une catégorie endogène – perd de sa force lorsqu’on s’occupe du moyen âge. La question de la pertinence de cette définition à l’étude de la culture médiévale a été soulevée par Jean-Claude Schmitt. Le champ sémantique du terme latin « representatio »au moyen âge ne correspondant pas à celui de la « représentation »dans la culture moderne, Schmitt a plaidé pour le recours à la notion d’« imago », qui s’approche des « représentations » modernes à quelques nuances près, tout en renvoyant à des significations secondaires propres à la culture médiévale (à partir de la dimension théologique)18. Je continuerai cependant à utiliser le terme de « représentation » pour mieux mettre en lumière l’écart entre les « représentations » théorisées et les « images » (matérielles), qui font l’objet des analyses en concret ; un écart que le jeu sémantique entre les « imagines »,au sens large d’images mentales, et les « images » matérielles pourrait brouiller.

  • 19  Cf. François Dosse, L’Histoire en miettes : des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La (...)
  • 20  Pour une formulation particulièrement efficace des possibilités et des limites d’une vision global (...)

12Au-delà des mots, dans tout discours comptent les accents et les tons. Je qualifierais justement de tonale une différence qui me parait d’une certaine importance. Dans la réflexion de R. Chartier les « représentations » se présentaient à la fois comme un effet et comme une réponse à la crise de l’« histoire globale ». Chez les médiévistes cet aspect semble être passé au second plan. Chez eux, les « représentations » se veulent capables d’ouvrir d’autres voies pour la restitution de la totalité culturelle. Pour les modernistes portée heureuse de l’« histoire en miettes », comme François Dosse l’a baptisée19, chez les médiévistes les représentrations deviennent un outil de complexification, visant la saisie d’un ensemble qu’on reconnaît comme hétérogène et conflictuel, mais cohérent dans sa logique globale20.

13D’autre part, il faudrait tenir compte d’un fait assez évident. Les « représentations » reprises par les médiévistes allèrent s’inscrire non pas dans un terrain vierge mais, tout au contraire, dans une tradition féconde et, en quelque sorte, encombrante. Or, en reprenant une notion qui, comme on l’a vu, avait été élaborée tout d’abord contre les « mentalités », les médiévistes semblent avoir négligé de confronter ouvertement cette nouvelle démarche à celles qui, dans la tradition d’études médiévales, avaient été proposées, bien avant les « représentations », en vue du dépassement des « mentalités ». Je pense notamment au projet legoffien d’une « histoire de l’imaginaire » avec lequel les « représentations » des médiévistes entretiennent des rapports aussi denses que problématiques, l’importance de cet héritage demeurant très variable selon les orientations individuelles de chaque chercheur. L’intérêt des historiens médiévistes pour les images matérielles, par exemple, se place précisément dans le sillage de l’« histoire de l’imaginaire » souhaitée jadis par Jacques Le Goff. Sur d’autres points, par contre, on note si ce n’est des ruptures des éloignements considérables. C’est le cas du recul progressif de la notion d’« imaginaire » elle-même, un abandon dont semble responsable le psychologisme déjà reproché aux « mentalités » mais aussi la super-exposition de ce terme au cours des années 1980.

14Les écarts les plus significatifs apparaissent dans les pratiques de recherche. Dans le très vaste domaine des études sur les représentations médiévales, je me concentrerai sur deux phénomènes, voire sur les deux facettes d’un même phénomène, qui me semblent caractéristiques de ce tournant historiographique.

15En ce qui est du premier phénomène, au-delà de toute formalisation et théorisation abstraite, les « représentations » (ou « imagines ») des médiévistes ont montré une tendance grandissante à se superposer et parfois à se confondre aux images matérielles. On a notamment assisté à un véritable essor des images matérielles comme sources et comme objets des enquêtes des historiens des représentations médiévales, comme le montreront, dans cette même publication, Cécile Voyer et Thomas Golsenne.

16Tandis que les entreprises des médiévistes concernant les objets visuels se sont multipliées avec bonheur, les travaux sur le littéraire ont demeuré l’apanage des philologues et des historiens de la littérature, et cela d’autant plus lorsqu’il s’agit des ainsi-dites « belles lettres ». Voici le second phénomène, l’éclipse du littéraire, comme je l’ai baptisée par une métaphore qui vise à mettre en avant le caractère contingent de l’obscurcissement actuel dans les études historiques.

  • 21  Cf. Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Nouvelles perspectives, (...)
  • 22  Pour une discussion subtile de la démarche folklorique cf. Michel Lauwers, « Religion populaire, c (...)
  • 23  Jean-Claude Schmitt, La conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction (2003), (...)
  • 24  Cf. Philippe Léjeune, Le Pacte autobiographique (1975), nouvelle éd., Paris, Seuil, 1996 et Id., J (...)
  • 25  Pour reprendre les expressions de Jean-Claude Schmitt dans sa contribution à ce même volume L’anth (...)

17Quelques exemples aideront à préciser ce que j’entends par là. Si je me réfère à l’expérience du GAHOM, les exempla (à savoir les récits brefs à vocation édifiante dont est nourrie l’homilétique médiévale, spécialement des ordres mendiants) constituent l’un des pôles d’intérêt du centre depuis sa fondation. Les travaux à ce sujet ont permis non seulement de mettre à disposition des historiens des sources jusqu’alors mal connues mais aussi de repenser ce genre dans sa globalité et dans ses interactions tant avec les pratiques (prédication, etc.) qu’avec d’autres genres littéraires dits « mineurs » (fables, proverbes, etc.)21. De moins en moins folkloriques aux yeux des chercheurs qui en ont dégagé les stratégies et les pratiques d’écriture et de transmission, les exempla se situent toutefois à la limite du littéraire tel qu’il est conçu traditionnellement. Si les résultats de ces travaux remettent forcement en cause le système de classement traditionnel, le découpage du domaine d’études lui-même s’y tient. Il s’agit là de l’empreinte de l’approche de type folklorique auquel on doit les stimulations initiales dans cette direction de recherche22. En continuant de prendre le GAHOM pour exemple, on pourrait citer la filière féconde des travaux sur l’autobiographie au moyen âge, depuis les études individuelles de Jean-Claude Schmitt jusqu’au projet collectif sur les « autobiographies souveraines »23. Le questionnement historique de tels textes se confronte nécessairement à leur statut fictionnel (ce qui est tout à fait indépendant de leur véridicité éventuelle) et au pacte, pour le dire avec Philippe Lejeune, qui est à leur fondement24. Le travail de l’historien des représentations médiévales sur l’autobiographie s’applique alors autant à ce que le texte dit qu’à la façon dont le texte se construit, ce qui rejoint le point de vue de l’analyse littéraire. Parmi les autres terrains de la rencontre entre anthropologie historique et littérature, on mentionnera les recherches sur le noyau mythe-récit, où la catégorie de « mythe » a servi d’outil heuristique en vue de la dénaturalisation de la tradition chrétienne, alors que les récits, notamment à travers l’analyse comparative, ont permis d’en saisir les « variantes » et de les reconduire à des « variations » conjoncturelles25.

18Le littéraire entremêle donc de plusieurs façons les recherches sur les représentations médiévales, sans parvenir pour autant à se constituer lui-même comme un objet d’étude de cette discipline et avec des restrictions dont les fondements paraissent à interroger à nouveau. De plus, la problématique du littéraire en histoire culturelle se trouve actuellement à la fois renouvelée et, en quelque sorte, refoulée (voici une seconde raison de la métaphore de l’éclipse) par une « histoire de représentations » qui, dans ses mises en œuvre, suscite la confusion entre les « représentations » (ou « imagines ») et les images matérielles.

