Navigation – Plan du site
L'histoire de l'histoire

Du héros poétique au grand homme historique ?

Eléments pour une généalogie de la biographie historique en france : 1640–1760
Nikolaos Kokkomelis

Résumés

Partant du roman héroïque français du xviie siècle et appuyé sur des outils méthodologiques tirés de l’historiographie, des théories de l’histoire et de la littérature, sans négliger la philosophie des Lumières, cet article de Nicolac Kokkomelis cherche à définir quelques aspects du contenu, de la morphologie et de la charge conceptuelle qui contribuèrent à la formation du genre de la biographie historique lors du xviiie siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la division biographique

  • 1  Daniel Madelénat, La Biographie, Paris, PUF, 1984, p. 24.

1Inscrire une étude sur le genre de la biographie historique sous la rubrique historienne, ou même encore historiographique, pose d’emblée une série d’obstacles dus, principalement, à une série de spécificités propres à la composition biographique : « la biographie supporte l’adjonction d’éléments annexes ou hétérogènes ; elle s’hybride avec d’autres types de récit, verbal ou iconique »1. C’est avec ces termes que Daniel Madelénat reformule le topos selon lequel la tension repérée, depuis l’antiquité déjà, entre la volonté déclarée de vérité et un récit qui passe inévitablement par la fiction, piège la biographie dans un entrelacs entre réalité historique et fiction. En réalité, c’est à cause de (ou grâce à) ce pluralisme structural, qui lui permet de suivre les règles de la composition historique et jouir, en même temps, de la liberté de la composition d’une oeuvre littéraire en prose, que la biographie manque un statut de genre défini et autarcique.Il en résulte un genre hybride, dont la plasticité générique sape la légitimité et les pouvoirs analytiques.

  • 2  Walter Benjamin, « Sur le concept de l’histoire », in Écrits français, Paris, Gallimard, 1991, p.  (...)
  • 3  Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », in Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, p. 81.

2Digne, ainsi, des façons de faire les plus contradictoires, le genre biographique balance sur une échelle axiologique qui part du mépris total et arrive jusqu’à l’apothéose. Pour Walter Benjamin, par exemple, l’historien, et par conséquent le biographe, « doit faire voir comment la vie entière d’un individu tient dans une de ses oeuvres, un de ses faits [et] comment dans cette vie tient une époque entière »2. De son côté, opposé à ce potentiel de toute-puissance interprétative, Pierre Bourdieu stigmatisait l’« illusion biographique » et soulignait que « parler d’histoire de vie, c’est présupposer au moins, et ce n’est pas rien, que la vie est une histoire »3. Ces deux prises de position extrêmes donnent une bonne idée de l’ampleur du questionnement auquel la biographie est soumise et éclaircissent, au moins en partie, les enjeux autour desquels se construit le débat actuel.

  • 4  Il s’agit d’un projet de recherche en cours. Par le terme de « biographie historique », nous ne re (...)

3Pourtant, si des élaborations théoriques et méthodologiques donnent lieu à des travaux contemporains novateurs – qu’il s’agisse de biographies propres ou d’études théoriques –, les choses s’obscurcissent bien vite à l’heure de transposer leur champ d’application aux conditions matérielles et socio-intellectuelles des xviie et xviiie siècles. En effet, la distance chronologique et la conceptualisation décalée de notions fondamentales, telles qu’« histoire » ou « genre », dessinent un cadre mental profondément différent et imposent un raffinement d’autant plus élaboré de nos moyens analytiques. à partir de ces quelques remarques, le présent article aborde une série de textes biographiques, publiés entre 1640 et 1760, qui racontent les exploits de Philippe de Macédoine, d’Épaminondas de Thèbes et de Scipion l’Africain, avec pour objectif de proposer quelques éléments d’une généalogie de la biographie historique4.

Histoire et roman au xviie siècle 

  • 5  Poétique, 9, 1451 b 3- 11.
  • 6  De l’orateur, 2, 62 Sur les relations entre histoire et poésie au xviie siècle, voir aussi Béatric (...)
  • 7  De l’orateur, 2, 56.

4Une première question surgit spontanément : que signifiait « écrire l’histoire » au xviie siècle ? Et plus précisément, en quoi correspondait la « pratique historienne » ? Les modalités de l’écriture historique de l’époque étant inextricablement liées à une articulation cyclique et didactique des temps passés et présents, le champ historique se définissait par ses affinités avec les traditions de la poétique et de la rhétorique antiques. D’abord Aristote qui, dans sa fameuse définition de la Poétique, juxtaposait histoire et poésie5. Pour le Stagirite, alors que la première a pour objet le particulier et consiste à rapporter tous les événements qui se sont produits pendant une période donnée, la deuxième a pour objet le général et traite d’une seule action. Par extension raisonnée, l’histoire traite du vrai et la poésie du vraisemblable – justement parce que son objet est le possible, « ce qui pourrait arriver ». D’un autre côté, la distinction cicéronienne repose quant à elle sur la question du style à adopter. Pour Cicéron un orateur doit connaître l’histoire, et tirer profit de ses qualités instructives, mais son style ne peut pas être celui d’un historien6. Mais la réciproque n’est pas vraie car plaidant pour une histoire ornée, historia ornata, Cicéron considère que, comme il n’y a pas un style propre à l’écriture historique, l’historien doit adopter ces traits persuasifs rhétoriques qui lui permettront de séduire le lecteur – Thucydide ayant donné l’exemple7.

