Navigation – Plan du site
Archéologiser l’histoire ?

Archéologie du bâti et anthropologie. L’exemple du technicien dans le Massif central et sur ses marges (xiexiiie siècles)

David Morel

Résumés

Cette étude se propose de dégager les caractéristiques du chantier de construction, dans son organisation et dans ses enjeux, en se référant aux évolutions architecturales perceptibles dans le diocèse de Clermont entre la fin du xie siècle et le xiiiesiècle. Le chantier ecclésiastique focalise les préoccupations, depuis les grands chantiers de la Limagne et les édifices d’ampleur, jusqu’aux sanctuaires plus modestes de plaine et de moyenne montagne. La réflexion prend aussi en compte le chantier laïc, ce dernier permettant d’éclairer la diversité des techniques, la position des différents acteurs, et de mesurer l’impact des savoir-faire et des environnements sur la condition sociale des bâtisseurs. D’autres pistes de réflexion connexes viennent aussi jalonner le propos pour élargir le débat en envisageant les niveaux de hiérarchisation et d’appropriation de l’espace bâti, la question de la matérialisation des héritages, ou encore la question de l’individualité de l’ouvrier qualifié.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Du point de vue de l’archéologie, l’une des difficultés essentielles est bien de réfléchir à la notion de document et au potentiel historique, au potentiel anthropologique, visiblement évolutif, de certains objets. Mais l’enjeu est également de définir des modalités d’interrogations adaptées en immergeant ces nouveaux supports dans un réseau de sources complémentaires susceptibles de renseigner leur environnement humain. La pratique archéologique peut alors sinon compenser totalement l’absence de sources textuelles explicites, du moins fournir des informations inédites sur le fonctionnement d’une communauté, à travers ses productions.

Techniques et qualifications

Une archéologie historique

  • 1  Florence Journot, De l’archéologie monumentale à l’archéologie du bâti et du garni. Construction e (...)
  • 2  Luc-Francis Genicot, L’architecture. Considérations générales, Typologie des sources du Moyen-Âge (...)
  • 3  Isabelle Parron-Kontis et Nicolas Reveyron (éd.), Archéologie du bâti. Pour une harmonisation des (...)

2Dans le cas de l’histoire de l’architecture, le cadre méthodologique, comme le domaine d’efficience de l’archéologie du bâti, n’ont été strictement définis qu’à partir du dernier tiers du xxe siècle. Des études récentes se sont d’ores et déjà attachées à mesurer les enjeux et cadres successifs de ce champ spécifique, depuis ses prémices, et permettent aujourd’hui d’appréhender dans le détail le passage de l’archéologie dite « monumentale » telle qu’elle pouvait être définie par les historiens de l’art jusqu’au milieu du xxe siècle, à l’archéologie du « bâtiment » aujourd’hui autonome dans ses protocoles et ses finalités1. De ce point de vue, il est intéressant de constater combien les tenants de cette archéologie d’élévation insistent sur la nécessité d’une formalisation, propre à toute naissance « disciplinaire », mais surtout sur ses objectifs résolument historiques. En 1978, dans son ouvrage consacré à l’architecture médiévale, Luc-Francis Genicot souligne déjà le besoin d’« appréhender […] un produit humain et par conséquent, des hommes d’autrefois »2. De même, lors de la table ronde initiée par les équipes de Lyon en 2001 et visant à une harmonisation des méthodes, Élise Faure-Boucharlat précise qu’à travers l’archéologie du bâti, « il s’agit bien de contribuer à l’histoire d’un art et de ses techniques, d’aller à la rencontre de ses maîtres d’œuvre et de ses artisans, mais aussi de ses commanditaires, d’aborder la dimension sociale et économique des chantiers et des ouvrages […] »3.

3Si ce désir d’envisager la dimension humaine de l’architecture permet de réaborder la question du chantier de construction, force est pourtant de constater que seule l’histoire culturelle et économique est aujourd’hui mieux renseignée. L’archéologie du bâti fournit alors des données qui confortent des hypothèses émises grâce à l’examen des sources écrites, des comptes de chantier, des comptes de municipalité, et le monument en lui-même n’est plus que rarement la source exclusive des réflexions, si ce n’est autour de problématiques morpho-spatiales, notamment dans le cadre urbain.

  • 4  Philippe Bernardi, « Sources écrites et archéologie du bâti », dans Archeologia dell'architettura, (...)

4L’histoire sociale de la construction est sans doute moins bien représentée et doit souvent se contenter de l’examen des sources écrites relatives à l’architecture, comme l’ont montré les travaux de Philippe Bernardi ou d’Alain Salamagne portant d’ailleurs spécifiquement sur le bas Moyen Âge4. L’archéologie montre encore des difficultés ponctuelles à se départir des sources textuelles imposées par l’histoire ce qui est particulièrement problématique lorsque ces dernières sont inexistantes, comme pour certaines périodes du Moyen Âge classique et du Haut Moyen âge, ou pour les régions les moins riches en archives.

  • 5  Pour le Massif Central, voir notamment Frédérique-Anne Costantini, L’Abbatiale Saint-Robert de La (...)

5De plus, il est vrai que l’archéologie du bâti reste encore principalement dévolue, malgré les efforts, à l’étude de grands ensembles cathédraux et castraux, dont elle permet de préciser les chronologies, les étapes de construction, voire les partis pris techniques5. La dimension humaine de l’architecture demeure souvent reléguée derrière un arsenal méthodologique de technicité et de spécialisation, à l’exception d’un goût toujours vif pour les figures des grands architectes ou de commanditaires prestigieux, surtout connus par des sources autres qu’ « archéologiques » et donc pour les derniers siècles du Moyen Âge.

