Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Pour un historien, faire de l'histoire est en premier lieu une question de pratique. Mais la volonté de rendre compte de ses propres pratiques n'est pas un exercice neutre. L'historien qui révèle la façon dont il fait de l'histoire trahit un engagement avec la dimension critique de sa propre recherche. Il soulève la question de l'éthique de l'historiographie. Raconter l'histoire d'une recherche éclaire ses conditions de possibilité et les différents choix qui l’ont déterminé. Ce type d'histoire révèle le processus de production de l'histoire. Il indique une démarche particulière, un comportement de l'auteur par rapport à ses sources, à ses questions, à ses contemporains et aux autres éléments qui conditionnent toute recherche scientifique. Mettant en évidence la démarche éthique de l'historien, l'historiographie découvre la diversité des façons de faire de l'histoire et la multiplicité des producteurs d'histoire.

2L'histoire de l'histoire montre, en suivant une méthode hétérogène, la pluralité de façons dont l'histoire a été faite. Les exigences de la recherche et la nature de son objet interdisent à l'historiographie de suivre une seule méthode. C'est pour cette raison qu'elle se voit souvent obligée d’avoir recours à d'autres formes de savoir comme la philosophie, la sémantique, la sociologie, l'économie, la littérature, la psychologie, la politique ou l'anthropologie. Inversement, parce qu'elle atteste la diversité des formes que prend l'histoire dans le passé, l'historiographie permet de penser à  d'autres manières de faire de l'histoire aujourd'hui. En ce sens, l'histoire n'est jamais sûre, mais cette incertitude est le prix de sa liberté.

3Par l'attention qu'elle accorde au rôle du producteur de l’histoire, l'historiographie rappelle l'historien à sa place sociale: il est « un de plus » parmi tous ceux qui parlent du passé. Les anthropologues, les politologues, les juristes, les romanciers ou les journalistes font à leur manière de l'histoire. Ce qui les distinguent est l'appartenance à, ou l'exclusion de groupes sociaux qui se différencient, entre autres choses, par leur rapport au passé. L'intérêt porté à la position de l'auteur en historiographie fait qu'aucune approche, même si elle se veut multilatérale, n’est affranchie du rapport existant entre les options politiques et théoriques en sciences sociales, détermination qui est valable pour les pratiques de l'historien d’hier autant que pour celles de l'historien d’aujourd’hui.

4Analysant les pratiques de Marcel Granet ou les représentations de la science politique au xviie siècle, Thomas Hirsch et Saúl Martinez questionnent, respectivement, leur propre façon de faire de l'histoire et la manière dont l’histoire a été faite dans le passé. Très différents par leurs approches et leurs objets, ces deux études procèdent d’un mouvement de prise de distance des  historiens par rapport à leurs propres pratiques et à celles de leurs prédécesseurs. Cette prise de distance est la condition de possibilité et la marque d'une manière de faire de l'histoire qui s’intéresse à son propre processus de production. Elle trahit en même temps l'engagement de l'historien pour une éthique de l'historiographie.

5Felipe Brandi et Francisco Bellosillo

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouverture », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3718

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org