Navigation – Plan du site

Bilan et perspectives. Chemins transversaux

Elisa Brilli, Blaise Dufal et Pierre-Olivier Dittmar

Texte intégral

1Au cours des trente dernières années, la référence à l’anthropologie de la part des historiens est devenue si fréquente qu’elle donne l’impression faire consensus. Quelle est la valeur aujourd’hui de ce terme, anthropologie historique, menacé autant par son usage immodéré, notamment en histoire médiévale, que par le retour d’un positivisme qui ne dit pas son nom ? Pour répondre à cette question, lors du colloque et de la préparation de ce volume, nous nous sommes penchés sur les démarches et les significations que recouvraient cette étiquette, invitant les contributeurs à mettre en avant les impasses et les acquis de cette aventure intellectuelle et historiographique. En guise de conclusion, nous nous limiterons ici à pointer quelques questions qui traversent l’ensemble des contributions, de façon à dresser un bilan, provisoire et non exhaustif, de cette expérience collective.

De quoi parle-t-on ? Au risque de la définition

2Tout d’abord, il s’avère nécessaire d’éclaircir le sens de la dénomination d’anthropologie historique. De fait, comme de nombreuses étiquettes intellectuelles, la fortune de cette expression doit beaucoup à son ambiguïté, ce qui rend particulièrement risqué toute tentative de définition univoque. Toutefois, il est possible de mettre en évidence deux acceptions dominantes, ce qui permet de mieux articuler les singularités et d’envisager de nouvelles formes d’interactions.

  • 1  Lors du colloque, Alain Boureau a évoqué l’historien qui « se déguise en anthropologue ».
  • 2  Cf. Jacques Revel, « L'homme des Annales ? », Jacques Revel, Jean-Claude Schmitt (éd.), L’ogre his (...)

3Définissant l’anthropologie historique, certains historiens, envisagent l’anthropologie comme une méthode de recherche historique. Il s’agit alors d’une manière spécifique de faire de l’histoire, de choisir et d’approcher les sources, et de produire des analyses. En suivant cette méthode d’enquête, le médiéviste se fait anthropologue1 dans la mesure où il applique au Moyen Âge un questionnaire ou un système d’interprétation traditionnellement consacré aux sociétés « exotiques »2. Cette modalité d’enquête a notamment révolutionné la conception de la documentation historique et, depuis les années 1970, a suscité une extension considérable des sources jugées utiles à la compréhension des sociétés du passée.

  • 3  Voir l’œuvre de Yan Thomas, et celle de Jacques Chiffoleau, notamment en dernier lieu ses « Conclu (...)

4Pour d’autres, l’anthropologie historique signifie la rencontre entre un objet d’étude,et une pratique historienne : l’anthropologie est ici entendue comme un ensemble de discours historiquement produits sur l’homme. La tâche de l’historien consiste alors à comprendre ce système discursif à travers une méthode indiciaire lui permettant de reconstruire la vision des acteurs historiques. Cette approche renouvelle l’étude des sources écrites classiques, comme les textes normatifs3, philosophiques, théologiques, en articulant leurs discontinuités avec la longue durée de la construction d’une anthropologie.

  • 4  Francis Affergan, Figures de l'Humain (et alii), Paris, 2003 ; Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dit (...)

5La coexistence de ces deux acceptions de l’anthropologie historique, source d’un certain flou terminologique, a été explicitée et assumée comme point de départ des différents essais qui constituent ce volume, soit pour préciser et approfondir l’une des deux options, soit, notamment chez les chercheurs de la nouvelle génération, pour réfléchir à de nouvelles formes d’interaction. C’est par exemple le cas du texte de Pauline Labey qui, en s’interrogeant sur la construction d’une histoire du malade, démontre l’intérêt d’une combinaison de ces deux démarches. C’est d’ailleurs ce qui fait l’intérêt des réflexions récentes sur la normativité de l’humain au Moyen Âge, qui croisent les outils développés par l’anthropologie culturelle et les sources endogènes4.