  • 6  Pour cette période voir également Jean-Nöel Barnoud, Nicolas Reveyron, Gilles Rollier, Paray-le-Mo (...)

6Or, cette dimension de la construction est tout aussi importante à envisager pour les xie et xiie siècles puisqu’il accompagne la mise en place de la féodalité et d’une plus stricte hiérarchisation sociale, mais aussi parce qu’il met en évidence une évolution diversifiée des pratiques, une variété des héritages et des expériences techniques et donc une conception plurielle de l’architecture, de sa perception et de sa mise en œuvre6.

  • 7  Nathalie Ensergueix-Luthereau, Recherches sur l’iconographie du chantier de construction du xie au (...)

7Parmi les nombreuses questions que sous-tend cette approche monumentale, la question technique mérite sans doute une place privilégiée en permettant de réfléchir de manière nouvelle aux qualifications et au statut de l’ouvrier bâtisseur, dans une perspective « anthropologique ». La principale difficulté est d’ordre méthodologique puisque les sources textuelles sont quasiment absentes pour la période romane qui privilégie les récits d’interventions miraculeuses ou, au mieux, valorise le rôle des maîtres d’ouvrage au détriment du travail ordinaire et d’une description plus « pratique » des principes constructifs et des relations entre acteurs de l’entreprise. Les sources iconographiques restent également d’un faible secours étant pour la plupart bien tardives et ne reflétant que de manière lointaine une organisation et des habitudes vieilles sinon de plusieurs siècles, du moins de plusieurs décennies (fig. 1-2)7.

Fig. 1 – Clermont-Ferrand, Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, chapelle Saint-Austremoine. Vitrail. Ouvriers construisant une église (vers 1260). Photo de l’auteur.

Fig. 2 – Montfermy, Église Saint-Léger, Chœur. Construction de l’église de Montfermy (xive siècle). Photo de l’auteur.

Ici est-il alors possible de réfléchir aux possibles outils d’une anthropologie historique, en mesurant l’apport de l’archéologie du bâti à l’histoire des ouvriers du bâtiment dans le Massif Central, à travers le prisme de la glyptographie et de l’épigraphie.

Une évolution technique

8Dans un premier temps, et en nous attachant au seul cadre de l’ancien diocèse de Clermont (fig. 3).

Fig. 3 – L’ancien diocèse de Clermont (avant 1317). Hydrographie et altimétrie. De l’auteur.

Il est d’ores et déjà intéressant de caractériser l’évolution des principes de construction en s’appuyant sur une série d’édifices, principalement religieux, et ainsi de mettre en évidence une série d’indices signifiants où appareillages et traces d’outils sont d’abord essentiels à considérer. En effet, ils permettent d’une part d’analyser les choix et les moyens mis à disposition des bâtisseurs, d’autre part de retrouver certaines étapes des chantiers qui peuvent nous permettre, à terme, d’affiner les datations et de donner des bases plus solides à des typo-chronologies parfois trop strictes.

9Ainsi, de manière plus concrète, les observations conduites in situ permettent de préciser que le xie siècle voit dans le diocèse de Clermont, comme dans les diocèses voisins, l’émergence de tailleurs de pierre qualifiés et une évolution progressive des techniques de taille et d’assemblage. En l’occurrence, jusque dans la seconde moitié du xie siècle, les maçonneries emploient principalement des pierres cassées, simplement dégrossies et assemblées par un mortier laissant des joints épais et irréguliers (fig. 4-5).

Fig. 4 – Colombier (03), Église Saint-Patrocle, Nef, face Sud (début xiie s.). Photo de l’auteur.

Fig. 5 – Saint-Quintin-sur-Sioule (03), Église Saint-Quintin Chevet (fin xie s.). Photo de l’auteur.

Des pierres de taille provenant des édifices gallo-romains ou du Haut Moyen âge peuvent être remployées, des blocs équarris, de forme cubique, peuvent intégrer les structures et quelques exemples montrent un attachement tout particulier aux appareillages romains (fig. 6-8).

Fig. 6 – Châtel-de-Neuvre (03), Église Saint-Laurent Transept, bras Sud (xie s.). Remploi de cippe gallo-romain. Photo de l’auteur.

Fig. 7 – Leyvaux (15), Église Saint-Saturnin, chevet Détail du mur Est (début xiie s. ?). Photo de l’auteur.

Fig. 8 – Néris-les-Bains (03), Église Saint-Georges Nef, détail du mur Nord (vie s.).Photo de l’auteur.

  • 8  Éliane Vergnolle, « La pierre de taille dans l’architecture de la première moitié du xie siècle », (...)

Globalement, ces maçonneries montrent une absence de calibrage et des litages peu réguliers entraînant des pertes d’horizontalité. Les pierres de tout venant ou puisées dans les carrières à ciel ouvert les plus proches sont mêlées sans soin pour former la fourrure et seuls les parements rendent compte d’un effort de régularisation par l’emploi de cales. Clairement, maçons et manœuvres assurent les travaux, qui ne réclament que de moindres qualifications. Mais peu à peu, à partir de la fin du xie siècle et du début du xiie siècle, une régularisation progressive des parements s’opère grâce à un calibrage mieux surveillé des blocs et à une réduction sensible de l’épaisseur des joints (fig. 9-10)8.

