Navigation – Plan du site
L'éthique de l'historiographie

Historiographie et histoire disciplinaire. Marcel Granet et les sciences sociales

Thomas Hirsch

Résumés

Sinologue, sociologue, historien, ethnologue : les multiples étiquettes accolées à Marcel Granet traduisent la difficulté à lui faire place dans un récit disciplinaire particulier. Cas-limite, l’auteur de La Pensée chinoise invite ainsi à considérer la tension entre l’historiographie, comme histoire de l’histoire, et l’histoire disciplinaire, succédanée de l’histoire philosophique des idées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elles se développent en effet en France à partir de la deuxième moitié des années 1970, dans le ca (...)
  • 2  « […] “influences”, ce n’est pas un mot de la langue scientifique, mais de la langue astrologique. (...)

1Les sciences de l’homme françaises donnent à voir, depuis plus de trente ans maintenant, un effort réflexif considérable pour penser leur histoire à nouveaux frais. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle, histoire des concepts, histoire des sciences humaines ou des sciences sociales, anthropologie « critique » ou « réflexive », histoire et sociologie de la sociologie, sociologie des sciences, l’ensemble de ces démarches, qui visent à replacer les savoirs et leur élaboration dans l’histoire, dont la parenté historique est patente1, ont veillé à abattre une idole commune, qui a d’ailleurs reçu une formulation proverbiale : la « vieille » histoire des idées. Le propre de cette dernière était de situer les contenus intellectuels sur un plan distinct de l’histoire proprement dite, dans un monde parallèle et abstrait où les idées communiquaient entre elles, par delà les hommes et les temps. Sa forme la plus pure se trouvait, et se trouve peut-être encore, dans une histoire académique de la philosophie visant à circonscrire un certain nombre de problèmes éternels, vis-à-vis desquels un nombre limité de « grands » philosophes ont pris position, dans un dialogue purement idéel où Descartes « répond » à Aristote, si ce n’est l’inverse. Le legs de cette anti-histoire à l’histoire classique des sciences sociales réside notamment dans un certain nombre de topiques qui ont suscité l’attention de la critique historique : entre autres, le vertige des commencements, de l’irruption brutale de la nouveauté par la puissance de l’esprit, sous la forme des « pères fondateurs » des différentes disciplines, et l’usage indiscriminé du terme flou et jamais explicité d’« influence », permettant de créer des continuités, de rétablir un ordre, et qui n’est en définitive qu’un succédané du dialogue atemporel − terme que Lucien Febvre, en 1922 déjà, invitait d’ailleurs à laisser aux astrologues2.

  • 3  En témoigne en particulier le fait qu’en dépit des multiples projets d’introduction de l’histoire (...)
  • 4  Au sens où l’approche du passé est entièrement subordonnée aux enjeux du moment.
  • 5  Cf. Thomas Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1982 ; et Thomas K (...)

2Si de nombreuses raisons laissent penser que ce type de récit historique participe, structurellement, de la définition disciplinaire de la philosophie3, l’histoire, à l’inverse, pourrait sembler particulièrement prémunie contre cette forme de refus du temps. Elle n’est pas pour autant immunisée contre une version plus insidieuse, et plus spécifique aux sciences humaines et sociales, de cette histoire idéelle : l’histoire disciplinaire, qui, des figures fondatrices à la période actuelle – temps qui s’apparente toujours peu ou prou à une progression – définit un certain nombre de moments clés en fonction de la situation présente de la discipline. Ordonner et exclure : tels sont les maîtres mots de cette histoire présentiste4 et édificatrice, dans laquelle on reconnaît les traits de la « science normale » telle que l’a définie Thomas Kuhn5. C’est un de ces exclus, et un de ces moments qui sont au centre de cette brève réflexion sur l’histoire des historiens. Le cas de Marcel Granet met en effet en question la tension entre historiographie, comme histoire de l’histoire, et histoire disciplinaire. L’historiographie peut-elle n’être qu’historique, au sens de centrée exclusivement sur la discipline « histoire » ? L’historiographie peut-elle être historique, au sens où elle produirait une intelligibilité du passé ne se limitant pas à l’édification des nouveaux entrants dans la corporation historienne ? À ces deux questions touchant aux contours et à certains enjeux de l’historiographie, une brève considération de la place de l’œuvre de Marcel Granet permet peut-être d’apporter quelques éléments de réponse.

Entre les murs

  • 6  De manière significative, La Religion des chinois est ainsi publié par Albin Michel dans la collec (...)
  • 7  Il est possible de distinguer deux ensembles dans la production livresque de Marcel Granet. D’un c (...)
  • 8  Directeur d’études pour les religions de l’Extrême - Orient à la cinquième section de l’École prat (...)
  • 9  P. Demiéville fixe dans ce texte le portrait disciplinaire de Granet, mettant en œuvre une rhétori (...)
  • 10  Le signe extérieur le plus net de la particularité de l’approche de l’histoire chinoise par Marcel (...)
  • 11  Voir en particulier les notes des deux synthèses publiées par Henri Berr.
  • 12  Sur ce point, voir notamment : Y. Goudineau, « Une vérification expérimentale dans la Chine de 191 (...)
  • 13  Durant la Seconde Guerre mondiale disparaissent en effet successivement Marcel Granet (1940), Henr (...)

