Navigation – Plan du site
La querelle des Anciens et des Sauvages

La section d´Ethnographie de l´Institut Historique et Géográphique Brésilien (1840-1860) ou la « Place » De l´Indien dans l´histoire du brésil

Kaori Kodama

Résumé

Cet article examine l´émergence de la section d´ethnographie au sein de l´Institut historique et géographique brésilien à la fin des années 1840 et évalue les différentes significations d’une section qui, jumelée à l’archéologie, devait nourrir le projet fondateur de l’Institut, à savoir l’écriture d’une histoire nationale du Brésil. Comment écrire l’histoire d’une nation du Nouveau Monde ? Avec quels instruments ? La naissance des études « ethnographiques » représente un pas significatif dans l´élaboration du projet scientifique de l’Institut et dans le développement de la « culture historique » du Brésil au xixe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1La fondation de l´Institut historique et géographique brésilien (IHGB) en 1838 marque le point de départ de la première historiographie nationale au Brésil. Fondée à partir du modèle de l´Institut Historique de Paris (1834), l´institution s´occupait de collecter et d’organiser les documents concernant l´histoire du Brésil.La création d´un champ scientifique sur l’« Indien », au moment de la naissance de cette institution, par l’intermédiaire d´une commission d´ethnographie, constitue un prolongement intéressant de cette initiative. L´ethnographie devait entériner une transformation : celle d’un Indien qui, habitant sauvage de l´Empire du Brésil et allégorie dans les arts, devenait un objet d´étude pour l´histoire. Deux aspects fondamentaux qui entourent la création de cette section, l’un et l’autre liés à la quête d’une entrée de l’Empire dans le «concert des nations», sont à souligner : d’une part, la nécessité « historique » et institutionnelle de créer un champ spécifique de la discipline de l´histoire sur le modèle de ce qui se faisait en Europe ; d’autre part, le besoin de penser l´Empire (et le futur de cet Empire) comme un ensemble unifié, comme une totalité agrégeant à la base différents peuples ou, selon l´expression utilisée à l´époque, différentes « nations ». Comme le pensaient beaucoup d´intellectuels du xixe siècle, l´ethnographie représentait la possibilité de créer un récit des peuples « sans histoire » et, par là, de les rattacher à l’histoire nationale. Seule l´ethnographie, parce qu’elle permettait d’appréhender les populations « dépourvues d´histoire » présentes sur le territoire de l´Empire, offrait la possibilité d´inclure les Indiens dans la chaîne des thèmes constituant l´histoire du Brésil.

L’ethnographie à l’Institut historique

  • 1  Citons quelques études classiques sur le sujet : Arno Wehling, « As origens do Instituto Histórico (...)
  • 2  En ce qui concerne les relations entre le mouvement littéraire et les études indigénistes de l´IHG (...)

2Malgré un certain nombre de travaux récents sur les activités scientifiques de l´IHGB au cours du xixe siècle1, certains aspects méritent d’être approfondis, notamment la question de la nature des connaissances produites par ses membres – hommes de sciences et « lettrés ». La création d´une commission consacrée à l´ethnographie, bien qu’elle soulève cette question d’une façon particulièrement aigue, demeure largement méconnue. Selon les travaux existants, l´émergence de l’ethnographie au sein de l´Institut pendant le xixe siècle a été le résultat de l´indigénisme2. Or si la production historiographique de l´Institut se rapproche de la ligne d´exaltation nationale propre à l´indigénisme, il reste aussi à se pencher sur les caractéristiques des connaissances ethnographiques à cette époque. La création de la section va au-delà du cadre que ce mouvement littéraire établit pour la thématique indigène, bien que l’influence de ce dernier fut incontestable. Certes, une grande partie des auteurs qui se sont consacrés aux thèmes indigènes dans l´Institut étaient des poètes indigénistes, mais les trajectoires de l´ethnographie à l´Institut et de l´indianisme n´ont pas toujours convergé.

  • 3  Les « Nouveaux statuts de l´Institut historique », imprimés en 1851, augmentaient le nombre de com (...)
  • 4  Heloisa B. Domingues, dans sa thèse, attire l´attention sur le fonctionnement anticipé de la secti (...)
  • 5  Cf. la discussion de la « Commission de rédaction et statuts » dans la Revue trimestrielle de l´In (...)

3La naissance de la double section d´archéologie et d´ethnographie fut officialisée par la publication des Novos Estatutos do Instituto Histórico e Geográfico,en 18513. Mais l´introduction de l´ethnographie dans l´institution est antérieure à la « fondation » de la section, une première commission d´ethnographie ayant été mise en place dès 18474. Cette année-là, lors de la 177e séance de l´Institut, la création d’une Commission d´archéologie et d´ethnographie indigène fut proposée par Manoel de Araújo Porto Alegre, Manoel Ferreira Lagos et Joaquim Norberto de Souza Silva5. Lors de la séance suivante, le 16 septembre 1847, une telle création était approuvée suite à un rapport d´experts de l´Institut. La première commission se composait de Francisco Freire Alemão, José Joaquim Machado de Oliveira et Joaquim Caetano da Silva. Un questionnaire distribué par Francisco Freire Alemão à chaque président de province le 14 octobre de cette même année, démontre que la commission fonctionnait déjà à cette date-là.

  • 6  En même temps, les présidents des provinces devaient fournir une deuxième série de données : « Que (...)