Fig. 9 – Jaleyrac (15), Église Saint-Martin Nef, élévation Nord (milieu xiie s.).Photo de l’auteur.

Fig. 10 – Saint-Pourçain-sur-Sioule (15), Prieurale Sainte-Croix Chapelle Nord. Face Est (fin xiie s.). Photo de l’auteur.

Le respect de l’horizontalité est constamment recherché et cette quête de qualité dans la mise en œuvre des matériaux rend compte d’une formation progressive des ouvriers et d’un outillage plus complet.

10En effet, le tailleur de pierre est alors plus spécifiquement affecté à la réalisation des contreforts, des supports et des arcs, mais aussi aux encadrements de baie. Les éléments structurants se développent, parallèlement à la diversification du répertoire ornemental et la complexification de la sculpture, ce qui conduit l’ouvrier qualifié à travailler à des formes de plus en plus exigeantes. Le champ d’action du tailleur de pierre est alors élargi, expliquant son importance économique et technique par rapport aux autres intervenants. Du point de vue de l’outillage, les observations mettent en évidence un mouvement conjoint de maîtrise, tant dans la qualité des outils que dans leur maniement.

11Au xie siècle et au début du xiie siècle, le travail de dégrossissage s’opère au pic et à la polka tandis que la régularisation des faces de parements est réalisée au marteau taillant dont les impacts assez profonds et peu réguliers sont disposés généralement selon une seule direction oblique, entrecroisés ou parallèles aux arêtes des carreaux (fig. 11-12).

Fig. 11 – Exemple de marteau taillant. Photo de l’auteur.

Fig. 12 – Saint-Quintin-sur-Sioule (03), Église Saint-Quintin Chevet, traces du marteau taillant entrecroisées (fin xie s.). Photo de l’auteur.

Au cœur du xiie siècle, si l’outillage reste globalement identique, une technique spécifique s’impose, parallèlement au développement maintenant croissant du moyen appareil de qualité. Cette technique s’inscrit dans une redécouverte de l’Antique et consiste à layer une surface par impacts alternés, de manière à préserver les arêtes du bloc par une frappe intérieure (fig. 13).

Fig. 13 – Champagnac (15), Église Saint-Martin Chevet, traces du marteau taillant alternées (vers 1150 ?) Façade Ouest, chevrons gravés (vers 1130 ?). Photo de l’auteur.

12D’ailleurs, on remarque également que certains blocs portent plus fréquemment des motifs de chevrons gravés, dans l’esprit des tailles décoratives de la vallée du Rhône et du Midi et déjà courramment utilisés dans l’antiquité et au Haut Moyen-âge (fig. 14-17).

Fig. 14 – Ébreuil (03), Église Saint-Léger Tour-porche, chevrons gravés (début xiie s.). Photo de l’auteur.

Fig. 15 – Manglieu (63), Église Saint-Sébastien. Photo de l’auteur.

Fig. 16 – La Garde-Adhémar (26), Église Saint-Michel Nef, moyen appareil et tailles « décoratives » (xiie s.). Photo de l’auteur.

Fig. 17 – Paris (75), Thermes gallo-romain dit « de Cluny » Petit appareil et chevrons gravés (ieiiie s.). Photo de l’auteur.

13La redécouverte de l’antique, bien définie pour le vocabulaire formel et le cadre sculpté, trouve alors une nouvelle expression dans le cadre technique, qui confirme le mouvement d’ensemble. Enfin, vers la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle, en stricte correspondance avec l’intégration de l’Auvergne dans le système royal et l’arrivée des premières expériences gothiques, on constate que les composantes architecturales tendent à fusionner, impliquant un nivellement relatif des savoir-faire, et que de nouveaux principes de mise en œuvre apparaissent, signalant une projection et une conception davantage théorisées.

  • 9  Dieter Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l’architecture médiévale et son rôle (...)

14Ces transformations sur le plan structurel, bien étudiées par Dieter Kimpel, vont elles-mêmes s’accompagner dans un cadre général d’une évolution de l’outillage (systèmes de levage, gabarits, etc…) et, dans le cadre du diocèse de Clermont, d’un passage à la bretture, qui vient supplanter l’usage du marteau taillant, tout en correspondant elle aussi à une redécouverte des usages antiques9. Néanmoins, les traces laissées par l’outil sont de nouveau simplifiées, et aucune tentative de décor ne vient magnifier, comme précédemment, la surface des blocs (fig. 18-19).

Fig. 18 – Exemple de bretture. Photo de l’auteur.

Fig. 19 – Clermont-Ferrand (63), Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption Portail Sud, traces de bretture (vers 1250). Photo de l’auteur.

15Finalement, en survolant de manière rapide les différents exemples conservés et en confrontant les différentes réalités archéologiques des xie-xiiie siècles, on peut percevoir le passage d’une architecture où chaque qualification est individuellement responsabilisée et spécifiquement sollicitée, qu’il s’agisse des maçons, des tailleurs de pierre et des sculpteurs, à une architecture « industrialisée », avant tout urbaine, où la hiérarchie professionnelle, comme les cadres de contraintes, se renforcent.

Bâtir, appartenir et investir

Une exaltation marquée

  • 10  Peter Cornelius-Claussen, « Kathedralgotik und Anonymität 1130-1250 », dans Wiener Jahrbuch für Ku (...)

16Dans son étude sur l’anonymat des cathédrales gothiques, précisément entre 1130 et 1250, Peter Cornelius Claussen insiste justement sur l’absence d’individualisation des hommes au sein d’équipes communautaires ce qui paraît bien rejoindre ces premières conclusions10.

