Navigation – Plan du site
L'histoire de l'histoire

Quelle place pour l’historien dans le statut multiple des intellectuels latino-américains au début du xxe siècle ? étude d’un cas

María Laura Reali

Résumés

Notre travail porte sur le croisement entre une œuvre d’historien et son contexte de production à partir de l’étude du cas de Luis Alberto de Herrera (1873-1959), écrivain, historien et homme politique uruguayen. Comme tant d’autres hommes publics à la même époque, cet auteur a associé réflexion rétrospective et diagnostics sur l’actualité de son pays, portant aussi son regard sur des espaces géographiques plus vastes. De plus, il a déployé une intense activité dans la sphère publique. Ainsi, sa démarche intellectuelle et ses propositions dans le champ politique se sont recoupées à plusieurs reprises sans pour autant que l’un de ces domaines n’ait été entièrement tributaire de l’autre. Notre approche se propose de mettre en évidence non seulement les rapports entre ces deux niveaux, mais aussi leurs espaces d’autonomie possible, leurs écarts, tensions et conflits. Le cas d’Herrera est examiné dans le cadre d’une interrogation plus générale sur les conditions d’exercice de l’activité intellectuelle à son époque.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail reprend certains aspects de notre thèse doctorale « Représentations du passé et discours politiques en Uruguay dans la première moitié du xxe siècle », élaborée sous la direction de François Hartog et soutenue en juin 2005 à l’EHESS. À partir de l’analyse des réseaux épistolaires que Luis A. de Herrera a établis avec d’autres auteurs du Cône Sud de l’Amérique latine, nous nous intéressons aux pratiques culturelles, aux constructions identitaires, à l’élaboration de récits sur le passé dans la région du Rio de la Plata. Une intention toute particulière est aussi accordée aux rapports que les auteurs latino-américains entretiennent avec les modèles européens. Je remercie Nadia Tahir pour ses remarques et sa lecture attentive qui ont contribuées à améliorer ce travail.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Cette formation politique créée dans les dernières décennies du xixe siècle a recueilli de manière (...)
  • 2  La région du Rio de la Plata est un espace géopolitique, économique et culturel formé par les terr (...)
  • 3  Le « revisionismo histórico rioplatense » est un mouvement historiographique qui a proposé une int (...)

1Écrivain, historien et homme politique uruguayen, Luis Alberto de Herrera a vécu entre 1873 et 1959. À partir des années 1920, il a occupé la présidence du parti Nacional1 pendant de longues périodes. Il a été le leader de l’herrerismo, fraction souvent majoritaire de cette formation politique qui a généralement constitué l’aile conservatrice du parti. Il a occupé diverses positions dans la sphère publique : député en 1905 et 1914, président du Conseil national d’administration (organisme du pouvoir exécutif collectif uruguayen) dans les années 1920, sénateur pour deux mandats successifs dans les années trente. Il s’est aussi présenté comme candidat à la présidence de la République à plusieurs reprises. Dans le champ historiographique, Herrera a fait partie des membres les plus marquants du courant connu comme révisionnisme historique « revisionismo histórico» dans la région du Rio de la Plata2. Il a été une figure clé du versant uruguayen du mouvement3.

2Comme tant d’autres hommes publics de la période, Herrera a associé la réflexion rétrospective aux diagnostics sur le présent de son pays, portant aussi son regard sur des espaces géographiques plus vastes. De plus, il a déployé une intense activité dans la sphère publique. Ainsi, sa démarche intellectuelle et ses propositions dans le champ politique se sont recoupées à plusieurs reprises, sans pour autant qu’aucun de ces domaines ne soit devenu entièrement tributaire de l’autre. Notre approche propose de mettre en évidence non seulement les rapports entre ces champs, mais aussi les espaces d’autonomie possible, les écarts, les tensions et les conflits. Le cas d’Herrera sera examiné dans le cadre d’une interrogation plus générale sur les conditions d’exercice de l’activité intellectuelle à son époque. Dans un premier temps, nous évoquerons cet aspect en inscrivant la trajectoire d’Herrera dans un moment de transition caractérisé par la coexistence de pratiques traditionnelles de production de récits sur le passé et de nouvelles modalités d’exercice imposées progressivement par la professionnalisation de la discipline. Ces conditions particulières d’élaboration du discours historique constituent la base sur laquelle s’appuie l’étude des deux exemples que nous présentons ci-dessous. Le premier fait référence aux changements survenus dans la réception des versions en espagnol (1910) et en français (1912) d’un travail d’Herrera qui porte sur les répercussions de la pensée révolutionnaire française dans l’Amérique hispanique. Le second fait allusion à un cas dans lequel le discours historique de l’auteur sur la guerre de la Triple Alliance (1865-1870) est instrumentalisé et a une incidence sur les prises de décisions politiques dans le contexte d’un nouveau conflit armé (Guerre du Chaco, 1932-1935). Ces deux exemples ont pour objectif d’éclairer certains aspects d’une même problématique : les liens complexes qui se tissent entre l’élaboration de récits sur le passé, la production de discours sur l’actualité et les pratiques politiques et, surtout, le caractère dynamique qui régit cette relation.

Le métier d’historien dans la région du Rio de la Plata à l’aube du xxe siècle

  • 4  En Uruguay, les premières institutions d’enseignement supérieur pour la formation de chercheurs et (...)
  • 5  En témoigne, par exemple, la polémique engagée entre Norberto Piñeiro et Paul Groussac, évoquée pa (...)
  • 6  Voir Pablo Buchbinder, op. cit. En ce qui concerne la création d’espaces institutionnalisés d’exer (...)
  • 7  Pablo Buchbinder, op. cit. Traduction de l’auteur.
  • 8  Ibid. Pour une étude des réseaux épistolaires dans l’historiographie uruguayenne pendant les premi (...)

