Navigation – Plan du site

Les Boni à l’âge de l’or et du grand takari (1860-1969) : « Temps de crises, temps d’espoir »

Jean Moomou

Texte intégral

1Thèse soutenue le 10 décembre 2010 à l’ÉHESS de Paris.

2Composition du jury

Monsieur Bernard Vincent : Directeur d’études à l’ÉHESS et directeur du Centre de recherches historiques (ÉHESS-CNRS),
Madame Myriam Cottias : CNRS, CRPLC, coordinatrice du programme EURESCL,
Monsieur Wim Hoogbergen : Anthropologue-historien, professeur associé à l’Université d’Utrecht,
Monsieur Serge Mam Lam Fouck : Professeur des Universités (Université des Antilles et de la Guyane),
Madame Ria Lemaire : Professeur émérite de l’Université de Poitiers

3Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

  • 1  Un « Sabi - man » est celui qui non seulement sait mais qui a la maîtrise du savoir historique et (...)

4Nos investigations antérieures, le mémoire de Maîtrise notamment, nous ont permis de retracer l’histoire des Boni de Guyane de 1772 à 1860. Ce travail a montré non seulement la manière dont émerge le groupe de Marrons boni qui donnera naissance à un peuple, mais également la façon dont l’histoire coloniale a produit les Boni et comment les Boni à leur tour ont fait leur propre histoire. Le 8 septembre 1860, ils sont reconnus libres et autonomes par les autorités coloniales françaises et hollandaises. Ainsi, loin du monde colonial, ils créent leur propre univers culturel, religieux. Mais cette vie harmonieuse qui semble naître en 1860 sera très vite perturbée par des circonstances extérieures. La présente étude vise à rendre lisibles d’une part, les interactions entre la politique des autorités coloniales françaises ou hollandaises et celle des communautés marronnes, notamment les Boni. D’autre part, elle cherche à expliquer comment les Boni se sont adaptés aux entreprises exogènes (introduction de l’économie aurifère et marchande, exploitation forestière, projet politique des autorités coloniales puis départementales) qui ont bouleversé l’intérieur de leur société sur le plan de l’autorité traditionnelle, sur le plan économique et social, sur le plan de leur univers culturel et mental entre 1860 et 1969. Quelle est la nature des transformations ? Comment l’introduction de l’économie marchande dans le Lawa a-t-elle induit une transformation des valeurs de la communauté boni ? Quels en sont les facteurs ? Il est question aussi à travers cette étude de poser la question du sort des sociétés traditionnelles du Maroni, en l’occurrence celle des Boni, confrontées à l’univers du colonisateur français et hollandais. En effet, saisis par le regard des habitants du monde colonial, mais aussi par des valeurs, des mœurs jusque-là inconnues, les « Baka-fii-man nengue» (les nègres de l’âge de paix) pour reprendre l’expression qu’emploient les « Sabi-man » boni d’aujourd’hui, ont du mal à concilier tradition et modernité, et à comprendre l’évolution de leur société. N’ayant pas les armes pour résister à l’invasion d’hommes nouveaux et de mœurs nouvelles, les générations des « nègres de l’âge de paix » vont tout faire pour ne pas compromettre le sens de l’histoire. Cette attitude provoque un sentiment d’infériorité contraire à la fierté de soi qui prévalait à l’« âge du marronnage ». Autrement dit, cette société coutumière de plus de 700 hommes, de femmes et d’enfants en marge du monde colonial en 1860 a été secouée par les effets de l’économie marchande et de la modernité qui engendre une déstabilisation de la base matérielle traditionnelle, une transformation des représentations ainsi qu’une altération des règles de vie collective. L’« âge de l’or et du grand Takari» signe l’acte de naissance d’une nouvelle société boni où l’économie, le politique deviennent le centre des préoccupations des individus. En définitive, il s’agit d’une étude de l’évolution de la société boni avec une double approche : une étude des événements qui ont produit le changement de 1860 à 1969 et une analyse de la nature des transformations.
