Navigation – Plan du site

L’Image à Byzance. Une nouvelle lecture des textes anciens

Maria Zoubouli

Texte intégral

1Thèse soutenue le 9 avril 2009

2Composition du jury
François Hartog,
André Guillou,
Ennio Concina,
Anca Vasiliu,
Léon Pressouyre,
(Pré-rapporteurs : Leslie Brubaker, Ennio Concina).

Résumé

3À Byzance eikon désigne indistinctement toute forme de représentation et son usage, relève de multiples régimes, conceptuels aussi bien que pratiques. Nous partons des premiers discours apologétiques issus de la crise iconoclaste pour chercher en aval, dans la littérature antérieure, la théorie byzantine de l’image, entendant par là un système conséquent de pensée qui rend compte de la justification, la constitution et la perception de la représentation plastique, ainsi que des types de discours qu’elle génère. Cette théorie est « ambiantale », formulée à travers des spéculations relevant de contextes multiples, de la dogmatique jusqu’à l’hagiographie ; leur juxtaposition donne à voir ce qu’est l’art plastique pour les Byzantins, à travers leurs interprétations du processus qui transforme un objet matériel en image d’art et leurs réactions vis-à-vis de ce dernier.
Tenant compte de l’héritage conceptuel antique aussi bien que des usages contemporains, procédant par ajustements, voire même par contradictions, les agents de cette théorie instaurent une appréhension originale de l’image. Leurs positionnements, quoique fragmentaires, révèlent une ampleur de thèmes, étayée par les principes chrétiens fonciers : une cosmologie résultant de l’agnosie de Dieu et de la scission vétricale du cosmos entre créé et incréé, ainsi que le concept existenciel de l’hypostase. L’homologation de la forme est absente et l’accent est mis sur la gestion du contenu, compris comme une mutation de la mimésis : l’image plastique n’est pas un dédoublement apparent, mais participe effectivement à l’étant du représenté. Elle permet alors de passer de la théoria à la praxis et servir la volonté des Byzantins de faire de la connaissance (visuelle ou autre) une expérience. Ce qui confirme la thèse de Belting sur la promotion de l’image - présence vis – à - vis de l’image - esthétique, à tous les niveaux, ontologique, formel, psychologique ou fonctionnel. Ce constat ne signifie pas pour autant une absence d’esthétique ; celle - ci se fonde désormais sur des propriétés autres que la forme, qui ne sont point esthétiques au départ, mais qui finissent par le devenir.

Abstract

4The image in Byzantium. New readings of ancient texts :
In Byzantium eikon refers indiscriminately to all forms of representation and its use is a matter for multiple regimes, both conceptual and practical. The thesis starts from the first apologetic discourses produced by the iconoclast crisis and looks downstream, in the earlier literature, the Byzantine theory of the image, understood as a consequent system of thought that gives an account of the rationale, the constitution and the perception of plastic representation, and the types of discourse it generates. This theory is "ambiental", formulated through speculation within multiple contexts, from the dogmatic to hagiography; their juxtaposition allows us to see what the Byzantines’ Idea of plastic arts is, through their interpretations of the process which transforms a physical object in an art image and their responses vis-à-vis the latter.
Taking into account the antique conceptual heritage as well as the contemporary usage, proceeding by adjustments, or even contradictions, the agents of this theory establish an original understanding of the image. Their positions, though fragmentary, reveal a breadth of subjects, supported by the fundamental Christian principles: a cosmology resulting from God's agnosia and the vertical split of the cosmos in created and uncreated, and the existential concept of hypostasis. The ratification of the form is absent and the focus is on content management, understood as a mutation of mimesis: the plastic image is not an apparent duplication, but participates actually in the being of the subject which is represented. It allows thus the passage from Theoria to Praxis and serves the will of the Byzantines to produce an experience from knowledge (visual or other). This confirms the thesis of Belting on the promotion of the image as presence vis-à-vis the image as aesthetic, at all levels, ontological, formal, functional or psychological. This ascertainment does not mean a lack of aesthetics; the later is now based on properties other than form, which probably are not aesthetic in the beginning, but they eventually become so.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Zoubouli, « L’Image à Byzance. Une nouvelle lecture des textes anciens », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2009, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/2553 ; DOI : 10.4000/acrh.2553

Haut de page

Auteur

Maria Zoubouli

C’est une enseignante titulaire du Département de musique du TEI d'Épire (Arta, Grèce), dont les recherches portent sur l’histoire et la théorie de l’art, ainsi que sur l’histoire des théories esthétiques.
Elle a fait ses études en France (Doctorat, DEA et Diplôme en Histoire et Civilisations, à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales et Maîtrise d'histoire de l'art et d’archéologie à l'Université Paris I – Panthéon - Sorbonne). Elle a travaillé pour le Centre d'Études Byzantines, Balkaniques et Néohelléniques de l’ÉHESS (publications scientifiques), pour le CNRS et l'École française d'archéologie d'Athènes (fouilles archéologiques), pour la Fondation du Monde Hellénique et l’Université de Ioannina (coordinatrice de programme scientifique), ainsi que pour des bibliothèques (BPI - CNAC Georges Pompidou et Bibliothèque byzantine - INALCO / Collège de France).
En 1998, elle participa à la rédaction du projet de création du Département de musique au TEI d’Épire, puis à l’élaboration de son programme d'études et à l'organisation, l'équipement et la mise en marche du Département, dont elle fut la présidente pendant 3 ans.
zoubouli [arobase] teiep [point] gr
Sélection de publications :
L’image à Byzance. Une nouvelle lecture des textes anciens, Association Pierre Belon – De Boccard (sous presse) ;
« La copie e(s)t l’original à Byzance », inA. Vasiliu - K. Mitalaïté, L’icône dans le conflit des pouvoirs, Centre des recherches sur la pensée antique Léon Robin (CNRS) (sous presse) ;
« Symbolisme et glose dans le paysage de l’Anastasis », in Actes du Xe Congrès de l’Association Internationale d'Études du Sud - Est Européen, Paris 2009 (sous presse) ;
« La conception byzantine de l'art plastique », Europe N.822 (octobre 1997) ;
« L'esthétique et le sacré : L'icône dans la pensée spéculative et dans la vie quotidienne », Études Balkaniques II, Paris 1995 ;
Co-auteur :
Pour une grande histoire des Balkans des origines aux guerres balkaniques: unité culturelle et particularismes, identités culturelles et dialogues interculturels, AIESEE (Association Internationale d'Études du Sud - Est Européen), Paris 2009 ; Du Bosphore à l'Adriatique - Des photographes français découvrent les monuments des Balkans 1878-1914, Éditions du Patrimoine, Paris 2009

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org