Quelles étaient les tribus indigènes qui habitaient la province au moment où le pays a été conquis? Quelle partie du territoire occupaient-elles? Quelles sont celles qui ont disparu ? Quelles sont celles qui ont émigré et où ? Et enfin, quelles sont celles qui existent encore et dans quel état se trouvent-elles ?6

  • 7  Manoel L. Salgado Guimarães, « Nação e civilização nos trópicos: o Instituto Histórico e Geográfic (...)

4à vrai dire, l´intérêt pour la thématique indigène était présent depuis la fondation de l´Institut, comme le démontrent les numéros de la Revue trimestrielle dès les premières années7. En 1840, l´historien Francisco Adolfo de Varnhagen proposait la réalisation d´études plus systématiques sur la langue indigène, et les premiers numéros de la revue présentaient déjà les Indiens comme l’un des centres d´intérêt pour l´institution. Par exemple, dans le premier numéro de la revue publié en 1839, paraissait l’« História dos índios cavaleiros ou da nação guaicuru » (« Histoire des Indiens cavaliers ou de la nation guaicuru »), un récit écrit en 1795 par Francisco Rodrigues do Prado de la Prison de Coimbra de la capitainerie du Mato Grosso et déjà publié auparavant dans le journal O Patriota (1813-1815).

Pour une histoire nationale

  • 8  José Honório Rodrigues,Teoria da História do Brasil: introdução metodológica. 4. ed. São Paulo, Ci (...)

5D’où provenait donc cet intérêt de l’Institut pour les études sur les Indiens ? Initialement, le terme d’« ethnographie » fut introduit, et cela dès les premières séances en 1838, dans le cadre des débats sur l’écriture d’une histoire nationale du Brésil. Comment écrire l’histoire d’une nation du Nouveau Monde ? Avec quels instruments ? Lors de la deuxième séance de l´Institut historique, le 15 décembre 1838, les membres discutèrent la proposition du Secrétaire perpétuel de l´Institut, le prêtre séculier Januário da Cunha Barbosa, relatives aux « véritables époques de l´histoire du Brésil ». Ce jour-là étaient présents, outre le Secrétaire de l´Institut et auteur du programme, les membres Raimundo José da Cunha Matos, José Silvestre Rebello, José Lino de Moura, Pedro de Alcântara Bellegarde, Lino Antonio Rebello, Emilio Joaquim da Silva Maia, José Marcelino da Rocha Cabral et José Feliciano Fernandes Pinheiro. Ils se mirent d´accord sur quelques points qui marqueraient toute la perspective ultérieure de l’Institut. Entre autres, ils conclurent que l´écriture de l´histoire du Brésil, au stade qui était le leur, était encore irréalisable, cette tâche requérant en amont le rassemblement de sources dispersées, voire inconnues. La « Dissertação acerca do sistema de escrever a História Antiga e Moderna do Império do Brasil » (« Dissertation autour du système pour écrire l´histoire ancienne et moderne de l´Empire du Brésil »), de Raimundo José da Cunha Matos, représente la première tentative de périodisation de l´histoire du Brésil8. C´est à cette occasion que l´on trouve la première référence à l´ethnographie comme champ capable d’aider à la compréhension de l´histoire du Brésil, comme instrument capable de participer de l’édification de l’histoire nationale.

  • 9  Januário da Cunha Barbosa, lors de la sixième séance de l´Institut, le 2 mars 1839, lisait un comm (...)
  • 10  L´édition du texte utilisée est celle de la revue de l´IHGB, de 1867.
  • 11  Karl F. Ph. Von Martius, « Como se deve escrever a história do Brasil », Revista trimensal de Hist (...)

6Le maréchal Cunha Matos, qui était aussi un des fondateurs de l´Institut historique et géographique de Rio, décéda peu de temps après la réunion du 14 février 18399. Sa « Dissertation autour du système pour écrire l´histoire », rédigée probablement entre 1838 et 1839, et publiée quelques des décennies plus tard dans la revue trimestrielle de l´Institut10, est un précieux témoignage des débats qui eurent lieu au cours de la première année d´existence de l´institution. Si l’élaboration de l´histoire du Brésil constituait la préoccupation centrale des fondateurs de l’Institut, une telle préoccupation ne fut formulée explicitement que quelques années plus tard, par l´explorateur et naturaliste allemand Karl Friedrich Philipp von Martius (1794-1868). Spécialiste du Brésil, sa dissertation sur « Como se deve escrever a história do Brasil » (« La manière d´écrire l´histoire du Brésil ») est le résultat d´un concours lancé par Januário da Cunha Barbosa sur le thème du « système » capable de produire une histoire du Brésil. Von Martius, lauréat du concours, soutient dans son mémoire que l´histoire du Brésil doit être étudiée sous l´angle de l´histoire philosophique, dans laquelle il serait possible de dégager une spécificité liée au mélange de trois races : indigène, portugaise et africaine. Selon un tel schéma, l´étude des indigènes – « les habitants primitifs du Brésil » – occupe la première place parce qu´ils renvoient au passé le plus éloigné du Brésil11.

7Les idées de Martius sur les études indigènes font largement écho au compte-rendu que Cunha Matos faisait déjà des discussions de la première séance de l´Institut. à cette occasion, les membres conclurent, en s´appuyant sur les « divers écrivains anciens et modernes », que l´histoire du Brésil devait être divisée en trois époques : une première période, concernant les « aborigènes ou autochtones », une seconde, qui devait traiter de la découverte par les Portugais et de l´administration coloniale ; et une troisième, qui devait englober tous les événements nationaux à partir de l´indépendance. à propos de la première période, Cunha Matos écrivait :

  • 12  Raimundo José da Cunha Matos. « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e mode (...)