  • 5  Otto Gerhard Oexle, L’historicisme en débat, Paris, 2001.

6D’ailleurs, ces différentes acceptions, pour fertiles qu’elles soient, s’estompent si l’on conçoit l’anthropologie historique et ses différentes concrétisations à la l’horizon de la longue durée de l’histoire des sciences sociales. Cette plongée rétrospective permet de saisir la persistance des problèmes posés dès le xixe siècle, notamment par la « crise de l’historisme »5, dans les enjeux de la recherche actuelle, évoqués par Eduardo H. Aubert. Toutefois ce n’est qu’aux années 1960 et 1970 que l’anthropologie historique s’affirme comme un tournant épistémologique et comme un courant historiographique.

  • 6  Voir Michel Foucault, Introduction à l’Anthropologie, dans sa traduction d’Emmanuel Kant, Anthropo (...)
  • 7  Nous renvoyons ici aux travaux d’Alain Boureau et à ceux de Philippe Buc, qui montre que le regard (...)

7En tant que tournant épistémologique, l’acte d’affirmation de l’anthropologie historique coïncide avec la remise en cause radicale de l’humanisme transcendantal et de l’anthropologie kantienne6. En un sens, l’anthropologie historique est née quand l’anthropologie classique est morte : ces deux phénomènes participent au fond d’un même mouvement, celui d’une historicisation des méthodes et des objets de l’anthropologie. L’anthropologie, désormais désacralisée, a pu devenir un objet d’étude en tant que tel. L’analyse de la constitution d’une science de l’homme, dans le milieu scolastique par exemple, sert à révéler les impensés chrétiens inhérents à la démarche anthropologique moderne7.

  • 8  Krzystof Pomian, Sur l’histoire, Paris, 1999, p. 387-404.
  • 9  Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, 1991, p. 125-168.

8En tant que courant historiographique, l’anthropologie historique désigne le regroupement de chercheurs travaillant à une ouverture du territoire de l’historien et affirmant une « irréductible pluralité de l’histoire »8. Un des paradoxes de l’anthropologie historique est d’être un courant historiographique dont la définition même repose sur son refus du cloisonnement disciplinaire.  En effet, ce courant se définit par une revendication de l’interdisciplinarité, basée sur une vision unifiée de sciences sociales qui partageraient le même régime épistémologique9.

  • 10  « Les historiens et la sociologie de Pierre Bourdieu », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne (...)
  • 11  Ainsi le terme d’anthropologie historique est revendiqué par Stéphane Audoin-Rouzeau dans son dern (...)
  • 12  Voir notamment les travaux de Dominique Barthélémy, L'an mil et la Paix de Dieu : la France chréti (...)

9À cet égard, on peut remarquer que l’historiographie française est marquée par une profonde différence dans la pratique interdisciplinaire en fonction des périodes étudiées. Tandis que les antiquisants ont beaucoup utilisé l’anthropologie structurale, notamment pour l’étude des mythes, les médiévistes se sont le plus souvent adressés à la méthode ethnologique comme le signale Jean Pierre Albert. La sociologie a eu un rôle majeur dans les recherches des historiens de la période dites moderne, notamment sous l’influence de Michel De Certeau et de Pierre Bourdieu10. Les contemporanéistes, lui associent parfois l’anthropologie, notamment celle du conflit11, qui a été beaucoup utilisée par la médiévistique française12.

Pourquoi parle-t-on ? Un sport de combat13

  • 13  Nous reprenons cette citation de Pierre Bourdieu issue du film éponyme de Pierre Carles sortit en (...)

10L’interdisciplinarité est avant tout une question politique mettant en jeu des dispositifs de recherche et d’enseignements qui possèdent des implications épistémologiques de premier plan. Le caractère transversal de l’anthropologie historique en fait le lieu stratégique d’une revendication intellectuelle forte : celle de nourrir sa pensée et ses pratiques par la confrontation avec d’autres sciences sociales, d’autres périodes chronologiques et d’autres espaces socioculturels. Expérience intellectuelle de l’altérité, cette démarche est rivée à une pratique collective et lente de la recherche, souvent en marge des cadres académiques, où l’apprentissage d’un vocabulaire commun à des disciplines possédant des objets très variés, ne peut être indexée sur un asséchant impératif de rentabilité.

