Navigation – Plan du site
Une histoire en question

Questions disputées quomodo Historiam scribere

Entretien avec Alain Boureau
Alain Boureau

Résumés

Alain Boureau, ne voulant pas figer dans un texte ce qu’est pour lui l’anthropologie historique, a bien voulu se prêter à un petit jeu qui reprend, sous la forme d’un entretien, une partie des thèmes abordés lors du colloque de 2008. De la « mort de l’anthropologie » comme discipline autonomone à l’exigence actuelle de renouveler le regard critique envers une anthropologie historique qui risque de normalisation, il revient sur les étapes majeures de son parcours d’historien : la définition de l’alter histoire et de l’anthropologie scolastique, la rencontre féconde avec la psychanalyse, le glissement progressif vers l’histoire intellectuelle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Alain Boureau, ne voulant pas figer dans un texte ce qu’est pour lui l’anthropologie historique, a bien voulu se prêter à un petit jeu qui reprend, sous la forme d’un entretien, une partie des thèmes abordés lors du débat. Nous lui sommes vivement reconnaissants d’avoir accepté de répondre à nos questions sur son parcours d’historien et ses perspectives actuelles.

Texte intégral

Vous avez déclaré lors du colloque que l’anthropologie était morte. Pourriez vous préciser ce constat et ses conséquences pour les sciences sociales et notamment le rapport à l’histoire ?

1Bien sûr, ce propos oral ne peut être assumé raisonnablement. Au-delà de la rhétorique d’amorce de débat, je voulais rappeler qu’une large part de l’ethnographie traditionnelle, fondée sur la séparation radicale de cultures isolées a disparu par la force des choses (ce qu’on appelle la « mondialisation », prise dans un sens large). En quelque sorte, l’anthropologie a perdu un objet privilégié, ce qui peut conduire à de nouvelles interrogations. De fait, l’anthropologie actuelle s’est rapprochée de la sociologie, qui a elle-même souvent intégré des apports anthropologiques. Ce qui « meurt » en fait, c’est une distinction tranchée des disciplines. Tout se passe comme si les méthodes et les tendances devenaient plus discriminantes que les découpages. En ce sens, la création de l’anthropologie historique a participé de cette interaction.

Pensez vous que l’anthropologie historique soit aujourd’hui bien installée historiographiquement et académiquement par rapport à un certain retour positiviste et à un repli sur soi des spécialistes ?

2À observer les sujets de recherches récents et leur aboutissement actuel, il ne fait guère de doute que l’anthropologie historique a largement réussi en France, notamment en ce qui concerne les liens entre le changement social et les structures de parenté ou le rôle historique de la représentation. L’étiquette « anthropologie historique » n’est pas forcément revendiquée, mais des similitudes apparaissent. L’historiographie du haut Moyen Âge le manifeste clairement.

  • 1  Alexander Murray, Reason and Society, Oxford, 1978; Suicide in the Middle Ages, 2 vol., Oxford, 19 (...)
  • 2  John Baldwin, Masters, Princes and Merchants : The Social Views of Peter the Chanter and his Circl (...)

3La situation internationale est plus complexe à observer, parce que les jeux d’oppositions ne sont pas les mêmes. Et il faut sortir d’une problématique de l’influence pour repérer des convergences qui sont autonomes par rapport à des références et outillages précis : je pense au triangle formé par Jacques Le Goff, John Baldwin1 et Alexander Murray2.

4Mais le passage d’une méthode à un domaine ou un objet présente toujours les risques d’une « installation » et d’une répétition. La reconnaissance d’une tendance entraîne sa normalisation. L’entrée dans une institution implique des prudences, des conciliations qui peuvent être plus tactiques qu’intellectuelles.  C’est pourquoi une certaine exigence critique doit exercer sa pression. Je ne crois pas à un « retour » du positivisme (il n’y a jamais de « retour » !), parce qu’il était lié à une philosophie de l’histoire qui a fait son temps. Je pense plus à une inertie intellectuelle et corporative qu’à une résistance d’école.

  • 3  Alain Boureau, L’inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les franciscains et la Vierge Mari (...)
  • 4  Daniel S. Milo, Alain Boureau (dir.), Alter Histoire. Essais d’histoire expérimentale, Paris, 1991

Votre dernier livre3, par sa forme d’écriture et la présentation de ses hypothèses, se démarque dans votre production et pourrait apparaître comme la mise en application, ou la continuité vingt ans après, de certaines expérimentations de l’alter histoire4.

  • 5  Alain Boureau, Théologie, science et censure au xiiie siècle, Paris, 1999.

5En effet, ce livre rompt avec la synthèse que je poursuis avec la raison scolastique. Cela dit, ce n’est pas pour moi un tournant : L’Inconnu pour moi peut se rapprocher de mon ouvrage sur Jean Peckham5. Ce qui peut évoquer l’alter histoire, c’est le désir de réorganiser toute une matière historique à partir d’une hypothèse particulière, celle de la connaissance du miracle de Lorette dès la fin du xiiie siècle. On avance et on voit. La manifestation constante de la démarche ou la méthode suivie fait partie de cet aspect. Mais, je dois distinguer dans les démonstrations : le déplacement de date pour le Quodlibet de Richard de Mediavilla ne relève pas d’une expérience ni d’un jeu : je donne des éléments objectifs de datation et je le dis dans le livre : on peut se passer de l’hypothèse de Lorette, mais certains indices valent en eux-mêmes, même sans servir à soutenir l’hypothèse. C’est d’ailleurs une des leçons de l’alter histoire : un jeu n’est jamais totalement gratuit. Des résultats réels peuvent en découler.

