Navigation – Plan du site
L'histoire de l'histoire

L’écriture de l’histoire et la compétition européenne outre-mer au tournant du xviie siècle

Adrien Delmas

Résumés

Au tournant du xviie siècle, l’irruption des navires français, anglais et hollandais sur les trois océans, rompant avec le monopole ibérique sur les Indes orientales et occidentales, s’accompagne d’un déplacement de la notion de découverte. Afin de saisir les enjeux liés à l’appropriation de cette notion par les concurrents européens du Portugal et de l’Espagne, cet article se concentre sur les écrits de l’historien huguenot Henri Lancelot Voisin de La Popelinière (1541-1608) dans lesquels l’idée de « découverte » devient l’alpha et l’oméga d’une nouvelle écriture de l’histoire, supérieure en tout point, selon La Popelinière, à ce que les historiographes, Anciens ou Modernes, avaient proposé jusqu’alors. Chemin faisant, la notion se dotait également d’enjeux qui dépassaient largement la seule écriture de l’histoire : le récit des découvertes jouerait dorénavant le rôle de garant dans la revendication de prises de possessions outre-mer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  José Saramago, Le Conte de l’île inconnue, Paris, Seuil, 2001, p. 18.

- Et cette île inconnue, si tu la trouves, sera-t-elle pour moi ?
- Toi, le roi, seules t’intéressent les îles connues
- Les inconnues aussi m’intéressent quand elles cessent de l’être
Saramago1

  • 2  Edmundo O’Gorman, La idea del descubrimiento de América, México, Centro de Estudios Filosóficos, 1 (...)
  • 3  Edmundo o’gorman, La invención de América, México, Fondo de Cultura Económica, 1958.
  • 4  Marcel bataillon et Edmundo O’Gorman, Dos concepciones de la tarea histórica: con motivo de la ide (...)
  • 5  Les travaux d’O’Gorman ouvrent aussi l’étude de Peter Burke sur les conséquences historiographique (...)

1Alors que la question de savoir au nom de quoi les puissances européennes des xvie et xviie siècles ont pu se déclarer souveraines des autres continents reste entière, les contemporains des premiers voyages européens vers le lointain semblaient avoir trouvé, avec la notion de « découverte », une réponse possible. étrangement, cette notion autour de laquelle allait s’organiser la mise en ordre du monde consécutive à son désenclavement à partir du xvie siècle, n’a pas, jusqu’à présent, fait l’objet d’une histoire attentive. Dans les années 1950, l’historien mexicain Edmundo O’ Gorman (1906-1995) avait pourtant posé la question sans détour. « On dit que Colomb a découvert l’Amérique ? Quel est le sens d’une telle affirmation ? Quelles sont les conditions de possibilité de cette expression2 ? » Grâce à son œuvre qui concluait que l’Amérique n’a pas été « découverte » mais « inventée »3, deux certitudes furent acquises qui permettent de se lancer dans cette histoire. D’une part, il est clair que la notion de découverte, loin d’être un a priori figé et évident, est une construction laborieuse, sémantique et historique. Ligne de séparation entre le connu et l’inconnu, ses significations ont varié d’un texte à un autre, d’un moment ou d’un espace à un autre. Reste à situer les déplacements de la notion comme Marcel Bataillon ou Wilcomb E. Washburn ont pu le faire à l’occasion des réponses qu’ils adressèrent à O’Gorman4. Il est un second mérite de l’historien mexicain qui est de mettre le doigt sur une question que l’on a trop vite fait de considérer comme fondamentalement « littéraire », à savoir le rôle de l’écriture de l’histoire dans le processus d’expansion européenne à l’époque moderne. Si la question réciproque – à savoir l’« impact » des découvertes sur l’écriture moderne de l’histoire – a été posée à plusieurs occasions5, l’histoire de l’historiographie des xvie et xviie siècles ne s’est pas interrogée sur la place des histoires contemporaines des découvertes.

  • 6  G. Sypher, « La Popelinière’s Histoire de France: A case of Historical objectivity and religious C (...)

2L’intention de cette brève note est de poursuivre la longue « archéologie » initiée par O’ Gorman en déplaçant le regard sur la réappropriation engagée par l’Europe du Nord d’un terme qui définissait déjà la domination hispanique en Amérique. Que ce soit la Hollande, l’Angleterre ou la France, les puissances maritimes concurrentes des ibériques ont cherché à s’approprier le terme et ce qu’il engageait. Afin de saisir quelques uns des enjeux dont s’entoure une idée de découverte reçue en « héritage » par les nations nord-européennes désireuses d’aller commercer avec les régions les plus reculées des trois Océans, nous nous concentrerons sur le traitement qu’en a proposé l’historien huguenot Henri Lancelot Voisin de La Popelinière (1541-1608). Largement inspiré par ses lectures des chroniqueurs ibériques, La Popelinière va trouver dans l’idée de « découverte » l’alpha et l’oméga d’une nouvelle écriture de l’histoire, supérieure en tout point, nous dit-il, à ce que les historiographes avaient proposé jusqu’alors. Chemin faisant, ce théoricien de l’histoire, véritable père de l’histoire moderne selon certains6, va aussi doter la notion d’enjeux qui dépassent largement la seule écriture de l’histoire. Le récit des découvertes devait dorénavant jouer le rôle de garant dans la revendication des prises de possessions sur d’autres continents et, à ce titre, permettre d’organiser la compétition européenne outre-mer.

« Ne voir la mer que par écrit »

  • 7  La Popelinière, L’Amiral de France et par occasion de celuy des autres nations, tant vieilles que (...)
  • 8  La Popelinière, Vraye et entière histoire de ces derniers troubles, advenus tant en France qu’en F (...)
  • 9  L’histoire de France, enrichie des plus notables occurances survenues ez provinces de l’Europe et (...)
  • 10  Sur la controverse provoquée par la publication de son ouvrage voir J. F. Gilmont, « Les premières (...)
  • 11 La Popelinière, L’histoire des histoires, avec l’idée de l’histoire accomplie. Plus le dessein de l (...)

3Homme de lettre par son éducation, issu d’une famille de la petite noblesse du Poitou, La Popelinière fut aussi un homme d’action, dans la plus pure tradition de l’idéal humaniste de la Renaissance. « Vertu giste en action, non en la vaine speculation des livres », se plaisait-il à dire7. Loin de laisser inaccompli ce principe, La Popelinière s’est engagé, par la plume et par l’épée, sur les deux principaux fronts qui ont traversé l’Europe de la première modernité. Sur le premier d’entre eux, le huguenot prit part aux guerres de religion qui mirent le Royaume de France à feu et à sang pendant toute la seconde moitié du xvie siècle. De ces guerres civiles auxquelles il participa, il tira une Vraye et entière histoire des Troubles (1571)8et une Histoire de France (1581)9 qui lui valurent, paradoxalement, la condamnation du camp réformé. Ses coreligionnaires ne comprirent pas que La Popelinière avait placé dans la stricte description des faits, au-delà des visées partisanes, l’idéal de l’historien10. « Le but de l’historien, nous dit-il, est de ne rien altérer en ce qu’il se propose ». L’objectivité comme premier trait du savoir historique était une évidence pour celui qui allait écrire en 1599, une Histoire des Histoires, mélange de considérations techniques, théoriques et programmatiques visant à reformer et refonder l’écriture de l’histoire11.

4L’autre cheval de bataille sur lequel s’est engagé l’historien, peut-être plus profondément encore que dans le cas des guerres de religion, concerne la participation de la France, puis de toute l’Europe réformée, à l’entreprise maritime de désenclavement du monde. Dans ses ouvrages concernant le fait maritime, La Popelinière exhorte ses concitoyens à participer, poursuivre et dépasser le mouvement lancé quelques décennies plus tôt par les nations ibériques. C’est à cet effet qu’il rédige Les Trois Mondes (1582) où il multiplie les appels explicites à la participation du Royaume de France à la découverte du monde. Son deuxième ouvrage en matière de navigation, L’Amiral de France (1585), reprendra cet appel que l’on trouvait dans l’avant-discours des Trois Mondes :

  • 12  La Popelinière, Les Trois Mondes, Paris, P. L’Huillier, 1582. Nouvelle édition, introduite et anno (...)

