Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le présent numéro accueille, au sein d’une même rubrique, deux travaux on ne peut plus proches par leur sujet, leur cadre spatio-temporel, leur bibliographie, et leurs interrogations. Historiens de l’historiographie brésilienne, Kaori Kodama et Rodrigo Turin nous offrent ici la possibilité de remonter à la genèse d’une histoire officielle du Brésil, à travers les débats et controverses dans lesquels se sont engagés les intellectuels et érudits de l’IHGB (l’Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro), véritable laboratoire, fondé en 1838, où s’élabore l’écriture autorisée de l’histoire du jeune pays.

2Ce temps dont parlent leurs deux articles est, en effet, significatif. Il est celui de la gestation d’un souci historique de l’État brésilien lui-même naissant. L’indépendance déclarée depuis peu, ce moment est celui où se fait sentir le besoin de fonder le Brésil comme une réalité historique qu’il fallait illustrer par un passé imposant et légitimateur, à l’image des aspirations de la jeune nation.

3Quels « antécédents » est-il question ici de rappeler ? Quel noble héritage revient, de plein droit, à la jeune souveraineté ? Dans quelle histoire plus large doit désormais s’inscrire l’histoire du Brésil ? En faisant appel à une cohorte d’érudits, l’IHGB a pour mission de réunir les matériaux susceptibles de construire une histoire qui fixerait le vrai visage d’un peuple. Moment donc de la naissance d’un État, dont l’un des enjeux est de définir aussitôt son rapport au passé. Jeu de clercs. Et non seulement d’historiens. Car ces intellectuels réunis sous l’égide de l’IHGB partagent le statut hybride, sui generis, d’historiens-témoins : historiens d’une histoire qui aurait créé les conditions de ce présent d’émergence d’un pays souverain ; témoins d’un présent qui porterait lui-même le sens (signification et direction) d’une telle histoire. Au sein de leurs querelles se profilent, en effet, les idées-forces et quelques images qui allaient habiter l’imaginaire de plusieurs générations.

  • 1  Cf. Ilmar Rohloff de Mattos, « Capítulos de Capistrano », Ilmar Rohloff de Mattos, Margarida de So (...)

4La tâche déléguée aux savants de l’IHGB est ainsi celle de faire la généalogie d’un peuple, de l’enraciner par-delà le piétinement du passé colonial. À la différence des États nations européens qui leur ont servi de modèle, le Brésil et son histoire sont attachés à une date précise où leur réalité apparaît : celle de la « découverte » (descobrimento) – sujet, thème, idée, ou encore fantasme au seuil, au cœur et au bout des réflexions qui ont traversé l’histoire intellectuelle de ce pays. La notion de « découverte » a fait l’objet, depuis le xixe siècle, d’une pléthore d’études et d’analyses, au Brésil et ailleurs. On sait que le sens de « découvrir » se définit, au Portugal, dans la première moitié du xve siècle, et se répand à partir de 1472 en référence constante aux activités maritimes et à l’idée de reconnaissance du neuf1. Cette notion est devenue partie intégrante de la pensée brésilienne, sorte de clé de lecture dans et pour un pays marqué par la quête, jamais achevée, jamais assoupie, de son identité ; quête qui, inlassablement reprise, a mobilisé tant d’esprits décidés de partir à la découverte des « racines », du « portrait », des « chemins » et de la « formation » du pays et de ses habitants. Mouvement de redécouverte sans cesse recommencé, qui se veut, à la fois, nouveau commencement et projet d’avenir.

5Date inaugurale, mais aussi point de repère, ce premier jour, ce commencement, est lui aussi héritage, poursuite, continuation. Et c’est là où l’on retrouve l’enjeu des études de K. Kodama et de R. Turin. Leur objet commun est, pour ainsi dire, en amont de ces entreprises « descobridoras » dans lesquelles se lancent, depuis la fin du xixe siècle, historiens, écrivains et intellectuels brésiliens, mais il porte également sur l’amont de la « découverte ». Pour les érudits de l’IHGB, l’objectif est de monter plus haut encore après les « antécédents » dignes de figurer comme le socle sur lequel peut se fixer, solidement, l’histoire du Brésil. En effet, ils n’ignorent pas que se réclamer des ancêtres, c’est se tracer un destin.

6Mais jusqu’où faire remonter la construction de cette généalogie ? Et en  privilégiant quelle branche ? Du côté de ces peuplades qui ont occupé le territoire avant que les Portugais ne marchent pour la première fois sur sol américain (K. Kodama) ? Ou alors du côté des Anciens, devenus pour beaucoup les aïeux d’élection (R. Turín) ? Pensée dans l’intervalle entre Anciens et Sauvages, entre classicisme et ethnographie, l’histoire édifiée à ce moment par les membres de l’IHGB servira de matrice à d’autres histoires qui traversent le xixe siècle brésilien. En mettant en relief les disputes et les controverses au sein de l’institution, les débats et les querelles autour de l’apport civilisateur des Anciens et des Sauvages, les deux articles qu’on va lire interrogent à leur manière la conjonction de l’ancien et du nouveau, du même et de l’autre. Ce n’est pourtant pas leur seul intérêt. Tous deux tournent le dos aux images faciles avec lesquelles nos préjugés d’historiens d’aujourd’hui nous font, trop souvent, regarder nos devanciers du xixe siècle comme des naïfs, politiquement intéressés, voire des forgeurs de mythes, et font ressortir ce qu’il y avait de problématique (non pas à nos yeux à l’heure qu’il est, mais pour les contemporains) dans les discussions animées de l’IHGB, nous montrant ainsi que cette matrice de l’histoire du Brésil ne s’est pas, tant s’en faut, constituée dans le consensus. En tenant compte de la bibliographie la plus contemporaine, dont de nombreuses thèses de doctorat récemment soutenues, leurs deux textes prouvent l’actualité de leur champ d’étude, et le fait qu’il y reste aussi beaucoup à défricher.

7Felipe Brandi (CRH, EHESS)

Haut de page

Notes

1  Cf. Ilmar Rohloff de Mattos, « Capítulos de Capistrano », Ilmar Rohloff de Mattos, Margarida de Souza Neves, Os descobridores. Mário de Andrade, Capistrano de Abreu e os « descobrimentos do Brasil », Projeto integrado de pesquisa, CNPq, 1994. http://www.historiaecultura.pro.br/modernosdescobrimentos/desc/capistrano/frame.htm[consulté le 10 mai 2010]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouverture », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3719

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org