11Face aux menaces qui pèsent actuellement sur les institutions de la recherche française et face aux tentatives de lessivage des Sciences Sociales et Humaines, l’anthropologie historique se réactualise en tant qu’exigence politique. Sport de combat, elle insiste sur l’incorporation du chercheur dans le monde social, assumant l’arme que constitue le discours qu’il produit. Cet aspect militant fut particulièrement présent au cours du colloque, et jette un pont entre les différentes générations de chercheurs, comme l’ont montré, entre autres, les interventions de Misgav Har Peled, Nicolas Offenstadt et Alain Boureau.

  • 14  Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, 2009.
  • 15  Alain Guerreau, L’Avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ? Paris (...)
  • 16  Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, 1946.
  • 17  Gérard Noiriel, « Éléments pour une définition pragmatiste de l’histoire », Sur la crise de l’hist (...)

12En sortant de l’hyperspécialisation érudite et en assumant un effort synthétique d’interprétation, l’anthropologie historique essaie de construire un discours critique14 pour répondre de manière rigoureuse à la soif d’histoire globale du public du début du xxie siècle15. La conscience de l’enracinement du désir historiographique dans son propre présent constitue la forme première du comparatisme expérimental de l’anthropologie historique, qui reconnaît dans l’Étrange défaite16 son exempleparadigmatique. Pour ne pas se réduire à une posture ou à une pure déclaration d’intention, cet engagement doit correspondre à des approches renouvelées des sciences sociales, attentives à une profonde réflexion sur les pratiques sociales de la recherche. L’analyse de Jean Chapelot met ainsi en avant les enjeux politiques et les conditions économiques qui définissent les objets de la recherche archéologique. L’affirmation du dialogue interdisciplinaire comme pratique dotée d’une dimension politique concrète vise ainsi à définir un espace partagé d’intelligence en prise avec la société, une communauté d’activité entre savoir social et savoir historique17.

Comment parle-t-on ? Pratique de l’interdisciplinarité18

  • 18  Nous employons le terme d’interdisciplinarité, courant dans le débat historiographique que nous di (...)
  • 19  Cf. l’entretien entre Michel Foucault et Gilles Deleuze, « Les intellectuels et le pouvoir »(1972) (...)

13La métaphore lévi-straussienne du bricolage et celle deleuziano-foucaldienne de la boîte à outils19 sont souvent revenues pour décrire cette pratique de l’interdisciplinarité. Ce réseau de références octroie une légitimité à une démarche qui dépasse les segmentations disciplinaires, et sous une apparence souple, revendique l’autonomie intellectuelle de chaque chercheur. Si les différents concepts construits par les sciences sociales demeurent des outils dont on doit connaître les conditions d’élaboration et d’utilisation, leur usage n’implique pas pour autant d’importer l’ensemble du système qui les produit. C’est en abandonnant la foi tatillonne des nouveaux convertis pour une approche assumant son caractère concret et instrumental, que les historiens doivent construire, au delà de leur discipline, un dialogue critique et fertile. Après la fin des combats pour l’hégémonie à l’intérieur des sciences sociales, après le repli identitaire des disciplines sur elles-mêmes, une nouvelle pratique de l’interdisciplinarité se laisse aujourd’hui entrevoir. Entre historiens et anthropologues, s’échangent désormais plus d’outils que de systèmes, dont l’efficacité est chaque fois à éprouver.

  • 20  Philippe Descola, Par-delà Nature et culture, Paris, 2005.