Quant au but de mon dessein, ie ne me suis proposé autre fin, que de faire entendre à nos Rières-neuveux les merveilles des iugemens de Dieu en la descouverte des Indes Orientales & Occidentales, par les plus estranges effects que la nature produit iamais : & avec la tant louable gaillardise des Italiens, Portugais, & Espagnols si curieusement hardis de s’exposer à tant de mors : la pauvre pauvreté du François qui n’a iusques icy osé tenter si louable ny pareille entreprise. Ie fais au reste si peu d’estat du labeur que j’ay pris à receuillir tant de discours pour les repartir en trois livres, que je n’en cherche ny espere aucune recompense, soit que je la deusse, soit que je la peusse avoir. Je ne demanderois pour tout, que receuillir les espris & courage des François trop endormis sous le voile des plaisirs mondains, à dresser quelque loingtain voyage à l’exemple de ses voisins : pour du moins honorer la nation de quelque genereux exploit.12

  • 13  Ibid. p. 152.
  • 14  Sur ce voyage, voir charles de la ronciere, « Les Routes de l’Inde », Revue des questions historiq (...)

5Seulement, au xvie siècle, nombreux sont ceux qui n’ont « veu la mer que par escritz »13. Certainement las que ses appels soient restés sans réponse, l’historien se fit aussi marin, pressé de « hanter quelque mer » et pourquoi pas de découvrir des terres inconnues, en particulier cette terre australe qui concentra son attention et son ambition. En 1589, on le trouve à bord d’une flotte qui fait voile vers le Brésil sous le commandement de La Richardière, mais, soit qu’il ait souffert du mal de mer comme le prétendent certains, soit, plus probablement qu’il ait dû revenir en France pour escorter une flotte anglaise prise en plein océan, il ne parviendra jamais sur l’autre rive de l’Atlantique14. Peu enclin au renoncement, La Popelinière écrivit le 4 Janvier 1604 à Joseph Juste Scaliger, son ami et compatriote venu remplacer Lupsius à la tête de l’Université de Leiden. Sûr de ce que le voyage en pays étranger apportera à son œuvre d’historien, il lui fit part de sa volonté de s’embarquer à bord de l’un des navires de la jeune Compagnie Hollandaise des Indes Orientales (Vereenigde OostIndische Compagnie ou VOC) fondée en 1602 :

  • 15  j.j. scaliger, Epistres françoises des personnages illustres, Amsterdam, De Reves, 1624, II, 70, p (...)

C’est pourquoy, fasché qu’aucun de nostre temps n’entreprend si hault affaire, je vous communique mon desir d’y aller pour l’effectuer si et comme vous le trouverez bon. J’entens, s’il y a moyen de s’accommoder avec vos Hollandois qu’on dict y aller d’an en an et environ ce temps. Joinct qu’il m’est incroyable que vous n’ayez bonne cognoissance avec eux, et moins encor que vous ne la voulussiez departir en faveur des lettres à vos amys, et mesmes que Messieurs de Leyden n’y fissent ce que desireriez, prians Messieurs les Estats d’y recevoir quelque homme d’honneur qui leur pourroit servir en ce qu’ils le vouldroyent employer.15

Aussi loin que nous en savons, ce service ne fut point rendu. La VOC plus habituée à trouver parmi les volontaires pour les mers lointaines des commerçants ou des désespérés à qui elle faisait miroiter la fortune aux uns et une nouvelle chance aux autres, semble être restée insensible à l’argument selon lequel

  • 16  Ibid.

[...] un homme judicieux pourroit remarquer [aux Indes Orientales] de belles choses s’il avoit les moyens d’y fournier aux frais d’aller, venir acheter, escrire, peindre, graver, et se preparer au retour.16

Il est donc plus vraisemblable de croire que jusqu’à ce qu’il s’éteigne en 1608, alors qu’il pâtissait de conditions de vie forts difficiles, La Popelinière ne remit pas les pieds à bord d’un navire. Il n’en restera pas moins convaincu, comme il l’écrit en introduction de sa lettre à Scaliger que,

  • 17  Ibid.

 [...] pour estre le jugement la plus noble et necessaire partie de l’homme, rien ne le peut tant solider que le voyage et soigneuse remarque des pays estrangers, afin de nous approcher de la perfection de l’histoire.17

L’« histoire parfaite »

6Cette intuition selon laquelle le voyage est à la base d’une « histoire parfaite» et qui le rendra désireux jusqu’à la fin de sa vie de s’embarquer vers le lointain, trouve sa formulation la plus aboutie dans les Trois Mondes, ouvrage qu’il publie en 1582. Tentative de rendre compte de l’ensemble des « découvertes », qu’elles soient de son temps ou des siècles les plus reculés, l’ouvrage marque son premier essai de fonder une nouvelle écriture de l’histoire, à vocation explicitement universelle. Au cours de son entreprise pour « recueillir tant de discours » sur les voyages du présent et du passé, l’historien se heurta au contrôle qui régissait la circulation des récits de voyage à l’époque :

  • 18  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 400.

Il y a quelques années que le Drake Anglois, ayant fait le rond de la terre, est retourné en son pays, (…) la royne Elizabeth, coutumière de recognoistre la vertu d’un chacun, luy avoit fait jusques à le créer Chevalier de l’Ordre de la Jarretiere, (…) Toutefois qu’elle garde les mémoires de sa navigation affin qu’ils ne soient pas publiez. Je ne doute point que plusieurs ne luy persuadent de retenir telles instructions, afin qu’elles ne soient pas communiquées aux estrangers ny mesmes à ses sujets. Mais je ne sais s’ils ont grande raison de ce faire : car la communication ne peut estre qu’à l’honneur de sa nation, si elles sont telles que les autres peuples en puissent tirer profit ou quelques commodités18.

  • 19  C’est aussi là le sens de l’éloge qu’il fait de l’imprimerie, « invention de vous faire cognoistre (...)

7Cette pratique du secret sur les connaissances européennes des autres continents – décrétée de Séville à Amsterdam et plus ou moins efficacement appliquée – ne pouvait que choquer un La Popelinière qui voyait dans les découvertes de son siècle la preuve de la supériorité des Modernes sur les Anciens. Aux considérations qui empêchaient la libre circulation des informations sur les nouveaux mondes, l’auteur répondait par des considérations moins intéressées. à l’horizon de ces voyages vers les quatre parties du monde, se dessine un idéal où toutes les connaissances, librement publiées et partagées, constitueraient le bien commun d’une humanité accomplie19. Si, au moment où parle La Popelinière, la route est encore longue avant que le monde ait fini de livrer ses secrets, son œuvre est avant tout un appel à ne pas s’arrêter en si bon chemin :

  • 20  La Popelinière, Les Trois Mondes, p.401-402.

Tellement que si tous ne rapportent leurs diverses & particulières remarques pour de la conférence [de la Terre] en faire en fin, par soigneuse remarque des plus notables accidens qui se passeront devant leurs yeux, une science parfaite digne pasture de ce grand esprit. [Dans le cas contraire], nous vivrons, & nos riere-neveux par nostre faute, tousjours ignorans. Si que n’allant jamais droit, nous ne ferons tous que tastoner deçà delà, & comme aveugles en plain midy, couper à tous coups espesses tenebres d’une brutale ignorance.20

  • 21  Ibid., p. 87.
  • 22  La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 2, p. 19.
  • 23  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 408.
  • 24  Ibid.67.
  • 25  Alors qu’il recopie le texte d’Osorio pour faire le récit de la navigation de Magellan, il modifie (...)
  • 26  La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 2, p. 19.
  • 27  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 147.
  • 28  Ibid., p. 152.
  • 29  Ibid., p. 148.
  • 30  La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 1, p. 49.