  • 8  Père Rapin, Instructions pour l’histoire, Paris, S. Mabre – Cramoisy, 1677, p. 105.
  • 9  Traité des Lois, I, 2, 5.
  • 10  Voir, François de La Mothe le Vayer, Du peu de certitude qu’il y a dans l’histoire, Paris, L. Bill (...)

5Cette sujétion de l’histoire aux règles de la rhétorique, et plus précisément au style épidictique, a été lourde de conséquences car, depuis, l’écriture de l’histoire fut conçue comme une écriture artistique, vouée plutôt à « dire beau » qu’à « dire vrai » : « on donne à l’historien sa matière par les mémoires qu’on lui fournit ; mais c’est à lui à l’arranger, et pour le faire comme il faut, il ne doit pas tant penser à ce qu’il dit qu’à la manière de le dire ; car en ceci, comme dans les autres parties de l’éloquence, la manière fait tout »8. Une telle conception cicéronienne de l’histoire comme « opus oratorium maxime »9 orientait les historiens du xviie siècle, tels les pères jésuites Le Moyne et Rapin, aussi bien dans leurs recherches théoriques que dans leur combat contre le pyrrhonisme historique et le libertinage érudit d’un La Mothe Le Vayer10.

6Si un tel débat renvoie à la Querelle des Anciens et des Modernes, il est clair que dans le domaine de la littérature, la naissance d’une nouvelle forme d’expression en prose – le roman – consacrait déjà la victoire des modernes. Figures emblématiques du genre, Georges et Madeleine de Scudéry ont codifié le canon romanesque des années 1640-1660, ou roman héroïque, dans la préface de leur roman Ibrahim ou l’Illustre Bassa (en 4 volumes, publié en 1642). Selon eux, une oeuvre romanesque doit suivre l’unité d’action et de lieu, l’unité de temps, la composition in medias res, la multiplicité des intrigues (adroitement subordonnées à l’intrigue principale), l’accord de la vraisemblance romanesque et de la vérité historique (qui sert de toile de fond) et rapporter des aventures exotiques. Conformément aux convictions de l’époque pourtant, le roman était un poème ; ou plutôt une épopée en prose. Cette comparaison du roman avec le poème épique, déjà présente dans la traduction des Ethiopiques de Jacques Amyot (qui fut aussi le premier traducteur de Plutarque en français) perdurait puisque tous les théoriciens du xviie siècle s’accordaient à le faire, de Boisrobert jusqu’à Boileau en 1700. Est-il alors besoin de rappeler que, dans leur totalité, ces élaborations reprennent la tradition de la Poétique aristotélicienne presque à la lettre ?

  • 11  Nous nous inspirons ici de l’analyse de Reinhart Koseleck proposée dans Le futur passé : contribut (...)
  • 12  Pierre Ortigue de Vaumorière, Le Grand Scipion, 4 vols. Paris, A. Courbé, 1656-1662.
  • 13  Alexandre De Bury, Histoire de Philippe et d'Alexandre le Grand, rois de Macédoine, Paris, 1760.

7En poussant ce schéma un peu plus loin, l’hypothèse selon laquelle l’avènement du genre de la biographie historique moderne s’inscrit au sein d’une évolution générique, conçue au terme de la séparation progressive entre le discours historique et le discours littéraire, n’a plus rien d’arbitraire. L’opposition entre res fictae et res fαctae11, s’avère applicable à la généalogie proposée, qui veut que la biographie historique trouve une partie de ses racines morphologiques dans le roman des années 1640-1660. Or, le Grand Scipion (1656-1662), roman de Pierre Ortigue de Vaumorière, lui-même grand admirateur des Scudéry12, figure comme le point de départ d’un schéma qui ne se veut pas clos mais qui incorpore des textes à première vue inconciliables : le roman héroïque, la nouvelle, l’historiographie de la cour, les vies philosophiques et les biographies historiques forment de ce point de vue un ensemble générique, dont le ravitaillement – intra et extratextuel – des composantes justifie le rapprochement dans une même tradition du Grand Scipion de Vaumorière et du dernier, en termes chronologiques, texte de ce corpus, l’Histoire de Philippe et d’Alexandre le Grand de Macédoine de Richard de Bury (1760)13.

