Navigation – Plan du site
La querelle des Anciens et des Sauvages

Les anciens et la Nation : quelques réflexions sur les utilisations de l’Antiquité classique à l’Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1840-1860)

Rodrigo Turin
Traduction de Dominique Boxus
Cet article est une traduction de :
Os antigos e a nação: algumas reflexões sobre os usos da antiguidade clássica no IHGB (1840-1860)

Résumés

L’objectif de cet article est de partir de la reconstruction des usages de l’antiquité classique dans le cadre de l’Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro pour discuter et mettre en question quelques limites de l’application du modèle koselleckien de formation du concept moderne d’Histoire à des espaces linguistiques autres que ceux analysés par l’historien allemand. La reconstruction de ces usages des anciens par l’IHGB tient en compte les contextes des débats intellectuels ainsi que les genres d’écriture où ils s’inscrivent, et elle est ici présentée comme une voie permettant de saisir les différentes modalités de représentation du passé, tout en mettant en relief leurs spécificités et contingences.   

Haut de page

Notes de l’auteur

En mémoire de Manoel Salgado Guimarães (1952-2010)

Texte intégral

Que chacun soit à sa manière un Grec !
Goethe, « Antik und Modern » (1818)

La légitimité de la nation et le(s) sens d´une absence

  • 1  Une partie de cette recherche a originellement fait l´objet d´une présentation au IIe Colóquio Int (...)
  • 2  Temístocles Cezar propose l´expression « rhétorique de la nationalité » pour définir cet effort di (...)
  • 3  Hans Blumenberg, The legitimacy of modern age, Cambridge, MIT Press, 1985, p. 669.
  • 4  L´Institut Historique et Géographique Brésilien fut fondé le 21 octobre 1838. La création de l´IHG (...)

1Quelle est la place des anciens quand il est question d´écrire l´histoire de la nation1 ?Quel espace leur attribuer quand la tâche de l´historien doit se centrer sur l´établissement des documents de la nationalité, pour déterminer la chronologie de celle-ci, les éléments de sa formation et le sens de son histoire ? Que peuvent offrir les anciens à un programme aussi fortement délimité, dont l´écrasante hégémonie ne laisse guère de place à d´autres objets (et objectifs) historiographiques, hormis ceux qui peuvent être inclus sous la rubrique nation2 ? Que reste-t-il en définitive de l´autorité des anciens quand tous les efforts visent à garantir la légitimité des modernes3? Pour interroger les utilisations de l´antiquité classique dans la Revue de l´Institut Historique et Géographique Brésilien, ces questions semblent incontournables4. Un premier coup d´œil jeté sur les articles publiés dans la revue durant ses vingt premières années d´existence révèle une absence complète d´investigations par rapport à ce thème. La distribution des espaces qu´elle réalise laisse apparaître en fait une non-insertion des anciens comme objet historique – en tout cas pas directement. Tant dans les règlements que dans les programmes qui balisaient les activités de l´IHGB, tout tournait autour de la construction délibérée et pressante d´une histoire nationale encore inexistante. En ce sens, quelque autre forme de curiosité intellectuelle n´avait pas de raison d´être.

  • 5  Roberto Acízelo de Souza, O império da eloqüência, Rio de Janeiro, EdUERJ/EdUFF, 1999, p. 279. Voi (...)
  • 6  Reinhart Koselleck, Futuro passado. Contribuição à semântica dos tempos históricos,Rio de Janeiro, (...)
  • 7  Comme le soulignent Perelman et Olbrechts-Tyteca, tout orateur voulant persuader un auditoire part (...)
  • 8  Myriam Revault d’Allonnes, Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, Paris, Seuil, 2006, (...)

