Navigation – Plan du site
Archéologiser l’histoire ?

Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans

Jean Chapelot

Résumé

L’archéologie médiévale est née en France dans les années 1960 - 1970 juste avant la crise de l’archéologie préventive qui a mobilisé l’attention et la réflexion des archéologues jusqu’aux lois de 2001 et 2003 qui ont réglé pour l’essentiel ce problème. L’archéologie médiévale est désormais pratiquée dans un cadre professionnel assez spécifique par rapport à la situation habituelle des sciences humaines et sociales. Ces dernières années sont apparus divers problèmes qui handicapent le développement de l’archéologie médiévale. Néanmoins, celle - ci affirme de plus en plus son autonomie intellectuelle et produit des résultats importants et originaux. Elle a désormais besoin d’un dispositif d’évaluation et de financement de la recherche.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le champ des sciences humaines et sociales et pour de multiples raisons l’archéologie médiévale est une discipline singulière.

  • 1  Pour de complets éléments sur l’histoire de l’archéologie médiévale dans les trente dernières anné (...)

2La première est son apparition récente, avec une pénétration dans les institutions publiques de recherche qui commence il y a une quarantaine d’années1. Comme toutes les disciplines nouvelles du secteur des sciences humaines et sociales, elle a défini ses champs de recherche aux marges d’autres plus anciennement constituées comme l’histoire ou l’histoire de l’art, pour ne citer que les plus évidentes. Cette situation, classique pour bien des aspects récents des sciences humaines et sociales, est spécifique à l’archéologie des périodes historiques et souvent mal perçue dans ses conséquences : contrairement aux pré- et protohistoriens, les archéologues médiévistes ne sont pas les seuls à étudier leur période et à exploiter pour cela une documentation qui pour une part, par exemple les données textuelles ou le bâti, est aussi analysée par d’autres.

3La deuxième est que la nature même de cette documentation « archéologique » a considérablement évolué depuis dix ou vingt ans et que le champ d’intervention des archéologues s’est diversifié bien au delà de la seule fouille traditionnelle. Parallèlement, leurs pratiques, avant et après le terrain et sur celui-ci ont fortement changé, avec des conséquences essentielles quant à la nature de la discipline.

4Troisième aspect important et très spécifique de l’archéologie c’est qu’il s’agit d’une discipline dans le siècle : pour réaliser des fouilles programmées et plus encore préventives, il faut autre chose que les moyens humains et financiers indispensables à toute activité de recherche. L’archéologie n’est possible que s’il existe un consensus social lui donnant accès au terrain et une législation permettant ses interventions et il appartient pour une large part aux archéologues de créer et d’entretenir ce consensus. Cette situation particulière explique l’intérêt constant de nombre d’archéologues pour le contexte politique, culturel et social dans lequel ils interviennent.

5Quatrième point important : l’archéologie médiévale est désormais pratiquée par des personnels de statuts et de niveaux universitaires très variés et dans des institutions et structures très diverses qui ne sont plus seulement les établissements publics de recherche comme les universités ou le CNRS, mais un établissement public administratif comme l’INRAP, des services archéologiques de collectivités, des associations et plus récemment des sociétés privées.

6Cinquième et probablement principale originalité : une part très majoritaire des archéologues médiévistes ne travaille pas selon les procédures habituelles à la recherche en sciences humaines et sociales, avec l’élaboration d’une problématique, une collecte documentaire et un traitement de ces données, mais dans le cadre de ce que l’on appelle l’archéologie préventive, ce qui signifie que leurs lieux et leurs thèmes de travail leur sont imposés par une demande sociale solvable, celle des aménageurs.

7Surdéterminée dans ses thématiques et ses lieux de travail par des contraintes extérieures aux préoccupations des chercheurs, soucieuse de ménager ou d’exploiter au mieux une documentation fragile et de plus en plus diversifiée, l’archéologie médiévale doit se définir et s’imposer dans un paysage institutionnel et financier de la recherche qui a considérablement évolué ces dernières années. Pour toutes les raisons qui précèdent, la situation actuelle de la recherche archéologique médiévale ne peut se comprendre que par le biais d’une analyse complexe qui relève pleinement de l’anthropologie historique et qui doit aborder les facettes multiples du problème, avec d’emblée un point essentiel : l’archéologie préventive et sa place dans l’histoire récente de la discipline.

Le préventif : dynamisation puis maladie infantile et enfin stade ultime de l’archéologie ?

8Le règlement de la crise de l’archéologie préventive a mobilisé pendant les vingt dernières années du xxe siècle l’essentiel de la réflexion des archéologues français. Les effets de cette crise ont été à la fois positifs et négatifs.

9Contrairement à la documentation des historiens, rien, sinon le travail même des archéologues, quand ils ont la possibilité et les moyens d’intervenir, ne permet d’évaluer précisément la nature de la documentation archéologique et de l’exploiter. L’archéologue n’a pas la possibilité de considérer que, comme dans le cas des imprimés ou des archives manuscrites, des lieux spécialisés vont assurer la pérennité de la documentation dont il aura besoin dans l’avenir. Non seulement cette documentation est considérable, mais sa nature a fortement évolué : la notion de sites a changé et l’archéologue doit désormais inclure dans son corpus documentaire des témoignages matériels de toutes sortes issus des sociétés médiévales et qui n’ont pas comme seule provenance les chantiers de fouille. Ceci est une donnée essentielle mais il y en a d’autres tout aussi importantes : la première est la sensibilisation croissante des archéologues à partir de la décennie 1970 à la fragilité des archives du sol ; la seconde est l’obligation admise progressivement par tous, y compris les élus et les maîtres d’ouvrage, qu’il faut fouiller avant la destruction de ces archives par des aménagements divers. Les mutations majeures de l’archéologie dans son ensemble se sont faites autour de la prise en compte de ces deux observations avec notamment la demande d’une organisation efficace de l’archéologie préventive.

Dynamisation et refondation de la discipline à partir des années 1980

  • 2  Jean Chapelot « L’archéologie médiévale en France au début du XXIsiècle ou comment changer d’épo (...)

10L’archéologie préventive, à partir du moment où elle commence à s’imposer sur le terrain vers le milieu des années 1980, a été un formidable moteur de développement de la discipline dans son ensemble. Il est traditionnel de souligner l’essor à partir de cette date du nombre d’opérations préventives et l’afflux par ce biais d’une documentation abondante et souvent totalement originale car portant sur des sous-périodes du Moyen Âge, des thèmes, des terrains, des régions, sur lesquels nous ne savions pratiquement rien il y a une trentaine d’années. Cette vision est réelle, mais l’apport essentiel de l’archéologie préventive est ailleurs, dans l’organisation même de la recherche : la professionnalisation de la discipline, l’évolution des pratiques de terrain, la croissance considérable des moyens financiers et du nombre et des types d’emplois, la possibilité d’organiser de gros chantiers réunissant des équipes complètes de spécialistes travaillant sur le terrain et surtout la formation de chercheurs de haut niveau2.

11Quelques autres évolutions qui découlent directement du développement de l’archéologie préventive sont peu perçues alors qu’elles exercent désormais une influence considérable sur la discipline : il s’agit de tout ce qui concerne les relations des archéologues avec le contexte politique, économique et social dans lequel ils évoluent.

12Lors du débat parlementaire qui a abouti au vote le 20 décembre 2000 de la loi sur l’archéologie préventive, certains archéologues ont souligné que pour la première fois la représentation nationale s’intéressait à leur discipline. L’archéologie préventive, qui intervient avant les opérations d’aménagement, grandes ou petites, n’est possible qu’avec un minimum de consensus social permettant une législation et l’attribution de moyens financiers : elle ne peut se comporter comme d’autres secteurs de la recherche qui, avec des emplois académiques traditionnels et les moyens classiques affectés aux universités et aux organismes de recherche peuvent vivre sans trop se soucier de créer autour d’eux un consensus social. C’est là un aspect spécifique de cette discipline parmi tous les autres secteurs de la recherche en sciences humaines et sociales : ce consensus social doit être créé et entretenu et, par conséquent, la valorisation et la communication sont essentielles pour que les archéologues puissent travailler.

  • 3  C’est à dire l’ensemble de ceux qui doivent tenir compte de l’intervention préalable éventuelle de (...)

13L’intervention du politique en 2000 dans le domaine du préventif a été positive : l’archéologie est entrée ainsi dans les préoccupations des élus, elle y restera et il est sain et normal qu’il en soit ainsi car l’archéologie a besoin d’un soutien politique. Mais la contrepartie de cette situation nouvelle est que désormais il existe, chez les élus et dans certains secteurs professionnels3, des spécialistes de l’archéologie qui disposent de relais d’information créés lors du débat parlementaire en 2000 et surtout dans les années suivantes. Cette situation est très différente de ce qui se passait dans la période antérieure et elle a des conséquences importantes.

puis maladie infantile…

14La crise récurrente de l’archéologie préventive dans les décennies 1980 - 1990 a eu deux conséquences intellectuelles : mobiliser sur cette question une large part de la communauté scientifique et, par contrecoup, bloquer toute réflexion sur la nature de l’archéologie et plus spécialement celle de l’archéologie médiévale.

15De surcroît, ce blocage intellectuel s’installe dans une période qui est celle d’une forte évolution de la discipline, à un moment donc où une réflexion de fond était essentielle. La mise en place à partir de 2001 d’un cadre législatif et institutionnel pour l’archéologie préventive a partiellement libéré les esprits et l’on peut voir apparaître depuis quelques années une tendance nouvelle en faveur d’une réflexion sur l’historiographie et la nature de l’archéologie médiévale, mais les conditions de la réforme de 2001 et la manière dont elle a été conduite pèsent aussi désormais sur l’ensemble de la discipline.

et enfin stade ultime de l’archéologie française ?

16La manière dont le cadre législatif de l’archéologie préventive a été élaboré en 2000 est caractéristique de la réforme à la française telle que la décrivent depuis longtemps les sociologues et les politologues : une perception lente du problème par les responsables politiques et administratifs, une sensibilité croissante de l’opinion aux difficultés générées par l’immobilisme des précédents, finalement une posture réformatrice audacieuse des responsables mais accompagnée de décisions hâtives, mal ou peu préparées et expliquées, donc largement incomprises ou inacceptables par l’opinion et les milieux concernés. Dans ce mode d’élaboration des réformes, l’objectif prioritaire et quasi unique est la mise en place d’un cadre institutionnel, à travers l’élaboration de textes réglementaires : l’ouverture d’une discussion préalable publique fondée sur une analyse des problèmes qui se posent, l’exposé des objectifs à atteindre et des solutions alternatives entre lesquelles il faut choisir et enfin et surtout la recherche d’un consensus ne sont pas dans les pratiques normales de l’exécutif et des administrations.

17Dans ce type de pratique politique, le rôle des lobbys est par ailleurs toujours déterminant : incapable de maîtriser une situation, l’exécutif et l’administration responsable s’en remettent à l’un de ceux qui se présentent comme seul capable de formuler une expertise, l’objectif optimum étant de présenter celle-ci comme d’intérêt général et sans alternative possible.

18La réforme de l’archéologie préventive en 2001 est une caricature de ce qui vient d’être décrit, avec même une perfection rare : confier in fine le soin de la mettre en place au lobby même qui l’a conçue. Il était évident que les principaux représentants de ce lobby, après avoir fondé dans les années précédentes une large part de leur image de novateurs sur une critique virulente de l’action ou de l’inaction du seul ministère de la culture, se comporteraient immédiatement en co- gestionnaires du système avec celui-ci. Il est probable qu’il n’existe actuellement, dans aucun autre secteur des sciences humaines et sociales, une confusion aussi forte entre le rôle des intellectuels, qui est, entre autres choses, d’analyser le fonctionnement du système de recherche dans lequel ils évoluent et de faire des propositions, et celui des autorités de tutelle, qui est de gérer le système, mais aussi d’anticiper les problèmes. L’intérêt accru du politique envers l’archéologie depuis dix ans joue aussi un rôle très fort en poussant bon nombre d’archéologues à s’en tenir à un discours consensuel masquant des réalités complexes, mouvantes et parfois peu gratifiantes pour la discipline.

19L’évolution législative depuis 2001 n’a pas facilité les choses. La loi de 2003, en introduisant le principe de la concurrence dans un substrat d’esprit monopolistique tel qu’établi par la loi de 2001 n’a fait qu’augmenter les ambiguïtés du système. De cette première loi donnant à l’INRAP le monopole de l’archéologie préventive, il reste un état d’esprit qui parvient de moins en moins à masquer l’écartèlement de l’archéologie préventive entre deux tendances difficilement conciliables : d’un côté, la gestion et la protection du patrimoine archéologique menacé par les aménagements et de l’autre le développement d’une activité de recherche. La seconde n’est concevable que dans le cadre normal d’une politique de recherche, avec liberté d’initiative, programmation et financement selon des critères propres et autonomes. La première, par contre, est totalement dépendante d’une demande sociale, elle ne peut donc être programmée et, qu’on le veuille ou non, son objectif essentiel est, avant tout de rationnaliser les interventions de terrain et de maîtriser les délais et les coûts, la productivité scientifique n’étant pas la priorité des aménageurs qui financent et des organismes de contrôle, ici le ministère de la culture.

  • 4  Rapport d’information n°440 (2004 - 2005) de M. Yann Gaillard, fait au nom de la commission des fin (...)

20Avec de telles prémisses, toutes les conditions d’un échec étaient réunies. L’un des meilleurs spécialistes du secteur du patrimoine parmi les élus, le sénateur Yann Gaillard, a pu écrire à propos de la réforme de l’archéologie préventive en 2001 - 2003 « qu'une erreur stratégique avait sans doute été commise en 2001 lors de la création de l’INRAP, compendium du système français comprenant une mésentente entre ministères, des incompétences administratives, des impôts complexes, des contestations des collectivités territoriales et une révolte des personnels compétents »4.

Conclusion : une « fin de l’histoire » vite dépassée

  • 5  Jean Chapelot, « Archéologie (politique de l’) », Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des (...)

21Les conséquences directes ou indirectes de ce cadre législatif et institutionnel improvisé en 2000 dans l’urgence et sans aucune réflexion préalable sérieuse, puis celles de la réforme législative de 2003 guère plus réfléchie et tout autant improvisée, apparaissent crûment et pèsent sur la recherche archéologique5.

22À l’origine, parce qu’il était clair que les moyens financiers seraient limités, l’INRAP a été pensé comme une structure monopolistique et totalitaire au sens général du terme : ses promoteurs considéraient qu’il s’agissait d’une sorte de fin de l’histoire, l’organe suprême réunissant à terme l’ensemble des archéologues dans un Centre national de la recherche archéologique, selon le nom qui a été proposé à cette époque pour ce qui sera baptisé en 2002 Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

23Une telle conception d’une structure unique regroupant tous les archéologues reposait sur un présupposé idéologique, l’autonomie et l’unicité intellectuelles de l’archéologie toutes périodes confondues, mais il s’agissait aussi de régler des problèmes de fond comme le financement du système et la gestion du personnel. Pour une large part cette conception reposait sur une vision de l’archéologie caractéristique, dans les années 1980 - 1990, d’universitaires depuis longtemps coupés du terrain, presque tous sans aucune expérience personnelle de l’archéologie préventive et de ses contraintes d’exercice et qui adhéraient totalement au processus de réforme à la française défini ci-dessus.

24Cette utopie, dont il reste des traces dans certains esprits, a été détruite par la loi de 2003 mettant fin au monopole de l’INRAP et plus globalement par l’évolution de la discipline : dans les dix dernières années et pour des raisons variées s’est développé un processus de fragmentation de l’archéologie. Avec cet écartèlement de la discipline, c’est l’un des principaux fondements intellectuels de la loi sur l’archéologie préventive qui disparaît.

25Le système mis en place en 2001 - 2003 a permis de maîtriser ou de résoudre une grande partie des problèmes que posait depuis deux ou trois décennies l’archéologie préventive. Mais, mis en place dans l’urgence et l’improvisation, ce système est désormais en difficulté.

Des changements profonds des dispositifs d’intervention et de recherche depuis 2001 pour l’ensemble de l’archéologie

Le recul du préventif comme facteur de progrès

26L’une des explications du malaise récent d’une part des archéologues est le recul progressif du préventif comme facteur de progrès.

27Si dans les années 1960 - 1970 ce sont quelques fouilles programmées qui ont fondé une archéologie médiévale novatrice, dès la décennie suivante c’est l’archéologie préventive qui va faire progresser la discipline dans ses méthodes de travail et par l’apport massif de données originales. Depuis, la situation a changé pour deux raisons : un essoufflement intellectuel du préventif sensible de divers points de vue et le faible niveau de publication de ses résultats ; le développement et la publication de travaux de recherche originaux et importants issus de l’archéologie programmée.

28Au regard de la rapide et profonde évolution de l’archéologie dans les dix ou vingt dernières années, il est étonnant de constater la pauvreté de la réflexion et des publications dans un domaine pourtant essentiel comme l’évolution des pratiques de terrain en diagnostic comme en fouille préventive. Il devient urgent de faire le bilan de cette évolution pour des raisons de principe, mais aussi parce que plusieurs tendances inquiétantes ou régressives apparaissent dans le secteur du préventif. On peut évoquer ainsi une technicisation et une parcellarisation croissante du travail de terrain et post-fouille, une territorialisation mal maîtrisée des activités d’une partie des intervenants, un renfermement sur eux-mêmes de certains de ceux-ci.

  • 6  Jean - Paul Demoule, « Les archéologues d'aujourd'hui doivent être polyvalents », Propos recueilli (...)

29Pour résoudre des problèmes évidents de gestion de personnel, la tentation est grande de transformer en techniciens polyvalents les archéologues du préventif : c’est ce que souhaitait le président de l’INRAP dès 2002, c’est-à-dire avant même qu’apparaisse la concurrence mise en place par la loi de 20036. À cela vient s’ajouter un souci croissant de normalisation et de standardisation des modalités d’intervention et des coûts, avec des pratiques qui vont à l’encontre des principes fondamentaux de l’archéologie moderne, comme le traitement du matériel archéologique après la fouille par des personnels qui n’ont pas participé et parfois même pas vu celle-ci, ou par l’engagement sur le terrain de fouilleurs qui ignorent tout des faciès archéologiques locaux, par exemple les types de céramiques, et qui parfois, y compris pour des responsables d’opération, ne sont pas spécialistes des périodes concernées. 

30Certaines formes de territorialisation de l’archéologie préventive renforcent les tendances précédentes. Il est évident que pour une part des fouilleurs il est souhaitable de n’intervenir que dans un rayon réduit autour de leurs lieux de résidences, quitte à travailler sur tous types de sites de toutes époques.

31La technicisation croissante du travail de terrain et post - fouille est dans la logique d’une gestion purement financière de l’archéologie préventive où la première des obligations est de réaliser les opérations avec des délais et des coûts maîtrisés.

Les opérateurs agréés : de nouveaux intervenants qui perturbent le système

  • 7  La loi de 2003 prévoit que l’agrément en Conseil d’État n’est possible dans chacune des périodes é (...)

32Un autre élément perturbateur du système élaboré en 2000 - 2003 est la montée en puissance à partir de 2005 des services archéologiques de collectivités et plus récemment des sociétés privées : l’importance du phénomène est actuellement mal perçue, faute notamment de données statistiques mais il est lourd de conséquences. Il est nécessaire de présenter ce secteur parce qu’il concerne avant tout le Moyen Âge. En effet, presque tous les opérateurs qui sont agréés en 2010, soit 50 sur les 60 services de collectivités et 19 sur les 20 entreprises privées, le sont pour intervenir dans le domaine du Moyen Âge. Cette période est de loin celle sur laquelle travaillent le plus ce type d’intervenant avec ensuite l’Antiquité et l’époque moderne puis la protohistoire et l’époque contemporaine et enfin, très marginalement concernés, la préhistoire, le paléolithique et le néolithique7.

  • 8  Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouvelles de l’Arch (...)

33Les services de collectivités apparaissent dès les années 1970 et se multiplient dans les deux décennies suivantes, alors que l’apparition d’opérateurs constitués sous forme de sociétés privées remonte aux années 1990. Une circulaire de la ministre de la culture adressée en 1998 aux préfets de régions et leur demandant de donner l’exclusivité des marchés de fouilles préventives à l’AFAN, l’association qui a précédé l’INRAP, puis l’officialisation du monopole de cet institut par la loi de 2001, ont failli faire disparaître les quelques sociétés privées qui existaient alors et ont eu pour conséquence un tassement du nombre des services de collectivités. Après la loi de 2003 et à partir de 2005 de nouveaux services de collectivités et surtout des sociétés privées sont créés ou se développent8.

  • 9  D’après Thomas Vigreux, président de l'Association nationale pour l'archéologie des collectivités (...)