3La singularité historique de l’œuvre de Marcel Granet tient au fait qu’elle ne rentre à proprement parler dans aucun récit disciplinaire, et ce en dépit de la disponibilité constante de ses principaux ouvrages, La Civilisation chinoise (1929) et La Pensée chinoise (1934), publiés par Henri Berr dans sa collection « L’Évolution de l’Humanité », et régulièrement remis à l’office – en partie, sans doute, grâce à l’attrait exotique et orientaliste des titres de ses livres6. Spontanément associé à la sinologie – la quasi-totalité de ses textes portent sur la Chine7 et sa carrière académique fut celle d’un sinologue8 −, il n’occupe pourtant dans les différentes histoires de cette discipline qu’une place marginale. Multiples sont les raisons de cette mise à l’écart, dont témoigne en premier lieu l’« Aperçu sur les études sinologiques en France » de Paul Demiéville, qui occupait lors de la rédaction de ce texte, en 1966, une position dominante au sein des études chinoises9. Du fait de la défiance constante de Marcel Granet envers un discours dont il déplorait l’hermétisme, et vis - à - vis duquel il entendait faire rupture10, comme des multiples piques envers ses contemporains, tel Paul Pelliot et Henri Maspero, dont son œuvre regorge11, la mise à l’écart de son œuvre ne paraît en définitive que reproduire le positionnement de ce dernier de son vivant – d’ailleurs, selon Yves Goudineau, Marcel Granet devait son élection à la cinquième section de l’École pratique des hautes études au soutien des durkheimiens et non à celui des orientalistes12. L’absence d’élèves prenant la suite de ses études sur la Chine ancienne, et la réorientation de la discipline, fortement affaiblie en France lors de la Seconde Guerre mondiale13, vers l’étude littéraire et des périodes historiques plus récentes, complètent l’explication de sa marginalité dans le domaine sinologique. Surtout, de son vivant comme après sa mort en 1940, il était associé par les sinologues à la sociologie davantage qu’aux études chinoises.

  • 14  Célestin Bouglé, Bilan de la sociologie française contemporaine, Paris, Librairie Félix Alcan, 193 (...)
  • 15  Dans Le Durkheimisme dans l’entre - deux - guerres, ouvrage récemment consacré par Jean - Christop (...)
  • 16  Jean Poirier, « Histoire de la pensée ethnologique », in Jean Poirier (dir.), Ethnologie générale, (...)

4Élève de Durkheim, proche collaborateur de Marcel Mauss, vice - président puis président, au début des années 1930, de l’Institut français de sociologie, auteur, selon Célestin Bouglé, de « la plus belle confirmation qui ait été apportée aux vues de Durkheim »14 en matière de sociologie religieuse et de sociologie de la connaissance : nombreux sont les traits qui invitent à considérer Marcel Granet comme un sociologue. Pourtant, sa position dans l’histoire disciplinaire de la sociologie n’est pas plus enviable que celle qu’il occupe dans le récit sinologique. Car si Marcel Granet fut sociologue, il le fut au sens où Durkheim entendait le terme, et la réorientation de la discipline, d’étude scientifique de l’ensemble des sociétés humaines à l’étude des seules sociétés actuelles et occidentales, le marginalisa de facto. Aussi les études récentes, fussent-elles consacrées à la sociologie de l’entre-deux-guerres, ou aux rapports de cette discipline avec l’histoire dans la première partie du xxe siècle, ne font guère cas de sa sociologie de la Chine archaïque15. Sociologue pour les sinologues et sinologue pour les sociologues, Marcel Granet, du fait d’une certaine postérité de ses travaux sur la parenté et la mythologie, dans l’œuvre de Claude Lévi-Strauss en particulier, et de l’affinité entre son approche de la société chinoise et l’entreprise ethnologique, fut même un temps rangé dans l’histoire de l’ethnologie – en présentant son séjour en Chine à la veille de la Première Guerre mondiale comme un véritable « terrain » ethnographique16.

  • 17  Voir : Ricardo di Donato, « L’anthropologie historique de Louis Gernet », Annales, vol. XXXVII, n° (...)
  • 18  Le volume a fait l’objet d’un compte rendu dans les colonnes de la revue, voir : J. Przyluski, « M (...)
  • 19  Le projet initial de Marcel Granet, à l’époque où il côtoyait Marc Bloch à la Fondation Thiers, ét (...)
  • 20  Investigation qui prend un tour systématique dans : Marcel Granet, La Pensée chinoise [1934], Pari (...)
  • 21  En témoigne par exemple le fait que Lucien Febvre a envisagé la participation de Granet aussi bien (...)
  • 22  Ainsi par exemple du premier Louis Gernet, très proche de Granet. Sur les historiens sociologues, (...)
  • 23  Comme le remarque Jacques Revel, le débat est souvent « mis en scène » en fonction de son issue et (...)
  • 24  Laurent Mucchielli, « Aux origines de la Nouvelle Histoire en France », in Mythes et histoire des (...)
  • 25  Rémi Mathieu, « Postface », in Marcel Granet, La Civilisation chinoise [1929], Paris, Albin Michel (...)

5À s’en tenir aux indicateurs les plus basiques, pourtant, Marcel Granet pourrait tout aussi bien apparaître comme un historien. Agrégé d’histoire, pensionnaire de la Fondation Thiers en même temps que Marc Bloch et Louis Gernet17, membre de la section historique du Centre de synthèse à partir de 1925, son œuvre scientifique est historique de part en part, au sens au moins où elle porte sur le passé. Il pourrait même sembler occuper une place privilégiée dans l’histoire de la discipline : son œuvre, pour l’essentiel, fut en effet publiée entre les deux moments considérés comme décisifs que constituent le débat entre histoire et sociologie des premières années du xxe siècle et la fondation des Annales en 1929 – année où parut par ailleurs La Civilisation chinoise18. De plus, les thèmes qui dominent son entreprise − analyse de la féodalité en tant que système social19 et investigation systématique d’une pensée collective20 − , entre histoire et sociologie, ne sont pas sans trouver écho dans la formulation du projet d’une histoire totale, de l’histoire comme science sociale, et donc dans l’« esprit des Annales »21. Pourtant, Marcel Granet est tout aussi marginal dans l’histoire de l’histoire française au xxe siècle, que dans celles de la sinologie ou de la sociologie. Par trop disciplinaire, elle laisse de côté celui qui semble, aux yeux des historiens, définitivement marqué comme un sociologue durkheimien. Surtout, la période de son activité, sa situation historique, qui paraissait privilégiée, se retourne, en quelque sorte, contre lui. Placé entre deux moments qui continuent de s’imposer avec la force d’évidences aux historiographes – le débat de 1903 et la fondation des Annales −, l’attention portée à ces derniers, dans le droit fil de l’auto-histoire des Annales esquissée par Lucien Febvre, éclipse son œuvre, et, plus largement, celle des historiens sociologues22. Coincé entre un débat présenté a posteriori comme fondateur23 et la « rhétorique de combat » des créateurs des Annales, qui a induit un effet de rupture occultant les divers projets historiographiques qui s’apparentaient au leur24, Marcel Granet semble comme disparaître du champ historiographique. Contrevenant à l’ordre selon lequel l’histoire « totale », l’histoire comme « science sociale », nait sous la plume de Marc Bloch et Lucien Febvre, il est logiquement exclu par l’histoire disciplinaire et situé aux marges de l’histoire proprement dite, alors que pour un observateur extérieur, tel le sinologue Rémi Mathieu, il ne fait guère de doute que Marcel Granet « se rattache à ce qu’on nomme depuis l’entre-deux-guerres l’École des Annales »25.