14Ainsi, l’un des enjeux de l’anthropologie historique est de mettre à l’épreuve et, par cette voie, d’altérer, ou encore, pour le dire avec Deleuze, de trahir les modèles issus de différents horizons, dans un mouvement de va-et-vient permanent entre des objets historiques et des outils théoriques. Cette forme d'exigence intellectuelle et d'expérimentation historienne peut aujourd’hui s’affranchir  de l’obligation d’un résultat positif validant une théorie ou un modèle d’origine anthropologique. Comme l’a rappelé Jean-Pierre Albert, les rapports entre les tenants de l’anthropologie historique et les anthropologues se penchant sur l’histoire ont souffert de représentations disciplinaires réductrices et de l’oubli de sa propre singularité pour mieux coller à l’autre. La proposition par Pierre-Olivier Dittmar d’un « comparatisme différenciatif » traduit une pratique de recherche qui découle d’une posture d’écoute ne renonçant pas pour autant à ses prérogatives historiques. La pertinence de différents modèles anthropologiques pour l’étude du Moyen Âge fait débat : comme l’a montré Chloé Maillet, à propos de la parenté, l’historien ne peut plus se soustraire à la prise en compte de la démultiplication des démarches anthropologiques qui, si elle désoriente au premier regard, offre toutefois de nombreuses pistes fécondes. Devant cette multitude, la proposition de Jean-Claude Schmitt, de se laisser inspirer par la dialectique des « ontologies »20 plutôt que par leur fixation à des cadres spatiaux-temporels, permet un dialogue égalitaire avec cette démarche anthropologique. Refusant tout monopole dans l’élaboration des outils théoriques, Blaise Dufal et Frédéric Joulian ont envisagée l’archéologie comme un cas exemplaire de pratique interdisciplinaire, en soulignant la dimension épistémologique fondamentale du geste de la fouille et la valeur de l’expérience archéologique comme leçon de méthode pour les sciences sociales.

Que faire ? La Babel heureuse21

  • 21  « Alors le vieux mythe biblique se retourne, la confusion des langues n’est pas une punition,  le (...)
  • 22  Voir le débat entre Jocelyne Dakhlia, Serge Gruzinski, Jean-Clément Martin, Michel Nassiet, Michel (...)

15Au cours des trente dernières années, les amours contrariées entre histoire et anthropologie se sont longtemps déroulées dans le décor imposant d’un structuralisme aujourd’hui en ruine. Que cela soit en tant que modèle assumé ou comme illusion à combattre, son influence demeure prégnante au sein l’anthropologie historique dont le grand défi reste de conjuguer son désir de totalisation sans retomber dans des travers et des postulats anhistoriques22. Sans doute cette volonté explique-t-elle le succès de la proposition de Philippe Descola d’un structuralisme modéré qui, en délaissant la quête des invariants humains, intègre le Moyen Âge occidental au sein d’un ensemble de sociétés « analogistes » et ouvre de nouvelles perspectives comparatistes, tracées par Florent Coste et Jean Claude Schmitt. Dans la Babel du structuralisme, où la tour s’est effondrée, les historiens ramassent des pierres et construisent de nouveaux édifices.  On y reconnaît aisément les remplois venus d’anciens palais, comme l’usage de la sérialité, la dialectique entre le temps court et le temps long ou encore l’attention portée au « populaire » : l’art des maçons actuels se manifeste par sa faculté à détourner les éléments de structure de leurs fonctions initiales. Délaissant, les perspectives abstraites de cités idéales, l’anthropologie historique se renouvelle en édifiant chaque maison en fonction et à partir de la voisine. Lentement, à force de reconstructions, de nouveaux chemins apparaissent, allant jusqu’à changer sensiblement la forme même de la ville.

16Alors qu’elle était largement structurée par un parcellaire disciplinaire, fondé sur la séparation entre l’étude de l’espace et celle du temps, la ville nouvelle voit apparaître des parcours traversant d’anciens quartiers. C’est ainsi qu’au sein d’un programme global dont l’unité ne peut plus être remise en cause, l’anthropologie historique fait de la prise en compte du devenir sa spécificité. Suivant les pistes de Thomas Golsenne, l’historien se retrouve en spécialiste non du passé mais du changement, capable de cerner les variations historiques sur l’arrière-plan des variantes structurales. En d’autres termes, l’anthropologie historique vise à assumer les tensions entre verticalité et horizontalité, entre les différents niveaux de temporalité et la logique des relations sociales.