2Or s´il est exact que les anciens n´y apparaissent pas comme les objets exclusifs d´un investissement historiographique, ils n´en sont pas moins invoqués dans les textes produits pas les membres de l´IHGB. Le constat de cette présence, abondamment concrétisée sous forme d´épilogues, de citations et de comparaisons, fait voir entre autres la familiarité qui liait les auteurs de l´institut à la tradition classique et, comme l´a bien souligné Roberto Acizelo de Souza, le rôle important que l´éloquence continuait d´avoir sous l´Empire5. Il importe aussi de rappeler que si l´objectif était de construire une histoire moderne (ou philosophique) de la nation, tel n´était pourtant pas le modèle historiographique auquel nous pouvons rattacher la formation de ces savants. La présence sensible de références à l´antiquité classique ne manque d´ailleurs pas de susciter certains problèmes pour la compréhension du processus de formation au Brésil d´un concept moderne d´histoire, dans sa temporalité et dans sa spécificité. En effet, les déplacements sémantiques impliqués dans l´élaboration d´un régime moderne d´historicité conduisaient en principe, concernant le passé, à une perte de capacité de présenter des leçons s´adressant au présent6. Cessant d´être une source d´autorité, le passé devait en principe être compris dans son historicité propre. Dès lors, comment expliquer la présence des anciens dans les textes de l´IHGB ? Faut-il n´y voir qu´un procédé rhétorique ? Le fait est que si la finalité dernière de la rhétorique est bel et bien la persuasion, celle-ci ne peut opérer que dans une reconnaissance de l´autorité des arguments utilisés7. Ainsi, cette forme de continuité doit-elle être vue comme un indice du rôle fondamental que les conceptions hiérarchiques continuaient de jouer au Brésil sous l´Empire – qui était composé de différents ordres?À l´inverse des sociétés fondées sur des principes égalitaires, comme les États-Unis de Tocqueville, de telles conceptions ne conduisaient-elles pas à la reconnaissance et à la valorisation de l´asymétrie contenue implicitement dans la notion même d´autorité8? Quoi qu´il en soit, loin d´être quelque chose de naturel, parce qu´elle était justement à construire, l´élaboration d´une écriture moderne de l´histoire nationale ne manqua pas d´évoluer à côté de l´autorité de la tradition classique, et même d´y être confrontée – sous des formes diverses et dans des sens différents.

ancien, le moderne et les antinomies du modèle

  • 9  Ce processus s´est matérialisé par la création de lignes de recherche en historiographie dans des (...)
  • 10  Manoel L. Salgado Guimarães, « Historiografia e cultura histórica : notas para um debate », Ágora, (...)

3Depuis quelque temps, la production historiographique tournée vers l´étude de l´écriture de l´histoire au Brésil au cours des années 1800 a fait l´objet d´un processus de spécialisation et de rénovation de ses procédés et de ses programmes théoriques. Elle offre ainsi de nouvelles clés de lecture qui permettent d´enrichir notre compréhension des dynamiques et des chocs ayant présidé à la mise en place du savoir historique en tant que science9. Interroger les textes à partir de leurs spécificités conceptuelles, narratives et épistémologiques propres a rendu possible la construction d´une vision plus complexe des façons dont les savants engagés dans l´élaboration d´une histoire nationale se représentaient le passé et élaboraient un certain ordre du temps, en les matérialisant sous forme d´écriture. L´étude des ouvrages et des auteurs de cette époque a dès lors cessé de n´être qu´un travail de catalogage reposant sur le présupposé d´un processus évolutif et empiriste de l´écriture de l´histoire – le plus souvent dirigé vers la construction d´une mémoire pour la discipline historique ; elle a cessé aussi de n´être qu´un mode déterminé d´explication causale, faisant de cette écriture un simple élément représentatif ou réflexif de quelque autre ordre singulier lui conférant une intelligibilité10. Interroger les structures conceptuelles mises en œuvre par ces textes, les formes narratives choisies et certaines opérations intellectuelles définies comme nécessaires pour l´investigation et l´écriture de l´histoire équivaut donc à ériger des instruments d´investigation, et ce dans un langage protocolaire susceptible de garantir la reconnaissance de l´historicité de ces mêmes textes et de configurer par la même occasion un répertoire de problèmes historiographiques à l´intérieur d´un programme – ou calendrier – de thèmes de discussion.

  • 11  Manoel L. Salgado Guimarães, « Nação e Civilização nos Trópicos : o IHGB e o projeto de uma Histór (...)

4Il s´avère précisément qu´un des thèmes principaux de ce calendrier concerne la délimitation des éléments constitutifs d´une configuration moderne du temps et de l´écriture de l´histoire au Brésil, incluant la division de celle-ci en périodes. Dans un important article de Manoel Salgado Guimarães, intitulé « Nação e Civilização nos Trópicos » (Nation et Civilisation dans les Tropiques), et plus près de nous dans des thèses de doctorat et des mémoires de master, ce problème est traité avec une grande richesse d´analyse11. Ce que j´aimerais mettre en évidence dans le cadre du présent article est la façon dont le recours aux anciens enest venu à être perçu par l´historiographie comme un indice de ce processus de configuration moderne. Loin de vouloir mener ici une discussion englobant toute l´historiographie brésilienne qui traite de la formation moderne du concept d´histoire au Brésil, mon propos vise plus simplement à mettre en évidence la pluralité des jugements qui furent émis au sujet de cette présence de l´antiquité classique à l´IHGB. Dans un second temps, je propose quelques pistes permettant d´articuler ces différents jugements entre eux dans une analyse attentive aux genres d´écriture et aux contextes des débats. Pour terminer, je m´efforce d´illustrer mes réflexions au moyen d´un débat spécifique où intervient la figure du sauvage et qui met aux prises deux membres de ladite institution.

  • 12  Bertrand Binoche, « Le sauvage, l’ancien et le moderne – ou comment penser l’histoire de la societ (...)