  • 26  Dans le Groupe d’Anthropologie historique du Moyen âge au « groupe exempla », plus ancien, s’étant (...)
  • 27  LeGoff, L’Imaginaire médiéval, op. cit., p. 427 (souligné par moi).

19Ce double phénomène, l’essor des images matérielles et l’éclipse conjointe des études sur le littéraire de la part des pratiquants des représentations médiévales, invite à la réflexion à cause de sa singularité. D’abord, le glissement progressif des « représentations » vers les images matérielles ne peut pas être expliqué en référence à la notion elle-même. Autrement dit, la notion de « représentation » en tant que telle n’implique pas forcément une orientation en faveur du visuel. En témoigne de façon excellente son usage de la part des historiens modernistes, comme c’est le cas des travaux du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL) qui ont fait du littéraire et plus généralement de l’écrit leurs terrains d’enquête spécifiques. Ensuite, ce glissement ne saurait s’expliquer non plus comme une spécificité du domaine médiéval due à sa tradition. Jacques Le Goff tenait la littérature et l’art ex aequo pour les terrains d’enquête propres à une « histoire de l’imaginaire » et la structure longtemps binaire du GAHOM donnait une concrétisation institutionnelle et opératoire à ce programme d’études26. « Il est clair – écrivait-il – que l’histoire de l’imaginaire a ses documents privilégiés et tout naturellement ce sont les productions de l’imaginaire : les œuvres littéraires et artistiques »27. L’affirmation découle linéairement des prémisses qu’on a évoquées en ouverture. Si l’imaginaire est un patrimoine collectif immatériel façonnant la perception que les acteurs culturels ont de la réalité, on pourra le saisir davantage dans les productions qui sont censées recréer le réel de façon langagière aussi bien que visuelle. La clarté de cet argument s’est-elle obscurcie entretemps ? Les historiens des représentations médiévales ont-ils remis en cause une conclusion parue jadis naturelle ? Bref, les productions littéraires ne seraient-elles plus bonnes à saisir le système des représentations médiévales ?

Esquisse diagnostique

20Singulière par rapport à ce qu’on constate dans d’autres domaines aussi bien qu’à la tradition des études médiévales, la situation actuelle mérite, me semble-t-il, d’être interrogée. L’essor des images matérielles et l’éclipse du littéraire comme sources et comme objets de l’histoire des représentations médiévales invitent à une réflexion qui embrasse les facteurs contingents tout comme, s’il y en a, les éléments structuraux qui peuvent les avoir favorisés.

  • 28  L’incipit de l’essai de Schmitt, « La culture de l’imago », op. cit., offre un témoignage exemplai (...)

21Pour commencer, on remarquera que l’essor des images matérielles, voire la passion pour celles-ci, répond à un besoin d’interroger notre présent. La civilisation médiatique, qui trouve dans la vue son sens le plus développé et dans le code visuel sa sémiotique par excellence, sollicite l’investigation rétrospective. Le désir historique, heureusement enraciné dans son présent, y répond. Cela de façon tout à fait consciente, et consciente également de l’abîme qui sépare la civilisation de l’Occident médiéval de la nôtre (ce qui est à la base de toute entreprise comparative)28.

  • 29  Voir Jérôme Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales », dans L’iconographie médié (...)

22Parmi les facteurs contingents et pourtant fondamentaux, il faudra alléguer la révolution numérique. Il s’agit là de la portée pragmatique de la civilisation médiatique, dont on ne saurait pas sous-estimer l’importance. La facilité d’accès aux relevés photographiques, les programmes de numérisation des bibliothèques publiques et des collections muséales, la possibilité de gérer, classer et interroger des quantités considérables de documents visuels grâce à des bases de données de plus en plus sophistiquées, figurent parmi les conditions sine quibus non du foisonnement des études dans ce domaine. Certes, la disponibilité des sources ne suffit pas à établir un nouveau champ d’étude. Disons, qu’elle l’encourage et cela d’autant plus quand il s’agit de sources relativement secondaires du point de vue des disciplines traditionnelles. Prenons le cas des enluminures. L’accès aisé au patrimoine des bibliothèques européennes et américaines permet certes une connaissance plus détaillée de cette production, parfois des trouvailles exceptionnelles, mais il ne remet pas en cause les postulats de l’histoire de l’enluminure, ni ses méthodes, ni son statut. Autrement dit, les canons axiologiques établis autrefois (et l’approche méthodologique sous-jacente) résistent, et les nouvelles ressources contribuant à réarticuler les galaxies de l’attributionnisme, à mieux dater telle ou telle autre innovation stylistique, etc. Secondaires pour l’historien de l’enluminure, ces sources sont en revanche primaires pour l’historien des représentations qui les interrogent en perspective sérielle de façon à en détecter les constantes et les variables, et cela justement du fait de leur quantité29. On le comprend aisément, dans le domaine des images la révolution numérique a ouvert, voire créé un champ d’enquête immense.

  • 30  Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen (...)
  • 31  Cf. en France Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris (...)

23Cette révolution n’encourage-t-elle pas les études textuelles ? L’apport des technologies actuelles dans le domaine textuel est incomparable au champ déployé du côté visuel. « Incomparable » au pied de la lettre, la révolution numérique comportant non un accroissement des textes à disposition des chercheurs mais une facilité majeure dans leur gestion et interrogation. Par ailleurs, la digitalisation possède des effets ambivalents. Tandis qu’elle fertilise certains domaines – et il suffit de penser à la lexicographie et à l’histoire sémantique –, elle peut solliciter des lectures déformantes. L’écrit disséqué en listes d’occurrences, c’est la compréhension de la sémiotique textuelle, de son histoire comme de ses enjeux historiques, qui risque de s’en trouver pénalisée. Les effets bénéfiques de la révolution technique qu’on est en train de vivre sont perceptibles également en ce qui concerne l’étude des traditions textuelles. L’« archéologie du texte », pour reprendre une formule proposée par Pierre Chastang, tire justement le profit maximal de ce type de recherche en transformant en objet d’étude historique les traditions manuscrites médiévales, comprises comme processus de réécriture et réactualisation des textes30. On ne cachera pourtant pas que la mise à profit des résultats obtenus à travers ce type d’investigation documentaire dans la perspective d’une histoire des représentations, n’est pas aisée. Une telle opération demandant une maitrise philologique spécifique, la spécialisation grandissante des parcours de formation fait obstacle à sa mise en pratique. De plus, si P. Chastang a parfaitement raison de présenter la nouvelle attention envers la matérialité des textes comme engageant l’écrit à tous les niveaux, les historiens paraissent aujourd’hui intéressés davantage à faire parler les écritures pragmatiques plutôt que littéraires. Pour tout dire, le changement de perspective accompli par la critique textuelle, en passant de la fascination pour l’Urtext à la mise en valeur des traditions manuscrites en tant que documents signifiants pour eux-mêmes, a été promu tout d’abord par les littéraires, via notamment l’étude des variantes31. En appliquant ces outils à des traditions écrites non-littéraires, les historiens ne semblent pas tentés pour l’instant par le chemin à rebours vers un territoire, le littéraire, perçu comme un domaine réservé à d’autres spécialistes.