L’étude que nous avons menée concerne un peuple sans écriture. Par conséquent, elle pose des questions d’ordre méthodologique. Aux méthodes historiques occidentales fondées sur l’écrit doivent être adjoints les outils d’analyse anthropologique de la tradition orale. Notre objectif a été double. D’une part, nous avons voulu faire intervenir la perception de l’histoire telle que la conçoivent les Boni eux-mêmes. D’autre part, nous l’avons confrontée avec celle recueillie par les administrateurs coloniaux. Ainsi, dans le cadre de cette étude, nous avons utilisé les sources dites traditionnelles dont l’oralité est le principal vecteur, mais aussi les sources écrites, telles la cartographie ancienne, les documents d'archives du Surinam et de la Guyane française, les récits de voyages (Crevaux, Coudreau, Brunetti, à la fin du xixe siècle, Laveau, Henri Tripot au début du xxe siècle, Jacques Perret en 1930), des travaux d’anthropologues (Wim Hoogbergen, Jean Hurault, Silvia De Groot, Kenneth Bilby, Richard Price…) et d’historiens (Tristan Bellardie), de géographes (Elysée Recclus, Frédéric Piantoni). Si le traitement des sources écrites et iconographiques nous a paru plus aisé, il n’en a pas été de même pour les sources orales. En effet, comment écrire l’histoire des Boni, quand le récit de celle-ci passe par la mémoire collective, clanique, familiale, catégorielle, individuelle utilisant comme mode d’expression la tradition orale ?Pour saisir cette histoire, il était important pour nous de connaître les « cadres sociaux » de la transmission orale. En effet,l’acquisition et la transmission des connaissances et des pratiques s'opèrent selon des processus complexes qui révèlent le lien fondamental entre la connaissance, le savoir et le pouvoir. Ceux qui savent sont les maîtres de la communauté. Les « Sabi-man »1 portent non seulement en eux l’« âge des anciens» (esclavage et marronnage), mais aussi celui des « Baka Fii-man » (génération de l’âge de la paix), un passé qui n’est pas « mort » mais qui vit en eux. Enfin, parmi les autres modalités de conservation du passé des Boni interviennent les documents audio-visuels et depuis quelque temps, des monuments historiques. Ces sources exigent à la fois de la vigilance et un examen critique particulier. La problématique retenue nous a conduit à structurer notre projet d’étude autour de quatre axes. Le premier traite de notre démarche conceptuelle et méthodologique. Le deuxième étudie les Boni face aux ambitions politiques et économiques du colonisateur français et leurs conséquences sur le plan de l’autorité traditionnelle. Le troisième met en évidence le rôle des Boni dans ce renouveau économique. Enfin, la quatrième partie met en relief l’évolution du statut politique des Boni en Guyane, les stratégies qu’ils ont mises en place pour demander à la France l’assistance et la protection, que les autorités coloniales hollandaises ont données aux Djuka.
Ainsi que nous aimerions le montrer par cette étude, l’époque, allant de 1860 à 1969, apparaît à la fois comme un « temps de crise », mais aussi comme « un temps d’espoir». Les politiques des autorités coloniales françaises et hollandaises, conjuguées aux activités aurifère, forestière et marchande produisent désordre et incompréhension au sein même de la société boni (choix du fleuve Lawa comme la limite séparant la colonie de la Guyane française et celle de la Guyane hollandaise en 1891, prise en charge des Boni du village de Cottica par les autorités hollandaises dès la fin des années 1930, puis celle de la France à partir des années 1950-1960…), entraînent des déchirements dans la société boni dont les conséquences perdurent encore. A ces faits s’ajoute un malaise beaucoup plus profond : la pauvreté, la mendicité, la jalousie, la sorcellerie, l’esprit de rivalité, la promotion de l’individu au détriment du groupe minent cette société. Ainsi plongée dans l’économie aurifère, forestière et marchande, la société boni est soumise à une dynamique et à un changement continus. Ce changement s’opère tant dans les domaines