3La démarche historienne d’Herrera s’inscrit dans les pratiques qui précèdent la professionnalisation et l’institutionnalisation de la discipline historique en Uruguay, pays où ce processus a commencé tardivement, vers la seconde moitié du xxe siècle4. Auparavant, et malgré certaines modifications de la sociabilité liées à l’apparition de quelques espaces académiques, le métier était largement exercé par des écrivains, des journalistes et des hommes politiques, pour la plupart avocat de leur état. Si les changements tardent à s’instaurer en Uruguay, il est intéressant de voir que même dans le cas de son voisin, l’Argentine, ils se produisent progressivement : les pratiques anciennes et l’exercice professionnel vont tout d’abord coexister. À partir de la fin du xixe siècle, les critères de la critique et de l’analyse documentaire font l’objet de controverses5. Ainsi, dans les premières décennies du xxe siècle, ces modifications des règles de la pratique historienne sont accompagnées de nouvelles conditions de son exercice, fruits du processus d’institutionnalisation en cours. Deux espaces de socialisation, l’un privé et l’autre public, ont donc coïncidé pendant une période significative6. Pablo Buchbinder a caractérisé l’exercice « amateur » du métier d’historien en Argentine comme un « système de socialisation basé sur des cercles privés »7. Dans la deuxième partie du xixe siècle il n’existait pas encore de règles professionnelles de base partagées par la communauté d’auteurs dans son ensemble, à l’exception de procédés assez flous qui concernaient l’emploi de documents, la réalisation d’enquêtes ou l’utilisation de citations. Les écrivains étaient souvent acteurs des événements qu’ils analysaient. Si ce n’était pas le cas, ils connaissaient plus ou moins directement les protagonistes, à qui ils étaient fréquemment unis par des liens de parenté. Ces relations étaient l’un des mécanismes principaux d’accès aux documents qui ne provenaient que très rarement de fonds publics. Dans un système où les liens personnels constituaient, selon Buchbinder, « l’élément central de la provision de documents, livres et papiers », la correspondance jouait un rôle de premier ordre. La copie et l’envoi de documents à la demande de correspondants étrangers, ou de résidants des diverses régions du territoire national, les échanges et les prêts de livres à l’échelle de l’Amérique latine, et la circulation de catalogues de bibliothèques et de librairies étaient des pratiques très courantes8.

4De la même façon qu’une grande partie de ses auteurs de référence et de ses interlocuteurs historiens, Herrera évolua toujours dans ce cadre de socialisation et de pratique du métier. Ainsi, au regard des conditions d’exercice de la discipline, la critique de son discours par les contemporains d’Herrera, au nom des règles de la pratique « professionnelle », n’allait pas de soi dans l’Uruguay de la première moitié du xxe siècle. Les critiques issues des espaces académiques – d’où Herrera n’était d’ailleurs pas exclu –se sont plutôt attachées à dénoncer l’exercice du prosélytisme dans les ouvrages de l’auteur. Ce n’est qu’à partir des années quarante qu’Herrera est exclu des nouvelles institutions consacrées à la recherche et à l’enseignement historique en Uruguay, notamment de l’espace universitaire.

5Pour mieux comprendre le métier d’historien dans le Rio de la Plata pendant les premières décennies du xxe siècle, il convient aussi de s’intéresser aux aspects identitaires. Après une étape de consolidation de l’autorité de l’État et de son appareil administratif, les pays de cette région se trouvaient en plein processus de construction de la nation. Dans ce nouveau contexte, l’élaboration des récits sur le passé et la définition des traditions nationales devenaient des tâches prioritaires. La réflexion rétrospective était souvent accompagnée, chez les hommes publics qui s’y consacraient, d’un regard attentif sur le présent. Ils ont ainsi produit de nombreux essais sur la société contemporaine, sur les possibilités de la démocratie dans les pays issus de la colonisation espagnole en Amérique, sur les difficultés rencontrées par ces jeunes nations, problématiques qualifiées de « maladies » latino-américaines, empruntant au langage des sciences médicales. Notre Amérique (Nuestra América, 1903) de l’Argentin Carlos Octavio Bunge, Peuple malade (Pueblo enfermo, 1909) du Bolivien Alcides Arguedas ou encore Les démocraties latines de l’Amérique, du Péruvien Francisco García Calderón, publié à Paris en 1912, la même année que la traduction française d’un travail d’Herrera portant sur La Révolution Française et l’Amérique du Sud, (livre sur lequel nous allons revenir par la suite) sont autant d’ouvrages parus dans les quinze premières années du siècle qui nourrissaient la production historique et littéraire, en même temps qu’ils s’interrogeaient sur le présent et sur l’avenir de ces espaces nationaux et régionaux en construction. Leurs réflexions dépassaient en outre le terrain discursif car elles intervenaient souvent dans la formulation des politiques publiques. Loin d’être exceptionnel, le triple statut d’Herrera – écrivain, historien et homme politique – était partagé par la plupart des hommes publics de la période, tous engagés dans la construction d’une histoire nationale, d’une littérature propre et d’un ordre politique nouveau.

  • 9  C’est le cas, notamment, de la période de l’organisation nationale uruguayenne et argentine et de (...)

6Comment ces différents registres ont-ils fonctionné dans le cas d’Herrera ? D’un point de vue très général, on pourrait soutenir que le discours historique de l’auteur a souvent servi à légitimer son projet politique et que sa perception du présent n’a pas été sans conséquences sur son regard rétrospectif. La lecture du passé proposée par cet auteur a en effet subi des variations significatives au fil des années, cette réorientation s’étant parfois produite en relation directe avec des événements contemporains9. Histoire et politique apparaissent, aussi, étroitement liées, au niveau des pratiques de production et de la mise en circulation du discours d’Herrera. Ce sont les mêmes réseaux et les mêmes stratégies qui ont servi à véhiculer la production de l’historien et les propositions de l’homme politique. D’une part, les membres de sa formation politique lui fournissaient des indications bibliographiques et des documents, et s’occupaient de la distribution de ses écrits historiques dans le pays et à l’étranger. D’autre part, Herrera se chargeait de faire parvenir ses travaux sur le passé aux adhérents de son parti. Par ailleurs, ses échanges épistolaires avec des correspondants résidants à l’étranger témoignent de la même proximité entre histoire et politique ; rares sont les lettres dans lesquelles il n’y a aucune référence commune à ces domaines. Le fait qu’un bon nombre de ses interlocuteurs aient eux aussi développé des activités dans ces deux champs constituait un facteur de plus en faveur de ce croisement.