24Dans un cas comme dans l’autre, les remarques précédentes entraînent la prise en compte des relations entre l’« histoire des représentations » et les disciplines considérées jadis comme légitimes dans les domaines respectifs des images et des textes. Or, les collaborations des historiens des représentations médiévales avec les historiens de l’art, même si elles sont loin d’être simples, n’ont pas d’égal dès qu’on se tourne vers les historiens de la littérature. On ne saurait expliquer un tel décalage qu’en considérant les histoires disciplinaires propres des uns et des autres. Plus haut j’ai insisté sur l’écart entre l’approche de l’histoire de l’art et celle de l’histoire de représentations face au domaine immense décloisonné par la révolution numérique. Néanmoins, plusieurs chercheurs formés dans les rangs de l’histoire de l’art ont accomplis la migration vers la discipline nouvelle au cours des dernières années. Comme Cécile Voyer et Thomas Golsenne le montrent, cette migration implique la remise en cause radicale et, à sa façon dramatique, de l’« œuvre d’art ». Mais ce tournant a été préparé par un mouvement en partie interne à l’histoire de l’art tout au long du xxe siècle.

  • 32  « Or de multiples problèmes – et fort difficiles à résoudre – se posent lorsqu’on veut franchir le (...)
  • 33  William J. T. Mitchell, Picture Theory. Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago & Lond (...)
  • 34  Sur cette question voir également les considérations de Thomas Golsenne dans cette même publicatio (...)

25On suggérera en revanche que les difficultés de dialogue entre les historiens des représentations et les historiens de la littérature découlent du fait que ces derniers sont les héritiers, et parmi les héritiers en ligne directe, de l’aventure structuraliste. Quelle que soit la position qu’ils ont tenue individuellement, leur champ disciplinaire porte le souvenir de cette aventure et de son échec. Sous ce profil, les deux attitudes dominantes dans les études littéraires après la saison structuraliste, à savoir le reflux vers les méthodes traditionnelles et la cabale des lectures poststructuralistes, reviennent au même. Le littéraire, dont on avait cru jadis pouvoir dévoiler tous les secrets, s’est à nouveau auréolé de mystère et à l’hybris de percer un tel secret on préfère aujourd’hui le questionnement du contexte, la description, le montage et le démontage infini. De là une sorte de méfiance des littéraires pour toute étude qui s’éloigne du texte ou bien qui le décompose, qui l’algébrise ; une méfiance qui s’applique, par conséquent, à toute démarche à l’apparence quantitative et sérielle – même si, comme c’est le cas de l’histoire des représentations, la sérialité est censée conduire davantage à la saisie des spécificités qu’à la dissolution dans le plus grand nombre. En suivant cette piste, le structuralisme, et d’autant plus son fantôme, apparait à l’heure actuelle comme un traumatisme qui empêche de s’approcher des textes littéraires en les soumettant à des traitements analogues à ceux que l’on réserve aux images matérielles. Après avoir été la métaphore de nouveaux territoires que l’outillage de l’anthropologie, notamment structurale, permettait d’explorer, Brocéliande redevient alors une forêt mystérieuse et quelque peu magique où l’historien peine à s’aventurer. Cas peut-être fortuit, à l’occasion de la parution en français de L’essai d’iconologie d’Erwin Panofsky, Michel Foucault présentait l’analyse iconographique comme une porte de secours vis-à-vis des impasses de l’analyse structurale des discours32. Le même enchaînement est d’ailleurs celui supposé par Mitchell dans sa périodisation bien connue selon laquelle le linguistic turn, à l’origine de l’entreprise structuraliste, aurait laissé la place au pictorial turn des années 1980 et de la décade suivante33. Dispositif de remplacement de l’un par l’autre, donc, qui toutefois n’exclut pas que, sous une rupture apparente, subsistent des continuités de type épistémologique34.

  • 35  Cf. après le texte fondateur Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Intr (...)
  • 36  Cf. la présentation positive dans Jacques Le Goff, L’Histoire Nouvelle, dans La Nouvelle Histoire, (...)

26D’autres traumatismes, d’ampleur toutefois mineure, sont également à prendre en compte dans notre esquisse diagnostique. On pourrait rappeler par exemple que la tentative la plus connue en France d’analyse d’inspiration anthropologique des textes littéraires a donné lieu à une « archétypologie » niant toute démarche historique35. Sans accorder trop d’importance à « l’affaire Durand », ce parcours de recherche – salué jadis par Jacques Le Goff parmi les chantiers les plus prometteurs, puis dénoncé énergiquement36 – a pu contribuer à l’aliénation de l’anthropologie historique du littéraire, tout en manifestant de façon exemplaire les risques sur lesquels nous nous sommes déjà attardés.

Le littéraire ou de l’auteur incontournable

27La passion visuelle de notre époque et la révolution numérique ; la gêne à se lancer dans un domaine qui a connu les pièges à la fois du structuralisme et d’une archétypologie pseudo-jungienne ; le chantier ouvert et prometteur du visuel situé au carrefour des disciplines diverses… ces éléments invitent à comprendre le basculement des « représentations » des médiévistes envers les images matérielles comme l’épiphénomène d’une macro-tendance des sciences sociales au cours des dernières années. Avant de conclure, il convient néanmoins de se demander si ce phénomène n’est pas significatif aussi bien de certains postulats propres à l’histoire des représentations des médiévistes, de ses postulats ainsi que de son histoire. Les images matérielles seraient-elles plus transparentes que les textes littéraires pour une investigation visant à reconstruire le système de représentations médiévales ? Ou, pour le dire autrement, la production littéraire possèderait-t-elle une spécificité qui la rend moins gérable dans cet horizon d’enquête ?

  • 37  Cf. Jérôme Baschet, « Introduction : l’image-objet », dans L’image,op. cit.,p. 7-26, mais aussi la (...)
  • 38  Cf. les multiples études de Paul Zumthor et notamment La Poésie et la voix dans la civilisation mé (...)
  • 39  Cf. Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, L (...)
  • 40  Cf. Irène Rosier-Catach, La Parole efficace. Signe, rituel, sacré, Avant-propos d’Alain de Libera, (...)

28Pour répondre à ces dernières questions, il convient de signaler l’asymétrie du couple auquel j’ai eu intentionnellement recours jusqu’à maintenant. Les « images matérielles » et le « littéraire » ne sont pas des notions proprement comparables ; toutefois, justement, ce couple s’avère opératoire dans la recherche historique actuelle. On a remis en cause le partage axiologique propre à l’histoire de l’art entre les œuvres « d’art » et celles qui ne le seraient pas pour embrasser l’« image » ; cependant, lorsqu’il s’agit des textes, les historiens montrent dans leurs pratiques, dans le choix d’en toucher certains et d’en négliger d’autres, l’adhésion à un système de classement qui est celui de l’histoire littéraire. Ce classement, possède-t-il un fondement solide ? Il est légitime d’en douter. Lorsqu’on compare la production visuelle et la production dite « littéraire », force est de constater qu’il existe plus d’analogies que de différences. Dans les deux cas on a à voir avec des systèmes de production artisanale d’une extraordinaire variété mais reposants sur des conventions normatives assez strictes, et aboutissant éventuellement à des productions sérielles. Ces systèmes n’excluent pas les apports individuels et les variations singulières, parfois tout à fait remarquables, mais celles-ci se donnent dans un univers représentatif pour lequel le statut de l’auteur et la notion même d’autorialité sont très différentes des modernes, outre que fort variables au long du moyen âge. Enfin, si le passage de la notion d’« œuvre d’art » à celle d’« image » a eu le mérite de consacrer une attention renouvelée à la dimension d’usage des objets visuels au moyen âge – ce que la définition d’« image-objet », proposée par Jérôme Baschet, synthétise de façon très efficace –37, depuis longtemps on sait que les textes à vocation littéraire (ou qui nous parait comme telle) de la tradition médiévale s’inscrivent dans des contextes et s’enracinent dans des pratiques qui ont très peu à voir avec le phénomène littéraire tel que l’époque moderne l’a façonné. On pense notamment au rôle de l’oralité, de la musique et du corporel dans un horizon culturel où la mise en écrit n’est pas de l’ordre de l’automatisme38 ; mais aussi à la variété des physionomies sociales et professionnelles de ceux qui se sont consacrées à la création langagière avant la naissance de l’écrivain et du « champ » littéraire39; ou encore aux résonances éventuelles des mots dans une pensée et dans un système de pratiques qui reconnaissent au langage, lorsqu’il est correctement maîtrisé, des virtutes non structurellement diverses des celles des « images-objets »40.