34Il est nécessaire de distinguer la nature de l’agrément. De par la loi de 2003, les opérateurs privés ne peuvent faire que des fouilles préventives, alors que les services de collectivités peuvent réaliser diagnostics et fouilles. Les services de collectivités qui ne sont pas agréés se cantonnent à l’établissement d’une carte archéologique ou à des activités d’animation et de valorisation. À la fin de 2009, il y avait 102 services archéologiques de collectivités territoriales, dont 58 agréés répartis dans 36 départements, avec un maillage fort dans certaines régions comme le Centre (7 services), l’Île-de-France (11 services), le Nord – Pas – de – Calais (10), la Picardie (9), PACA (16) et Rhône – Alpes (7), sept ou huit nouveaux services étant en train de se mettre en place fin 2009, ce développement se faisant essentiellement au niveau départemental ou dans le cadre de communautés de communes9. Une récente tendance est celle d’une demande d’agrément par les services qui ne le sont pas. En avril 2010, sur les 60 services de collectivités agréés 59 le sont pour réaliser des diagnostics et 52 des fouilles préventives.

35En cinq ans, la croissance du nombre d’opérateurs agréés a été forte. En 2004 - 2005, première année où des agréments sont accordés, il y avait 50 opérateurs (39 services archéologiques de collectivités et 11 sociétés privées). En juillet 2008, ils étaient 66, dont 49 services de collectivités et 17 entreprises privées. En avril 2010 ils sont 80 : 60 services de collectivités et 20 entreprises privées10. En cinq ans, on est donc passé de 50 à 80 opérateurs agréés qui ne sont pas forcément les mêmes qu’à l’origine puisque certains ont disparu ou que des regroupements ont été faits.

36La présentation de quelques services de collectivités ou sociétés privées est nécessaire pour rendre compte des évolutions de ces dernières années.

Les collectivités territoriales

  • 11  L’archéologie préventive, op. cit., p. 29.
    La redevance d’archéologie préventive (RAP) a été créée (...)

37Comme l’a déclaré, en novembre 2009, le président de l’association nationale pour l’archéologie des collectivités territoriales (ANACT), ces dernières ont désormais deux choix si elles veulent intervenir dans le domaine des diagnostics archéologiques : « Le premier choix est de prendre sur un territoire, pendant trois ans, l'ensemble des diagnostics propres à leurs territoires. Dès lors, elles touchent l'intégralité de la redevance d’archéologie préventive (RAP). Deuxième choix : sur un territoire donné, elles décident de ne couvrir qu'une partie des diagnostics et dès lors elles toucheront la RAP au prorata des diagnostics réalisés »11. Ces deux choix sont bien illustrés par le pôle archéologique interdépartemental rhénan (PAIR) et par la direction de l’archéologie préventive du Douaisis.

  • 12  Idem, p. 18.
  • 13  Idem, p. 18 - 19.
  • 14  Idem, p. 19.
  • 15  Idem, p. 20.
  • 16  Idem, p. 21.

38Le pôle archéologique interdépartemental rhénan, créé en 2006 par les conseils généraux du Haut - Rhin et du Bas - Rhin, regroupait à la fin de 2009 un total de 75 agents dont 45 spécifiquement affectés aux missions d’archéologie préventive12. À cette même date, le PAIR assurait la moitié des diagnostics réalisés en Alsace, soit 40 à 50 opérations par an pour 250 à 300 hectares et son action « a contribué de manière efficace - et c'était le souhait des élus - à une réduction des délais de mise en œuvre des opérations de diagnostic »13. Les diagnostics sur le linéaire de la deuxième tranche du TGV Est ont été faits pour moitié par le PAIR et l’INRAP qui ont été ensuite les seuls opérateurs qui ont répondu à l’appel d’offre de Réseau Ferré de France14. Le PAIR, l’INRAP et Antea, un opérateur privé, se partagent en Alsace les fouilles préventives à peu près également avec un tiers chacun, le PAIR étant cependant l’intervenant le plus actif15. La valorisation et la diffusion, « probablement un domaine d'excellence des collectivités parce qu'il y a ce souci de la proximité des territoires et des populations », sont particulièrement développées par le PAIR16.

39La direction de l’archéologie préventive de la communauté d’agglomération du Douaisis (Nord) illustre l’autre possibilité d’intervention des collectivités territoriales dans le domaine du préventif. Depuis janvier 2003, cette communauté d’agglomération, par le biais d’une convention cadre avec l’État, a dans ses compétences l’archéologie préventive. C’est donc cette direction qui, dans l’agglomération mais aussi dans le secteur historique de l’Ostrevent (un ancien pagus essentiellement localisé dans le Nord mais avec une petite part dans le Pas-de-Calais) et en collaboration avec les services de l’État qui restent seuls compétents pour délivrer les autorisations de fouille et contrôler les opérations en cours, assure la gestion et le suivi des permis de construire et de lotir, mais aussi des certificats d'urbanisme. Les diagnostics archéologiques sont faits par cette direction. Quand des fouilles préventives sont nécessaires, elle les réalise si l’aménageur est la communauté ou l’un de ses membres. Dans les autres cas, une concertation est organisée avec l’INRAP qui ordinairement laisse intervenir la communauté. Pour faire face à ses obligations, la direction de l'archéologie préventive dispose d’une équipe de 95 personnes (dont des céramologues, des archéoanthropologues, des archéozoologues, des topographes, des attachés de conservation et des restaurateurs) et depuis 2008 d'un laboratoire d'analyse et de caractérisation des matériaux.

  • 17  Idem, p. 28 ; Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouve (...)

40La création de services archéologiques de collectivités s’explique depuis l’origine et plus encore ces dernières années par la volonté de celles-ci de maîtriser la mise en œuvre des aménagements dans leurs territoires, notamment d’en prévoir le plus tôt et le mieux possible les coûts et d’évaluer les obstacles éventuels, surtout de maîtriser les délais d’intervention. Il existe souvent aussi un intérêt pour les retombées culturelles de ces opérations de terrain et la diffusion des résultats vers la population. Il n’est donc pas étonnant qu’apparaissent deux tendances dans les collectivités dotées de services archéologiques : certains de ceux - ci ne sont plus intégrés à la direction de la culture, mais à celle de l’aménagement17.

Les sociétés privées agréées18

  • 18  Une partie de l’information qui suit vient d’une enquête interne réalisée en mai 2010 auprès de se (...)

41La création et surtout le développement récent de sociétés privées est un phénomène encore mal perçu alors qu’il illustre très bien les changements profonds en quelques années dans la manière dont l’archéologie préventive a été intégrée par les aménageurs dans la programmation de leurs projets.

42En avril 2010, les vingt entreprises privées agréées se composaient de quatorze SARL (ou assimilées) françaises ou étrangères, quatre associations et deux archéologues libéraux spécialistes du bâti. Il est nécessaire, compte tenu de l’apparition récente de ces sociétés privées et de l’essor très rapide de leurs activités d’en préciser la nature.

43Il y a deux époques en ce qui concerne les sociétés privées : avant et après 2005. Dès les années 1990 ont été créées les premières sociétés privées qui se consacrent à la fouille, mais aussi à diverses autres activités, par exemple l’étude du bâti ou la valorisation du patrimoine : c’est cette diversification qui leur permettra de survivre à la période 1998 - 2005 en attendant qu’elles obtiennent à partir de décembre 2004 un agrément pour réaliser des fouilles préventives. Une autre catégorie de sociétés privées d’archéologie apparaît à partir de 2005 : cette fois il s’agit de sociétés qui se consacrent presque uniquement à la fouille.

44Il est intéressant de présenter quelques sociétés privées en commençant par trois des plus anciennes, fondées avant le vote de la loi de 2001.

  • 19  http://www.hades-archeologie.com/spip.php?rubrique3. En mai 2010, elle emploie 30 personnes en CDI (...)
  • 20  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologi (...)
  • 21  Carte des lieux de réalisations de fouilles préventives, d’études architecturales et des autres ét (...)
  • 22  Communication personnelle de Bernard Pousthomis.

45Né en 1994, Hades est le premier bureau d’études archéologiques créé en France. Il a été agréé le 2 mai 2005 au titre de la loi de 2003 pour conduire des fouilles préventives concernant l’Antiquité, le Moyen Âge et l’époque moderne, cet agrément ayant été étendu lors de son renouvellement en mai 2010 à la protohistoire à la suite du recrutement de deux responsables d’opération spécialistes des âges du bronze et du fer. Il réalise aussi l’analyse d’édifices anciens et la valorisation du patrimoine historique. L’organigramme de cette entreprise indique en mai 2010 qu’elle emploie 30 personnes19. Elle a rémunéré en 2009 en CDD et CDI un total de 40,5 équivalents temps plein20. Hades intervient à partir de quatre agences basées à Toulouse, Bordeaux, Narbonne et Clermont-Ferrand21. Dans ces derniers mois, deux nouvelles agences ont été créées à Grasse (Alpes-Maritimes) et Annecy (Haute Savoie), ce qui fait que cette société opère dans l’ensemble du sud de la France avec depuis quatre ans des interventions ponctuelles en Guadeloupe sur des sites de plantations, de couvents et de fortifications d’époque moderne22.

46En 1998 a été créée en Alsace Antea Archeologie, la deuxième société privée d’archéologie. Lors du renouvellement de son agrément en janvier 2010 elle a été habilitée à intervenir en fouille préventive sur une large période allant du néolithique à l’époque contemporaine. Son chiffre d’affaire en septembre 2008 était de 1 802 000 euros23. En 2010, l’effectif de ses salariés était de 31 personnes24. Antea réalise actuellement en Alsace environ un tiers des fouilles préventives, le pôle archéologique interdépartemental rhénan et l’INRAP se partageant à peu près également le reste25.

  • 26  Sur cette société, voir le témoignage de Luc Bernard, directeur des opérations d’Archéopole lors d (...)
  • 27  Dans ce cas il s’agit de l’UMR HALMA - IPEL de l'université de Lille  III et du programme collecti (...)

47Archeopole a été créé à Lille en 1999. Cette association s’est transformée en une société coopérative ouvrière de production à responsabilité limitée (SCOP ARL) qui a étendu ses activités en dehors de la métropole lilloise en Picardie et en Champagne-Ardenne26. Son agrément lui permet d’intervenir sur des sites allant de la protohistoire à l’époque moderne. Pour faire face à une forte croissance de ses activités, Archeopole est passé de cinq salariés au début de 2005 à un effectif moyen de 26 en 2007, de 55 équivalents temps plein en 2008 et de plus de 60 pour le premier trimestre 2009, dont 38 personnes en CDI. Comme c’est le cas pour toutes les sociétés privées d’archéologie, une part du personnel d’Archeopole publie des articles, participe à des colloques et à des projets scientifiques ou aux activités des UMR27.

48Pour en terminer avec les structures antérieures à 2001 il faut évoquer les associations qui emploient des salariés et organisent des fouilles préventives ou programmées : leur rôle est significatif en archéologie médiévale, notamment dans le domaine du bâti.

49L’une des plus originales de ces associations est l’amicale laïque de Carcassonne, fondée en 1907 et agréée en 2005 pour faire des fouilles préventives médiévales et modernes. Cette association a une vocation particulière : « mettre en commun les compétences d'archéologues, d'artisans, de professionnels du patrimoine et d'animateurs afin de mettre en valeur le patrimoine archéologique audois tout en dispensant une formation qualifiante dans le domaine de la restauration du patrimoine à des personnes en insertion recrutées par l'association […] dans une région qui est à la fois tournée vers le tourisme et touchée par le chômage »28. Cette association conduit des fouilles programmées, dont celle du site médiéval de Cabaret (Aude)29.

50On peut aussi citer l’association Atemporelle, créée à Parthenay (Deux-Sèvres) en 1998 avec pour objectif de favoriser la mise en valeur du patrimoine au sens large en accompagnant les aménageurs et gestionnaires de celui-ci par des études préalables, la formation, l’information et les conseils, en organisant des actions d'animation. Ses huit salariés sont des professionnels de l'étude scientifique, du bâti notamment, et de l'animation du patrimoine. Cette association a été agréée en 2008 pour faire des fouilles préventives d’époque médiévale et moderne et elle intervient sur le bâti30.

51Dans le domaine des associations le cas le plus intéressant est celui du Centre d'études médiévales Saint-Germain d’Auxerre (Yonne)31. C’est une structure associative créée en 1986 et totalement liée à l’Unité mixte de recherche 5594 du CNRS dont le programme de travail porte sur le bâti médiéval, essentiellement religieux et avant tout d’époque romane ou antérieure, mais aussi sur l’Église et la société médiévales, l’iconographie des peintures murales, le milieu urbain, etc. Son agrément pour les fouilles préventives date de janvier 2005 et porte uniquement sur les époques médiévale et moderne. Fort de cinq salariés de haut niveau, le CEM intervient avant tout en Bourgogne mais aussi sur demande ou à son initiative dans toute la France sur des monuments emblématiques comme le baptistère Saint - Jean à Poitiers ou l’église Notre - Dame sous Terre au Mont Saint - Michel32. Soutenu par les collectivités, le CEM a des activités en dehors des fouilles préventives. Il est par exemple prestataire de service en archéologie, notamment sur le bâti. Son activité est encadrée par un conseil scientifique international de haut niveau. Le Centre d’études médiévales montre une voie que d’autres équipes universitaires ou du CNRS sont actuellement tentées d’emprunter afin de valoriser leur expérience et leur compétence et de fournir à leurs étudiants une formation pratique de qualité. C’est une orientation que le CNRS et plus largement le ministère de la recherche encouragent chez les chercheurs en sciences exactes ou autres et qui doit s’appliquer  à l’archéologie.

52À partir de 2005 et surtout dans les deux ou trois dernières années apparaissent de nouvelles sociétés privées plus spécifiquement orientées vers l’archéologie préventive et parmi lesquelles on peut citer dans le Centre - Ouest et le Sud - Ouest Eveha, Archéosphère et Archéoloire.

  • 33  http://www.eveha.fr/fr/.
  • 34  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologi (...)

53Eveha est une société basée à Limoges et agréée en avril 2007 pour intervenir de la protohistoire à l’époque contemporaine et en particulier dans le domaine du bâti. La croissance de son activité est remarquable : en 2007, elle a été responsable de 6 fouilles préventives pour une durée totale de terrain d’environ 10 mois, en 2008 de 10 fouilles pour une durée totale de terrain d’environ 19 mois, en 2009 de 22 opérations pour une durée de 44 mois, sans parler d’une fouille en Oman en 2008 et 200933. En trois ans, Eveha est entrée dans le groupe des six plus grosses sociétés intervenant en France et ayant eu en 2009 un chiffre d’affaire supérieur à deux millions d’euros. Elle a rémunéré en 2009 en CDI et CDD un peu plus de 43 équivalents temps plein34.

54Archéosphère est un cas particulier. Cette SARL, fondée en 2005 par cinq archéologues issus des universités de Bordeaux, Nanterre et Rennes, est basée à Bordeaux avec une antenne à Reims. Agréée depuis décembre 2005 pour des interventions concernant l’anthropologie funéraire, de la préhistoire à l’époque contemporaine, elle intervient sur l’ensemble du territoire français35. Bien que travaillant dans un secteur défini, cette société a connu une croissance soutenue en l’espace de trois ans. Après une année 2006 déficitaire (avec 120 000 euros de chiffre d'affaires), l'entreprise a réussi à terminer 2007 en équilibre (200 000 euros de CA), avec 20 % de son activité consacrée à des fouilles préventives selon son gérant36. Comme pour d’autres sociétés privées, les fouilles préventives ne sont au départ qu’une part de son travail qui englobe aussi une activité de bureau d’étude. Mais la croissance dès 2008 du nombre de fouilles préventives prises en charge fait que celles-ci constituent désormais l’essentiel de son activité qui s’est développée : de deux salariés en CDI en 2006 et 2007, elle est passée à 5 en 2008. Dans le même temps, le nombre de CDD est passé de 14 en 2006 à 21 en 2007 et 72 en 200837. Son chiffre d’affaire a été de 1,8 million d’euros en 2009 avec 22 équivalents temps plein évalués à partir des CDI et CDD38.

55Archéoloire est l’une des toutes dernières entreprises apparues. Elle a été créée en septembre 2008 et agréé en mars 2009 pour intervenir sur les périodes de l’Antiquité et du Moyen Âge. Cette entreprise a été active seulement à partir de juin 2009 avec une équipe permanente de huit personnes et une dizaine de personnes en CDD. Basée à Guérande (Loire-Atlantique), elle affiche une volonté d’ancrage territorial en indiquant que son « secteur d'activité prioritaire est le littoral armoricain et nord poitevin, de la Vendée au Morbihan mais ArchéoLoire est susceptible d'intervenir également sur l'ensemble du bassin de Loire Bretagne, l'agrément ministériel portant sur l'ensemble du territoire national »39.

56Un phénomène intéressant dans le secteur des sociétés privées est l’installation en France de deux entreprises étrangères qui existent dans leurs pays respectifs depuis assez longtemps et qui ont donc une expérience importante.

57Oxford Archaeology est, selon son directeur général David Jennings une « charity », autrement dit une organisation éducative établie en Angleterre en 1973 pour promouvoir la recherche archéologique et l'éducation. Le concept français le plus proche de charity est peut-être l'association, mais il y a des différences significatives. Pour l'instant, il convient de souligner que notre objectif premier est social et non financier. Notre raison d'être est l'archéologie, pas le profit »40. Oxford Archaeology est à l’origine un service archéologique de collectivité supprimé dans le cadre de la politique du gouvernement anglais et qui a dû se reconvertir en société privée pour survivre. En 2005 avant son installation en France et l’absorption de Cambridge Archaeology en 2008 son chiffre d’affaire était de 12 millions d’euros41. L’agrément d’Oxford Archaeology, obtenu en mai 2006, lui permet d’intervenir du paléolithique (c’est l’un des très rares opérateurs agréés pour cette période) à l’époque contemporaine. Oxford Archaeology publie, anime un site Internet, intervient en Chine et en Turquie et a une activité d’éducation populaire. Elle employait à la fin de 2009 en Angleterre 350 personnes et à peu près 50 en France avec deux bureaux à Caen et Montpellier42. Son chiffre d’affaire en France a été de 2,918 millions d’euros en 200943.

58Archeodunum, qui se présente comme un « organisme de recherche scientifique et technique », est à l’origine une entreprise suisse Archeodunum S.A. créée en 1987 et installée en France sous le nom d’Archeodunum S.A.S. en 2007, avec, en janvier 2009, l’obtention d’un agrément pour prendre en charge des fouilles préventives concernant la protohistoire, l’Antiquité, le Moyen Âge et la période moderne. Cette société, qui intervient en France par le biais d’Archeodunum S.A. ou Archeodunum S.A.S., propose des prestations très variées qui vont de la fouille au travail de relevé et de dessin en passant par la topographie, les études architecturales et la palynologie44. Un aspect original de son activité est l’édition scientifique, avec la création d’un périodique Archeo Thema et la publication d’ouvrages de vulgarisation. Archeodunum a été la première structure à mettre en ligne dès 2007 ses rapports de fouille : 21 l’étaient en mai 2010, avec un accès libre, sans obligation de décliner son identité et de donner ses coordonnées contrairement à ce qu’exige Dolia, le système comparable ouvert par l’INRAP en octobre 2009. Basée dans le Rhône, cette entreprise est intervenue à ce jour en Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Franche Comté, Languedoc-Roussillon, PACA, Rhône - Alpes. En 2008, le chiffre d’affaire d’Archeodunum S.A.S. a été de 2 784 000 euros, avec un effectif de salariés qui a varié entre 10 et 1445. Cette même année 2008, cette société a réalisé la moitié des fouilles préventives en Rhône - Alpes46. En 2009, avec ses deux composantes suisse et française Archeodunum a réalisé en France 40 fouilles préventives pour un chiffre d’affaire d’un peu plus de 5,3 millions d’euros en employant un peu plus de 90 personnes en équivalent temps plein47. Frédéric Rossi, son président - directeur général est par ailleurs le président du syndicat national des professionnels de l’archéologie, créé le 6 mai 2009 lors d’une réunion au siège de cette entreprise. Ce syndicat regroupait alors huit sociétés parmi les principaux intervenants dans le domaine de l’archéologie préventive (Paleotime, Archeopole, Antea, Archeosphere, Hades, Oxford Archaeology, Archeodunum Suisse et Archeodunum France) et qui à cette date employaient plus de 300 personnes en France.

  • 48  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologi (...)

59Pour terminer, il faut préciser quelques aspects généraux de l’activité de ces sociétés privées48. Dix avaient en 2009 un chiffre d’affaire compris entre 1,8 et près de quatre millions d’euros, deux autres étant à 425 000 et 578 000 euros de chiffre d’affaire. Les dix sociétés les plus importantes ont un personnel en CDI ou CDD qui, en équivalent temps plein, a été en 2009 compris entre 21 et 64 emplois. En dehors de deux sociétés pour lesquelles les fouilles préventives ne représentent que 75 % du chiffre d’affaire, pour toutes les autres cette activité dépasse 87 % et est de 100 % pour quatre d’entre elles.