La première période que je présente est celle des aborigènes ou autochtones, au cours de laquelle malheureusement nous marcherons presque à tâtons, par manque de monuments bibliques ou de pierres tombales qui puissent au moins donner une teinte de probabilité à nos conjectures. Cette partie de l´histoire du Brésil existe, enterrée sous des montagnes de fables, parce qu´en même temps que chaque tribu présente des origines plus extravagantes les unes que les autres, elle ne sait pas non plus expliquer clairement son émigration et son lieu de résidence actuelle ; pour une tribu, un de nos siècles, c´est l´éternité. L´histoire de nos aborigènes n´a pas été étudiée et personne ne peut affirmer authentiquement que les Indiens du territoire du Brésil sont de la même race que les Péruviens, les Chiliens ou les habitants de la Nouvelle Grenade.12

8Dans le cas du Brésil, selon Cunha Matos, les études sur les Indiens avançaient « à tâtons », par manque de « monuments bibliques et de pierres tombales » pouvant attester l´existence d´une civilisation évoluée sur les terres brésiliennes, contrairement au cas mexicain par exemple. Seuls les écrits laissés par les chroniqueurs et religieux des débuts de la conquête pouvaient pallier à cette absence de monuments, même si ces derniers ne s’étaient pas toujours livrés à une description systématique des peuples indigènes, que ce soit en raison de leur statut de colonisateurs et ennemis des tribus en question, ou des intérêts particuliers qui empêchaient ce type de recherches, comme dans le cas des Jésuites. Mais tout partiels qu’ils étaient, la relecture de ces écrits s´avéreraient nécessaire pour la réalisation d´« un examen de l´histoire d´une race, qui se trouvait encore très éloignée de l´aurore de la civilisation ».

L’antiquité de la nation

  • 13  On ne parvint que plus tard à un consensus autour des débuts de l´histoire du Brésil tel qu’il se (...)

9Le problème relativement inédit que Cunha Matos soulevait à propos de l´histoire du Brésil concernait l´étude des époques reculées des « terres de Santa Cruz ». La nouveauté résidait dans le fait de présenter une histoire du Brésil qui aurait débuté par la un passé dépourvu de traces et de registres écrits, mais qui n’en constituait pas moins les débuts d´un développement progressif. Le passé antérieur à la découverte devait donc servir de préambule ou de première partie à l´histoire du Brésil. Cette idée commençait à être développée par quelques textes d’histoire du Brésil, comme par exemple le Sinopse dos fatos mais notáveis da História do Brasil(« Résumé des faits les plus importants de l´histoire du Brésil »), de l´historien Abreu e Lima, paru en 184513.

  • 14  Voir par exemple, Pascal Mongne, « Imaginaire et réalité: l´imagerie du Mexique durant la première (...)

10Le thème des «Antiquités américaines» s’était considérablement développé à partir des indépendances dans l´Amérique espagnole14. Si quelques publications des années 1830 et 1840 qui affirmaient l´antiquité des terres américaines doivent être considérées comme un simple développement des études archéologiques, nombreuses sont celles qui attestent aussi de la volonté de valoriser le passé américain antérieur à la colonisation européenne. Le problème soulevé par Cunha Matos doit être compris comme une tentative de valoriser le continent américain et, tout particulièrement, l´Empire du Brésil. La première période de l’histoire du Brésil devait s’inspirer de cette ancienneté du continent américain, rendue évidente par les traces laissées par d´anciennes civilisations sur d´autres parties du continent, lesquelles invitaient à fouiller de la même façon le passé reculé des terres brésiliennes :

  • 15  Note de traduction: Probablement il s´agit de la « serra dos Pirineus » localisée dans l´état de G (...)
  • 16  Raimundo José da Cunha Matos, « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e mode (...)

Qui ne se remplirait pas d´enthousiasme à la vue de monuments merveilleux de la plus ancienne civilisation dans le Nouveau Monde? Et qui ne déplorerait pas le temps perdu par ceux qui ont écrit et se sont efforcés de nous faire croire que le Nouveau Monde avait émergé du fond de l´eau il y a trois jours, comme si la chaîne des Órgãos, de la Mantiqueira, des Aimorés, de l´Ibiapaba, desPirineus15, du Caiapó, des Andes, des Apalaches et beaucoup d´autres n´étaient pas de la même époque que celles du Caucase, de l´Atlas, de l´Himalaya, des Alpes et plusieurs autres de l´Vieux Monde! Le grand livre de la nature a commencé à être étudié, il y a peu de temps ; l´archéologie et l´ethnographie en sont à leurs premiers pas et, par chance, nous avons déjà trouvé des documents précieux, attestant de l´existence d´une haute antiquité dans les terres où nous habitons.16

  • 17  Humboldt dit dans l´Introduction des Vues des Cordillères, « À la représentation des monuments qui (...)

11Cunha Matos s’en remettait donc à des vestiges dont l’ancienneté était exprimée par leur matérialité et dont les registres écrits étaient incapables de rendre compte. La recherche d´une première période pour l´histoire du Brésil devait donc se faire par le biais d´études de « l´histoire de la nature ». En ce sens, il est significatif qu´un des auteurs de référence du maréchal soit Alexander von Humboldt. Bien qu´on ne soit pas certain que Cunha Matos, en écrivant son texte, avait en tête les Vues des Cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique, cette œuvre servit incontestablement de modèle quant à l’utilisation des données matérielles comme témoignage direct d'un passé américain et brésilien. Les vestiges du passé brésilien apparaissaient comme une revendication non seulement du maréchal, mais aussi des autres membres de l'Institut. La Vue des Cordillères présente en effet de nombreuses planches des anciens monuments mexicains, avec, en arrière-plan, des paysages dont les descriptions les associent directement à la connaissance historique17.

