Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’histoire se fait avec des mots. Le langage n’est-il pas le matériau primordial de l’historien ? Savoir sur les représentations historiques et les discours historiens, l’histoire de l’historiographie est, à la limite, une question de langage. Si l'historiographie peut rendre compte de la pluralité des producteurs d'histoire, elle peut aussi enrichir l'analyse qu'elle réalise de la production historique, en adoptant d'autres points de vue, parmi lesquels le langage est l’un des privilégiés. L'intérêt que les historiens de l'histoire portent à l'étude des rapports entre l'histoire et le langage n'est pas nouveau. Depuis le « linguistic turn » et le retour du  récit des années 1970, les analyses littéraires des textes historiques ont été nombreuses. La prise en compte des pratiques rhétoriques de l'historien, de sa façon de tourner le langage pour faire parler le passé, retient depuis longtemps l'attention des historiens de l'histoire. C'est dans cette ligne d'analyse que l'on peut situer l'étude que Daniel Poitras fait à partir de la manière dont l'historien traite la question de la mémoire dans Le passé d'une illusion. Essai sur l'idée communiste au xxe siècle de François Furet (1995).

2Faire de l'histoire n'est pas le monopole des historiens de métier. Les journalistes, les romanciers, les réalisateurs pour le grand ou le petit écran, les créateurs de bandes dessinées ou les rédacteurs de discours politiques sont aussi des producteurs d'histoire. L'histoire de l'histoire s'intéresse aussi à ces autres instances socialement créditées qui, à côté des historiens, jouent un rôle parfois déterminant dans la mise en forme d’une représentation du passé. Le texte de Juanjo Bermudez de Castro prend pour objet les discours construits par une pléthore d'auteurs, pour la plupart non historiens de métier, autour des attaques du 11 septembre 2001, débusquant la mise en forme de la mémoire de l’événement, en même temps que la construction d’une représentation consensuelle du même et de l’autre.

3Cette rubrique se clôt avec un compte rendu. Celui de Rafael Faraco Benthien sur l’ouvrage récemment réédité d’Antoine Meillet, Comment les mots changent de sens, ouvrage dont les premiers linéaments remontent aujourd’hui à plus d’un siècle. Le texte de Meillet nous interpelle directement, par les leçons qui s’y trouvent contenues et par son singulier itinéraire, ici soigneusement reconstitué par R. Benthien. Dans ce compte rendu qui est lui-même une étude d’histoire intellectuelle, un aspect particulier du rapport entre histoire et langage est mis en avant, à savoir : l'histoire des mots du point de vue de la sémantique. L'analyse d’un ouvrage de linguistique a-t-il sa place dans un numéro d’historiographie ? Faut-il rappeler ce que Meillet a représenté pour les historiens, à commencer par Marc Bloch et Lucien Febvre ; ce que ses leçons de sémantique historique ont signifié pour l’histoire des mentalités et pour l’histoire de la culture ?

4Francisco Bellosillo (CRH, EHESS/UAM)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouverture », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3720

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org