17En effet, si le mur roman mêle sans distinction des blocs de différentes dimensions dont la finition varie, impliquant des savoir-faire diversifiés, le mur gothique ignore, dès lors qu’il s’agit d’un chantier d’exception, toute distinction de modules et toute variation d’appareil, ce qui éloigne, à côté d’une structuration accrue des métiers, un possible cadre d’individuation.

  • 11  Voir récemment Jenifer S. Alexander, « The introduction and use of masons’ marks in romanesque bui (...)

18Néanmoins, son étude tente de revenir justement sur la question de l’anonymat et cette relation entre technicité et affirmation nominative peut être rediscutée en interrogeant un second champ d’analyse, celui des systèmes de marquages et des inscriptions placées dans l’environnement direct du chantier de construction. Le premier phénomène qui trouve justement son développement dans la seconde moitié du xie siècle et les deux premiers tiers du xiie siècle, c’est-à-dire en relation étroite avec cette responsabilisation de l’ouvrier évoquée, est celui des signes lapidaires, dont la fonction a depuis très longtemps attiré l’attention des chercheurs et suscité de nombreux débats, notamment autour de leur méthode d’analyse11.

19Ces signes ainsi évoqués sont des marques gravées à la surface des blocs de pierre lors du processus de construction par des ouvriers qualifiés et qui remplissent plusieurs fonctions possibles. « Utilitaires » ou « identitaires », ils peuvent autant servir à l’approvisionnement et à la mise en œuvre des blocs que distinguer des individus placés dans l’environnement technique du chantier. Leur étude a souvent insisté sur leur rôle en tant que marqueurs techniques et économiques, notamment à la faveur d’une analyse des seules sources textuelles évoquant leur utilisation, précisément datées des xive et xve siècles.

20Concrètement, dans le cas du diocèse clermontois, l’analyse cartographique montre que la répartition de ces marques lapidaires privilégie, pour les xie et xiie siècles, les zones anciennement christianisées et caractérise avant tout les chantiers d’exception surtout placés sous la tutelle directe de l’évêque ou dans sa principale aire d’influence (fig. 20).

Fig. 20 – L’ancien diocèse de Clermont (avant 1317) Localisation des édifices « marqués ». Photo de l’auteur.

La qualité du commanditaire ou, du moins, des personnalités attachées directement ou indirectement au monument pourrait donc jouer un rôle dans la présence ou l’absence de signes.

21On constate d’ailleurs que les marques rencontrées tout au long du xiie siècle dans le diocèse de Clermont et dans d’autres diocèses ignorent totalement les chantiers laïcs (fig. 21-22) et se concentrent surtout sur des édifices ecclésiastiques d’exception, dont la liturgie semble avoir été particulièrement développée autour des reliques de martyres ou d’évêques et plus particulièrement, à l’échelle du monument, dans les espaces les plus sacrés. Cette tendance constitue à n’en point douter un élément de réflexion déterminant.

Fig. 21 – Marzes (15), Tour seigneuriale (fin xiie s.). Photo de l’auteur.

Fig. 22 – Huriel (03), Donjon de « la Toque » (fin xiie s. ?). Photo de l’auteur.

22Par ailleurs, les motifs recensés consistent surtout, comme dans la plupart des diocèses voisins depuis la Bourgogne jusqu’à la Drôme, en de simples lettres, isolées ou plus rarement associées, venant parfois former des bribes de prénoms et posant la question de la qualité du scripteur et d’une possible affirmation individuelle (fig. 23-24).

Fig. 23 – Issoire (63), Abbatiale Saint-Austremoine Bas-côté Sud, inscription nominative (vers 1150 - 1175 ?). Photo de l’auteur.

Fig. 24 – Saint-Paul-Trois-Châteaux (26), Cathédrale Saint-Paul Chevet, inscription nominative (vers 1130 - 1160). Photo de l’auteur.

  • 12  Yann Codou, « La consécration du lieu de culte et ses traductions graphiques : inscriptions et mar (...)

Les récents travaux de Yann Codou sur le Midi confortent ces tendances tout en montrant une emprise encore plus prégnante de l’héritage antique12. Cette conception personnelle de la marque en fait un possible vecteur entre le scripteur, animé par la volonté de transmettre un message intelligible, éphémère ou pérenne, et un éventuel destinataire. Certains signes peuvent d’ailleurs relever davantage d’une affirmation dévotionnelle comme les croix latines, monogrammatiques ou les chrismes et dessiner ainsi une relation plus claire entre la marque et le monde divin confirmée par l’épigraphie et la sémiologie (fig. 25-26).

Fig. 25 – Saint-Nectaire (63), Église Saint-Nectaire Transept, bras Sud, signe lapidaire et croix associée (vers 1140 ?). Photo de l’auteur.

Fig. 26 – Issoire (63), Abbatiale Saint-Austremoine Façade Ouest, marque lapidaire (vers 1150). Photo de l’auteur.

23En effet, l’analyse archéologique de plusieurs édifices semble confirmer que la plupart de ces signes n’étaient pas destinés à être vus, mais écarte également l’hypothèse de marques fonctionnelles ou de marques de gestion. Or, comme le propose la sémiotique, le signe n’implique pas obligatoirement de récepteur direct, tandis que certains exemples signalent bien une volonté de valorisation et d’ « individuation », par une recherche esthétique ou une affirmation nominative. L’utilisation presque exclusive de capitales romaines et d’onciales, proches de celles observées sur les différentes inscriptions monumentales, signale alors peut-être un nouvel impact de l’Antiquité, déjà attesté dans le cadre purement technique, alors même que de nombreux édifices montrent une politique systématique de remplois gallo-romains (fig. 27-29).