  • 18  Manoel L. SalgadoGuimarães, « Reinventando a tradição: sobre antiquariado e a escrita da história  (...)

12À partir des considérations de Cunha Matos, un lien plus explicite se créait entre l´ethnographie et l´archéologie en tant que champs de l´histoire proprement dite. L´intérêt pour l´archéologie et le passé reculé du continent américain devenait évident pour un l´Institut historique et géographique du Brésil qui avait pour objectif une histoire du Brésil. Personne ne doutait plus que grâce aux connaissances ethnographiques et archéologiques, il serait un jour possible, de découvrir le passé de cette région de l´Amérique. Ces nouvelles connaissances, parties intégrantes de la « culture historique » qui se développerait au cours du xixe siècle, viendraient légitimer l´écriture de l´histoire de cette région du monde, au-delà de longue tradition classique de connaissance textuelle18.

Le statut de la connaissance ethnographique

  • 19  Arnaldo Momigliano, The classical foundations of modern historiography. Berkeley: University of Ca (...)

13Mais il est intéressant de noter que le développement d´une culture historique, perceptible dans la fondation de l´Institut historique, n´a pas pour autant signifié de rupture avec des modèles de connaissance historique plus anciens. Le fait que l´archéologie et l´ethnographie aient formé une section commune s’explique par une même origine dans le champ de la connaissance tel que le concevait la tradition classique. Comme le montre Momigliano, l´ethnographie, à l’instar des histoires locales, était un champ d´intérêt lié à la tradition antiquaire, que l´on pouvait désigner parfois par le terme d’archéologie19. En ce sens, la relation établie entre l´ethnographie et l´archéologie par les Statutsde l´Institut s’inscrit dans la continuité d’un modèle de connaissance plus ancien.

14La proposition de Cunha Matos quant aux études ethnographiques s’inscrit dans la continuité de la tradition classique pour un deuxième raison. À une époque où l´ethnologie s´orientait vers l’étude des races, sa compréhension du passé humain et de l´histoire des « peuples sans histoire » sa faisait à partir de l´interprétation biblique. Un des présupposés de l´archéologie à l´Institut était celui du maillon manquant qui permettrait de rattacher l´histoire de la population du continent à celle des peuples mentionnés dans la Bible. C´est pour cette raison en particulier que l´on croyait que la connaissance des Indiens brésiliens passait d’abord et avant tout par l´étude de leurs langues.

15Il est significatif que le mot « ethnologie » ne soit pas présent dans le discours des membres de l´Institut dans les années 1840, alors qu´en Europe et aux États-Unis, les premières sociétés ethnologiques étaient fondées. À ce stade, on attendait de la « science de la linguistique » qu’elle révélât ce qu’avait été la première période de l’histoire, comme l’affirmait Cunha Matos.

  • 20  Raimundo José da Cunha Matos, « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e mode (...)

C´est à la science de la linguistique qui maintenant commence à se développer, de nous montrer l´origine des tribus et des nations ; n´attendons pas que les hommes qui ne possèdent pas de monuments séculaires, nous disent s´ils se prétendent autochtones, ou s´ils vinrent de terres lointaines s´établir sur les lieux où ils se trouvent actuellement.20

  • 21 Ibid., p. 133.

16C´est à partir des filiations, « des langues mères et sœurs », des familles de langues, que l´on allait pouvoir établir « l´histoire de l´origine, de la séparation, de l´émigration des diverses tribus découvertes sur le littoral et dans les zones semi-arides en deçà des Andes et dans les vallées de l´Amazone »21. La clé de l´explication du peuplement du continent américain se trouvant dans la reconstruction des migrations, l´étude des langues aiderait à identifier les origines des Indiens brésiliens, à partir de leurs relations avec d´autres peuples anciens.

  • 22  Alain Schnapp,La Conquête du Passé: aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993, p. (...)
  • 23  Dans l’« História dos índios cavaleiros ou da nação guaycuru » écrite dans la Prison royale de Coi (...)

17Pour Cunha Matos, la recherche historique sur la première époque du Brésil consistait à étudier la venue des peuples indigènes sur le continent américain, et à identifier leurs ancêtres parmi les peuples connus de l´Antiquité, comme les Phéniciens, les Carthaginois ou les Juifs. Cunha Matos s’appuyait sur des théories du peuplement américain produites au xviiie siècle, ainsi que sur le système géologique proposé par Cuvier, au début du xixe siècle qui, sur la base des datations fossiles rendue possible par la stratigraphie, n´allait pas à l´encontre des théories du déluge et de la dispersion des peuples22. Dès le xviie siècle, les écrits missionnaires sur l´origine des peuples américains cherchèrent à établir la filiation des indigènes avec un des fils de Noé : Cam, Sem ou Jafé. « L´Histoire des Indiens cavaliers ou la nation Guaicuru », mentionné plus haut, faisait également l´hypothèse d´une origine possible des Guaicurus parmi les peuples du monde antique, en s´appuyant principalement sur l´observation de leurs us et coutumes, leur manière particulière de faire la guerre contre d´autres tribus et leur habitude de monter à cheval23.