60Les sociétés privées qui interviennent actuellement en France, de par leurs origines, leurs statuts juridiques et la personnalité de leurs dirigeants et d’une part de leur personnel n’ont pas un profil d’entreprises à but lucratif. Elles ont toutes été fondées par des étudiants ou des archéologues salariés, de l’INRAP dans quelques cas, possédant un bon niveau universitaire et une expérience de terrain et c’est ce genre de personnes qu’elles recrutent en priorité.

61Presque toutes ces sociétés ont des activités pédagogiques, accueillent des étudiants pour participer à leur formation pratique, ont des relations institutionnalisées avec les chercheurs et les formations de recherche, notamment les UMR de leurs régions d’activité. Certaines, comme Hades et depuis longtemps, organisent des chantiers écoles.

Un poids et une crédibilité croissants

62Pour achever de comprendre ce que sont les opérateurs agréés, il faut évaluer le nombre de leurs interventions et celui de leurs salariés, ce qui reste actuellement un peu difficile, notamment en ce qui concerne les services de collectivités.

  • 49  Rapport au Parlement. Mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie (...)
  • 50  Rapport au Parlement. Mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie (...)

63Selon les estimations du ministère de la culture, les services archéologiques de collectivités auraient réalisé en 2005 un total de 75 diagnostics (0,69 % des surfaces diagnostiquées) et 40 fouilles, contre une évaluation de 219 fouilles réalisées par l’INRAP cette même année49. Il est indiqué dans ce rapport qu’en ce qui concerne les fouilles préventives la stagnation de 2004 à 2005 du nombre d’opérations et des surfaces concernées « indique peut-être que les services archéologiques de collectivités, dans leur configuration actuelle, ont atteint les limites de leurs capacités d’intervention »50.

  • 51  Idem, t. , p. 84.

64Pour les onze entreprises privées agréées en 2005, l’intervention dans le domaine des seules fouilles préventives, cette même année, est rapportée dans le bilan destiné au Parlement et rédigé l’année suivante sans indications chiffrées et avec le commentaire suivant : « Les opérateurs privés actuellement agréés sont tous des structures de taille réduite et aucun ne dispose de moyens d’intervention importants (personnel, matériel…). Tous se concentrent soit sur une zone géographique restreinte, soit sur des thématiques scientifiques précises. Ils ne sont donc pas encore en capacité d’assurer simultanément plusieurs fouilles ou des fouilles de grande ampleur »51.

65Les évaluations précédentes n’ont guère de signification puisque 2005 a été pratiquement la première année d’agrément au titre de la loi de 2003 et de quelques sociétés ou services de collectivités seulement. La plupart des opérateurs agréés actifs en 2010 ne l’ont été qu’en 2006 ou plus récemment encore.

66Nous n’avons ensuite plus guère de données chiffrées nous permettant de suivre l’évolution des activités de terrain des opérateurs agréés, mais quelques observations permettent de se faire une idée de la situation actuelle.

  • 52  Il manque les données de huit entreprises qui sont toutes, sauf une, de petite ou très petite tail (...)
  • 53  Rapport d’activités Inrap 2008, p. 12 et 79.

67L’enquête faite en mai 2010 par le Syndicat national des professionnels de l’archéologie montre qu’en 2009 les douze sociétés privées agréées qui ont transmis des informations et qui sont les plus importantes ont réalisé 127 fouilles préventives pour un total d’un peu plus de 24 millions d’euros52. Faute d’avoir les mêmes informations chiffrées en ce qui concernent les services archéologiques de collectivités, il n’est pas possible d’estimer ce que cela représente par rapport au total des fouilles préventives faites en France cette année là. Mais il faut rappeler qu’en 2008, dernière année pour laquelle des chiffres sont publics, l’INRAP a réalisé 251 fouilles préventives avec une recette totale de 75 millions d’euros53. Si l’on compare le coût moyen d’une fouille préventive, il est de 189 000 euros pour les sociétés privées et de 298 000 euros pour l’INRAP.

68À partir des informations actuellement réunies et dont certaines sont présentées ci - dessus, on peut estimer que les opérateurs agréés ont réalisé en 2009 - 2010 autour de la moitié des fouilles préventives et, pour les services de collectivités, une part importante et croissante mais à préciser des diagnostics, notamment les plus rentables, en milieu rural non stratifié. La situation est très variable d’une région à l’autre, en fonction en particulier de la politique des collectivités. Dans des régions comme le Nord ou l’Alsace, les services de collectivités, les entreprises privées et l’INRAP ont chacun la responsabilité d’un tiers des diagnostics et fouilles préventives. Dans d’autres régions, près de la moitié des fouilles préventives est réalisée par des opérateurs agréés, par exemple Archeodunum en Rhône - Alpes. Dans l’agglomération de Montpellier, où il n’existe pas de service archéologique de collectivité, 16 fouilles préventives ont été organisées dans les cinq années 2005 - 2009 : sept ont été prises en charge par l’INRAP et neuf par quatre entreprises privées qui ont reçu 41 % du financement total.

69L’importance du personnel des opérateurs agréés est une autre donnée importante.

  • 54  Nous avons vu plus haut qu’en mai 2009 les huit sociétés qui ont créé le syndicat national des pro (...)
  • 55  Il manque, rappelons- le, les données pour huit petites entreprises ou associations, soit de l’ord (...)

70En 2009, il était considéré qu’au total les sociétés privées rémunéraient de 350 à 400 équivalents temps plein54. Cette évaluation est confirmée par l’enquête de mai 2010 du syndicat national des professionnels de l’archéologie : elle indique que les douze entreprises qui ont fourni des données ont rémunéré en 2009 l’équivalent de 381 emplois à temps plein, pour un peu moins des deux tiers en CDI et pour le reste en CDD55.

  • 56  Bruno Dufaÿ, « l’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouvelles de l’Arch (...)

71Le personnel permanent des services archéologiques de collectivités agréés ou non doit se situer entre 700 et 80056. Pour connaître l’apport des collectivités à tous les aspects de l’archéologie, il faudrait aussi tenir compte des musées et de tous ceux qui travaillent dans le secteur du patrimoine, par exemple comme médiateur auprès des publics scolaires et autres. Si l’on se cantonne à ceux qui interviennent dans le seul domaine de l’archéologie préventive, il faut, au personnel des services archéologiques de collectivités agréés, soit les trois quart des salariés de ce type de services, c’est-à-dire de 525 à 600 personnes, ajouter les engagements en contrats à durée déterminée qui sont nombreux lors de grosses opérations.

  • 57  Le 25 novembre 2009, Michel Clément, directeur de l’architecture et du patrimoine, donnait une éva (...)
  • 58  Rapport d’activités Inrap pour 2008, p. 83. Lors de la table ronde organisée par le Sénat le 25 no (...)

72En conclusion, le personnel des opérateurs agréés doit être au début de 2010 de l’ordre de 900 à 1 000 équivalents temps plein (plus les CDD employés par les services de collectivités)57. Il est à comparer à celui de l’INRAP qui était en 2008, avec dans ce cas l’équivalent temps plein des contrats à durée déterminée, de 2 090 personnes, dont 1 768 dans le secteur opérationnel scientifique et technique et de 322 dans le secteur fonctionnel administratif et financier58.

73Les opérateurs agréés doivent prendre en charge au moins un tiers des opérations d’archéologie préventive. Sociétés privées et surtout services de collectivités, ils consacrent une part de leur activité à un travail de bureau d’études, de mise en valeur, notamment du bâti, de conseil aux collectivités ou à des particuliers. Ils sont pratiquement les seuls à faire ce métier. Leur poids dans l’étude du bâti est important, probablement même majoritaire. Ils réalisent une part croissante des diagnostics et des fouilles, recrutent de plus en plus souvent des chercheurs de qualité bien insérés dans le tissu scientifique de l’archéologie médiévale et sont devenus pour un grand nombre d’entre eux des structures de recherche productives.

74Dans les années à venir et pour diverses raisons leur personnel va probablement continuer de croître.

  • 59  Dans un communiqué du 4 mai 2010, le ministre de la culture et de la communication a annoncé que J (...)
  • 60  Paul Iogna – Prat, Le patrimoine culturel entre le national et le local : chances et limites de la (...)

75L’évolution du statut des collectivités, avec à terme d’éventuels transferts de compétence de l’État dans certains domaines, dont l’archéologie, peut modifier la donne à court terme et avoir pour conséquence la création de services nouveaux et l’accroissement des moyens de ceux qui existent déjà59. Il semble en effet peu probable que perdure dans le domaine de l’archéologie préventive la répartition des tâches entre l’État et les collectivités telle qu’elle a été définie par la loi de 200360.

  • 61  Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », op. cit.

76Même sans transfert de compétence de l’État, certaines collectivités vont développer leurs services archéologiques pour des raisons que Bruno Dufaÿ a bien résumées : « L’action de leurs services est d’abord pensée comme une aide au développement économique par la mise à la disposition des grands aménageurs (le plus souvent publics ou semi-publics, outre les collectivités elles-mêmes) d’un outil voulu plus réactif que l’INRAP »61. Sans doute, les collectivités, plus soucieuses que d’autres financeurs de la valorisation du résultat des fouilles préventives, estimeront que leurs services archéologiques, bien intégrés dans le tissu culturel local, sont en situation de conduire une action efficace et permanente dans ce domaine.

77Quand on regarde la localisation des services de collectivités actuellement existants, avec des absences totales en Champagne - Ardennes, Limousin, Auvergne, Corse et Midi - Pyrénées, une présence faible en Bretagne, Bourgogne, Franche - Comté, Lorraine, Poitou - Charentes, Pays de la Loire et Haute - Normandie ou très ponctuelle en Rhône - Alpes et en Aquitaine, on voit qu’il existe un potentiel de développement de ce genre de structures. Il en est de même pour les sociétés privées : plusieurs se sont installées récemment dans des régions dépourvues de services archéologiques de collectivités, notamment départementaux, mais elle restent pratiquement absentes ou très peu présentes dans les trois régions où l’archéologie préventive est la plus active actuellement et qui sont l’Île - de - France, le Centre et Champagne-Ardenne ainsi que dans des régions où l’archéologie préventive est moins développée comme la Haute - Normandie, la Franche - Comté, la Lorraine, la Corse, la Bourgogne, etc. La présence ou l’absence de services de collectivités et de sociétés privées est, avec la localisation des implantations de l’INRAP et des équipes universitaires et du CNRS et des UMR, une des données importantes de la territorialisation croissante et souhaitable de l’archéologie française. Nous verrons plus bas ce problème.

Une réaction compréhensible mais problématique de l’INRAP

78La concurrence accrue des opérateurs agréés a diverses conséquences pour l’INRAP. La première est une diminution d’activité, la seconde le malaise d’une part de son personnel.

  • 62  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle ou comment changer d’ép (...)

79La baisse du nombre d'opérations archéologiques de terrain réalisées en France commence dès 1999 - 2000. Ce phénomène général, perceptible de multiples manières, est bien marqué par les bilans annuels d’activités de l’INRAP pour les cinq ou six dernières années : le total des diagnostics et fouilles préventives conduits par l’INRAP était en 2004, 2005 et 2006 de près de 2 300 : il tombe à 2 085 en 2007 et à 1 703 en 2008 soit en deux ans une régression de 25 % que l’on retrouve, mais moins marquée, avec les surfaces concernées qui ont baissé de 10 % de 2004 à 200862. Pour une part sans doute déterminante, cette chute s’explique par la montée en puissance des opérateurs agréés dans les deux ou trois dernières années.

80Le poids croissant de la concurrence explique le malaise grandissant d’une part des personnels de l’INRAP qui voient leur échapper certaines fouilles préventives intéressantes, qui font suite aux diagnostics qu’ils ont réalisés. Quelques éléments symboliques montrent d’autres aspects de ce malaise. Ainsi les interventions publiques de certains des salariés de l’INRAP se présentant comme archéologue ou comme chargé de recherche et non comme ingénieur chargé de recherche, selon l’intitulé officiel, ou la signalétique qui donne chantiers, véhicules et locaux comme travaillant à une « Recherche archéologique » qui n’est jamais dite préventive.

81Il est normal que l’INRAP réagisse face à une évolution qui ne peut manquer de poser divers problèmes, mais une circulaire de sa direction, intitulée « La place de l’INRAP dans le système concurrentiel » et adressée le 20 novembre 2009 à l’ensemble du personnel définit une politique qui ne peut que mettre celui ci en situation délicate vis à vis d’une large part de la communauté des archéologues63. Consigne est donnée de ne plus avoir de relations avec le secteur concurrentiel, celui-ci étant limité aux seules entreprises privées : une distinction est faite ainsi avec les services archéologiques de collectivités qui sont pourtant en concurrence souvent frontale avec l’INRAP.

82Une telle politique, si elle devait s’établir, mettrait en cause des principes généraux et un aspect du système français d’archéologie préventive défini par les lois de 2001 et 2003 et tel qu’il existait parfois dans certaines régions bien avant celles - ci comme en Alsace et en Midi - Pyrénées. Entrer dans des affrontements de ce genre n’a pas de limites, jusqu’aux pressions directes sur le personnel des services régionaux de l’archéologie pour qu’il privilégie le « service public » dans sa mission de prescription.

83À partir du moment où une part du personnel de l’INRAP et des opérateurs agréés (collectivités territoriales et entreprises privées) participe aux mêmes séminaires universitaires, est membre des mêmes UMR, intervient dans les mêmes congrès, le refus de contact avec les entreprises privées n’a guère de sens et est problématique pour tout le monde et d’abord pour les personnels de l’INRAP. Il ne peut que conduire à des conflits mettant en difficulté l’ensemble des archéologues, sans parler de leurs tutelles administratives qui vont devoir gérer des tentatives d’ostracisme qui apparaissent depuis quelques mois un peu partout en France à propos de participations conjointes à des UMR, des séminaires universitaires, des réunions diverses. On voit mal comment les personnels d’établissements publics de recherche comme les universités et le CNRS pourront suivre l’INRAP sur ce terrain et refuser de collaborer avec des entreprises privées qui les sollicitent ou les associent à leur travail de recherche. Et cela d’autant plus qu’un nombre croissant de leurs étudiants est salarié de ces entreprises privées.

  • 64  On retrouve le contenu de cette circulaire dans l’intervention de Nicole Pot, directrice générale (...)
  • 65  On retrouve le contenu de cette circulaire dans l’intervention de Nicole Pot, directrice générale (...)

84La circulaire du 20 novembre 2009 définit la nature et la fonction de l’INRAP64. Elle indique que la loi du 17 janvier 2001 a fait de l’INRAP un « établissement public national de recherche » ayant « une mission générale de synthèse et donc de publication à partir des résultats des travaux de l’ensemble des opérateurs » et que cet institut a une vocation « d’instrument d’une politique de recherche archéologique » avec la responsabilité d’une chaîne originale qui va « de la recherche de terrain […], à l’exploitation des données issues de ces travaux, jusqu’à la communication scientifique, la diffusion vers le grand public et le concours à l’enseignement et à la valorisation de l’archéologie ». Nous sommes devant un double problème : une lecture discutable des textes et une présentation du rôle de cet établissement public administratif, qui pour une part ne lui appartient pas65. Jamais des établissements publics de recherche, généralistes comme le CNRS, ou spécialisés comme l’INSERM ou l’INRA n’exprimeraient ce genre d’ambitions qui relèvent pour une part des compétences de leurs autorités de tutelle.

  • 66  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle ou comment changer d’ép (...)

85Le paradoxe est que c’est avec une part de la subvention annuelle du ministère de la culture et de la communication que l’INRAP développe une politique de valorisation, de communication et de recherche dans laquelle il veut intégrer l’ensemble de l’archéologie française. Le déficit structurel de l’INRAP et l’obligation qui lui est faite de distinguer dans son budget et le financement de ses activités ce qui lui vient de la redevance d’archéologie préventive et ce qu’il reçoit des fouilles préventives fait que le ministère doit subventionner très fortement chaque année cet institut : au total 65 millions d’euros pour les cinq années 2004 - 2008 dont une part au profit des activités de recherche, de valorisation et de communication de l’INRAP66. Il est évident que de telles sommes sont accordées au détriment du financement par le ministère de ce qui relève de ses compétences telles qu’elles sont définies par les textes, par exemple les fouilles programmées, l’aide aux publications, les projets collectifs de recherche, la valorisation. Un autre paradoxe, qui prolonge le précédent, est que la législation de l’archéologie préventive et la création de l’INRAP coûtent très cher au ministère, alors que cette législation avait pour objectif de faire payer, sur le principe pollueur-payeur, le coût de cette archéologie par les aménageurs.

86Il faut naturellement faire la part des choses : l’expression des ambitions de la direction de l’INRAP dans cette circulaire du 20 novembre 2009 est très largement un effet d’annonce, mais il est révélateur d’un malaise.

Conclusion : l’archéologie n’est plus ce qu’elle était …

  • 67  Idem qui présente un tableau fouillé de la situation actuelle de l’archéologie médiévale repris tr (...)

87Le système mis en place à partir de 2001 l’a été sans aucune réflexion sérieuse sur les effets de sa dynamique sur les intervenants déjà en place ou sur les politiques de décentralisation et de déconcentration qui se développaient pourtant à la même époque. Son fonctionnement est de plus en plus problématique. Dix ans plus tard, les faits sont brutaux et incontournables : la protection du patrimoine archéologique ne se développe guère, de même que l’étude du bâti ancien lors des opérations de réhabilitations urbaines. Dans les deux cas, c’est faute d’un cadre législatif mieux adapté dont la création a été refusée par le gouvernement lors de l’élaboration de la loi sur l’archéologie préventive en 2000. La réalisation de la carte archéologique, pourtant affirmée comme une priorité lors des débats parlementaires de 2000 et 2003, n’avance guère et la productivité scientifique de l’archéologie est assez faible67.

88Les conséquences de l’évolution à moyen terme du système établi en 2001 - 2003 n’ont pas été examinées, par exemple la gestion des carrières du personnel engagé dans l’archéologie préventive, tout particulièrement ceux qui ont créé celle - ci dans les années quatre - vingt dix. Arrivés aujourd’hui à mi - chemin de leur carrière, il va s’agir désormais de gérer celle - ci en considérant qu’il sera de plus en plus difficile qu’ils consacrent leurs vingt prochaines années à passer de diagnostic en diagnostic sur des sites de nature et d’époques variées et à l’intérieur de l’ensemble d’une région. Par ailleurs, les thématiques et les expériences de terrain que porte cette génération d’archéologues du préventif doivent se traduire par des publications, dont la sortie rapide est essentielle pour le progrès de la discipline, et par le passage de ces thèmes de recherche dans l’enseignement universitaire.

89Malheureusement, l’introduction d’une souplesse dans l’ensemble du système archéologique, les passages d’une structure à l’autre, très limités à ce jour, resteront dans l’avenir tout aussi réduits : une part très faible du personnel de l’INRAP possède les diplômes lui permettant certaines mobilités et par ailleurs ses conditions quotidiennes de travail ne favorisent pas les publications et donc la constitution de dossiers rendant possibles de telles mobilités. Une politique de validation des acquis, souhaitée par la direction de l’INRAP dans sa circulaire du 20 novembre 2009, ne résoudra que très partiellement ce problème, qui dépend avant tout de la mise en œuvre d’une politique volontariste, mais aussi réaliste de la part de l’ensemble des institutions concernées.

90La communauté scientifique se doit de tirer certaines conclusions de l’évolution de ces dix dernières années : nous avons changé d’époque.

91Le volume d’ensemble des activités de terrain a augmenté en dix ans, mais l’essentiel de cette activité relève de l’archéologie préventive constituée pour quatre cinquièmes de diagnostics dont les résultats ne sont que rarement publiés et qui pour une part sont « négatifs », un sur quatre seulement de ces diagnostics étant par ailleurs suivi d’une fouille préventive. La majorité des opérations de terrain se réduit donc à une évaluation de l’état du sous-sol archéologique avant des travaux d’aménagement. Cela ne veut par dire que ces opérations sont sans intérêt, mais elles ne constituent pas un élément essentiel de progrès de la recherche archéologique et cela d’autant plus que l’immense majorité de ces diagnostics est suivie au mieux de la publication d’une courte notice de compte rendu.

