Navigation – Plan du site
Histoire et philosophie

Les formes de l’enquête historique : John Dewey et Max Weber

Aurélien Gros

Résumés

L’objet de cet article d’Aurélien Gros est de questionner la possibilité d’une étude empirique de la production des savoirs historiques. Avec quels outils peut-on rendre compte du processus de recherche historique dont le texte d’histoire constitue un aboutissement écrit ? Deux auteurs sont ici mis à contribution. D’une part John Dewey qui, proposant une théorie de l’enquête, définit celle-ci comme processus actif et en isole les séquences depuis le problème initial jusqu’à sa résolution ; d’autre part Max Weber qui, par sa méthode de l’idéaltype, décrit empiriquement le fonctionnement des sciences historiques. Les instruments proposés par ces deux auteurs permettent de saisir la pensée historique non pas comme un contenu, mais comme un processus dynamique, une pratique de pensée s’inscrivant dans des situations particulières et dans l’interaction permanente entre l’historien et son présent.

Haut de page

Texte intégral

1Proposer des références épistémologiques en histoire n’a de sens que si elles peuvent avoir des conséquences pour la pratique empirique, en particulier dans le domaine de l’historiographie. Les orientations de recherche que l’on regroupe souvent sous ce terme équivoque d’historiographie se développent largement depuis quatre décennies maintenant, et ce développement justifie que soient proposés divers instruments permettant de clarifier ces démarches dans leur pluralité et d’en proposer de nouvelles. Notre propos s’inscrit dans cette perspective. Nous voudrions présenter certains éléments théoriques proposés par le philosophe pragmatiste américain John Dewey, que nous mettrons en perspective avec les considérations méthodologiques de Max Weber. L’hypothèse que nous proposons ici consiste en un rapprochement de ces deux auteurs, dont le but est de construire un cadre théorique adéquat pour une étude empirique de la pensée historique.

2Ce cadre théorique doit, selon nous, répondre à certaines exigences. Il doit se distinguer de deux types de méthode traditionnelle des études sur les sciences pour en éviter les écueils respectifs potentiels. Les premières méthodes que nous écartons sont traditionnellement regroupées sous le terme « internaliste ». L’objectif qu’elles se donnent est de produire un ensemble de règles pratiques et logiques permettant de garantir a priori la vérité des énoncés scientifiques. Ces méthodes présentent deux inconvénients potentiels majeurs : d’une part, en posant a priori des règles à suivre, elles orientent l’étude des savoirs dans une direction normative. Elles se construisent la plupart du temps comme tribunal de la science. D’autre part, lorsque ces démarches a priori se proposent d’observer diachroniquement la science, elles présentent le risque d’une téléologie : l’évolution de la pensée scientifique dessinerait un rapprochement progressif vers le modèle le plus pur. Le second type de méthode en question relève de la sociologie ou de l’anthropologie des sciences. Elles sont regroupées sous le terme « externaliste ». Dans les versions les plus radicales, ces méthodes ne s’intéressent guère à la pensée scientifique elle-même puisqu’elles étudient les conditions sociales et historiques de production des savoirs. Ces derniers sont donc référés directement au contexte économique, social, institutionnel ou politique. De ce point de vue, le risque est d’annuler la dimension productive et créatrice des savoirs : ils sont déterminés passivement de l’extérieur et leur existence n’est que le reflet d’un contexte historique donné.

3Ces deux directions de recherche schématiquement rappelées sont écartées, non seulement pour les risques évoqués, mais aussi en raison des conséquences qu’elles impliquent pour une éventuelle étude empirique des savoirs. Dans le premier cas, le terrain empirique est fourni uniquement par les assertions produites lors de l’achèvement d’une enquête scientifique : le prédicat « vrai » est attribué ou non à des propositions linguistiques étudiées en elles-mêmes et celles-ci sont isolées du processus dont elles sont le produit. Dans le second cas, le terrain empirique est constitué uniquement de l’environnement social qui rend possible un savoir. En conséquence seul l’environnement social peut faire l’objet d’une intelligibilité. Le processus d’enquête n’est pas analysé empiriquement et il est, dans les deux cas, proprement inexistant.

  • 1 john dewey, The Theory of Inquiry, New-York, Henry Holt and Company, 1938. Nous utilisons ici la tr (...)
  • 2  max weber, Essai sur lathéorie de la science, éd. Julien Freund, Paris, Plon, 1965. Les considérat (...)
  • 3  Il ne s’agit pas, pour Dewey, de construire une épistémologie qui aurait un statut d’absolu au reg (...)

4Or, nous voudrions montrer qu’il est possible, avec les cadres théoriques adéquats, de proposer une étude empirique des processus d’enquête, tout en évitant les écueils énoncés plus haut. John Dewey et Max Weber ont proposé des instruments permettant de circonscrire ces processus en objets de recherche de façon à rendre possible leur analyse empirique. Il s’agit de la théorie de l’enquête énoncée par Dewey dans The Theory of Inquiry1 en 1938, et de la méthode idéaltypique théorisée par Weber dans deux textes de 1904 et 1906, rassemblés dans l’Essai sur la théorie de la science2. Ces deux approches ont en commun de récuser les théorisations idéalistes des sciences et leurs règles logiques a priori. Weber s’attaque explicitement aux « dogmes naturalistes » de l’École Historique Allemande induits par une conception nomologique unifiée des sciences. Dewey s’attaque, quant à lui, aux épistémologues visant l’évaluation de la connaissance comme contenu3. Tous deux nous proposent une épistémologie empirique visant la compréhension de la connaissance comme activité humaine fondamentale non réductible à un modèle scientifique unique a priori et unifié à terme. Tout deux construisent des schémas processuels pour définir la connaissance qui, dès lors, ne peut être réduite ni à un ensemble de propositions linguistiques, ni à un reflet passif des conditions historiques. L’idée fondamentale à laquelle conduisent ces deux auteurs est que la connaissance n’est pas réductible à un contenu : elle est une pratique utilisant des moyens pour parvenir à une fin.

