Navigation – Plan du site
Construction des disciplines historiques et des objets historiographiques

Des Antiquaires aux Sciences de l’Antiquité : l’histoire ancienne sur le métier.

Charlotte Baratin

Résumé

En posant quelques jalons de la constitution de l’histoire ancienne comme discipline, on s’interroge ici sur les reconfigurations récentes qu’elle a connues. Celles-ci remettent en question la position dominante de l’historien par rapport aux sciences dites « auxiliaires de l’histoire ». Un nouveau modèle de recherche est alors mis en avant, de type interdisciplinaire, fondé sur l’intégration réciproque des différents points de vue sur un même objet par les spécialistes des sources primaires et l’accumulation progressive des données. Les « Sciences de l’Antiquité », en devenant « disciplines », ont-elles congédié et la synthèse et l’historien ? Interviennent dans la réflexion, d’une part les modalités d’élaboration et de validation de reconstitutions historiques fondées sur des corpus documentaires lacunaires et hétérogènes, d’autre part le rôle que joue la contrainte documentaire dans la définition et la configuration du champ de l’histoire ancienne.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire ancienne se caractérise, on le sait, par une forte contrainte due à la pénurie drastique de documentation. Le traitement de sources hétérogènes, fragmentaires et dispersées, dont la majorité sont matérielles, implique de mettre au point des procédures spécifiques d’élaboration des questionnements, et de s’entendre sur des critères de validité. Validité qui, du reste, du fait de ces contraintes, est loin d’être acquise. L’histoire ancienne constitue en cela un champ spécifique des études historiques ; Ch. Peguy, déjà, l’avait relevé de façon ironique dans sa Clio :

  • 1 Charles Péguy, Clio, Paris, 1932.

Il y a deux histoires, mais on a feint qu’il n’y en avait qu’une… Pour le monde antique, l’histoire se fait parce qu’on a pas de documents. Pour le monde moderne, elle ne se fait pas, parce qu’on en a. L’historien antique joue sur ce qu’il n’a pas de documents. Il veut bien qu’on lui en apporte, un peu, pour entretenir le pot-au-feu, pour faire avancer la science, pour soutenir les carrières. Mais il s’effondrerait si on lui apportait tout.1

  • 2 Voir Introduction aux études historiques, Paris, 1898, p. 275. On peut consulter aussi la section « (...)

2Or dans ce dernier demi-siècle, si l’on veut bien filer la métaphore, le pot-au-feu de l’historien de l’Antiquité mijote allègrement, car des documents nouveaux, il y en a. Le progrès considérable des techniques de fouilles et de prospection ainsi que le perfectionnement des technologies permettant le traitement des données obtenues ont fourni à l’analyse – et fournissent encore – une très grande quantité de matériel. C’en est bien fini des prophéties de mauvais augure de Ch.-V. Langlois et Ch. Seignobos à la fin du xixe siècle, qui prévoyaient la fin des études d’histoire ancienne faute de renouvellement de la documentation2.

  • 3 François Hartog, « Introduction: histoire ancienne et histoire », Annales, t ; 37/5, 1982, p. 687-6 (...)

3Pourtant, Ch. Peguy n’avait peut-être pas tort de suggérer que l’historien de l’Antiquité se trouverait quelque peu marri d’un accroissement de ses ressources documentaires. Comme M. I. Finley l’a souligné dans les années 80 : « à moins d’être du métier, on n’est pas peu surpris de comprendre que cette croissance exponentielle de l’information n’est pas partout bien accueillie, particulièrement dans les vingt dernières années, depuis la naissance de la “nouvelle archéologie” ». L’organisation de la discipline s’en est trouvée profondément affecté. Et la plus surprenante des conséquences, qui semble encore se profiler, est la disparition, proprement et simplement, de l’histoire ancienne en tant que discipline, tandis que la recherche historique concernant les mondes anciens se réorganise au sein de départements nommés « Sciences de l’Antiquité ». C’est une inquiétude qu’a formulée Fr. Hartog dès le début des années 80, dans l’article introductif à un numéro des Annales entièrement consacré – chose rare ! – à l’histoire ancienne3.

4Que s’est-il donc passé du côté de l’Antiquité depuis un demi-siècle, pour que l’historien, de maître d’œuvre de l’histoire ancienne, se voie ainsi détrôné ? Les « Sciences de l’Antiquité », en devenant « disciplines », ont-elles congédié l’historien, et avec lui la synthèse ? La notion de discipline fournit-elle un cadre de pensée adéquat pour rendre compte de toutes les procédures de constitution d’un savoir en histoire ancienne ? À moins qu’il ne faille chercher le rôle de l’historien de l’Antiquité du côté de l’interdisciplinarité?

  • 4 Gerard Lenclud, « L’anthropologie et sa discipline », Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Jacques (...)

5Il me semble qu’il est temps, ici comme ailleurs, de reprendre un peu le fil de l’histoire de l’histoire ancienne, pour tâcher de comprendre les évolutions en cours. Si l’on doit dresser à l’histoire ancienne un tombeau, comme G. Lenclud a proposé de le faire pour l’anthropologie4, il faut commencer à réfléchir à la fois à l’épitaphe et aux héritiers.