6Se défaire de l’histoire disciplinaire de l’histoire française au xxe siècle revient ainsi à refuser un schéma préétabli et brossé par les historiens de l’époque eux-mêmes, entretenu, si ce n’est magnifié, pour des raisons identitaires et institutionnelles, oblitérant certaines réalités, délaissant a priori certaines œuvres. Plus largement, l’histoire des sciences sociales, comme l’illustre le cas de Marcel Granet, ne peut parfois se satisfaire de découpages disciplinaires de nature toute conventionnelle, momentanée et relative, traduisant des rapports de force et des représentations propres à une période. En ce sens, une histoire des définitions et redéfinitions des différentes disciplines des sciences humaines au xxe siècle, des croisements et des carrefours, reste à faire. Une histoire de l’histoire, d’ailleurs, peut d’autant moins faire l’économie d’une prise en compte de la sociologie, de l’ethnologie, voire de la psychologie et de la géographie, qu’elles constituent toutes, en particulier au début du xxe siècle, dans un moment de crise de l’idée de progrès, des pensées de l’histoire en ceci au moins qu’elles sont, par endroit ou totalement, des pensées de la modernité, de l’évolution dans le temps. Trop souvent, les problématiques formulées en termes d’emprunts ou d’influences naturalisent des divisions disciplinaires et, en scrutant des passerelles supposées, établissent des murs là où pouvaient se trouver des carrefours. En ce sens précis, l’historiographie ne devrait peut-être pas se contenter d’être historique.

Sur la place

  • 26  En témoigne par exemple les multiples « résurrections » de Gabriel Tarde, dans des contextes de re (...)
  • 27  Henri Maspero, « Granet. Fêtes et chansons anciennes de la Chine », Bulletin de l’École française (...)
  • 28  Yves Hervouet, « Marcel Granet, Danses et légendes de la Chine ancienne », L’Homme, vol. VI, n° 13 (...)
  • 29  Stephen O. Murray, « A 1934 Interview with Marcel Mauss », American Ethnologist, vol. XVI, n° 1, 1 (...)
  • 30  Marcel Mauss, « La sociologie en France depuis 1914 » [1933], in OEuvres, Paris, Éditions de Minui (...)
  • 31  Maurice Halbwachs, « Sur les moeurs et les croyances primitives de la Chine », Libres Propos, 2ème(...)
  • 32  Maurice Halbwachs, « Histoire dynastiques et légendes religieuses en Chine. D’après un livre récen (...)
  • 33  Paul Masson - Oursel, « Marcel Granet. Fêtes et chansons anciennes de la Chine », Revue de l’histo (...)
  • 34  Voir en particulier : Antonin Causse, Du groupe ethnique à la communauté religieuse. Le problème s (...)
  • 35  Lucien Febvre, « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie » [1938], in Combats pour l’histoire, (...)
  • 36  Lucien Febvre, « Débats autour de la sociologie », Annales, vol. IX, n° 4, 1954, p. 524-525.
  • 37  Georges Dumézil, « Préface », in Marcel Granet, La Religion des Chinois [1922], Paris, Albin Miche (...)
  • 38  Y. Goudineau, « Lévi - Strauss, la Chine de Granet, l’ombre de Durkheim : retour aux sources de l’ (...)

7Mais si l’œuvre de Marcel Granet paraît de la sorte marginalisée, n’est-ce pas, après tout, qu’elle est marginale ? Dans cette caractérisation extérieure et toute négative de la situation disciplinaire de Granet, rien n’interdit de le penser ; et, du reste, la résurrection du héros oublié, accompagnant une contestation de l’ordre disciplinaire, est elle aussi un geste récurrent dans l’histoire présentiste des sciences humaines26. Pourtant, un simple aperçu de la réception de ses travaux coupe court à cette facilité, et témoigne d’une réelle fécondité de son œuvre. Sa thèse fut reçue par les sinologues, et par Henri Maspero en particulier, comme « un des livres qui feront époque dans les études sinologiques »27, et en dépit des multiples critiques qui lui ont été adressées depuis, pour beaucoup, ses livres demeurent une « lecture indispensable », vis-à-vis de laquelle chacun doit se situer28. Aux yeux de Marcel Mauss, si l’on en croit les propos transcrits par Earle Edward Eubank en 1934 − année de parution de La Pensée chinoise , Marcel Granet est non seulement le plus grand historien vivant, mais aussi l’un des meilleurs sociologues29. Dans ses livres, juge Mauss, « ce ne sont pas seulement les règles de la plus sévère méthode historique, ce sont aussi celles de l’explication des faits sociaux par les faits sociaux qui sont admirablement appliqués »30. Maurice Halbwachs, pour sa part, y trouve « plus de sociologie que dans beaucoup de traités et de revues qui traitent de professo de cette science »31, et y voit notamment une contribution importante à la sociologie de la mémoire collective32. Les livres de Marcel Granet retiennent également l’attention des historiens des religions : Fêtes et Chansons de l’ancienne Chine est présenté par Paul Masson Oursel aux lecteurs de la Revue d’histoire des religions comme une « œuvre maîtresse » d’histoire religieuse33 ; et les effets de la lecture de Marcel Granet sont sensibles jusque dans la façon dont Antonin Causse, professeur à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, et directeur de la Revue d’histoire et de philosophie religieuse, retrace l’histoire et l’évolution socio - religieuse du judaïsme avant Jésus Christ34. S’agissant de l’histoire, Lucien Febvre salue, dans sa contribution au tome de l’Encyclopédie française consacrée à la psychologie, les « livres si riches de Granet » permettant de comparer les « démarches intellectuelles » des Chinois avec les nôtres35, et le range à ses côtés et à ceux de Marc Bloch parmi les historiens redevables à la sociologie durkheimienne, ce qui témoigne d’une reconnaissance certaine de la parenté entre leurs démarches historiennes36. Pour Georges Dumézil, qui suit plusieurs années durant ses cours à l’École pratique des hautes études, c’est la manière qu’a l’auteur des Danses et légendes de la Chine ancienne d’aborder les textes, de les décortiquer, de les comprendre comme des morceaux « d’idéologie illustrée » qui est décisive, et qui tient un rôle séminal dans ses propres recherches sur la mythologie indo-européenne37. Cet accent sur l’analyse mythologique se retrouve chez Claude Lévi - Strauss, qui s’est dit « illuminé » par chacune de ses lectures de Marcel Granet et qui confiait en 1988 que sa réflexion sur les systèmes de parenté venait de la lecture de Catégories matrimoniales et relations de proximité dans la Chine ancienne, le dernier ouvrage du sinologue38.