92Une autre donnée fondamentale dont il faut désormais tenir compte est le changement profond des métiers de l’archéologie. En dehors des universitaires et des chercheurs du CNRS, la grande masse des archéologues français travaille avant tout sur le préventif, c’est-à-dire dans des conditions particulières qui sont les mêmes quels que soient leurs statuts, notamment l’instabilité quant aux thèmes et aux lieux de fouille et de fortes contraintes d’emploi du temps. Le double défi de l’archéologie dans les prochaines années est d’arriver à développer une politique de recherche archéologique dans de telles conditions et à faire vivre en harmonie une communauté scientifique fragmentée. Cela suppose d’autant plus d’attention et de réflexion qu’un certain nombre d’handicaps pèsent sur l’archéologie médiévale.

Les handicaps de l’archéologie médiévale

L’absence croissante d’information sur les activités de terrain

93Divers dysfonctionnements généraux sont aujourd’hui évidents et handicapent l’archéologie médiévale. Le premier est une difficulté croissante d’évaluation et même de simple connaissance de ce qui se fait sur le terrain et au delà de celui-ci. Le second est lié au précédent, mais est aussi la conséquence directe de l’absence d’une réflexion en 2000 puis en 2003 sur les objectifs à atteindre et sur les effets prévisibles à court et moyen termes du système nouveau sur l’ensemble du dispositif archéologique français ou sur les problèmes de fond que pose un financement des diagnostics et des fouilles préventives à l’acte et par les maîtres d’ouvrage en opposition à un financement par prélèvement sur l’ensemble de l’activité d’aménagement du territoire.

  • 68  Rapport d’activités INRAP 2008, Paris, 2009, p. 64 et p. 10 - 11.

94Dans une conjoncture budgétaire et de recrutement très difficile depuis des années, les services régionaux de l’archéologie, surchargés de tâches de suivi et de contrôle de l’archéologie préventive, peuvent difficilement assumer l’ensemble de leurs responsabilités qui englobent aussi le développement de la recherche. L’administration centrale s’en remet de plus en plus à l’INRAP pour assumer une part des tâches qui relèvent de ses compétences, comme la mise à disposition du public des rapports de fouille68, la communication sur les résultats du travail de terrain, la valorisation de ceux-ci et la collecte de données statistiques et d’information.

  • 69  La recherche archéologique en France 1985 - 1989, Paris, Ministère de la Culture, 1990, 288 p. ill (...)
  • 70  La recherche archéologique en France : bilan 1995 - 1999 du Conseil national de la recherche arché (...)

95Le Conseil supérieur de la recherche archéologique puis le Conseil national de la recherche archéologique (CNRA) qui l’a remplacé et qui sont en charge de conseiller le ministre de la culture ont publié deux bilans conséquents pour les années 1985 - 1989 puis 1990 - 199469. Depuis, nous n’avons plus rien qu’un bilan pour les années 1995 - 1999, publié en 2002 et dont l’indigence, tout spécialement en ce qui concerne le Moyen Âge, est remarquable70.

  • 71  Le tome I, en 97 pages, analyse avant tout les conditions de mise en œuvre de la loi et ne contien (...)
  • 72  Rapport au Parlement 2006, op. cit., t. II , p. 17 - 22.

96Le bilan de la mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 sur l’archéologie préventive demandé par le Parlement lors du vote de la loi de 2003 a été réalisé par le ministère de la culture et de la communication en 200671 : il ne consacre que deux pages à l’Antiquité et au haut Moyen Âge et rien au Moyen Âge sinon quelques lignes dans un texte sur l’archéologie funéraire72.

97L’édition annuelle de bilans scientifiques par chaque service régional de l’archéologie, entreprise en 1991, marque le pas depuis plus de dix ans : de 2000 à 2008, il n’a été publié que la moitié des 198 bilans qui auraient dû l’être par les 22 régions métropolitaines73. Une région n’a rien publié de ce genre depuis 1998 et trois depuis 1999.

98Le projet du ministère de la culture et de la communication de constitution d’une base de données en ligne appelée Archéologie de la France-Informations et recensant toutes les opérations de terrain n’avance guère : après plus de dix ans de mise en œuvre le serveur, qui contenait dans sa version expérimentale fin 2000 un total de 500 notices issues des Bilans scientifiques régionaux imprimés de quelques régions de France, en proposait fin 2009 moins de deux mille, c’est-à-dire moins que le nombre d’opérations de terrain autorisées chaque année toutes périodes confondues74.

  • 75  Direction régionale des affaires culturelles Alsace. Service régional de l’archéologie, Bilan scie (...)
  • 76  Commissions interrégionales de la recherche archéologique. Bilan du mandat 2003 - 2006. t. 4 : Int (...)

99La circulaire de l’administration centrale de la culture du 1er juin 2004 demandant la rédaction de bilans décennaux de la recherche archéologique ou le décret du 11 mai 2007 officialisant le principe de la rédaction de bilans de fin de mandat par les CIRA, n’ont guère été suivies d’effet : au début de 2010, il n’existait dans le secteur de l’archéologie médiévale que trois bilans décennaux 1995 - 2004 pour les régions Alsace, PACA et Rhône - Alpes75 sur les vingt deux régions métropolitaines et cinq bilans de fin de mandat 2003 - 2006 d’inter - régions sur les six CIRA de la France métropolitaine (celles de l’Est, de l’Ouest, du Sud - Est, du Sud - Ouest et du Centre - Est)76.

100Les Annuaires des opérations de terrain, édités chaque année par le Centre national d’archéologie urbaine (CNAU) depuis 1985 et qui étaient les seuls outils documentaires nationaux détaillés paraissant régulièrement risquent de disparaître avec cette structure créée en 1984 à Tours et supprimée en 2009 par le ministère de la culture et de la communication.

101Inutile de dire qu’il est dans ces conditions très difficile de faire un bilan des opérations intéressant l’archéologie médiévale et organisées dans les dix dernières années. Or ces années ont été celles d’une évolution profonde de la nature et de la localisation des opérations de terrain dans le domaine de l’archéologie préventive : les opérations, en cœur urbain, caractéristiques des années 1980 - 1990, sont en forte régression alors que celles ouvertes en périphérie des villes sont nombreuses, sans qu’il soit possible de dire dans quelle région et autour de quelles sortes de villes, grandes, petites ou moyennes. La croissance de la part des opérations en milieu rural, par opposition à une archéologie préventive avant tout urbaine dans les décennies 1980 - 1990, est un fait évident, mais on ne peut guère aller plus avant dans l’analyse des contrastes entre les régions ou à l’intérieur de celles - ci. Plus généralement, très peu de travaux de réflexion publiés permettent de faire le point sur les réussites et les échecs ou les limites des techniques de diagnostic ou de fouille mises en œuvre depuis dix ou quinze ans dans le domaine du préventif. Les exemples de cette avancée à l’aveugle dans les dix dernières années pourraient être multipliés : il est évident qu’une telle situation n’est pas saine.

102Dans la situation actuelle de l’archéologie médiévale, caractérisée par un grand nombre d’opérations et une masse documentaire brute dont le volume est important, il est essentiel de pouvoir apprécier la représentativité régionale, chronologique, thématique des observations qui sont faites chaque année. Seule une connaissance de ce genre peut permettre de fonder avec une certaine fiabilité un travail de synthèse national ou interrégional conduit sur un sujet quelconque.

  • 77  Rapport d’activités INRAP 2004, Paris, 2006 ; Rapport d’activités INRAP 2005, Paris, 2006 ; Rappor (...)

103Les seules indications qu’il est possible de réunir sur l’archéologie telle qu’elle se pratique chaque année sont celles que l’on peut trouver dans les rapports annuels d’activité de l’INRAP77, ce qui ne fait qu’accentuer l’impression d’un rôle essentiel de cet institut dans l’archéologie française. Cette impression est renforcée par la politique de communication de l’INRAP.

Une politique de communication indispensable mais aux effets pervers

  • 78  « Programme scientifique 2010 de l’INRAP » approuvé par le conseil d’administration du 24 novembre (...)

104La mise en place d’une politique de valorisation et de communication au bénéfice de l’archéologie est une donnée nouvelle avec, une fois de plus, ses aspects positifs et négatifs. Une telle politique, qui n’existait pratiquement pas il y a dix ans, était une nécessité parce que l’archéologie est une discipline dans le siècle, qui mobilise d’une manière constante et imprévisible des terrains et des moyens financiers appartenant à des particuliers, des collectivités, des entreprises et qui a donc besoin d’un consensus social pour exister. Le ministère de la culture n’a jamais été en situation de mener une telle politique, le CNRS n’intervient que ponctuellement dans ce domaine et les universités sont dépendantes d’initiatives individuelles. La création de l’INRAP a considérablement changé la donne avec le recrutement en nombre de personnels spécialisés et la mise en place d’une politique déterminée dotée de moyens financiers importants. Les résultats peuvent se voir régulièrement dans tous les médias, au point que l’on peut dire qu’à l’INRAP la valorisation est probablement mieux traitée que la recherche et produit incontestablement plus de résultats tangibles. Il faut souligner à ce propos, comme l’indique le compte-rendu du conseil d’administration de l’INRAP du 24 novembre 2009, que la part des crédits affectés à la recherche n’a cessé de baisser depuis 2005 pour représenter en 2009 un total de 6,2 % du budget annuel78.

105L’indéniable et croissant intérêt des médias et du grand public pour l’archéologie explique pour une part le développement de cette politique de communication sans équivalent dans le cas d’autres disciplines du secteur des sciences humaines et sociales.

106Mais cette politique a aussi des aspects négatifs. L’un des risques est qu’elle soit utilisée pour résoudre une part des problèmes de l’INRAP, comme asseoir sa légitimité ou masquer les difficultés existentielles croissantes d’une part de son personnel. Une des conséquences négatives de cette politique de communication est qu’elle ne peut se faire qu’en déformant ce qu’est réellement l’archéologie, l’étude du quotidien, du commun, de l’usuel, car la communication est faite systématiquement sur l’exceptionnel, le plus rare, le plus ancien, le premier, le plus riche... Les fouilles médiévales, pour ne parler que d’elles, produisent très rarement de l’exceptionnel, des trésors, des ossements qui révolutionnent nos connaissances... Une communication de qualité sur l’archéologie médiévale n’est possible que si une problématique de recherche existe avant la fouille et peut être exposée au public afin de légitimer l’opération de terrain et mettre en perspective ses résultats : il est, quasiment par nature pourrait-on dire, difficile de procéder ainsi dans le cas des fouilles préventives.

107Une autre conséquence négative de cette politique de communication et de valorisation est de générer, comme toute publicité, le conformisme intellectuel. Et cela est d’autant plus grave que le faible nombre de publications, monographiques ou de synthèse, et l’absence de débat intellectuel sérieux sur la nature de la discipline et ses évolutions récentes ne permettent pas la circulation des idées, le progrès de la réflexion et la valorisation des chercheurs authentiques face aux fouilleurs inventeurs des trésors et merveilles d’exception qui sont le pain quotidien des chargés de communication et des médias.

108Il est évident aussi que la politique de communication de l’INRAP, par sa lettre d’information diffusée par Internet et son activité générale, entretient une confusion entre ce que cet institut réalise et les opérations auxquelles il se contente de participer, parfois très modestement. C’est ainsi que nombre d’opérations archéologiques conduites par des chercheurs du CNRS, des universitaires ou même des associations se trouvent de fait portées au crédit de l’INRAP. L’activité dans le domaine de l’archéologie du CNRS et des Universités ou des services de collectivités est ainsi partiellement estompée, ce qui fragilise cette discipline dans ces organismes.

109Il faut aussi évoquer un dernier aspect pervers d’une sur-communication sur l’archéologie préventive : mettre en valeur des opérations importantes pour l’histoire d’une ville ou d’un territoire alors que dans des délais raisonnables la plupart de ces découvertes ne seront ni publiées ni présentées d’une manière permanente au public. L’intérêt croissant des élus pour l’archéologie et l’existence dans les collectivités d’outils culturels comme les musées suscitent forcément des interrogations sur l’intérêt et les retombées à terme de certaines opérations d’archéologie préventive.

110La médiatisation a aussi des conséquences sectorielles graves. Il y a depuis quelques années une survalorisation médiatique de certaines fouilles qui concernent les époques moderne et contemporaine. Il n’est pas question de refuser à celles - ci la possibilité de bénéficier de fouilles : des pans entiers de connaissance sur ces périodes sont dépendants du progrès de la recherche archéologique. Il n’est que de voir, par exemple, ce qu’il est possible de dire sur les sociétés amérindiennes et coloniales françaises ou anglaises des xvie - xviiie siècles grâce aux fouilles conduites aux États - Unis et au Canada depuis plus de quarante ans, dont les résultats et les publications sont, il est vrai, presque totalement inconnus dans notre pays.

  • 79  Enquête sur les revues d’archéologie du territoire national, Comité des publications et de la diff (...)
  • 80  Michel Guerrin, « Vingt-sept ans après “Le déjeuner sous l’herbe”, l’œuvre d’art de Spoerri sort d (...)

111En France, l’archéologie moderne et contemporaine, encore plus que celle du Moyen Âge, est opportuniste et se pratique dans deux types d’occasions qui se prêtent ordinairement peu à des exploitations scientifiques rationnelles : quand des fouilles préventives dégagent des niveaux de ces époques, et c’est essentiellement le cas dans les villes ; quand une découverte fortuite met au jour des vestiges. Dans le premier cas, malgré, par exemple, notre ignorance souvent très grande du matériel archéologique des xvie - xixe siècles, notamment de la céramique, il n’y a le plus souvent aucune exploitation des découvertes, ce genre de fouilles n’étant pratiquement jamais publiées79. Dans le second, l’intervention de terrain est souvent l’occasion d’une forte médiatisation mettant en valeur des découvertes qui ne sont exceptionnelles que parce qu’ordinairement elles n’intéressent guère les archéologues ou parce qu’elles sont liées à des événements ou des personnages historiques et qu’elles génèrent ainsi une exploitation médiatique qui est la justification ultime d’une partie de l’archéologie préventive quand elle s’intéresse aux périodes récentes. L’exemple le plus emblématique est la fouille en mai – juin 2010 par une équipe de l’INRAP placée sous la direction du protohistorien Jean - Paul Demoule des restes du « déjeuner sous l’herbe », une performance du plasticien Daniel Spoerri organisée en 1983 dans le parc du Moncel à Jouy - en - Josas sous forme d’un repas d’artistes et de célébrités diverses. Les restes de ces agapes avaient été enterrés sur place80. Le grotesque serait total si cette fouille « programmée » était sérieusement publiée… Nous nous trouvons, comme nous l’avons vu précédemment, devant une situation où la communication, à partir d’un événement qui n’est qu’anecdotique et mondain, prime sur tout et ridiculise la discipline.

Un bilan scientifique mitigé

  • 81  Bilan scientifique Alsace, op. cit., p. 124 ; Danièle Alexandre - Bidon, François Piponnier, « Chro (...)
  • 82  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 424.

112L’un des aspects inquiétant de la situation actuelle de l’archéologie médiévale est le caractère erratique de la programmation des activités de terrain. Outre la perte d’information et le blocage de la réflexion méthodologique à cause de l’absence de publications, un autre aspect des problèmes actuels de l’archéologie médiévale est la régression du nombre d’opérations dans certains domaines, le caractère parfaitement aléatoire des thèmes d’intervention sur le terrain, dépendant d’une demande sociale qui n’est pas maîtrisée en terme de problématique scientifique. On en arrive ainsi en quelques années à une régression du nombre d’opérations de terrain dans divers domaines comme l’étude du bâti81. Un exemple frappant à ce propos est l’étude des ateliers médiévaux de production céramique, un thème pourtant essentiel pour les archéologues : après une augmentation dans les décennies 1970 et 1980 du nombre de sites étudiés parallèlement à l’essor de l’archéologie médiévale et un optimum en 1988 - 1992, le nombre d’opérations de terrain consacrées à ce sujet a été divisé en douze ou quinze ans par quatre. Les nombreuses études pluri - annuelles qui, dans les années 1987 - 1991, débutent ou se poursuivent sur divers ateliers de potiers s’arrêtent pratiquement toutes en 1992 - 1993 et elles ne sont suivies, sauf exceptions comme l’atelier carolingien de Saran (Loiret), que par un nombre réduit d’opérations ponctuelles non reconduites au - delà d’une campagne82.

113Un autre aspect inquiétant de la situation actuelle de l’archéologie médiévale est le contraste très marqué entre des secteurs en plein essor intellectuel et très productifs en matière de publications et que nous évoquerons plus bas et un essoufflement sinon même une crise dans d’autres qui sont paradoxalement parmi les plus développés sur le terrain.

  • 83  La recherche archéologique en Picardie : Bilans & perspectives. Journées d’études tenues à Amiens (...)

114Un thème comme l’archéologie urbaine, élément révélateur de la crise de l’archéologie préventive à partir des années 1970 et moteur de la réflexion des archéologues dans les deux décennies suivantes, s’est effacé ensuite sur le terrain et la plupart de ces grandes opérations préventives n’ont pas été publiées, ce qui fait qu’il n’est pas possible de synthétiser cette expérience et les résultats obtenus et qu’une documentation irremplaçable sur l’histoire urbaine est définitivement perdue. Cet échec a des raisons multiples dont certaines qui sont consubstantielles aux conditions les plus courantes d’intervention en archéologie préventive et qui ont été bien analysée récemment par Bruno Desachy et Dominique Gemehl qui distinguent des villes d’archéologie urbaine et des villes d’opportunisme archéologique. Dans le premier cas, il s’agit de villes qui disposent de services ou d’embryons de services archéologiques : là un suivi scientifique permanent permet d’entretenir un état synthétique des connaissances (publiées ou non) et d’intégrer dans ce capital documentaire le résultat de chaque opération nouvelle, y compris celles de faible ampleur. Dans le second cas, celui des villes d’opportunisme archéologique, ce capital documentaire préexistant n’existe pas ou est faible et la productivité de l’archéologie préventive est réduite83. Cette analyse a valeur générale dans tous les secteurs de l’archéologie préventive et pose le problème, déjà évoqué, de la territorialisation de celle-ci.

  • 84  Mise au point à ce propos dans Chapelot (Jean), « L’habitat rural du haut Moyen Âge dans la moitié (...)
  • 85  Danièle Alexandre - Bidon, François Piponnier, « Chroniques des fouilles médiévales en France en 1 (...)
  • 86  Marie - Pierre Estienne, Châteaux, villages, terroirs en Baronnies xe – xvsiècle, Publications d (...)

115La fouille des sites ruraux du haut Moyen Âge montre une autre face de la crise intellectuelle dans certains secteurs de l’archéologie médiévale, mais cette fois à propos d’un thème qui, au contraire du précédent, est l’un des plus actifs dans le domaine du préventif84. C’est l’archéologie préventive qui, à partir des années 1980 a pratiquement révélé ce thème : en deux ou trois décennies, plusieurs centaines de sites de ce genre ont été fouillés d’abord en Île - de - France, en Picardie et en Rhône - Alpes, puis dans le Centre et plus récemment et avec une ampleur un peu moindre dans des régions comme les Pays de la Loire, le Poitou - Charentes, Midi - Pyrénées, etc. Depuis quelques années, les limites de l’apport de ce type de fouilles apparaissent de plus en plus nettement, avec, comme le relèvent Claude Raynaud, Danièle Alexandre - Bidon et Françoise Piponnier, une approche qui reste très typologique, avec peu d’insertion de ces fouilles dans une étude environnementale, une faible exploitation des données sur le parcellaire, une grande difficulté pour conceptualiser les résultats et définir le statut des sites fouillés85. Nous retrouvons ici les limites habituelles d’une part de l’archéologie préventive, avec l’absence quasi totale de publications monographiques, d’ouvrages permettant de réfléchir aux méthodes de travail et à la problématique de ce genre de recherche et donc de faire progresser la qualité du travail et le niveau des connaissances. Le contraste est frappant entre ces centaines de sites ruraux antérieurs au xiie siècle fouillés dans la moitié nord de la France, très largement inédits et destinés à le rester et les quelques rares fouilles programmées de sites ruraux ou études de terroir de la seconde moitié du Moyen Âge réalisées avec de petits moyens financiers dans le Sud - Ouest ou le Sud - Est et dont les résultats constituent une part notable des ouvrages marquants édités ces dix dernières années86. Cet essor de la fouille préventive de sites ruraux du haut Moyen Âge se terminera comme il en a été pour l’archéologie urbaine des années 1980 - 1990 : sans guère de réflexion méthodologique sur les modalités d’intervention et sans conclusions scientifiques d’une ampleur digne des moyens engagés.

  • 87  Michel Lauwers, Naissance du cimetière, Paris, 2005 ; Cécile Treffort, L’Église carolingienne et l (...)