  • 10  À la fin de 1939, la Revue Nationale (Revista Nacional), prestigieuse publication uruguayenne dans (...)

7À cela il faut ajouter que les modalités de mise en circulation de ses travaux ne correspondaient pas strictement à celles de l’historiographie savante qui passait d’abord par les cercles privés et ensuite par l’espace académique. Certes, ses ouvrages ont alimenté des débats au sein des institutions dont il faisait partie, ainsi que dans l’échelle régionale et internationale ; ils ont aussi été l’objet de quelques commentaires critiques parus dans certaines revues, qui ont d’ailleurs occasionnellement accueilli des écrits de l’auteur10. Néanmoins, ces derniers mécanismes de mise en circulation à caractère académique étaient marginaux. Herrera privilégiait des moyens qu’on peut considérer comme proches de la littérature populaire ou du prosélytisme. Dans cette optique, on peut évoquer la publication de chapitres de ses livres dans les journaux et dans des éditions bon marché, ainsi que la circulation de ses ouvrages par l’intermédiaire de réseaux politiques établis dans le cadre du processus de modernisation des structures de son parti.

  • 11  On fait ici référence à l’idée que tout discours sur le passé peut être mis au service d’une propo (...)

8Ces méthodes ne permettent cependant pas de classer Herrera du coté des vulgarisateurs ou des propagandistes politiques. Pour ses contemporains, il gardait son statut d’historien, même si son discours était déjà perçu comme le produit d’un exercice de moins en moins suffisant face aux nouvelles exigences imposées par la progressive professionnalisation. Ainsi, dans un espace où l’exercice du métier demeurait non professionnel, l’auteur déclarait maîtriser et mettre en œuvre les procédés propres à l’historien, se plaçait dans un registre savant et s’emparait de l’autorité qui en découlait. En ce qui concerne le rapport entre histoire et politique, la catégorie d’usages politiques du passé11 s’applique aisément au discours d’Herrera. Mais si l’on veut cerner l’expérience de cet auteur dans toute sa complexité, on ne saurait réduire sa production à cette seule dimension. En effet, son caractère dynamique est ce qui définit le mieux le rapport entre la démarche historienne et le discours politique d’Herrera. Dans le va-et-vient permanent entre faible marge de manœuvre et autonomie relative qui se produit entre ces deux domaines, nous nous attachons à déterminer les zones d’ombre, les écarts, les ambiguïtés et les conflits.

Entre production et réception : un chemin semé de malentendus ?

  • 12  En Uruguay, la première présidence de José Batlle y Ordoñez (1903-1906), leader du parti colorado, (...)

9Le travail d’Herrera sur La Révolution française et l’Amérique du sud fournit un bon exemple de la complexité des rapports entre le discours de l’écrivain-historien et la démarche de l’homme politique. L’ouvrage est initialement publié en espagnol en 1910. Deux ans plus tard, lors d’un séjour d’Herrera en France, une traduction française paraît chez la maison d’édition Bernard Grasset. Le rayonnement de la pensée politique et philosophique radicale française en Amérique du Sud, depuis la Révolution de 1789 jusqu’à l’actualité, constitue le thème central du livre. Pour expliquer ce phénomène – jugé prédominant, constant et préjudiciable par l’auteur – il présente une étude historique qu’il combine à une analyse de l’actualité sociopolitique européenne et sud-américaine. La lecture des événements proposée par Herrera a sans doute été marquée par le panorama politique de l’Uruguay de la première décennie du xxe siècle. En effet, ces années étaient caractérisées par l’hégémonie d’un gouvernement réformiste du parti politique colorado, parti opposé à celui d’Herrera et qualifié par ce dernier de « jacobin »12. Dans son ouvrage, l’auteur s’attaque surtout aux propositions des réformistes en matière de politiques sociales. Il estime qu’elles sont trop radicales et que la culture politique de ce gouvernement est dominée par le sectarisme et l’exclusivisme.

  • 13  Max Nordau, « Estudios hispanoamericanos », in La Nación, Buenos Aires, XLII année, nº 14.793, le (...)
  • 14  Dans son ouvrage de 1912, la modification des défauts institutionnels de l’Amérique latine contemp (...)

10L’étude des conditions de production, circulation et réception du livre et de sa traduction française permet de comprendre comment s’inscrit cette démarche dans le parcours de l’historien et homme politique. Une comparaison entre le texte original et sa traduction permet de recenser les différentes modifications introduites dans la version française pour adapter l’ouvrage à un nouvel horizon de réception. Or ces modifications n’ont probablement fait qu’accentuer les ambiguïtés et les quiproquos qui ont entouré la réception du livre en France. Pour preuve, les commentaires que Marx Nordau a consacrés à l’ouvrage dans son article paru dans le journal La Nación de Buenos Aires en août 191213. Face au regard critique d’Herrera sur la pensée révolutionnaire française, Nordau plaçait ce dernier sur le terrain politique de la réaction et du monarchisme. Dans ce même article, il alignait Francisco García Calderón, écrivain péruvien auteur des Démocraties latines de l’Amérique, sur le camp libéral, alors que pour des auteurs latino-américains, d’un point de vue doctrinaire, il était plus proche de l’écrivain uruguayen14. L’appréciation de Nordau semblait exclusivement fondée sur le rapprochement d’Herrera des auteurs européens de la tradition critique de la révolution française. Il ne tenait finalement pas compte de l’expérience locale, qui était pourtant au cœur des réflexions de l’auteur uruguayen.

  • 15  Les citations de ce paragraphe ont été tirées des pages 267 à 306 de Luis A. De Herrera, La Révolu (...)
  • 16  Si l’on ne donne qu’un exemple de la vitalité allemande face à la décadence française, on peut évo (...)