8L’écriture du voyage, « soigneuse remarque des plus notables accidens qui se passeront devant leurs yeux », est encore le meilleur moyen d’atteindre cet horizon où le monde « cognu » l’emportera définitivement sur le monde « incognu ». L’expérience des voyages, joliment désignée par « la preuve de l’œil »21 devient, sous la plume du Huguenot, la garantie de « mieux former l’histoire »22 et d’aboutir par-là à une connaissance « certaine ». Pour ce faire, l’écriture de l’histoire devra désormais s’articuler autour de la notion de « descouverte » jusque là utilisée dans les récits de voyages. Au fil de ses écrits, La Popelinière attribue différents signifiés au terme de « descouverte » qui lui est si cher. Il devient tour à tour une expression de marins synonyme de « voir »23 ou une métaphore de ce que l’on trouve à la lecture d’un livre24. La Popelinière, friand de cette expression, va même jusqu’à changer certains passages des textes qu’il plagie pour y introduire le concept de découverte25. En dernière analyse cependant, la découverte doit devenir, selon La Popelinière qui s’est « essay[é] à la conduire au plus près de sa perfection »26, l’objet premier de l’histoire27. En effet, le récit d’histoire qu’il appelle de ses vœux doit répondre à certaines règles, la première de toute étant la chronologie ou « ordre du temps »28. Mais il doit aussi s’accompagner d’une description de géographie, qu’il qualifie d’« œil naturel et vraye lumière de l’histoire »29. La double articulation de l’histoire sur l’axe temporel et spatial, si salutairement réalisée par les récits de voyage rédigés par ses contemporains, sera approfondie dans son ouvrage théorique l’Histoire des Histoires30. La notion de découverte, parce qu’elle répond à cette double exigence, peut ainsi devenir l’objet du récit d’histoire, de tout récit historique.

  • 31  Ibid., p. 128-129.

9Le modèle historiographique élaboré par La Popelinière n’entend pas s’appliquer uniquement à son présent mais bien à toutes les époques. Quoi de plus naturel, dès lors, que de relire l’histoire classique par excellence, à savoir l’histoire de l’Antiquité Grecque à partir de ce nouveau concept de découverte ? Après avoir passé en revue l’ensemble des voyages et autres mérites des Grecs en matière de découverte, la Grèce classique, si noble, si antique, descend de son piédestal où la Renaissance humaniste avait pu la placer. Toutes les découvertes qu’elle a transmises à la postérité sont en fait des emprunts faits aux nations étrangères. Conséquences de cette révision quelque peu provocatrice de l’histoire ancienne, non seulement, la Grèce devient « la plus menteuse nation du monde » quand ses lettres ont permis de faire croire que l’origine des sciences venait de la Grèce alors qu’il faut la chercher chez les nations voisines, mais encore la Grèce, cette nation ancienne par excellence devient la nation d’un « peuple nouveau »31 :

  • 32 La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 127.

[Les Grecs] ont si dextrement exprimé ce qu’ils furent chercher entre le reste des Aegyptiens, Assyriens & autres touchant la cognoissance des choses divines, humaines et naturelles : qu’ils s’y moyennerent avec le temps un merveilleux honneur. Voire un tel crédit entre les plus prochains, qu’aucun d’eux (la plus menteuse nation du monde) ont osé attribuer l’origine des sciences à leurs predeceseurs voisins, lesquels toutesfois ont esté tousjours apellez par leurs voisins peuple nouveau, jeune nation & qui n’avoit aucune cognnoissance des choses anciennes.32

  • 33  Ibid.,p. 134.
  • 34  Ibid., p. 129.

10Plus encore que dans un nouveau modèle historiographique, c’est dans une nouvelle historicité que La Popelinière se plonge en mobilisant ce concept de découverte, « enquoy l’on peut remarquer la jeunesse ou ancienneté d’un pais & nation beaucoup mieux qu’en autre chose »33. Il s’agit de considérer le passé « non pour nostre regard, mais pour ceux de leur temps »34. Fidèle à la chronologie, attentive à la géographie et aux autres sciences en général, l’histoire, considérée comme récit des découvertes, est aussi une remise en ordre du temps. Première conséquence de ce renversement, il ne s’agit plus seulement de reproduire ce que les Anciens ont pu faire de grand, mais de les dépasser, le temps conduisant naturellement au perfectionnement :

  • 35  La Popelinière, L’Histoire des Histoires t. 2, p. 13.

Le temps qui s’est ecoulé depuis [les Anciens] iusqu’icy, nous doit rendre superieurs en toustes choses. Pour ce qu’il nous a fait cognoistre en leurs escris, tout ce qu’ils ont sceu & dont ils se sont peu prevaloir. Puis nous donne de surcroist, la cognoissance de tant de choses rares et excellentes, que les premiers ont ignoré & que la Nature a produit depuis eux.35

  • 36  La Popelinière, Les Trois mondes, p. 13-14.
  • 37  Ibib.,p. 7.
  • 38  Pour une définition des « régimes d’historicité », voir f. hartog, Régimes d’historicité : présent (...)

11Or, comme nous l’avons vu, les découvertes réalisées par les marins de son siècle sont la preuve de la supériorité des Modernes qui « fendent toutes les mers [pour ne rien laisser d’incognu en l’Univers] » sur les Anciens qui, « craintifs de se perdre en l’Ocean, ne s’osans esloigner de ses rivages, ne trafiquoyent ordinairement que sur la petit mer Mediteranée, à veuë de terre, voire en toute crainte »36. Trop heureux de réfuter une nouvelle fois les auteurs qui pensent « l’Ignorance d’autant plus accrue entre les humains, qu’on s’est reculé de cette origine [grecque], pour approcher la naturelle et generalle corruption de notre siècle »37, il assure son lecteur que les choses de la connaissance ne sont pas à trouver dans la reproduction du passé mais bien à découvrir dans l’avenir. L’historicité établie par le récit des découvertes que propose La Popelinière inverse ainsi les rapports entre passé, présent et futur38. Le futur devient une promesse d’un accomplissement majeur – promesse que les découvertes, consciencieusement rangées selon la chronologie, devraient permettre d’atteindre :

  • 39  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 128.

Un temps viendra qui par une longue diligence nous esclarcira ce qui nous est plus caché. Un siecle ne suffist à la recherche de tant de choses.39

Le présent lui, n’est qu’un certain état d’ignorance compris entre un autre plus ignorant encore qu’est le passé et un futur qui le sera un peu moins :

  • 40  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 414.

Dieu ne veut que les yeux des hommes voyent tout : les peuples des siècles advenir sçauront combien d’autres choses nous ont esté couvertes. Et bien qu’ils ne pourront prévaloir sur nous de la cognoissance de nombre de nouvelles, si mourront ils ignorans de plusieurs autres que leurs descendans aprendront de nouveau : & en restera encor assez d’autres incognues pour exercer les sens de leur postérité.40

  • 41  Ibid., p. 78.

12Le présent est provisoire et la tâche de l’histoire consiste justement à le situer exactement sur cette ligne du temps qui tend, à l’infini, vers plus de connaissance. L’histoire, c’est-à-dire le provisoire. Se dessine ainsi une historicité radicale, proprement historique qui fait qu’en cette seconde moitié du xvie siècle par exemple, le Nouveau Monde est déjà vieux41.

Les « bienfaits de l’histoire »

13Alors qu’il s’attelait à reconstruire les connaissances navales des Grecs, leurs voyages et leurs découvertes, La Popelinière se retrouva devant la question quelque peu traumatisante pour les hommes de son époque de savoir comment une nation si sage en tout point, modèle par excellence de tous les gentilshommes, a pu ignorer ce que les modernes venaient de découvrir, à savoir l’existence d’un continent à l’ouest de l’Europe, d’un Nouveau Monde :

  • 42  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 140.

Le different est vieil & mal résolu, sçavoir si les païs descouverts par ceux de ce temps ont esté incogneuz aux premiers peres, ou à aucuns de leurs descendans42.

  • 43  La question avait en effet passionné tous les chroniqueurs ibériques. Sur ces questions, voir, ent (...)
  • 44  Ibid., p. 132.
  • 45  Ibid., p. 140.
  • 46  Et les Grecs ne font pas exception puisque c’est aussi le défaut des Arabes, des Perses ou encore (...)
  • 47 Ibid., p. 76.