1949 : A. Momigliano et le récit fondateur de la discipline

6Si l’on doit poser les jalons d’une telle histoire, il me semble que c’est à A. Momigliano que revient d’avoir proposé ce que l’on pourrait appeler le récit fondateur de l’émergence de l’histoire ancienne en tant que discipline.

  • 5 Arnaldo Momigliano  « Ancient History and the Antiquarian », Contributo alla storia degli studi cla (...)

7Il est en effet des textes qui font date dans nos études, et il faut compter parmi ceux-là l’article publié en 1955, à la suite d’une conférence tenue en 1949, dans lequel A. Momigliano a décrit la naissance, selon ses termes, de la « méthode historique actuelle »5. Celle-ci, selon lui, provenait de la rencontre et des échanges fructueux, au cours des xviiie et xixe siècles, entre les études dites « antiquaires » et l’histoire. L’histoire ancienne telle qu’on la pratiquait alors, disait-il, était ô combien redevable à ces collectionneurs enthousiastes que l’on appelait « Antiquaires », savants ou simples amateurs d’art, que leur inlassable curiosité et le goût pour les choses antiques portaient à rassembler les vestiges des civilisations anciennes pour en reconstituer les différents aspects, comme on le ferait d’un puzzle. Fils de la Renaissance, ils avaient renoué avec l’esprit des Antiquités de Varron, s’intéressant à tous les domaines dont les objets anciens constituaient des traces et que l’historiographie antique, bien souvent, laissait dans l’ombre. Les historiens académiques, eux, tout à leur souci de restituer des séquences chronologiques, s’attachaient à la trame événementielle de l’histoire politique telle qu’en rendaient compte les textes anciens : les antiquaires leur révélèrent des aspects plus complexes de la civilisation gréco-romaine, qui échappaient largement à cette trame. La découverte de Pompéi et d’Herculanum au début du xviiie siècle et l’identification des vestiges étrusques en constituèrent des illustrations éclatantes. A. Momigliano rappelle que la rencontre entre les deux courants de recherche se fit en deux étapes principales. La première eut lieu au début du xviiie siècle, lorsqu’ils durent affronter ensemble le puissant mouvement sceptique qui menaçait la reconnaissance de leurs travaux respectifs. Il fallut élaborer des critères d’évaluation de la fiabilité des sources et s’entendre sur une mesure de leur valeur documentaire; pour ce faire, les usages éprouvés des collectionneurs, habitués à s’interroger sur l’authenticité des objets dont ils faisaient l’acquisition, furent particulièrement précieux. L’idée s’imposa par ailleurs qu’on ne pouvait négliger l’éclairage sur le passé offert par les sources matérielles, et que celles-ci pouvaient être avantageusement confrontées aux données offertes par les textes. Il en résulta des travaux savants où l’on s’employait avant tout, par une critique scrupuleuse, voire tatillonne, à établir les faits allégués. Au cours des décennies suivantes, ces travaux subirent le dédain des historiens-philosophes des Lumières qui, tout à l’idée, alors nouvelle, d’un développement général et continu de l’humanité, jugeaient de peu d’importance la diligence méticuleuse de ces historiens que l’on appelait « érudits ». Ce fut là la deuxième étape de la rencontre entre antiquaires et historiens. Ces confrontations et la nécessité de les surmonter suscitèrent l’élaboration consciente, au cours du xixe siècle, d’une méthodologie historique fondée sur la combinaison entre sources écrites et sources matérielles ; elle devait répondre à la fois aux impératifs d’exactitude documentaire et à l’exigence, née à l’époque des Lumières, d’élaborer une vision historique de plus vaste ampleur et sur la durée. La nécessité d’y intégrer les différents aspects de civilisation qui n’entraient pas dans le cadre strict de l’histoire politique - l’art, le droit, les institutions, la religion, etc. – imposa d’en élaborer une historicisation.

8A. Momigliano concluait son propos par une note enthousiaste et optimiste :

  • 6 Ibidem, p. 312-313.

Occasional relapses into the antiquarian states of mind must be expected even in the future. But the idea of ‘antiquitates’ is now dead, because the corresponding idea of political history founded upon literary evidence is dead. The historians have recognized that the traditional subjects of antiquarian research can be transformed into chapters of the history of civilization with all the necessary apparatus of erudition.6

  • 7 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, 1970. Le modèle de Th. Kuhn est lon (...)
  • 8 Wilhelm von Humboldt, Über die Aufgabe des Geschichtschreiber, in Albert Leitzmann (éd.), Gesammelt (...)