Roman - Historiographie de la Cour - Biographie historique

  • 14  Jean Puget de la Serre, Le portrait de Scipion l’Africain ou l’image de la gloire et de la vertu r (...)

8Cette proposition se nourrit de l’idée selon laquelle, la conceptualisation de l’histoire avait pour les auteurs du xviie et pour les historiens du xviiiesiècle, la même finalité que la philosophie morale et la poésie : celle de former les moeurs. Le cas de Jean Puget de la Serre est significatif. écrivain et dramaturge, Puget a composé plus de cent ouvrages qui lui ont valu le titre d’historiographe de France. Il est également l’auteur de quelques pièces de théâtre et éditeur scientifique d’une édition des Vies de Plutarque. Dans les ouvrages historiques qu’il a consacrés à Scipion, Le Portrait (1641) et Le Parfait romain (1651)14, il élabore un recueil d’exemples de morale, faisant des grands hommes de l’antiquité des ancêtres porteurs de vertus glorieuses. à la différence de Vaumorière toutefois, ses compositions s’inscrivent dans un cadre intellectuel dominé par des considérations fondamentalement politiques. En réalité, ses héros de l’antiquité ne visent qu’à animer la gloire des souverains, en leur procurant des modèles politiques et militaires.

  • 15  Institution oratoire, 10, 31.

9En perpétuant une tradition nourrie par les exemples royaux, Puget aborde l’épopée par une voie différente de celle empruntée par Vaumorière. Pour en suivre la trace, nous devons remonter, là encore, à l’antiquité, car l’élaboration philosophique du noyau de ce questionnement, du croisement de l’histoire avec la poésie, trouve son socle, au-delà d’Aristote, dans Quintilien. Pour ce dernier le genre poétique ne vise que le plaisir, d’où le recours nécessaire à la métrique ; le point crucial de cette analyse est pourtant le fait que l’histoire se révèle proche de la poésie : « très proche des poètes (proxima poetis), elle est en quelque sorte un poème en prose et elle est écrite pour raconter, non pour prouver et de plus, la totalité de l’œuvre est composée non pour accomplir une chose ou pour un combat immédiat, mais pour la mémoire de la postérité »15.

  • 16  Alain-Claude De Mestre, Annibal et Scipion, ou les Grands capitaines avec les ordres et plans de b (...)
  • 17  Abbé Seran de la Tour, Histoire de Scipion l'Africain, pour servir de suite aux hommes illustres d (...)

10Les ouvrages de Puget de la Serre s’alignent sur ces propos. Les parallèles qu’il dresse entre les souverains français modernes, Louis xiiiet Louis xiv, et Scipion ne relèvent pas du romanesque ou du fictif : désormais, nous nous trouvons dans le champ proprement historique, dont la caractéristique principale est la primauté attribuée à la causalité factuelle. Cependant, nous l’avons vu, une affinité survit au niveau de la rhétorique des deux genres d’écriture. En effet, dans l’historiographie royale du xviie siècle, la fonction poétique reste interchangeable avec la fonction historique tant pour Jean Puget de La Serre ou Scipion Dupleix que pour Racine ou Boileau. Il ne s’agissait donc que de perpétuer la mémoire du roi illustre contre le temps et l’oubli. C’est face à l’affaiblissement de ce culte au cours du xviiie siècle que l’histoire-biographie gagnera sa place. Les ouvrages d’Alain de Mestre16, de l’abbé Seran de la Tour17 et de Richard de Bury sont des exemples parlants de l’évolution qui a conduit à l’ « avènement » du régime moderne d’historicité.

11Pour en revenir à la généalogie, deux éléments permettent de placer les ouvrages de Vaumorière et de Bury dans la continuité l’un de l’autre : premièrement, la prise en compte, tant par le romancierque par l’historien, de la satisfaction des désirs du public – ce qu’on pourrait appeler « la quête du plaisir » – et, deuxièmement, leur conception commune du passé historique, de l’articulation temporelle et, donc, de la manière dont ce passé doit s’inscrire dans leurs travaux. En ce qui concerne le premier point, c’est un lieu commun de dire que la poétique romanesque du xviie siècle était marquée par la synthèse de l’héritage aristotélicien, qui offrait une théorie de l’imitation, et d’une conception organique du poème hérité de la tradition horatienne, qui imposait le mélange du plaisant et de l’utile – la fameuse balance entre placere et docere. Conçus et construits sous ces termes techniques et moraux, les préfaces des romans n’ont pas cessé de reproduire des louanges pour l’utilité morale de la lecture pendant tout le siècle.

  • 18  Jean De Pelisseri, Laodice, Paris, C. de Sercy, 1660, « Au lecteur », n. p.