14Contrairement à ce que l’on pourrait penser, La Popelinière qui n’avait aucun mal à reconnaître la supériorité des Modernes sur les Anciens, s’abstient de trancher sur ce « différend » qui a passionné tout le xvie siècle43 et propose à son lecteur une explication pour le moins originale. Selon lui, si les Grecs étaient ignorants des découvertes, la faute n’en retombe peut-être pas sur les épaules des navigateurs mais sur celle des historiens car« sans doubte leurs historiographes ne se sont pas acquitéez de leur devoir, nous taisant ce qui estoit le plus remarquable de leurs siècles »44. Curieusement, il laisse à son lecteur la possibilité de croire que les Grecs avaient peut-être « faict longs voyages qui se puissent esgaller ou prevaloir à ceux de nos Portugais, Italiens et Espagnols »45; que, plus soucieux de littérature que de récits de voyage, les historiens pourtant fameux de l’Antiquité n’en aient pas reporté la connaissance, bref que « la négligence des autheurs à descrire ces voyages a esté très grande »46. La leçon est claire : pour réaliser des découvertes, il ne suffit pas d’entreprendre de périlleux voyages ; encore faut-il être capable d’en rendre compte. Déjà soucieux de mettre en place une écriture de l’histoire qui aurait pour objet les découvertes, La Popelinière repense les rôles respectifs que les voyages d’une part et l’historiographie de l’autre, sont amenés à jouer. Si le « bien faire » est d’ores et déjà fixé, quel est désormais ce « bien fait »47 que La Popelinière attend d’une écriture de l’histoire inspirée des récits de voyage ?

  • 48 Ibid., p. 279.
  • 49 Ibid., p. 123.
  • 50 Ibid., p. 279.
  • 51 Ibid., p. 279.

15Rien d’étonnant de trouver, sous la plume du promoteur de l’entreprise coloniale française puis hollandaise, à l’heure d’entrer dans l’histoire des découvertes faites par les Modernes, la critique du Traité de Tordesillas qui institua le « département du monde » entre Espagnol et Portugais et de la Bulle Papale qui le sanctionna et institua un monopole ibérique sur l’ensemble des découvertes, passées ou à venir. Dans la « reponce des François et autres nations, aux prétensions des Espagnols & Portugais sur la seigneurie des isles orientales et occidentales »48, La Popelinière expose les principaux arguments qui entament la validité d’un tel monopole en matière de découverte et fait siennes les invectives lancées depuis l’Europe protestante contre cette prétention des monarchies catholiques à se partager le monde. D’abord le Pape, ne possédant pas ces terres « nouvellement découvertes »49, ne saurait en faire le don « car ce serait une injustice de donner ce qui n’est pas sien »50. Ensuite, les Espagnols, par « leurs cruautez et tyrannies », n’ont pas respecté le traité qui faisait de l’évangélisation le premier objectif de ces conquêtes. Enfin, le droit du plus fort, « la plus ancienne de toutes les loix »51, n’est pas la force du droit. Cependant il est un argument utilisé par les hispaniques qui trouve grâce aux yeux de l’historien :

  • 52 Ibid., p. 280.

Leur principal droict est la descouverte qu’ils ont faict les premiers de ces pais là.52

  • 53 Ibid., p. 281.

Ainsi leur reconnaît-il le fait d’avoir les premiers découvert ces terres et, à ce titre, le droit de les posséder : « que ce qui n’a maistre est au premier qui le prend »53. Reconnaître un tel droit de primauté n’est cependant pas anodin. Car si c’est ce « droit du premier » et ce droit seul fonde la légitimité des Espagnols et Portugais à posséder une partie du Nouveau Monde, cela laisse aussi la porte ouverte aux autres Nations européennes pour revendiquer certaines possessions par-delà les mers. L’Italie, par exemple, ferait bien de réclamer quelques droits sur les Indes Occidentales car

  • 54  Ibid., p. 280.

 [...] les premiers découvreurs des Indes ne furent-il pas les Italiens ? Qui demandera [aux Espagnols] en conscience ce qui est, ils n’oseroient nier que ce ne fust un Christophe Colom Genois qui s’avisa le premier d’aller chercher les isles & une grande partie de la coste occidentale. Puis un Americ Vespuce Florentin…54

Abondant en ce sens, il en arrive à étudier la participation des Français à l’entreprise de son siècle : « les François toutefois, Normans sur tous & les Bretons, maintiennent avoir les premiers descouverts ces terres : & d’ancienneté, trafiquer avec les sauvages du Brésil contre la rivière Sainct François au lieu qu’on a appellé Port Real ». à ce titre, « par ce que nous l’avons descouvert et occupé les premiers », telle terre devrait revenir de droit à la Couronne de France.

  • 55  Ibid., p. 380. Il n’est pas inintéressant de remarquer combien cet argument a pu peser par la suit (...)

Mais comme en autres choses mal avisez en cela, ils n’ont eu l’esprit ny discretion de laisser un seul escript public pour assurance de leurs desseins aussi hautains et genereux que les autres.55

  • 56  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 380.
  • 57  Ibid.
  • 58  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 254.

Il reprend ainsi, en l’appliquant à ses contemporains, cet argument qu’il avait déjà utilisé pour justifier l’ignorance des Grecs du Nouveau Monde. Non seulement l’écriture de l’histoire est la seule à assurer la validité d’une découverte, mais en plus elle est la seule à permettre la revendication de sa possession. Si la France n’est pas parvenue à prendre pied aux Indes, la faute n’en incombe pas aux marins français, aussi aptes que les Espagnols ou Portugais à traverser l’Océan et à fonder des établissements outre-mer, mais aux historiographes français qui « ne laissent faute d’entendement aucune memoire de leurs beaux desseins ». Soucieux de remédier à ce manque, La Popelinière se propose donc, en bon historien au fait de la charge politique de son office, de nous « esclaircir de la premiere reconnaissance de la Floride, & par qui descouverte, afin qu’on ne s’y abuze plus »56. L’enjeu d’un tel récit ne réside plus dès lors dans la réalisation d’un idéal humaniste désincarné, mais est en tout point pratique, afin « que l’on sache définitivement, tout le droit qu’uns é autres peuvent prétendre en la Floride »57. Une fois posé ce principe selon lequel la priorité d’une découverte assure sa possession au découvreur, l’enjeu dont se dote l’écriture de l’histoire devient évident : il s’agit de revendiquer la souveraineté sur telle ou telle terre au nom du droit de découverte. C’est là le rôle très concret que l’histoire est désormais appelée à jouer, son « principal fruict » pour parler comme La Popelinière58.

« Comme la terre est étrangement grande »

  • 59  Ibid., p. 76.
  • 60  Les hommages rendus aux ibériques sont aussi nombreux qu’ambivalents. « Les Portugais & Espagnols (...)
  • 61  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 280.
  • 62  « peupler tant de pays, qui ne sont encore cognuz ny mesme descouvers que de prime veuü & trop gen (...)

16Une fois de plus, ce n’est pas n’importe quelle histoire, qui peut et doit sanctionner les découvertes. Ainsi, les historiens espagnols, sans le « bien fait » desquels « les entreprises de Colom & autres qui ont descouvert le Nouveau Monde feussent ja ensevelis en perpetuel oubly »59, font office de modèle dans ce régime des découvertes basé sur le droit du premier. Prêt à reconnaître la qualité de leur travail60, La Popelinière ne manque pas de noter qu’ils ont aussi parfois agit avec zèle en « remplissant leurs histoires de contes faits à plaisir »61 de façon à revendiquer des terres sur lesquelles ils n’avaient aucun droit. Car voir n’est pas découvrir62. Avec l’imposition du droit du premier comme règle tacite entre les nations concurrentes sur les trois Océans, l’importance accordée à la chronologie dans l’écriture de l’histoire prend tout son sens. La date qui était devenue la ligne de démarcation entre un connu et un inconnu, va endosser le rôle de garant dans l’entreprise de partage du monde. Elle représente tout autant un certain état des connaissances qu’un état de la répartition des possessions outre-mer. La mise en ordre du temps proposée à partir du concept de découverte devenait aussi mise en ordre du monde.

  • 63  Ibid., p. 77. Cet argument sur la taille du monde constituera par la suite une clef de la rhétoriq (...)
  • 64 Ibid., p. 417.
  • 65 Ibid., p. 147.
  • 66 Ibid., p. 412.