  • 41  Cf. supra note 32.

29L’asymétrie entre les images matérielles et le littéraire, qui semble encore dominer les études historiques, ne serait-elle alors à attribuer à une déformation optique ? Les historiens des représentations semblent reconnaitre au littéraire une spécificité qui les empêche d’en traiter ; et cela peut-être encore plus que les littéraires, pour qui la question conditionne pourtant la légitimité même de leur discipline. Je suggérerai notamment que cette spécificité découle du fait que, dans la vision hégémonique encore en place, la production littéraire recouvre les polarités les plus problématiques parmi les dualités à travers lesquelles la « nouvelle histoire » a articulé le champ de ses recherches. Individuelles, canoniques (ce qui vaut au moyen âge pour toute production littéraire, même la plus hardie en apparence), tendanciellement savantes (comme le dit le réseau intertextuel que chaque pièce évoque en absence et dont dépend sa compréhension), l’activité et la production que nous qualifions de littéraire posent aux historiens, beaucoup plus que les images matérielles, le problème de l’auctorialité. La façon d’approcher les images matérielles de la part des historiens des représentations a tendance à évacuer ce type de questionnement. De plus, la négligence du problème historique de la conception et de l’exécution loin d’être accidentelle semble nécessaire pour pouvoir dégager des macro-phénomènes représentatifs à partir de documents visuels, pour pouvoir toucher, à travers et au-delà des images, le système représentatif collectif. Formulons l’hypothèse suivante : dans la mesure où les images médiévales se prêtent plus facilement à l’évacuation du problème de l’auctorialité, elles se révèlent plus utiles, voire plus dociles au type d’interrogation de l’histoire des représentations ; en revanche, dans la mesure où les textes qu’on qualifie de littéraires posent de façon incontournable aux historiens le problème de l’auctorialité, ceux-ci rechignent à se lancer dans la traversée au-delà, pour le dire avec Foucault, des « limites de la langue »41.

30Comme on l’a déjà souligné, ce décalage est d’ordre perspectif, non objectif. On pourrait même dire qu’il soit en grande partie involontaire. Pour prendre l’exemple le plus immédiat, personne parmi nous ne saurait lire une pièce médiévale sans s’interroger sur son auteur en tant qu’élément fondamental pour la compréhension historique du texte concerné, alors qu’on arrive assez sereinement à ne pas s’inquiéter de la vie du maître de Jouvenal des Ursins. L’attributionnisme lui-même, tel qu’il est pratiqué en histoire de l’art, nourrit ce sentiment : dans la mesure où l’attribution s’appuie sur l’examen stylistique, elle contribue de fait à cette chosification de l’auteur, c’est-à-dire à la construction d’identités qui coïncident avec la production présumée d’un artiste au détriment de sa personne physique, historique et psychologique. En somme, de notre point de vue, c’est-à-dire dans notre système des représentations, la fonction« auteur » est bien enracinée pour ce qui concerne le littéraire, tandis qu’elle l’est beaucoup moins par rapport à la production des images médiévales.

  • 42  Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (1969), dans Dits et écrits, op. cit.,vol. 1, p. 789 (...)
  • 43  Ibidem, p. 798.
  • 44  Voir notamment Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale. Actes du (...)
  • 45  « (...) les discours « littéraires » ne peuvent plus être reçus que dotés de la fonction auteur : (...)

31Une telle formulation ne dissimule pas sa dette envers la conférence justement célèbre de Michel Foucault42, où le philosophe mettait en avant le caractère historique et idéologiquement construit d’une fonction « auteur », dont l’usage est fort variable, dans un même contexte culturel, selon le type de documents considérés. Comme il l’écrivait, « il y a dans une civilisation comme la nôtre un certain nombre de discours qui sont pourvus de la fonction “auteur”, tandis que d’autres en sont dépourvus. Une lettre privée peut bien avoir un signataire, elle n’a pas d’auteur; un contrat peut bien avoir un garant, il n’a pas d’auteur »43. Justement la nécessité de mettre en perspective la fonction « auteur » propre à la culture moderne a constitué un point de départ fécond pour des études s’interrogeant sur son statut spécifique au sein de la culture médiévale44. Cela n’empêche que cette fonction, bien que remise en cause par des études spécifiques, conditionne encore largement la vision qu’on a des textes littéraires et donc leur analyse45, et gêne dans le même temps l’inclusion des matériaux « littéraires » au sein des enquêtes sur les représentations médiévales.   

  • 46  Je fais référence notamment à André Burguière, « La notion de “mentalité” chez Marc Bloch et Lucie (...)
  • 47  Cf. Boureau, « Pour une histoire restreinte… », op. cit. à la note 7.
  • 48  Ibidem, p. 1496.

32Or, si l’on accepte cette hypothèse, le glissement récent de l’« histoire des représentations » médiévales vers les images matérielles peut être rapproché, sans trop d’effort, d’une attitude bien connue des « histoires nouvelles ». J’essaierai de la saisir en m’appuyant sur les réflexions, entre elles fort différentes, d’André Burguière46 et d’Alain Boureau47. André Burguière, on s’en souvient, souligna l’ambigüité originaire de la notion de « mentalité » chez Lucien Febvre et chez Marc Bloch. Le premier, héritier en cela d’Henri Berr et de la Revue de synthèse, les aurait comprises dans une clé psychologique et attentive aux individualités, tandis que chez Bloch, se posant dans le sillage de l’Année sociologique, la « mentalité » aurait eu une dimension principalement collective à saisir avec une approché sociologique, soit anthropologique. D’où l’hypothèse de Burguière d’une dualité permanente dans cette tradition d’études, dualité d’approche et par conséquent de méthode, qui jusque là, et notamment avec le tournant des années 1960, aurait connu l’hégémonie de la filière anthropologique. à son tour, en répondant à l’éditorial des Annales de 1989, Alain Boureau distinguait trois types de relation entre le tout et ses parties, autrement dit entre les contextes et les agents culturels : a) la relation général/individuel, où l’individu n’est que une déduction probable tirée à partir des lignes de tendances générales saisies de façon statistique ; b) la relation générique/particulier, où le générique est le fruit de la multiplication des particuliers empiriques exemplaires ; enfin, c) la relation collectif/singulier, dans laquelle le collectif est, en paraphrasant A. Boureau, le « fond, historiquement déterminé, sur lequel s’enlèvent les énonciations nouvelles » des singuliers à l’existence empirique et concrète48. A. Boureau expliquait alors les impasses de l’« histoire des mentalités » comme la conséquence d’une « erreur de catégories » et notamment de la tentative de tirer un générique des individuels, c’est-à-dire de reconstituer (dans les faits de postuler) une mentalité partagée à partir d’individus statistiques. En revanche, l’aporie de l’histoire des idées traditionnelle, tout comme de l’histoire de l’art et de la littérature quand elles se tournent vers l’histoire culturelle, découlerait d’une erreur speculaire, de l’illusion de pouvoir toucher au général à partir de l’étude des particuliers exemplaires.