9C’était là le récit de la naissance d’une nouvelle discipline, voire d’un nouveau paradigme disciplinaire, au sens que Th. Kuhn donne à cette notion, celui de l’histoire ancienne que l’on pourrait dire « moderne ». Si on le décrit en suivant le modèle proposé par Th. Kuhn7, ce paradigme s’est institué au niveau sociologique par la constitution d’une nouvelle communauté de chercheurs, et au niveau épistémologique par la redéfinition d’un objet de recherche, l’histoire des divers aspects des civilisations antiques évoqués par les textes gréco-romains - histoire envisagée de façon synthétique et exposée sous forme monographique. Selon A. Momigliano, un des éléments principaux de la « nouvelle méthode historique » consistait à confronter et combiner les divers types de sources. L’hétérogénéité des documents ainsi que la technicité que requiert leur maîtrise distinguent la pratique empirique de l’histoire ancienne par opposition à l’histoire d’autres périodes. De fait, si l’on reprend la distinction établie par W. von Humboldt, dans sa fameuse conférence sur la méthode de l’historien8, entre l’analyse – c’est-à-dire l’étude critique des sources pour les transformer en « faits historiques » – et la synthèse – à savoir l’organisation de ces « faits » en un tout cohérent – l’histoire ancienne se caractérise par l’importance et le caractère technique qu’y prend l’analyse. Dans le modèle de Th. Kuhn, l’association entre un objet et un dispositif technique définit le niveau de la sous-discipline. Dans cette perspective, l’histoire ancienne en tant que discipline telle que l’a décrite A. Momigliano était donc structurée en sous-disciplines chargées de la collecte, de l’établissement, voire de l’interprétation contextualisée des différents types de sources, parmi lesquelles la philologie occupait naturellement une place de choix. L’historien se situait au sommet de cette configuration disciplinaire hiérarchisée : c’est à lui que revenait le rôle de construire l’objet de recherche et son travail, par rapport aux sous-disciplines, relevait de la synthèse.

1954 - 1961 : H.-I. Marrou

10Le second jalon suit de peu, puisqu’il date de 1954, et on le doit à H.-I. Marrou. Encore qu’il faille s’entendre sur la notion de jalon.

  • 9 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, 1954.
  • 10 Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, parue entre 1776 et 1788. Voir Charles Samara (...)

11Celui-ci, dans son bel essai De la connaissance historique9, proposa en effet à la réflexion de ses disciples l’image restée fameuse de l’« historien-architecte ». Maître dans cet art qu’est l’heuristique, mis au service de son projet de « connaissance du passé humain », celui-ci fait feu de tout bois documentaire, fort de l’appui, en quelque sorte logistique, des « sciences auxiliaires » que sont l’archéologie, la numismatique ou l’épigraphie. C’est précisément sous ce titre de « sciences auxiliaires » qu’ont été rassemblés les textes consacrés aux études des différentes sources primaires dans le volume de l’Encyclopédie de la Pléiade consacré à l’Histoire et ses méthodes, paru en 1961, au sein d’une section intitulée « recherche méthodique de témoignages ». H.-I. Marrou, dans le même esprit qu’A. Momigliano, y célébrait l’oeuvre d’E. Gibbon comme « la première des grandes œuvres qu’un historien d’aujourd’hui accepte de reconnaître comme représentative de l’état désormais adulte de sa discipline »10. A première vue, il ne modifiait en rien l’organisation générale de la discipline proposée par A. Momigliano.

  • 11 Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire : essai sur les limites de l’objectivité (...)

12En réalité, on le sait, il introduisait un élément nouveau dans la réflexion, à savoir l’idée, inspirée de l’historicisme allemand et transmise en France par R. Aron11, d’une construction de l’objet historique par l’historien, et donc d’un déplacement constant du sens donné au passé en fonction du contexte sociologique et idéologique dans lequel s’élaborent le questionnement de l’historien et sa vision du présent. Or cette perspective – relayée plus tard par P. Veyne – n’a éveillé aucun débat parmi les spécialistes d’histoire ancienne, et elle n’a eu que peu, voire pas de conséquences dans leurs pratiques. Car le souci de reconstituer les éléments si disparates de ce qui leur apparaît comme un puzzle énigmatique, stimulé par l’apparition de matériel nouveau, offre encore au positivisme une belle carrière, nous y reviendrons. Cette perspective est donc passée à peu près inaperçue dans le paysage français, et ses rares représentants ont fait figure de marginaux.

1961 : L’histoire dans la Pleiade, et les premières voix discordantes

  • 12 Op. cit., p. 329.

13Le troisième jalon dans l’histoire de la discipline apparaît dans le volume de la Pleiade évoqué plus haut, paru en 1961. La hiérarchisation de la communauté historienne au profit de l’historien proprement dit, alors réaffirmée, soulevait en effet quelques protestations. Jean Babelon, auteur du chapitre consacré à la numismatique, écrivait en effet : « Science auxiliaire de l’histoire, dit-on, la numismatique se résigne difficilement à ce rôle ancillaire »12. Selon J. Babelon, si les données numismatiques peuvent et doivent être exploitées à des fins documentaires – pour établir tel ou tel fait d’histoire politique, par exemple – la numismatique se passe de l’historien pour élaborer son objet propre, à savoir le «fait monétaire ». Celui-ci s’élabore par une étude « interne » de la documentation numismatique et s’inscrit ensuite, avec une logique et une temporalité spécifiques, dans un cadre d’histoire sociale plus vaste, sur lequel l’historien n’a pas de légitimité à revendiquer de prérogative. Les monnaies sont à elles-mêmes leur propre document pour élaborer l’histoire du fait monétaire, comme peuvent l’être aussi les textes philosophiques pour l’histoire des idées, ou les textes littéraires pour l’histoire de la littérature. J. Babelon revendique donc pour la numismatique une autonomie de type disciplinaire, autorisée par l’étude d’un objet propre et bien délimité.