5Le problème du surgissement d´une prise de position moderne par rapport à l´antiquité classique, que ce soit dans les réflexions esthétiques sur le concept d´imitation ou dans l´historiographie par le biais du topos de l´historia magistra vitae, peut faire a priori l´objet de trois réponses distinctes : a) l´imitatio et le topos se maintiennent comme des opérateurs intellectuels légitimes, subsistant à côté de ce nouvel horizon conceptuel, dans la mesure où les premiers continuent de répondre à des demandes que le second ne prend pas en compte ; b) ils deviennent obsolètes vu que car le paradigme selon lequel se justifiait leur fonctionnalité a été substitué et que le fait de les maintenir comme principes directeurs de pratiques intellectuelles a perdu son sens ; c) ils font l´objet d´une réappropriation à l´intérieur du nouveau paradigme, rendus fonctionnels d´une façon nouvelle, en accord avec ce nouveau plan conceptuel12. Ces trois réponses ont été approfondies – quoique selon des modulations diverses – grâce à une série de travaux sur l´écriture de l´histoire au Brésil au xixe siècle.

6Dans sa thèse récemment soutenue et touchant aux biographies produites au sein de l´IHGB, Maria da Glória Oliveira a mis en évidence l´étroite proximité que les savants de l´IHGB établissaient entre leur pratique de l´écriture biographique et ses finalités moralisatrices, modèle hérité intégralement des anciens – notamment Plutarque. L´auteur explique :

  • 13  « Plenamente afinada ao programa da historia magistra, a escrita biográfica apresentava-se, portan (...)

En parfaite syntonie avec le programme de l´historia magistra vitae, l´écriture biographique se présentait dès lors comme porteuse d´exempla, servant avant tout à instruire les Brésiliens dans le présent13.

Par ailleurs, Maria da Glória Oliveira attire l´attention sur le type de rapport que ces savants entretenaient avec la tradition classique ; un rapport dont la proximité plus que la distanciation venait justifier en définitive la possibilité même d´apprendre grâce aux biographies :

  • 14  Escrever vidas, narrar a história, op. cit., p. 54.

7Parmi les membres de l´IHGB, la référence aux anciens signale quelques balises importantes dans le dédoublement des réflexions sur l´écriture de l´histoire. Ce qui se perçoit surtout parmi les fondateurs de l´Institut est que l´évocation d´auteurs canoniques gréco-latins ne s´établit pas au moyen d´une démarche historiographique soucieuse de comprendre en quoi le passé diffère du présent, mais se base sur un jeu d´identifications et d´analogies qui au bout du terme annule pratiquement la distance entre les siècles14.

  • 15  Valdei Lopes de Araújo, A experiência do tempo. Conceitos e Narrativas na Formação Nacional Brasil (...)

8Des appréciations différentes sont émises par Valdei Lopes de Araújo dans sa thèse de doctorat récemment publiée. Pour ce dernier, la production historiographique brésilienne fut marquée par une réelle discontinuité discursive et conceptuelle survenue durant les années 1830 dans la foulée du mouvement romantique15. Comme le montre l´auteur, cette discontinuité se serait caractérisée par la formation d´une expérience moderne du temps au Brésil, marquée par une historicisation croissante de la réalité et se différenciant de l´expérience des savants issus de l´illustre milieu portugais, encore prisonniers des modèles cycliques. Suite à ce processus, les anciens auraient cessé d´être perçus comme porteurs d´exemples, pour être mis en perspective à partir de la distance temporelle. Centrée sur une représentation attachée à une nature humaine fixe enfermée dans une conception historicisée, l´antiquité classique aurait cessé d´offrir des leçons aux hommes du présent. En ce sens, la continuité de la présence des anciens dans les travaux des membres de l´IHGB serait à comprendre comme le vestige d´un autre ordre conceptuel, ou comme une métaphorisation ; mais elle aurait perdu son caractère structurant.

  • 16  Manoel L. Salgado Guimarães, « Uma história da história nacional : textos de fundação », in Ivana (...)

9Un autre mode possible de compréhension de ce rapport entre la présence de l´autorité des anciens – toujours selon le topos de l´historia magistra vitae – et la formation d´un concept moderne d´histoire est présenté par Manoel Salgado Guimarães. Comme ce dernier le fait observer, le topos de l´historia magistra vitae venait à faire l´objet d´une réappropriation au sein de l´IHGB selon les paramètres d´une conception philosophique de l´écriture de l´histoire dans la lignée des Lumières : « Ils continuent de partager la conception de l´histoire comme maîtresse de vie, même si ce topos est en train d´être revu par l´écriture du xixe siècle, en s´appuyant sur la défense de ce qu´ils appellent une histoire philosophique »16. Ainsi l´autorité du passé – en incluant celle des anciens – aurait été reformulée, et ce dans un climat de disputes et d´indétermination quant aux modes possibles de représentation adéquate de ce passé, à partir des nouvelles attentes de ces savants désireux d´insérer le passé dans un ordre temporel singulier.