33Avec André Burguière, l’on pourrait dire alors que le glissement des « représentations » des médiévistes vers les images matérielles au détriment du littéraire, traduit la tendance à privilégier la démarche anthropologique (ou sociologique) et ses méthodes d’enquête. Avec Alain Boureau, et de façon plus précise bien que paradoxale, on pourrait dire que les images matérielles, d’autant plus si considérées de façon sérielle, paraissent des particuliers moins particuliers que les textes littéraires, c’est-à-dire qu’elles paraissent comme des fondements plus solides pour essayer d’aborder le général, et de là le collectif, le système représentatif partagé. De là à conclure que l’« histoire des représentations » médiévales est, dans ses pratiques, héritière des « mentalités » beaucoup plus que ce que sa définition théorique ne saurait l’admettre, il n’y a qu’un pas.

Quelques pistes en cours, à venir, à redécouvrir

34Je ne le franchirai pourtant pas. Il ne s’agit en effet que d’une provocation, tout comme l’est le titre de cette dernière section qui évoque la dissolution éventuelle de l’histoire des représentations dans l’anthropologie de l’image. Ces provocations visent notamment à encourager une réflexion collective sur l’investissement concret des études vis-à-vis de la démarche théorique qui se trouvait à l’origine des « représentations ». De ce point de vue, la confrontation avec le littéraire se présente encore comme un défi stimulant, qui reste à relever par une anthropologie historique soucieuse d’éviter les pièges du structuralisme et du déterminisme.

  • 49  Cette formulation peut effrayer. Simplement, en reprenant la distinction classique d’écritures pra (...)

35Comment opérer concrètement la rencontre avec le « littéraire »? Le premier pas consiste sans doute à prolonger le travail déjà entamé de remise en cause explicite de la catégorie de « littéraire ». La vision que les historiens se font de la littérature médiévale attend une révolution comparable à celle qui a fait délaisser la notion d’« œuvre d’art » en faveur de celle d’« image ». En même temps, après le structuralisme, on sait bien que ce dépassement ne peut pas s’opérer dans le sens du « texte » et du « textualisme » sans courir le risque de renoncer à la dimension à la fois historique et matérielle des documents considérés. Le « texte-objet », proposée par Pierre Chastang sur le modèle de l’«image-objet », et de façon plus générale l’attention renouvelée pour la documentation mettent en garde de ces risques. Pour ne pas se retrouver, toutefois, à exclure de fait les textes considérés comme littéraires de l’horizon d’enquête de l’histoire de représentations médiévales, il est impératif de mieux saisir et articuler l’univers des productions langagières médiévales non immédiatement pragmatiques49. Toute production  « littéraire » et tout « auteur » méritent d’être interrogés sur les fondements anthropologiques, sociologiques et, là où cela s’avère possible, psychologiques de leur existence et de leur construction (en tant que discours et en tant qu’ « auteur »). Une telle casuistique permettrait sans doute de renouer les liens avec la sociologie de la littérature, aussi bien qu’avec ceux qui, dans ces mêmes années, appliquent une démarche analogue à l’étude d’autres milieux et productions culturels, notamment doctrinales et théologiques. Une telle anthropologie historique des productions langagières non pragmatiques médiévales semble la prémisse conceptuelle indispensable pour que les textes ressemblés jadis sous l’étiquette anachronique de « littérature médiévale » puissent rentrer de droit dans les investigations de l’histoire des représentations.

36Pour rendre mon discours moins abstrait, je terminerai en mentionnant trois types d’études qui, différemment pratiquées aujourd’hui, me semblent prometteurs en vue de la réappropriation du  « littéraire » de la part des historiens des représentations (et évidemment de la part des historiens de la littérature intéressés à replacer leurs objets d’étude dans une perspective d’anthropologie culturelle plus vaste). Une première piste consiste à poursuivre les interrogations sur la relation textes/images en les concevant précisément comme des études comparatives de codes sémiotiques différents et complémentaires dans le système des représentations médiévales. Dans cet horizon, les travaux portant sur des traditions manuscrites spécifiques ont l’avantage supplémentaire de mettre en valeur la dimension matérielle et objectale des textes et des images, tout en servant des jalons pour la définition plus détaillée des « communautés textuelles » médiévales et des systèmes des représentations propres à chacune.

  • 50  Elisa Brilli, Una vicina città. Storia del paradigma della “ciuitas diaboli” nell’Occidente mediev (...)

37Un second chantier engage une confrontation plus attentive avec les disciplines littéraires, linguistiques et philologiques en ce qui concerne leur apparat herméneutique et méthodologique. Il s’agit là d’un bagage séculaire qui, si appliqué de façon raisonnable, c’est-à-dire en se gardant de la tentation de la « textualisation » abstraite, peut se révéler extrêmement utile dans le domaine des représentations. C’est dans cette perspective, qu’à titre personnel, j’ai mené dans ma thèse de doctorat une recherche sur l’histoire de la représentation de la ciuitas diaboli, en recourant à la notion de « paradigme », d’origine linguistique : cette notion m’a permis notamment de remettre en cause la perspective monofocale moderne, centrée sur Babylone, pour saisir le fonctionnement de la famille analogique des cités maudites et damnées de la tradition médiévale50.

  • 51  Cf. Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance, op. cit., et Autour de l’Heptaméron, amour sacré, (...)
  • 52  « Ne plus poser la question : comment la liberté d’un sujet peut-elle s’insérer dans l’épaisseur d (...)
  • 53  « Le collectif se définirait comme ce qui restreint les possibilités de l’action et de la décision (...)

38Enfin, comme j’ai évoqué le nom de Lucien Febvre, la forme de la monographie sur un « auteur » et ses œuvres qu’il a pratiquée à plusieurs reprises et qui est aujourd’hui presque oubliée, est peut-être à redécouvrir51. Cela, bien entendu, dans la perspective bien différente de l’histoire des représentations. Febvre concevait le rapport entre les mentalités (passives, inconscientes, résistantes, etc.) et l’individualité créatrice de façon exclusivement antinomique. Ainsi, dans l’œuvre des grands « auteurs», il recherchait leurs limites, celles du conçu et du concevable, qu’il considérait a fortiori comme étant celles du système mental de l’époque concernée. De façon analogue, en plaidant pour la mise en perspective de la fonction « auteur », Foucault parvenait à faire de ce dernier le sujet, au sens étymologique, du discours dont il aurait été exclusivement agi52. De même, la proposition d’une « histoire restreinte des mentalités» faite par Alain Boureau, consistant à se consacrer à la saisie de la relation entre collectif et singulier (le dernier des couples mentionnés plus haut), se fonde sur une conception du collectif qui en fait un fondement contraignant53. Au-delà du combat, toujours perdu d’avance, de l’individu pour dépasser son propre temps et sa propre culture, le rapport entre les individus et les constellations des représentations dites collectives constitue plus que jamais un problème central pour l’histoire des représentations. Le principe que je nommerai, en paraphrasant Thomas S. Kuhn, de l’« antériorité des représentations collectives », s’il est indéniable au niveau des vies singulières, ne l’est certainement pas dans un horizon de longue durée. Sauf à retomber dans le piège des archétypes, on admettra que les représentations collectives ont elles-mêmes une histoire, des parcours où des trouvailles d’un individu peuvent s’imposer au plus grand nombre, et d’autres parcours qui les conduisent à la sclérose et à l’oubli.

  • 54  Il s’agit de la fonctionnalité d’apprentissage, ou de positionnement stratégique que Jacques Revel (...)

