Navigation – Plan du site

Joutes, emprises et pas d'armes en Castille, Bourgogne et France 1428 – 1470

Sébastien Nadot

Texte intégral

1Date de soutenance : 28 avril 2009

2Composition du Jury
Adeline Rucquoi (Directeur de recherches au CNRS),
Françoise Michaud – Frejaville (Professeur émérite, Université d'Orléans),
Philippe Contamine (Membre de l'Institut),
Denis Menjot (Professeur, Université Lyon 2),
Jacques Paviot (Professeur, Université Paris 12),
Michel Wieviorka (Directeur d'études, ÉHESS).

Résumé

3Les historiens du sport considèrent qu'il n'y a pas de filiation directe entre les pratiques physiques médiévales et le sport moderne, apparu au xixe siècle sur des bases antiques.
Les pas d’armes (exercices de joute consistant à défendre un pas ou passage contre quiconque relève le défi) et les emprises d'armes (combats courtois que va livrer un chevalier en terres étrangères) sont deux formes de combats de la fin du Moyen Âge, particulièrement nobles, prestigieuses et théâtralisées.
Emprises et pas d’armes peuvent se définir comme des « pratiques physiques » ludiques. La dépense physique, la gestion de l’effort, la prise de risque, les accidents corporels, l'esprit compétitif, les tricheries et le chauvinisme y sont présents dans un cadre réglementé.
Emprises et pas d'armes sont également des spectacles. Une organisation minutieuse permet à un public nombreux d'assister aux combats. La mise en scène d’une œuvre, d’un thème ou d’un héros littéraire dans des décors somptueux et un cadre courtois fait écho à une culture chevaleresque européenne.
Emprises et pas d'armes ont aussi des finalités financières et politiques. L'efficacité de ces rassemblements pour contrôler la violence n'est pas démontrée, pas plus qu'une réelle « civilisation des mœurs » au moyen des joutes. Toutefois, lieux de rencontres et d'intense activité diplomatique, ils permettent aux organisateurs et aux participants de gagner de l'argent ou d'asseoir leur prestige politique.
Une comparaison systématique de ces joutes élaborées et des sports contemporains permet donc de conclure que les emprises et pas d’armes constituent un véritable sport qui allie exercice physique et amour du jeu.

Abstract

4Jousts, emprises and pas d'armes in Castille, Burgundy and France 1428 - 1470.
Sport historians consider that there is no direct link between sport practised in medieval times and modern sport that appeared in the 19th century on ancient sport practices.
The pas d'armes (joust exercises whereby the jouster defends his passage against whoever meets the challenge) and the emprises d'armes (courteous fights that a knight will carry out in foreign lands) are two forms of battles which were at the end of the Middle Ages, particularly noble, prestigious and theatralized.
Pas and emprises can be defined as "physical playful practices". The physical energy exercised, the effort control, the risk-taking, the bodily accidents, the competitive spirit, the tricking and nationalism are present in a controlled framework.
Pas and emprises are also performances. By having a meticulous organization more people can attend the fights. The stage setting of the fights based on literary works and a luxurious framework revives the era of the European knightly culture.
Pas and emprises have also served financial and political purposes. The efficiency of these gatherings to check the violence is not demonstrated, not more than a real "civilization of customs" by means of jousting. However, these gatherings acted as meeting places where intensive diplomatic activity could be carried out and allowed both the organizers and the participants to make some money or to reinforce their political prestige.
A systematic comparison of these elaborated jousts with contemporary sports thus allows one to conclude that the pas d'armes and emprises d'armes constituted a real sport which allies both physical exercise and love of the game.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Nadot, « Joutes, emprises et pas d'armes en Castille, Bourgogne et France 1428 – 1470 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2009, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/2353 ; DOI : 10.4000/acrh.2353

Haut de page

Auteur

Sébastien Nadot

Sébastien Nadot est professeur agrégé d’éducation physique et sportive (enseignant dans le secondaire) et docteur en histoire médiévale (ÉHESS). Ses travaux se situent au carrefour du phénomène sportif, de l’éducation par le sport et des sciences sociales. L’analyse de chroniques médiévales, de chansons de geste et de romans de chevalerie lui a permis de mettre en lumière des pratiques sportives antérieures à la date supposée de naissance du sport (fin du xviiie siècle en Angleterre). Après avoir soutenu une thèse sur les joutes au xve siècle, il a élargi sa période de recherche pour rédiger un ouvrage intitulé « Rompre des lances : tournois et joutes du xiie au xvie siècle » à paraître en septembre 2010 aux Éditions Autrement. Il travaille actuellement sur d’autres pratiques physiques médiévales pour envisager une modélisation du sport médiéval. Cette démarche renvoie à plusieurs approches de type sociologique et ethnologique ainsi qu’à une appréhension de la notion d’Europe au Moyen Âge. L’étude de la violence dans les pratiques physiques médiévales l’amène également à revisiter la théorie de « civilisation des mœurs » de Norbert Élias et à envisager l’importance des questions éthiques et du droit dans le paysage du sport contemporain.
snadot [arobase] wanadoo [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org