  • 13 Louis Robert, « Les épigraphies et l'épigraphie grecque et romaine, op. cit. p. 453-497 repris dans (...)
  • 14 Louis Robert, « L’oeuvre d'Ad. Wilhelm. L'épigraphie et ses méthodes », Actes IIe Congrès Internati (...)
  • 15 Louis Robert, « Les épigraphies et l'épigraphie grecque et romaine », op. cit. p. 453.
  • 16 Ibidem, p. 475.
  • 17 Louis Robert, in Denis Rousset (éd.), op. cit., p. 96.

14L. Robert, spécialiste d’épigraphie grecque, à la différence de son confrère numismate, ne conçoit pas la science épigraphique comme autonome par rapport aux sciences exploitant les autres sources documentaires13. Car si l’épigraphie se caractérise par une technique et des procédures spécifiques visant à lire et restituer les textes gravés, il s’agit en dernière instance, pour l’« historien épigraphiste », de « faire jaillir l’histoire » des inscriptions. Aussi les épigraphistes ne sont-ils ni plus ni moins que « des historiens qui ont reconnu la valeur éminente des inscriptions dans leur documentation et qui se sont mis en état de les interpréter de façon critique et sûre »14. L’importance de leur rôle au sein des études antiques s’explique par la place tout à fait particulière que tient dans la civilisation gréco-romaine la gravure de textes sur pierre15. Plutôt qu’une autonomie de type disciplinaire, c’est une spécialisation des historiens pour une meilleure prise en compte des sources primaires que L.  Robert juge nécessaire au sein des études anciennes. L’image de l’historien que propose L. Robert est celle d’un « homme-orchestre », « qui sait jouer de chaque instrument disponible et tirer de tous une symphonie »16. Point de hiérarchie, donc, entre les différents acteurs des études de l’Antiquité. La tâche des historiens spécialisés consiste à restituer un contexte historique local susceptible de rendre compte des caractéristiques de leur matériel et dans lequel celui-ci prendra son sens, en établissant des liens avec les autres documents disponibles ; ce contexte est du reste fortement déterminé, en particulier par la géographie. En interprétant ainsi, tour à tour, chaque document, se dessinera peu à peu, par petites touches impressionnistes, l’histoire de la région concernée. Car le programme de travail, dans ce modèle, est fixé d’avance : il s’agit toujours en effet, comme dans le modèle décrit par A. Momigliano, de reconstituer de façon synthétique l’histoire d’une civilisation dans ses divers aspects ; seule l’échelle de contextualisation des données qu’il privilégie, plus restreinte, l’échelle régionale, signale éventuellement une modification dans la composition des corpus. Selon L. Robert, elle se justifie non seulement par le contenu des inscriptions, qui renseignent le plus souvent sur « une histoire locale, reliée à l'histoire dite « générale » par une phrase d'allusion », mais aussi par des considérations épistémologiques: car « dans les pays grecs, il est vrai, pays d'intense vie locale, où la vie de la cité est le cadre de l'histoire, cette histoire « locale » a une singulière importance »17

15Dans ce modèle, la synthèse historique est bien l’horizon du travail des historiens, mais elle s’élabore collectivement, par l’intégration réciproque, par les différents spécialistes des sources primaires, des points de vue différents qu’elles offrent sur un même objet, et par l’accumulation progressive des données. C’est un certain modèle d’interdisciplinarité que l’on retrouve là, fondé sur l’établissement de fructueuses relations réciproques entre des disciplines ou spécialités définies par des compétences techniques spécifiques, et supposant une forte communauté entre elles. Le consensus sur un programme de recherche bien déterminé justifie, et garantit, la vision quelque peu irénique proposée par L. Robert de la collaboration scientifique. En tout cas, si le programme est inchangé, c’est bien un autre modèle de recherche qui est ainsi mis en avant, cumulatif, certes, mais discontinu, comme les corpus : la synthèse n’est plus du ressort de l’historien. Mais où se situe, alors, l’historien « tout court » ?

1982 : F. Hartog et le temps des inquiétudes

  • 18 La position exemplaire du mouvement de la « new archaeology » est de D. Clarke : « Archaeology can (...)
  • 19 François Hartog, op. cit., p. 694-695.

