Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le dialogue de l’histoire et de la philosophie ne date pas d’aujourd’hui. Inépuisable, tentant, il n’a jamais cessé de s’imposer à l’historien, de le hanter. Maintes fois entamé, abandonné, puis repris, séduisant et contesté en même temps, il a fait couler beaucoup d’encre. Et pourtant il est toujours là.

2Sujet lointain. Sujet actuel. On ne cesse d’y revenir. Si les rapports de l’histoire et de la philosophie ne vont pas de soi, on ne saurait pourtant en faire l’économie. Parce qu’il est fructueux et parce qu’il est difficile, parce qu’il pose problème et qu’il ne nous est jamais indifférent, le dialogue entre historiens et philosophes trouve à bon droit sa place au sein de ce numéro consacré à l’historiographie.

3Les deux textes réunis sous cette rubrique sont, en effet, des mises en perspective du contact entre ces deux savoirs. Camille Creyghton l’approche en mettant en relief la part des stimulations philosophiques chez Péguy, un cas parmi tant d’autres exemplaires des moments où la philosophie ouvre de nouveaux fronts à l’historien et lui fait déplacer les termes d’un débat. À travers l’étude de Camille Creyghton, nous découvrons la part de la philosophie dans le renouvellement des interrogations de l’auteur de Clio, mais aussi la complicité possible, voire la fécondité d’une rencontre entre historiens et philosophes.

4Le propos d’Aurélien Gros est autre. En puisant dans la logique de John Dewey et dans la pensée de Max Weber pour interroger l’enquête historienne, son texte n’est pas une étude sur les rapports entre histoire et philosophie, mais lui-même une tentative, à son tour, de rapprochement entre l’une et l’autre, l’appel fait au déploiement d’une réflexion simultanément philosophique et historienne, à la rencontre de leurs juridictions respectives. Dans un texte soigneusement agencé, attentif à son lecteur, lui précisant chaque pas d’un cheminement qui n’est pas forcément familier aux historiens, Aurélien Gros nous offre la possibilité de ne pas uniquement parler de la concertation entre les deux savoirs, mais de la voir aussi expérimentée devant nous.

5Le dialogue entre l’histoire et la philosophie est ainsi tenté et débattu, dans les textes qu’on va lire, par deux auteurs qui ont eu à s’interroger sur sa propre possibilité, veillant à nous montrer qu’en choisissant d’en faire fi, l’historien et l’historiographie ne peuvent qu’y perdre.

6Felipe Brandi (CRH, EHESS)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouverture », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/3721

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org