5Notre objectif est donc d’opérer un rapprochement entre ces deux auteurs. Après avoir récapitulé la forme et les fonctions du schème de l’enquête proposé par John Dewey, nous questionnerons son applicabilité à l’histoire. Pour cela, nous rappellerons quelques points de la théorie de l’idéaltype afin de dégager des éléments fonctionnels pour questionner la continuité entre l’enquête, forme fondamentale d’activité de l’homme vivant chez Dewey, et l’enquête historique, forme particularisée d’activité culturelle chez Weber. Il s’agira ensuite de montrer en quoi le schème de l’enquête rend possible une étude empirique des enquêtes historiques, et ce que celui-ci implique méthodologiquement. Pour conclure, nous mettrons en évidence l’un des enjeux que représente l’usage du schéme de l’enquête en historiographie : ce schéma permet de clarifier un certain nombre de confusions et d’approximations dans le traitement du problème posé par le rapport entre l’historien et son contexte, entre l’historien et son présent. En ce sens, il permet un approfondissement des questions ouvertes par l’histoire-problème, formulées par Lucien Febvre : par quels mécanismes l’expérience de l’historien agit-elle dans la construction de ses recherches ? Et comment rendre-compte de ces mécanismes ?

Le schème de l’enquête chez John Dewey

  • 4  Pour une plus ample compréhension, le lecteur pourra se référer à la Logique, op. cit., chap. VI, (...)
  • 5  roberto frega, John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, Paris, L’Harmattan (...)

6Nous voudrions présenter succinctement la forme et la structure du schème de l’enquête tel qu’il est proposé par John Dewey4. Avant d’entamer cette description, rappelons le cadre théorique général à travers lequel le philosophe construit son schème logique. Ce cadre théorique peut être résumé par quatre thèses5 :

71) La primauté épistémologique de l’usage dans la détermination de la signification. Autrement dit, la signification d’un concept est fonction de l’usage que l’on peut faire de ce concept, non pas uniquement de la somme de ses attributs ni de sa représentativité à l’égard du réel.

82) La primauté de la dimension d’acte dans la compréhension de la nature de la pensée, du jugement et du langage et la critique de la conception « représentative » du langage et de la connaissance. Cette thèse résume les objections exprimées à l’égard d’une conception traditionnelle de la connaissance comme représentation du réel. La pensée est une pratique, au même titre que les autres pratiques humaines. En conséquence, elle ne représente pas le réel, elle agit sur lui.

  • 6  John dewey, Logique. Théorie de l’enquête, op. cit., chap. V, « Le Schème de l’enquête ».

93) La dimension institutionnelle et sociale du sens, de la rationalité et de ses catégories constituantes. Cet aspect évoque l’accent mis par Dewey sur les conditions historiques qui rendent possible telle ou telle conception et qui en déterminent l’usage. Par exemple, il rappelle dans Logique, que la logique aristotélicienne ne convient plus aujourd’hui, parce qu’elle est l’expression de la culture grecque des ve et ive siècles avant J.-C.6

  • 7  Ibid., chap. IV, « L’Enquête du sens commun et l’enquête scientifique ».

104) L’ordinaire comme horizon de la pratique philosophique. Ce dernier aspect résume à la fois la thèse de la continuité des formes de pensée (entre philosophie, science et sens commun), et l’usage qui doit être fait de la philosophie. Un des grands projets philosophique de Dewey consiste à penser les rapports potentiels et souhaitables entre les formes les plus complexes de pensée et l’ordinaire du sens commun7.

L’enquête comme forme fondamentale de l’activité humaine

  • 8  L’activité du vivant est définie ainsi par John Dewey : un ensemble de processus qui maintiennent (...)
  • 9  Le terme est de Roberto frega, John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, op (...)
  • 10  John dewey, Logique, op. cit., Chap. II, p. 81. Ce concept de continuité s’applique aussi à la thè (...)
  • 11  « S’agissant du comportement typiquement humain, on peut dire que l’environnement strictement phys (...)

11La thèse de la continuité de la pensée a son importance et il importe de la clarifier rapidement pour en faire ressortir deux implications fondamentales : l’uniformité du schème de l’enquête et la pluralité des objets et des problèmes auxquels il s’applique. Dans sa Logique, John Dewey entame sa réflexion en inscrivant le schème de l’enquête dans les cadres biologiques et anthropologiques qui permettent de penser cette continuité. La thèse est la suivante : le schème du comportement biologique préfigure le schème de l’enquête d’un point de vue fonctionnel8. Ce dernier représente donc une forme fondamentale de l’activité humaine. Ce n’est pas le lieu, ici, de développer plus avant les postulats « anthropobiologiques »9 proposés par le philosophe. Notons juste une chose, afin d’éviter toute confusion : bien que le schème de l’enquête soit préfiguré par l’activité organique du vivant, il ne s’y résume pas et ce serait un contresens que de faire à Dewey un procès en réductionnisme. L’émergence du culturel représente bien un saut, une transformation du biologique : la signification de l’idée de continuité « exclut, d’une part, rupture complète et, d’autre part, simple répétition d’identité »10. Le comportement culturel « intellectualise » le comportement biologique qu’il prolonge mais dont il diffère, notamment via l’apparition du langage. Ainsi, tandis que le comportement organique opère dans une relation à l’environnement physique, le comportement humain opère dans un environnement culturel : le culturel est « naturel » à l’homme et vice-versa11. L’enquête est la forme spécifiquement humaine de l’activité organique de restauration d’un équilibre entre l’individu et son environnement culturel.

  • 12  Ibid., Chap. V, p. 165.

12Ces postulats « anthropobiologiques » assurent donc au schème de l’enquête son caractère uniforme en même temps que pluriel : « l’enquête en dépit des sujets divers auxquels elle s’applique et par suite de la diversité de ses techniques spéciales a une structure, un schème commun ; […] cette structure commune s’applique au sens commun et à la science, bien que, étant donné la nature des problèmes dont ils s’occupent, l’accent mis sur les facteurs en jeu varie beaucoup de l’un à l’autre »12. Venons-en maintenant à la description de ce schème commun.

Le schème de l’enquête

  • 13 Ibid., Chap. V, p. 169.

