Navigation – Plan du site

Présentation

Francisco Bellosillo et Felipe Brandi

Texte intégral

1Il faut se rendre à l’évidence : historiographie est une expression devenue courante. Entendons usuelle et actuelle, en même temps. Et ce, davantage depuis une vingtaine d’années. Elle semble être aujourd’hui partout présente. Les rayons des librairies l’attestent. En témoigne aussi le nombre croissant de travaux dans le secteur. Présence d’autant plus vive qu’en de nombreux cas, elle est, trop près de nous, indiscernable. Quel historien aujourd’hui ne convient que l’histoire n’est pas écrite une fois pour toutes ? Quel débutant n’est déjà converti à l’idée – en mesure-t-il toujours la portée ? – que toute histoire est contemporaine, que tout récit d’histoire dit plus du temps où il est rédigé que de l’époque qu’il évoque ? L’histoire est perpétuellement à refaire, car le passé n’est jamais le même aux yeux de chaque génération, qui l’interpelle sur des points toujours nouveaux, au gré des préoccupations qui sont les siennes. Voilà certains des principes sur lesquels s’appuie l’historiographie tenus aujourd’hui pour acquis.

2Cristallisation invisible d’une longue chaîne de remises en question hardies, souvent troublantes et dérangeant les idées reçues, qui ont fait de l’historiographie le locus, au contraire, d’une inquiétude de l’histoire. Quoique familière, l’historiographie ne va pas de soi. Elle épouse les difficultés du savoir historique dont elle est une branche. Contrairement à ce que sa diffusion et son apparente familiarité aujourd’hui peuvent faire croire, l’historiographie demeure une matière difficile. Plus encore, elle est dynamique et en pleine jeunesse. Elle se renouvelle très rapidement, et ne cesse de s’ouvrir à des voies neuves de recherche.

3Le présent numéro de l’Atelier du Centre de Recherches Historiques entend saisir cette fraîcheur et ce dynamisme, en s’associant à l’intérêt actuel, sensible en France, pour les discussions propres au champ de l’historiographie, mais aussi en accueillant les travaux de jeunes chercheurs. Où peut-on retrouver, avec autant de clarté, le point de jonction exact entre les intérêts les plus neufs dans le domaine et les apports des dernières générations, vis-à-vis desquels ces jeunes recherches tentent de se situer et dont elles sont les héritières ? En faisant ici le choix des cadets, ce numéro entend, d’emblée, attirer l’attention sur les défis contemporains.

4En effet, les défis, manifestes dans la diversité et dans l’hétérogénéité des approches ici présentées, sont légion dans un domaine qui se veut, en même temps, historique, critique et théorico-réflexif. C’est à ce titre que nous voudrions structurer le présent numéro et en faire un espace de réflexion.

5En partant de ce constat même de l’étendue du champ, il nous est apparu nécessaire et salutaire de bien mettre en évidence l’hétérogénéité des traitements, les différentes stratégies de recherche qui se donnent pour objectif de répondre aux difficultés et, parfois, aux impasses qui ont directement trait aux problématiques constitutives de l’historiographie. Nous avons fait en outre appel à des projets actuellement en chantier, pour connaître les directions qu’ils prennent et engager un dialogue.

6En nous tournant vers une branche de la recherche historique – une démarche plutôt ? – qui semble attirer de plus en plus de chercheurs, notre but est ici de constituer un recueil de plus, encore un, sur l’histoire de l’histoire. Et non le dernier. Recueil qui se veut surtout geste et lieu d’ouverture. Au débat et aux échanges. Lieu de rencontre aussi. Les travaux réunis ici ne relèvent pas d’une équipe, ni ne sont rangés sous l’autorité d’une quelconque bannière. Ils n’affichent pas non plus une plateforme théorique ou méthodologique et encore moins la prescription de telle ou telle approche au détriment de telle ou telle autre. Bien au contraire, notre propos est de faire oublier, autant que faire se peut, les découpages traditionnels de la discipline, afin que les différentes contributions ne soient plus séparées selon les époques ou la géographie de leurs objets. Car l’historiographie impose souvent à son historien un ensemble commun de défis, malgré la disparité des terrains, malgré la distance temporelle et spatiale qui semble éloigner les différentes études consacrées à ses multiples objets. Et c’est probablement là, dans le croisement, en essayant de cerner ce dénominateur commun, que l’on est mieux à même de mesurer l’unité et la spécificité des recherches dans ce domaine.