39à quoi bon le littéraire ? Pour l’historien des représentations, à travers l’auteur, c’est en premier lieu l’acteur culturel qui est recherché, tantôt dans les limites de son univers représentatif, comme l’a fait Febvre et d’autres après lui, tantôt et surtout dans son interaction active avec le monde de ses représentations. L’auteur en tant qu’acteur culturel ne diffère pas, sur le profil opératoire, de tout autre acteur culturel: il le manifeste de façon exponentielle. De là l’intérêt de l’étude de cas en tant que telle, mais aussi comme apprentissage au questionnement que l’analyse à grande échelle ne peut se permettre d’évacuer54.

40En conclusion, je tiens à souligner que les quelques questions que je viens de toucher n’épuisent d’aucune manière l’horizon de l’histoire des représentations. On pourrait citer mille chantiers et autant de pistes d’analyse car, en bref, il n’y a pas de pratique qui ne soit pas significative du point de vue d’une histoire des représentations ni, vice-versa, de pratique compréhensible une fois isolée du système représentatif dans lequel elle était inscrite. Toutefois, au fur et à mesure qu’on avance, reposer les interrogations en apparence les plus élémentaires – « Pourquoi les images matérielles ? » « Pourquoi pas le littéraire ? » – me semble encore une méthode efficace pour dénaturaliser une discipline et ainsi la garder vivante.

Haut de page

Notes

1  Voir « De l’histoire des représentations à l’histoire sans nom. Entretien avec Alain Corbin », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 1993, vol. 6, n° 21, p. 7-14.

2  Evelyne Pantlagean, « L’histoire de l’imaginaire », dans La nouvelle histoire, dir. par Jacques Le Goff, Roger Chartier, Jacques Revel, Paris, Retz CEPL, 1978, p. 249-69 : 249.

3  Jacques Le Goff, L’imaginaire médiéval (1985; nouv. éd. 1991), dans Id., Un autre Moyen Age, Paris, Gallimard, 1999, p. 421-777, voir notamment la préface.

4  Jean Starobinski, Jalons pour une histoire du concept d'imagination, dans Id., L'œil vivant II. La Relation critique.édition revue et augmentée, Paris, Gallimard, 2001, p. 205-229 : 206-207.

5  Voir en particulier les essais recueillis dans Louis Marin, De la représentation, éd. par D. Arasse, A. Cantillon, G. Careri, et alii, Gallimard, Paris, 1994 et Id., Politiques de la représentation, éd. établie par A. Cantillon, G. Careri, J.-P. Cavaillé, P.-A. Fabre et F. Marin, Paris, Éditions Kimé, 2005. Jean-Claude Schmitt a souligné la présence du terme, dépourvu cependant d’une précise définition théorique, dans le vocabulaire de Georges Duby ainsi que les nombreux points de continuité entre l’ancienne et la nouvelle démarche historiographique (Cf. Jean-Claude Schmitt, « Représentations », dans Claudie Duhamel-Amado et Guy Lobrichon, Georges Duby : l’écriture de l’histoire, préface de Jean Lacouture, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1996, p. 267-78).

6  Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales H.S.S., 1989/6, p. 1505-1520 (d’où je tire les citations suivantes) ; repris ensuite dans Id., Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, p. 67-86.

7  Cf. Alain Boureau, « Propositions pour une histoire restreinte des mentalités », Annales H.S.S. 1989/6, p. 1491-1504 et Carlo Ginzburg, « Représentation. Le mot, l’idée, la chose », Annales H.S.S., 1991/6, p. 1219-1234.

8  Voir Jacques Le Goff, « Les Mentalités, une histoire ambiguë », dans Faire de l’histoire, dir. par Jacques Le Goff etPierre Nora, Gallimard, Paris, 1974, t. III, p. 76-94.

9  à l’occasion d’une conférence tenue à l’Université de Strasbourg, Jean Wirth eut à noter que « la dénonciation du discours sur les mentalités dure depuis un demi-siècle et semble avoir autant d’effet qu’une piqûre de moustique sur la peau d’un éléphant », tout en annonçant son déclin imminent (Jean Wirth, « La fin des mentalités », dans Les Dossiers du Grihl, Questions de méthodologie, mis en ligne le 24 mai 2007. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/document284.html).

10  Cf. Geoffrey Ernest Richard Lloyd, Demystifying Mentalities, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 (traduction française : Pour en finir avec les mentalités, par Franz Regnot, Paris, La Découverte, 1993). La référence pour l’ascendance primitiviste de mentalité est évidemment à Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive, Paris, 1922.

11  Boureau, « Propositions pour une histoire restreinte… », op. cit., Pour d’autres critiques dans le même sens voir Jérôme Baschet dans sa mise à point La Chrétienté médiévale. Représentations et pratiques sociales, Paris, La Documentation française, 2005.

12  Pour faire de l’ego-histoire, j’ai eu l’occasion de suivre un cours en histoire moderne à l’Université de Rome qui présentait l’histoire des mentalités comme la révolution historiographique la plus récente. On était en 1999. Par ailleurs, voir les deux volumes de H. Martin, Mentalités médiévales, xie-xve siècle et Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, P.U.F., 1996 et 2001. Récemment, en reprenant le livre de Lloyd, Florence Hulak a suggéré que l’embarras terminologique actuel et l’impossibilité des définitions concurrentielles à s’imposer de manière stable soient l’indice de la vitalité du champ problématique posé par les mentalités (voir F. Hulak, « En avons-nous fini avec l’histoire des mentalités ? », Philonsorbonne. Revue de l’école doctorale de philosophie de la Sorbonne, n° 2, 2007-2008, p. 89-109). La confusion terminologique est peut-être plus apparente que réelle et, les écoles s’identifiant par le biais de leur vocabulaire, elle semble à lire davantage comme fragmentation.

13  Chartier, « Le monde comme représentation », op. cit., p. 1514. Sur l’« outillage mental » voir Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942 (nouv. éd. 1968), p. 141-2 et surtout la mise en pratique dans le L’Outillage mental. Pensée, langage, mathématique, dir. par A. Rey, A. Meillet et P. Montel, Encyclopédie française, vol. 1, Paris, Larousse, 1937. Voir aussi l’analyse dûe au même Chartier, selon laquelle le syntagme indique chez Febvre « l’ensemble des supports sensibles (les perceptions), linguistiques (les mots et la syntaxe) et conceptuels qui étayent les façons de raisonner » (Roger Chartier, « Outillage mental », dans La Nouvelle histoire, op. cit.,p. 448-52 : 448).

14  Sans être un partisan des « représentations », Boureau (dans « Propositions… », op. cit., p. 1493-1494) dénonce bien le psychologisme réductionniste des « mentalités », notamment après le tournant positiviste des années 1960.

15  Ce phénomène est relevé par Hervé Martin sur la base d’un échantillon constitué par les articles parus dans les Actes des Settimane di studio du CISAM en l’occasion du 50e anniversaire du centre; cf. Hervé Martin, L’histoire des mentalités, in Omaggio al medioevo. I primi cinquant’anni del Centro italiano di studi sull’alto medioevo di Spoleto, a cura di Enrico Menestò, Spoleto Spoleto, Fondazione CISAM, 2004, p. 71-109: 92.

16  Chartier, « Le monde comme représentation », op. cit., p. 1514.

17  Baschet, Chrétienté médiévale…, op. cit., p. 3.

18  Schmitt, « Représentations », op. cit., p. 274. Cf. aussi Jean-Claude Schmitt, « La culture de l’imago », dans Annales H.S.S., 51, 1996/1, p. 3-36 et Id., Imago : de l’image à l’imaginaire, dans L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, éd. par Jérôme Baschet et Jean-Claude Schmitt, Paris, Léopard d’Or, 1996 (Cahier du Léopard d’Or, 5), p. 29-37.