16De fait, quelques vingt ans plus tard, au début des années 80, ces mouvements d’émancipation des « sciences auxiliaires » et de remise en question du rôle dominant de l’historien n’ont fait que s’accentuer. La numismatique ne fut pas la seule des anciennes « sciences auxiliaires » à revendiquer l’autonomie complète de son champ de recherche. À la même époque et de la même façon, les archéologues, dans le sillage de ce que l’on a appelé la « nouvelle archéologie », développaient des corpus de règles permettant de fonder une construction logique des hypothèses et des résultats ; ils revendiquaient une indépendance complète par rapport aux schémas historico-typologiques dominants et la reconnaissance d’un statut de discipline à part entière18. Ces évolutions se traduisirent, dans l’organisation de la recherche, par l’apparition des départements dits « Sciences de l’Antiquité » où disparaissait la référence à l’histoire. Dans l’article liminaire au volume des Annales de 1982 déjà évoqué – posons ce moment comme quatrième jalon –, Fr. Hartog exprimait un certain nombre d’inquiétudes sur le statut et le rôle de l’historien de l’Antiquité dans le champ des études historiques. Même si l’on s’en tient à un modèle de recherche tel que le décrit L. Robert, de fait, la figure de l’historien est comme diluée, voire congédiée. Fr. Hartog, dans cet article, résumait les choses ainsi : « En somme, soyez, tour à tour, épigraphiste, linguiste ou numismate, géographe (toujours) et vous serez historien, par surcroît. L’histoire est au point d’arrivée, pas au point de départ. Ou, version affadie de cette position, tout antiquisant est, en droit (ou en puissance), sinon en fait, historien. Autrement dit, l’histoire risque fort d’être pour lui une autre discipline ». Évoquant un peu plus loin la reconfiguration des départements de recherche et le recul progressif de l’appellation d’« Histoire Ancienne » au profit de celui de « Sciences de l’Antiquité », il ajoutait : « s’il est à craindre que l’architecte de Marrou soit, depuis quelques temps déjà, au chômage, il se dessine que l’histoire ancienne qui, au sein des sciences de l’Antiquité, n’a ni territoire ni méthode propres, n’est pas réellement une discipline. Même le corpus des œuvres des historiens antiques ne constitue pas un lopin ou un héritage sur lequel elle pourrait, éventuellement, faire valoir des droits, car il relève d’abord de la philologie »19.

  • 20 Moses I. Finley, Sur l’histoire ancienne. La matière, la forme et la méthode, Paris, 1987, p. 118. (...)

17Il est clair que dans une situation où le positionnement concurrentiel au sein des « Sciences de l’Antiquité » est défini par le type de sources dont on se fait une spécialité, l’« historien architecte » ne pourra justifier son rôle par sa prérogative sur un corpus quelconque. Il est clair aussi que l’on peut s’inquiéter des effets d’improductivité liés à la réification, dans le champ du savoir, de configurations institutionnelles fondées sur des spécialités déterminées par un certain type de matériel. Dans le cas de l’histoire ancienne, le risque est de limiter les pratiques heuristiques à l’étude des documents et à la mise en lien entre eux, ce qui, dans un cadre de forte pénurie documentaire, est bien loin de permettre toujours de restituer la complexité du contexte historique dans lequel ils s’insèrent. En outre, dans ce même cadre, poser comme unique horizon de recherche l’élaboration de monographies synthétiques couvrant un cadre prédéterminé, en particulier par la géographie, limite souvent le programme de l’histoire à la volonté de reconstitution linéaire des faits de civilisation. Le risque est grand, comme l’a fait ironiquement remarquer M. I. Finley, de se contenter de répondre « à la vieille question que l’on pose aux lycéens : dites tout ce que vous savez sur X »20. Ce qui semble donc en jeu, c’est, avec l’éviction de la figure de l’historien, celle de l’exigence d’élaboration d’un discours synthétique et problématisé dans les programmes de recherches.

1987 : M. I. Finley et l’histoire en miettes

  • 21 Moses I. Finley, op. cit. p. 67 et p. 95-96.
  • 22 Moses I. Finley, op. cit., p. 59.

18M. I. Finley, quant à lui, a vigoureusement plaidé pour l’unité de la discipline historique et cherché à redéfinir le rôle spécifique de l’historien de l’Antiquité dans la nouvelle conjoncture. Il donne à celui-ci la tâche d’élaborer un « cadre conceptuel » au sein duquel travailler, et d’aborder son matériel « avec, à l’esprit, des questions significatives »21. Le choix de ce matériel – et donc des compétences à mettre en jeu pour en maîtriser les données – sera fonction de la « question », et non le contraire, si bien, dit-il, « qu’il n’est pas juste de parler des relations entre l’histoire et l’archéologie. Ce dont il s’agit, ce ne sont pas deux disciplines qualitativement différentes, mais bien deux types de données relatives à l’Antiquité - deux catégories de données historiques. Il ne saurait donc être question d’établir entre elles des priorités ou une hiérarchie. Tout dépend, dans chaque cas, des données disponibles et des questions qu’on veut poser »22. M. I. Finley n’évoque pas l’idée d’une spécialisation des chercheurs en amont de ce travail d’élaboration conceptuelle qui seul, pour lui, définit l’historien ; il ne la récuse pas non plus. Ce qu’il prône en revanche, c’est l’indépendance de l’historien par rapport à son corpus documentaire, lequel doit être considéré comme un ensemble d’outils mis à sa disposition ; il rejoint donc ici les vues d’H.-I. Marrou : l’historien de l’Antiquité construit son objet de recherche, exploite à sa guise les différents corpus à sa disposition, sources matérielles ou écrites indifféremment, et son champ est défini par la période dont il s’occupe. Mais M. I. Finley enregistre un changement de nature dans le travail de l’historien, changement dû précisément à l’émergence en grand nombre des sources matérielles. Car les sources archéologiques, et matérielles en général, aussi nombreuses qu’elles puissent être, se présentent comme un échantillonnage de vestiges dispersés dans le temps et dans l’espace, le plus souvent dépourvus de contexte, et sans que l’on puisse toujours restituer de liens entre eux. L’accroissement de ces données, s’il vient enrichir la quantité globale d’informations sur tel ou tel aspect du passé, n’ouvre pas sur une connaissance historique continue : c’est bien plutôt sous la forme d’un éclatement centrifuge que s’étendent les connaissances.