13Commençons par une définition : « L’enquête est la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié »13. Notons en premier lieu ceci : cette définition décrit un processus. L’enquête est ce moment de transition entre une situation singulière originelle, dont l’attribut principal est l’indétermination, et une situation finale marquée par l’unification et la cohérence. Les étapes structurelles de ce processus sont les suivantes :

141-L’antécédent de l’enquête : la situation indéterminée. Le propre d’une situation indéterminée est d’être incertaine, instable et troublée. Il peut s’agir du surgissement d’un événement inexpliqué, d’un objet impossible à identifier ou d’une action impossible à entreprendre immédiatement. C’est une situation singulière ayant des effets psychologiques : elle provoque le doute et en tant que telle elle constitue un obstacle à la fluidité de l’expérience. Ajoutons que la situation est intrinsèquement et objectivement douteuse, si bien que la résolution d’une situation indéterminée ne peut s’effectuer que par des opérations qui modifient réellement les conditions existantes.

  • 14  John dewey, Logique, op. cit., Chap. V, p. 170.
  • 15  Le caractère instable s’applique à la situation singulière qui elle-même est constituée d’éléments (...)
  • 16  John dewey, Logique, op. cit., Chap. V, p. 173.

152-L’institution d’un problème. La situation indéterminée est constituée en situation problématique lorsque certaines opérations cognitives ont été faites, et tout d’abord : « constater qu’une situation exige une enquête est le premier pas de l’enquête »14. Définir le problème représente ensuite une détermination partielle par l’enquête de la situation originelle. Cela consiste en une première sélection des données : le repérage des éléments constitutifs et stables de la situation originelle15. Ces observations constituent les « éléments du problème », sa définition. Comme principe sélectif, le problème a donc une fonction d’orientation et « sans problème, on tâtonne dans l’obscurité »16.

  • 17  Le lecteur l’aura compris, les deux étapes de l’institution du problème et de la détermination de (...)

163-La détermination de la solution du problème. L’observation des faits et la suggestion d’idées se développent en corrélation dans le processus d’enquête. La sélection des éléments du problème subsumés sous des concepts accompagne la formulation d’hypothèses qui anticipent les possibilités conséquentes : une hypothèse est une idée qui, si elle est vraie, permet la résolution du problème ; c’est une idée qui trouve sa valeur fonctionnellement dans son efficacité pratique17.

174-Le raisonnement. John Dewey appelle raisonnement l’ensemble des opérations qui consistent à faire l’examen des hypothèses suggérées et de leurs implications possibles. Une hypothèse, une fois suggérée, est sous-pesée, mise en rapport avec d’autres hypothèses possibles, afin de déterminer sa valeur opérationnelle et fonctionnelle. Elle est notamment référée à des enquêtes antérieures qui permettent d’anticiper les conséquences de son application. Le raisonnement permet de déterminer pas à pas le choix le plus opérationnel parmi les concepts et les hypothèses suggérés.

185-L’expérimentation. Jusque là, les éléments mis en place restent provisoires, dans le sens où leur caractère opérationnel n’est qu’hypothétique, non prouvé dans les faits. L’expérimentation est l’application concrète des hypothèses sélectionnées aux éléments du problème. Alors que le raisonnement consiste à tester spéculativement une hypothèse par rapport à d’autres hypothèses, l’expérimentation teste concrètement une hypothèse par rapport aux faits observés et sélectionnés. L’enquête est close lorsque l’expérimentation a permis d’unifier la situation originelle par mise en place des opérations qui modifient réellement les conditions existantes.

Le schème de l’enquête en histoire : John Dewey et Max Weber

19Notre objectif étant de proposer un cadre théorique permettant l’étude empirique de la pensée historique, nous voudrions maintenant questionner l’applicabilité du schème de l’enquête à la connaissance historique. La recherche historique peut-elle entrer dans le cadre fournit par John Dewey ? Comment fonctionne concrètement ce cadre dès lors qu’il est appliqué à l’histoire ? Nous voudrions montrer, dans le cas précis de l’histoire, que non seulement le schème de l’enquête peut s’appliquer aux sciences historiques, mais aussi qu’il permet de penser leur pluralité et leur évolution. L’enjeu est donc, non pas de proposer une épistémologie unifiée de l’histoire puisque ses problèmes et ses techniques de recherche évoluent, mais de rendre possible l’histoire même des enquêtes historiques, de rendre possible leur étude empirique.

Applicabilité théorique du schème de l’enquête à l’histoire

20Si l’on s’accorde sur le cadre anthropobiologique proposé par Dewey pour penser la connaissance, le schème de l’enquête s’applique théoriquement à l’histoire en tant qu’activité humaine et pratique culturelle. Rappelons que la signification de ce schème est de saisir la pensée comme fonction organique de l’homme vivant : l’enquête est la forme commune que prend la pensée dans les activités humaines. De ce point de vue, l’histoire, en tant qu’usage particulier de la pensée, répond logiquement aux formes de l’enquête telle que nous l’avons décrite. Nous laisserons bien sûr à nos lecteurs le soin de juger par eux-mêmes si le schème de l’enquête correspond ou non à leurs pratiques de recherche, voire à leurs pratiques de vie quotidienne.

21Pour ce qui nous intéresse, l’argument déductif énoncé ci-dessus n’est pas suffisant pour légitimer l’usage du schème de l’enquête en histoire. Cela reviendrait à poser un modèle a priori, à accepter ses postulats, sans questionner plus avant son caractère opérationnel. Cela reviendrait à faire un usage des outils de Dewey en mettant de côté ses propres mises en garde. Plutôt que d’être utilisé directement, le schème de l’enquête doit être évalué à l’aune d’une description empirique de la recherche historique. Aussi, plutôt que de reprendre tels quels les postulats théoriques de John Dewey, nous voudrions montrer que le schème de l’enquête se rapproche largement de la description faite par Max Weber de la méthode propre aux sciences historiques : la méthode de l’idéaltype. C’est à partir de ce rapprochement que l’application du schème de l’enquête en histoire pourra s’avérer possible, opérationnelle et fonctionnelle.

Max Weber et l’inversion fonctionnelle des concepts : la méthode de l’idéaltype

  • 18  Max weber, « Etudes critiques pour servir à la logique des sciences de la « culture », in Essai su (...)
  • 19  Max weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociale », in Essa (...)