19  Cf. François Dosse, L’Histoire en miettes : des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987.

20  Pour une formulation particulièrement efficace des possibilités et des limites d’une vision globale, cf. encore Baschet, La Chrétienté médiévale…, op. cit.

21  Cf. Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Nouvelles perspectives, préface de J. Le Goff, Paris, Honoré Champion, 1998 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen âge, 47) et bientôt Le tonnerre des exemples, éd. par Pascal Collomb et Marie-Anne Polo de Beaulieu, Rennes, PUR, à paraître en 2011.

22  Pour une discussion subtile de la démarche folklorique cf. Michel Lauwers, « Religion populaire, culture folklorique, mentalités. Notes pour une anthropologie culturelle du Moyen Âge », Revue d'histoire ecclésiastique, 82, 1987, p. 221-258.

23  Jean-Claude Schmitt, La conversion d’Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction (2003), Paris, Seuil (Points), 2007. Je fais notamment référence à l’axe de recherche « Écritures de soi, écritures de roi : les autobiographies souveraines de l’antiquité aux temps modernes (Occident, Orient, Asie) » dir. par Pierre Monnet et faisant partie du programme ANR du GAHOM 2006-2010 « Une culture du Livre dans une société d’illettrés. Parler, figurer, écrire dans l’Europe médiévale ». Dans ce cadre, on citera notamment la traduction de la Vita de Charles IV (à paraître) et le Colloque international « Les Autobiographies souveraines » tenu à la Fondation Singer-Polignac de Paris le 14-15 mars 2008. Comme on le verra, il est tout à fait remarquable que la recherche historique rencontre le littéraire précisément au cours d’une interrogation sur l’auctoritas, ici dans le double sens d’« autorité » (du souverain) et d’« auctorialité » (de l’auto-biographe).

24  Cf. Philippe Léjeune, Le Pacte autobiographique (1975), nouvelle éd., Paris, Seuil, 1996 et Id., Je est un autre. L’autobiographie de la littérature aux médias, Paris, Seuil, 1980.

25  Pour reprendre les expressions de Jean-Claude Schmitt dans sa contribution à ce même volume L’anthropologie historique de l’Occident médiéval. à ce sujet voir également Jean-Jacques Vincensini, Pensée mythique et narrations médiévales, Paris, Champion (« Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge »), 1996 et Id., Motifs et thèmes du récit médiéval, Paris, Nathan, 2000. Plaidant pour l’assomption de la catégorie de « mythe » dans le sens de l’anthropologie structurale, ces études corrigent le flou des littéraires qui discutent de « mythe » en oscillant entre une acception restreinte et thématique (le répertoire mythologique classique, celtique, etc.) et une acception très large selon laquelle toute représentation répandue le serait (le mythe de Babylone, du Paradis terrestre, etc.). Pour une mythologie du Moyen âge,éd. par Laurence Harf-Lancner et Dominique Boutet, Paris, E.N.S., 1988, était remarquable justement pour l’effort de dépasser la première acception sans tomber dans la seconde et cela malgré le principe thématique qu’inspire la sélection des contributions (cf. en particulier p. 3-10 et 89-98).

26  Dans le Groupe d’Anthropologie historique du Moyen âge au « groupe exempla », plus ancien, s’étant adjoint en 1983 le « groupe image ». Une troisième sous-articulation, depuis 2005, est consacrée à l'histoire comparée des villes dans l’espace germanique à la fin du Moyen Âge.

27  LeGoff, L’Imaginaire médiéval, op. cit., p. 427 (souligné par moi).

28  L’incipit de l’essai de Schmitt, « La culture de l’imago », op. cit., offre un témoignage exemplaire de ce double regard, à la fois rétrospectif et introspectif.

29  Voir Jérôme Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales », dans L’iconographie médiévale,Paris, Gallimard, 2008, p. 251-280.

30  Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », dans Annales H.S.S., 63, 2008/2 (Écritures médiévales), p. 245-269 mais aussi Id., « L’archéologie du texte médiéval », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, [En ligne], Hors série n° 2 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009. URL : http://cem.revues.org/index8702.html, où on trouvera un très riche panorama bibliographique.

31  Cf. en France Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Éd. du Seuil, 1989.

32  « Or de multiples problèmes – et fort difficiles à résoudre – se posent lorsqu’on veut franchir les limites de la langue, dès l’instant même où l’on veut traiter des discours réels. Il se pourrait que l’œuvre de Panofsky vaille comme une indication, peut-être comme un modèle : elle nous apprend à analyser non plus seulement les éléments et les lois de leur combinaison, mais le fonctionnement réciproque des systèmes dans la réalité d’une culture » (Michel Foucault, « Les mots et les images » (1967), dans Dits et écrits 1954-1988, vol. I, Paris, Gallimard, 1994, p. 620-623 : 623).

33  William J. T. Mitchell, Picture Theory. Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago & London, The University of Chicago Press, 1994, notamment le premier chapitre. Un échange très intéressant entre Mitchell et Gottfried Boehm à propos des notions très proches qu’ils ont mobilisées en parlant respectivement de « pictorial turn » et de tournant iconique a paru sur Culture, Theory and Critique, 50, 2009, 2, p. 103-121 sous le titre « Pictorial versus Iconic Turn: Two Letters ». 

34  Sur cette question voir également les considérations de Thomas Golsenne dans cette même publication.

35  Cf. après le texte fondateur Gilbert Durand, Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale, Paris, 1960 ; L’imaginaire. Essai sur les sciences et la philosophie de l’image, Paris, Hatier, 1994 ; Champs de l’imaginaire, Grenoble, ELLUG, 1996 ; Introduction à la mythodologie. Mythes et sociétés, Paris, Librairie générale française, 2000. S’inspire de cette démarche la synthèse Jean-Jacques Wunenburger, L’imaginaire, Paris, P.U.F., 2003.

36  Cf. la présentation positive dans Jacques Le Goff, L’Histoire Nouvelle, dans La Nouvelle Histoire, op. cit., p. 210-241, en comparaison avec la dénonciation de « l’idéologie suspecte des archétypes » aboutissant à une « élucubration mystificatrice » (Id., L’imaginaire médiéval, op. cit., p. 427).

37  Cf. Jérôme Baschet, « Introduction : l’image-objet », dans L’image,op. cit.,p. 7-26, mais aussi la nouvelle édition augmentée dans L’iconographie médiévale, op. cit., 25-64.

38  Cf. les multiples études de Paul Zumthor et notamment La Poésie et la voix dans la civilisation médiévale, Paris, Presses universitaires de France, 1984 ; La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Éd. du Seuil, 1987 et Performance, réception, lecture, Longueuil (Québec), Le Préambule, 1990. Sur le passage à une culture à dominante écrite, voir Brian Stock, The implications of literacy: written language and models of interpretation in the eleventh and twelfth centuries, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 1983.

39  Cf. Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les éditions de Minuit, 1985 ; « champ » est à entendre ici dans le sens de Pierre Bourdieu. Voir aussi la stimulante note critique de Christian Jouhaud, « Histoire et histoire littéraire », Annales. HSS 43/4 (1988), p. 849-866.

40  Cf. Irène Rosier-Catach, La Parole efficace. Signe, rituel, sacré, Avant-propos d’Alain de Libera, Paris, Seuil (« Des Travaux »), 2004 ; Béatrice Delaurenti, La puissance des mots. « Virtus verborum ». Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Age, avec une préface d’Alain Boureau, Paris, Le Cerf, 2007.