116Un autre problème présent de l’archéologie médiévale est sa difficulté à acquérir une autonomie intellectuelle. Des problématiques comme l’origine du village ou du cimetière illustrent très bien les difficultés de conceptualisation des archéologues médiévistes et leur dépendance des historiens dans ce domaine. Ces deux thématiques ont été formulées dans les années soixante - dix quatre - vingt pour la première et plus récemment pour la seconde, notamment par les ouvrages de Michel Lauwers ou Cécile Treffort87. La lecture des travaux des archéologues qui interviennent dans ces deux domaines montre que le plus souvent ils n’arrivent que difficilement, faute d’une culture historique, anthropologique, d’histoire des techniques, etc..., à sortir de ces seules approches historiennes qui ne leur permettent pourtant pas toujours, surtout dans le premier cas, d’interpréter et d’exploiter pleinement leurs données. L’analyse formelle de l’espace devient alors souvent l’essentiel sinon l’unique instrument d’analyse utilisé par des auteurs qui oublient que le terme d’archéogéographie a été forgé par Robert Fossier, un historien des sociétés rurales du Moyen Âge.

Une production éditoriale qui reste faible

117Le volume et la qualité des publications sont la seule mesure de l’efficacité d’un système de recherche. De ce point de vue, le bilan de l’archéologie médiévale est mitigé.

118Il est certain qu’il n’y a pas eu de bond en avant ni même d’essor marqué dans ce domaine dans les dix ou vingt dernières années alors que dans le même temps des moyens supplémentaires considérables ont été accordés à l’archéologie dans son ensemble : en vingt ans, son financement a été multiplié par sept en monnaie courante et le nombre de salariés permanents par quatre, plus probablement par cinq. De 2000 à 2009, ce sont 1 600 à 1 700 emplois ou équivalents temps plein d’emplois qui ont été créés par l’INRAP, les collectivités territoriales et plus récemment par les sociétés privées, avant tout pour des fouilleurs et de tous les niveaux de qualification : très peu de secteurs des sciences de l’homme et de la société ont connu dans ces mêmes années un tel niveau de création d’emplois.

119Plus de 500 salariés travaillent au bénéfice de l’archéologie médiévale, avec des activités variables qui vont de la gestion des projets de fouilles préventives au travail de terrain ou à la carte archéologique. L’INRAP réunit environ 40 % de ces salariés, le CNRS et les universités moins d’un quart, les autres étant rattachés aux services régionaux de l’archéologie et aux services de collectivités qui pèsent d’un poids comparable, et enfin aux entreprises privées et à quelques associations.

120Parmi ces salariés, environ 150 sont titulaires d’un doctorat, les trois quarts étant à l’Université et au CNRS et environ 25 à l’INRAP. À en juger par les publications et la participation à des Projets collectifs de recherche ou aux Unités mixtes de recherche, environ 300 personnes ont, d’une manière plus ou moins développée, une activité de recherche dans le secteur de l’archéologie médiévale et souvent à temps partiel, le travail de terrain absorbant l’essentiel du temps de travail de beaucoup d’entre eux.

  • 88  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 398 -  (...)

121Il n’est pas facile, faute de données statistiques, d’évaluer le nombre d’opérations de fouille organisées chaque année dans le domaine de l’archéologie médiévale mais il doit être de l’ordre de 550 - 600. Divers indicateurs montrent que ce chiffre, avant tout constitué de diagnostics et de fouilles préventives, est en baisse depuis quelques années88.

122Les opérations de terrain, les activités de recherche et les publications peuvent être ventilés dans quatre thèmes principaux. Les deux plus développés sur le terrain sont l’étude des mondes urbains et ruraux et celle des églises, des sépultures et des nécropoles qui représentent chacun un tiers des opérations. Vient ensuite l’étude des résidences aristocratiques, en particulier des châteaux, avec environ 20 % des opérations et enfin l’artisanat et l’histoire des techniques qui représentent 10 % des opérations.

  • 89  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 401 -  (...)

123L’importance de ces grands thèmes de travail de terrain n’est pas du tout la même dans la centaine de programmes de recherche financés ces quinze dernières années89. Les mondes urbains et ruraux en constituent environ 40 %, mais avec une surreprésentation dans le premier cas de l’analyse des contextes urbains au détriment de l’examen des maisons, peu étudiées, alors que dans le cas du second l’étude des paysages et de l’environnement l’emporte très largement sur celle des sites ruraux au sens strict. L’étude des églises, des sépultures et des nécropoles est sous-représentée dans les programmes de recherche, avec 23 % du total, un fort accent étant mis sur le bâti religieux au détriment des nécropoles, des inhumations et des cimetières. L’étude des résidences aristocratiques pèse dans les programmes de recherche d’un poids égal à celui qu’elle a sur le terrain, mais le château de pierre est fortement représenté alors que les enceintes et fortifications de terre le sont peu et que les maisons fortes et les bourgs castraux sont absents. L’artisanat, la culture matérielle et l’histoire des techniques sont deux fois plus présents dans les programmes de recherche que sur le terrain.

  • 90  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 411.

124Si l’on examine maintenant les publications, on constate que globalement l’archéologie médiévale produit peu. De 1999 à 2008, il a été publié, en France, 377 ouvrages donnant une place plus ou moins grande à l’archéologie médiévale, dont 168 qui sont presque uniquement consacrés à cette discipline et qui sont signés par 178 auteurs différents. Ces 168 ouvrages consacrés essentiellement à l’archéologie médiévale représentent au total 51 071 pages, dont un tiers (16 170 pages) vient des thèses dont le rôle est essentiel dans l’édition. De fortes distorsions apparaissent entre des régions où les thèses publiées et soutenues sont nombreuses, comme Rhône - Alpes, Languedoc - Roussillon, Midi - Pyrénées, Provence - Alpes - Côte d’Azur et d’autres où elles sont nettement moins nombreuses sinon même très rares. Le cas de l’Île - de - France, avec la plus forte concentration en France d’emplois universitaires dans le domaine de l’archéologie médiévale et des moyens considérables accordés à l’archéologie préventive, est remarquable par le faible nombre des ouvrages publiés et des thèses soutenues ou éditées90.

125Paraissent chaque année une centaine d’articles de plus d’une dizaine de pages et d’un certain niveau, dont 20 à 30 représentant de l’ordre de 700 pages et qui sont publiés dans deux revues nationales (Archéologie médiévale et Archéologie du Midi médiéval) et huit revues interrégionales comme la Revue Archéologique de Picardie, Aquitania, la Revue archéologique du Centre et de l’Île de France.

126La publication d’articles dans le domaine de l’archéologie médiévale est le fait de peu d’auteurs : pendant les quatre années 2002 - 2005, ce sont seulement 69 personnes qui ont publié un ou plusieurs articles de plus de dix pages dans des supports nationaux ou interrégionaux, 250 ayant publié un texte d’au moins dix pages et de toute nature dans tous les types de supports pendant cette même période. La moitié des auteurs de ces articles sont des salariés du CNRS ou des universités, la part des travaux issus de l’archéologie préventive étant faible comparativement aux moyens humains et financiers engagés.

127La situation est la même dans le secteur des livres, avec une part encore plus forte des auteurs rattachés au CNRS et aux Universités qui constituent 100 des 178 auteurs des 168 ouvrages publiés dans les années 1999 - 2008, le personnel de l’INRAP signant seulement onze de ces ouvrages, dont cinq qui sont l’édition de leurs thèses.

  • 91  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 414 -  (...)

128Autant que le nombre de publications, l’analyse des thèmes des ouvrages publiés ces dix dernières années est très intéressante : elle montre encore une fois de forts déséquilibres entre les thématiques de terrain et celles traitées par ces ouvrages91. On peut distinguer deux cas.

129L’étude des résidences aristocratiques (avant tout les châteaux de pierre) et celle de l’artisanat, de la culture matérielle et des techniques pèse une fois et demi plus lourd parmi les ouvrages d’archéologie médiévale publiés dans les années 1999 - 2008 que sur le terrain. Les ouvrages dédiés à ces thèmes représentent la moitié de ceux consacrés à l’ensemble de l’archéologie médiévale dans les années 1999 - 2008.

130L’étude des édifices religieux et des sépultures et inhumations et surtout des mondes ruraux et urbains est dans les dix dernières années presque deux fois moins présente en proportion dans les ouvrages que sur le terrain, ce qui est d’autant plus remarquable que ces thèmes mobilisent une part essentielle des moyens humains et financiers affectés à l’archéologie médiévale, essentiellement dans le préventif. Par ailleurs, on observe des déséquilibres remarquables à l’intérieur de ces grands thèmes : les publications sur le bâti urbain sont aussi nombreuses que celles sur les fouilles de villes, les ouvrages sur le paysage et l’environnement étant à peine moins nombreux que ceux sur les sites ruraux au sens strict. Les ouvrages publiés sur les mondes ruraux et urbains entre 1999 - 2008 sont moins nombreux que ceux consacrés aux résidences aristocratiques : les moyens financiers et humains engagés sur le terrain pour chacun de ces deux grands ensembles, qui relèvent avant tout du préventif dans le premier cas, de la fouille programmée dans le second, sont pourtant sans commune mesure.

131Ce qui frappe, en conclusion, dans le domaine des publications d’archéologie médiévale est la faible productivité de l’archéologie préventive, le rôle essentiel des thèses et des chercheurs de l’université, du CNRS et dans une moindre mesure des services archéologiques de collectivités et des services régionaux de l’archéologie pour certains thèmes. Il faut souligner aussi la distorsion entre des activités de terrain très fortement financées et peu productives, comme l’étude des mondes urbains et surtout ruraux, et d’autres comme l’étude des artisanats et des techniques ou des résidences aristocratiques qui reçoivent peu de financement de terrain et qui rassemblent peu de chercheurs mais qui, avec notamment un rôle actif des bénévoles et des associations dans des secteurs comme le château de pierre, ont produit la moitié des livres d’archéologie médiévale publiés de 1999 à 2008.

132Au terme de cette analyse, on peut dire que l’essor de l’archéologie préventive ne s’est pas traduit par une croissance des résultats publiés et, plus important encore, que la comparaison entre la nature des opérations de terrain, la thématique des projets de recherche et celle des ouvrages parus dans les dix dernières années montre que le système fonctionne d’une manière totalement irrationnelle. La demande sociale, par le biais de l’archéologie préventive, impose des thématiques de terrain. Les conditions de travail dans ce secteur ne permettent pas d’exploiter les fouilles ainsi financées. L’absence de moyens attribués à la recherche archéologique, en dehors de ceux qui vont au préventif, bloque le développement de thématiques originales de terrain. Globalement, l’archéologie médiévale ne fonctionne pas comme une véritable discipline scientifique.

Un nouveau positionnement de l’archéologie médiévale

133L’apparition et l’insertion récente de l’archéologie médiévale dans le secteur des sciences humaines et sociales telles qu’elles existent dans les organismes publics de recherche est une évidence : c’est, sauf exceptions, dans la décennie 1960 que les premières fouilles orientées vers l’archéologie médiévale sont organisées en France et, sauf rares cas plus précoces comme à Caen et Aix - en - Provence, dans les années soixante - dix que cette discipline pénètre dans les universités et au CNRS, puis qu’au début de la décennie suivante elle apparaît dans les actuels services régionaux de l’archéologie des DRAC. Cette première période de l’archéologie médiévale se caractérise par deux aspects : les interventions de terrain sont programmées et elles découlent de préoccupations d’historiens soucieux de fouiller pour trouver des données alimentant des problématiques historiques. Il en est ainsi pour l’étude des fortifications de terre par Michel de Boüard en Normandie ou pour celle des villages désertés. Ce trait initial de la discipline est essentiel : le problème que posent aux archéologues leurs relations avec les historiens et leurs problématiques est ainsi résolu puisque les fouilleurs qui interviennent alors ont tous une formation d’historien et vont sur le terrain pour illustrer des problématiques définies par cette communauté scientifique. Un autre trait important de toute l’archéologie à ces débuts est qu’elle s’implante à une époque où les moyens de la recherche sont relativement importants mais surtout où sciences exactes et sciences humaines, au CNRS ou dans les universités, sont traitées et financées selon des critères analogues. La situation va évoluer considérablement à partir de la fin de la décennie 1980, avec des budgets de recherche et des créations d’emplois en réduction et surtout un découplage croissant entre les modalités de fonctionnement des sciences exactes et des sciences humaines et sociales. Ce découplage s’est très fortement accentué depuis quelques années avec de surcroît dans le domaine des sciences humaines et sociales l’apparition de deux secteurs de plus en plus différenciés : les disciplines qui dans les universités forment des étudiants pour lesquels des emplois existent en dehors de l’enseignement secondaire, dans le secteur privé notamment, comme c’est le cas pour la géographie ou la sociologie ; celles qui, comme l’histoire, ont pour fonction essentielle de former des enseignants du secondaire et accessoirement des chercheurs.

134L’archéologie est désormais écartelée entre ces deux tendances et tout spécialement l’archéologie médiévale qui, dans les universités, est en pratique intégrée le plus souvent à l’enseignement de l’histoire, alors que la pré -  et la protohistoire peuvent avoir la tentation, en développant leurs liens avec les sciences de la nature et de l’environnement, de se positionner comme la géographie. Le rééquilibrage récent entre les instituts créés au sein du CNRS en 2009 est un signe dans ce sens avec le départ de l’institut des sciences humaines et sociales vers l’institut écologie et environnement d’une partie des pré - et protohistoriens qui ont considéré qu’ils seraient plus à leur place et qu’ils auraient plus de moyens comme chercheurs dans le secteur qui étudie l’environnement que dans celui des sciences humaines. Cette attitude est renforcée par la marginalité des préhistoriens dans le domaine de l’archéologie préventive. Nous avons là un indice supplémentaire d’une segmentation de l’archéologie qui, il y a une dizaine d’années était considérée très souvent comme un ensemble de fouilleurs travaillant sur le terrain de la même manière du paléolithique jusqu’à la période contemporaine. Cette scission est importante car la place de la protohistoire est très forte dans l’archéologie préventive et parce qu’elle va poser des problèmes aux archéologues qui étudient l’environnement des périodes historiques et très certainement avoir pour conséquence une restructuration des formations de recherche, par exemple des UMR qui couvraient une période longue, de la préhistoire à l’époque contemporaine.

135Cet écartèlement récent de l’archéologie est renforcé par une tendance apparue après le vote à la fin de 2000 de la loi sur l’archéologie préventive : l’idée que le développement de celle - ci allait créer des milliers d’emplois, ce qui a entraîné la mise en place de filières universitaires professionnelles formant des techniciens plus ou moins généralistes.

136À une époque où l’archéologie française, médiévale incluse, était encore dans l’enfance, il y a eu unanimité et unité dans la lutte de l’ensemble de la discipline pour obtenir que le préventif soit organisé et financé, mais le caractère conjoncturel de cette unité apparaît désormais crûment pour au moins trois grandes raisons. Les conditions et les conséquences de la réforme de l’archéologie préventive sont les plus évidentes de ces raisons, mais les deux autres, moins éclatantes, sont désormais décisives : les archéologues médiévistes s’intéressent désormais à leur discipline, à son histoire, son mode de fonctionnement, ses objectifs, sa place dans les sciences humaines et sociales. Le positionnement parmi de l’archéologie médiévale parmi ces dernières est en train de changer en même temps que cette discipline s’affirme intellectuellement.

Le potentiel de développement de l’archéologie médiévale

Achever les réformes amorcées en 2001-2003

137Pendant plusieurs décennies la crise de l’archéologie préventive a polarisé le milieu avant de mobiliser finalement l’essentiel des moyens humains et financiers disponibles, notamment ceux du ministère de la culture et de la communication, très impliqué dans la gestion du préventif et de surcroît le seul à consacrer à l’archéologie un financement d’une certaine importance.

138La sortie de la crise du préventif s’est faite, comme nous l’avons vu, dans de mauvaises conditions qui pèsent de plus en plus sur l’ensemble de la discipline. Parallèlement et pour de multiples raisons, le ministère de la culture et de la communication maîtrise de moins en moins la situation. Les structures actuelles de gestion de l’archéologie de terrain datent pour l’essentiel des années 1990 : elles ne sont plus adaptées à une situation qui a considérablement changé. La volonté de programmation de l’archéologie préventive, affirmée à plusieurs reprises par le ministère depuis 2003, n’a jamais été mise en œuvre et elle le sera difficilement dans un secteur où c’est en fait la demande sociale solvable qui génère les opérations. Par ailleurs, l’absence d’instruments statistiques et documentaires ne facilite pas la mise en œuvre d’une telle politique et plus généralement la gestion de la recherche dans son ensemble. Sans les outils préliminaires que sont une bonne organisation administrative et la constitution d’instruments permettant de savoir ce qui se fait, il est impossible de gérer correctement les activités de terrain et d’organiser une recherche de qualité. D’une formule simple, on peut dire que l’archéologie est actuellement sur-encadrée et sous-administrée.

139Il faut aussi insister sur la nécessité d’achever les réformes de 2001 - 2003 sur quelques points qui relèvent du législatif et du réglementaire.

  • 92  Jean Chapelot, « Un projet porteur de conflits », Le Figaro, mercredi 20 décembre 2000, p. 16.

140Il faut compléter la législation sur deux points : une meilleure protection du patrimoine archéologique et la possibilité d’intervenir sur le bâti dans un cadre défini et avec des moyens financiers. Lors du débat sur la première loi sur l’archéologie préventive, un amendement parlementaire proposé le 5 octobre 2000 et visant à assurer la conservation des sites majeurs sans qu’il soit nécessaire d’organiser une fouille préventive a été rejeté par le gouvernement parce que son adoption serait «préjudiciable au service public que nous créons» ou se ferait « au détriment de son équilibre financier»92. Renvoyé à un futur projet de loi jamais élaboré depuis, le dispositif de protection du patrimoine archéologique reste incomplet. D’un autre côté et lors de ce même débat parlementaire de 2000, le problème de l’archéologie du bâti a été abordé par les parlementaires, mais dans l’urgence et l’improvisation de l’action gouvernementale de l’époque, ce secteur a été exclu du champ d’application de la loi sur l’archéologie préventive. La conséquence, abondamment et régulièrement relevée depuis par de nombreux spécialistes, est que l’étude du bâti, notamment dans le cadre de la réhabilitation urbaine, est très difficile à mettre en œuvre. L’archéologie des périodes médiévale et moderne, plus que toute autre, est victime de cette situation qui exclut de fait de son champ d’intervention une documentation importante qui est par ailleurs détruite massivement chaque année.

141Dans le domaine du réglementaire, les décrets et arrêtés qui organisent l’archéologie depuis les années 1990, par exemple la composition des CIRA, mériteraient une relecture, une mise en conformité et une prise en compte de la situation actuelle de la discipline.

Évaluer et financer la recherche

142À côté des questions précédentes qui relèvent de la compétence du seul ministère de la culture et de la communication, il existe un autre aspect de l’archéologie qui n’est finalement pris en compte nulle part dans sa globalité : la recherche ! Connaître la nature de la recherche en archéologie médiévale, évaluer ses résultats, établir ses faiblesses et les secteurs et les thèmes qu’il convient de développer est tout autre chose que la gestion des fouilles préventives et programmées et il est évident que cela ne relève que partiellement de la compétence du ministère de la culture. L’archéologie médiévale doit être gérée comme n’importe quelle activité de recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales et avec un engagement de la tutelle de celle-ci, le ministère de la recherche et des enseignements supérieurs.

143Il faut être clair : en ce début de xxie siècle, jamais la qualité et l’ampleur de la recherche dans le domaine de l’archéologie médiévale n’ont été aussi élevés. En une ou deux décennies, le nombre de chercheurs spécialisés, rattachés aux universités, au CNRS, aux services archéologiques de collectivités, à l’INRAP et aux entreprises privées et à quelques associations a considérablement augmenté. Des travaux de qualité ont été conduits à terme et publiés. Si la recherche archéologique médiévale a des difficultés, celles-ci sont liées à l’inadéquation des modes de gestion de la discipline, à la faiblesse des moyens financiers, au faible recrutement de jeunes chercheurs. Un changement rapide est nécessaire et il est facile d’en préciser les contours : il faut se donner les moyens institutionnels, humains et financiers nécessaires pour faire de l’archéologie médiévale dans tous ses aspects une activité de recherche organisée développée et de qualité.

144La programmation de la recherche archéologique médiévale est indispensable. L’un des grands apports de l’archéologie préventive a été l’élaboration de nouvelles problématiques de terrain et de post-fouille et le rassemblement d’une documentation abondante et souvent totalement originale. Parallèlement, un certain nombre de fouilles programmées ont œuvré dans le même sens. Ainsi a été créé en vingt ou trente ans un remarquable instrument de collecte et d’interprétation des données archéologiques, un domaine de recherche original. L’apport essentiel de la période récente est là, et c’est sur cette situation nouvelle qu’il faut s’appuyer pour aller de l’avant.