  • 23 Moses I. Finley, op. cit., p. 48.

On peut produire une présentation historique d’un certains nombre d’événements séparés, écrit M. I. Finley, ou peut-être même d’un groupe d’événements importants, la conquête des Gaules par Jules César, par exemple, mais rien de plus. C’est le résultat de notre pénurie en sources historiques primaires. Car on aura beau découvrir des quantités d’inscriptions ou de papyrus : s’il ne s’est pas trouvé d’exposé historique plus ou moins contemporain pour capturer quelque chose de ce qui s’est passé, le récit en est perdu pour toujours.23

19Ce qui est pointé ici, c’est non pas l’impossibilité d’élaborer un discours historique, mais la nécessaire atomisation des formes de discours. Les différentes productions de l’histoire, en fonction du type de corpus qui a pu susciter ou nourrir tel ou tel questionnement, seront en outre nécessairement moins homogènes que dans le modèle traditionnel de la vaste fresque historique. L’historien-architecte de H.-I. Marrou, s’il a dû, sans doute, modérer son ambition et ses revendications statutaires, est-il vraiment au chômage ?

Vers un nouveau modèle de recherche ?

20Les mouvements d’autonomisation des « sciences auxiliaires » doivent beaucoup à l’augmentation considérable des documents matériels. L’intérêt des chercheurs s’est porté massivement vers l’étude de ces documents nouveaux qui, comme le faisait remarquer L. Robert à juste titre, assurent seuls le renouvellement possible des questionnements. C’était là, je l’ai déjà dit, redonner une belle carrière à l’esprit positiviste pour lequel M. I. Finley n’a pas de mots assez durs ; mais ce retour à l’« esprit antiquaire » dont A. Momigliano, déjà, prévoyait le retour périodique, à la manière d’un mouvement de pendule, n’est pas la seule conséquence de l’augmentation des sources matérielles. La spécialisation des chercheurs s’en est aussi trouvée accentuée, du fait de la nécessité pratique de répartition des tâches. Partant, des logiques propres à chaque type de sources se sont dessinées, creusant des écarts entre elles. L’étude de corpus enrichis a permis de définir des objets de recherche, et éventuellement de revendiquer des prérogatives sur l’étude de tel ou tel aspect historique ; l’accent, dans ces études, s’est déplacé de la collection des données à l’analyse de leur construction et à leur interprétation historique, deux opérations qui sont au fondement de leur revendication disciplinaire. Le développement technique et conceptuel des « sciences auxiliaires » a donc marqué la fin de la prérogative de l’historien, entendu au sens traditionnel du terme, à « produire de l’histoire ».

21Parallèlement, les textes, qui fournissaient encore l’ossature de la synthèse historique telle qu’elle était érigée en modèle dans le paradigme défini par A. Momigliano, ont perdu leur statut dominant dans les corpus. En effet, jusqu’aux années 60 environ, un certain équilibre entre le corpus de sources écrites et les corpus matériels permettait de restituer une trame historique continue en se fondant, de façon plus ou moins implicite, sur les jalons fournis par les textes de la tradition. Depuis lors, l’étude des textes anciens a bénéficié des nouvelles théories du récit: on a considéré davantage leur dimension littéraire et l’usage documentaire direct que l’on croyait pouvoir en faire jusque là s’en est trouvé remis en question. Mais surtout, la quantité d’informations nouvelles fournie par les données matérielles dont les corpus ne cessent d’augmenter a changé profondément la connaissance que l’on avait du contexte de production de ces textes, ainsi que la représentation de la réalité qui leur servait de référent : ce sont elles qui tendent souvent à offrir la pierre de touche aux tentatives de reconstitutions historiques, non plus l’inverse. M. I. Finley a pu ainsi écrire plaisamment :

  • 24 Moses I. Finley, op. cit., p. 41.

[...] les beaux jours sont passés où il était permis aux historiens de l’Antiquité (proche-orientale ou gréco-romaine) de reléguer l’archéologie au rang d’activité auxiliaire, utile pour produire, sur l’art ou la vie privée, des informations pittoresques, propres à « habiller » la « vraie » histoire, faite à partir des sources écrites.24

  • 25 C’était déjà le mot utilisé par P. Vidal-Naquet dans une note critique des Annales de 1963, où il s (...)