18Contrairement à ce débat qui se rattachait à une tradition ancienne, la curiosité ethnographique s´orienta vers de nouvelles questions dans la seconde moitié du xixe siècle. En premier lieu, elle devenait le fait d’ « hommes de science », comme von Martius. Deuxièmement, l´ethnographie devait répondre aux desseins d´une lecture « nationale » de l´histoire qui deviendrait la nouvelle légitimation de la discipline. C’est en tout cas le fondement de l´ethnographie selon l´historien brésilien Francisco Adolfo de Varnhagen (1816-1878), auteur de l´História Geral do Brasil (« L´histoire générale du Brésil », 1854). Si le besoin d´avancer dans la connaissance des Indiens du Brésil était déjà souligné par le membre fondateur Cunha Matos en 1838, d´autres membres comme Francisco Adolfo de Varnhagen, plaideraient également cette cause au cours des années suivantes. Dans une lettre de 1840, il exprimait l´importance de l´étude des langues indigènes, et avançait qu´il serait d´une grande utilité d´institutionnaliser leur enseignement. Son plaidoyer en faveur de l´étude des langues indigènes en 1840 se doublait également d’une fin utile, soit la conversion des Indiens « sauvages » qui existaient encore sur le territoire de l´Empire.

La place de l’Indien

19En 1849, Varnhagen raffermit sa position concernant le besoin de systématiser les études indigènes. Après avoir proposé la création de la Commission d´ethnographie en 1847, pour laquelle Freire Alemão avait rédigé son questionnaire sur la végétation et la population indigènes destiné aux présidents des provinces, Varnhagen écrit de nouveau à l´Institut depuis Madrid, en manifestant son intérêt pour cette collecte d’informations sur les Indiens. Mais il se permettait aussi d’insister sur un aspect qui, selon lui, était peu mis en valeur par le questionnaire de Freire Alemão. Il fallait selon lui établir des critères permettant de dégager les particularités de chaque groupe indigène. Cette recherche des spécificités de chaque tribu indienne était l´objectif d´une étude qualifiée d’« ethnographique ». En insistant sur la méthode, Varnhagen exprimait le besoin de légitimer l´ethnographie par une démarche scientifique qui la rapprochait de la connaissance historique, à cette nuance près que l´ethnographie, ou « connaissance des peuples sans histoire », ne devait pas se confondre avec le domaine de l´histoire elle-même.

  • 24  Souligné par l’auteur F. A. de Varnhagen, « Ethnographia indígena: linguas, emigrações e archeolog (...)

Il convient que tous soient persuadés que notre passé, l´actuel Empire lui-même, interessera d´autant plus d´autres nations civilisées et instruites, que nous pourrons le faire remonter au plus loin, non pas aux sources de notre histoire, mais aux mythes de ses temps héroïques, aux inspirations de sa poésie.24

20Cette conception de l’historien allait se répercuter par la suite sur les orientations en matière de découpage disciplinaire et déterminer la place que les études sur les Indiens devraient occuper à l´intérieur de l´Institut. Les sujets d’« ethnographie », bien que sujets d’une démarche aussi philologique que possible, se distinguaient des sujets d’ « histoire ». Les études d´un passé indigène relevaient des mythes et des fables alors que l´histoire renvoyait déjà à un discours strictement scientifique. À travers cet effort de distinction (et de hiérarchisation), Varnhagen construisait sa propre identité en tant qu´historien. Mais il construisait aussi le lien qui unissait les études ethnographiques et les études historiques. L´idée que plus l´histoire du Brésil remonterait dans le temps, plus elle aurait de légitimité face aux histoires des autres nations civilisées, justifiait pleinement l´intérêt pour l´ethnographie et l´archéologie.

  • 25  Sur cet écrit de Francisco Adolfo de Varnhagen, voir l´article de Temistocles Cezar. T. Cezar. « A (...)
  • 26  F. A. de Varnhagen, L’origine touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Egyptiens – (...)

21Ce fut dans une étude publiée en 1876, intitulée L’origine touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Egyptiens – indiquée principalement par la philologie comparée, que Varnhagen chercha à réaliser son programme pour les études ethnographiques de l´Institut historique25. Cette étude inscrit clairement les recherches sur les Indiens dans la tradition du siècle antérieur. Basées sur des études « philologiques » et littéraires, elles faisaient fi du caractère racial et des types physiques pour discuter le problème de l´origine des Indiens. Dans L´origine touranienne des Américains Tupis-Caribes, l´historien établissait des similitudes entre des mots du tupi-guarani et les registres de langues anciennes pour dégager une supposée origine commune entre les peuples tupis et les peuples du Vieux Continent26. Il s’inspirait en cela des études philologiques réalisées sur le sanscrit à la fin du xviiie siècle qui avaient conduit à la découverte des langues indo-européennes. Dessiner les liens entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent à partir des ramifications entre les langues revenait à réinscrire le passé lointain dans une tradition connue. En s´appuyant principalement sur la langue guarani et tupi du dictionnaire du père Montoya, Varnhagen menait une comparaison entre leur vocabulaire et celui des langues anciennes. Dans un premier temps, estimant que les Tupis étaient des migrants qui avaient occupé le continent américain en descendant du nord vers le sud, il établit qu´ils étaient originaires des peuples de la Méditerranée. Puis, après avoir comparé, conformément à la similitudo verborum , les mots du tupi avec plusieurs autres langues et constaté qu’il n’y avait pas d’autres indices de proximité, Varnhagen concluait sur la parenté de l´égyptien et précisait qu’aussi bien l´ancien égyptien que le tupi dérivaient des langues ouralo-altaïques, appartenant au bloc des langues dites « touraniennes ».