  • 23  Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, 1991.
  • 24  André Leroy-Gourhan, Le geste et la parole, Paris, 1964-65.

17Un des enjeux fondamentaux de cette rénovation urbaine consiste à créer des modes de communications pour permettre de désenclaver certains territoires ségrégués et d’en tirer de nouvelles formes de développement. Le cas de la culture matérielle est emblématique de cette nécessité : malgré son intérêt pour cette problématique, l'anthropologie historique n’a entretenu avec l’archéologie que des liens très distendus comme l’a souligné Mathias Dupuis. Les évolutions récentes au sein de ces domaines connexes invitent les historiens à élaborer une approche des objets portant d’avantage son attention aux gestes, aux processus et à leurs enjeux sociaux, comme le fait David Morel. Considérer l’ensemble du monde matériel comme autant d’acteurs participant à la vie sociale apparaît indispensable pour échapper à la rhétorique anthropocentrée des sciences humaines. Cette évolution pourrait pousser les médiévistes à prendre en compte le projet d’une anthropologie symétrique23 et à explorer la face cachée de l’anthropologie française : l’héritage de Leroy-Gourhan24.

18À l’instar de l’urbanisme contemporain, les maçons de la nouvelle Babel retrouvent le goût du singulier et le vieux problème de son articulation au collectif. Comme Gil Bartholeyns le montre, les historiens-anthropologues assument depuis longtemps le paradoxe d’une recherche qui saisit l’ordinaire par le biais de cet extraordinaire qu’est la documentation historique. S’ils connaissent bien l’usage heuristique du singulier représentatif, les relations avec les disciplines axiologiques qui mettent l’exceptionnel au cœur de leur projet ont longtemps été problématiques : les histoires de l’art, de la littérature, de la philosophie sont largement demeurées des citadelles quasi autonomes dans une ville en pleine évolution. Elisa Brilli invite à réinvestir le littéraire en y important les méthodes et les questionnaires de l’anthropologie historique ; Cécile Voyer souhaite une analyse des images dans leurs lieux spécifiques articulée avec la démarche sérielle ; la prise en compte des « événements » visuels et esthétiques plutôt que des seules « représentations » qu’appelle de ses vœux Thomas Golsenne, sont autant propositions invitant l’anthropologie historique de se doter nouveaux outils pour penser la singularité.

  • 25  Daniel Milo, « Pour une histoire expérimentale, ou la gaie histoire », Annales E.S.C., 45, 1990, n (...)
  • 26  Bernard Lepetit, Jacques Revel, « L’expérimentation contre l’arbitraire », Annales E.S.C., 47, 199 (...)

19Si les combats de l’anthropologie historique ont été nombreux, et s’ils ont connu d’indiscutables succès, certaines approches ont aussi été abandonnées, des engagements ont aboutis à des paradoxes voire à des impasses. Rien ne saurait finalement donner un meilleur exemple de la fertilité de cette approche que ce constat. Que serait un chercheur qui trouverait toujours ce qu’il cherche ? Serait-il encore un chercheur ?25 L’anthropologie historique, notamment par la pratique radicale du comparatisme, cherche à donner toute sa place à l’expérience au sein de la recherche, expérience personnelle et collective, mais aussi pratique aventureuse, assumant le risque de l’échec26. Désir théorique et activité de bricolage, l’anthropologie historique se construit en expérimentant les outils des sciences sociales, créant ainsi des horizons multiples d’interprétation, en mettant en jeu l’arrière-plan théorique et social des matériaux  utilisés. Cette histoire qui ne va pas de soi, en crise permanente, trouve dans sa remise en cause son principal moteur intellectuel et la source de sa vitalité.

Haut de page

Notes

1  Lors du colloque, Alain Boureau a évoqué l’historien qui « se déguise en anthropologue ».

2  Cf. Jacques Revel, « L'homme des Annales ? », Jacques Revel, Jean-Claude Schmitt (éd.), L’ogre historien. Autour de Jacques le Goff, Paris, 1998, p. 44.