17Que l’expansion européenne se joue désormais par et au travers de l’histoire et de ses publications, cela ne signifie donc pas, en cette seconde moitié du xvie siècle qu’elle est une histoire passée. Au contraire, l’enjeu d’une telle relecture de l’expansion européenne ne réside pas tant dans les découvertes qui ont déjà été effectuées que dans celles qui restent à faire. Depuis son cabinet dans le Poitou où il lit et écrit sur les découvertes de son siècle, La Popelinière en est persuadé : « il y a autant ou plus de terres à descouvrir, que de nouveau descouvertes ». Cette vision d’une Terre où tant reste à découvrir traverse le livre, comme un écho à cette accumulation infinie des connaissances qu’il proposait. « Comme la terre est estrangement grande » se réjouit-il en introduction63. « Voilà un Monde qui ne peut estre remply que de biens & choses tres excellentes. Il ne faut que le descouvrir »64. à ce monde déjà scindé en deux avec la découverte du Nouveau, il s’efforce donc d’introduire un « troisième monde », qui donnera son sens au titre à l’ouvrage. « Je ne m’employerai donc qu’à diviser ce que les hommes jugent habitable, en monde vieil, neuf et incognu »65. Ce troisième monde ou « incognu », qui se distingue de l’« ancien » (ou premier) et du « nouveau » (ou second), se caractérise par le fait qu’on ne peut rien dire de lui. N’ayant pas encore été découvert, il ne saurait faire l’objet d’aucune revendication et devra, pour le devenir, être représenté et publié par la représentation historique. « Reste la représentation du troisième monde, duquel vous ne sauriez avoir autre cognoissance que de n’en rien cognoistre »66. Une telle définition n’est pas fortuite car en faisant une place, aussi mince soit-elle, à l’inconnu, elle rompt avec le modèle jusqu’ici accepté du savoir humain. Un tel sacrifice fait sur l’autel d’une connaissance désormais paradoxalement entraînée par l’ignorance n’est pas vain. Le « monde à découvrir »de La Popelinière est aussi la promesse d’une possible implication sur les autres continents des nations non-ibériques. Le droit à l’inconnu devenait synonyme de droit sur l’inconnu.

 « Ils perdirent du temps & beaucoup de papier »

  • 67 r. hakluyt, A Discourse concerning Western Planting written in the year 1584, Cambridge, John Wilso (...)

Sur cette histoire, Monsieur Popiliniere, Gentilhomme Français, dans son second livre Des Trois Mondes, dit ceci : que c’était Gabote qui le premier découvrit la Floride pour le Roi d’Angleterre, ce qui fait que les Anglais ont plus de droit sur cette terre que les Espagnols si, pour avoir des droits sur un pays, il suffit de l’avoir vu et découvert le premier.67

  • 68 e. g. r. Taylor (éd.), The Original Writings of the two Richard Hakluyts, Londres, Hakluyt Society, (...)
  • 69  Voir r. hakluyt, op. cit., p. 241, 295 et 398 ; et Principal navigations voyages & Discoveries of (...)

18Richard Hakluyt (1552-1616), le grand entrepreneur de l’entreprise anglaise outre-mer, fut un éminent lecteur de La Popelinière. Il eut même le projet de traduire Les Trois mondes puisqu’il obtint un privilège à cet effet68. Mais si cette traduction ne vit finalement pas le jour, les preuves d’une utilisation extensive de l’historien huguenot par Hakluyt ne manquent pas69. Celles-ci vont d’ailleurs largement au-delà du simple tribut littéraire puisque l’on peut considérer que l’entreprise de l’historien anglais est tout entière imprégnée de sa lecture de l’historien français. En 1584, il rédige, à la demande de Sir Walter Raleigh, un Discourse Concerning Western Planting pour exposer toutes les possibilités et les avantages que représenterait une implantation anglaise aux Amériques. Au chapitre XVIII du Discourse qu’il dédicacera et offrira à la Reine Elisabeth, il entend démontrer que

  • 70 r. hakluyt, A Discourse concerning Western Planting, p. 118.

 [...] pour réfuter la revendication générale et le titre invalide des insatiables Espagnols sur toutes les Indes Occidentales, et pour prouver la validité du titre de Sa Majesté et de sa noble descendance, sinon à la totalité, au moins à cette partie de l’Amérique qui va de la Floride jusqu’au Cercle Arctique, nous allons établir selon un ordre véritable, en accord avec la juste observation du temps, quand les Indes Occidentales, avec les îles et le continent de ces dernières, ont pour la première fois été découvertes, et par quelle nation, et par qui.70

  • 71  Ibid., p. 125.
  • 72  En réalité, ce passage se trouve au chapitre 12 et non au chapitre11. fernandcolón, Historia del A (...)
  • 73 r. hakluyt, A Discourse concerning Western Planting, p. 127.
  • 74  Ibid., p. 118-119.

C’est à cette occasion que La Popelinière est cité comme autorité pour démontrer que Cabot « fut le premier à découvrir la Floride pour le Roi d’Angleterre »71. De fait, toutes les revendications présentes dans le Discourse sont faites au nom de la priorité des découvertes et s’appuient, pour ce faire, sur des histoires imprimées. Ainsi il « trouve au chapitre onze de l’histoire de Ferdinandus Colombus de la vie et des oeuvres de son père », la fameuse Vida del Almirante, écrite par son fils Fernando Colomb en 1538 et publiée à Venise en 1571, la preuve qu’Henry vii d’Angleterre avait accepté le projet de Colomb dès 1488. Sans la tempête en mer qui interrompit l’ambassade de Bartolomé Colomb, le frère de Christophe, à la cour de Londres, la découverte de l’Amérique eût donc été faite au nom du monarque anglais72. De même, Francisco López de Gómara, « au chap. 4 du second livre de son Histoire Générale des Indes, confesse que Sebastian [Cabot] était le premier découvreur de toutes les côtes des Indes Occidentales, depuis le 58e degré jusqu’à la ligne équinoxiale »73. Mais la première de ces histoires capables de garantir un droit anglais à l’Amérique, que ce soit chronologiquement ou par ordre d’importance, est une chronique qui remonte ni plus ni moins à l’an 1170. « Nous autres d’Angleterre pouvons démontrer de très anciennes et très authentiques chroniques, écrites dans la langue galloise ou anglaise, où l’on trouve qu’un certain Madock ap Owen Guyneth, un Prince du Pays de Galles du Nord (…) a fait deux voyages en dehors de Galles et a découvert et occupé de larges pays qu’il a trouvés dans le principal océan au sud ouest de l’Irlande, en l’an 1170 de notre Seigneur ». Rassurons-nous sur l’authenticité de cette chronique : « cette histoire, ajoute-t-il, est aussi à voir imprimée en Anglais, dans le livre fait cette année [1584] pour le Prince de Galles »74.

  • 75 h. grotius, Origine Gentium Americanarum, s.l., 1642.

19Tout comme les Espagnols n’avaient plus le monopole des Indes en ce xvie siècle finissant, les Anglais n’avaient pas le monopole des fables anciennes censées délivrer des droits sur les nouveaux mondes, bien au contraire. Les plumes d’Europe se livraient au même jeu de recherche d’antécédents, voire d’ancêtres, capables de démontrer l’antériorité et à ce titre de garantir des possessions outre-mer. Avant qu’Hugo Grotius, devenu ambassadeur de Suède à Paris à la fin de sa vie, ne démontre l’origine scandinave des Américains dans De Origine Gentium Americanarum75, Abraham van der Mijl publiait à Leiden en 1611 son Lingua belgica où il cherchait à montrer, pour le compte des Provinces-Unies, que les Américains descendaient des Cimbres, les ancêtres des populations du Nord de l’Europe, que ce soit pour des raisons linguistiques, géographiques ou historiques :

  • 76  Abraham van der mijl, Lingua Belgica, Leiden, 1612,p. 106.

C’est le destin des peuples de notre langue plus que n’importe quel autre de voyager à travers les diverses régions du monde et de fonder des colonies dans les terres les plus lointaines. L’histoire le démontre.76

  • 77  Guillaume Postel, De originibus seu de Varia et potissimum orbi latino ad hanc diem incognita, aut (...)
  • 78 ggarcía, Origenes de los Indios del Nuevo mundo, Valencia, P. Mey, 1607.