12L’approche de Jean de Pelisseri, auteur d’une Éducation de Philippe sous la discipline d’Epaminondas et d’une Histoire royale de Philippe, roy de Macédoine (publiées ensemble en deux volumes en 1669), est particulièrement significative. Dans la préface de son roman Laodice (1660-1661), ce dernier compare le roman à une « école vivante » qui, à travers une lecture agréable, communique la vertu et « trompe innocemment ». Ainsi, en s’appuyant sur une conception instrumentaliste qui veut que le roman soit comme une scène théâtrale où défilent les grands épisodes historiques, arrive-t-il à conclure que « le Roman [est] comme un Théâtre, où l’on fait revivre pour ainsi dire, des actions particulières de quelques personnes rares, et où l’on voit comme renaistre des évènemens remarquables et fameux avec les motifs véritables qui les ont produits ». Le second pilier de son argumentation vient enrichir ultérieurement ce discours apologétique : « il n’est pas possible que cette agréable lecture ne soit accompagnée d’une grande utilité pour tous les esprits qui ont quelque élévation par dessus les autres »18.

  • 19  Richard De Bury, op. cit., « Préface », p. v-vi.
  • 20  J. H. S. Forney, Principes élémentaires des Belles-Lettres, rééd. Amsterdam, 1763, p. 9. Sur le co (...)

13Vaumorière n’a pas échappé à la règle, de Bury non plus. Ce dernier, historien, reconnaît la distance qui sépare l’histoire de l’épopée, et donc du roman héroïque. Ses préoccupations stylistiques l’obligent pourtant à revenir à un discours analogue à celui des romanciers du siècle précédent. Dans sa préface il note : « il n’en est pas de l’histoire comme du poème épique. […] L’histoire plus simple et plus naïve n’est que le récit des actions des hommes, la vérité en fait la base et pourvu qu’un auteur s’applique sincèrement à nous la présenter, nous lui savons toujours gré du soin qu’il a pris de nous en instruire […] » et un peu plus loin : « je ne connais que trop […] combien cette simple exposition des faits exige de soins, de peines, et de travaux, pour se présenter au lecteur éclairé et délicat, avec cette grâce et ces fleurs faites pour luiplaire et l’attacher »19. Pour autant, pour affiner une telle interprétation, il faut garder à l’esprit, et là nous ajoutons un critère supplémentaire, que pour les gens du xviiie siècle, la poésie, l’éloquence, ainsi que l’histoire, faisaient encore partie des Belles-Lettres, où, selon une large définition, on intégrait encore « les connoissances humaines sans exceptions, en tant qu’elles sont susceptibles d’être présentées d’une manière agréable, et embellies des ornements qui leur conviennent »20.

  • 21  Père Pierre Le Moyne, op. cit., p. 76- 77.
  • 22  Pierre Ortigue de Vaumorière, Harangues sur toutes sortes de sujets avec l’art de les composer,(...)
  • 23  Abbé Seran de la Tour, Histoire d'Épaminondas, op. cit., « Préface », p. ii.

14Par l’association de l’utile et de l’agréable, de Bury fait un pas supplémentaire quand il y introduit la fonction instructive de l’histoire, reproduisant un autre topos du discours historique de son époque, qui veut que l’histoire soit considérée comme un réservoir d’exemples moraux et politiques. Dans la même lignée, le discours historique doit être éloquent, alors que sa fonction primordiale consiste toujours à émettre des jugements sur ses objets. Là, pourtant, nous n’avons pas affaire à une innovation. Contemporain de Pierre Ortigue de Vaumorière, Le Père Le Moyne décrivait dans De l’Histoire ces fonctions didactiques et exemplaires presque dans les même termes : « L’histoire est une narration continue de choses vraies, grandes et publiques, écrite avec esprit, avec éloquence et avec jugement, pour l’instruction des particuliers et des princes, et pour le bien de la société civile »21. Celle lecture a-chronique du passé qui organise les relations entre le passé et le présent aux termes d’une analogie parfaite, marque le cadre et les limites interprétatifs de l’historia magistra vitae cicéronienne. C’est dans ce contexte que, presque une trentaine d’années après la parution du Grand Scipion, Vaumorière reproduisait cette conception de l’histoire et du temps : « [L’histoire] nous instruit d’une manière plus insinuante et plus agréable que la Morale et la Politique […] En un mot elle nous apprend en peu d’années, des expériences que plusieurs siècles ne sçauroient nous donner sans son secours »22. Richard de Bury approuverait sans doute, tout comme le ferait l’abbé Seran de la Tour, qui, en 1739, dans la préface de son Histoire d’Epaminondas, se demandait : « Sans l’Histoire les noms des héros de l’antiquité seraient ensevelis dans leurs tombeaux, mais sans ces modèles de toutes les vertus souvent aussi inimitables qu’ils sont admirables, que serait-ce que l’Histoire? »23.