22L’intérêt de la pensée méthodologique de Max Weber est tout entier contenu dans son refus des « spéculations purement épistémologiques et gnoséologiques »18 qui tentent de construire un modèle pur de raisonnement scientifique, seul apte à travailler avec la catégorie du « vrai ». Aussi, la méthode de l’idéaltype n’est pas une construction logique posée a priori, un modèle pur et idéal auquel devraient répondre les sciences historiques. Au contraire, cette méthode relève d’une description empirique de la pratique des historiens et se veut une méthode commune aux sciences historiques : « tout examen attentif portant sur les éléments conceptuels d’un exposé historique montre que l’historien, dès qu’il cherche à s’élever au-dessus de la simple constatation de relations concrètes pour déterminer la signification culturelle d’un événement singulier, si simple soit-il, donc pour le « caractériser », travaille et doit travailler avec des concepts qui, en général, ne se laissent préciser de façon rigoureuse et univoque que sous la forme d’idéaltypes »19. En d’autres termes, et cela est significatif pour notre propos, Max Weber synthétise dans cette méthode les pratiques réellement opérées dans la recherche, de la même façon que John Dewey construit son schème de l’enquête par description empirique des pratiques de pensée communes à la science expérimentale et au sens commun. Entre les deux, les enjeux sont particulièrement analogues.

  • 20  max weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociale », op. cit (...)
  • 21  Ibid., p. 205.
  • 22  max weber, « Etudes critiques pour servir à la logique des sciences de la « culture » », Ibid., p. (...)
  • 23  john dewey, Logique, op. cit., Chap. XII, « Le jugement comme détermination spatio-temporelle : la (...)

23L’élément central que nous voudrions mettre en évidence est l’inversion fonctionnelle des concepts – sous la forme des idéaltypes – opérée par Weber, par rapport à la conception de l’École Historique Allemande largement issue de l’épistémologie positiviste du xixe siècle. Alors que celle-ci « assigne a priori aux concepts d’être des copies représentatives de la réalité objective »20, donc définit le concept à la fois comme finalité et comme contenu de la connaissance, Weber propose une conception instrumentale du concept. Selon lui, l’idéaltype n’opère pas concrètement comme représentation de la réalité, mais comme sélection opérationnelle d’éléments : c’est un système d’accents, élaboré en tableau de pensée, qui permet la sélection contrôlée et dirigée des éléments significatifs du problème de recherche. « Les concepts ne sont pas des buts, mais des moyens de la connaissance des relations significatives sous des points de vue singuliers »21. En conséquence, les concepts, sous la forme de l’idéaltype, ont pour fonction de sélectionner, donc de transformer la réalité pour en rendre les éléments intelligibles. Dès lors, la finalité d’une recherche scientifique est déplacée, de la même façon que chez Dewey : elle ne vise pas à produire une représentation parfaite du réel, mais bien à résoudre un problème posé par une situation factuelle : « une science ne se laisse fonder et ses méthodes ne progressent qu’en soulevant et en résolvant des problèmes qui se rapportent à des faits »22. Nous sommes donc en présence d’une description empirique de la recherche historique qui met l’accent sur trois opérations : poser un problème, utiliser des catégories sélectives les plus fonctionnelles possibles en vue de suggérer des hypothèses de résolution. Il s’agit bien là des étapes 2, 3 et 4 du schème de l’enquête que nous avons décrit plus haut. Traitant particulièrement de l’histoire, John Dewey ne dit pas autre chose et insiste sur le principe de sélection : « Toute construction historique est nécessairement sélective. […] Tout dans l’art d’écrire l’histoire dépend du principe employé pour contrôler la sélection. Ce principe décide de la valeur qui devra être assignée aux événements passés, de ce qui sera admis et de ce qui sera omis ; il décide aussi de la manière dont les faits choisis devront être arrangés et ordonnés »23.

  • 24  jean-claude passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit.
  • 25  karl popper, La Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

24L’usage du terme « expérimentation » par John Dewey peut porter à confusion et doit être clarifié. Le problème est le suivant : dans la science expérimentale moderne, l’expérimentation est la condition pratique pour l’établissement du caractère scientifique d’un énoncé. Dans ce cadre épistémologique, la reproductibilité d’une expérience permet de déduire la généralité d’un énoncé scientifique, donc sa vérité. Qu’en est-il de l’expérimentation en histoire ? Ce problème a largement été abordé par Jean-Claude Passeron dans son essai épistémologique, Le Raisonnement sociologique24, dans lequel il entreprend de réfuter le monopole du modèle hypothético-déductif proposé par Karl Popper25. Reprenant l’argumentaire de Max Weber démontrant l’irréductibilité des sciences historiques aux sciences nomologiques, il rappelle que la différence fondamentale est l’impossible expérimentation au sens strict dans l’établissement de la preuve en sciences sociales. Travaillant exclusivement sur des faits singuliers, l’histoire, la sociologie ou l’anthropologie ne peuvent envisager la reproductibilité des expériences pour établir la véracité d’une hypothèse ; seule l’observation historique et la comparaison le peuvent, celles-ci faisant office d’expérimentation au sens large. La solution proposée par Passeron consiste donc à détacher la pertinence d’un énoncé sociologique ou historique de l’exigence de généralité. La preuve ne vise pas forcément à fonder la généralité d’un énoncé scientifique : elle peut tout aussi bien garantir la pertinence d’un énoncé singulier dans une situation donnée.

25Ceci nous rapproche du schème de l’enquête de Dewey. La confusion née de l’usage du terme « expérimentation » relève des fonctions différentes que lui octroient respectivement Dewey et Popper. Pour Popper, la fonction de l’expérimentation dans la recherche scientifique est de fonder la généralité d’un énoncé, seule garantie de la vérité. Chez Dewey l’expérimentation a pour fonction d’en garantir son caractère opérationnel : un énoncé hypothétique est prouvé s’il s’accorde avec les éléments du problème, avec les données observées et sélectionnées, et s’il permet de résoudre le problème singulier posé initialement. La fonction de l’expérimentation n’est donc pas, ici, de fonder la généralité d’une proposition ou d’une assertion, mais bien d’en fonder le caractère opérationnel dans une situation particulière. Pour John Dewey, comme pour Max Weber et Jean-Claude Passeron, ce n’est pas la généralité d’un énoncé qui en fournit la valeur, c’est son caractère opérationnel. Dès lors, l’expérimentation est tout à fait envisageable en histoire, sous diverses formes, puisqu’elle consiste à tester la pertinence d’une hypothèse en tant que solution au problème historique donné.