3  Voir l’œuvre de Yan Thomas, et celle de Jacques Chiffoleau, notamment en dernier lieu ses « Conclusions », in Jacques Chiffoleau, Claude Gauvard et Andrea Zorzi(éd.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes d’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, 2007, p. 720-729.

4  Francis Affergan, Figures de l'Humain (et alii), Paris, 2003 ; Gil Bartholeyns, Pierre-Olivier Dittmar, Thomas Golsenne, Misgav Har-Peled, Vincent Jolivet (éd.) Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain, Paris, 2009.

5  Otto Gerhard Oexle, L’historicisme en débat, Paris, 2001.

6  Voir Michel Foucault, Introduction à l’Anthropologie, dans sa traduction d’Emmanuel Kant, Anthropologie d’un point de vue pragmatique, Paris, Vrin, 2008.

7  Nous renvoyons ici aux travaux d’Alain Boureau et à ceux de Philippe Buc, qui montre que le regard anthropologique moderne est lié aux catégories augustiniennes et la construction du concept de rite par l’anthropologie chrétienne (notamment dans le débat catholique/protestant), voir : Dangereux rituels. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris, 2003.

8  Krzystof Pomian, Sur l’histoire, Paris, 1999, p. 387-404.

9  Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, 1991, p. 125-168.

10  « Les historiens et la sociologie de Pierre Bourdieu », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1999, n° 3-4.

11  Ainsi le terme d’anthropologie historique est revendiqué par Stéphane Audoin-Rouzeau dans son dernier livre : Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (xixe-xxie siècle), Paris, 2008. Saluant la démarche, Jean-Pierre Warnier dans son compte-rendu, « Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre », L’Homme, 190, 2009, regrette cependant la faible connaissance des évolutions de l’anthropologie par les historiens. Il faut souligner la fécondité des recherches de Fabrice Virgili, France virile : des femmes tondues à la libération, Paris, 2000.

12  Voir notamment les travaux de Dominique Barthélémy, L'an mil et la Paix de Dieu : la France chrétienne et féodale (980-1060), Paris, 1999 et Chevaliers et miracles : la violence et le sacré dans la société féodale, Paris, 2004. Par ailleurs Nicolas Offenstadt, dans Faire la paix au Moyen Âge, Paris, 2007, utilise la théorie latourienne de l’acteur-réseau pour sortir justement de l’anthropologie des convlits.

13  Nous reprenons cette citation de Pierre Bourdieu issue du film éponyme de Pierre Carles sortit en 2001 : « je dis souvent que la sociologie est un sport de combat, c’est un instrument de self-défense. On s’en sert pour se défendre, essentiellement, et on n’a pas le droit de s’en servir pour faire des mauvais coups ». Joseph Morsel la reprend également dans son ouvrage vivifiant, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexion sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’Histoire s’interrogent., Paris, 2007: http://lamop.univ-paris1.fr/IMG/pdf/SportdecombatMac.pdf. Cette expression renvoie aussi au livre assez ironique de l’anthropologue Nigel Barley, Not a Hazardous Sport, 1988 (trad. fr : L'anthropologie n'est pas un sport dangereux, Paris 1997).

14  Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, 2009.

15  Alain Guerreau, L’Avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ? Paris, 2001.

16  Marc Bloch, L’étrange défaite, Paris, 1946.

17  Gérard Noiriel, « Éléments pour une définition pragmatiste de l’histoire », Sur la crise de l’histoire, Paris, 1996, (réed. 2006), p. 224-229.