15Philippe, Epaminondas et Scipion forment alors des exemples – tant pour les romanciers que pour les historiens, qui, en plus, partagent le même souci pour la satisfaction de leur public. Ces deux éléments sont-ils suffisants pour légitimer un nouveau schéma analytique des formes ? Parce que même si nous souhaitions soutenir que le Scipion d’Ortigue de Vaumorière, qui tire ses origines de Tite-Live, se place dans un entre-deux générique, en réalité, l’intrigue de son récit appartient pleinement à la fiction. En effet, au détriment des déclarations théoriques et sociales, en y développant une intrigue propre à la causalité romanesque, sa fonction demeure principalement poétique. Une historicité ambiguë en résulte, fragmentaire et divisée, articulée entre une conception immuable du temps et la théorisation générique élaborée par ses contemporains. Qu’y a-t-il alors dans le Grand Scipion qui pourrait relever de la biographie ? Pas grande chose, sans doute. L’historique restant subordonné au romanesque, le biographique se voit limité aux marges d’un discours qui balance entre la fiction et la vérité.

Entre héros et grands hommes

  • 24  Daniel Fabre, La fabrique des héros, in Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (éds.) (...)
  • 25  Philippe Amon, Texte et idéologie, PUF, Paris, 1984, p. 47.

16Un troisième paramètre permet cependant de surmonter ces difficultés : celui des nuances dont les concepts de héros et de grand homme furent l’objet pendant la période en question. Pour reprendre l’analyse de Daniel Fabre, « la notion de héros bénéficie d’un transfert de sacralité et revisite la vie des devanciers mi-hommes mi-divins de l’Antiquité »24. En effet, avec la redécouverte des héros de l’antiquité lors du Quattrocento, cette référence héroïque s’installa au cœur du discours historique et devint un ressort majeur du discours littéraire. Le personnage principal, au portrait le plus riche, à l’action la plus déterminante et à l’apparition la plus fréquente, « [relevait] à la fois de procédés structuraux internes à l’oeuvre et d’un effet de référence axiologique à des systèmes de valeurs »25. Il s’agit effectivement du personnage que l’auteur soupçonne d’assumer et d’incarner les valeurs idéologiques d’une société à un moment donné de son histoire. Ainsi, deux ressources se combinent-elles : celle de l’épopée, où tous les acteurs sont des êtres d’exception et celle des héros mythologiques, situés à mi-chemin entre les hommes et les divinités.

  • 26  Daniel Fabre, op. cit., p. 235.

17Le Héros de Baltasar Gracian, paru en 1637, a porté le modèle des vertus antiques exigées des héros du xviie siècle au plus haut degré. Avec la volonté explicite de convertir ses contemporains à l’héroïsme, l’auteur y définissait une vingtaine de vertus pour y accéder. Pour n’en citer que quelques unes : « se rendre impénétrable sur l’étendue de ses capacités » ; « ne point laisser connaître ses passions » ; « exceller dans le grand » ; « renouveler de temps en temps sa réputation », .... Il semble pourtant que ce cumul des vertus cardinales définissait un modèle hors de portée, qui plaçait la figure du héros en dehors du monde. D’autant plus qu’en même temps, et nous empruntons à nouveau à Daniel Fabre, « le champ d’incarnation de l’héros était en train de se raréfier avec la mise en place de la machinerie symbolique qu’est la monarchie absolue et sa cour »26. Nous allons y revenir.

  • 27  Oraison funèbre de Henriette- Anne d'Angleterre, duchesse d'Orléans, prononcée à Saint- Denis le 2 (...)

18Par ailleurs, le héros, terme d’origine savante, systématiquement employé jusqu’au xviie siècle, a subi un premier glissement de sens sous la Renaissance. Cette évolution est facilement repérable dans les dictionnaires de l’époque, où les lexicographes définissent le héros comme un « personnage illustre ». On prend ainsi acte d’une nouvelle conception, enracinée principalement dans le discours littéraire, où le mot « héros » devient synonyme de personnage d’un récit. Le témoignage d’un Bossuet vient corroborer cette hypothèse quand, à propos des romans de Mlle de Scudéry, il remarque que dans la lecture de l’histoire, « elle perdait insensiblement le goût des romans et de leurs fades héros »27. Nous pouvons aisément deviner que sa conclusion vaudrait également pour Pierre Ortigue de Vaumorière et son Grand Scipion.

  • 28  Oraison funèbre de très haut et très puissant prince Louis de Bourbon, prince de Condé, premier du (...)
  • 29  Oraison funèbre de Marie- Thérèze d'Autriche, édition numérique (cote BNF NUMM 87675), p. 217.