  • 26  il est significatif que Jean-Claude Passeron reproduise le même protocole empirique que Weber et D (...)

26Pour conclure ce point, résumons la situation où nous sommes parvenus. John Dewey et Max Weber, par opposition aux conceptualisations a priori de la connaissance, proposent tous deux des descriptions empiriques des processus de pensée. Le premier, par observations conjointes de la science expérimentale et du sens commun, abstrait le schème de l’enquête consistant en la résolution de problèmes par sélection des faits, par usage instrumental des concepts et par suggestion des hypothèses ; le second, par examen des pratiques des sciences historiques en particulier, isole la méthode de l’idéaltype dont l’élément central est le caractère instrumental et hypothétique du concept ayant pour finalité la résolution de problèmes soulevés par des situations factuelles. Dès lors, si l’on s’accorde sur la définition des sciences historiques proposée par Max Weber et largement reprise par Jean-Claude Passeron26, ainsi que sur l’acceptation large du processus d’expérimentation visant non pas la généralité d’un énoncé, mais la sélection de l’hypothèse la plus probante, la compatibilité est évidente.

L’Enquête historique comme objet empirique

27Maintenant que nous considérons que le schème de l’enquête peut s’appliquer à l’histoire, rappelons sa fonction pour une étude empirique. Le schème de l’enquête, parce qu’il permet d’aborder la pensée comme processus, permet de dégager les étapes d’une recherche singulière, non réduite à ses résultats. Il permet ainsi de construire l’enquête historique comme objet pour l’étude empirique.

Du texte d’histoire à l’enquête historique

28Puisque l’enquête historique consiste à poser des problèmes, à proposer des idéaltypes et des hypothèses et à les tester sur les faits observés, il est possible de l’aborder comme une pratique de pensée ayant un début et un aboutissement constitué par le texte d’histoire. Le problème méthodologique qui se pose ici est le suivant : le texte lui-même est une donnée achevée, momentanément close. Il constitue le résultat du processus d’enquête. Aussi, l’enjeu est-il de parvenir à repérer les étapes successives de l’enquête à partir d’un texte fini. La difficulté ne peut toutefois pas être résolue une fois pour toute. Chaque texte présentant des particularités narratives, la reconstitution des processus qui le produisent doit se faire au cas par cas. Il est des textes où le protocole d’enquête apparaît très clairement, d’autres où il est largement masqué par les procédés narratifs propres à l’écriture et à l’énonciation. Par exemple, une norme d’écriture fréquente en histoire est de reproduire narrativement l’ordre chronologique avant/après, ou début/milieu/fin. Or, l’enquête historique chemine la plupart du temps à rebours : l’historien observe un événement, une structure ou tout autre objet historique à expliquer, et remonte le temps pour en dégager des causes ou des conditions de possibilité. Par conséquent, il arrive souvent que le texte d’histoire renverse le cheminement de l’enquête. Néanmoins, cette difficulté méthodologique peut être surmontée par une méthode de lecture s’ouvrant sur le repérage des problèmes singuliers posés par chaque enquête. Le cas par cas est la règle étant donné les différences narratives entre les auteurs, voire entre les textes d’un même auteur. Une fois les problèmes repérés, les orientations et suggestions inhérentes à la résolution de ces problèmes peuvent être isolées et nommées : ceci est une source, une donnée, un objet, ceci est un idéaltype, ceci est une hypothèse explicative, etc. Ces éléments prennent leur sens en fonction du problème repéré.

  • 27  À titre d’exemple, citons le texte de carlo ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meuni (...)

29Un second problème méthodologique présente une difficulté irréductible. Le texte d’histoire exprime les résultats de l’enquête, donc uniquement les choix positivement opérés. Il est rare de voir apparaître dans le texte les tâtonnements, les suggestions écartées, les tentatives avortées. En ce sens, le texte d’histoire est lui-même une sélection au sein du processus d’enquête en masquant les opérations de tâtonnement. La plupart du temps, les hypothèses explicatives rejetées par l’historien n’apparaissent pas. Mais là encore, le cas par cas est la règle car il arrive que certaines hypothèses écartées soient énoncées dans le texte, ainsi que les raisons pour lesquelles elles sont écartées27.

30À ce stade, la nature du texte d’histoire peut jouer un rôle important. S’il s’agit d’un article, il arrive que le texte final colle beaucoup plus au processus d’enquête que dans le cas d’un ouvrage plus long. La nature même de l’article scientifique rend possible ce fait puisqu’il s’adresse le plus souvent à d’autres historiens et possède un caractère expérimental plus affirmé qu’un livre. À l’inverse, le livre d’histoire a tendance à introduire une dimension narrative plus importante, voire à rassembler plusieurs enquêtes particulières, et s’écarte d’autant plus du processus qui les produit. Mais une fois encore, il ne s’agit que de tendances qu’il faut questionner au cas par cas avec les méthodes de critique externe qui s’imposent.

  • 28  Rappelons les textes majeurs qui sont à l’initiative des ces débats. Le texte fondateur est l’ouvr (...)