11Sur la scène sud-américaine et plus précisément uruguayenne, espace privilégié de l’action d’Herrera en tant qu’homme politique, l’ouvrage en question a apparemment bénéficié, même dans les rangs de son propre parti, d’un accueil plutôt mitigé. Contre toute attente, ce ne sont pas les réflexions sur la scène locale, c’est-à-dire l’expérience uruguayenne du réformisme directement visée par l’auteur, qui ont soulevé une controverse. Les échanges polémiques entre Herrera et ses compatriotes ont tourné autour de l’espace européen et ont porté notamment sur les appréciations faites par l’auteur uruguayen sur l’actualité sociale et politique en France. En effet, plusieurs pages du livre sont consacrées à dépeindre un tableau de la décadence de cette nation qu’il considérait non seulement comme le résultat, mais aussi comme une forme d’« expiation » de la Révolution française. Selon Herrera, cette situation était mise en évidence par des symptômes tels que l’instabilité politique, « l’abattement moral, la décadence de la fibre patriotique, l’abaissement de la natalité », « la dissolution sans frein des mœurs, la fatigue politique chez les multitudes, le déclin de la confiance nationale », « l’infériorité militaire », « l’antimilitarisme », « la criminalité », « l’alcoolisme », « la guerre civile dans le terrain des convictions religieuses » et « le conflit de classe ». Il concluait en signalant que le « républicanisme jacobin » serait le responsable « indirect » de la situation présente, par le biais d’une éducation qui encouragerait « les versions les plus dissolvantes des grandes traditions nationales » et contribuerait à « affaiblir le sentiment patriotique »15. À ce modèle Herrera opposait le cas britannique, caractérisé par une transformation sociale et politique progressive et respectueuse des traditions et de la hiérarchie sociale. Bien que l’exemple prôné par Herrera ait été celui de la Grande-Bretagne, il convient de signaler que certaines observations de l’auteur sur l’actualité de l’Allemagne accordaient à ce pays, par rapport à la France, une bien meilleure place dans le concert européen16.

  • 17  Le gouvernement uruguayen a finalement rompu ses relations avec l’Allemagne le 7 octobre 1917.
  • 18  Par exemple, en avril 1915 Herrera a reçu une lettre du centre Germania, fondé en septembre de l’a (...)
  • 19  Transmise par un correspondant d’Herrera, la proposition provenait des éditeurs de la Biblioteca R (...)

12Avec l’avènement de la Première Guerre mondiale, le regard porté sur La Révolution française et l’Amérique du Sud a été marqué par de nouveaux enjeux. Cet événement international a été vécu d’une façon particulièrement intense dans une société uruguayenne marquée par la présence aussi importante que récente d’immigrants européens. Sur le terrain des déclarations publiques, Herrera remit en question l’engagement de l’Uruguay dans le conflit. Or que ce soit dans l’opinion nationale ou dans la sphère officielle17, l’alignement du pays sur la cause des alliés était de plus en plus manifeste au cours de la guerre et la propagande en ce sens était de plus en plus importante. Si Herrera l’attaquait au nom de la neutralité uruguayenne dans ce conflit, ce que reconnaissaient certains de ses correspondants, un bon nombre d’entre eux l’ont placé, que ce soit pour la critique ou pour l’éloge, du côté allemand18. La position d’Herrera au sujet de la Première Guerre mondiale semble d’ailleurs avoir favorisé une certaine relecture de La Révolution française et l’Amérique du sud. Dans ce contexte, l’auteur a été contacté par une maison d’édition argentine qui lui a proposé de rééditer son travail. Cette proposition s’inscrivait dans le cadre d’une initiative ayant pour but de « faire connaître dans le continent les meilleurs ouvrages de tendance germanophile » issus de la production locale19.

  • 20  Voir Museo Histórico Nacional, Archivo Luis A. De Herrera, Correspondance (1918), f. 6. Lettre de (...)
  • 21  Dans le cadre d’une communication conservée dans les archives – mais incomplète – un correspondant (...)

13Ainsi, ce livre semble avoir eu une importance significative pour juger de la position d’Herrera à propos du conflit européen. Alors qu’il déclarait publiquement vouloir la neutralité de son pays, ses contemporains ont mis l’accent sur le penchant germanophile qu’ils croyaient déceler dans son ouvrage. Dans ce contexte, sa position sur des questions internationales eut un certain retentissement sur la scène politique locale. En 1918, César Basaldúa lui conseillait d’éviter, dans la mesure du possible, de se prononcer à propos du conflit européen. Ce compatriote, résidant à Buenos Aires et membre du parti Nacional, estimait que la campagne de propagande qu’il avait engagée au profit du parti d’Herrera subissait les conséquences de la « germanophilie ardente » de ce dernier. Il ajoutait d’ailleurs que cette position était à l’origine du refus de certaines figures locales à s’engager en sa faveur, car tout en partageant les convictions d’Herrera sur le plan interne, elles regrettaient son point de vue sur la guerre mondiale20. De fait, d’autres indices suggèrent que ses opinions sur cette question auraient été mal accueillies par une partie de l’opinion publique uruguayenne21.

14On peut donc conclure que le regard d’Herrera sur l’histoire et sur l’actualité européenne, et notamment française, lui a fournit un cadre général de réflexion et autant d’exemples concrets sur les modalités de transformation sociale envisagées dans leurs rapports avec les régimes politiques. C’était pourtant l’expérience uruguayenne qui était au centre de ses préoccupations. Alors même que l’ouvrage a probablement été écrit, au moins dans une certaine mesure, pour attaquer le parti politique réformiste qui avait pris les reines du pouvoir en Uruguay, l’accent a souvent été mis, au niveau de la réception, sur les appréciations d’Herrera au sujet de la réalité européenne. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a accentué cette tendance, encourageant une relecture de l’ouvrage en termes de germanophilie qui n’a pas été sans conséquences sur la scène politique uruguayenne.

15L’étude des conditions d’élaboration et de réception du texte permet de sortir d’une logique qui établit un lien automatique entre le discours historique de l’auteur et sa démarche politique. Elle contribue aussi à mettre en évidence la distance existante entre le geste initial d’Herrera, ses attentes, et la réception effective de son travail au fil du temps.

Et si l’histoire l’emportait parfois sur la politique ?