Fig. 27 – Saint-Germain-Laprade (43), Église Saint-Germain Chevet (xiie s.), remploi gallo-romain. Photo de l’auteur.

Fig. 28 – Clermont-Ferrand (63), Collégiale Notre-Dame-du-Port Nef, bas-côté Sud (vers 1140 ?), remploi d’une base antique. Photo de l’auteur.

Fig. 29 – Clermont-Ferrand (63), Collégiale Notre-Dame-du-Port Massif occidental et nef, relevé de l’élévation externe Sud. Localisation des remplois antiques et des signes lapidaires. Réalisé par l’auteur.

Affirmation et rédemption

24Accompagnant depuis le xie siècle une responsabilisation progressive de l’ouvrier qui permet une prise de conscience de l’individualité à travers le chantier d’église, l’utilisation de la lettre par des tailleurs de pierre semble s’inscrire alors dans une nécessaire recherche de Salut alors même que l’alphabet est précisément au centre des cérémonies de consécration.

  • 13  Cécile Treffort, « Inscrire son nom dans l’espace liturgique à l’époque romane », Cahiers de Saint (...)

25En effet, plusieurs exemples d’alphabets gravés sur le périmètre extérieur de quelques édifices comme à Uzès ou placés plus en hauteur lors même de l’édification comme à Chauvigny participent pleinement à sacraliser l’espace bâti (fig. 30-31)13.

Fig. 30 – Uzès (30), Église Saint-Geniès Chevet (xiie s.). Photo de l’auteur.

Fig. 31 – Chauvigny (86), Collégiale Saint-Pierre Transept, bras Sud, alphabet gravé (xiie s.). Photo de l’auteur.

  • 14  Pierre-Alain Mariaux, « Quelques hypothèses à propos de l’artiste roman », Médiévales, n° 44, Pari (...)

26Qui plus est, cette prédilection pour la lettre, qui semble ressortir de la plupart des études conduites ces dernières années sur les signes lapidaires des xie et xiie siècles, peut mettre en évidence un rapport de dépendance sommes toutes logique entre clercs et ouvriers laïcs, d’abord par le biais d’une culture visuelle commune, mais aussi par l’intermédiaire de l’Ecclesia construite. Les premiers doivent en effet faire appel aux ouvriers qualifiés pour édifier la maison de Dieu, et les second restent totalement tributaires des clercs, dans la lignée des ordres définis par Adalbéron de Laon, pour accéder au Salut. Renforçant d’ailleurs cette relation fondamentale entre le bâtisseur et l’œuvre qu’il érige, le développement des signes lapidaires s’opère parallèlement à un second phénomène qui rejoint totalement ces premières tendances et qui est celui du développement des signatures d’artistes et de l’insertion, sous la forme d’inscriptions nominatives, de laïcs associés à la construction14.

27Les exemples sont nombreux et, dans l’ancien diocèse de Clermont, le sculpteur et le forgeron sont alors nominativement associés aux donateurs ou au serviteur de Dieu (fig. 32-33).

Fig. 32 – Brioude (43), Église Saint-Julien Portail Sud, heurtoir à masque léonin et inscription (début xiie s. ?). Photo de l’auteur.

Fig. 33 – Clermont-Ferrand (63), Collégiale Notre-Dame-du-Port Abside, scène de donation (vers 1140 - 1150). Photo de l’auteur.

Il s’agit alors de replacer le phénomène des marques de tailleurs de pierre dans un contexte favorable à l’insertion des laïcs dans l’espace ecclésial, qu’il s’agisse d’un moyen de concrétiser la réforme grégorienne ou d’assurer simplement le soin des âmes. Le quotidien du bâtisseur reste bien sûr, pour cette période, indissociable de la fin des temps. Les peintures murales situées dans la chapelle haute de Saint-Julien de Brioude associent d’ailleurs les acteurs de la construction au jugement dernier, dans une perspective eschatologique (fig. 34-35).

Fig. 34 – Brioude (43), Église Saint-Julien, chapelle Saint-Michel Détail des peintures murales (seconde moitié xiie s.). Photo de l’auteur.

Fig. 35 – Brioude (43), Église Saint-Julien, chapelle Saint-Michel Détail des peintures murales (seconde moitié XIIe s.). Photo de l’auteur.

  • 15  Bernard d’Angers, Liber miraculorum sancte Fidis, Luca Robertini (éd.), Spolete, Centro italiano d (...)
  • 16  Robert Fossier, Le travail au Moyen âge, Paris, Éditions Hachette Littérature, 2000.

28Mais, à l’échelle terrestre, ces phénomènes signalent bien une perméabilité nouvelle entre clercs et laïcs. Les récits de Bernard d’Angers et les troubles liés mouvements de Paix laissent d’ailleurs constamment apparaître des résistances et pressions populaires jusqu’au début du xiie siècle et renseignent en partie les possibles rapports entre l’individu, l’Ecclesia matérielle et le monde divin15. Cette perméabilité suppose également de considérer le chantier d’église comme un possible espace de liberté. Le tailleur de pierre, par son rôle, se trouve en effet à la frontière de deux cultures, condamné au labeur d’un travail encore « maudit », comme l’évoque Robert Fossier, mais œuvrant également à l’édification du royaume divin, ce qui le place comme un intermédiaire privilégié entre la masse des laboratores et la classe des oratores16.