31Le passage méthodologique du texte d’histoire comme résultat, au processus d’enquête comme production soulève un enjeu important. Le fait de considérer le processus d’enquête comme objet empirique, observable à partir du texte d’histoire, présente l’enjeu d’un déplacement de perspective par rapport aux thèses narrativistes qui ont vu le jour à partir des années 197028. Sans entrer dans le détail de ces thèses, notons juste qu’elles se portent de façon privilégiée sur les résultats écrits des enquêtes historiques, et leur dimension narrative. L’enjeu de l’introduction du schème de l’enquête en histoire est d’aborder le texte d’histoire comme un produit fini et achevé qui n’est que la part émergée de l’iceberg. De la même façon que les épistémologues classiques travaillent essentiellement sur les propositions linguistiques produites par l’enquête scientifique, les tenants des thèses narrativistes abordent les textes historiques comme objets clos, non pas comme résultats produits d’une enquête. Or, pour une étude empirique de la pensée historique, le texte d’histoire n’est pas un objet définitif en soi. C’est un ensemble d’indices et de symptômes qui permettent, indirectement, de reconstituer le processus dont il est le produit momentanément achevé. Aussi, il faut bien comprendre que l’objet de notre étude empirique de la pensée historique n’est pas le texte lui-même. Il est constitué de l’ensemble des opérations mentales – observations, sélections, inférences, explications et interprétations – qui sont à l’œuvre lorsque l’historien pense et conduit son enquête et, dans un second temps, lorsqu’il met en récit les résultats de son enquête.

Comparatisme et transferts conceptuels

32Un second enjeu important de l’usage que nous faisons du schème de l’enquête est de rendre possible à la fois l’analyse comparative de l’enquête historique avec d’autres types d’enquête, et l’analyse des transformations opérées par les historiens lorsqu’ils s’approprient des outils issus d’autres disciplines.

  • 29  Rappelons que pour Max Weber comme pour Jean-Claude Passeron, les sciences sociales, ou sciences h (...)

33Le caractère commun du schème de l’enquête le rend applicable aux disciplines voisines de l’histoire, notamment la sociologie et l’anthropologie29. Il permet donc à la fois la comparaison et la distinction. Il fonctionne comme schème idéaltypique, comme instrument de mesure qui, tout en accentuant les points communs (les formes de l’enquête : problème et résolution de problème) permet d’envisager la pluralité des enquêtes (les problèmes spécifiques, les objets spécifiques et les méthodes spécifiques). La comparaison est donc ouverte entre l’histoire et les autres sciences sociales, à travers le repérage des techniques d’enquête propres à chaque discipline.

  • 30  Rappelons que la première thèse épistémologique de John Dewey que nous avons énoncée plus haut est (...)

34À partir de ce comparatisme, il est possible aussi d’envisager les transformations opérées lors des transferts d’outils, de concepts et de modèles entre les disciplines respectives. Lorsqu’un outil ou une technique est transféré, par exemple depuis l’anthropologie structurale vers l’histoire (dans le cas de l’anthropologie historique) il ne s’agit pas, et ne peut s’agir, d’une simple transposition. En effet, une technique ou un outil trouve sa signification dans sa capacité à résoudre un problème30. Si elle est détachée de ce problème pour être introduite dans un autre, sa signification change et doit être repensée en fonction de son nouvel environnement. La difficulté est de saisir à la fois les effets de transposition et les effets de transformation inhérents à un tel déplacement.

  • 31  pierre vidal-naquet, « Le cru, l’enfant grec et le cuit », in Le Chasseur Noir (1981), éditions La (...)

35À titre d’exemple, nous pouvons rappeler un texte extrêmement clair sur ce point. Il s’agit de l’article de Pierre Vidal-Naquet, intitulé « Le Cru, l’enfant grec et le cuit »31. Cet article peut être considéré comme l’exposition des enjeux que représente le transfert des outils de l’anthropologie structurale en histoire. Pour expliquer l’éphébie athénienne instituée au ive siècle avant J.-C., Pierre Vidal-Naquet envisage dans un premier temps d’utiliser les méthodes d’analyse structurale du mythe étiologique de l’éphébie. Sans entrer dans les détails de son argumentation, notons uniquement qu’il considère que cette technique d’interprétation ne répond pas entièrement au problème historique qui est le sien, à savoir le sens et la fonction que peut avoir cette institution au ive siècle et pas uniquement à son origine. Là où l’anthropologie structurale se poserait le problème de la fonction symbolique de l’institution, fonction dégagée au maximum des repères spatio-temporels, l’historien se préoccupe en dernière instance de la fonction particularisée de l’institution dans un lieu et à une date donnés : Athènes au ive siècle. Ainsi, la signification de l’analyse du mythe étiologique est modifiée. Alors qu’elle résout le problème posé par l’étude structurale (la fonction symbolique d’une institution), elle n’est qu’une étape transitoire pour résoudre le problème posé par l’histoire. Elle fait voir certains aspects, notamment les survivances symboliques dans la culture grecque, mais n’est pas en soi satisfaisante pour rendre compte de l’institution du ive siècle. Pour cela, elle doit être pondérée par des techniques d’enquête proprement historiques, techniques se portant sur les conditions historiques données (notamment les transformations des pratiques guerrières après la guerre du Péloponnèse qui justifient d’introduire une formation militaire distincte de l’idéal hoplitique pour les jeunes Athéniens). La technique d’investigation formulée par Claude Lévi-Strauss et l’anthropologie structurale (l’homologie structurale) est ici transposée, mais sa fonction change puisqu’elle ne résout pas directement le problème historique posé par Pierre Vidal-Naquet. Elle permet seulement d’organiser différemment certaines données disponibles et observées, donc de renouveler les questionnements propres aux historiens.

Enjeux historiographiques : le présent de l’historien

36Pour conclure notre propos, venons-en au dernier enjeu constitué par l’usage que nous faisons du schème de l’enquête en historiographie. Jusque là, nous avons discuté les usages possibles du schème de l’enquête pour construire l’objet d’une étude empirique de la pensée historique. Le dernier enjeu est l’usage qui peut être fait du schème de l’enquête pour historiciser la pensée historique, en la référant à des conditions contextuelles extérieures, au présent de l’historien.

  • 32 john dewey, Logique, op. cit., Chap. XII, p. 313.