En quoi ces tentatives de l’alter histoire étaient-elles liées au projet de l’anthropologie historique ?

  • 6  Jacques Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France Médiévale. État de l’enquête », (...)

6Ce qui relie les deux projets, c’est effectivement le désir de trouver la bonne distance entre le même et l’autre, en refusant à la fois d’enfermer le passé dans un univers étranger, sans rapport avec le contemporain ou de se contenter de mécanismes simples et répétés. L’anthropologie historique et l’alter histoire cherchent un universel différentiel, en troublant les certitudes données par une familiarité excessive. Pour ma part, j’ai trouvé cela chez Jacques Le Goff. Pour me limiter à un exemple rapide, son intuition de faire entrer la création des ordres mendiants dans une dynamique urbaine et la vaste enquête qui a suivi6 ont quelque chose de l’alter histoire. On suspend, sans les nier, des causalités immédiates ou explicites (liées aux continuités religieuses et spirituelles) pour en tester d’autres, moins évidentes mais sans doute fécondes. Il s’agit non pas de réduire à une causalité, mais de varier systématiquement les principes explicatifs par une décision historienne (addition, soustraction et variations heuristiques, qu’avec Daniel Milo, nous appelions expérimentales).

Comment s’est opéré le choix de l’appellation anthropologie scolastique ?

7Quand j’ai proposé le terme, je répondais d’abord à une nécessité institutionnelle : nous étions une partie du GAHOM, tout en voulant manifester la spécificité de notre objet. J’étais ravi aussi d’une rencontre de sens : en joignant à l’anthropologie historique, le sens kantien du mot anthropologie, j’entendais marquer l’équivalence entre la pensée scolastique et la masse de ce qu’on a appelé depuis les « sciences de l’homme ». Le terme proclamait que l’on pouvait analyser la pensée scolastique, sans la brider ni la mutiler, en se tenant à l’écart de la théologie ou de la philosophie. C’est l’idée d’une globalité qui rejaillissait dans l’appellation.

  • 7  Alain Boureau, « Naaman, son mal et son secret. Un patient biblique examiné par l'église (xiie-xve(...)

Au cours des dernières années, vous avez approfondi un questionnement original et un dialogue avec la psychanalyse7 : comment articulez-vous cette démarche avec l’anthropologie historique ?

  • 8  Alain Boureau, « Terminator ou le désir d’achever », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 50, 1995, p.  (...)
  • 9  Alain Boureau, « La forme du mort. John Peckham et la question du cadavre du Christ au tombeau », (...)
  • 10  Alain Boureau, « Le désir en personne », Penser/Rêver,12, automne 2007, p. 91-103 ; « élaguer et g (...)

8L’articulation s’est produite lentement. La Nouvelle Revue de Psychanalyse8 a d’abord été demandeuse de points de vue historiques sur un thème qu’elle définissait et orientait de façon assez précise. Il s’agissait donc d’une rencontre ; on me donnait à penser en me fournissant un problème. J’évoquais des analogies entre un objet contemporain et une situation médiévale, mais sans me préoccuper des fondements théoriques de cette rencontre. J’étais un compagnon de route des psychanalystes. Puis, à cette occasion, s’est formée une solide amitié avec Michel Gribinski. Et quand il a fondé Le Fait de l’analyse9 puis Penser/Rêver10,son propos était aussi de relier la psychanalyse à des phénomènes sociaux. Le rapprochement s’imposait davantage. Les choses ont encore changé quand je suis devenu membre du comité de rédaction, vers 2006.

9Je ne saurais prêcher un rapprochement de méthode, car je ne suis pas psychanalyste. Simplement, je devine une analogie d’objets entre l’analyse et l’histoire, du moins dans sa version « anthropologie scolastique » : la scolastique et la psychanalyse se focalisent sur un objet qu’on peut nommer l’âme, qui organise et désorganise tout l’intérieur de l’homme, sans que cette préoccupation ne soit absorbée par des savoirs spécialisés. En outre, je note un parallèle : l’historien travaille avant tout sur des textes qui tiennent lieu de production orale, dans un monde largement privé d’oralité vraie, expressive. Les écarts qui signalent des symptômes se repèrent dans la construction des textes ou bien dans les erreurs scribales.

10Le croisement des deux approches, à mon avis, ne saurait décontextualiser les phénomènes du passé. L’extrême perméabilité au temps de la clinique et de la théorie freudiennes véritables en est la garantie. Le noyau d’invariabilité des sujets demeure fort réduit, sans fixation profonde. Inversement, la communication avec des êtres et choses du passé ou de l’ailleurs appelle des cadres de références.