29La symbolique de la pierre de taille joue ici un rôle évident et le phénomène d’un marquage individuel presque exclusif des seuls appareils de qualité peut aussi révéler une forte adéquation entre valorisation de la pierre de taille et évocation d’une Antiquité fondatrice. Dans son Rational des Divins Offices, Guillaume Durand de Mende, précise d’ailleurs :

  • 17  Guillaume Durand de Mende, Rationale Divinorum Officiorum, traduit par Charles Barthélémy, Louis V (...)

Et les pierres plus grosses que les autres, et celles qui sont polies ou unies, que l’on place au-dehors de l’édifice et entre lesquelles on met les pierres qui sont plus petites, représentent les hommes les plus parfaits que les autres, et qui, par leurs mérites et par leurs prières, retiennent leurs frères plus faibles dans la Sainte Église17

Dès lors, il ne sera pas étonnant de retrouver les marques d’individuation sur des édifices anciennement attestés ou montrant un culte développé autour des saints fondateurs, mais surtout sur la belle pierre de taille évoquant une sainte Antiquité. Illustrant cette adéquation dans l’ancien diocèse de Clermont, les plus fortes concentrations se trouvent autour du culte de saint Julien à Brioude, de saint Austremoine, premier évêque de Clermont à Issoire ou encore des saints Odilon et Mayeul à Souvigny (fig. 36-37).

Fig. 36 – Saint-Paul-Trois-Châteaux (26), Cathédrale Saint-Paul Chevet, concentration de signes lapidaires (vers 1130 - 1160). Photo de l’auteur.

Fig. 37 – Beaulieu-sur-Dordogne (19), Église Saint-Pierre Chevet, concentration de signes lapidaires (premier tiers xiie s.). Photo de l’auteur.

30Dans sa matérialité même, le mur reflète alors une organisation hiérarchique, basée non pas sur le statut social, mais sur les degrés de sainteté et de dévotion. Qui plus est, ce sont bien les savoir-faire et les techniques d’assemblage, eux-mêmes contraints par des conditions matérielles, qui dictent aussi cette possible « incarnation » du bâti et donc, une adaptation mentale.

Conclusion

31Dans son utilisation privilégiée, l’archéologie du bâti, en tant que protocole d’analyse, permet de circonscrire un certain nombre de réalités intéressant le temps court, c’est-à-dire celui d’un chantier. Mais les études les plus récentes, conduites notamment par Daniel Prigent en Anjou ou Christian Sapin en Bourgogne, voient aussi cette archéologie du monument circonscrire des transformations intéressant un temps long, en l’occurrence celui de plusieurs siècles, notamment à travers l’approche des techniques et des formes.

32Cette archéologie renseigne d’abord le domaine de la construction et l’organisation de l’espace, mais à travers certaines de ses composantes, jusqu’ici reléguées à l’histoire des techniques, elle renseigne également sur son appropriation par l’intermédiaire d’une forme d’affirmation individuelle. Cette dernière est bien le signe d’un encadrement différencié des masses laborieuses, selon que l’on se place du côté des seigneurs laïcs ou du côté des clercs. Les rapports existants entre bâtisseurs et commanditaires, très rarement mentionnés par les sources textuelles aux xie et xiie siècles, sont ainsi, en partie, renseignés et permettent de nourrir la réflexion sur des thèmes comme l’interdépendance, les rapports de pouvoir ou les formes de contrôle.

33Plus généralement, loin de concerner les seules politiques de restauration ou la connaissance monographique, bien sûr essentielles, certains phénomènes ou objets intéressant presque exclusivement aujourd’hui le domaine de l’archéologie du bâti, peuvent alors prendre une nouvelle signification à la faveur d’une analyse ouverte et peuvent rendre compte, en palliant la faiblesse des textes, de certaines réalités sociales et de certains échanges au sein de la société médiévale.

  • 18  André Leroy-Gourhan, Fouilles de pincevent : essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdaléni (...)

34Le fait est important puisqu’il permet d’intégrer au champ d’analyse de l’anthropologie historique le domaine de la création de l’œuvre d’art et non plus seulement de sa réception. Dans la lignée des travaux conduits par André Leroy-Gourhan ou Pierre Lemonier, l’approche archéologique de la construction, en tant que processus, peut alors appeler une nécessaire approche sociale impliquant de réévaluer l’objet archéologique en tant que marqueur anthropologique18.

Haut de page

Notes

1  Florence Journot, De l’archéologie monumentale à l’archéologie du bâti et du garni. Construction et savoir-faire. Habitation et savoir-vivre. Pour une approche de l’urbanité médiévale, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Paris, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2008. Voir notamment tome 1. Voir aussi la synthèse proposée par Fabien Blanc, Archéologie du bâti médiéval et moderne en Provence orientale, Thèse de doctorat en Archéologie, dir. Joëlle Burnouf, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, p. 12-80 ; Jean Hubert, « Archéologie médiévale », dans Charles Samaran (dir.), L’Histoire et ses méthodes, Paris, Éditions Gallimard, 1973, p. 275-328 ; Lyne Therrien, L’histoire de l’art en France. Genèse d’une discipline universitaire, Paris, Éditions du C.T.H.S., 1998, notamment p. 52 et sv.

2  Luc-Francis Genicot, L’architecture. Considérations générales, Typologie des sources du Moyen-Âge occidental, Turnhout, Éditions Brepols, 1978.