18  Nous employons le terme d’interdisciplinarité, courant dans le débat historiographique que nous distinguons de ceux de multidisciplinarité et de pluridisciplinarité qui décrivent le travail autonome de plusieurs spécialistes, issus de disciplines différentes, autour d’un objet ou d’un thème communs. L’interdisciplinarité ne se contente pas d’une communication entre les disciplines, mais recherche des interactions entre elles. Il s’agit de construire un langage commun permettant la cohésion d’éléments fragmentés par la traduction et l’intégration des savoirs. Cette démarche se rapproche de la transdisciplinarité, en tant qu’elle assume le caractère politique et subjectif du dialogue interdisciplinaire. Voir notamment Frédéric Joulian, Suzanne de Cheveignéb and Joëlle Le Marecc, « Évaluer les pratiques interdisciplinaires », Natures Sciences Sociétés, vol. 13, n° 3, Juillet-Septembre 2005, p. 284-290 ; ainsi que les propositions très stimulantes réunies par Jean-Michel Berthelot, Brigitte Dumas et Luc Racine (dir.), La sociologie et les sciences sociales : une affaire de discipline(s)?,Sociologie et sociétés, vol. 31, n° 1, printemps 1999, p. 3-179 : http://www.erudit.org/revue/socsoc/1999/v31/n1/index.html

19  Cf. l’entretien entre Michel Foucault et Gilles Deleuze, « Les intellectuels et le pouvoir »(1972), dans Michel Foucault, Dits et écrits, vol. 1 (1954-1975), Paris, Gallimard, 2001, p. 1174-1183 : « [G.D.] C’est ça, une théorie, c'est exactement comme une boîte à outils. Rien à voir avec le signifiant... Il faut que ça serve, il faut que ça fonctionne. […] C’est curieux que ce soit un auteur qui passe pour un pur intellectuel, Proust, qui l’ait dit si clairement : traitez mon livre comme une paire de lunettes dirigée sur le dehors, eh bien, si elles ne vous vont pas, prenez-en d'autres, trouvez vous-même votre appareil qui est forcément un appareil de combat. » (p.1176-1177). Foucault reprend cette expression plus tard : « Tous mes livres, que ce soit l’Histoire de la folie ou celui-là, sont, si vous voulez, de petites boîtes à outils. Si les gens veulent bien les ouvrir, se servir de telle phrase, telle idée, telle analyse comme d'un tournevis ou d'un desserre-boulon pour court-circuiter, disqualifier, casser les systèmes de pouvoir, y compris éventuellement ceux-là mêmes dont mes livres sont issus... eh bien, c'est tant mieux », Michel Foucault, « Des supplices aux cellules. Entretien avec Roger-Pol Droit », Dits et écrits, vol. 1 (1954-1975), Paris, Gallimard, 2001, p. 1588.

20  Philippe Descola, Par-delà Nature et culture, Paris, 2005.

21  « Alors le vieux mythe biblique se retourne, la confusion des langues n’est pas une punition,  le sujet accède à la jouissance pour la cohabitation des langages, qui travaillent côte à côte : le texte de plaisir, c’est Babel heureuse. »,Roland Barthes, Le plaisir du texte (1973), dans Œuvres complètes, vol. IV, Paris 2002, p. 218.

22  Voir le débat entre Jocelyne Dakhlia, Serge Gruzinski, Jean-Clément Martin, Michel Nassiet, Michel Naepels, Philippe Minard dans « Histoire et anthropologie, nouvelles convergences ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 5/2002, n° 49-4bis, p. 81-121.

23  Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, 1991.

24  André Leroy-Gourhan, Le geste et la parole, Paris, 1964-65.

25  Daniel Milo, « Pour une histoire expérimentale, ou la gaie histoire », Annales E.S.C., 45, 1990, n° 3, p. 717-734.

26  Bernard Lepetit, Jacques Revel, « L’expérimentation contre l’arbitraire », Annales E.S.C., 47, 1992, n° 1, p. 263-264.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa Brilli, Blaise Dufal et Pierre-Olivier Dittmar, « Bilan et perspectives. Chemins transversaux », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 06 | 2010, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/2812 ; DOI : 10.4000/acrh.2812

Haut de page

Auteurs

Elisa Brilli

Articles du même auteur

Blaise Dufal

Articles du même auteur

Pierre-Olivier Dittmar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org