Vous êtes de plus en plus en empathie avec les auteurs que vous étudiez : d’une certaine manière, ne vous déguisez-vous pas ainsi aussi en anthropologue, qui s’engagerait dans une observation participante par rapport à ses sources ?

11Ma première réaction serait de rejeter le terme d’empathie, qui abolirait le sens critique, nécessaire à l’historien. Vous pensez sans doute à mon attachement à la pensée de Richard de Mediavilla. Il est indéniable, mais n’exclut pas la possibilité de signaler des limites ou des insuffisances de cette pensée. Devant un doute ou une obscurité, je prétends que je ne choisis pas l’interprétation systématiquement favorable à l’auteur. Un auteur doit rester dans son contexte historique et il faut se prémunir contre les identifications.

12Je préfère nettement votre image de l’observation participante, dans la mesure où elle implique de refuser une « fonctionnalisation » de l’auteur, chargé de représenter une tendance, une activité, un temps, et cela seulement. Bien entendu, la frontière entre empathie et observation participante est difficile à maintenir. C’est un des intérêts de la discussion de séminaire que d’y veiller.

13L’évolution de mes pratiques me semble évidente, elle relève à la fois d’un approfondissement dans la connaissance des discours scolastiques mais aussi d’une réflexion théorique: elle tient, je crois à mon orientation de plus en plus marquée vers l’histoire intellectuelle, donc vers l’intérieur des sujets.

Haut de page

Notes

1  Alexander Murray, Reason and Society, Oxford, 1978; Suicide in the Middle Ages, 2 vol., Oxford, 1998-2000.

2  John Baldwin, Masters, Princes and Merchants : The Social Views of Peter the Chanter and his Circle, Princeton, 1970 ; Philippe Auguste et son gouvernement, Paris, 1991 ; Les langages de l'amour dans la France de Philippe Auguste, Paris, 1997.

3  Alain Boureau, L’inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les franciscains et la Vierge Marie à la fin du xiiie siècle, Paris, 2010.

4  Daniel S. Milo, Alain Boureau (dir.), Alter Histoire. Essais d’histoire expérimentale, Paris, 1991.

5  Alain Boureau, Théologie, science et censure au xiiie siècle, Paris, 1999.

6  Jacques Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France Médiévale. État de l’enquête », AnnalesESC, XXV, 1970, p. 924-946.

7  Alain Boureau, « Naaman, son mal et son secret. Un patient biblique examiné par l'église (xiie-xve siècle) », L’éolution psychiatrique, 58, 3, 1993, p. 515-522 ; « Satan et le dormeur. Une construction médiévale de l’inconscient », Chimères, 14, 1991-1992, p. 41-61 ; « La chute comme gravitation restreinte. Saint Anselme de Cantorbéry et le mal », dans J.B. Pontalis (sous la direction de), Le mal, Paris, Gallimard, 2002, p. 217-245.

8  Alain Boureau, « Terminator ou le désir d’achever », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 50, 1995, p. 219-226 ; « Revanche du lièvre », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 1994. « Pierre de Jean Olivi et le semi-dormeur. Une élaboration médiévale de l’activité inconsciente », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 48, 1993, p. 231-238 ; « La chute comme gravitation restreinte. Saint Anselme de Cantorbéry et le mal », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 38, 1988, p. 129-145 ; « Toujours, déjà, soudain là : l’état devant l’historien », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 35, 1987, p. 185-197 ; « Vues de l’esprit. Esquisse pour une histoire de l’évocation de Dieu », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 34, 1986, p. 185-195 ; « Note pour introduire l’idée de lecture négative », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 43, printemps 1991, p. 343-344.

9  Alain Boureau, « La forme du mort. John Peckham et la question du cadavre du Christ au tombeau », Le fait de l’analyse, 7, p. 149-177 ; « Un ange passe et le démon de l’interprétation demeure. Institution et destitution du sens dans l’exégèse biblique du xiiie siècle », Le Fait de l’analyse, 4, 1998, p. 75-89 ; « Endolalies. Angèle de Foligno et la découverte de soi par le scandale », Le fait de l’analyse, 2, 1997, p. 203-222 

10  Alain Boureau, « Le désir en personne », Penser/Rêver,12, automne 2007, p. 91-103 ; « élaguer et greffer. Un discours chrétien bien planté », Penser/Rêver, 11, printemps 2007, p. 95-109 ; « Nécessité et horreur du conformisme. La quête éperdue de la conformité chez Siger de Brabant et quelques autres », Penser/Rêver, 10, automne 2006, p. 121-135 ; « Communautés mortes. Des racines historiques du fanatisme », Penser/rêver, 8, automne 2005, p. 103-114 ; « L’inceste de Judas. Essai sur la genèse de l’antisémitisme au xiie siècle », Penser/rêver, 7, p. 125-150 ; « Malédictions », Penser/rêver, 6, automne 2004, p. 175-187 ; « L’analgésique », Penser/Rêver, 2, 2002, p. 86-97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Boureau, « Questions disputées quomodo Historiam scribere », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 19 juin 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/2755 ; DOI : 10.4000/acrh.2755

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

http://gas.ehess.fr/document.php?id=122

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org