37L’étape importante à prendre en compte pour ce dernier point est celle que John Dewey situe comme étant l’antécédent de l’enquête : la situation indéterminée. Nous avons vu qu’une situation indéterminée, c’est-à-dire intrinsèquement douteuse et incertaine, était ce qui stimulait l’ouverture d’une enquête. Pour l’étude empirique de la pensée historique, cette étape est importante car elle permet de repérer ce pourquoi il y a enquête historique. Pourquoi l’historien, dans les conditions qui sont les siennes, à tel moment de sa vie, pose-t-il tel ou tel problème et construit-il telle ou telle histoire ? Parce qu’il est confronté à une situation, dont il est un élément, qui nécessite l’ouverture du problème en question et sa résolution. Les éléments de situation à prendre en compte sont évidemment très divers. Pour John Dewey, l’enquête historique en particulier doit être référée au présent de l’historien. Le fait d’être présente, ou contemporaine, est une qualité essentielle, bien que non exclusive, de la situation indéterminée : « toute l’histoire est nécessairement écrite du point de vue du présent, et est, en un sens inévitable, l’histoire non seulement du présent, mais de ce qui est jugé par les contemporains comme présentement important »32. La situation indéterminée émerge donc dans ce rapport entre l’historien et le contexte dans lequel il vit, l’un et l’autre étant largement indissociables.

  • 33 Ibid., p. 315.
  • 34 Ibid., p. 317.

38Cette dimension est importante car elle permet de questionner l’histoire des enquêtes historiques, non pas du point de vue des résultats changeants d’enquêtes portant sur les mêmes objets ou événements, mais du point de vue des situations indéterminées surgissant dans le présent de l’historien et des problèmes historiques qui en découlent. Deux historiens peuvent travailler sur les mêmes événements, sur les mêmes objets, voire sur les mêmes sources, leurs problèmes ne seront pas les mêmes car les situations dans lesquels ils se trouvent diffèrent : celles-ci sont toujours singulières. C’est pourquoi, par exemple, l’histoire de la Révolution Française a sa propre histoire. Les éléments contextuels du présent de l’historien sont infiniment variables et il est impossible de référer la pensée historique à un seul type de données. Nous retrouvons là l’exigence d’étude au cas par cas, texte par texte et problème par problème. Il peut tout aussi bien s’agir d’événements relevant de la biographie de l’historien (une rencontre, une lecture, etc.), de la mise à jour de nouvelles sources remettant en question des interprétations antérieures, de la confrontation avec d’autres techniques d’investigation posant de nouveaux problèmes et impliquant des mises en ordre nouvelles des sources, etc. Tous les cas de figure sont envisageables. Mais dans tous les cas, il s’agit de situations présentes où les acquis antérieurs s’avèrent insuffisants, où l’indétermination survient et constitue un obstacle à franchir, où, en conséquence, le présent pose de nouvelles questions au passé. C’est pourquoi, en 1938, John Dewey affirme que « le fait d’écrire l’histoire est lui-même un événement historique. C’est quelque chose qui arrive et qui en son occurrence a des conséquences existentielles »33. L’histoire relève donc d’un double processus : «  D’une part, les changements qui se produisent dans le présent, donnant une nouvelle tournure aux problèmes sociaux, présentent le sens de ce qui s’est produit dans le passé dans une nouvelle perspective. […] D’autre part, dans la mesure où le jugement du sens des événements passés change, nous acquérons de nouveaux instruments pour estimer la force des conditions présentes en tant que potentialités du futur »34.

39L’enjeu que nous venons d’énoncer est celui de l’inventivité de l’histoire. Si l’on s’accorde sur l’application possible du schème de l’enquête à l’histoire, force est de reconnaître son caractère créatif en fonction des situations présentes. Puisque toute enquête historique s’ancre sur une situation indéterminée, singulière parce que contemporaine, elle présente des éléments nouveaux et implique des solutions nouvelles. Le caractère novateur de l’enquête historique réside bien là et il est possible, par l’étude empirique, d’en dégager les gestes d’invention. L’enquête historique n’est pas abordée empiriquement comme une reproduction aveugle et passive de techniques bien rôdées, ni comme simple expression discursive des mentalités contemporaines, elle est au contraire questionnement réitéré et expérimentation active de techniques nouvelles. Elle fabrique constamment un nouveau passé.

  • 35  lucien febvre, « Propos d’initiative : vivre l’histoire », in Mélanges d’histoire sociale, Vol. 3, (...)

40La créativité de l’histoire était chère à Lucien Febvre et il n’est pas anodin que pour penser et enseigner celle-ci, l’historien ait eu recours au terme d’histoire-problème. Cette expression lui permettait de synthétiser sa critique à l’égard de l’histoire-érudition, ou de l’histoire-contenu. En ce sens, il préférait qualifier l’histoire d’« étude scientifiquement conduite » plutôt que de « Science », insistant par ce terme sur le processus d’enquête : « Parler de Science, c’est avant tout évoquer l’idée d’une somme de résultats, d’un trésor si l’on veut, plus ou moins bien garni de monnaies, les unes précieuses, les autres non ; ce n’est pas mettre l’accent sur ce qui est le ressort moteur du savant, je veux dire l’Inquiétude, la remise en cause non pas perpétuelle et maniaque, mais raisonnée et méthodique des vérités traditionnelles – le besoin de reprendre, de remanier, de repenser quand il le faut, et dès qu’il le faut, les résultats acquis pour les réadapter aux conceptions et, par delà, aux conditions d’existence nouvelles que le temps et les hommes, que les hommes dans le cadre du temps, ne cessent de se forger. […] « étude scientifiquement menée », la formule implique deux opérations, celles-là même qui se trouvent à la base de tout travail scientifique moderne : poser des problèmes et formuler des hypothèses »35.

Haut de page

Notes

1 john dewey, The Theory of Inquiry, New-York, Henry Holt and Company, 1938. Nous utilisons ici la traduction française : Logique. La Théorie de l’Enquête, éd. Gérard Deledalle, Paris, PUF, 1967.

2  max weber, Essai sur lathéorie de la science, éd. Julien Freund, Paris, Plon, 1965. Les considérations de Max Weber ont été actualisées dans l’essai épistémologique de Jean-Claude passeron, Le Raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, 2ème éd., Paris, Albin Michel, 2006.

3  Il ne s’agit pas, pour Dewey, de construire une épistémologie qui aurait un statut d’absolu au regard duquel s’évaluerait une connaissance. Au contraire, son épistémologie pragmatique se développe dans une critique de l’épistémologie comme tribunal de la science, ou de la pensée. C’est son analyse des évolutions de la philosophie et de la science aux xixe et xxe siècle qui le pousse à forger une conception nouvelle de la connaissance. Il s’oppose en cela radicalement aux épistémologues qualifiés de fondationnalistes.