145Les réussites de ces dernières années reposent sur des problématiques de travail permettant l’exploitation d’une documentation très diversifiée, des sources écrites au travail de terrain en passant par l’étude des restes de faune ou du bâti. Les progrès de notre connaissance d’un grand nombre d’aspects de la société médiévale ne sont désormais possibles qu’avec l’apport de la documentation matérielle et seulement dans le cadre d’une programmation de la recherche. Sur un grand nombre de questions importantes, les seules données matérielles ne sont pas des sources suffisantes : il faut les combiner avec d’autres, ce qui suppose des problématiques élaborées par des chercheurs bien formés, capables de développer des pratiques qui sont habituelles ailleurs dans les sciences humaines et sociales.

146Les décennies 1980 - 2000 ont été tout entières tournées vers l’archéologie préventive et donc vers le ministère de la culture. Au début de l’essor de l’archéologie médiévale, dans les décennies 1960 - 1970, c’est vers les universités et le CNRS que montait la demande de créations d’emplois et de moyens financiers : il est désormais nécessaire d’en revenir à cette exigence qui est fondamentale dans le cas de toute discipline scientifique. C’est dans les structures normales de recherche que sont les grands établissements scientifiques comme le CNRS et les universités, dans les séminaires universitaires en particulier, que peut se développer intellectuellement la recherche archéologique médiévale et cela doit être fait avec une intervention spécifique et ciblée du ministère de la recherche. Dans les années 1970, l’intervention dans ce sens de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST), ancêtre de ce ministère, a été décisive au départ de l’essor de l’archéologie française par l’attribution de moyens financiers qui étaient alors considérables à des équipes qui se constituaient autour d’un terrain et qui pratiquement toutes sont devenues très vite des structures fondamentales pour le développement de la discipline dans son ensemble. Il faut se donner les moyens d’une telle politique volontariste.

  • 93  Rapport d’activités INRAP 2004, op. cit., p. 37 – 39 ; Rapport d’activités INRAP 2005, op. cit., p (...)

147La situation actuelle est particulièrement favorable. Depuis la création de l’INRAP en 2002, la faiblesse de la redevance d’archéologie préventive a fait que chaque année le ministère de la culture et de la communication a dû lui accorder une forte subvention : 65 millions d’euros pour les cinq années 2004 - 2008, dont une part qui sert à financer ses activités de recherche93. Le relèvement le 29 janvier 2009 du taux de la redevance d’archéologie préventive et l’attribution à l’INRAP peu après et au titre du plan de relance de 20 millions d’euros devraient sortir cet institut de son déficit structurel et permettre au ministère de redéployer ses crédits. En collaboration avec le ministère de la recherche, qui n’a guère soutenu l’archéologie dans les années passées, il est donc possible de lancer un solide programme de développement de la recherche archéologique.

Constituer et faire vivre un milieu scientifique

148L’archéologie médiévale, en raison de sa relative jeunesse et de son éclatement entre des institutions variées, est dans une situation très particulière qui exige un effort de compréhension et une politique claire et résolue en ce qui concerne la formation et la gestion des personnels et tout spécialement des chercheurs.

149Il existe désormais un milieu des chercheurs spécialistes d’archéologie médiévale qui est, par le nombre des personnes et la diversité de leurs préoccupations, sans précédent. Il faut tout faire pour qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions, favoriser la recherche en commun, établir une circulation de ces personnels entre institution. À la base, dans les UMR ou dans les séminaires universitaires, qui sont les lieux normaux d’avancée et d’élaboration de la recherche, les relations sont bonnes entre tous les chercheurs de qualité quels que soient leurs statuts, y compris quand il s’agit de salariés d’entreprises privées. Tout ce qui pourrait perturber cet état d’esprit très positif et ces pratiques en plein essor est à proscrire.

150Un point est notamment à régler à court terme : l’intégration des entreprises privées dans l’ensemble de la recherche archéologique médiévale. Il est anormal que les salariés de celles-ci ne puissent être que membres associés des UMR, alors que certains sont d’un très haut niveau scientifique et que par contre des techniciens très peu formés mais travaillant dans des services régionaux de l’archéologie ou à l’INRAP sont pleinement membres de certaines UMR. Il faut aussi admettre la possibilité pour ces sociétés de collaborer sous forme contractuelle aussi bien avec des institutions de recherche comme les Universités et le CNRS qu’avec l’INRAP.

151Il faut souligner l’importance d’un autre aspect assez spécifique à l’archéologie, très largement lié au développement récent de l’archéologie préventive : la sociologie du milieu des fouilleurs et l’évolution du type d’activité de ceux-ci sont des données essentielles pour comprendre la situation actuelle et préparer l’avenir.

152Contrairement aux historiens formés selon un moule identique et avec un niveau universitaire analogue qui est l’obtention d’une thèse, les archéologues ont une formation à la fois hétéroclite dans sa nature et très variable dans son niveau, tout spécialement ceux qui travaillent dans le préventif. L’évolution des techniques et plusieurs des tendances générales évoquées ci-dessus ont eu aussi une conséquence très importante dans la nature des emplois : contrairement aux organismes de recherche, où la part des personnels de catégorie A de la fonction publique est écrasante, l’INRAP emploie en majorité des personnels qui sont assimilables aux catégories B et C de la fonction publique, ce qui est normal compte tenu de la nature et des tâches principales de cet établissement, mais crée des conditions de fonctionnement qui sont très différentes de celles que l’on peut observer dans la recherche publique.

153Il est nécessaire aussi de réfléchir à la formation des jeunes chercheurs et à la gestion des personnels en activité : la première richesse d’une discipline scientifique est d’abord la qualité et le nombre de ses chercheurs.

154Deux points sont préoccupants : le petit nombre de jeunes chercheurs formés dans les universités et le risque de réapparition de l’emploi précaire tel que l’a connu l’archéologie préventive dans les années 1980 - 1990.

  • 94  L’archéologie préventive, op. cit., p. 26.

155Comme nous l’avons vu précédemment, peu de doctorats d’archéologie médiévale sont soutenus chaque année, en particulier dans certaines régions comme l’Île - de - France où la situation est paradoxale. Par ailleurs, beaucoup de ceux qui sortent des Universités avec un doctorat sont dépourvus d’une bonne expérience de terrain. Ce manque de chercheurs de haut niveau titulaires de doctorats de qualité et d’expérience du terrain et du matériel archéologique ne va pas manquer de poser des problèmes au CNRS et aux Universités quand il leur faudra recruter à très court terme. Frédéric Rossi, président - directeur général d’Archeodunum, résume bien la situation : « Les universités ne formeront bientôt plus que des techniciens et non pas des chercheurs. On constate d'ores et déjà une pénurie de chercheurs dans des champs disciplinaires assez précis, comme par exemple tous les domaines de la Préhistoire où il est très difficile de trouver des chercheurs »94. Une telle lucidité n’est pas partagée par tous les universitaires spécialistes d’archéologie médiévale. Les sociétés privées, par le nombre de curriculum vitae qui leur sont adressés désormais chaque année, sont en excellente position pour apprécier la situation de la formation universitaire. La lecture des forums de discussion sur internet montre aussi que les étudiants les considèrent de plus en plus comme un secteur important de recrutement.

156Les techniciens de l’archéologie qui sont la priorité de formation de beaucoup d’Universités depuis quelques années ont une compétence qui ne correspond pas aux profils des emplois en CDI que souhaitent créer prioritairement les entreprises privées qui veulent surtout un encadrement constitué de spécialistes de haut niveau, mais qui trouveront sans peine des personnels d’appoint en CDD ou en CDI.

157Autre risque : la précarisation de l’emploi par la multiplication des CDD.

  • 95  Karl Bouche, Claude Héron, « Les archéologues dans les collectivités territoriales. Statuts, préca (...)

158Dans les sociétés privées comme dans les services de collectivités territoriales, chaque opération préventive nouvelle génère des recrutements en CDD. Dans le meilleur des cas, la durée de ceux - ci est d’un à trois ans, mais on trouve aussi des contrats de trois mois, dont certains sont reconduits plus ou moins systématiquement au mépris des textes. « Répandue également est la notion de “contrat de mission”, CDD d’une durée égale à celle d’une opération »95.

159La création, par le décret du 1er décembre 2009 de contrats d’activité applicables à l’Institut national de recherches archéologiques préventives est la transposition de ce type de contrat dans un établissement public administratif, avec comme objectif de lui permettre de réagir rapidement aux demandes des aménageurs et de résister ainsi à la concurrence des services de collectivités et des sociétés privées. Ce décret intervient en application de la loi du 17 février 2009 pour l’accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés : son article 9, intégré à l'article L 523 - 3 du Code du patrimoine, prévoit que « pour une durée de cinq ans, lorsque les contrats sont conclus pour une activité définie dans le cadre d'une opération de fouilles d'archéologie préventive, leur terme est fixé à l'achèvement de l'activité pour la réalisation de laquelle ils ont été conclu ». Cette innovation, demandée par la direction de l’INRAP, permet de recruter pour des missions temporaires financées sur ressources propres les personnels nécessaires sans la contrainte du statut d’établissement public administratif.

160Le risque évident de tout ce qui précède est que l’on en revienne à une situation analogue à celle qui existait dans la décennie 1990 à l’AFAN, l’association qui a précédé l’INRAP : la création d’un nombre important d’archéologues au statut précaire.

161Un autre aspect important de l’archéologie est l’apparition d’une très forte diversification des métiers, entre le fouilleur de terrain de base et le chercheur post - fouille très spécialisé en passant par des responsables de fouilles programmées d’ampleur ou d’opérations préventives de grande envergure mobilisant de très gros financements et réalisées par des dizaines de personnes. L’une des tendances du milieu est d’assimiler tous ces personnels à une même catégorie, celle d’archéologue ou, pour rester dans le politiquement correct, de chercheur, ce qui n’a guère de sens et ne peut que générer des problèmes variés.

162L’un des plus évidents est l’assimilation de la fouille à une opération de recherche et tous ceux qui y travaillent à des chercheurs. Cette assimilation est constante par exemple dans les médias présentant des chantiers préventifs. Il faut être clair : une fouille n’est pas en elle-même une activité de recherche, pas plus que la conduite d’un grand équipement de physique ou la collecte des données du recensement général de la France. La fouille n’est qu’une étape, incontournable mais prédéterminée, incluse dans un processus qui commence avec la définition d’un projet et d’une problématique par des spécialistes et se poursuit avec la collecte des données, le traitement de celles-ci et enfin la restitution des résultats à la communauté scientifique par des publications qui sont la seule chose qui valide une activité de recherche. L’archéologie préventive, totalement dépendante d’une demande sociale et peu productive en matière de publications, ne fonctionne pas ainsi. Et cela est d’autant plus évident que dans la majorité des cas, notamment en ce qui concerne les périodes médiévales, il n’est le plus souvent même pas fait, avant le travail de terrain en préventif, le minimum : un état des connaissances sur le sujet qui sera abordé par la fouille et un bilan documentaire sur ce que l’on sait du site qui va être fouillé et sur les sites comparables. Très souvent, c’est après la fouille que l’on se préoccupe de ces points.

L’émancipation intellectuelle de l’archéologie médiévale

163Ce qui est désormais en cause, c’est la manière dont l’archéologie peut apporter sa contribution à la connaissance d’une période, le Moyen Âge.

164L’évolution récente du travail des historiens d’un côté, des archéologues de l’autre ne favorise pas les rapprochements et les coopérations entre eux. Depuis des années, les thèmes principaux de recherche des historiens ne sont plus l’économique et le social ou le monde rural dans l’esprit des grandes synthèses des années 1960 - 1980. Les archéologues médiévistes, qui ont besoin d’un substrat intellectuel et documentaire permanent dans ces domaines, se trouvent donc seuls en situation de lire les textes dont ils ont besoin et surtout pour intégrer les données collectées sur le terrain dans un contexte historique. Faute d’une formation historique et archivistique, la tentation est alors grande pour beaucoup d’entre eux d’en rester au stade du bricolage intellectuel ou aux seules approches technicistes privilégiant l’analyse formelle sans perspectives historiques au sens très général du terme.

165Quelques thématiques de travail des archéologues médiévistes illustrent bien la situation intellectuelle de la discipline qui reste pour une part et comme nous l’avons vu plus haut très influencée par les problématiques de disciplines voisines, comme l’histoire, ou prisonnière de contraintes externes, mais qui parvient néanmoins à affirmer de plus en plus son autonomie intellectuelle.

166L’une des caractéristiques importantes de ces dernières années est la vitalité d’une archéologie médiévale programmée qui, bien que d’une ampleur limitée sur le terrain faute de moyens, est une source d’approches intellectuelles novatrices et qui produit l’essentiel des publications. L’archéologie médiévale est entrée ainsi dans une nouvelle époque : l’apport documentaire de l’archéologie préventive reste déterminant, mais celle - ci n’est plus au cœur du développement intellectuel de l’archéologie médiévale.

167Des thématiques originales et très productives sont apparues et se sont développées au cours des deux dernières décennies du xxe siècle dans le champ de l’archéologie médiévale pratiquement sans apport du préventif. On peut citer, par exemple, l’étude des épaves de mer et de rivière, des mines et de la métallurgie ou l’histoire des techniques et des artisanats. Ces thèmes de recherche sont parmi les plus productifs surtout si l’on tient compte du faible niveau des financements attribués et du petit nombre de chercheurs qui produisent néanmoins des publications qui placent ces thématiques parmi celles qui ont le plus publié dans les dix ou vingt dernières années. Nous reviendrons en conclusion sur cette question en évoquant d’autres thématiques de recherche révélatrices d’un essor et d’une affirmation intellectuelle de l’archéologie médiévale.

  • 96  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle », op. cit., p. 422 - 4 (...)

168Le plus important dans l’évolution récente de l’archéologie médiévale est la formulation d’approches originales qui font de l’archéologie médiévale un carrefour intellectuel associant sciences humaines et sociales et sciences exactes. Il serait possible de multiplier les exemples de cette mutation. L’étude des épaves de mer et de rivière ou l’histoire des techniques qui se sont fortement développées dans le champ de l’archéologie médiévale en sont deux des plus évidents96. Il est plus intéressant d’illustrer cette évolution à partir d’une thématique plus banal : l’étude du bâti qui est une préoccupation ancienne des archéologues médiévistes.

169On peut distinguer actuellement dans le domaine de l’étude du bâti médiéval deux approches qui montrent bien ce que sont certaines évolutions récentes de l’archéologie médiévale.

  • 97  Alain Girard, Christian de Mérindol, La Maison des chevaliers de Pont - Saint - Esprit, tome 1 : L (...)
  • 98  Christine Becker, Isabelle Parron - Kontis, Sophie Savay - Guerraz (dir.), Le musée Gadagne. Arché (...)
  • 99  Maurice Scelles, Jean - François Peiré, Patrick Roques, Cahors, ville et architecture civile au Mo (...)
  • 100  Maurice Werlé, La droguerie du Serpent. Une demeure médiévale au cœur de Strasbourg, Université Ma (...)
  • 101  Marie - Christine Grasse, Vivre en Provence à la fin du Moyen Âge. L’habitat urbain médiéval en Pr (...)
  • 102  Pierre Garrigou - Grandchamp (éd.), Les demeures urbaines patriciennes et aristocratiques : (xiie  (...)

170D’un côté, nous avons l’étude de bâtiments dont l’histoire est simple, qui sont souvent de petite taille, avec peu de caractère artistique : petites églises et résidences seigneuriales ou maisons urbaines. Pour une part, l’étude de ce genre de constructions est une préoccupation récente, ce qui a conduit certains à employer pour désigner ce genre de travail le terme supposé valorisant d’archéologie du bâti. Les publications sont rares dans ce secteur, notamment celles qui viennent du préventif. Pour en rester aux livres (à l’exclusion des actes de congrès) publiés dans les dix dernières années sur le seul thème de la maison urbaine, on peut citer des études sur Pont - Saint-Esprit97, Lyon98, Cahors99, Strasbourg100, les maisons de Provence101 ou de diverses villes102. La part du préventif est marginale dans ces ouvrages qui ont comme caractéristique d’être l’œuvre d’auteurs aux statuts variés, étudiants publiant leurs thèses, membres d’associations, archéologues de collectivité, personnel de l’inventaire général, certains seulement se considérant sans doute comme des archéologues.

  • 103  Christian Sapin (dir.), Archéologie et architecture d'un site monastique. 10 ans de recherche à l' (...)
  • 104  Anne Baud, Cluny, un grand chantier médiéval au cœur de l’Europe, Paris, 2003, 192 (Collection Esp (...)
  • 105  Sheila Bonde, Clark Maines, Saint - Jean - des - Vignes in Soissons. Approaches to its History, Ar (...)
  • 106  Elizabeth Lorans, Saint - Mexme de Chinon ve - xxe siècle, Paris, édition du Comité des travaux hi (...)
  • 107  Isabelle Parron - Kontis, Joëlle Tardieu, De mémoires de palais : Archéologie et histoire du group (...)
  • 108  Isabelle Parron - Kontis, Bénédicte Palazzo - Bertholon, Gabrielle Michaux, La cathédrale Saint -  (...)
  • 109  Nicolas Reveyron, Chantiers lyonnais du Moyen Age (Saint - Jean, Saint - Nizier, Saint - Paul) : a (...)
  • 110  Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniq (...)

171D’un autre côté, nous avons des études de grands monuments, édifices religieux ou châteaux célèbres, porteurs d’une forte charge dans le secteur de l’histoire de l’art et très documentés dans les archives. Ce genre d’étude, dont les origines sont très anciennes, est par nature le fait de chercheurs dont la formation universitaire initiale est forte et diversifiée et elle a peu de liens avec le préventif. Dans l’état actuel des choses, c’est de ce secteur que sont sorties une part très importante des publications archéologiques de ces dix dernières années et à coup sûr quelques - unes des plus novatrices : en en restant aux seuls livres concernant des édifices religieux, on peut citer Saint-Germain d’Auxerre103, l’abbaye de Cluny104, Saint - Jean - aux - Vignes de Soissons105, Saint - Mexme de Chinon106, le groupe cathédral de Valence107, Saint - Pierre en Tarentaise108, des églises lyonnaises109, etc., ou un ouvrage sur l’évolution des charpentes en Normandie110. Ces auteurs, qui sont tous des universitaires ou des chercheurs au CNRS ou qui ont publié ainsi leurs thèses, se considèrent probablement tous comme des archéologues, mais les qualifier d’archéologues du bâti serait réducteur. Surtout, par leur manière de traiter leur sujet, ils montrent bien, comme une part de ceux qui travaillent sur des maisons urbaines, le carrefour de compétences variées que devient l’archéologie médiévale quand elle traite d’une manière approfondie un sujet complexe. Au regard de ce point, la revendication d’une spécificité de l’archéologie du bâti, présentée comme une thématique originale de recherche de création récente, a peu de poids et est l’expression d’une position défensive générée par cette mutation rapide de l’archéologie médiévale.

172Un autre exemple qui renvoie aussi à l’étude du bâti achève de montrer la situation nouvelle dans laquelle se trouve de plus en plus souvent l’archéologie médiévale : il s’agit de l’archéologie des sites juifs. Cette préoccupation des archéologues est née récemment et à la suite de découvertes fortuites d’édifices urbains susceptibles d’avoir été utilisés par des communautés juives. Ce thème archéologique n’existe que grâce au travail des historiens qui ont montré depuis longtemps la présence de communautés juives à une date donnée dans une ville précise : les bâtiments découverts et qui pourraient éventuellement être liés à ces communautés, par exemple à Rouen, Orléans ou Lagny, sont ordinairement peu bavards… Seul un travail maîtrisé et réalisé en collaboration avec des historiens peut permettre l’interprétation complète de tels bâtiments médiévaux qui autrement sont très banals.

173Dans les cas précédents, il s’agissait de partir de données matérielles, un bâti existant ou découvert par la fouille. La mutation intellectuelle récente de l’archéologie médiévale est aussi très bien illustrée par des situations où les témoignages matérielles sont soumis à des interrogations originales et complexes nées d’une demande sociale qui peut venir de milieux et de secteurs très différents. On peut distinguer deux cas : des questionnements simples auxquels on peut répondre par des données immédiatement disponibles et par un travail en commun associant historiens et archéologues ; des questionnements plus complexes, auxquels la documentation archéologique ne permet pas de répondre immédiatement et qui conduisent soit à une relecture de données déjà acquises soit à un travail de terrain original.

174L’archéologie des élites, ordinairement celles de la première moitié du Moyen Âge, est un de ces questionnements en apparence simples issus récemment des préoccupations des historiens médiévistes. Nous sommes ici dans un cas qui illustre très bien un risque : la transposition d’une problématique d’historiens dans l’interprétation des données archéologiques. L’interprétation des données de fouille pose aux archéologues des problèmes complexes et fondamentaux, tout spécialement quand on veut leur faire exprimer des réalités socio - économiques et culturelles : il n’est pas nécessaire d’avoir une grande culture anthropologique pour savoir que les « objets matériels », monnaie comme structure bâtie, peuvent avoir des sens multiples qui n’apparaissent qu’au terme d’une analyse globale d’une société. Une interprétation satisfaisante d’un objet précieux ou importé de loin découvert dans un site rural du haut Moyen Âge n’est possible et valable qu’au terme d’un raisonnement s’appuyant sur la publication des données d’ensemble venant de la fouille. Dans l’état actuel de la conceptualisation de leurs pratiques et en l’absence quasi générale de publication de monographies de fouille faisant connaître les fondements de leurs datations, interprétations et argumentations, les archéologues médiévistes ne peuvent fournir le plus souvent à propos des élites que l’illustration d’un discours historique traditionnel fondé sur les seules sources écrites.