  • 39  Ainsi, les spécialistes de la question ont remarqué que l’ampleur et la complexité des Danses et L (...)

8Sinologie, sociologie, histoire des religions, histoire, psychologie, ethnologie, mythologie comparée : le caractère exemplaire attribué simultanément (non sans réserves bien sûr) aux ouvrages de Marcel Granet dans des disciplines diverses incline bien à penser qu’il ne peut simplement être laissé de côté. Comment une œuvre toute sinologique, exigeante au point parfois de paraître ésotérique39, a pu avoir un tel écho dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, et dans des perspectives de recherche apparemment si différentes ? Par opposition aux récits disciplinaires qui tendent à l’exclure, cette réception multiple paraît à tout le moins dessiner les contours d’un espace de circulation des textes et des idées dans l’entre-deux-guerres, d’un espace de discussion dans lequel l’histoire est partie prenante. Afin d’en apprécier les termes, et de ne pas s’en tenir à cette caractérisation formelle, peut-être convient-il de caractériser, ne serait-ce que schématiquement, le projet théorique de celui que Marcel Mauss considérait comme le plus grand espoir de la sociologie française.

  • 40  Maurice Freedman, « Marcel Granet, sinologue et sociologue », Critique, n° 337, 1975, p. 626.
  • 41  Entreprise guidée par son engagement, dès 1913, à fournir un volume à Henri Berr pour sa collectio (...)
  • 42  Marcel Granet, La Civilisation chinoise, op. cit., p. 619.
  • 43  Yves Goudineau parle ainsi d’« archéologie textuelle ». Voir : Yves Goudineau, « Marcel Granet (18 (...)
  • 44  Trois textes occupent dans cette perspective un rôle capital : Émile Durkheim & Marcel Mauss, « De (...)

9« Lorsqu’on lit les articles et les livres dans l’ordre chronologique de leur composition, remarquait Maurice Freedman, on a l’impression profonde d’assister au déploiement, sur presque une trentaine d’années, d’une stratégie mise au point dès l’orée de sa carrière de chercheur »40. Force est de reconnaître à l’œuvre de Marcel Granet cohérence et unité. Plutôt qu’un plan néanmoins, c’est le décalage initial opéré par Granet qui explique la continuité de ses travaux. Son entreprise de réécriture de l’histoire ancienne de la Chine41 – il part du principe que l’historiographie chinoise, constamment réécrite en fonction des attendus du moment, ne peut « inspirer aucune confiance »42 − repose en effet sur un renversement interprétatif du Shijing, le Livre des Odes, qui est l’objet de sa thèse, Fêtes et chansons anciennes de la Chine. Recueil classique de la littérature chinoise, Granet propose de lire une partie de ces textes comme un recueil des chansons de fête de la société paysanne chinoise la plus ancienne. Il procède en quelque sorte à une archéologie par les textes43, en reconstituant la société chinoise antique à partir des représentations sociales lisibles dans ces chansons. C’est cette analyse de l’écrit en tant que produit social, et la solidarité qu’il suppose entre mythe, rite et organisation sociale, qui a tant marqué ses élèves. Sur la base de ce décalage initial, dans lequel les analyses des sociétés primitives proposées par Marcel Mauss et Émile Durkheim sont prégnantes44, Granet entreprend d’écrire une histoire évolutive des institutions et des représentations chinoises, en envisageant la transformation de la société paysanne en société féodale, puis la formation de l’Empire. Ce travail, entrepris pour l’essentiel dans Danses et légendes de la Chine ancienne et dans ses articles, fut ensuite systématisé dans La Civilisation chinoise et La Pensée chinoise.

  • 45  Henri Berr, « Avant-propos. Mentalité chinoise et psychologie comparée », in Marcel Granet, La Pen (...)
  • 46  François Dosse, « Histoire des mentalités », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt (...)
  • 47  Voir en particulier : André. Burguière, « La notion de “mentalité” chez Marc Bloch et Lucien Febvr (...)

10« Longtemps, pour les Occidentaux – historiens, psychologues, hommes d’action aussi, − la pensée rationnelle, formée en Grèce, en Italie, précisée depuis la Renaissance par la réflexion de tant de philosophes et d’hommes de science, pratiquée en gros par les masses dans le monde méditerranéen, a été la pensée, la manifestation naturelle, nécessaire, commune à tous les êtres humains, du pouvoir mental. C’est une acquisition récente, un élargissement de l’esprit − en rapport avec un élargissement d’horizon, une circulation plus facile et plus intense d’un continent à l’autre, des relations resserrées entre les diverses fractions de l’humanité, −, que de concevoir des mentalités diverses »45. Les premières lignes de l’avant-propos qu’Henri Berr donne à La Pensée chinoise signalent le rôle cardinal que joue la notion de mentalité dans les textes de Granet et dans leur réception. Si « l’émergence » de l’histoire des mentalités sous les plumes de Lucien Febvre et de Marc Bloch est communément rapportée à « l’influence » de Lucien Lévy-Bruhl, parfois via le psychologue Charles Blondel46, sur le premier, et des durkheimiens sur le second47, l’œuvre de Granet et sa large réception invitent à reconsidérer la manière d’historiciser cet « élargissement de l’histoire » rapporté et parfois résumé aux fondateurs des Annales. Le questionnement sur les « manières d’agir, de sentir et de penser » − définition la plus courante, alors, du terme de « mentalité », dans laquelle se reconnaît en outre la définition du fait social proposée par Émile Durkheim – est en effet commun, durant l’entre-deux-guerres, à la sociologie, à la psychologie, à l’histoire des religions, à l’histoire à l’ethnologie, et à la philosophie.