22Le paradigme disciplinaire tel qu’il a été décrit par A. Momigliano s’est bien dissous. Le modèle d’une synthèse globale et continue de l’histoire d’une civilisation dans la longue durée, cette « vraie » histoire dont parle M. I. Finley, semble aujourd’hui impossible à atteindre, voire obsolète du point de vue épistémologique, car elle nécessiterait des simplifications abusives du matériel source, pour peu qu’il soit encore possible d’en maîtriser toutes les données. L’exigence d’une forme de synthèse, exprimée en tant que telle, n’a pourtant jamais disparu du champ de l’histoire ancienne, ni de la pratique des historiens de l’Antiquité, ni de leurs discours théoriques depuis les années 60. Elle a cependant peu à peu changé de forme, affrontant la complexité nouvelle du matériau historique qui résulte de l’enrichissement des données matérielles en quantités comparatives telles qu’elle ne peut plus être résolue par une hiérarchisation des corpus au profit des sources écrites : plus souple, moins normée, elle s’attache donc à des « problèmes » plus ponctuels25. La figure de l’historien – l’historien « tout court » – n’a donc pas perdu de son importance ni sa légitimité dans la pratique de l’histoire ancienne. Mais son rôle doit être redéfini dans le champ des « sciences de l’Antiquité » : n’en déplaise à M. I. Finley, il a perdu sa prérogative à produire le discours dominant dans le champ des « Sciences de l’Antiquité ».

23Il n’y a rien à redire aux revendications d’autonomisation disciplinaire, qui s’imposent lorsqu’elles viennent sanctionner des pratiques établies ; ce fut le cas, très tôt, de l’histoire de l’art, par exemple. Elles restent nécessairement limitées en histoire ancienne où la pénurie documentaire, il faut le rappeler, reste de règle malgré l’accroissement sélectif de la quantité de documentation : Clio reste Clio, ce qui impose aux chercheurs une collaboration plus étroite que dans d’autres champs historiques, d’autant plus étroite que les corpus sont abondants et dispersés. La pénurie documentaire constitue peut-être en cela, autant qu’un défi – ou un écueil – le seul véritable garant de la cohésion du champ.

24Il n’y a rien à redire non plus à la remise en question de la hiérarchie entre les acteurs de l’histoire ancienne, si elle correspond à la revendication d’une meilleure prise en compte de l’activité dominante des chercheurs spécialisés ; quand on sait la part que prend souvent, dans la revendication d’une autonomie disciplinaire, la préoccupation de se situer de façon concurrentielle à l’intérieur d’un champ unitaire de recherche, on peut aussi se demander s’il ne s’agit pas là d’un juste retour de balancier de la représentation, jusque là si hiérarchisée, que se faisaient les antiquisants de leur discipline et du poids d’un certain type de discours posé comme dominant.

  • 26 Pour l’utilisation du concept comme méthode de pensée, voir Jacques Rancière, « the Thinking of Dis (...)

25Il ne s’agit pas pour autant de minimiser les effets pervers des évolutions décrites plus haut et surtout de leurs conséquences institutionnelles : ces dernières risquent d’imposer aux chercheurs, pour un temps du moins, de pénétrer dans le système par la voie étroite et austère de la maîtrise d’une source primaire. Mais la reconfiguration du champ de l’histoire ancienne peut aussi constituer une chance, afin de promouvoir à différentes échelles un espace de confrontation de divers types de discours qui, plus fragmentaires par nécessité, sont aussi moins normés que dans le modèle d’A. Momigliano, et dont aucun n’aurait de vocation à être dominant. C’est là certainement renoncer à une part du consensus, habituellement valorisé pour cimenter les disciplines, mais qui va de pair avec une hiérarchisation et une normativité stricte des productions scientifiques. Peut-être peut-on penser une telle évolution vers une forme d’ « interdisciplinarité » qui serait plus égalitaire, mais nécessairement plus conflictuelle, à l’aide d’outils conceptuels tels que celui de la « mésentente », forgé par J. Rancière, ou du « dissentiment », utilisé par J.-F. Lyotard26. Reste naturellement à penser, voire à créer et imposer des lieux où un tel espace aurait carrière et loisir.

Haut de page

Notes

1 Charles Péguy, Clio, Paris, 1932.

2 Voir Introduction aux études historiques, Paris, 1898, p. 275. On peut consulter aussi la section « Nouvelles archives », dans Annales, t. 37/5, 1982, p. 800-908.

3 François Hartog, « Introduction: histoire ancienne et histoire », Annales, t ; 37/5, 1982, p. 687-696 - ici p. 694-695.

4 Gerard Lenclud, « L’anthropologie et sa discipline », Jean Boutier, Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline?, Enquête, t. 5, 2006, p. 69-93

5 Arnaldo Momigliano  « Ancient History and the Antiquarian », Contributo alla storia degli studi classici, Rome, 1955, p. 67-106.

6 Ibidem, p. 312-313.

7 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, 1970. Le modèle de Th. Kuhn est longuement exposé et commenté par Jean-Louis Fabiani dans « A quoi sert la notion de discipline? », in Jean Boutier / Jean-Claude Passeron / Jacques Revel (dir.), op.cit. p. 11-34, en particulier p. 13-18. A propos de l’émergence d’une discipline, voir les réflexions de Judith Schlanger, « Fondation, nouveauté, limite », Les débuts des sciences de l’homme, Communications, t. 54, 1992, p. 289-298, qui insiste sur l’importance d’une conjonction particulière entre un « espace intellectuel » et un « terrain socio-professionnel et institutionnel », puis de la mise en place de modes de traitements unifiés des objets, dans la délimitation et la stabilisation d’un objet de recherche particulier.