  • 27  « En étudiant, depuis maintes années, l’ethnographie des Tupis, envahisseurs de presque toute l’Am (...)

22Dans la logique de Varnhagen, les recherches sur les migrations des peuples indigènes remplissaient pleinement les objectifs de la démarche ethnographique. D´une part, l´ethnographie fournissait des éléments sur le passé d´un territoire dont l´identité s’était établie avant son existence proprement historique ; d´autre part, elle légitimait, au travers de l’hypothèse migratoire, la conquête européenne. Dans cette perspective en effet, les Tupis n´étaient que les premiers « envahisseurs » d´une terre destinée par la Providence à faire partie de l´Occident27.

  • 28  Note de traduction : Tapuia c´est la désignation donnée par les Indiens de langue tupi-guarani aux (...)
  • 29  La partie qui traitait des Indiens du Brésil, dans la première édition de l´ « Histoire générale d (...)

23à l’inverse des indigénistes qui défendaient le rôle des Indiens dans la construction nationale, tels les poètes José Domingos Gonçalves de Magalhães et Antônio Gonçalves Dias, les peuples indigènes selon Varnhagen n´étaient pas vus comme un point de départ de l´histoire brésilienne. Ils n’étaient qu’un élément supplémentaire dans l’histoire des liens qui unissaient le Brésil au Vieux Continent. Si Varnhagen a aidé à créer la section d´archéologie et d’ethnographie en se manifestant en faveur des études sur langues indigènes, il devint lui-même un des plus fervents critiques des indigénistes, qu´il traitait ironiquement de « tapuiaphiles »28. Une telle interprétation a certainement influencé la première édition de son Histoire générale du Brésil en 1854, où les premiers acteurs à entrer en scène sont les consquistadores de l´Amérique29. Ce n´est qu´à partir de la seconde édition de 1877 que l´ordre des chapitres fut modifié, suite aux critiques du Secrétaire de la Société de Géographie de Paris, d’Avezac. Ce changement dans la structure de l´Histoire générale du Brésil répondait exactement à la proposition ethnographique de l´Institut quant à la « place » de l’Indien, l’assignant à l´introduction de l´histoire du Brésil, dans un rôle de toile de fond intimement liée à la description de la nature locale.

  • 30  Ce qui ne signifie pas, pour autant, une indépendance épistémologique de l´ethnographie et de l´et (...)

24L’élaboration d’un tel ordre qui restreignait l´Indien à la première partie de l´histoire du Brésil était donc le reflet de la division, de plus en plus consciente, entre le champ de l´histoire et celui de l´ethnographie30. Plus l´ethnographie s´éloignait de l´histoire elle-même, avec l´intervention croissante de spécialistes comme les paléontologues, les géologues et les philologues, plus la place de l´Indien dans l´histoire du Brésil remontait dans le temps. Varnhagen, en réalisant lui-même les études ethnologiques et se basant sur la philologie pour la recherche des origines des Indiens sur le continent, se maintenait dans le champ de la tradition littéraire. En ce sens, sa défense pour un statut moderne et autonome du champ de l´histoire ne rompait pas avec ses études antérieures sur les Indiens basées sur un modèle plus classique de connaissances sur les hommes. A la limite, sa recherche ethnologique allait jusqu´à rejoindre les textes sacrés et ne contestait ni le monogénisme ni la Genèse. La spécialisation croissante des disciplines devenait donc nécessaire à la lecture de l´ histoire.

25De cette manière, la séquence des chapitres des livres d´histoire du Brésil au xixe siècle reflétait la croissante distinction des champs du savoir, séparant de plus en plus nettement l´histoire de l´ethnographie. Mais leur union n’en était pas moins scellée - comme si, de manière « naturelle », indiscutable, la « nature » du Brésil était la porte d´accès à son histoire et, inversement, la fin du récit sur les Indiens indiquait le commencement de l´histoire de la colonisation et de la civilisation brésilienne.

Bibliographie

26Cesar, Temístocles, « Anciens, Modernes et Sauvages, et l'écriture de l'histoire au Brésil au xix siècle. Le cas de l'origine des Tupis » Anabases. Traditions et réceptions de l'Antiquité, 2008, v. 8, p. 43-65.

27______, « Como se deveria ser escrita a história do Brasil no século xix ». Em: Pesavento, Sandra Jatahy (org.), História Cultural. Experiências de pesquisa, Porto Alegre: UFRGS, 2003.

28______, « Presentismo, memória e poesia. Noções da escrita da História no Brasil oitocentista » Em: Pesavento, Sandra Jatahy (org.), Escrita, Linguagem, objetos. Leituras de História Cultural, São Paulo: Edusc., 2004.

29Corrêa Filho, Virgílio, Como se fundou o Instituto Histórico. Separata da Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, Rio de Janeiro, vol. 255, avril-juin 1962.

30Clifford, James, A experiência etnográfica [organização de José Reginaldo Santos Gonçalves]. Rio de Janeiro: Ed. da UFRJ, 1998.

31Domingues, Heloísa B., Ciência: um Caso de Política. As relações entre as Ciências Naturais e a Agricultura no Brasil-Império. Thèse de doctorat. Département d´histoire de la FFLCH-USP, São Paulo, 1995.

32Goldman, Marcio, Alguma antropologia, Rio de Janeiro: Relume Dumará, 1999.

33Guimarães, Lúcia P. « Debaixo da Imediata Proteção de Sua Majestade Imperial: o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1838-1889) », Revista do IHGB, Rio de Janeiro, 156(388): 459-613, 1995.