11Or, loin d’être anodine, cette large discussion met en jeu aussi bien la représentation de l’histoire que la représentation de la société des praticiens de ces diverses disciplines. C’est ce que mettent en évidence les deux principaux axes problématiques du débat sur les mentalités se développant dans les années 1920-1930. D’une part, la réception et la discussion des thèses de Lucien Lévy-Bruhl, centrées notamment sur l’opposition entre binarité et multiplicité des mentalités, a pour enjeu la linéarité de l’histoire et la représentation de l’évolution historique : la diversité des façons de penser peut-elle se ramener à une transformation conduisant de la mentalité « pré-logique » à la mentalité « logique » ? D’autre part, le vaste débat des années 1920 entre sociologie et psychologie pose le double problème de l’extension des représentations sociales sur les représentations individuelles et de l’explication des représentations sociales par l’organisation de la société : dans quelle mesure, donc, la structure de la société détermine-t-elle les façons d’agir, de sentir, et de penser de chaque individu ?

  • 48  Développer une approche pluridisciplinaire ne revient pas à faire fi des constructions des discipl (...)
  • 49  Si l’histoire des mentalités classique infère des représentations à partir de pratiques, Granet, l (...)

12Ce sont les réponses données par chacun à ces deux questions, et les écarts entre ces réponses, qui permettent de resituer avec précision les différents projets théoriques – qui sont aussi des projets disciplinaires48 : la synthèse historique d’Henri Berr, l’histoire des Annales, la psychologie collective de Charles Blondel, la psychologie historique d’Ignace Meyerson, la sociologie de Marcel Mauss, l’ethnologie tardive de Maurice Leenhardt, celle de Jacques Soustelle, etc. Le propre de Lucien Febvre et Marc Bloch n’est pas de s’être posé ces questions, mais d’y avoir répondu d’une certaine manière. Le projet d’étude évolutive de la transformation des idées en fonction de la transformation de la société de Marcel Granet49, pour sa part, constitue une forme de maximalisation de l’entreprise durkheimienne, parallèle, dans le domaine de l’histoire, à celle que mène Maurice Halbwachs dans le domaine psychologique par sa démarche de socialisation des mémoires individuelles.

  • 50  De ce point de vue, pour s’en tenir à une considération superficielle, la figure de Jean Jaurès et (...)

13Si les différences sont significatives, le questionnement commun l’est tout autant, et il paraît légitime de considérer que la proximité relative des représentations de l’histoire et de la société a quelques chances d’être solidaire aussi de représentations politiques50. Par delà les discours théoriques particuliers, le problème des mentalités invite de la sorte à considérer et caractériser un cadre de pensée plus large. Sans s’engager plus avant dans cette voie, il paraît déjà sensible que la considération de l’œuvre de Marcel Granet, habituellement coincée entre des histoires disciplinaires, permet d’éclairer sous un jour différent la configuration théorique des sciences sociales dans l’entre-deux-guerres, et notamment d’approcher d’une autre manière les démarches historiennes de Lucien Febvre et de Marc Bloch.

  • 51  Marcel Gauchet, « L’élargissement de l’objet historique », Le Débat, n° 103, 1999, p. 140.

14Cette mise en relation d’œuvres, dont les marquages disciplinaires diffèrent, est en outre susceptible de déboucher sur une appréhension plus large du caractère historique de ces productions intellectuelles, dont la compréhension est une voie d’accès à celle de leur époque, à la sphère du « pensable », pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet, d’une société. Par là, peut-être, l’historiographie, touchant à l’histoire intellectuelle et culturelle, à la fois externaliste et internaliste, se révèle pleinement historique, au sens où elle dépasse le cadre étroit de l’histoire d’une seule discipline, et constitue simplement une voie d’entrée qui peut « apporter des matériaux essentiels à l’intelligence du passé en général »51.

Historiographie et discipline

  • 52  Jean - Louis Fabiani, Qu’est-ce qu’un philosophe français ?, op. cit.
  • 53  François Hartog, « Le vieil Hérodote : de l’épopée à l’histoire » [2001], in Le Miroir d’Hérodote (...)

15Ainsi, le cas de Marcel Granet, très brièvement exposé ici, n’est pas sans enseignement quant aux contours et aux enjeux de l’historiographie. Il ne s’agit pas de dire que ce n’est qu’à condition de ne pas être historique, au sens disciplinaire, que l’historiographie peut être historique au sens intellectuel du terme – il est de multiples façons de faire de l’histoire par les œuvres, et Jean-Louis Fabiani, par exemple, a récemment montré au sujet de la philosophie combien le cadre disciplinaire, pour peu qu’il soit lui-même pris comme objet, dans ses multiples dimensions, peut constituer un domaine fécond pour l’investigation historique52. Du moins, l’œuvre, souvent perçue comme inclassable, de ce sociologue, sinologue, ethnologue, psychologue et historien a-t-elle le mérite de porter l’attention sur les impasses d’une histoire disciplinaire, dont le spectre, malgré trente ans de production d’histoire intellectuelle, ne cesse de planer sur le récit historique des différentes sciences humaines, en raison des enjeux identitaires qui lui sont intimement liés. Approcher les disciplines ensemble, de manière plus évidente encore lorsqu’il s’agit d’une époque où le milieu universitaire demeure restreint, et où la circulation des idées est de mise, constitue une de ces « lectures possibles » pour une historiographie dont la tâche serait de donner des textes à lire, « en reconstruisant les questions auxquelles ils cherchaient à répondre, en redessinant les horizons d’attente où, depuis leur premier jour jusqu’à nos jours, ils sont venus s’inscrire, en recalculant (pour les plus importants d’entre eux) les enjeux dont ils ont été successivement investis, en pointant les quiproquos dont ils ont été porteurs »53.