175Autre exemple, l’ensilage dans l’habitat rural du haut Moyen Âge, qui est une préoccupation apparue depuis quelques années seulement grâce à l’importance du corpus documentaire mis au jour par les fouilles préventives. Une telle interrogation, riche de possibilités d’éclairage du monde rural d’une époque qui reste mal connue, ne pouvait être formulée qu’à partir de données archéologiques. Mais les questions que posent la découverte dans des habitats ruraux des viie - xie siècles de dizaines de silos sont complexes et totalement originales et il ne pourra y être répondu à partir des seules données archéologiques : un travail complexe, amorcé depuis peu, doit être fait en commun par des historiens et des archéologues et seulement à partir d’une documentation composée de sites fouillés sur une surface représentative, bien datés et publiés.

  • 111  L’article 2 de la loi du 21 mai 2001 est ainsi rédigé : « Les programmes scolaires et les programm (...)
  • 112  Michel Colardelle souligne dans son rapport sur le développement culturel des outre - mers françai (...)

176Ce positionnement nouveau de l’archéologie médiévale est encore plus remarquable quand des questionnements lui viennent de la recherche en sciences sociales ou exactes ou d’une demande sociale. Force est de constater que si l’outil archéologique est capable de répondre d’une manière originale et significative, la documentation n’existe pas forcément : il faut mettre en œuvre une problématique et un travail de terrain originaux pour la collecter. Hors du Moyen Âge, l’archéologie de l’esclavage est un exemple remarquable à ce propos. Il s’agit d’un domaine de recherche actif depuis les années 1970 aux États - Unis et plus récemment en Afrique, mais presque totalement inconnu en France. Pourtant, ce genre de recherche est possible dans les quatre départements français d’Outre - Mer (Guyane, Guadeloupe, Martinique et Réunion). De plus, parmi les quatre lois mémorielles adoptées par le Parlement entre 1990 et 2005, celle du 21 mai 2001, tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité et dite loi Taubira, porte dans son article 2 l’obligation de développer la recherche, en l’occurrence les études orales et les fouilles, afin d’apporter à notre connaissance de la traite et de l’esclavage une documentation originale dont on sait qu’elle sera importante111. La demande de développement d’un tel thème de recherche est légitime et est finalement un hommage rendu à la qualité de l’outil forgé par quelques décennies de recherches archéologiques nord - américaines. Mais il est évident que dans un cas de ce genre et encore une fois seule une recherche programmée, bien préparée par des chercheurs d’horizons variés et orientée vers une documentation, de terrain et autres, bien sélectionnée peut nous apporter des réponses intéressantes. Faute d’une approche de ce genre et de la mobilisation des moyens nécessaires, notre pays ne pourra pas, dans ses départements d’Outre - Mer, rattraper des décennies de retard par rapport aux travaux des archéologues américains et canadiens112.

177Ce problème de méthode est encore plus net quand les archéologues sont interrogés par des spécialistes de certaines sciences exactes qui de plus en plus souvent ont besoin de données archéologiques pour étudier des sujets qui sont parfois d’une très grande complexité. Après des questionnements simples et anciennement formulés il y a une quarantaine d’années, comme l’évolution du magnétisme terrestre, ce sont désormais des interrogations sur l’évolution climatique ou celle des espèces cultivées ou domestiquées qui sont adressées aux archéologues, y compris médiévistes. À partir du moment où les climatologues ont compris que la taille ou l’espèce des poissons pêchés ou l’évolution d’un bassin fluvial dans le cours du Moyen Âge étaient des données importantes pour eux, les archéologues médiévistes ont été sollicités.

178Des questionnements comme les précédents légitiment l’archéologie médiévale, mais ils imposent aussi aux archéologues une méthodologie de travail rigoureuse. Le dialogue avec les historiens et plus encore avec les spécialistes des sciences exactes n’est possible que si les archéologues produisent le contexte de leurs observations et les modalités de fonctionnement de leurs raisonnements, par exemple les bases des datations qu’ils avancent. Cela suppose des conditions rarement toutes réunies : l’existence d’un rapport de fouille, une publication complète des résultats, la possibilité d’un retour éventuel aux données brutes dans des dépôts de fouille.

179Par ailleurs, les questionnements adressés aux archéologues médiévistes ne peuvent pas forcément avoir une réponse immédiate : il ne peut et ne pourra être répondu à certaines de ces questions que si l’archéologie médiévale fonctionne comme n’importe quelle discipline scientifique, avec la possibilité ouverte aux personnes compétentes de disposer du temps nécessaires pour s’investir dans de telles recherches collectives quand le besoin apparaît. Il est rarement possible de travailler ainsi à cause des contraintes de l’archéologie préventive qui pèse sur une part importante des chercheurs compétents.

180Tous les thèmes précédents et bien d’autres encore doivent et peuvent être abordés par les archéologues qui ont d’évidence beaucoup à dire sur chacun d’entre eux et qui sont même parfois les seuls à pouvoir rassembler une documentation originale sur un grand nombre de ces sujets.

181Ce serait une profonde erreur que de penser que ce genre d’approche n’est pas applicable à l’archéologie préventive : cela est possible, mais à certaines conditions auxquelles il est difficile actuellement de satisfaire dans la majorité des cas. Quand il apparaît qu’un site le mérite, il faut pouvoir constituer avant le diagnostic une équipe intellectuellement polyvalente, capable d’établir un bilan de la recherche dans le secteur géographique et sur le ou les thèmes qui vont être abordés et de formuler une problématique de terrain. L’une des conditions d’une telle approche est qu’il existe, région par région et thème par thème, des bilans scientifiques de qualité régulièrement mis à jour et permettant ensuite de déterminer ce qui, dans l’ensemble des opérations préventives prévues, mérite un effort particulier de recherche. Il n’est pas acceptable de voir encore des sites de plusieurs dizaines d’hectares en zone rurale fouillés sans qu’un état approfondi des connaissances sur le lieu et le thème n’ait été fait préalablement afin de montrer l’intérêt de l’opération et surtout de conduire celle-ci en tenant compte de cette réflexion méthodologique préalable et en conclusion d’en exploiter efficacement les résultats. Dans la majorité des cas, le coût d’une telle opération documentaire préalable est réduit par rapport à celui de la fouille sinon même du diagnostic. Le rassemblement d’un corpus documentaire et d’un état du sujet après clôture de la fouille ne permettra pas de conduire au mieux celle-ci et d’en exploiter de même les résultats.

Conclusion : faire passer l’archéologie médiévale d’une activité opportuniste à un rôle de carrefour de compétences

  • 113  Christine Rendu, La Montagne d’Enveig : une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, Édi (...)

182La qualité et la puissance de l’outil intellectuel mis au point par les archéologues médiévistes depuis dix ou vingt ans nous contraint à une mutation qui affecte l’ensemble de la discipline. Le retard dans la réflexion sur l’archéologie médiévale dans les années qui viennent de s’écouler n’a pas empêché quelques chercheurs de franchir un cap essentiel et d’élaborer une archéologie conceptuelle utilisant toutes les ressources de l’anthropologie historique. Les recherches conduites par Christine Rendu dans les montagnes pyrénéennes ou par Laurent Fau en Aubrac sont, parmi d’autres travaux récents, les exemples d’approches qui utilisent un large éventail de sciences humaines et sociales et qui font de l’archéologie un carrefour disciplinaire113. Il n’est pas sans signification que dans ces deux cas il s’agisse de travaux qui portent sur des secteurs qui ont été longuement et précisément étudiés par les ethnologues et qui sont l’analyse d’un paysage, d’un habitat et d’un mode de vie dans des zones de montagne, c’est - à - dire dans des lieux où le rôle de l’homme comme créateur d’une société est très fort. Mais il serait possible de donner d’autres exemples qui montreraient que l’archéologie médiévale se situe désormais et de plus en plus souvent au centre d’approches qui font appel à une alliance complexe des sciences sociales, humaines et exactes.

  • 114  Parmi d’autres, on peut citer son étude de la plantation de Flowerdew Hundred (Virginie) fondée en (...)
  • 115  Anne Elizabeth Yentsch, Julie Hunter, Colin Refrew, Wendy Ashmore, A Chesapeake Family and Their S (...)
  • 116  Voir à propos ibid., les chapitres 15 « Archaeology as anthropological history » et 16 « Archaeolo (...)

183Les États - Unis, avec les multiples fouilles de plantations faites en Virginie et dans le Maryland depuis les années 1970 fournissent bien des exemples d’une recherche faite de cette manière : ainsi les travaux en Virginie de James Deetz (1930 - 2000)114, l’un des pères avec Noël Ivor Hume de l’archéologie historique américaine, ou l’étude des plantations de la famille Calvert, fondatrice de la colonie du Maryland en 1632115. Dans ce second cas, l’analyse des restes matériels des établissements coloniaux du xviiie siècle est faite en conjonction avec toutes les données possibles, comme les sources écrites et les objets d’art, pour reconstituer aussi bien la vie quotidienne d’une famille aristocratique d’origine anglaise que celle des colons anglais et des esclaves d’Afrique de l’Ouest qui travaillent dans les plantations de tabac. La quatrième de couverture de cet ouvrage résume bien la démarche : Anne Yentsch illustrates the way in which historical archaeology draws on different disciplines to interpret the past116.

184L’archéologie nord - américaine de la période historique montre avec clarté quelques évidences de pratique documentaire qui ne sont pas toujours vues par certains archéologues médiévistes. Sur des périodes aussi récentes que les xvie - xviiie siècles, la culture générale de nos contemporains et souvent de forts enjeux identitaires leur permettent de relativiser l’apport de l’archéologie mais aussi d’en apprécier l’originalité et l’intérêt. L’archéologie seule ne peut prétendre étudier en Virginie ou dans le Maryland de grandes familles de planteurs de tabac, une culture qui est par ailleurs aux origines de l’esclavage qui apparaît en Amérique du Nord à peine plus de dix ans après la création du premier établissement européen à Jamestown en 1607. Par contre, les archéologues peuvent aisément montrer ce que révèlent d’original les fouilles de ces plantations, par exemple sur des aspects non autrement documentés de l’esclavage ou plus largement de la vie quotidienne des hommes et des femmes de toute origine qui résidaient dans celles - ci.

185Nous sommes ici très loin de l’image traditionnelle de l’archéologie comme observation de l’objet matériel et établissement de typologies. C’est cette mutation récente qui tout à la fois relativise l’intérêt de l’apport du préventif et contraint les archéologues, quand ils peuvent s’en donner les moyens, à conceptualiser leurs approches et à élargir leurs horizons intellectuels. L’enjeu actuel prioritaire des archéologues médiévistes est désormais une réflexion sur les moyens de faire de leur discipline plus qu’une activité opportuniste conditionnée par une demande sociale solvable : une recherche scientifique véritable qui se situe à un carrefour de compétences.

186Ainsi pratiquée, l’archéologie médiévale est un travail d’équipe et tend à devenir une science globalisante, comme l’a été l’histoire dans les années soixante - soixante dix. L’une des réussites récentes de l’archéologie médiévale est de se trouver de plus en plus à la confluence de préoccupations et de questionnements divers venant de milieux scientifiques variés qui ont besoin de l’apport de l’archéologie.

187L’archéologie médiévale, après la longue maladie infantile qu’a été la crise de l’archéologie préventive, a tous les atouts pour entrer dans un autre monde, celui d’une recherche adulte : il suffit de lui en donner les moyens financiers et surtout humains.

  • 117  Luc 2, 29 - 32 : « Maintenant, Seigneur, laisse ton serviteur S’en aller en paix, selon ta parole. (...)

Nunc dimittis servum tuum,
Domine, secundum verbum tuum in pace :
Quia viderunt oculi mei salutare tuum117.

Haut de page

Notes

1  Pour de complets éléments sur l’histoire de l’archéologie médiévale dans les trente dernières années : Jean Chapelot, François Gentili « Trente ans d’archéologie médiévale en France », Jean Chapelot (éd.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Actes du congrès de la Société d’archéologie médiévale, Vincennes, 16 - 18 juin 2006, Caen, publications du CRAHM, 2010, p. 9 - 30.
« Le texte du présent article est pour une part tributaire de discussions qui se sont développées dans le milieu des archéologues médiévistes pendant le premier semestre 2010 après la sortie d’un précédent article (Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxisiècle ou comment changer d’époque », Jean Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France…op. cit ., p. 393-436). Des informations ou des réflexions multiples ont été ainsi récoltées, notamment lors de multiples déplacements en région pendant cette période. Elles ont été communiquées par des collègues qui n’ont pour la plupart pas souhaité être cités, mais qu’il convenait de remercier pour leur apport essentiel pour cerner une situation très évolutive et très incertaine, comme on va le voir plus bas ».

2  Jean Chapelot « L’archéologie médiévale en France au début du XXIsiècle ou comment changer d’époque », Jean Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France… op. cit., p. 393 - 436.

3  C’est à dire l’ensemble de ceux qui doivent tenir compte de l’intervention préalable éventuelle des archéologues avant la mise en œuvre de leurs projets d’aménagements et d’équipements,

4  Rapport d’information n°440 (2004 - 2005) de M. Yann Gaillard, fait au nom de la commission des finances, déposé le 29 juin 2005 au nom de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation sur l’Institut national de recherches archéologiques préventives, Les rapports du Sénat, 82 p. (Annexe au procès - verbal de la séance du 29 juin 2005), p. 44.

5  Jean Chapelot, « Archéologie (politique de l’) », Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Paris, 2001, p. 23 - 25.

6  Jean - Paul Demoule, « Les archéologues d'aujourd'hui doivent être polyvalents », Propos recueillis par Pierre Barthélémy, Le Monde, mercredi 11 septembre 2002.

7  La loi de 2003 prévoit que l’agrément en Conseil d’État n’est possible dans chacune des périodes éventuelles d’intervention, du paléolithique à l’époque contemporaine, que si les opérateurs disposent d’un personnel spécialiste de ces périodes. Dans le cas de l’INRAP, ce sont les CIRA et les SRA qui apprécient au coup par coup la compétence des responsables d’opération.

8  Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouvelles de l’Archéologie, Paris : MSH, n 113, 2008, p. 60 - 64. Cf. aussi L’archéologie de collectivités territoriale en France : annuaire 2009, Association Nationale pour l’Archéologie de Collectivité Territoriale (Anact), janvier 2009, 86 p. II. téléchargeable : http://anact.free.fr/.

9  D’après Thomas Vigreux, président de l'Association nationale pour l'archéologie des collectivités territoriales (ANACT) : L’archéologie préventive. Compte rendu de la table ronde organisée par la commission de la culture, de l’éducation et de la communication le 25 novembre 2009. Jacques Legendre, Sénateur, Commission de la culture, de l’éducation et de la communication, Rapport d’information, n.°241, 2009 - 2010. Sur le site du sénat, l’enregistrement vidéo de cette table ronde est visible et le texte téléchargeable : http://videos.senat.fr/video/videos/2009/video3438.html. ; www.senat.fr/rap/r09 - 241/r09 - 2411.html.

10  http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/archeo/pdf/operateur_agree.pdf

11  L’archéologie préventive, op. cit., p. 29.
La redevance d’archéologie préventive (RAP) a été créée par les deux lois de 2001 et 2003. Elle est due par les maîtres d’ouvrages publics ou privés dont le projet est susceptible d’affecter le sous-sol archéologique. Elle s’applique aux travaux soumis à autorisation ou déclaration préalable à partir de 1 000 m2 de SHON (surface hors œuvre nette) et à ceux donnant lieu à une étude d’impact (carrières par exemple) à partir d’une surface de 3 000 m.

12  Idem, p. 18.

13  Idem, p. 18 - 19.

14  Idem, p. 19.

15  Idem, p. 20.

16  Idem, p. 21.

17  Idem, p. 28 ; Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouvelles de l’Archéologie, Paris, n°113, 2008, p. 60 - 64.

18  Une partie de l’information qui suit vient d’une enquête interne réalisée en mai 2010 auprès de ses adhérents et des autres sociétés privées d’archéologie par le Syndicat national des professionnels de l’archéologie qui a bien voulu me communiquer ce document.

19  http://www.hades-archeologie.com/spip.php?rubrique3. En mai 2010, elle emploie 30 personnes en CDI et son effectif moyen en équivalent temps plein CDI plus CDD a été de 41,5 personnes en 2009 (Communication personnelle de Bernard Pousthomis, président d’Hades).

20  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologie.

21  Carte des lieux de réalisations de fouilles préventives, d’études architecturales et des autres études archéologiques : http://www.hades-archeologie.com/spip.php?rubrique5.

22  Communication personnelle de Bernard Pousthomis.

23  http://www.societe.com/societe/antea-archeologie-sarl-420509200.html.

24  http://www.haut-rhin-services.fr/fr/Annuaire-entreprises/antea-archeologie.html.

25  Selon les déclarations de Matthieu Fuchs, directeur général du Pôle archéologique interdépartemental rhénan (PAIR) lors de la table ronde sur l’archéologie préventive organisée le 25 novembre au Sénat (L’archéologie préventive, op. cit., p. 20).

26  Sur cette société, voir le témoignage de Luc Bernard, directeur des opérations d’Archéopole lors de la table ronde organisée par le Sénat le 25 novembre 2009 : L’archéologie préventive , op. cit., p. 22 - 23.

27  Dans ce cas il s’agit de l’UMR HALMA - IPEL de l'université de Lille  III et du programme collectif de recherche sur l’emporium médiéval de Quentovic (Pas - de - Calais).

28  http://www.socialement-responsable.org/achat/structure/3564/Amicale-laique-de–Carcassonne-Carcassonne/recherche/359.

29  Marie-Élise Gardel (Dir.), Cabaret. Histoire et archéologie d’un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude), Centre de valorisation du patrimoine médiéval, Carcassonne, 1999, 965 pages. Marie - Élise Gardel, Vie et mort d’un castrum. Cabaret, archéologie d’un village médiéval en Languedoc (xie-xiiiesiècles), l’Hydre, éditeur, 2004,130 p., ill.

30  http://194.250.166.236/creparth/atemporelle/site/assoc/presentation.htm.

31  Dominique Iogna – Prat, «  Il était une fois le centre d’études médiévales… », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, n. 10, 2006 ; Christian Sapin, « Petite archéologie du Centre d’études médiévales », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, n. 10, 2006 Téléchargeable : http://cem.revues.org.

32  Carte des lieux d’intervention du CEM : http://www.cem-auxerre.fr/crbst_12.html.

33  http://www.eveha.fr/fr/.

34  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologie.

35  http://www.archeosphere.com/effectifs.php.

36  http://www.france2.fr/cultureetloisirs/archeologie/37140534-fr.php.

37  http://www.archeosphere.com/effectifs.php.

38  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologie.

39  http://pagesperso-orange.fr/archeoloire/pageaccueil.html.

40  L’archéologie préventive 2009, p. 30.

41  http://thehumanjourney.net/index.php?option=com_content&task=view&id=485&Itemid=129.

42  L’archéologie préventive 2009, p. 30.

43  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologie.

44  http://www.archeodunum.ch/.

45  Fichier des 66 000 entreprises lyonnaises de la CCI de Lyon : http://www.lyon.cci.fr/annuaire/fiche.asp?cle=20064352.

46  Communication personnelle de cette entreprise.

47  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologie.

48  Données extraites de l’enquête de mai 2010 du Syndicat national des professionnels de l’archéologie.

49  Rapport au Parlement. Mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, février 2006, t. I, p. 22, 25 et 79 - 80 et 83 – 84 : téléchargeable : http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/archeo-preventive2006/rapport-archeo.html.
Toutes ces données sont à prendre avec précaution car le nombre de fouilles préventives réalisées par l’INRAP en 2005 sera finalement de 321 (Rapport d’activités Inrap 2005, p. 10).Tous les rapports annuels d’activité de l’Inrap sont téléchargeables : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/L-INRAP/Rapport-d-activites/p-274-Rapports-d-activites.htm

50  Rapport au Parlement. Mise en œuvre de la loi modifiée du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, février 2006, t. I, p. 80 : http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/archeo-preventive2006/rapport-archeo.html.