34Guimarães, Manoel Luís Salgado, « Nação e civilização nos trópicos: o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro e o projeto de uma história nacional », in Estudos Históricos, Rio de Janeiro, n.1, 1988.

35___________, « Reinventando a tradição: sobre Antiquariado e a Escrita da História », in HumanasRevista do Instituto de Filosofia e Ciências Humanas, Porto Alegre, v. 23, n. 1/2, 2000.

36Matos, Raimundo José da Cunha, « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e moderna do Brasil », RIHGB, t. 26, 1863.

37________. « Épocas brasileiras ou sumário dos acontecimentos mais notáveis do Império do Brasil », in RIHGB, vol. 302, 1974.

38Monteiro, John Manuel, « As ‘raças’ indígenas no pensamento brasileiro do Império », Em: Maio, Marcos Chor & Santos, Ricardo Ventura, Raça, Ciência e Sociedade, Rio de Janeiro: FIOCRUZ/CCBB, 1996.

39Propostasde Francisco Freire Allemão: pedir aos Presidentes das Províncias Informações sobre Tribos Indígenas e Florestas. Lata 574, Pasta 12.

40Puntoni, Pedro, « O sr. Varnhagen e o patriotismo caboclo », in I. Jancsò, István (org.) Brasil: Formação do Estado e da Nação, São Paulo/Ijuí, Fapesp/Editora Hucitec/Editora Unijuí, 2003, p. 633-675.

41Rodrigues, José Honório, Teoria da História do Brasil: Introdução metodológica, São Paulo, Cia. Editora Nacional, 1969.

42Schnapp, Alain. La conquête du passé, Paris: Éditions Carré, 1993.

43Schwarcz, Lilian, As barbas do Imperador, São Paulo, Cia. das Letras, 1998.

44Stocking Jr., George W., Victorian Anthropology, New York, The Free Press, 1987.

45_________, Race, culture, and evolution, Chicago & London: University of Chicago Press, 1982.

46VARNHAGEN, Francisco Adolfo de. História Geral do Brasil, Rio de Janeiro: E. &H. Laemmert, 1854.

47_________, L’origine touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Egyptiens – indiquée principalement par la philologie comparée, Vienne, Librairie L. et R. de Faesy & Frick, 1876.

48__________, « Ethnographia indígena: linguas, emigrações e archeologia » [1858]. Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, 21: 389-398, Nendeln/Lichenstein, Kraus Reprint, 1973

49Wehling, Arno, « As origens do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », Revista do IHGB, 338, 1983.

Haut de page

Notes

1  Citons quelques études classiques sur le sujet : Arno Wehling, « As origens do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », Revista do IHGB, 338, 1983; Manoel Luís SalgadoGuimarães, « Nação e civilização nos trópicos », Estudos Históricos, Rio de Janeiro, n.1, 1988; Lúcia P. Guimarães, « Debaixo da Imediata Proteção de Sua Majestade Imperial: o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1838-1889) ». Revista do IHGB, Rio de Janeiro, 156(388): 459-613, 1995.

2  En ce qui concerne les relations entre le mouvement littéraire et les études indigénistes de l´IHGB, voir Lilian Schwarcz, As barbas do Imperador, São Paulo, Cia. das Letras, 1998 et Pedro Puntoni, « O sr. Varnhagen e o patriotismo caboclo », in István Jancsò, (org.) Brasil: Formação do Estado e da Nação. São Paulo/Ijuí, Fapesp/Editora Hucitec/Editora Unijuí, 2003, p. 633-675.

3  Les « Nouveaux statuts de l´Institut historique », imprimés en 1851, augmentaient le nombre de commissions permanentes, qui passaient de quatre à dix, avec notamment la commission séparée d´« archéologie, ethnographie et langues indigènes ». Voir Novos Estatudos do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro. Rio de Janeiro: Ed. Paula Britto, 1851.

4  Heloisa B. Domingues, dans sa thèse, attire l´attention sur le fonctionnement anticipé de la section d´ethnographie, des années avant 1851, alors que les « Nouveaux statuts » annoncent sa création.

5  Cf. la discussion de la « Commission de rédaction et statuts » dans la Revue trimestrielle de l´Institut, 1847, Kraus Reprint, 1973.

6  En même temps, les présidents des provinces devaient fournir une deuxième série de données : « Quelle est la partie de la province étant déjà à cette époque-là dépourvue de forêts, quels sont les champs naturels et quelle est la surface couverte de forêts vierges ? Où ont-elles été détruites, où ont-elles été conservées, quels étaient les bois précieux qui y abondaient et enfin, quel type d´animaux les peuplaient? ». Propostas de Francisco Freire Allemão: pedir aos Presidentes das Províncias Informações sobre Tribos Indígenas e Florestas. IHGB, Boite 574, Chemise 12.

7  Manoel L. Salgado Guimarães, « Nação e civilização nos trópicos: o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro e o projeto de uma história nacional », Estudos Históricos, 1: 5-27, 1988.

8  José Honório Rodrigues,Teoria da História do Brasil: introdução metodológica. 4. ed. São Paulo, Cia Editora Nacional, 1978.

9  Januário da Cunha Barbosa, lors de la sixième séance de l´Institut, le 2 mars 1839, lisait un communiqué sur le décès du maréchal. RIHGB, tome 1, p. 49, 1908 (3e. ed.).

10  L´édition du texte utilisée est celle de la revue de l´IHGB, de 1867.

11  Karl F. Ph. Von Martius, « Como se deve escrever a história do Brasil », Revista trimensal de Historia e Geographia, n. 24, janvier 1845, p. 381-403, p. 384.