4  Pour une plus ample compréhension, le lecteur pourra se référer à la Logique, op. cit., chap. VI, ainsi qu’au texte à vocation pédagogique, traduit en français sous le titre Comment nous pensons, Paris, éd. Les Empêcheurs de tourner en rond, 2004. Le texte original en anglais, How we think, est publié dans John dewey, The Later works, 1925-1953, Edwardsville, Southern Illinois University Press, 1989.

5  roberto frega, John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 86.

6  John dewey, Logique. Théorie de l’enquête, op. cit., chap. V, « Le Schème de l’enquête ».

7  Ibid., chap. IV, « L’Enquête du sens commun et l’enquête scientifique ».

8  L’activité du vivant est définie ainsi par John Dewey : un ensemble de processus qui maintiennent et restaurent une relation durable entre l’organisme et l’environnement. « La vie peut être considérée comme un rythme continuel de déséquilibres et de restaurations d’équilibre ». Ibid., Chap. II, « La matrice existentielle de l’enquête : le biologique », p. 85.

9  Le terme est de Roberto frega, John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, op. cit.

10  John dewey, Logique, op. cit., Chap. II, p. 81. Ce concept de continuité s’applique aussi à la thèse de la continuité structurelle entre les différentes enquêtes du sens commun, des sciences, de la philosophie, etc.

11  « S’agissant du comportement typiquement humain, on peut dire que l’environnement strictement physique est tellement incorporé dans l’environnement culturel que nos inter-actions avec l’environnement physique, les problèmes qu’il soulève, et notre façon de les traiter, sont profondément affectés par son incorporation dans l’environnement culturel », John dewey, Logique, op. cit., Chap. III, « La matrice existentielle de l’enquête : le culturel », p. 102.

12  Ibid., Chap. V, p. 165.

13 Ibid., Chap. V, p. 169.

14  John dewey, Logique, op. cit., Chap. V, p. 170.

15  Le caractère instable s’applique à la situation singulière qui elle-même est constituée d’éléments stables qu’il s’agit de repérer.

16  John dewey, Logique, op. cit., Chap. V, p. 173.

17  Le lecteur l’aura compris, les deux étapes de l’institution du problème et de la détermination de solutions possibles se développent conjointement : « les matériaux perceptuels et conceptuels sont établis par corrélation fonctionnelle, de telle sorte que les premiers localisent et décrivent le problème, tandis que les derniers représentent une méthode possible de solution », Ibid., Chap. V, p. 176.

18  Max weber, « Etudes critiques pour servir à la logique des sciences de la « culture », in Essai sur la théorie de la science, op. cit., p. 221. Du point de vue de Max Weber, ce qui est dit de la méthode de l’idéaltype est valable pour l’ensemble des sciences historiques relevant d’un même espace épistémologique : la sociologie, l’histoire, l’anthropologie, etc. Sur la définition de la méthode et des réformes méthodologiques opérées par Max Weber, voir aussi Catherine colliot-thélène, Max Weber et l’histoire, Paris, PUF, 1990, p. 18-25.

19  Max weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociale », in Essai sur la théorie de la science, op. cit., p. 184.

20  max weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociale », op. cit., p. 205.

21  Ibid., p. 205.

22  max weber, « Etudes critiques pour servir à la logique des sciences de la « culture » », Ibid., p. 220.

23  john dewey, Logique, op. cit., Chap. XII, « Le jugement comme détermination spatio-temporelle : la narration et la description », p. 313.

24  jean-claude passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit.

25  karl popper, La Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

26  il est significatif que Jean-Claude Passeron reproduise le même protocole empirique que Weber et Dewey : pour produire ses objections à l’égard du modèle épistémologique de Karl Popper, il opère par description des pratiques réelles des sociologues et des historiens.

27  À titre d’exemple, citons le texte de carlo ginzburg, Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, trad. Monique aymard, Paris, Flammarion, 1980. L’auteur choisit, en guise de style narratif, de relater le plus exactement possible le cheminement de son enquête. Il fait apparaître aussi bien les hypothèses les plus probantes que celles qui sont écartées.

28  Rappelons les textes majeurs qui sont à l’initiative des ces débats. Le texte fondateur est l’ouvrage de hayden white, Metahistory. The historical imagination in nineteenth-century Europe, Londres, John Hopkins University Press, 1973. Ensuite, la question est largement traitée par paul ricoeur, Temps et Récit, 3 tomes, Paris, Seuil, 1983-1984.

29  Rappelons que pour Max Weber comme pour Jean-Claude Passeron, les sciences sociales, ou sciences historiques, relèvent d’un même espace épistémologique : elles ont en commun de fonctionner selon la méthode de l’idéaltype. Ce que nous avons dit plus haut sur cette méthode, et son adéquation avec le schème de l’enquête, vaut donc aussi bien pour l’histoire que pour les autres sciences sociales.

30  Rappelons que la première thèse épistémologique de John Dewey que nous avons énoncée plus haut est la primauté de l’usage dans la signification d’un concept : la signification d’un concept est inhérente à son inscription dans une enquête particulière, donc de son fonctionnement dans une situation problématique donnée.

31  pierre vidal-naquet, « Le cru, l’enfant grec et le cuit », in Le Chasseur Noir (1981), éditions La Découverte, Paris, 2005, p. 177-207. Première édition dans jacques le goff et pierre nora (éd.), Faire de l’histoire, III, Gallimard, Paris, 1974, p. 137-168.

32 john dewey, Logique, op. cit., Chap. XII, p. 313.

33 Ibid., p. 315.

34 Ibid., p. 317.

35  lucien febvre, « Propos d’initiative : vivre l’histoire », in Mélanges d’histoire sociale, Vol. 3, 1943, p. 5-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Gros, « Les formes de l’enquête historique : John Dewey et Max Weber », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/3668 ; DOI : 10.4000/acrh.3668

Haut de page

Auteur

Aurélien Gros

aureliengros [arobase] voila [point] fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org