41  Cf. supra note 32.

42  Michel Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? » (1969), dans Dits et écrits, op. cit.,vol. 1, p. 789-821.

43  Ibidem, p. 798.

44  Voir notamment Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale. Actes du colloque, l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 14-16 juin 1999, sous la direction de Michel Zimmermann, Paris, É.N.C., 2001 (Mémoires et Documents de l’école des chartes, 59) et L’autorité du passé dans les sociétés médiévales. Actes du colloque, Rome, 2-4 mai 2002, sous la direction de Jean-Marie Sansterre, Rome-Bruxelles, École française de Rome-Institut historique belge de Rome, 2004.

45  « (...) les discours « littéraires » ne peuvent plus être reçus que dotés de la fonction auteur : à tout texte de poésie ou de fiction on demandera d’où il vient, qui l’a écrit, à quelle date, en quelles circonstances » (Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », op. cit., p. 800).

46  Je fais référence notamment à André Burguière, « La notion de “mentalité” chez Marc Bloch et Lucien Febvre  deux conceptions, deux filiations », Revue de synthèse, 111-112, juillet-décembre 1983, et à Id., « L’Anthropologie historique et l’école des Annales », Cahiers du C.R.H., 22, avril 1999, p. 39-53. La monographie L’École des « Annales », Paris, Odile Jacob, 2006, en particulier le chap. 3, p. 71-98, revient sur ces problèmes en changeant légèrement la perspective des travaux précédents. Dans cette dernière synthèse, Burguière fait remonter la distance entre Bloch et Febvre à propos de la notion des « mentalités » non plus à leurs différentes démarches, psychologique ou bien sociologique, quant à « la place respective qu’ils accordent aux aspects conscients et inconscients de la vie mentale (...) Marc Bloch a toujours privilégié l’étude des formes inconscientes ou routinières de la vie mentale, c’est-à-dire les plus incorporées à l’organisation et à l’institutionnalisation de la vie sociale ; alors que Lucien Febvre cherche à retrouver le lien entre les formes spontanées (comme la sensibilité, l’expression des émotions) et les formes les plus réflexives de l’activité mentale qui fait l’unité d’une époque et l’unité d’une personne » (p. 79). Il faut préciser également que je ne partage pas les critiques développées dans ce même livre à propos de la notion de « représentation » (cf. en part. chap. 9). Notamment, l’affirmation que celle-ci amènerait à « l’idée d’une vie mentale prescrite dont l’organisation oscille entre deux déterminisme », à savoir épistémologique et sociologique (p. 274), ou encore qu’elle proposerait « une conception trop intellectualiste de la vie mentale qui la réduit à son activité cognitive et à ses énoncés les plus explicites » (p. 276) me semblent provoquées par un profond malentendu. Par ailleurs, ce que Burguière attribue à l’« imaginaire » de Le Goff, le seul digne descendant des « mentalités » à son avis, c’est-à-dire « la dimension englobant » et l’articulation « dynamique » du culturel et du social (cf. p. 296), n’est pas en contradiction avec l’horizon propre aux « représentations ».

47  Cf. Boureau, « Pour une histoire restreinte… », op. cit. à la note 7.

48  Ibidem, p. 1496.

49  Cette formulation peut effrayer. Simplement, en reprenant la distinction classique d’écritures pragmatiques et non pragmatiques, je préfère parler de “productions langagières” pour ne pas exclure la dimension orale.

50  Elisa Brilli, Una vicina città. Storia del paradigma della “ciuitas diaboli” nell’Occidente medievale, thèse de doctorat en régime de cotutelle à l’EHESS (sous la direction de Jean-Claude Schmitt) et à l’Université de Rome « La Sapienza » (sous la direction de Giorgio Inglese), soutenue à Rome en novembre 2009. Voir L’Atelier du Centre de Recherches Historiques, 2009-1, http://acrh.revues.org/index1867.html.

51  Cf. Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance, op. cit., et Autour de l’Heptaméron, amour sacré, amour profane, Paris, Gallimard, 1944. La question des monographies à sujet littéraire s’entremêle à celle, plus vaste, du genre biographie dans l’écriture historique, une fortement relancée au cours des années 1990 contre le dédain traditionnel (sur cette question, voir Jacques Le Goff, « Les “retours” dans l’historiographie française actuelle », Cahiers du C.R.H, n° 22, avril 1999, p. 9-19 : 15-7, en ligne à l’URL : http://ccrh.revues.org/index2322.html). Sur la même longueur : Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, préface du Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. viii. Ce mouvement toutefois ne semble pas avoir concerné les sujets littéraires.

52  « Ne plus poser la question : comment la liberté d’un sujet peut-elle s’insérer dans l’épaisseur des choses et lui donner sens, comment peut-elle animer, de l’intérieur, les règles d’un langage et faire jour ainsi aux visées qui lui sont propres ? Mais poser plutôt ces questions : comment, selon quelles conditions et sous quelles formes quelque chose comme un sujet peut-il apparaître dans l’ordre des discours ? Quelle place peut-il occuper dans chaque type de discours, quelles fonctions exercer, et en obéissant à quelles règles ? » (Foucault, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », op. cit., p. 810-811).

53  « Le collectif se définirait comme ce qui restreint les possibilités de l’action et de la décision, ce qui construit un langage commun, en une phase postérieure à la production sociale des représentations, des images, des références textuelles, iconiques ou rituelles, antérieure à la profération des idiomes ou des discours antagonistes d’individus ou de groupes » (Boureau, « Proposition pour une histoire restreinte… », op. cit., p. 1496).

54  Il s’agit de la fonctionnalité d’apprentissage, ou de positionnement stratégique que Jacques Revel reconnaissait à la microstoria dans le domaine de l’histoire sociale  « (...) le choix de l’individuel n’est pas pensé comme contradictoire avec celui du social : il en rend possible une approche différente. Surtout, il doit permettre de saisir, au fil d’un destin particulier – celui d’un homme, celui d’une communauté, celui d’une œuvre –, l’écheveau complexe des relations, la multiplicité des espaces et des temps dans lesquels il s’inscrit. (...) l’approche micro-historique doit permettre d’enrichir l’analyse sociale, de la complexifier parce qu’elle prend en compte des aspects différents, inattendus, multipliés de l’expérience collective » (Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. I-XXXIII: XII et XIII).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Brilli, « L’essor des images et l’éclipse du littéraire. Notes sur l’histoire et sur les pratiques de l’« histoire des représentations » », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/2028 ; DOI : 10.4000/acrh.2028

Haut de page

Auteur

Elisa Brilli

Elisa Brilli est boursière post-doc auprès du Kunsthistorisches Institut de Florence avec un projet portant sur Dante Alighieri et elle travaille à la publication de sa thèse (Una vicina città. Storia del paradigma della « ciuitas diaboli » nell’Occidente Medievale en 2009, sous régime de cotutelle à l’EHESS-« La Sapienza » de Rome, sous la dir. de J.-Cl. Schmitt et G. Inglese). Elle a publié plusieurs articles d’argument littéraire et philologique (Bollettino di Italianistica, n.s., III, 2006/1 ; Studi danteschi LXXII, 2007 ; La Cultura 2007/3) et iconographique (La performance des images, Editions de l’ULB, 2009). Elle est membre associée du GAHOM (EHESS), où elle a été ATER entre 2007 et 2009, et membre des comités de rédaction du Bollettino di Italianistica et de la Rassegna della Letteratura italiana.e [point] brilli [@] gmail [point] com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org