16Le deuxième et dernier exemple que nous aimerions évoquer concerne la production de l’auteur autour de la Guerre du Paraguay. Celle-ci opposa le Paraguay à une force alliée composée de l’Argentine, du Brésil et de l’Uruguay entre 1865 et 1870. L’interprétation du conflit proposée par Herrera allait à l’encontre de la version traditionnelle qui mettait l’accent sur la responsabilité du gouvernement paraguayen dans le déclenchement du conflit. Bien que cet exemple du passé ait souvent été invoqué par Herrera pour justifier ses propositions en matière de relations internationales dans les premières décennies du xxe siècle, l’intérêt porté à la Guerre du Paraguay dépassait le terrain de l’instrumentalisation politique. Le conflit s’inscrivait aussi dans sa tradition familiale, son père Juan José d’Herrera ayant joué un rôle très significatif dans la politique étrangère de l’époque, d’abord en tant que représentant de son pays au Paraguay et ensuite comme ministre uruguayen des affaires étrangères. Les premiers travaux de Luis Alberto de Herrera à propos du conflit furent précisément écrits à partir des documents qui faisaient partie des archives de son père.

17En 1932, le Paraguay devint le protagoniste d’un nouveau conflit : la guerre du Chaco. Ce qui était d’abord une dispute frontalière avec la Bolivie évolua alors vers l’affrontement armé. Quelques mois après le début de la guerre, en septembre de cette même année, Herrera rejoint le camp paraguayen. Il se déplaça sur le théâtre des opérations militaires et participa, en tant que témoin, à la prise du fortin dit de « Boquerón ». Auparavant, en décembre 1928, suite à son engagement volontaire dans l’armée paraguayenne et face à l’imminence d’un conflit armé avec la Bolivie, l’homme politique uruguayen devint citoyen honoraire du Paraguay. Herrera annonça son départ pour le Paraguay en septembre de 1932. Son engagement dans la cause paraguayenne provoqua l’envoi de plusieurs lettres de soutien des membres de son parti politique qui se prononcèrent pour la cause paraguayenne au nom du passé. Indépendamment des motivations personnelles qui ont pu être à l’origine de ce geste, certains d’entre eux se sont aussi engagés – même si ce n’était que sur le terrain discursif – à participer au conflit. Comment interpréter l’attitude de l’homme politique uruguayen et les réactions qu’elle a suscitées dans cette conjoncture régionale particulière ?

18En principe, les motivations politiques directement liées à la guerre semblent pouvoir être, du moins en partie, relativisées dans la mesure où la dispute frontalière qui l’avait provoquée ne concernait pas l’Uruguay. Pour trouver un lien entre ce pays et la situation paraguayenne contemporaine il faut plutôt regarder du coté du passé, à l’époque du conflit régional de 1865 que nous avons évoqué antérieurement. En effet, la Guerre du Paraguay, qui est au cœur de la production historiographique d’Herrera, fut récupérée à des fins de propagande lors du conflit de 1932 contre la Bolivie. Dans le camp paraguayen, l’accent était mis sur les récits du conflit qui présentaient le peuple paraguayen comme victime des ambitions territoriales des pays voisins. Dans cette optique, une possible victoire du Paraguay dans le nouveau conflit frontalier était envisagée comme une sorte de revanche suite aux injustices subies par le passé. Herrera faisait partie de ceux qui soutenaient ce discours ; ainsi, c’est surtout en tant qu’historien qu’il occupa une place dans l’armée paraguayenne durant la Guerre du Chaco. Il y allait principalement pour défendre sa théorie. Pour ce qui est des autres membres de son parti qui se sont engagés d’une façon ou d’une autre, nous ne pouvons exclure l’hypothèse selon laquelle ce geste était simplement motivé par des intérêts politiques. Il ne reste pas moins vrai qu’une cause soutenue par Herrera dans le champ historiographique pouvait être considérée comme une conduite politique appréciable ou rentable à l’intérieur du parti. Dans ce cas, nous ne saurions soutenir l’existence d’une autonomie du discours historique par rapport aux pratiques politiques. Ces deux dimensions restent sans conteste associées. Néanmoins, la place faite au passé et à la tradition familiale semble telle, qu’elle remet en question une vision dans laquelle le récit historique serait considéré comme directement tributaire du champ politique. L’interaction s’établit dans les deux sens : le regard rétrospectif et l’histoire familiale ont donc pu avoir un poids considérable pour l’orientation de l’homme politique parmi l’éventail des possibilités qui s’offraient à lui.

  • 22  Toujours conflictuelle, la négociation pour le tracé de frontières définitives entre le Paraguay e (...)
  • 23 Juan O’Leary (1879-1969). Poète, historien et homme politique paraguayen. L’échange épistolaire ent (...)
  • 24  Biblioteca Nacional de Asunción (Paraguay), Colección Juan O’Leary, Correspondance personnelle et (...)
  • 25  Dans ce sens, voir : Intervention de Luis A. de Herrera à la chambre des députés in Diario de Sesi (...)
  • 26  L’inexistence d’un traité entre l’Uruguay et l’Argentine, fixant leur autorité sur les eaux du Rio (...)

19Par ailleurs, il faut préciser que la position d’Herrera sur la guerre et l’argumentation fondée sur le passé qu’il développe en faveur du Paraguay semblent clairement en rupture avec la proposition en matière de politique extérieure que l’auteur a soutenu – tout du moins sur le terrain privé – deux décennies auparavant, à l’époque où les négociations pour le litige sur le Chaco Boréal entre la Bolivie et le Paraguay était particulièrement présentes dans la sphère publique.22 Dans une lettre de novembre 1914, dirigée à son correspondant paraguayen Juan E. O’Leary,23 Herrera commente un article de ce dernier, publié à Asunción, dans lequel O’Leary affirme qu’il faut solliciter l’intervention conciliatrice de l’Uruguay. L’homme politique uruguayen offre alors, sans réserve, ses services pour contribuer à la résolution du conflit frontalier. Il en parle en ces termes : « J’ignore – puisque je ne connais pas les antécédents documentés – lequel des deux demandeurs a entièrement raison, ou celui qui est le plus dans le vrai. Mais je ne pense pas me tromper en affirmant qu’il serait dans leur intérêt à tous deux que le différend aboutisse à la paix. Ce serait une folie que de parler d’une guerre : une guerre pour le désert ! ». Dans un autre passage de la lettre, il en arrive même à défendre la légitimité de la cause bolivienne, puisqu’il estime qu’il s’agit « d’une malheureuse nation asphyxiée dont on ne peut que comprendre le désir d’obtenir une sortie fluviale. Elle fait ce qu’a toujours fait le Paraguay : chercher une sortie vers la mer. Elle pense comme l’Uruguay que l’eau est le salut! ».24 Loin d’être perçu comme l’adversaire, la Bolivie est présenté comme l’une des petites républiques issues, tout comme le Paraguay et l’Uruguay, de la désagrégation de l’ancien vice-royaume du Rio de la Plata. Aux yeux d’Herrera, leur destin commun semble dépendre de leur capacité de conciliation et de rapprochement, seul recours efficace devant la menace que représentent les puissants pays voisins.25 Le danger proviendrait donc, à cette époque, de l’Argentine et du Brésil, acteurs de la guerre précédente contre le Paraguay et, dans le cas du premier, également protagoniste au cours des premières décennies du xxe siècle du conflit avec l’Uruguay pour la juridiction des eaux du Rio de la Plata.26