3  Isabelle Parron-Kontis et Nicolas Reveyron (éd.), Archéologie du bâti. Pour une harmonisation des méthodes, Paris, Éditions Errance, 2001, op. cit., p. 69.

4  Philippe Bernardi, « Sources écrites et archéologie du bâti », dans Archeologia dell'architettura, Archeologia Medievale, Florence, All’Insegna del Giglio, tome 2, 1997, p. 141-145 ; voir aussi Philippe Bernardi, Andréas Hartmann-Virnich et Dominique Vingtain, Texte et archéologie monumentale. Approche de l’architecture médiévale, Actes du colloque d’Avignon (30 nov.-2 déc. 2000), Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2005 ; Alain Salamagne, Construire au Moyen âge. Les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001.

5  Pour le Massif Central, voir notamment Frédérique-Anne Costantini, L’Abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu : un chantier de la papauté d’Avignon (1344-1352), Paris, Éditions Honoré Champion, 2003 ; Nicolas Reveyron, Chantiers lyonnais du Moyen-Âge, D.A.R.A. n°28, Lyon, A.L.P.A.R.A., 2005 ; Josiane Teyssot, Riom, capitale et bonne ville d’Auvergne, 1212-1557, Nonette, Éditions Créer, 1999.

6  Pour cette période voir également Jean-Nöel Barnoud, Nicolas Reveyron, Gilles Rollier, Paray-le-Monial, Paris, Éditions Zodiaque, 2004 ; Bruno Phalip, Des terres médiévales en friche. Pour une étude des techniques de construction et des productions artistiques montagnardes, face aux élites, une approche des simples et de leurs œuvres, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, dir. Anne Courtillé, 12 volumes (texte et annexes), Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2001.

7  Nathalie Ensergueix-Luthereau, Recherches sur l’iconographie du chantier de construction du xie au xve siècle, Thèse de Doctorat en Histoire médiévale, dir. Philippe Braunstein, E.H.E.S.S, Paris, 1995 ; Christian Vanderkerchove, « L’iconographie médiévale de la construction », dans Roland Recht (dir.), Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, Strasbourg, Éditions Les musées de la ville de Strasbourg, 1989.

8  Éliane Vergnolle, « La pierre de taille dans l’architecture de la première moitié du xie siècle », Bulletin monumental, tome 154.III, Paris, Société Française d’Archéologie, 1996, p. 229-234.

9  Dieter Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l’architecture médiévale et son rôle dans l’histoire économique », dansbulletin monumental, tome 135, Paris, Société française d’Archéologie, 1977 ; Dieter Kimpel, « L’organisation de la taille des pierres sur les grands chantiers d’églises du xie au xiiie siècle », dans Pierre et Métal dans le bâtiment au Moyen âge, études réunies par Odette Chapelot et Paul Benoit, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S., 2001.

10  Peter Cornelius-Claussen, « Kathedralgotik und Anonymität 1130-1250 », dans Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, tome 66/67, 1993-1994, p. 141-160 ; Peter Cornelius-Claussen, « Künstlerinschriften », dans Anton Legner (dir.), Ornamenta Ecclesiae. Kunst und Künstler der Romanik, Köln, 1985, p. 263-276.

11  Voir récemment Jenifer S. Alexander, « The introduction and use of masons’ marks in romanesque buildings in England », dans Medieval Archaeology, vol. 51, Londres, Society for medieval archaeology, 2007, p. 63-81 ; Yves Esquieu, Andreas Hartmann-Virnich et alii, « Les signes lapidaires dans la construction médiévale : études de cas et problèmes de méthodes », dans Bulletin monumental, tome 165-4, Paris, Société Française d’Archéologie, 2007, p. 331-358.

12  Yann Codou, « La consécration du lieu de culte et ses traductions graphiques : inscriptions et marques lapidaires dans la Provence des xie-xiie siècles », dans Didier Méhu (dir.), Mises en scène et mémoires de la consécration de l’église dans l’Occident médiéval, Turnhout, Brepols, 2008.

13  Cécile Treffort, « Inscrire son nom dans l’espace liturgique à l’époque romane », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, t. 34, 2003 ; Dominique Iogna-Prat, La maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen-Âge, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 259 et sv.

14  Pierre-Alain Mariaux, « Quelques hypothèses à propos de l’artiste roman », Médiévales, n° 44, Paris, P.U.V., 2003, p. 199-214.

15  Bernard d’Angers, Liber miraculorum sancte Fidis, Luca Robertini (éd.), Spolete, Centro italiano di studi sull'alto Medioevo, 1994.

16  Robert Fossier, Le travail au Moyen âge, Paris, Éditions Hachette Littérature, 2000.

17  Guillaume Durand de Mende, Rationale Divinorum Officiorum, traduit par Charles Barthélémy, Louis Vivès Libraire-Éditeur, Paris, 1854, p. 16-17.

