Navigation – Plan du site

Une épuration ordinaire. Les procès des collaborateurs en Grèce (1944 - 1949) comme composante de la reconstruction judiciaire en Europe

Dimitris Kousouris

Texte intégral

1Date de soutenance : le 3 avril 2009 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

2Jury de soutenance

François Hartog (directeur de thèse)
Kostas Kostis (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)
Jon Elster (Columbia University/Collège de France)
Antonis Liakos (Université d’Athènes)
Enzo Traverso (Université de Picardie).

Résumé

3Cette thèse porte sur l’histoire de l’épuration judiciaire des collaborateurs des forces d’occupation en Grèce après la libération du pays en 1944. Cette épuration se déroula dans le contexte d’une guerre civile qui, déclenchée déjà sous l’Occupation, n’a pourtant pas pris fin qu’en 1949, date dans laquelle se déroulèrent aussi les derniers procès du Tribunal Spécial des Collaborateurs d’Athènes.
Les différentes étapes de la juridicisation de la question des collaborateurs décrivent comment les deux camps du conflit interne furent adaptés aux lignes de démarcation des conflits internationaux : la naissance même de l’opposition entre Résistance et Collaboration exprimait l’alignement des camps internes aux deux camps de la Seconde Guerre mondiale. Nous étudions donc cette épuration comme composante d’une guerre civile à la fois interne et internationale.
L’exploration des différents aspects, qualitatifs et quantitatifs, des épurations administratives et pénales, révèle que la voie judiciaire fut un moyen très efficace aux mains des élites étatiques. Dans un premier temps, la mise en place de ces épurations entérina le mythe d’une nation unanimement résistante : le nouveau régime intégra dans cette fiction une bonne partie des anciens collaborateurs, tout en en excluant la résistance de masse. L’appropriation symbolique de la victoire antifasciste permit au pouvoir judiciaire de restaurer son autorité et de préparer la mise en place, dès 1946, d’un état d’exception anticommuniste. Enfin, en identifiant l’ennemi de l’intérieur avec celui de l’extérieur (les pays voisins qui passaient alors au camp communiste), l’épuration judiciaire assura la transformation de la Grèce en frontière de la Guerre Froide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitris Kousouris, « Une épuration ordinaire. Les procès des collaborateurs en Grèce (1944 - 1949) comme composante de la reconstruction judiciaire en Europe », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2009, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/2219 ; DOI : 10.4000/acrh.2219

Haut de page

Auteur

Dimitris Kousouris

Dimitris Kousouris a enseigné l’Histoire contemporaine dans le Département d’Histoire et d’Archéologie de l’Université de Crète (Grèce). Ses intérêts scientifiques portent sur les rapports entre - guerre et politique et - droit et histoire dans l’histoire européenne du xxe siècle. En 2010 - 2011 il poursuit ses recherches sur les épurations politiques et pénales dans l’après-guerre européen à Princeton University (Etats-Unis)
Dimkous [arobase] noos [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org