  • 27  Allusion à Bartolomé Mitre, Président de l’Argentine pendant la Guerre du Paraguay. Museo Históric (...)

20Pour tenter d’expliquer les prises de position d’Herrera dans les années 1930, nous pourrions éventuellement penser à des changements dans l’actualité politique susceptibles d’encourager un discours moins centré sur la dénonciation d’un risque imminent pour les petites républiques sud-américaines lié à l’avancée des puissances régionales. Néanmoins, cette nouvelle situation ne suffit pas à expliquer le fait que l’auteur uruguayen s’est lancé à corps perdu dans la défense de la cause paraguayenne contre la Bolivie. Pour mieux comprendre son geste il convient avant tout de rappeler que, pendant la guerre du Chaco, son discours sur le passé a été récupéré et fortement instrumentalisé au cours des campagnes de propagande menées par le Paraguay. Dans ce cadre, on pourrait affirmer qu’Herrera, homme politique, s’est retrouvé, dans une certaine mesure, prisonnier de son récit historique. Face à la radicalisation du conflit diplomatique qui conduit à un affrontement armé, il aurait été difficile de jouer un autre rôle dans la politique extérieure que celui qu’il avait joué sur le terrain historiographique comme « défenseur de la cause paraguayenne ». D’ailleurs ses contemporains ont envisagé la question dans des termes proches. Lorsqu’à la fin de l’année 1928, Herrera se présente face à la Mission Paraguayenne, pour se porter volontaire en cas de conflit armé avec la Bolivie, son geste est commenté de la manière suivante par un compatriote résident en Argentine : « Cette attitude qui est le reflet de votre courage, incontestable de surcroît, je pense qu’elle est la traduction d’une obligation de votre part, compte tenu de la déférence que cette Nation sœur vous a toujours octroyée à juste titre, puisque vous avez écrit de grandes vérités sur la tragédie de 65, provoquée et consommée par les ambitions sans bornes de Don Pedro II et d’un certain Don Bartolo !27 ». Dans ce cas, le discours sur le passé n’a apparemment pas laissé beaucoup de marge de manœuvre à l’action politique.

21En conclusion, l’étude des conditions de production du discours d’Herrera sur le passé, illustrée dans ce travail à partir de deux expériences concrètes, met en lumière le champ de possibilité dans lequel vient s’inscrire son action en tant qu’historien. Parmi les éléments susceptibles de jouer un rôle remarquable dans sa démarche historienne, nous avons retenu les modalités non professionnalisées d’exercice du métier à son époque, son triple statut d’historien, d’écrivain et d’homme politique et, enfin, les fortes interactions qui se sont établies entre ces champs, repérables, par exemple, dans les pratiques de mise en circulation des travaux d’Herrera. L’analyse de quelques exemples d’élaboration de récits historiques à l’intérieur de ce cadre général offre un tableau beaucoup plus nuancé des rapports entre les divers niveaux de l’action, permettant d’apprécier ses contraintes mais aussi certains espaces d’autonomie, des zones d’ombre et des rapports parfois ambigus ou conflictuels. L’étude de la réception des écrits de l’auteur au fil du temps permet enfin d’élargir l’horizon de l’enquête en incorporant des perspectives de lecture nouvelles mais aussi ce qui relève de l’imprévu.

Haut de page

Notes

1  Cette formation politique créée dans les dernières décennies du xixe siècle a recueilli de manière partielle, progressive, et non exempte de conflits, le legs du parti blanco, opposé au parti colorado uruguayen. Ce processus a impliqué la construction d’une tradition nouvelle par le biais de la sélection et de la transformation des contenus antérieurs.

2  La région du Rio de la Plata est un espace géopolitique, économique et culturel formé par les territoires qui s’étendent des deux cotés du fleuve homonyme. Cette dénomination peut aussi évoquer, dans un sens plus large, l’Argentine et l’Uruguay et, dans certains cas, les pays concernés par le réseau fluvial qui débouche sur l’estuaire platense.

3  Le « revisionismo histórico rioplatense » est un mouvement historiographique qui a proposé une interprétation alternative du passé de la région du Cône Sud. Il s’oppose à la version qu’on nomme « classique » o « traditionnelle ». Il ne doit pas être confondu avec son homonyme, le révisionnisme européen, qui postule la négation de l’holocauste durant la seconde guerre mondiale.

4  En Uruguay, les premières institutions d’enseignement supérieur pour la formation de chercheurs et de professeurs d’histoire furent la Facultad de Humanidades y Ciencias, créée par la loi du 9 octobre 1945 et l’Instituto de Profesores Artigas, créé par la loi du 2 juillet 1949.

5  En témoigne, par exemple, la polémique engagée entre Norberto Piñeiro et Paul Groussac, évoquée par Pablo Buchbinder. Voir Pablo Buchbinder « Vínculos privados, instituciones públicas y reglas profesionales en los orígenes de la Historiografía argentina », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Américana ‘Dr. Emilio Ravignani’, troisième série, nº 13, 1er semestre, 1995.