  • 54  Voir : François Hartog, « L’autorité du temps », Études, juillet-août 2009, p. 51-64 ; et François (...)

16De même qu’une histoire de la représentation du temps et de l’histoire ne peut se contenter d’une étude des auteurs grecs et romains consacrés et labellisés « historiens » suivie d’un saut jusqu’à l’histoire moderne, et ne peut faire l’économie d’une étude de « théologiens » dont les œuvres élaborent la représentation chrétienne du temps qui a structuré si longuement les sociétés européennes54, de même, à l’échelle du seul vingtième siècle, l’histoire de l’histoire perdrait grandement à se focaliser uniquement sur les historiens reconnus comme tels, et sur le récit qu’ils ont donné de leur parcours.

17Mieux comprendre les textes et mieux comprendre leur époque : l’objectif ainsi conçu, écartant toute tentation de repli que ne manque pas d’évoquer le retour réflexif des sciences humaines et sociales sur elles-mêmes dans un contexte de mise en cause de leur capacité à produire de la connaissance et de leur justification sociale, dispense l’historiographie de toute démarche de disciplinarisation. À l’inverse d’une quelconque visée normative, c’est la richesse et la diversité des instruments – textes, archives, correspondances, études des réseaux, des institutions − et des problématiques s’offrant aux jeunes chercheurs prenant la suite de trente ans d’histoire intellectuelle qui constitue peut-être le bien le plus précieux pour ceux qui entendent mieux saisir la façon et les conditions dans lesquelles les historiens, ethnologues, sociologues et psychologues ont pensé la société, l’histoire, et ont élaboré des savoirs.

Haut de page

Notes

1  Elles se développent en effet en France à partir de la deuxième moitié des années 1970, dans le cadre d’une remise en cause de la capacité heuristique des diverses sciences de l’homme, et gagnent sans doute à être pensées de conserve. Elles sont par ailleurs en lien avec le développement de l’histoire culturelle et un certain renouveau de l’histoire des sciences.

2  « […] “influences”, ce n’est pas un mot de la langue scientifique, mais de la langue astrologique. Qu’on le laisse donc, une bonne fois, aux astrologues et autres “sarlatans”, comme disait le bon Bodin, qui d’ailleurs en était plein ». Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris, La Renaissance du livre, 1922, p. 438.

3  En témoigne en particulier le fait qu’en dépit des multiples projets d’introduction de l’histoire dans l’histoire de la philosophie, cette dernière lui demeure le plus souvent hostile sur le plan théorique comme sur le plan académique, et continue de promouvoir une sorte d’exceptionnalité historique de la pensée philosophique. Sur ce thème, voir : Louis Pinto, La Vocation et le métier de philosophe, Paris, Le Seuil, 2007 ; et Jean-Louis Fabiani, Qu’est-ce qu’un philosophe français ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

4  Au sens où l’approche du passé est entièrement subordonnée aux enjeux du moment.

5  Cf. Thomas Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1982 ; et Thomas Kuhn, La Tension essentielle. Tradition et changement dans les sciences, Paris, Gallimard, 1990.

6  De manière significative, La Religion des chinois est ainsi publié par Albin Michel dans la collection « Spiritualités vivantes ».

7  Il est possible de distinguer deux ensembles dans la production livresque de Marcel Granet. D’un côté, les textes de recherche – Fêtes et chansons de l’ancienne Chine, Danses et légendes de la Chine ancienne et Études sociologiques sur le Chine, un recueil d’articles posthumes – livres exigeants qui, après sa mort, ont été réservés pour l’essentiel aux sinologues, de l’autre, trois synthèses, La Religion des Chinois, La Civilisation chinoise et La Pensée chinoise, parus dans des collections plus généralistes, et dont l’audience est aujourd’hui encore beaucoup plus large. Le hiatus dans le destin de ces textes n’est pas sans être dommageable à la compréhension de sa démarche – puisque les premiers textes, analytiques, forment la base théorique de ses œuvres de synthèses – et n’a pas manqué de froisser les sinologues, constatant que la critique sinologique sévère des œuvres de synthèse n’avait pas de conséquence sur leur diffusion. À ce sujet, voir par exemple : « Marcel Granet devant la Chine et la sinologie. Entretien avec Jacques Gernet », Préfaces. Les idées et les sciences dans la bibliographie de France, avril-mai 1988, p. 123-127.

8  Directeur d’études pour les religions de l’Extrême - Orient à la cinquième section de l’École pratiques des hautes études à partir de 1913, Granet fut aussi chargé de cours sur l’histoire de la civilisation chinoise à la Faculté de Lettres de Paris de 1920 à 1926, administrateur de l’Institut des hautes études chinoises, et titulaire de la chaire « Géographie, Histoire et Institutions de l’Extrême - Orient » à l’École nationale des langues orientales vivantes.

9  P. Demiéville fixe dans ce texte le portrait disciplinaire de Granet, mettant en œuvre une rhétorique de disqualification classique dans les sciences humaines qui met en avant l’intuition et le sens poétique de l’auteur considéré, de manière à le renvoyer dans le domaine des lettres, par opposition au domaine de la science. Voir : Paul Demiéville, « Aperçu historique des études sinologiques en France » [1966], in Paul Demiéville, Choix d’études sinologiques (1921 - 1970), Leiden, E. J. Brill, 1973, p. 433-487. Sur cette question de la tension entre science et littérature, voir : Wolf Lepenies, Les Trois cultures. Entre science et littérature l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990 ; et Vincent Debaene, L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

10  Le signe extérieur le plus net de la particularité de l’approche de l’histoire chinoise par Marcel Granet réside sans doute dans le caractère complètement autoréférentiel de ses travaux. Il est, sans l’ombre d’un doute, l’auteur qu’il cite le plus, ce qu’il expliquait d’ailleurs en termes très clairs à Henri Berr, dans une lettre de 1925 : « […] ma tâche n’est pas de mettre au point des travaux classiques et des résultats admis : il n’y en a pas pour la Chine. Et j’ai tout à faire par moi - même. […] Rien n’est plus hasardeux que de présenter pour le grand public une synthèse de travaux personnels ».