7Au lieu de chercher à imposer à toute force une définition restrictive à la discipline, nous souhaiterions tirer profit, ici, de la diversité du champ, dans l’espoir de faire connaître les démarches que nos collègues entreprennent de manière différente de la nôtre, et de découvrir que, parfois, celles que l’on croyait les plus personnelles s’avèrent largement expérimentées par d’autres. Et de fait, toute tentative de définition stricte aurait été non seulement contraire aux propos de ce numéro, mais forcément partielle et arbitraire. Car il y a peut-être presque autant de façons de penser et de pratiquer l’historiographie que de chercheurs qui la pratiquent. La lecture des textes ici réunis laisse rapidement transparaître des choix d’approche très divers, des interlocuteurs très différents : chez les uns prédomine la philosophie, ou l’anthropologie ; chez d’autres la politique ou l’histoire culturelle, ou encore la sociologie de la connaissance, voire l’analyse des discours. Chaque auteur se distingue par ses prédilections théoriques et méthodologiques. Tous partageant, cependant, une même conviction : tout n’a pas été dit et il reste toujours à dire sur des thèmes, auteurs, ouvrages, lus et relus de nombreuses fois, commentés et discutés à maintes reprises.

  • 1  Effort collectif et diversifié, dont nous pourrions citer, parmi tant d’autres, les travaux de Ber (...)

8Les textes qui suivent proviennent, qui plus est, de différents pays. Ils témoignent du rayonnement actuel de l’historiographie, et expriment diverses inquiétudes nées de la tradition dont ils sont issus. La disparité des traitements, la différence dans les manières d’envisager et d’approcher l’objet historiographique sont le signe d’un héritage pluriel. Chacune des contributions, nous en sommes persuadés, porte en effet la marque attestant des fruits des efforts des dernières générations1 qui ont, depuis un demi-siècle, en s’écartant des terrains conquis, définitivement consolidé l’intérêt que suscite ce secteur de la recherche historique, en affinant sans cesse sa problématique, et en renouvelant son questionnaire. Menées par des doctorants et par des jeunes docteurs, ces études poursuivent le travail des aînés, en approfondissant les sillons tracés, en apportant aussi de nouvelles interrogations. Échantillon des intérêts les plus actuels, ces différentes études donnent probablement un bon aperçu d’un nouveau seuil, des premiers linéaments des questions et des investissements de demain.

Haut de page

Notes

1  Effort collectif et diversifié, dont nous pourrions citer, parmi tant d’autres, les travaux de Bernard Guenée, de François Hartog, de Georges Lefebvre, d’Henri-Irénée Marrou, de Pierre Nora et de Jacques Revel, pour la France, auxquels il faudrait ajouter ceux d’Arnaldo Momigliano et de Reinhart Koselleck, pour l’Italie et l’Allemagne, ou encore, pour prendre l’une des différentes « traditions » représentées dans ce numéro, les apports brésiliens de Ricardo Benzaquen de Araújo, de Manuel Salgado Guimarães et de Francisco Murari Pires. Cette liste succincte d’auteurs, sans doute insuffisante, n’entend pas représenter ici tous les contributeurs de ce numéro, et nous renvoyons volontiers le lecteur à l’appareil critique de chacun des articles, mais elle tient à rappeler que c’est à partir d’œuvres constituées et en prenant appui sur l’essor de l’historiographie que se mettent en place les travaux des jeunes auteurs ici réunis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francisco Bellosillo et Felipe Brandi, « Présentation », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 20 avril 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/3714

Haut de page

Auteurs

Francisco Bellosillo

CRH, EHESS/UAM

Felipe Brandi

CRH, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org