12  Raimundo José da Cunha Matos. « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e moderna do Brasil », Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 26:121-143,1863, p. 129.

13  On ne parvint que plus tard à un consensus autour des débuts de l´histoire du Brésil tel qu’il se dessine dans l´œuvre de Varnhagen. Voir l´article de Temistocles Cezar, T.Cezar, « Como se deveria ser escrita a história do Brasil no século xix », in S. J. Pesavento (org.). História Cultural. Experiências de pesquisa. Porto Alegre: UFRGS, 2003.

14  Voir par exemple, Pascal Mongne, « Imaginaire et réalité: l´imagerie du Mexique durant la première moitié du xixe siècle », in M. Bertrandet L. Vidal (dir), À la redécouverte des Amériques: les voyageurs européens au siècle des indépendances. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002, p. 97-124.

15  Note de traduction: Probablement il s´agit de la « serra dos Pirineus » localisée dans l´état de Goiás, au Brésil.

16  Raimundo José da Cunha Matos, « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e moderna do Brasil », Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 26:121-143,1863, p. 140.

17  Humboldt dit dans l´Introduction des Vues des Cordillères, « À la représentation des monuments qui intéressent l’étude philosophique de l’homme sont jointes les vues pittoresques des différents sites les plus remarquables du nouveau continent. » Voir A. von Humboldt,Vues des cordillères, et monuments des peuples indigènes de l'Amérique, Paris: F. Schoell, 1810. [Document électronique], disponible sur: http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Gallica&O=NUMM-61301

18  Manoel L. SalgadoGuimarães, « Reinventando a tradição: sobre antiquariado e a escrita da história », HumanasRevista do Instituto de Filosofia e Ciências Humanas, 23(1/2): 111-143, 2000.

19  Arnaldo Momigliano, The classical foundations of modern historiography. Berkeley: University of California Press, 1990.

20  Raimundo José da Cunha Matos, « Dissertação acerca do sistema de escrever a história antiga e moderna do Brasil », Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 26:121-143, 1863, p. 133.

21 Ibid., p. 133.

22  Alain Schnapp,La Conquête du Passé: aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993, p. 350.

23  Dans l’« História dos índios cavaleiros ou da nação guaycuru » écrite dans la Prison royale de Coimbra dont il était le directeur, Francisco Rodrigues do Prado décrit leurs us et coutumes, lois, alliances, rites et gouvernement local, et les hostilités perpétrés contre plusieurs nations barbares, par les Portugais et les Espagnols, maux qui sont encore présents dans la mémoire de tous. – Année 1795 », in Revue de l´IHGB, t. 1, 1839.

24  Souligné par l’auteur F. A. de Varnhagen, « Ethnographia indígena: linguas, emigrações e archeologia » [1858]. Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 21, p. 393.

25  Sur cet écrit de Francisco Adolfo de Varnhagen, voir l´article de Temistocles Cezar. T. Cezar. « Anciens, Modernes et Sauvages, et l'écriture de l'histoire au Brésil au xixe siècle. Le cas de l'origine des Tupis ». Anabases. Traditions et réceptions de l'Antiquité, v. 8, p. 43-65, 2008.

26  F. A. de Varnhagen, L’origine touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Egyptiens – indiquée principalement par la philologie comparée. Vienne: Librairie L. et R. de Faesy & Frick, 1876.

27  « En étudiant, depuis maintes années, l’ethnographie des Tupis, envahisseurs de presque toute l’Amérique orientale... ils se présentaient continuellement à mon esprit comme un peuple provenant de l’ancien continent. » F. A. de Varnhagen, L´Origine touranienne des Américains. Ou encore ce passage : « Ainsi les Tupis ne sont pas les Jasons de notre mythologie, ils sont les Phéniciens de notre histoire antique, ils sont nos envahisseurs normands à l´époque barbare. » (História Geral do Brasil, 1ère éd., vol. I, p. 106).

28  Note de traduction : Tapuia c´est la désignation donnée par les Indiens de langue tupi-guarani aux peuples indigènes dont les langues appartiennent à un autre tronc linguistique.

29  La partie qui traitait des Indiens du Brésil, dans la première édition de l´ « Histoire générale du Brésil » était précédée de : I – Introduction. Origine de la découverte de l´Amérique centrale; II – Découverte du Brésil et exploration de ses côtes; III – En considérant davantage le Brésil : l´ idée de sa colonisation ; IV – Résultats de l´expédition de Martim Afonso ; V – Succès immédiats de l´expédition de Martim Afonso ; VI – Droits des donataires et colons du Portugal à cette époque ; VII – Description du Brésil dans son territoire actuel. Varnhagen, Francisco Adolfo, História Geral do Brasil, Rio de Janeiro, E. &H. Laemmert, 1854.

30  Ce qui ne signifie pas, pour autant, une indépendance épistémologique de l´ethnographie et de l´ethnologie vis-à-vis du champ de l´histoire. Comme nous le savons, le modèle « diachronique » était la principale caractéristique de l´ethnologie du xixe siècle. Voir, entre autres, M. Goldman,Alguma antropologia, Rio de Janeiro, Relume Dumará, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kaori Kodama, « La section d´Ethnographie de l´Institut Historique et Géográphique Brésilien (1840-1860) ou la « Place » De l´Indien dans l´histoire du brésil », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 17 avril 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://acrh.revues.org/3724 ; DOI : 10.4000/acrh.3724

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org