politique, économique que social, voire identitaire. La société qu’émerge alors, entre 1880 et la première moitié du XXe siècle, est marquée par une mutation à la fois de son mode de vie et de son hygiène, mutation se traduisant par une transformation non seulement de ses pratiques vestimentaires, capillaires, alimentaires, mais aussi de sa structure familiale, clanique. Les transformations s’observent également dans les rapports que la société boni a entretenus avec les Amérindiens, les « Dooséï-sama » et l’Administration franco-hollandaise. L’activité aurifère instaure en effet de nouvelles relations entre les différents occupants de l’axe fluvial Maroni-Lawa-Itany, relations basées sur l’interdépendance. La confrontation entre le monde colonial – représenté par les orpailleurs créoles – et celui des Boni transforme ainsi leurs manières de penser et d’agir. Les rapports au sein même de la société boni s’en trouvent profondément modifiés. L’âge de l’or modifie les valeurs et les acquis de l’« âge du marronnage » qui définissaient la société boni avant tout par la solidarité collective, le partage, l’effacement de l’individu au profit du groupe, etc. L’introduction des activités aurifère et marchande fait émerger une nouvelle catégorie d’hommes boni (canotiers). L’argent obtenu leur permet de posséder plusieurs femmes (polygamie), mais aussi d’acheter les « bakaa gudu » (richesses de Blancs), et d’être de plus en plus en contact avec le monde colonial. De cette façon, la société boni glisse progressivement vers un mode de vie où seule la réussite individuelle semble compter et s’imposer. L’accumulation monétaire, par le canotage, la coupe du balata et les activités générées par l’exploitation aurifère (la vente de poissons, du gibier, des feuilles de « waï », la construction de carbet pour les orpailleurs, etc.), permet tant aux Boni qu’aux Djuka et Paramaka d’acheter des moteurs hors-bords à partir de la fin des années 1950, et surtout durant les années 1960. Ce nouvel outil de propulsion moderne transforme la perception de l’espace-temps chez les Boni, transformation qui se manifeste non seulement par une circulation de plus en plus rapide de biens, de marchandises, d’hommes, de capitaux et des idées, mais aussi et surtout par une mobilité plus grande des Boni eux-mêmes, se soldant par une forte migration définitive vers les villes du monde colonial.
La période s’inscrivant entre 1860 et 1969 marque en fait la transition d’une société marronne traditionnelle vers une société moderne boni, épousant peu à peu les valeurs du monde colonial français ou hollandais. Cette transition signe, en quelque sorte, l’abandon progressif du système traditionnel au profit d’une nouvelle société, de plus en plus individualiste. Les Gran Man boni, à leur tour, saisissent les opportunités que leur offrent les facteurs exogènes (activités aurifère, forestière et évangélisation) pour manifester leur volonté de devenir français. Dans un premier temps, celle-ci hésite. Il faut attendre les années 1940, pour voir l’état français, par son représentant, amorcer finalement le processus d’intégration des Boni dans la société guyanaise, processus qui s’accélère entre 1950 et durant les années 1960. En 1965, les Boni deviennent enfin des citoyens français au même titre que les habitants du Littoral guyanais et les Français de la métropole. Ils accèdent ainsi aux droits et devoirs de leur nouveau statut. Ils doivent désormais manœuvrer entre deux systèmes totalement différents, l’un traditionnel dominé par l’oralité, l’autre moderne commandé par l’écrit qu’ils maîtrisent mal. Le Territoire de l’Inini n’est municipalisé qu’à partir de 1969. Dès lors les Boni peuvent accéder à l’exercice de mandats municipaux, à l’instar de leurs concitoyens des autres départements. C’est-à-dire qu’ils doivent appréhender un nouveau système politique dont ils n’avaient – par la situation coloniale – qu’une connaissance lointaine. Une phase d’apprentissage, encore inachevée à l’aube du xxie siècle, est nécessaire.