6  Voir Pablo Buchbinder, op. cit. En ce qui concerne la création d’espaces institutionnalisés d’exercice de l’histoire en Argentine : Nora Pagano et Miguel A. Galante, « La nueva escuela histórica : una aproximación institucional del centenario a la década del 40 » in Fernando Devoto (éd.), La historiografía argentina en el siglo XX (I), Buenos Aires, CEAL, 1993, p. 45 – 78 ; Pablo Buchbinder, Historia de la Facultad de Filosofía y Letras. Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires, EUDEBA, 1997 ; et Aurora Ravinas, « Junta de Historia y Numismática Americana (1893-1938). Una expresión institucional de la cultura histórica de la élite. Primera Parte », in Aavv, La Junta de Historia y Numismática y el movimiento historiográfico en la Argentina, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1996, p. 23-93.

7  Pablo Buchbinder, op. cit. Traduction de l’auteur.

8  Ibid. Pour une étude des réseaux épistolaires dans l’historiographie uruguayenne pendant les premières décennies du xxème siècle, par le biais d’une analyse du cas de l’historien Pablo Blanco Acevedo : Tomás Sansón, « Pablo Blanco Acevedo : Redes de intercambio intelectual e influencia argentina en la configuración de la historiografía colonial uruguaya ». Version inédite d’un travail auquel nous avons eu accès avec l’aimable autorisation de l’auteur.

9  C’est le cas, notamment, de la période de l’organisation nationale uruguayenne et argentine et de certains de ses protagonistes comme Juan Manuel de Rosas et Manuel Oribe. Les ouvrages que consacre Herrera à ce processus et à ces figures historiques ont été publiés à partir de la fin des années trente. L’auteur a alors revisité cette étape du passé à la lumière des retentissements de la Seconde guerre mondiale sur le continent américain.

10  À la fin de 1939, la Revue Nationale (Revista Nacional), prestigieuse publication uruguayenne dans le domaine historique et littéraire, dirigée par Raúl Montero Bustamante, a commencé à publier en chapitres le livre d’Herrera, Les origines de la Grande Guerre (Los orígenes de la Guerra Grande). Ce travail évoque le conflit qui a eu lieu dans la région du Rio de la Plata entre 1839 et 1851/52, années qui correspondent à la période de l’organisation nationale. La publication de l’ouvrage dans la revue n’a pas été achevée.

11  On fait ici référence à l’idée que tout discours sur le passé peut être mis au service d’une proposition politique, que cela soit en terme de récit sur les origines, de légitimation, de fondation ou de rupture, en tant qu’apologie ou en tant que négation. Voir François Hartog-Jacques Revel, « Note de conjoncture historiographique », in Les usages politiques du passé, Paris, Edition de l’EHESS, 2001, p. 13-24.

12  En Uruguay, la première présidence de José Batlle y Ordoñez (1903-1906), leader du parti colorado, a ouvert une étape de réformes économiques et sociales qui s’est prolongée jusqu’à la première moitié des années 1910. L’action du gouvernement s’est traduite par un ensemble de dispositions légales, parmi lesquelles la première loi sur le divorce (1907) et l’abolition de l’enseignement religieux dans les écoles publiques (1909). Les divers registres traduisant l’expression de la tendance réformiste ont impliqué une remise en question plus ou moins directe de l’ordre établi. Les fréquentes manifestations d’anticléricalisme et d’antimilitarisme ont ainsi coïncidé avec des réflexions critiques visant d’autres valeurs traditionnelles, parmi lesquelles le droit à la propriété. Dans un échantillon de tendances qui allait des doctrines marxistes à celles plus modérées du georgismo nord-américain, la propriété fut remise en question, d’un point de vue éthique et même juridique, dans certains courants radicaux. Au-delà de son discours, les gestes du gouvernement envers le secteur ouvrier, tendant à éviter les mesures répressives et parfois même encourageant les grévistes pendant les conflits aigus qui se succédèrent à cette époque, ont contribué à accroître les craintes de menaces planant sur l’ordre social.

13  Max Nordau, « Estudios hispanoamericanos », in La Nación, Buenos Aires, XLII année, nº 14.793, le 14 août 1912, p. 8-9.

14  Dans son ouvrage de 1912, la modification des défauts institutionnels de l’Amérique latine contemporaine proposée par García Calderón passait par une série de mesures qui, d’après Patricia Funes et Waldo Ansaldi, « reprennent les thèmes les plus chers à la tradition politique conservatrice ». Voir Patricia Funes-Waldo Ansaldi, « Cuestión de piel. Racialismo y legitimidad política en el orden oligárqico latinoamericano », p. 451-495 in Waldo Ansaldi (comp.) : Caleidoscopio Latinoamericano. Imágenes históricas para un debate vigente, Buenos Aires, Grupo Editorial Planeta, 2004 (traduction de l’auteur) ; Luis Alberto Sánchez, « Prólogo  », p. IX-XX in Francisco García Calderón, Las democracias Latinas de América. La creación de un continente, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1979.

15  Les citations de ce paragraphe ont été tirées des pages 267 à 306 de Luis A. De Herrera, La Révolution française et l’Amérique du sud, Paris, Bernard Grasset, 1912.

16  Si l’on ne donne qu’un exemple de la vitalité allemande face à la décadence française, on peut évoquer les passages où Herrera signale que le prestige du service militaire a commencé à décliner en France, alors qu’en « Allemagne, les foyers éclatent de joie patriotique lorsqu’arrive pour leurs fils l’heure tant attendue de vêtir l’uniforme ». Luis A. De Herrera, La Revolucón francesa y Sud América, Montevideo, Cámara de Representantes, 1988, p. 196. Traduction de l’auteur.

17  Le gouvernement uruguayen a finalement rompu ses relations avec l’Allemagne le 7 octobre 1917.

18  Par exemple, en avril 1915 Herrera a reçu une lettre du centre Germania, fondé en septembre de l’année précédente. Au cours d’un entretien préalable, le correspondant de Herrera lui aurait offert l’un des premiers postes directifs de l’institution. Face à la réponse négative de l’homme politique uruguayen, les autorités du centre lui proposaient alors de l’intégrer à titre de membre fondateur ou en tant que simple adhérent. Deux mois plus tard l’institution accusait réception de la réponse de l’auteur uruguayen – apparemment favorable –, accompagnée de ses ouvrages El Uruguay Internacional et La Revolución Francesa y Sud América, destinés à la bibliothèque du centre. Voir Museo Histórico Nacional, Archivo Luis A. De Herrera, Correspondance (1916), f. 26 (lettre adressée à Herrera par Carlos Steffen, écrite à Montevideo le 7 avril 1916) et f. 42 (lettre adressée à Herrera par les autorités du centre Germania, écrite à Montevideo le 3 juin 1916).