11  Voir en particulier les notes des deux synthèses publiées par Henri Berr.

12  Sur ce point, voir notamment : Y. Goudineau, « Une vérification expérimentale dans la Chine de 1912. Marcel Granet en terrain lettré », Gradhiva, n° 14, 1993, p. 95.

13  Durant la Seconde Guerre mondiale disparaissent en effet successivement Marcel Granet (1940), Henri Maspero (1945) et Paul Pelliot (1945). Paul Demiéville, au sortir du conflit, est le seul survivant parmi la génération des élèves d’Édouard Chavannes.

14  Célestin Bouglé, Bilan de la sociologie française contemporaine, Paris, Librairie Félix Alcan, 1935, p. 51.

15  Dans Le Durkheimisme dans l’entre - deux - guerres, ouvrage récemment consacré par Jean - Christophe Marcel aux sociologues durkheimiens après Durkheim, le nom de Granet n’apparait ainsi qu’à deux reprises, en note. Jean - Christophe Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, Paris, Presses Universitaires de France, 2001, p. 65, 221. Marcel Granet occupe une place tout aussi minime dans le livre consacré par Robert Leroux aux rapports entre histoire et sociologie. Voir : Robert Leroux, Histoire et sociologie en France. De l’histoire-science à la sociologie durkheimienne, Paris, Presses Universitaires de France, 1998.

16  Jean Poirier, « Histoire de la pensée ethnologique », in Jean Poirier (dir.), Ethnologie générale, Encyclopédie de la Pléiade, t. iv, Paris, Gallimard, 1968, p. 126-129. Cette affirmation peut être lue, à un premier niveau, comme une déformation motivée par un geste de captation. Néanmoins la fréquentation des lettrés chinois fut sans doute pour Granet un moment important dans l’élaboration d’une histoire chinoise opérant une rupture avec la représentation érudite classique de cette histoire. En ce sens, peut-être s’agissait-il vraiment d’une forme de « terrain historien ».

17  Voir : Ricardo di Donato, « L’anthropologie historique de Louis Gernet », Annales, vol. XXXVII, n° 5, 1982, p. 984-996 ; et Jacques Le Goff, « Préface », in Marc Bloch, Les Rois thaumaturges, Paris, Gallimard, 1983, p. IV-V.

18  Le volume a fait l’objet d’un compte rendu dans les colonnes de la revue, voir : J. Przyluski, « Marcel Granet. La Civilisation chinoise », Annales d’histoire économique et sociale, vol. II, n° 6, 1930, p. 318 - 319.

19  Le projet initial de Marcel Granet, à l’époque où il côtoyait Marc Bloch à la Fondation Thiers, était en effet de mener une histoire comparée de la féodalité, en mettant en regard l’Europe occidental et les cas chinois et japonais. Il reviendra sur ce thème à plusieurs reprises, et notamment dans : Marcel Granet, La Féodalité chinoise [1952], Paris, Éditions Imago, 1981.

20  Investigation qui prend un tour systématique dans : Marcel Granet, La Pensée chinoise [1934], Paris, Albin Michel, 1999.

21  En témoigne par exemple le fait que Lucien Febvre a envisagé la participation de Granet aussi bien dans son premier projet de revue économique internationale que dans les Annales d’histoire économique et sociale.

22  Ainsi par exemple du premier Louis Gernet, très proche de Granet. Sur les historiens sociologues, voir néanmoins : Philippe Besnard, « L’impérialisme sociologique face à l’histoire », in Historiens et sociologues aujourd’hui, Paris, Éditions du CNRS, 1986. p. 27-35 ; et Yves Goudineau, « Évolution sociale, histoire et études des sociétés anciennes dans la tradition durkheimienne », in Id., op. cit, 1986, p. 37-48.

23  Comme le remarque Jacques Revel, le débat est souvent « mis en scène » en fonction de son issue et de ce qui en a été retenu par les historiens postérieurs. Voir : Jacques Revel, « Histoire et sciences sociales. Lectures d’un débat français autour de 1900 », Mil neuf cent, n° 25, 2007, p. 101.

24  Laurent Mucchielli, « Aux origines de la Nouvelle Histoire en France », in Mythes et histoire des sciences humaines, Paris, La Découverte, 2004, p. 93-128.

25  Rémi Mathieu, « Postface », in Marcel Granet, La Civilisation chinoise [1929], Paris, Albin Michel, 1994, p. 529. Cette qualification est d’ailleurs, une fois encore, un moyen de mettre l’œuvre de Granet à distance de la sinologie stricto sensu. Sur l’usage et les enjeux de la notion d’« école » dans l’histoire des sciences sociales, voir : Christian Topalov, « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“école de Chicago” en sociologie », in J. Heilbron, R. Lenoir & Gisèle Sapiro (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, p. 127-157.

26  En témoigne par exemple les multiples « résurrections » de Gabriel Tarde, dans des contextes de remise en cause de l’emprise durkheimienne, réelle ou supposée, sur la sociologie française. Voir à ce sujet : Louis Pinto, Le Collectif et l’individuel. Considérations durkheimiennes, Paris, Raisons d’agir, 2009, chap. III.

27  Henri Maspero, « Granet. Fêtes et chansons anciennes de la Chine », Bulletin de l’École française d’Extrême - Orient, vol.  I, n° 1, 1919, p. 75.

28  Yves Hervouet, « Marcel Granet, Danses et légendes de la Chine ancienne », L’Homme, vol. VI, n° 137, 1996, p. 239. Dans le même sens, voir aussi : Rémi Mathieu, « Postface », op. cit., p. 518-571.

