Navigation – Plan du site

La Statistique Générale de la France – Présentation

Gérard Béaur et Béatrice Marin

Texte intégral

1C’est dans les années 1960 qu’Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet, l’un et l’autre membres du CRH, ont eu accès aux données anciennes de la Statistique Générale de la France (SGF), ancêtre de l’Institut National de la Statistique et des études économiques (INSEE). Avec une équipe d’historiens de l’Université Ann Arbor du Michigan, ils lancèrent une vaste opération de mise en valeur d’une masse d’informations démographiques, sociales et économiques couvrant un long xixe siècle. Ces informations contenues dans les séries de la SGF alimentèrent une énorme base de données électronique dont l’importance historique était considérable. En effet, des centaines de tableaux ont été rassemblés qui concernaient l’état de la population française de 1851 à 1921, le mouvement de cette même population de 1800 à 1925, l’enseignement primaire mais aussi secondaire et même supérieur de 1829 à 1897, le territoire national et la population française de 1800 à 1890. Les centaines de milliers de données ainsi agrégées provenaient

  • des résultats des recensements quinquennaux de la population,

  • de la série « Mouvement de la population » publiée par la « Statistique générale de la France »,

  • d’un volume de la Statistique de la France, « Territoire et population »,

  • d'une série de rapports publiés par le ministère de l’Instruction Publique sous les titres : « Statistique de l'enseignement primaire », « Statistique de l'enseignement secondaire » ou « Statistique de l'enseignement supérieur », portant sur quelques années comprises entre 1829 et 1906,

  • enfin d’ouvrages intitulés « Résultats statistiques du recensement des industries et professions » publiés par le « Service du recensement professionnel » pour ce qui concerne les données du recensement des industries.

2Ces fichiers, saisis et mis en forme dans un format peu lisible : des séries de chiffres séparées par des zéros sans aucun espacement, n’étaient pas directement utilisables en l’état, mais ils étaient accompagnés de fichiers complémentaires permettant leur conversion en fichiers SAS et SPSS, ce qui a facilité leur récupération et autorise désormais leur exploitation. Béatrice Marin, responsable des bases de données du CRH, a accompli un important travail de reformalisation pour rendre ces statistiques accessibles à tous.

3Ce succès n’a été possible que grâce à la générosité et à la persévérance d’Emmanuel Le Roy Ladurie. C’est à lui qu’il faut attribuer le regain d’intérêt pour ces séries de chiffres et leur mise à disposition en direction d’un public plus large. C’est cependant à l’obligeance de l’Inter-university Consortium for Political Research (ICPSR), situé à Ann Arbor, Michigan, USA, et du Professeur Grew qui a bien voulu communiquer l’ensemble de la base de données brute au Professeur Le Roy Ladurie que l’on doit le retour providentiel de ces données en France. Il nous reste à exprimer notre gratitude envers l’INSEE et son chef de la division documentation, Bernard Lancelot, qui a consenti, spontanément et gracieusement, à nous livrer le fruit du travail préalable consenti par le personnel de cette institution. Les efforts de l’INSEE ont en effet abouti à une autre forme de formalisation également accessible sur internet sur le site de cette institution. On pourra également s’y référer avec profit et y trouver bien d’autres informations fort précieuses pour les historiens.

Les données

4Avertissement.
Les données mises en ligne sont les données originales de l'enquête de la SGF, et doivent être comprises elles-mêmes comme formant une source historique. à ce titre, elles peuvent comporter des erreurs ou des lacunes. Leur exploitation n'engage que les utilisateurs.

5Toutes les données ont été converties au format Excel. Les tableaux comportant plus de 256 variables ont été arbitrairement scindés en deux entre les variables V180 et V181 sauf indication contraire.

6Les six premières variables sont communes à tous les tableaux.

Numéro
de la
variable

Description de la variable

V1

Code de l’unité géographique. Un code numérique à un chiffre a été assigné à chaque type d’unité géographique (nation, département, arrondissement, etc.) pour lequel les données ont été préparées.

Valeur
du code

Unité géographique

0

Nation

1

Département

2

Arrondissement

3

Chef-lieu

4

Ville non chef-lieu de plus de 10 000 hab

V2

Année sur 3 colonnes (les 3 dernières colonnes de l'année, le 1 a été supprimé)

V3

Code du département. Un code unique d’identification a été assigné à chaque département en France. Voir les codes

V4

Code de l’arrondissement. Un nombre d’identification a été assigné à chaque arrondissement de département. Conjointement utilisé avec le code du département, ce nombre identifie chaque arrondissement de façon unique. Voir les codes

V5

Code du chef-lieu ou de la ville. Un nombre d’identification a été assigné à chaque chef-lieu, ainsi qu’à chaque ville de 10.000 habitants ou plus qui n’était pas désignée en tant que chef-lieu. Conjointement utilisé avec les codes pour le département et l’arrondissement, ce nombre identifie chaque chef-lieu ou ville de façon unique. Les villes ayant les codes 01 à 07 sont les chefs-lieux du département. Voir les codes

V6

Nom complet de l’unité d’analyse (à l'exception des noms ayant plus de 17 lettres qui ont été abrégés)

Présentation des données

7Les données sont organisées de deux façons différentes selon qu'elles ont été traitées par l'INSEE ou par le CRH. Un intitulé court des variables a été ajouté aux tableaux de données fournis par l'INSEE pour une meilleure lisibilité des données et une harmonisation de l'ensemble des tableaux de données.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Béaur et Béatrice Marin, « La Statistique Générale de la France – Présentation », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], La Statistique Générale de la France, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://acrh.revues.org/2891

Haut de page

Auteurs

Gérard Béaur

Gérard Béaur est Directeur de recherche au CNRS, Directeur d’études à l’EHESS, ancien Directeur du CRH. http://crh.ehess.fr/document.php?id=471

Béatrice Marin

Béatrice Marin est co-responsable du groupe « Les anciennes enquêtes du CRH » http://crh.ehess.fr/document.php?id=474

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org