20En France, Guillaume Postel, avec De originibus (1553) et Cosmographicae (1561)77, composait une généalogie qui faisait de l’Amérique la propriété de Jafet, un fils de Noé, lequel était, bien évidemment, gaulois. Même l’Espagne, qui pouvait pourtant se prévaloir d’autres titres, et ne manquait pas de le faire, n’était pas en reste au moment d’élaborer de telles généalogies à cheval entre Europe et Amérique. Dans l’Orígenes de los Indios del Nuevo mundo, publié en 1607, Gregorio García démontrait que la Couronne hispanique, en ce début de xviie siècle ne se contentait plus des voyages de Colomb et des bulles papales pour asseoir ses prétentions monopolistiques sur les Indes78. Plus tôt dans le siècle, alors que la compétition internationale ne menaçait pas encore le monopole ibérique, de tels procédés « historiographiques » avaient déjà été mobilisés dans le cadre des fameux pleitos colombinos entre les descendants de Colomb et la Couronne. Celle-ci entendait revenir sur les capitulaciones de Santa-fe, le contrat signé à la veille du départ du découvreur,trop avantageux à son goût. Alors que le fils de Colomb écrivait la Vida del Almirante dans ce contexte, la chronique de Fernando de Oviedo, au contraire, cherchait à diminuer les mérites de Colomb par des biais parfois étonnants. Ainsi, dans le chapitre III du Livre I, il rappelle que les îles « Hespérides », dont le nom viendrait d’Hespérus, un ancêtre lointain de la dynastie castillane, pourraient bien se confondre avec les Antilles récemment découvertes par Colomb. Si le chroniqueur ne faisait qu’avancer cette hypothèse, Charles Quint, lui, se réjouissait en ces termes à la lecture d’Oviedo :

  • 79  Cité par M. Bataillon, « L’idée de découverte de l’Amérique chez les Espagnols du xvie siècle (d’a (...)

J’ai vu aussi ce que vous dites avoir écrit et que vous vous proposez d’envoyer avec des preuves tirées de cinq auteurs : à savoir que ces îles ont appartenu au douzième Roi d’Espagne en comptant à partir du roi Tubal, qui s’empara de certains royaumes après Hercule, l’an 1558 avant l’incarnation de Notre Redempteur, si bien que cette année il y a 3091 ans que ces terres étaient sous le sceptre royal de l’Espagne ; et que non sans grand mystère, au bout de tant d’années, Dieu les a rendues à celui à qui elles appartenaient.79

  • 80  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 280.
  • 81  Anthony Payne entrevoit le droit du premier comme principe organisateur de la collection d’Hakluyt (...)
  • 82  g.b. ramusio, Delle Navigationi e Vaggi, Venise, Giunti, 1550.
  • 83 s. purchas, Purchas his pilgrimage, or, Relations of the world and the religions observed in all ag (...)
  • 84 i. commelin, Begin ende voortgangh van de Vereenighde Nederlatsche Geoctroyeerde Oost-Indische Comp (...)
  • 85  François valentijn, Oud en Nieuw Oost-Indiën, vervattende een naaukeurige en uitvoerige verhandeli (...)
  • 86  marc lescarbot, Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, découvertes, et habitat (...)
  • 87  « Ce qui sert à rabatre d’autant la vanité des Portugais & Castillans, qui se vantent d’estre les (...)

21C’est bien de telles prétentions dont se moque La Popelinière, par ailleurs si admiratif des chroniqueurs hispaniques, quand il dit que « quelques uns de leurs Historiens n’ont point espargné les mensonges & les contes »80. Et, de fait, il sera entendu car si ces fables et généalogies anciennes s’effacent au fur et à mesure que l’on entre dans le xviie siècle, c’est au profit d’une autre littérature, bien plus efficace pour la revendication outre-mer, à savoir les collections de voyages modernes. Là encore, Richard Hakluyt peut servir de référence, lui qui se lança dans l’œuvre de sa vie qui consistait à répertorier pour la première fois dans un même volume l’ensemble des navigations effectuées par ses compatriotes. Sans jamais avoir caché ses ambitions quant à l’organisation d’un empire colonial anglais, la publication d’un tel ouvrage répondait bien à cette exigence qui fait que pour revendiquer des droits sur une terre outre-mer, il était désormais nécessaire de pouvoir produire quelque preuve écrite capable de démontrer la priorité de la découverte81. En ce début de xviie siècle, ce genre du recueil de voyages vers le lointain n’est pas nouveau. Ramusio avait ouvert le bal un demi-siècle plus tôt avec ses Navigationi qui allaient devenir la principale source de connaissance en Europe sur l’Amérique, l’Afrique et l’Asie82. Mais le fait qu’à partir du xviie siècle, ces recueils ne soient plus indifférents aux nationalités des voyageurs et s’organisent désormais, sur le modèle de Hakluyt, autour d’une seule et même nation tend à nous faire penser que le genre est appelé à jouer, au xviie siècle, un rôle politique qu’il n’avait pas au xvie. Ce renversement n’est pas anodin, ne serait-ce que parce que le genre en question va largement dominer la production d’ouvrages sur les parties non-européennes du monde au xviie siècle et au-delà. Pour ne citer que les plus notables, pensons à un Purchas83 qui poursuit l’œuvre d’Hakluyt pour les voyages anglais, ou encore, pour leur pendants hollandais, à Commelin et son Begin ende voortgangh van de Vereenighde Nederlatsche Geoctroyeerde Oost-Indische Compagnie84 qui précède Valentijn et son Oud en Nieuw Oost-Indiën85. Du côté français, l’Histoire de la Nouvelle France de Marc Lescarbot et, plus encore le Traité de la Navigation de Pierre Bergeron, répondaient pleinement au programme lancé par La Popelinière d’historiens capables de légitimer les prises de terres outre-mer au nom d’un droit de priorité. Alors que Lescarbot remarquait que Brésil et Floride « estoient de juste conquest de noz Rois Henri ii. et Charles ix. n’estant avan la venuë des Français en icelles, occupées d’aucun Prince Chrétien »86, Bergeron faisait de la découverte des Canaries par le Français Bétrencourt en 1402 la preuve « que noz François ont precede toutes les navigations & voyages de conqueste modernes des Europeens ». Pour Bergeron, les Canaries devenaient le précédent des précédents des navigations modernes87 et, non sans une certaine emphase, cela signifiait bien que

  • 88 Ibid., p. 35.

[...] les François ont esté ceste estoille matiniere qui par son lever a ouvert la porte à la lumiere du Soleil, par laquelle le monde en ces derniers iours a esté remply de la veuë & de la cognoissance de soy-mesme.88

  • 89 w. lodewijcksz, D’eerste boek. Historie van Indien waer inne verhaelt is de avontueren die de Holla (...)
  • 90  Véritablement oubliée ? Tout porte à croire que la tradition d’une écriture nationale de l’histoir (...)
  • 91  j. de laet, Histoire du Nouveau Monde ou Description des Indes Occidentales, Leiden, B. & A. Elzev (...)

22De la même façon, la publication, en plusieurs langues, des premiers voyages hollandais vers le lointain, que ce soit vers l’est ou vers l’ouest, répond elle aussi à cette logique. La dimension revendicatrice des récits de voyage explique, au moins partiellement, l’impression d’ouvrages que la Compagnie des Indes voyait pourtant d’un fort mauvais œil pour les informations qu’ils révélaient à des concurrents potentiels89. Non contents de faire connaître à des lecteurs européens la réalité des autres continents, ces ouvrages se doublaient d’un objectif revendicatif, explicitement politique, aujourd’hui oublié90. Dans la préface à son Histoire du nouveau monde, Johan de Laet, lui aussi bon lecteur de La Popelinière, reprenait les arguments du huguenot pour expliquer le dessein de son ouvrage91. Quelques années plus tard, au moment où la concurrence entre Anglais et Hollandais en Amérique du Nord battait son plein, le livre en question servait effectivement d’élément de preuve pour revendiquer un droit de priorité. Dans un rapport sur la Représentation des Pays Bas Nouveaux de 1650, rédigé pour démontrer « par qui les Pays Bas Nouveaux ont été découverts en premier », il est expliqué que

  • 92 j.f. jameson, Narratives of new Netherland, New York, 1909. p. 312-313.

[...] la découverte [de ces terres] a eu lieu en même temps que celle de la Rivière du Nord, et par le même navire et les mêmes personnes qui entrèrent dans la Baie du Sud avant qu’ils ne viennent à la Baie du Nord, ce que tout le monde peut lire en détail dans le Nouveau Monde de Joannes de Laet92.