19  Transmise par un correspondant d’Herrera, la proposition provenait des éditeurs de la Biblioteca Renovación, de Buenos Aires, et avait pour but d’obtenir l’autorisation de l’auteur uruguayen en vue d’une nouvelle édition, prévue en deux volumes. Voir Museo Histórico Nacional, Archivo Luis A. De Herrera, Correspondance (1918), f. 27. Lettre de [Edmundo Calcaño], écrite en juin 1918. Traduction de l’auteur.

20  Voir Museo Histórico Nacional, Archivo Luis A. De Herrera, Correspondance (1918), f. 6. Lettre de César Basaldúa écrite à Buenos Aires le 17 septembre 1918. Traduction de l’auteur.

21  Dans le cadre d’une communication conservée dans les archives – mais incomplète – un correspondant signale à Herrera qu’un de ses articles, qui fait référence à la guerre, a été refusé par le journal El País. Le périodique, qui appartenait pourtant à sa mouvance politique, a prétexté que la demande de publication coïncidait avec le 14 juillet et la signature de la paix. En fait, la direction de la publication aurait craint une réaction publique de refus à l’égard de l’article, s’il avait été publié dans cette conjoncture. L’écrit serait finalement paru, d’une manière fragmentaire, dans le journal La Razón. Voir Museo Histórico Nacional, Archivo Luis A. De Herrera, Correspondance (1919), f. 54. Lettre écrite à Montevideo, le 18 juillet 1919.

22  Toujours conflictuelle, la négociation pour le tracé de frontières définitives entre le Paraguay et la Bolivie, se trouvait alors à un moment crucial. Le protocole signé en avril 1913 entre les deux pays avait établi un délai de deux ans pour arriver à un accord ou, le cas échéant, solliciter un arbitrage. La collaboration de l’Uruguay, soit par la voie officielle, soit par l’action de personnalités prestigieuses, a été envisagée plusieurs fois au cours de cette période. La correspondance d’Herrera met en évidence le contact établi par celui-ci avec Ricardo Mujía et Fulgencio R. Moreno, chargés respectivement des négociations par la Bolivie et par le Paraguay. L’établissement de rapports avec Ricardo Mujía daterait de 1914. Les échanges avec Fulgencio R. Moreno se seraient établis autour de 1911.

23 Juan O’Leary (1879-1969). Poète, historien et homme politique paraguayen. L’échange épistolaire entre cet auteur et son contemporain Luis A. de Herrera commence dans la première décennie du xxe siècle et se perpétue jusqu’aux années 1950. Les trois premières décennies de ce lien épistolaire prolongé coïncident avec la construction et l’affirmation d’un mouvement historiographique révisionniste autour de la guerre du Paraguay, pour lequel O’Leary et Herrera étaient des figures de premier ordre. Certaines des lignes d’interprétation fondamentales de ce courant seront l’attribution de la responsabilité du déclenchement et du déroulement du conflit de 1865 aux membres de la Triple Alliance et la réhabilitation de Francisco Solano López, à la tête du pouvoir au Paraguay pendant la guerre.

24  Biblioteca Nacional de Asunción (Paraguay), Colección Juan O’Leary, Correspondance personnelle et officielle (1913-1914), carpeta XXXIII. Lettre écrite à Montevideo, le 23 novembre 1914. Traduction de l’auteur.

25  Dans ce sens, voir : Intervention de Luis A. de Herrera à la chambre des députés in Diario de Sesiones de la H. Cámara de Representantes, Montevideo, le 15 mai 1915, t. 240, p. 370-378.

26  L’inexistence d’un traité entre l’Uruguay et l’Argentine, fixant leur autorité sur les eaux du Rio de la Plata, a provoqué des incidents diplomatiques successifs à partir de l’année 1907. En janvier 1910, le protocole Ramírez-Saenz Peña rétablit le statu quo, mais les frontières du Río de la Plata et du fleuve Uruguay n’ont été définitivement fixées qu’une cinquantaine d’années plus tard. Au cours des deux premières décennies du siècle, Luis Alberto de Herrera a activement participe aux campagnes d’opinion développées autour des ce conflit frontalier. En 1908, l’auteur publia le premier volume de La Diplomacia Oriental en el Paraguay. Si le livre se voulait une approche historique de la Guerra de la Triple Alianza et, notamment, des antécédents du conflit régional, la motivation conjoncturelle de son élaboration était la controverse sur les frontières fluviales qui se développait à ce moment-là entre l’Uruguay et l’Argentine. Cet épisode était perçu par Herrera comme une autre séquelle de la Guerra del Paraguay, en tant que produit du déséquilibre géopolitique que celle-ci avait provoqué.

27  Allusion à Bartolomé Mitre, Président de l’Argentine pendant la Guerre du Paraguay. Museo Histórico Nacional, Archivo Luis A. De Herrera, Correspondance (1928-1929), f. 83. Lettre de Pedro Carpy écrite à Buenos Aires le 3 janvier 1929. Traduction de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

María Laura Reali, « Quelle place pour l’historien dans le statut multiple des intellectuels latino-américains au début du xxe siècle ? étude d’un cas », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://acrh.revues.org/3656 ; DOI : 10.4000/acrh.3656

Haut de page

Auteur

María Laura Reali

María Laura Reali est docteur en Histoire (EHESS, 2005) et Maître de Conférences à l’UFR Études Interculturelles de Langues Appliquées de l’Université Paris VII. Elle est spécialiste en Histoire et Civilisation de l’Amérique Latine Contemporaine. Journées d’études, 4 et 5 juin à l’EHESS. L’histoire vue par les historiens.
Rattachement institutionnel : MCF. Université Paris Diderot – Paris VII. UFR EILA.
mlreali [arobase] eila.univ-paris-diderot [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org