Abstract

5The Boni at the age of gold and of the great takari (1860-1969) : « a time of crisis, a time of hope ».
Our previous investigations, notably our master’s thesis, enabled us to relate the history of the Boni people in French Guiana from 1772 to 1860. These research not only showed us the way in which the group of Boni fugitive slaves emerge to give birth to a nation but also the way in which colonial history generated the Boni and then how the Boni made their own history. On September, 8th 1860 they are declared free and autonomous by the French and Dutch colonial powers. Thus, far from the colonial world, they create their own cultural and religious world. However, this harmonious life which seems to appear in 1860 will very quickly be disturbed by external circumstances. On one hand, this thesis aims at explaining the interactions between the policies of the French and Dutch colonial powers and the ones of the fugitive slaves communities, notably the Boni. On the other hand, it also aims at explaining how the Boni adapted themselves to the exogenous enterprises (introduction of the gold economy and of the free market, logging, the political schemes of the colonial powers and then of the departmental powers) which changed their society economically, socially, culturally, mentally and also as regards traditional authority from 1860 to 1969. What is the nature of these transformations? How did the introduction of the free market in the Lawa lead to a transformation of the values of the Boni community ? What are the factors ? This thesis also aims at showing the lot of the traditional societies on the Maroni – in this case, the one of the Boni – confronted to the world of the French and Dutch settlers. Indeed, under the scrutiny of the settlers but also because of values and morals unknown until then, the « Baka fii-mannengue» (the niggers of the peace age) – to use the expression of the Boni « Sabi-man » today – had a hard time reconciling tradition and modernity and understanding the evolution in which their society evolved. Without a clue to resist to this invasion of new men and new morals, the generations of « the niggers of the peace age » tried to do everything they could not to jeopardize the meaning of history. This attitude caused a feeling of inferiority which was contrary to the pride of the fugitive slaves. In other words, this customary society of more than 700 men, women and children living on the periphery of the colonial world was disrupted by the effects of the free market and modernity which brought about the destabilisation of the traditional material basis, the transformation of the representations and also the modification of the rules of collective life. The « age of gold and of the greatTakari » brings forth a new Boni society in which economics and politics seem to be the center of the preoccupations of its new citizens. When all is said and done, this thesis deals with the evolution of the Boni society : first we will study the events which generated the change from 1860 to 1969 and then we will analyse the nature of these transformations.
We studied a people who do not have a written culture. Therefore we had to deal with considerations of a methodological nature. It was necessary to combine the written-based methods of the western historian with the anthropology’s analytical tools of the oral tradition. We had two objectives. On one hand, we wanted to speak about the way in which the Boni perceive history. On the other hand we compared it with history as it was recorded by colonial administrators. In this way, within the scope of our study, we used the so-called traditional sources, whose medium is the spoken word, but also the written sources such as ancient cartography, the archives of Suriname and of French Guiana, travel stories (Crevaux, Coudreau and Brunetti at the end of the 19th century; Laveau and Henri Tripot at the beginning of the 20th century; and Jacques Perret in 1930), anthropological studies (Win Hoogbergen, Jean Hurault, Silvia De Groot, Kenneth Bilby, Richrad Price, …), historical studies (Tristan Bellardie) and geographical studies (Elysée Recclus, Frédéric Piantoni). We chose to work on a set of issues that led us to organize our study around four directions. The first one deals with our conceptual and methodological approach. The second one studies the Boni when they were confronted to the political and economic ambitions of the French colonizers and their consequences on traditional authority. The third one brings to the fore the role of the Boni in this economic revival. Finally, the last one emphasized the evolution of the Boni’s political status in Guiana and the strategies they elaborated to get from the French authorities the same kind of assistance and protection that the Dutch colonial authorities had given to the Djuka.
What we would like to demonstrate with this study is that the period from 1860 to 1969 appears as well as « a time of crisis as a time of hope ». The policies of the French and Dutch colonial authorities combined with gold mining, lumbering and commercial activities caused unrest and incomprehension within the Boni society (as for example the choice of the Lawa River as the separation between the colonies of French Guiana and Dutch Guiana in 1891, or the support of the Boni of the Cottica village by the Dutch authorities as early as the late 1930s and by the French authorities from the 1950s - 1960s onwards…) which led to rifts whose consequences are still felt today. In addition to these facts there is a much deeper uneasiness : poverty, begging, jealousy, sorcery, competitive spirit and individualism undermine this society. Thrown into the gold mining, lumbering and commercial economy the Boni society is subject to relentless changes. These changes take place in many domains : political, economic, social and even identity. We can also observe changes in the relations between the Boni society and the Amerindians, the « Dooséï-sama», and the Franco-Dutch Administration. Indeed, the gold mining activity introduces new relations based on interdependence between the different inhabitants of the Maroni - Lawa - Itany Rivers. The confrontation with the colonial world – embodied by Creole gold washers – alters the way in which the Boni think and behave. Even the relationships within the Boni society are deeply altered. Thus the « age of gold and of the Great takari » marks the transition from a traditional maroon society towards a modern Boni society which has been embracing little by little the values of the French or the Dutch colonial world. In a way this transition signaled the progressive abandonment of the traditional system to a new society which is more and more individualized. The Boni « Gran Man» themselves grasped the opportunities that were offered by exogenous factors (gold mining and lumbering activities, evangelization) to show their intention of becoming French. Eventually, after a moment of hesitation, the French government initiated in the late 1940s – through its representative – the process of the Boni’s integration in the Guianese society, a process that gathered pace from 1950 and in the 1960s. In 1965, the Boni became at last French citizens in the same way as the inhabitants of the French Guiana littoral and as metropolitan Frenchmen. In this way they acceded to the rights and the duties of their new status. From then on they had to operate between two totally different systems : a traditional one which is dominated by the spoken word and a modern one which is based on a written culture they have difficulties mastering. The Territory of Inini became a municipality in 1969. From then on the Boni could be elected to the town council like their fellow citizens in other départments. It means that they have to apprehend a new political system that they only knew remotely thanks to the colonial situation.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Un « Sabi - man » est celui qui non seulement sait mais qui a la maîtrise du savoir historique et le savoir - faire du groupe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Moomou, « Les Boni à l’âge de l’or et du grand takari (1860-1969) : « Temps de crises, temps d’espoir » », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2009, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/2294 ; DOI : 10.4000/acrh.2294