23En dernière analyse, si une telle logique de la revendication par l’écrit préside à la publication et à l’impression d’ouvrages sur les possessions européennes outre-mer, elle s’applique également et certainement plus encore à la représentation manuscrite de ces espaces. Mieux, elle participe de la systématisation des pratiques de l’écriture lors des voyages vers le lointain. Là encore, ce n’est pas du côté de la France où une telle systématisation n’entrera en vigueur, au grand dam de La Popelinière, que bien plus tard, qu’il faut chercher la mise en pratique de cette logique revendicatrice de l’écriture. L’intuition de l’historien poitevin qui, à la fin de sa vie, se tourna vers la Hollande et chercha à embarquer sur quelque navire de la VOC était certainement la bonne. Car qui d’autre que l’Honorable Compagnie pouvait se glorifier d’un tel degré de systématisation dans la représentation écrite du voyage ? Les instructions en la matière, inlassablement renouvelées, affinées et distillées par les directeurs, et qui ont accompagné toute l’existence de la Compagnie, avaient fait de ce système de l’écrit un des essais les plus aboutis pour parvenir à une représentation la plus exacte et la plus complète des espaces visités. Ainsi quand van Riebeeck touche au Cap en 1652 pour y fonder une station de ravitaillement pour les navires de la VOC, il n’oublia pas de faire ce qui lui avait été demandé à la veille de son départ – une carte, comme preuve que l’endroit a été solennellement pris par la Compagnie des Indes :

  • 93 h.c.v. leibbrandt, Precis of the archives of the Cape of Good Hope : Letters despached from the Cap (...)

A cet effet, vous ferez, dès votre arrivée, une reconnaissance immédiate des lieus et des terres fertiles les plus convenables et les plus profitables pour la Compagnie, où vous érigerez également des signes d’occupation. Vous en dresserez également une carte, comme preuve qu’une telle terre a été prise en possession par vous au nom de la Compagnie93.

24Resterait alors à répertorier les nombreux cas où la souveraineté sur telle ou telle terre lointaine s’est réglée non pas au son du canon mais au bruissement d’un papier qui en était l’ultime garant. Alors, on pourra rire de ce papier dans lequel les nations européennes avaient placé l’espoir de posséder la Terre entière, tout comme La Popelinière se riait du papier gâché par les Espagnols et Portugais pour régler leurs différends à propos du Traité de Tordesillas :

  • 94  la popeliniere, Les Trois Mondes, p. 410.
  • 95 Ibid., p. 358.

Ils perdirent du temps & beaucoup de papier apres telles contestations94, [provoquant] la risée et moquerie (…) sur le departement du monde que faisoient ces deux roys sans l’avis des autres ny de ceux mesmes desquels ils partagaient le bien sans les ouir95.

Haut de page

Notes

1  José Saramago, Le Conte de l’île inconnue, Paris, Seuil, 2001, p. 18.

2  Edmundo O’Gorman, La idea del descubrimiento de América, México, Centro de Estudios Filosóficos, 1951, p. 21.

3  Edmundo o’gorman, La invención de América, México, Fondo de Cultura Económica, 1958.

4  Marcel bataillon et Edmundo O’Gorman, Dos concepciones de la tarea histórica: con motivo de la idea de descubrimiento de América, México City, Imprenta Universitaria, 1955 ; Wilcomb E. Washburn, « The meaning of « Discovery » in the Fifteenth and Sixtheenth Centuries » in The American Historical Review, vol. LXVIII, n°1, oct. 1962, p. 1-21. Les développements de Michel de Certeau sur les écrits de Jean de Léry constituent une autre piste d’analyse de l’ « écriture conquérante » associée à l’expansion européenne, plus portée sur la question de l’altérité et dans laquelle se sont engouffrés les « post-colonial studies » depuis. Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 215-248.

5  Les travaux d’O’Gorman ouvrent aussi l’étude de Peter Burke sur les conséquences historiographiques de la découverte de l’Amérique. « America and the Rewriting of World History » in K.O. Kupperman(éd.), America in European Consciousness 1493-1750, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1995, p. 33-51.

6  G. Sypher, « La Popelinière’s Histoire de France: A case of Historical objectivity and religious Censorship », Journal of the History of Ideas, 1963, n°24, p. 41-54;G. Huppert, L’Idée d’histoire parfaite, Paris, Flammarion, 1973, p. 141-156 ; e. hassinger, Emperisch-rationaler Historismus, Berne, Francke Verlag, 1981.

7  La Popelinière, L’Amiral de France et par occasion de celuy des autres nations, tant vieilles que nouvelles, Paris, T. Périer, 1584, p. 92 r.

8  La Popelinière, Vraye et entière histoire de ces derniers troubles, advenus tant en France qu’en Flandres et pays circonvoisins, comprise en dix livres, Cologne, A. Birckmann, 1571.

9  L’histoire de France, enrichie des plus notables occurances survenues ez provinces de l’Europe et pays voisins…depuis l’an 1550 jusques à ce temps, La Rochelle, Abraham H., 1581.

10  Sur la controverse provoquée par la publication de son ouvrage voir J. F. Gilmont, « Les premières éditions des ouvrages historiques de La Place et la Popelinière », in Le livre et la Réforme, Bordeaux, Soc. Des Bibliophiles de Guyenne, 1987, p. 119-152.

11 La Popelinière, L’histoire des histoires, avec l’idée de l’histoire accomplie. Plus le dessein de l’histoire nouvelle des François, Paris, P. Mettayer, 1599. Republié en 2 volumes à Paris chez Fayard en 1989 (les références renvoient à cette dernière édition).

12  La Popelinière, Les Trois Mondes, Paris, P. L’Huillier, 1582. Nouvelle édition, introduite et annotée par Anne-Marie Beaulieu (éd.), Les Trois Mondes, Genève, Droz, 1997, p. 69. Les références renvoient à cette dernière édition.

13  Ibid. p. 152.

14  Sur ce voyage, voir charles de la ronciere, « Les Routes de l’Inde », Revue des questions historiques, Paris, n LXXVI, 1904, p. 158. L’historien de la marine française évoque ainsi le mal de mer comme cause de l’échec de ce voyage. Voir aussi jean arnaud bruneau, Histoire véritable de certains voyages perilleux, Niort, Thomas Portau, 1599, p. 187 – qui reste la seule trace écrite de ce voyage.

15  j.j. scaliger, Epistres françoises des personnages illustres, Amsterdam, De Reves, 1624, II, 70, p. 303-307.

16  Ibid.

17  Ibid.

18  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 400.

19  C’est aussi là le sens de l’éloge qu’il fait de l’imprimerie, « invention de vous faire cognoistre & à tous Peuple en un clin d’oeil, toute les plus belles conceptions du Monde », La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 2, p. 16.

20  La Popelinière, Les Trois Mondes, p.401-402.

21  Ibid., p. 87.

22  La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 2, p. 19.

23  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 408.

24  Ibid.67.

25  Alors qu’il recopie le texte d’Osorio pour faire le récit de la navigation de Magellan, il modifie « pour voir si n’estoyent point quelques passages » par « afin d’y descouvrir et remarquer quelques passages ». La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 392 et 449, note p. 400.

26  La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 2, p. 19.

27  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 147.

28  Ibid., p. 152.

29  Ibid., p. 148.

30  La Popelinière, L’Histoire des Histoires, t. 1, p. 49.

31  Ibid., p. 128-129.

32 La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 127.

33  Ibid.,p. 134.

34  Ibid., p. 129.

35  La Popelinière, L’Histoire des Histoires t. 2, p. 13.

36  La Popelinière, Les Trois mondes, p. 13-14.

37  Ibib.,p. 7.

38  Pour une définition des « régimes d’historicité », voir f. hartog, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

39  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 128.

40  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 414.

41  Ibid., p. 78.

42  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 140.

43  La question avait en effet passionné tous les chroniqueurs ibériques. Sur ces questions, voir, entre autres, f. hartog, Anciens, Modernes, Sauvages, Paris, Galaades, 2005.