8 Wilhelm von Humboldt, Über die Aufgabe des Geschichtschreiber, in Albert Leitzmann (éd.), Gesammelte Schriften. Ausgabe der Preussischen Akademie der Wissenschaften. Werke, Berlin, 1903-1936, t. IV, p. 35-56.

9 Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, 1954.

10 Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, parue entre 1776 et 1788. Voir Charles Samaran (dir.), L’Histoire et ses méthodes, 1961, p. 26-27.

11 Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire : essai sur les limites de l’objectivité historique, Paris, 1938.

12 Op. cit., p. 329.

13 Louis Robert, « Les épigraphies et l'épigraphie grecque et romaine, op. cit. p. 453-497 repris dans Denis Rousset (éd.), Choix d'écrits, 2007, Paris, p. 87-129.

14 Louis Robert, « L’oeuvre d'Ad. Wilhelm. L'épigraphie et ses méthodes », Actes IIe Congrès International d'épigraphie, Paris, 1952 (1953), p. 1-20, repris dans Denis Rousset (éd.), Choix d'écrits, 2007, Paris, p. 73-86, ici p. 78.

15 Louis Robert, « Les épigraphies et l'épigraphie grecque et romaine », op. cit. p. 453.

16 Ibidem, p. 475.

17 Louis Robert, in Denis Rousset (éd.), op. cit., p. 96.

18 La position exemplaire du mouvement de la « new archaeology » est de D. Clarke : « Archaeology can be defined as a discipline concerned with recovery, systematic description and study of relict artifacts. Archaeology is a discipline in its own right, providing a framework within which the entities and processes of archaeology act one upon another. The entities, processes, aims, procedures and concepts of archaeology have a validity of their own in reference to the archaeological frame and despite their generation by – and partial correlation with  former social and historic entities » (David Clarke, Analytical Archaeology, London, 1968, p. 13).

19 François Hartog, op. cit., p. 694-695.

20 Moses I. Finley, Sur l’histoire ancienne. La matière, la forme et la méthode, Paris, 1987, p. 118. De ce point de vue, voir l’implacable critique que fait M. I. Finley, dans les pages qui suivent (p. 118-123), de l’ouvrage de Peter M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford, 1972, dont le travail d’érudit peut pourtant être jugé fort utile pour donner matière à réflexion.

21 Moses I. Finley, op. cit. p. 67 et p. 95-96.

22 Moses I. Finley, op. cit., p. 59.

23 Moses I. Finley, op. cit., p. 48.

24 Moses I. Finley, op. cit., p. 41.

25 C’était déjà le mot utilisé par P. Vidal-Naquet dans une note critique des Annales de 1963, où il saluait la parution de la thèse de Claude Mossé sur la « Fin de la démocratie athénienne » : « Il est trop rare de voir un spécialiste de l’Antiquité écrire véritablement en historien, sans se laisser dévorer par telle ou telle science annexe »[…] « Claude Mossé a, en effet, abordé un problème fondamental qui avait fait jusque là l’objet d’innombrables études de détail mais d’aucune tentative de synthèse sérieuse ». Et il décrivait son projet ainsi : « Chercher, à travers les inscriptions, la documentation archéologique, et les textes littéraires ou historiques à décrire les symptômes et la nature de la mutation profonde qui a fait d’Athènes en moins d’un siècle - de la guerre du Péloponnèse à la formation de l’empire d’Alexandre - un simple chef-lieu de province du monde méditerranéen, tel est le but que s’est assigné l’auteur: il en valait la peine » (Pierre Vidal-Naquet, « Athènes au ive siècle : fin d’une démocratie ou crise d’une cité ? », Annales, 1963, t. 18, p. 346-351).

26 Pour l’utilisation du concept comme méthode de pensée, voir Jacques Rancière, « the Thinking of Dissensus », Fidelity to Disagreement ; Jacques Rancière and the Political (Colloque tenu à Londres, 16-17 septembre 2003), conclusion. Jean-François Lyotard, quant à lui, dans la Condition post-moderne, utilise la notion de « dissentiment » dans le savoir, par opposition à celle de consensus. On trouvera sur le sujet des réflexions stimulantes dans un petit article de Renaud Pasquier et David Schreiber, intitulé « De l’interdiscipline à l’indiscipline. Et retour ? », Labyrinthe, t. 27, 2007, p. 91-108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Baratin, « Des Antiquaires aux Sciences de l’Antiquité : l’histoire ancienne sur le métier. », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3604 ; DOI : 10.4000/acrh.3604

Haut de page

Auteur

Charlotte Baratin

Charlotte Baratin est normalienne, agrégée de Lettres Classiques, et docteur en Histoire, Langues et Civilisation des Mondes Anciens ; elle est actuellement ATER à l’ENS Paris. Elle travaille sur l’hellénisme oriental, le monde parthe et ses confins orientaux, en s’intéressant plus particulièrement aux structures de pouvoir, aux interfaces avec le monde nomade et, d’une façon générale, à l’articulation entre histoire politique et histoire culturelle.
charlotte [point] baratin [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org