Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En guise d’ouverture, nous avons pensé que ce serait important de démarrer le présent numéro par un article portant sur le thème général qui nous réunit. Parler d’historiographie, en rappeler les caractères originaux : Felipe Brandi se propose de présenter, à grands traits, quelques-uns des enjeux qui nous paraissent illustrer la spécificité des études d’histoire de l’historiographie. L’article double qu’il nous présente est composé de deux textes complémentaires qui doivent être lus ensemble. Entrée en matière, point de départ idoine pour un numéro consacré à l’historiographie.

2Le premier article propose de rappeler les contours ambigus et polémiques d’un département épistémologique à la charnière de l’histoire intellectuelle et de la théorie de l’histoire. Par sa formation brésilienne, Felipe Brandi met l’accent sur la portée théorique du champ de l’historiographie. Pour lui, il ne fait aucun doute que l’histoire des études historiques ne saurait se détacher du champ plus large de ce qu’il est convenu d’appeler la « théorie de l’histoire ». Car ce sont, en effet, les successifs défis théoriques affrontés par le savoir historique qui, au sens le plus fort du terme, incitent toute recherche d’historiographie. L’« historiographie » est donc placée ici sous le signe de la réflexivité, marquant le mouvement désormais entamé d’un retour de la conscience historique sur elle-même. Et c’est une telle conception que nous avons voulu faire notre, dans ce numéro. En revenant à la méfiance à l’égard de la philosophie soutenue de longue date par l’école historique française, l’objectif du premier texte est de faire ressortir d’abord les obstacles qui ont été naguère (ou qui sont encore) dressés contre l’histoire de l’historiographie, mais pour inviter le lecteur à s’interroger à la fois sur sa propre assurance quant à la configuration présente de ce champ d’étude et sur le type d’approche historiographique qu’il choisit de pratiquer.

3Le second texte est un prolongement du premier, à travers un essai d’historicisation de l’histoire de l’historiographie dans la France du dernier demi-siècle. Son propos est de retracer les pas successifs qui ont marqué l’essor de l’approche historiographique française. En réunissant des matériaux que nous rencontrons de manière, le plus souvent, dispersée, en insistant sur l’articulation, rarement faite, de ces différents épisodes et de toutes ces entreprises historiographiques, un récit s’élabore, et c’est pour nous le principal, puisque c’est à travers cette mise en perspective que se dégage une intelligence de ce processus lui-même complexe. On verra, donc, l’historiographie (ou l’histoire de l’historiographie) emprunter maintes fois des voies transversales (mentalités, histoire culturelle) et prendre des formes diverses jusqu’à acquérir, en France, droit de cité et vaincre les résistances qui lui furent jadis opposées.

4Parce que nulle recherche en historiographie ne saurait faire fi de sa situation présente et de son héritage intellectuel, il nous a paru impératif de consacrer cette première section au passé récent de l’histoire de l’historiographie en France, auquel se numéro entend, à la fois, répondre et poursuivre. Dans l’espoir, peut-être, de faire émerger les forces et les contraintes qui l’astreignent encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouverture », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 17 avril 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3717

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org