18  André Leroy-Gourhan, Fouilles de pincevent : essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien : la section 36, collection Gallia histoire 7, éditions du CNRS, Paris, 1983 ; Pierre Lemonier, « Mythiques chaînes opératoires », dans Techniques et culture, n° 43-44, Mythes. L’origine des manières de faire, décembre 2004, [en ligne : url : http://tc.revues.org/document 1054.html].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Clermont-Ferrand, Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, chapelle Saint-Austremoine. Vitrail. Ouvriers construisant une église (vers 1260). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 2 – Montfermy, Église Saint-Léger, Chœur. Construction de l’église de Montfermy (xive siècle). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3 – L’ancien diocèse de Clermont (avant 1317). Hydrographie et altimétrie. De l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 4 – Colombier (03), Église Saint-Patrocle, Nef, face Sud (début xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5 – Saint-Quintin-sur-Sioule (03), Église Saint-Quintin Chevet (fin xie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 6 – Châtel-de-Neuvre (03), Église Saint-Laurent Transept, bras Sud (xie s.). Remploi de cippe gallo-romain. Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 7 – Leyvaux (15), Église Saint-Saturnin, chevet Détail du mur Est (début xiie s. ?). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8 – Néris-les-Bains (03), Église Saint-Georges Nef, détail du mur Nord (vie s.).Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9 – Jaleyrac (15), Église Saint-Martin Nef, élévation Nord (milieu xiie s.).Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 10 – Saint-Pourçain-sur-Sioule (15), Prieurale Sainte-Croix Chapelle Nord. Face Est (fin xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 11 – Exemple de marteau taillant. Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 12 – Saint-Quintin-sur-Sioule (03), Église Saint-Quintin Chevet, traces du marteau taillant entrecroisées (fin xie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 13 – Champagnac (15), Église Saint-Martin Chevet, traces du marteau taillant alternées (vers 1150 ?) Façade Ouest, chevrons gravés (vers 1130 ?). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 14 – Ébreuil (03), Église Saint-Léger Tour-porche, chevrons gravés (début xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 15 – Manglieu (63), Église Saint-Sébastien. Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 16 – La Garde-Adhémar (26), Église Saint-Michel Nef, moyen appareil et tailles « décoratives » (xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 17 – Paris (75), Thermes gallo-romain dit « de Cluny » Petit appareil et chevrons gravés (ie – iiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 18 – Exemple de bretture. Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 19 – Clermont-Ferrand (63), Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption Portail Sud, traces de bretture (vers 1250). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 20 – L’ancien diocèse de Clermont (avant 1317) Localisation des édifices « marqués ». Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 21 – Marzes (15), Tour seigneuriale (fin xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 22 – Huriel (03), Donjon de « la Toque » (fin xiie s. ?). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 23 – Issoire (63), Abbatiale Saint-Austremoine Bas-côté Sud, inscription nominative (vers 1150 - 1175 ?). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 24 – Saint-Paul-Trois-Châteaux (26), Cathédrale Saint-Paul Chevet, inscription nominative (vers 1130 - 1160). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 25 – Saint-Nectaire (63), Église Saint-Nectaire Transept, bras Sud, signe lapidaire et croix associée (vers 1140 ?). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 26 – Issoire (63), Abbatiale Saint-Austremoine Façade Ouest, marque lapidaire (vers 1150). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 27 – Saint-Germain-Laprade (43), Église Saint-Germain Chevet (xiie s.), remploi gallo-romain. Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 28 – Clermont-Ferrand (63), Collégiale Notre-Dame-du-Port Nef, bas-côté Sud (vers 1140 ?), remploi d’une base antique. Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 29 – Clermont-Ferrand (63), Collégiale Notre-Dame-du-Port Massif occidental et nef, relevé de l’élévation externe Sud. Localisation des remplois antiques et des signes lapidaires. Réalisé par l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 30 – Uzès (30), Église Saint-Geniès Chevet (xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 31 – Chauvigny (86), Collégiale Saint-Pierre Transept, bras Sud, alphabet gravé (xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 32 – Brioude (43), Église Saint-Julien Portail Sud, heurtoir à masque léonin et inscription (début xiie s. ?). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 33 – Clermont-Ferrand (63), Collégiale Notre-Dame-du-Port Abside, scène de donation (vers 1140 - 1150). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 34 – Brioude (43), Église Saint-Julien, chapelle Saint-Michel Détail des peintures murales (seconde moitié xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 35 – Brioude (43), Église Saint-Julien, chapelle Saint-Michel Détail des peintures murales (seconde moitié XIIe s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 36 – Saint-Paul-Trois-Châteaux (26), Cathédrale Saint-Paul Chevet, concentration de signes lapidaires (vers 1130 - 1160). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 37 – Beaulieu-sur-Dordogne (19), Église Saint-Pierre Chevet, concentration de signes lapidaires (premier tiers xiie s.). Photo de l’auteur.
URL http://acrh.revues.org/docannexe/image/2746/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Morel, « Archéologie du bâti et anthropologie. L’exemple du technicien dans le Massif central et sur ses marges (xiexiiie siècles) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 23 mai 2010, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://acrh.revues.org/2746 ; DOI : 10.4000/acrh.2746

Haut de page

Auteur

David Morel

David Morel est doctorant en Histoire de l’art et archéologie à l'Université Blaise Pascal – Centre d’Histoire Espaces et Cultures de Clermont-Ferrand. Sa communication reprend une partie de sa thèse consacrée aux techniques de construction dans le diocèse de Clermont et alentours entre xie et xiiie siècles. Elle s’appuie également sur les travaux menés dans le cadre de deux P.C.R. centrés sur la question du chantier ecclésiastique du xiie siècle (dir. P. Chevalier, Mcf – Clermont II) et sur la durabilité du patrimoine religieux en Auvergne (dir. M.-F. André, Pr.- Clermont II/C.N.R.S.). Les premières pistes d’analyse dans se sens ont été proposées lors du dernier congrès d’archéologie médiévale et moderne (INHA, septembre 2007 ; voir l'article en ligne : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/D.Morel.pdf).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page