19Insistons un peu plus sur Bossuet, parce que dans le Littré on repère d’autres « définitions » du héros, qui nous font supposer que le mot fut d’abord appliqué aux genres nobles avant de l’être à la plus commune narration. Si c’est le cas, les Scipion de Vaumorière et de Puget de la Serre doivent y trouver leur place en tant qu’héritiers de la tradition poétique de l’épopée. Ce n’est pas tout néanmoins, parce que ce dernier glissement induit une évolution encore plus profonde, qui confirme le passage du héros personnage d’un récit romanesque au héros de la mythologie épique de la cour. Les mots utilisés par l’évêque de Meaux dans l’oraison funèbre de Louis de Bourbon justifient une telle hypothèse : « Ce qui fait le héros, ce qui poste la gloire du monde jusqu’au comble, valeur, magnanimité, bonté naturelle, voilà pour le coeur; vivacité, pénétration, grandeur et sublimité de génie, voilà pour l’esprit »28, et ailleurs : « ouvrez les yeux, chrétiens, et regardez ce héros dont nous pouvons dire, comme Saint Paulin disait du grand Théodose, que nous voyons en Louis, non un roi, mais un serviteur de Jésus-Christ, et un prince qui s’élève au dessus des hommes plus encore par sa foi que par sa couronne »29. Dorénavant, ce qui pouvait appartenir au champ de la distinction et de l’héroïsation reste réservé au roi seul, à Louis xiii et bien plus à Louis xiv, qui captera définitivement à son profit les composantes de l’héroïcité.

  • 30  Daniel Fabre, op. cit., p. 239- 240. Sur l’« avènement du grand homme », voir les études de Jean- (...)

20Au cours du XVIIIe siècle pourtant, la figure du héros a subi une crise et son caractère divin fut contesté, par Fontenelle d’abord, et par la philosophie des Lumières ensuite. Ainsi, le terme a-t-il retrouvé cette signification qui renvoyait à un simple personnage de récit. A ce premier glissement s’est ajouté un deuxième, qui imposait une conception de l’héroïsme non pas comme un bloc insécable de vertus, mais comme une série de qualités singulières. C’est le moment où les Lumières font place à une notion qui peu à peu se substitue à celle du héros : le « grand homme ». Les valeurs guerrières incarnées par le héros étant de plus en plus considérées comme dépassées, Voltaire introduit cette nouvelle configuration. Dans sa lettre du 15 juillet 1735 à Thiériot, il écrivait : « vous savez que chez moi les grands hommes vont les premiers et les héros les derniers. J’appelle grands hommes tous ceux qui ont excellé dans l’utile ou dans l’agréable. Les saccageurs de province ne sont que des héros ». Le constat ici est simple : « le héros des champs de bataille est nuisible à la société, alors que le grand homme lui fait le don de ses oeuvres »30.

  • 31  Abbé de Saint Pierre, Histoire d'Épaminondas, in Abbé Seran de la Tour, op. cit., « Discours sur l (...)

21C’est exactement dans cette lignée voltairienne que quelques années auparavant, en 1739, l’abbé Seran de la Tour publiait le Discours sur les différences du grand homme et de l’homme illustre, qui tient place de préface dans son Histoire d’épaminondas. Dans ce texte, attribué à l’abbé de Saint-Pierre, épaminondas apparaît en grand homme, modèle de vertu et bienfaiteur du monde antique, ce qui aboutit à la démythification du « simple » conquérant, représenté, bien entendu, par Alexandre le Grand. Le discours en question est important à un autre égard pour notre propos : pour l’abbé de Saint Pierre le grand homme « sans contestation » n’est ni un guerrier, ni un ancien; c’est Descartes, un Moderne31.

  • 32  Claude Mathieu Olivier, Histoire de Philippe, roi de Macédoine, Paris, De Bure, 1740, « Discours p (...)

22En outre, cette démolition progressive de l’unicité de l’exemplarité s’accompagnerait d’une réactualisation généralisée de la conception antique de Plutarque et de Suétone, qui revendiquaient les récits de vies pour leur caractère exemplaire en matière de vertu et de bonne moralité. Les mots de Claude Mathieu Olivier dans la préface de son Histoire de Philippe, parue en 1740, sont éloquents : « Un Prince, [Philippe] qui a mérité des pareils éloges, n’était pas sans doute un vil esclave de ses passions, qui, pour toute vertu, ne sut que mettre en jeu les vices des autres. Il n’est point de véritable gloire sans les qualités de l’âme; et les conquêtes supposent de la valeur »32.

23Récapitulons : l’héroïsation, caractéristique propre aux genres romanesques ou poétiques, s’est imposée comme la figure, le terme de référence absolu dans les compositions romanesques et l’historiographie de la cour. Pour autant, plus on s’approche, chronologiquement et génériquement de l’écriture de l’histoire du xviiie siècle, plus on s’éloigne du modèle des personnages héroïques, du fait de la modification des critères de l’héroïcité et de l’avènement du grand homme des Lumières.

Conclusion : du privé au public

  • 33  Un lecteur peu initié discernerait sans doute dans ses propos les échos d’un Varillas. Jean De Pel (...)
  • 34  Richard De Bury, op. cit., p. 191.
  • 35  Voir sup., n. 16.