51  Idem, t. , p. 84.

52  Il manque les données de huit entreprises qui sont toutes, sauf une, de petite ou très petite taille.

53  Rapport d’activités Inrap 2008, p. 12 et 79.

54  Nous avons vu plus haut qu’en mai 2009 les huit sociétés qui ont créé le syndicat national des professionnels de l’archéologie avaient plus de 300 salariés. En novembre 2009, Luc Bernard, directeur des opérations d’Archeopole, a déclaré lors de la table ronde organisée par le Sénat que « l'archéologie privée représente près de 400 agents » (L’archéologie préventive 2009, p. 22).

55  Il manque, rappelons- le, les données pour huit petites entreprises ou associations, soit de l’ordre d’une vingtaine d’emplois.

56  Bruno Dufaÿ, « l’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », Les Nouvelles de l’Archéologie, Paris, n°113, 2008, p. 60 - 64 ; L’archéologie préventive 2009, p. 28.

57  Le 25 novembre 2009, Michel Clément, directeur de l’architecture et du patrimoine, donnait une évaluation plus basse lors de la table ronde organisée par le Sénat et consacrée à l’archéologie préventive : « Il est assez difficile d'évaluer très précisément le nombre d'agents de ces structures au total, mais l'estimation du ministère de la culture est de 600 à 800 agents pour ces opérateurs agréés » (L’archéologie préventive 2009, p. 10).

58  Rapport d’activités Inrap pour 2008, p. 83. Lors de la table ronde organisée par le Sénat le 25 novembre 2009, Nicole Pot, alors directrice générale de l’Inrap, a déclaré que « l'INRAP compte aujourd'hui 2 000 agents, pas tous archéologues puisque certains s'occupent de l'administration de l'archéologie, mais quelque 1 500 archéologues » (L’archéologie préventive 2009, p. 12). Ce chiffre de 1 500 est le total du personnel de la filière scientifique et technique qui figure sur l’annuaire du personnel de l’Inrap, donc hors CDD.

59  Dans un communiqué du 4 mai 2010, le ministre de la culture et de la communication a annoncé que Jérôme Bouët était chargé de lui remettre en septembre « un plan d’action pour une nouvelle étape des relations entre le ministère et les collectivités territoriales ». Il s’agit, comme l’indique ce communiqué, d’organiser « une grande réflexion autour des relations partenariales entre l’État et les collectivités, dans le champ culturel » et, dans le cadre de la future réforme des collectivités territoriales de définir « les rôles des différents partenaires publics tout en tenant compte de la volonté exprimée par le Président de la République de maintenir les compétences culturelles de toutes les collectivités ».

60  Paul Iogna – Prat, Le patrimoine culturel entre le national et le local : chances et limites de la décentralisation, Thèse de doctorat de droit public, de l’Université d’Angers, Faculté de droit, d’économie et de sciences sociales, 2009, un vol., XII – 813p.  (Téléchargeable : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/43/51/44/PDF/These_PIP_version_finale_24.05.09.pdf.

61  Bruno Dufay, « L’archéologie territoriale en France. Un nouveau paysage », op. cit.

62  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle ou comment changer d’époque », op. cit., notamment les figures 3 et 4, p. 398 - 399.

63  http://www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/6/6620/6620_fichier_134-Note-la-place-de-l-Inrap-dans-le-systeme-concu.pdf.

64  On retrouve le contenu de cette circulaire dans l’intervention de Nicole Pot, directrice générale de l’INRAP, le 25 novembre 2009 lors de la table ronde sur l’archéologie préventive organisée par le Sénat (L’archéologie préventive 2009, p. 11 - 12), mais avec une formulation plus nuancée et plus précise, par exemple quand elle déclare, p. 36, que l’INRAP a un statut « d’établissement public à caractère administratif ».

65  On retrouve le contenu de cette circulaire dans l’intervention de Nicole Pot, directrice générale de l’INRAP, le 25 novembre 2009 lors de la table ronde sur l’archéologie préventive organisée par le Sénat (L’archéologie préventive 2009, p. 11 – 12), mais avec une formulation plus nuancée et plus précise, par exemple quand elle déclare, p. 36, que l’INRAP a un statut « d’établissement public à caractère administratif ».

66  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle ou comment changer d’époque », op. cit., p. 429.

67  Idem qui présente un tableau fouillé de la situation actuelle de l’archéologie médiévale repris très souvent ci - dessous.

68  Rapport d’activités INRAP 2008, Paris, 2009, p. 64 et p. 10 - 11.

69  La recherche archéologique en France 1985 - 1989, Paris, Ministère de la Culture, 1990, 288 p. ill. ; La recherche archéologique en France. Bilan 1990 - 1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique, Ministère de la Culture, Direction du patrimoine, sous - direction de l’archéologie, Paris, 1997, 461 p. illustré.

70  La recherche archéologique en France : bilan 1995 - 1999 du Conseil national de la recherche archéologique, Les Nouvelles de l’archéologie, n° 88, deuxième trimestre 2002, 80 p. sans bibliographie ni illustration.

71  Le tome I, en 97 pages, analyse avant tout les conditions de mise en œuvre de la loi et ne contient que quelques données chiffrées très élémentaires sur le nombre total d’interventions, le tome II, en 448 p. illustrées, après dix pages de « Synthèses thématiques », est avant tout une présentation des « Résultats significatifs régionaux » : après une brève analyse des principales opérations région par région, il présente les principaux sites fouillés, dans l’immense majorité des cas sans référence à d’éventuels rapports ou publications.

72  Rapport au Parlement 2006, op. cit., t. II , p. 17 - 22.

73  http://www.archeologie.culture.gouv.fr.

74  La préfiguration est accessible depuis le début de l’été 2009 (http://www.adlfi.fr/SiteAdfi/index). En 2000, le prototype accessible sur Internet contenait 818 notices concernant sept régions de France. Presque toutes ces notices étaient la numérisation de textes parus dans des bilans scientifiques régionaux dans la décennie 1990 : Bernard Randoin, « La recherche archéologique sur Internet. Les bilans scientifiques régionaux en ligne », dans La recherche archéologique, Culture & recherche, n° 85 - 86, juillet - août - septembre - octobre 2001, p. 23.

75  Direction régionale des affaires culturelles Alsace. Service régional de l’archéologie, Bilan scientifique 2006 Hors série 2/2, Périodes historiques, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information ; Direction régionale des affaires culturelles Provence - Alpes -  Côte - d’Azur. Service régional de l’archéologie. Bilan scientifique 2008 Hors série, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information, Mission archéologie ; Direction régionale des affaires culturelles Rhône - Alpes. Service régional de l’archéologie, Bilan scientifique 2006 - 2, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information, mission archéologique, 2 vol. , t. 2 : Bilan quadriennal de la CIRA (2003 - 2006), Programmation scientifique interrégionale  -  Antiquité.
Ces documents sont téléchargeables : http://www.archeologie.culture.gouv.fr.

76  Commissions interrégionales de la recherche archéologique. Bilan du mandat 2003 - 2006. t. 4 : Interrégion Sud - Ouest. Aquitaine, Limousin, Midi - Pyrénées, Poitou - Charentes, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, Sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information ; Commissions interrégionales de la recherche archéologique. Bilan du mandat 2003 - 2006. t. , : Interrégion Est. Alsace, Bourgogne, Champagne - Ardenne, Franche - Comté, Lorraine, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, Sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information, 2008 ; Commissions interrégionales de la recherche archéologique. Bilan du mandat 2003 - 2006.  - t. 2 : Interrégion Ouest. Bretagne, Basse - Normandie, Haute - Normandie, Pays - de - la - Loire, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, Sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information ; Commissions interrégionales de la recherche archéologique. Bilan du mandat 2003 - 2006. - t. 3: Interrégion Sud - Est. Corse, Languedoc - Roussillon, Provence - Alpes - Côte - d’Azur, Ministère de la culture et de la communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, Sous - direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information ; Bilan scientifique Rhône - Alpes 2008, op. cit., t. ,  I qui contient le Bilan quadriennal de la CIRA (2003 - 2006) suivi de la Programmation scientifique interrégionale qui est l’équivalent d’un bilan décennal.
Ces documents sont téléchargeables : http://www.archeologie.culture.gouv.fr.

77  Rapport d’activités INRAP 2004, Paris, 2006 ; Rapport d’activités INRAP 2005, Paris, 2006 ; Rapport d’activités INRAP 2006, Paris, 2007 ; Rapport d’activités INRAP 2007, Paris, 2008 ; Rapport d’activités INRAP 2008, Paris, 2009.Tous ces rapports sont téléchargeables : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/L-INRAP/Rapport-d-activites/p-274-Rapports-d-activites.htm.

78  « Programme scientifique 2010 de l’INRAP » approuvé par le conseil d’administration du 24 novembre 2009, p. 5 et graphe de la p. 6 : http://www.inrap.fr/userdata/c_bloc_file/6/6562/6545_fichier_progDST2010.pdf.

79  Enquête sur les revues d’archéologie du territoire national, Comité des publications et de la diffusion de la recherche archéologique (CPDRA), Direction de l’architecture et du patrimoine (IGAPA; SDArchetis), août 2007, p. 164 - 165 : la part de l’archéologie de la période moderne, qui s’appuie avant tout sur des données issues des fouilles urbaines, est de 1,5 % des pages utiles dans les deux revues nationales et les dix revues interrégionales d’archéologie analysées, soit à peu près la même que celle du paléolithique ;
Ce document est téléchargeable : http://www.archeologie.culture.gouv.fr.

80  Michel Guerrin, « Vingt-sept ans après “Le déjeuner sous l’herbe”, l’œuvre d’art de Spoerri sort de terre. Les restes du “repas-performance” pour cent couverts, mis au jour par des archéologues à Jouy – en – Josas, seront présentés au public le 5 juin », Le Monde, samedi 5 juin 2010, p. 21.

81  Bilan scientifique Alsace, op. cit., p. 124 ; Danièle Alexandre - Bidon, François Piponnier, « Chroniques des fouilles médiévales en France en 2004… », op. cit., p. 181 ; id., « Chroniques des fouilles médiévales en France en 2005… ». op. cit., p. 247 ; id., « Chroniques des fouilles médiévales en France en 2006…», op. cit., p. 175 ; Id., « Chroniques des fouilles médiévales en France en 2007.  -Constructions et habitats civils – Environnement rural et urbain », Archéologie médiévale, 38, p. 165; Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 415 - 416.

82  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 424.

83  La recherche archéologique en Picardie : Bilans & perspectives. Journées d’études tenues à Amiens les 21 et 22 mars 2005, Revue archéologique de Picardie, 3 - 4, p. 257 et 253.

84  Mise au point à ce propos dans Chapelot (Jean), « L’habitat rural du haut Moyen Âge dans la moitié nord de la France. Quelques réflexions sur ce que nous en fait connaître l’archéologie », dans Autour du "village". Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (ive - xiiie siècles), Hommage au Professeur René Noël, Université de Louvain - la - Neuve, actes du colloque de mai 2003, à paraître fin 2010.

85  Danièle Alexandre - Bidon, François Piponnier, « Chroniques des fouilles médiévales en France en 1999. I  -  Constructions et habitats civils – Environnement rural et urbain », Archéologie médiévale, 30 - 31, p. 205 ; id., Chroniques des fouilles médiévales en France en 2005. I - Constructions et habitats civils – Environnement rural et urbain», Archéologie médiévale, 36, p. 247 ; id., « Chroniques des fouilles médiévales en France en 2006. I  -  Constructions et habitats civils – Environnement rural et urbain », Archéologie médiévale, 37, p. 175 ; Bilan CIRA Est, op. cit., p. 89, 91 et 97 - 98 ; La recherche archéologique en Picardie, op. cit., p. 228 - 230 ; Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 416 - 417.

86  Marie - Pierre Estienne, Châteaux, villages, terroirs en Baronnies xe – xvsiècle, Publications de l'Université de Provence, Aix - en - Provence, 2004; Marie - Elise Gardel (dir.), Cabaret. Histoire et archéologie d'un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude), Centre de valorisation du patrimoine médiéval (CVPM), Carcassonne, 1999 ; Claude Raynaud (dir.), Archéologie d'un village languedocien. Lunel - Viel (Hérault) du ier au xviiie siècle, Édition de l'Association pour le développement de l'archéologie en Languedoc - Roussillon, 2007 (Monographies d'Archéologie Méditerranéenne 22) ; Olivier Passarius, Richard Donat, Aymat Catafau (dir.), Vilarnau. Un village du Moyen Âge en Roussillon, Trabucaire Éditions, 2008. Ces ouvrages sont les produits d’une thèse et des publications d’une salariée d’association et d’un agent d’un service archéologique de collectivité, d’un chercheur au CNRS et d’un enseignant d’université. On y ajoutera l’une des rares publications issues d’une grosse opération de fouille préventive, dirigée par une salariée de l’INRAP et qui contient des éléments importants sur l’habitat rural de l’ensemble du Moyen Âge : Olivier Maufras (dir.), Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie - xve siècle). Contribution des travaux du tgv - Méditerranée à l'étude des sociétés rurales médiévales, Paris, Maison des sciences de l’Homme, 2006 (Documents d’archéologie française, 98).

87  Michel Lauwers, Naissance du cimetière, Paris, 2005 ; Cécile Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Centre universitaire d’histoire et d’archéologie médiévales, Lyon, 1996, (Collections d’histoire et d’archéologie médiévales, 3).

88  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 398 - 400.

89  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 401 - 404.

90  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 411.

91  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle… », op. cit., p. 414 - 425.

92  Jean Chapelot, « Un projet porteur de conflits », Le Figaro, mercredi 20 décembre 2000, p. 16.

93  Rapport d’activités INRAP 2004, op. cit., p. 37 – 39 ; Rapport d’activités INRAP 2005, op. cit., p. 37 – 39 ; Rapport d’activités INRAP 2006, op. cit., p. 36 – 9 ; Rapport d’activités INRAP 2007, op. cit., p. 40 – 43 ; Rapport d’activités INRAP 2008, op. cit., p. 76 - 79.

94  L’archéologie préventive, op. cit., p. 26.

95  Karl Bouche, Claude Héron, « Les archéologues dans les collectivités territoriales. Statuts, précarité, reculs et avancées », La Lettre de l’Anact, n° 3, novembre 2009, p. 2.

96  Jean Chapelot, « L’archéologie médiévale en France au début du xxie siècle », op. cit., p. 422 - 425.

97  Alain Girard, Christian de Mérindol, La Maison des chevaliers de Pont - Saint - Esprit, tome 1 : La demeure des Piolenc, tome 2 : Les décors peints et corpus des décors monumentaux peints et armoriés du Moyen Âge, Conseil Général du Gard, Musée d'art sacré du Gard, 2001.

98  Christine Becker, Isabelle Parron - Kontis, Sophie Savay - Guerraz (dir.), Le musée Gadagne. Archéologie et histoire au cœur d'un projet patrimonial à Lyon, ALPARA, Lyon, 2006 (Documents d’archéologie en Rhône - Alpes, 29).

99  Maurice Scelles, Jean - François Peiré, Patrick Roques, Cahors, ville et architecture civile au Moyen Âge (xiie - xivsiècles), Éditions du patrimoine, Paris, 1999 (Cahiers du patrimoine, 54).

100  Maurice Werlé, La droguerie du Serpent. Une demeure médiévale au cœur de Strasbourg, Université Marc Bloc, Strasbourg, 2006 (Rhin Meuse Moselle, Monographies d'archéologie du Grand Est, 1).

101  Marie - Christine Grasse, Vivre en Provence à la fin du Moyen Âge. L’habitat urbain médiéval en Provence orientale (1250 - 1525), ASPEAM, 2005.

102  Pierre Garrigou - Grandchamp (éd.), Les demeures urbaines patriciennes et aristocratiques : (xiie - xive siècles), Société française d'archéologie, 2002 (Bulletin monumental 160).

103  Christian Sapin (dir.), Archéologie et architecture d'un site monastique. 10 ans de recherche à l'Abbaye Saint - Germain d'Auxerre, Centre d’études médiévales d’Auxerre, 2000

104  Anne Baud, Cluny, un grand chantier médiéval au cœur de l’Europe, Paris, 2003, 192 (Collection Espaces Médiévaux).

105  Sheila Bonde, Clark Maines, Saint - Jean - des - Vignes in Soissons. Approaches to its History, Architecture and Archaeology, Louvain, 2003 (Bibliotheca Victorina, 20).

106  Elizabeth Lorans, Saint - Mexme de Chinon ve - xxe siècle, Paris, édition du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2007 (Collection Archéologie et histoire de l'art, 22).

107  Isabelle Parron - Kontis, Joëlle Tardieu, De mémoires de palais : Archéologie et histoire du groupe cathédral de Valence, É. Jean - Daniel Berger, 2006.

108  Isabelle Parron - Kontis, Bénédicte Palazzo - Bertholon, Gabrielle Michaux, La cathédrale Saint - Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne, Association Lyonnaise pour la promotion de l'archéologie en Rhône - Alpes, 2002.

109  Nicolas Reveyron, Chantiers lyonnais du Moyen Age (Saint - Jean, Saint - Nizier, Saint - Paul) : archéologie et histoire de l'art, ALPARA, Lyon, 2005, (Documents d’Archéologie en Rhône - Alpes, 28).

110  Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie du xie au xiiie siècle en Normandie, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

111  L’article 2 de la loi du 21 mai 2001 est ainsi rédigé : « Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent. La coopération qui permettra de mettre en articulation les archives écrites disponibles en Europe avec les sources orales et les connaissances archéologiques accumulées en Afrique, dans les Amériques, aux Caraïbes et dans tous les autres territoires ayant connu l'esclavage sera encouragée et favorisée ».

112  Michel Colardelle souligne dans son rapport sur le développement culturel des outre - mers français l’importance d’une recherche archéologique programmée « sur certaines questions comme celle des « rues Case – nègre » et des cimetières d'esclaves, des évolutions techno - économiques des plantations, de l'évolution relative des sociétés et des écosystèmes, des typologies de production artisanale, comme bien sûr du recensement des patrimoines immatériels remarquables ». Michel Colardelle, De mémoire et d’espoir. Pour une action rénovée de l’État en faveur du développement culturel des Outre - mers français (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion). Rapport au ministre de la Culture et de la Communication, version modifiée et augmentée (15 avril 2010), p. 110.

113  Christine Rendu, La Montagne d’Enveig : une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, Éditions du Trabucaïre, 2003 ; Laurent Fau (dir.), Les Monts d’Aubrac au Moyen Âge. Genèse d’un monde agropastoral, Paris, Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 101).

114  Parmi d’autres, on peut citer son étude de la plantation de Flowerdew Hundred (Virginie) fondée en 1618 - 1619 au tout début de la colonisation et dont la fouille débute dans les années 1970 et s’achève en 1995 : James Deetz, Flowerdew Hundred : The Archaeology of a Virginia Plantation, 1619 - 1864, University of Virginia Press, 1995.

115  Anne Elizabeth Yentsch, Julie Hunter, Colin Refrew, Wendy Ashmore, A Chesapeake Family and Their Slaves : A Study in Historical Archaeology, Cambridge University Press, 1994.

116  Voir à propos ibid., les chapitres 15 « Archaeology as anthropological history » et 16 « Archaeology, a topical discourse ».

117  Luc 2, 29 - 32 : « Maintenant, Seigneur, laisse ton serviteur S’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut » Dans la liturgie, on appelle ce passage le cantique de Siméon. Récité à complies, il est basé sur les paroles prononcées par le vieux Siméon lorsqu’il reconnut le Messie dans le Christ, lors de la présentation au temple. Traditionnellement, on gardait dans chaque foyer chrétien un cierge bénit à l’église le 2 février (fête des lumières, de la chandeleur) pour l’allumer dans des circonstances très critiques : acte de confiance, ce cierge rappelle le besoin de veiller.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Chapelot, « Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 30 juillet 2010, consulté le 24 août 2017. URL : http://acrh.revues.org/2734 ; DOI : 10.4000/acrh.2734

Haut de page

Auteur

Jean Chapelot

L’auteur étudie le Moyen Âge occidental avec une double approche d’historien et d’archéologue. Ses travaux récents portent sur le château de Vincennes, une grande résidence royale du xive siècle dont il dirige l’étude depuis une quinzaine d’années par le biais d’une vingtaine de fouilles, d’une analyse architecturale poussée et d’un dépouillement intensif de la documentation écrite. Parallèlement, il se consacre aussi à l’étude de l’histoire et de l’archéologie de la Saintonge et à celle des sites coloniaux français d’Amérique du Nord, avec une attention spéciale pour la céramique et la terre cuite architecturale du Moyen Âge au xixe siècle. Une autre partie de son activité est consacrée depuis longtemps à une réflexion sur l’histoire et l’évolution de l’archéologie médiévale en France.
Jean Chapelot est membre du Centre de Recherches Historiques – Groupe d’Archéologie médiévale : http://gam.ehess.fr/document.php?id=120.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org