Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 54.

1La difficulté reste grande à faire du regard critique sur l’histoire un regard qui ne soit pas théorique ou normatif mais, au contraire, un regard fondamentalement historique, c’est-à-dire un regard capable à la fois de différencier et de singulariser les nombreux cas étudiés à travers les siècles et les sociétés, tout en dégageant des continuités et des discontinuités entre eux. « Peut-être, jusqu’ici, les essais consacrés à l’histoire dans cette perspective ne sont-ils pas absolument convaincants dans la mesure où ils postulent l’univocité du genre « historique » à travers les âges », remarquait déjà Michel de Certeau dans les années 19701. Constater la diversité des acceptions du terme d’histoire est une chose mais, plus qu’un aboutissement, cela constitue un point de départ, une invitation à lancer des recherches sur les traces de cette diversité. Dans cette dernière partie, les auteurs se sont proposé de suivre celle-ci à partir de cas particuliers, de l’Europe à l’Amérique latine, du xvie au xixe siècle. Une fois l’histoire retombée sur terre et désacralisée, une fois abandonnée toute prétention totalisante ou normative avec laquelle l’historiographie a longtemps flirté, reste à faire de l’histoire de l’histoire une histoire « comme les autres », c’est-à-dire une histoire capable de nous apporter une compréhension du passé. En nous parlant d’historiens et d’histoires du xviie ou du xixe siècle, les auteurs de ces contributions ont fait le choix de nous parler des xviie et xixe siècles, plus encore que d’« histoire ». Qu’est-ce qu’un texte d’histoire a à nous dire sur la société dont il parle d’une part, sur le contexte dans lequel il a été écrit d’autre part ? Et avant, comment faire de l’histoire une source comme une autre ? Comment lire un texte d’histoire et jusqu’à quel point peut-on l’historiciser ? En répondant au cas par cas à de telles questions, par des voies empiriques bien plus que théoriques, ces contributions ont été conçues comme le laboratoire d’une approche résolument historienne des objets historiographiques.

Haut de page

Notes

1  Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ouverture », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3722

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org