24Reste une dernière question qui, elle, porte sur la nature du récit biographique : quel aspect de la vie racontée faut-il favoriser ? Le privé ou le public ? Un romancier, comme Jean de Pelisseri, n’a aucun doute quand il souligne que : « il n’y a rien à mon avis qui plaise ni qui instruise davantage que ces sortes d’Histoires, qui emportent le caractère de chaque personne, particulièrement quand l’on nous fait entrer bien avant dans le secret des mœurs et de la vie des personnes qui ont fait du bruit dans le monde »33. En privilégiant le développement du côté secret et privé de la vie de ses personnages, Pelisseri ne fait que suivre les grandes lignes d’une longue tradition romanesque, qui imposait que l’amour et ses conséquences soient placés au centre de l’action. Ce constat nous amène à la question suivante : les récits à caractère privé ne désigneraient-ils pas les héros tandis que les récits à caractère public renverraient forcement aux grands hommes ? Pour nous en convaincre, prenons un dernier exemple. Le Philippe de Richard de Bury est un souverain manifestement moderne, voire éclairé : « ce Prince [Philippe] a rendu ses Sujets heureux, [...] il les a toujours traités avec beaucoup de douceur, de justice et de l’humanité, [...] il a fait fleurir le commerce dans ces Etats, [...] il y a établi une marine jusqu’alors inconnue, qu’il a été libéral et bienfaisant, qu’il n’a été ni cruel ni tyran; on doit le regarder comme un des plus grands hommes qui ait paru dans l’Antiquité, malgré les défauts qu’il pouvait avoir et qui n’obscurcirent jamais les belles qualités qu’il possédait »34. Ce portrait élimine tout aspect privé ou psychologique du cadre. Conçu dans les termes du grand homme bienfaiteur, ce Philippe reflète les aspirations et les modèles de la monarchie éclairée naissante, d’autant plus que l’auteur l’a souligné : « il n’est pas de l’histoire comme du poème épique »35. Pour Ortigue de Vaumorière et Jean de Pelisseri par contre, l’héroïcité est transcendante et se retrouve cachée dans les vies privées de leurs personnages, lesquelles font partie intégrante d’une épopée moderne en prose.

Haut de page

Notes

1  Daniel Madelénat, La Biographie, Paris, PUF, 1984, p. 24.

2  Walter Benjamin, « Sur le concept de l’histoire », in Écrits français, Paris, Gallimard, 1991, p. 347.

3  Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », in Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, p. 81.

4  Il s’agit d’un projet de recherche en cours. Par le terme de « biographie historique », nous ne reproduisons pas la distinction moderne des genres ; nous y incluons plutôt une pratique d’écriture historique, politique et morale qui consiste à recomposer la « Vie » ou l’« Histoire » d’un personnage illustre de l’antiquité par, dans notre cas, un auteur des xviie ou xviiie siècles.

5  Poétique, 9, 1451 b 3- 11.

6  De l’orateur, 2, 62 Sur les relations entre histoire et poésie au xviie siècle, voir aussi Béatrice Guion, Du bon usage de l’histoire : histoire morale et politique à l’âge classique, Paris, H. Champion, 2008, p. 79- 82.

7  De l’orateur, 2, 56.

8  Père Rapin, Instructions pour l’histoire, Paris, S. Mabre – Cramoisy, 1677, p. 105.

9  Traité des Lois, I, 2, 5.

10  Voir, François de La Mothe le Vayer, Du peu de certitude qu’il y a dans l’histoire, Paris, L. Billaine, 1668 ; Père Pierre le Moyne, De l’Histoire, Paris, A. Billaine, 1670 ; père René Rapin, Instructions pour l’histoire, Paris, S  Mabre- Cramoisy, 1677. Sur la conception de l’histoire des pères Le Moyne et Rapin, voir Gérard Ferreyrolles, « Les Jésuites et la poétique de l’histoire », La Spiritualité/L’Epistolaire/Le Merveilleux au Grand Siècle, actes du 33e congrès annuel de la North American Society for Seventeenth- Century French Literature, Arizona State University (mai 2001), D. Wetsel et F. Canovas ed., Tübingen : Gunter Narr Verlag, coll. « Biblio 17 », 2003, p. 61-79.

11  Nous nous inspirons ici de l’analyse de Reinhart Koseleck proposée dans Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990, p. 45 sq.

12  Pierre Ortigue de Vaumorière, Le Grand Scipion, 4 vols. Paris, A. Courbé, 1656-1662.

13  Alexandre De Bury, Histoire de Philippe et d'Alexandre le Grand, rois de Macédoine, Paris, 1760.

14  Jean Puget de la Serre, Le portrait de Scipion l’Africain ou l’image de la gloire et de la vertu représentée au naturel dans celle de monseigneur le cardinal duc de Richelieu, Bordeaux, G. Millanges, 1641 ; Scipion ou le parfait romain, Paris, 1651.