29  Stephen O. Murray, « A 1934 Interview with Marcel Mauss », American Ethnologist, vol. XVI, n° 1, 1989, p. 165.

30  Marcel Mauss, « La sociologie en France depuis 1914 » [1933], in OEuvres, Paris, Éditions de Minuit, 1969, t. III, p. 439 - 440.

31  Maurice Halbwachs, « Sur les moeurs et les croyances primitives de la Chine », Libres Propos, 2ème année, n° 3, 13 mai 1922, p. 26.

32  Maurice Halbwachs, « Histoire dynastiques et légendes religieuses en Chine. D’après un livre récent de M. Marcel Granet », Revue de l’histoire des religions, t. XCIV, 1926, p. 1-16.

33  Paul Masson - Oursel, « Marcel Granet. Fêtes et chansons anciennes de la Chine », Revue de l’histoire des religions, t. LXXXIII, n° 1, 1921, p. 96.

34  Voir en particulier : Antonin Causse, Du groupe ethnique à la communauté religieuse. Le problème sociologique de la religion d’Israël, Paris, Librairie Félix Alcan, 1937.

35  Lucien Febvre, « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie » [1938], in Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 214.

36  Lucien Febvre, « Débats autour de la sociologie », Annales, vol. IX, n° 4, 1954, p. 524-525.

37  Georges Dumézil, « Préface », in Marcel Granet, La Religion des Chinois [1922], Paris, Albin Michel, 1998, p. 7.

38  Y. Goudineau, « Lévi - Strauss, la Chine de Granet, l’ombre de Durkheim : retour aux sources de l’analyse structurale de la parenté », in Michel Izard (dir.), Claude Lévi-Strauss, Cahiers de l’Herne, Paris, Éditions de l’Herne, 2004, p. 165-178. Sur cette question de l’inspiration des Structures élémentaires de la parenté, voir aussi : François Héran, Figures de la parenté, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, chap. IX. Marcel Granet, « Catégories matrimoniales et relations de proximité dans la Chine ancienne », Annales sociologiques, Série B, fascicules 1 - 3, 1939, p. 1-251.

39  Ainsi, les spécialistes de la question ont remarqué que l’ampleur et la complexité des Danses et Légendes de la Chine ancienne avaient comme découragé la critique sinologique. Voir : M. Kaltenmark, « Marcel Granet, Danses et légendes de la Chine ancienne », Revue de l’histoire des religions, t. CLVIII, 1960, p. 224-225 ; et, à sa suite, Yves Hervouet, « Marcel Granet, Danses et légendes de la Chine ancienne », op. cit.

40  Maurice Freedman, « Marcel Granet, sinologue et sociologue », Critique, n° 337, 1975, p. 626.

41  Entreprise guidée par son engagement, dès 1913, à fournir un volume à Henri Berr pour sa collection « l’Évolution de l’Humanité » − promesse qu’il mettra plus de vingt ans à tenir.

42  Marcel Granet, La Civilisation chinoise, op. cit., p. 619.

43  Yves Goudineau parle ainsi d’« archéologie textuelle ». Voir : Yves Goudineau, « Marcel Granet (1884-1940). Un ethnographe de la Chine ancienne », Préfaces. Les idées et les sciences dans la bibliographie de France, avril - mai 1988, p. 121.

44  Trois textes occupent dans cette perspective un rôle capital : Émile Durkheim & Marcel Mauss, « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives », Année sociologique, t. VI, 1903, p. 1-68 ; M. Mauss (avec la collaboration de M. H. Beuchat), « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Essai de morphologie sociale », Année sociologique, t. IX, 1906, p. 39-130 ; et Émile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse [1912], Paris, Presses universitaires de France, 1960.

45  Henri Berr, « Avant-propos. Mentalité chinoise et psychologie comparée », in Marcel Granet, La Pensée chinoise, Paris, La Renaissance du Livre, 1934, p. V.

46  François Dosse, « Histoire des mentalités », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt (dir.), Historiographies, I. Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010, p. 220-221.

47  Voir en particulier : André. Burguière, « La notion de “mentalité” chez Marc Bloch et Lucien Febvre : deux conceptions, deux filiations », Revue de synthèse, 1983, t. CIV, n° 111-112, p. 333-348.

48  Développer une approche pluridisciplinaire ne revient pas à faire fi des constructions des disciplines, bien au contraire. En l’occurrence, force est de constater que les projets d’études des mentalités sont solidaire de conceptions disciplinaires concurrentes, et qui entendent pour la plupart occuper une certaine prééminence dans le champ des sciences de l’homme. L’abord des mentalités va de pair avec une ambition heuristique totalisante.

49  Si l’histoire des mentalités classique infère des représentations à partir de pratiques, Granet, lui, déduit les pratiques sociales et la société des représentations. À ce sujet, voir :Léon Vandermeersch, « Préface », in Marcel Granet, La Pensée Chinoise, op. cit., p. V.

50  De ce point de vue, pour s’en tenir à une considération superficielle, la figure de Jean Jaurès et son socialisme réformiste apparaissent clairement comme un point de ralliement.

51  Marcel Gauchet, « L’élargissement de l’objet historique », Le Débat, n° 103, 1999, p. 140.

52  Jean - Louis Fabiani, Qu’est-ce qu’un philosophe français ?, op. cit.

53  François Hartog, « Le vieil Hérodote : de l’épopée à l’histoire » [2001], in Le Miroir d’Hérodote [1980], Paris, Gallimard, 2001, p. 10.

54  Voir : François Hartog, « L’autorité du temps », Études, juillet-août 2009, p. 51-64 ; et François Hartog, « La temporalisation du temps : une longue marche », in Jacques André, Sylvie Dreyfus-Asséo & François Hartog (dir.), Les Récits du temps, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 9-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Hirsch, « Historiographie et histoire disciplinaire. Marcel Granet et les sciences sociales », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/3579 ; DOI : 10.4000/acrh.3579

Haut de page

Auteur

Thomas Hirsch

Doctorant, CRH, EHESS, Thomas Hirsch a pour domaine de recherche les sciences de l'homme de la première partie du xxe siècle. Il a publié récemment une anthologie de Jean Jaurès, Discours et conférences (Champs-Flammarion, 2011).
t.hirsch [arobase] noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org