Haut de page

Auteur

Jean Moomou

Ouvrage :
- « Le Monde des Marrons du Maroni en Guyane (1772-1860), la naissance d’un peuple les Boni  », Éditions Ibis Rouge, Guyane, 2004, 216 pages. (Prix Delavignette en 2004) ;
Articles et contributions :
- « La Politique des autorités coloniales françaises à l’égard des Boni entre intégration et exclusion (août 1776 à juillet 1841) », Revue Cahiers des Anneaux de la Mémoiren.°7, Nantes, 2004, p.  107 – 123 ;
- « La prise en charge du temps des Anciens (esclavage, marronnage) dans la mémoire collective des Boni d’aujourd’hui »,in Serge Mam Lam Fouck et Jacqueline Zonzon (dir.), L’histoire de la Guyane Depuis les civilisations amérindiennes, Éditions Ibis Rouge, Guyane, 2006, p. 127 – 137 ;
- « Les Bushinengue en Guyane : entre rejet et intégration de la fin du xviiie siècle aux dernières années du xxe siècles », in Serge Mam Lam Fouck, (dir.), Comprendre la Guyane d’aujourd’hui Un département français dans la région des Guyanes, Éditions Ibis Rouge, Guyane, 2007, p. 51 – 82 ;
- « L’histoire d’un des peuples de Guyane : Les Marrons boni », in Quel enseignement de la Traite négrière, de l’esclavage et des abolitions ?, Séminaire du réseau national des écoles associées à l’UNESCO 4, 5 et 6 novembre 2004, CRDP Académie de Créteil, Centre Régional de documentation pédagogique, Paris, 2008, p. 51 – 53 ;
- « Plat à vanner, téé », in Yves Le Fur (dir), La collection Musée du Quai Branly, Editions Flammarion, Paris, 2009, p. 382 - 383.
- « La mission du père Brunetti chez les Boni de la Guyane française à la fin du xixsiècle : entre évangélisation et stratégie d’approche du colonisateur français », in Philippe Delisle et Claude Prudhomme (dir.), « Religion et créolité : Antilles françaises, Haïti, Mascareignes », Revue Histoire et Missions chrétiennes, n° 12 décembre 2009, Paris, p. 1 - 30.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org