15  Institution oratoire, 10, 31.

16  Alain-Claude De Mestre, Annibal et Scipion, ou les Grands capitaines avec les ordres et plans de batailles et les annotations, discours et remarques politiques et militaires de Mr le Cte G. L. de Nassau, etc., auxquelles on a adjousté un autre traité de remarques politiques, La Haye, J. et D. Steucker, 1675.

17  Abbé Seran de la Tour, Histoire de Scipion l'Africain, pour servir de suite aux hommes illustres de Plutarque. Avec les observations de M. le chevalier de Folard sur la bataille de Zama, Paris, Didot, 1738 ; Histoire d'Épaminondas pour servir de suite aux hommes illustres de Plutarque, avec des remarques de M. le Chevalier de Folard sur les principales batailles d'Épaminondas, Paris, Didot, 1739 ; Histoire de Philippe pour servir de suite aux hommes illustres de Plutarque, Paris, Briasson, 1740.

18  Jean De Pelisseri, Laodice, Paris, C. de Sercy, 1660, « Au lecteur », n. p.

19  Richard De Bury, op. cit., « Préface », p. v-vi.

20  J. H. S. Forney, Principes élémentaires des Belles-Lettres, rééd. Amsterdam, 1763, p. 9. Sur le contenu et l’évolution du terme « Belles-Lettres », voir Philippe Caron, Des belles lettres à la littérature : une archéologie des signes du savoir profane en langue française, 1680-1760, Louvain, Paris, Peeters, 1992.

21  Père Pierre Le Moyne, op. cit., p. 76- 77.

22  Pierre Ortigue de Vaumorière, Harangues sur toutes sortes de sujets avec l’art de les composer, dédiées à feu Monseigneur le Chancelier Boucherat, troisième édition augmentée depuis la mort de l’auteur d’une Dissertation sur les Oraisons funèbres par M. l’abbé de Jarry et d’un grand nombre de nouvelles Harangues, Paris, M. Guignard et C. Robustel 1713, p. 11.

23  Abbé Seran de la Tour, Histoire d'Épaminondas, op. cit., « Préface », p. ii.

24  Daniel Fabre, La fabrique des héros, in Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (éds.), Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1999, « Pour mémoire : du prince au roi », p. 234- 239.

25  Philippe Amon, Texte et idéologie, PUF, Paris, 1984, p. 47.

26  Daniel Fabre, op. cit., p. 235.

27  Oraison funèbre de Henriette- Anne d'Angleterre, duchesse d'Orléans, prononcée à Saint- Denis le 21 jour d'août, 1670, édition numérique (cote BNF : NUMM- 87672), p. 658- 659.

28  Oraison funèbre de très haut et très puissant prince Louis de Bourbon, prince de Condé, premier du sang : prononcée dans l'église de Nostre- Dame de Paris le 10e jour de mars 1687, édition numérique (cote BNF : NUMM- 87674), p. 425.

29  Oraison funèbre de Marie- Thérèze d'Autriche, édition numérique (cote BNF NUMM 87675), p. 217.

30  Daniel Fabre, op. cit., p. 239- 240. Sur l’« avènement du grand homme », voir les études de Jean- Claude Bonnet, La naissance du Panthéon, Paris, Fayard, 1998, et d’Annie Jourdan, Les monuments de la Révolution (1770- 1804), Paris, Champion, 1997.

31  Abbé de Saint Pierre, Histoire d'Épaminondas, in Abbé Seran de la Tour, op. cit., « Discours sur les différences du grand homme et de l’homme illustre », p. xix-lxiii.

32  Claude Mathieu Olivier, Histoire de Philippe, roi de Macédoine, Paris, De Bure, 1740, « Discours préliminaire », p. lvi.

33  Un lecteur peu initié discernerait sans doute dans ses propos les échos d’un Varillas. Jean De Pelisseri, Histoire royale de Philippe, roy de Macédoine, tirée exactement des plus rares thrésors de l'antiquité ; dernière partie, Toulouse, R. Bosc, 1669, « Au curieux de l’histoire », n. p.

34  Richard De Bury, op. cit., p. 191.

35  Voir sup., n. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nikolaos Kokkomelis, « Du héros poétique au grand homme historique ? », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3644 ; DOI : 10.4000/acrh.3644

Haut de page

Auteur

Nikolaos Kokkomelis

Nikolaos Kokkomelis est né à Athènes, Grèce. Depuis novembre 2005 il est Doctorant à L’ÉHESS : CRH – Centre Louis Gernet, et prépare sa thèse, intitulée « Perpétuer le souvenir du grand homme gréco-romain : Transformations de l’écriture biographique en France et en Angleterre: 1650-1770 »,à l’ÉHESS sous la direction de François Hartog.
Nicolas.Kokkomelis [arobase] ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org