44  Ibid., p. 132.

45  Ibid., p. 140.

46  Et les Grecs ne font pas exception puisque c’est aussi le défaut des Arabes, des Perses ou encore des Romains, lesquels « ne voyagerent gueres, ou leurs historiographes sont fort à blasmer de nous avoir teu leurs exploits ». Ibid., p. 144.

47 Ibid., p. 76.

48 Ibid., p. 279.

49 Ibid., p. 123.

50 Ibid., p. 279.

51 Ibid., p. 279.

52 Ibid., p. 280.

53 Ibid., p. 281.

54  Ibid., p. 280.

55  Ibid., p. 380. Il n’est pas inintéressant de remarquer combien cet argument a pu peser par la suite. Charles de la Roncière, le grand historien de la marine français du début du xxe siècle ne dit pas autre chose quand il avance : « Mais la difficulté pour nos marins de consigner sur une carte le fruit de leur navigation, bien qu’ils sachent parfaitement se diriger au large, les mettra dans un état d’infériorité manifeste vis-à-vis des navigateurs espagnols et portugais et les empêchera de revendiquer plus d’une découverte. » Un inventaire de bord en 1294 et les origines de la navigation hauturière, extrait de La bibliothèque de l’école des Chartres, n° 58, Paris,1897.

56  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 380.

57  Ibid.

58  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 254.

59  Ibid., p. 76.

60  Les hommages rendus aux ibériques sont aussi nombreux qu’ambivalents. « Les Portugais & Espagnols lesquels d’une fort louable curiosité, bien qu’obscurcie par un vil desir de practiquer autre chose que la vertue ont voulu retracer ou à leur dire devancer les pas de tous les anciens à la descouverte de nouveaux mondes. Car je leur voudrois en cela donner plus d’honneur que à toutes autres nations. » Ibid. p. 124. Sur les sources de La Popelinière, voir anne-marie Beaulieu (éd.), op. cit., p. 33-41.

61  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 280.

62  « peupler tant de pays, qui ne sont encore cognuz ny mesme descouvers que de prime veuü & trop generale descouverte », La Popelinière, Amiral de France, p. 91 r.

63  Ibid., p. 77. Cet argument sur la taille du monde constituera par la suite une clef de la rhétorique de l’Europe du Nord en quête d’un droit à l’empire d’outre-mer.

64 Ibid., p. 417.

65 Ibid., p. 147.

66 Ibid., p. 412.

67 r. hakluyt, A Discourse concerning Western Planting written in the year 1584, Cambridge, John Wilson, 1877 [1584], p. 125.

68 e. g. r. Taylor (éd.), The Original Writings of the two Richard Hakluyts, Londres, Hakluyt Society, 1935, t. 2, p. 465.

69  Voir r. hakluyt, op. cit., p. 241, 295 et 398 ; et Principal navigations voyages & Discoveries of the English Nation, Galsgow, MacLehose, 1903 [1584], vol. I, p. xix.

70 r. hakluyt, A Discourse concerning Western Planting, p. 118.

71  Ibid., p. 125.

72  En réalité, ce passage se trouve au chapitre 12 et non au chapitre11. fernandcolón, Historia del Almirante Don Cristobal Colón, Barcelone, Linkgua,2008, p. 50.

73 r. hakluyt, A Discourse concerning Western Planting, p. 127.

74  Ibid., p. 118-119.

75 h. grotius, Origine Gentium Americanarum, s.l., 1642.

76  Abraham van der mijl, Lingua Belgica, Leiden, 1612,p. 106.

77  Guillaume Postel, De originibus seu de Varia et potissimum orbi latino ad hanc diem incognita, aut inconsyderata historia, quum totius Orientis, tum maxime Tartarorum, Persarum, Turcarum, et omnium Abrahami et Noachi alumnorum origines, Bâle, J. Oporinum, 1553 ; Cosmographicae disciplinae compendium, Bâle, J. Oporinum, 1561.

78 ggarcía, Origenes de los Indios del Nuevo mundo, Valencia, P. Mey, 1607.

79  Cité par M. Bataillon, « L’idée de découverte de l’Amérique chez les Espagnols du xvie siècle (d’après un livre récent) » in Bulletin hispanique, t. LV, 1953, p. 38.

80  La Popelinière, Les Trois Mondes, p. 280.

81  Anthony Payne entrevoit le droit du premier comme principe organisateur de la collection d’Hakluyt mais ne va pas jusqu’au bout. Voir « « Strange, remote, and farre distant coutreys »: the travel books of Richard Hakluyt », inRobin myers and Michael harris (éd.), Journeys through the market. Travel, Travellers and the Book Trade, New Castle, Oak Knoll Press, 1999, p. 18.

82  g.b. ramusio, Delle Navigationi e Vaggi, Venise, Giunti, 1550.

83 s. purchas, Purchas his pilgrimage, or, Relations of the world and the religions observed in all ages and places discovered, Londres, William Stansby for henrie Fetherstone, 1626.

84 i. commelin, Begin ende voortgangh van de Vereenighde Nederlatsche Geoctroyeerde Oost-Indische Compagnie, Amsterdam, Jan Jansz., 1645.

85  François valentijn, Oud en Nieuw Oost-Indiën, vervattende een naaukeurige en uitvoerige verhandelinge van Nederlands mogentheyd, Amsterdam, J. van Braam, 1724-1726.

86  marc lescarbot, Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, découvertes, et habitations faites par les Français és Indes Occidentales et Nouvelle-France souz l’aveu et authorité de nos Roys Tres-Chrétien, Paris, J. Millot, 1609. Dédicace au Roi très chrétien, Louis XIII.

87  « Ce qui sert à rabatre d’autant la vanité des Portugais & Castillans, qui se vantent d’estre les premiers descouvreurs & conquesteurs de nouvelles terres, depuis pres de 200 ans ou environ : veu que nos François les ont precedé en cela, & leur ont rompu la glace & monstré le chemin qu’ils ont fort bien suivy, & leur a plus heureusement & utilement reüssi qu’à nous, pour y avoir apporté plus d’ordre, de patience, de resolution, & autres qualitez, dont avec raison ils s’avantagent sur nous. » pbergeron, Traicté de la navigation et des voyages de descouverte et conqueste moderne, Paris, Jean de Heuqueville, 1629, p. 30.

88 Ibid., p. 35.

89 w. lodewijcksz, D’eerste boek. Historie van Indien waer inne verhaelt is de avontueren die de Hollantsche schepen bejegent zijn, Amsterdam, Michel Colijn, 1598, et j. c. van neck, Het tweede boeck, journal oft dagh-register, inhoudende een warachtich verhael ende historiche vertellinghe vande reyse, Amsterdam, Cornelis Claeszoon, 1601.

90  Véritablement oubliée ? Tout porte à croire que la tradition d’une écriture nationale de l’histoire en matière d’histoire coloniale est l’héritière directe de cette prérogative revendicatrice de l’époque moderne. Pensons à la Hakluyt Society en Angleterre ou à la Linschoten Vereeninging aux Pays-Bas destinées à publier et republier les récits de voyage nationaux.

91  j. de laet, Histoire du Nouveau Monde ou Description des Indes Occidentales, Leiden, B. & A. Elzeviers, 1640. « Popilliniere des trois Mondes » fait partie de la liste des « livres imprimés dont nous nous sommes servis », n. p.

92 j.f. jameson, Narratives of new Netherland, New York, 1909. p. 312-313.

93 h.c.v. leibbrandt, Precis of the archives of the Cape of Good Hope : Letters despached from the Cape 1652-1662, III, Le Cap, W. A. Richards, 1897, I, p. 35.

94  la popeliniere, Les Trois Mondes, p. 410.

95 Ibid., p. 358.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Delmas, « L’écriture de l’histoire et la compétition européenne outre-mer au tournant du xviie siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3632 ; DOI : 10.4000/acrh.3632

Haut de page

Auteur

Adrien Delmas

Adrien Delmas est docteur de l’école des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Ses recherches portent sur les rapports entre culture écrite et expansion européenne à l’époque moderne et se concentrent essentiellement sur la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales (1602-1795) et la Colonie du Cap de Bonne-Espérance fondée en 1652. Récemment, il a publié Written Culture in a Colonial Context, Africa and the Americas, 1500-1900, aux Presses Universitaires de l’Université de Cape Town.
adrien_delmas [arobase] hotmail [point] com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org