  • 17  João Feres Júnior et Marcelo Jasmin (éd.), História dos conceitos. Diálogos transatlânticos,Rio de (...)
  • 18  Reinhart Koselleck, « Entrevista com Reinhart Koselleck », in : Marcelo Jasmin et João Feres Júnio (...)
  • 19  Une préoccupation semblable a été exprimée par Elias Palti : « Dans la mesure où la modernité et l (...)

10Les contributions auxquelles je viens de recourir de manière résumée et pour le moins sommaire visent seulement à mettre en relief la diversité des positions interprétatives quant au rôle des anciens au sein de l´IHGB. Les trois réponses possibles à l´unique et même question – elles ont été évoquées plus haut – trouvent ici des formulations spécifiques. D´une manière générale, et aussi selon des modulations distinctes, nous pouvons considérer que la description koselleckienne de la formation des concepts centraux de la Modernité, et plus spécifiquement du concept moderne d´Histoire, sert d´instrument heuristique central à ces récentes investigations sur la production historiographique au sein de l´IHGB. Plus encore, cette description est devenue un modèle auquel ont eu recours un ensemble d´entrprises historiographiques récentes en vue d´une application au cas ibérique, rendant possible une compréhension profonde et systématique des transformations conceptuelles survenues principalement au début du xixe siècle17. L´utilisation de ce modèle peut toutefois présenter deux risques. D´une part, il peut conduire autant à la réification qu´à l´universalisation d´un processus par rapport auquel Koselleck se montrait sceptique quant au fait d´un élargissement à d´autres pays présentant une tradition différente de celle des pays de langue germanique18. D´autre part, l´utilisation de ce modèle peut servir comme une règle à partir de laquelle les textes étudiés sont mesurés, ce qui pourrait avoir pour conséquence de ne pas réviser ni enrichir les sens que peut recevoir le concept de Modernité par le biais de la comparaison menée à partir d´études spécifiques ; cela pourrait aussi engendrer certaines distorsions, des archaïsmes et des ambiguïtés qui, avant d´être inhérents aux textes étudiés proprement dits, sont d´abord des projections du point de vue à partir duquel nous observons19. Dès lors, le défi pour la réalisation d´une histoire des concepts dans des espaces culturels distincts de celui analysé par Koselleck est de toujours maintenir ouvert cet instrument heuristique, comme quelque chose qui permet d´interroger les textes, mais en prenant en même temps soin d´opérer un mouvement de retour, pour revoir et reconfigurer les instruments des enquêtes. Ce n´est qu´ainsi que pourra être ouverte une dimension véritablement comparative, non seulement des régimes d´historicité, mais aussi des diverses configurations de ce que le concept de Modernité veut et peut embrasser.

  • 20  Pierre Bourdieu, « L’illusion de la règle », in : Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Se (...)

11Ainsi les diverses opinions mises en exergue ci-avant concernant la présence et le sens des anciens et de l´historia magistra dans les textes de l´IHGB requièrent un effort d´interprétation qui, sans ignorer le rôle fondamental joué par le cadre théorico-analytique de l´histoire des concepts, peut aussi incorporer certaines spécificités propres aux usages du langage présents dans les textes : celles-ci peuvent en effet apparaître comme contradictoires par rapport au modèle, voire ne pas être prises en charge par lui. Comme le soulignait Bourdieu, dans cet effort visant à ne pas confondre le modèle de la réalité et la réalité du modèle, il importe de reconstruire les contextes des débats et des conflits dans lesquels ces savants et ces érudits se trouvaient pris et produisaient leurs textes tout en s´opposant ou en s´alliant à des groupes et à des traditions ; il faut aussi délimiter les différents genres d´écriture pratiqués au sein de l´IHGB et leurs finalités respectives20. Dans ce sens, nous rappellerons ici la question formulée par Manoel Salgado Guimarães au sujet de la coexistence de modalités distinctes de représentation du passé dans les textes de ces savants du xixe siècle : « Comment concilier dans un récit du passé des perspectives de prime abord paradoxales ? ». Guimarães lui-même répond ainsi :

  • 21  « Uma história da história nacional : textos de fundação », op.cit., p. 403.

Au moment où le concept même d´Histoire est encore objet de disputes, où le genre semble pouvoir encore comporter diverses possibilités narratives, la tension explicite dans le texte de Januário da Cunha Barbosa exprime ce moment de disputes où une bataille est en train d´être tramée en vue de la définition de la manière dont sera écrite cette histoire.21

Or c´est précisément dans ce jeu de disputes ouvert à des possibilités diverses que nous cherchons ici à comprendre la présence des anciens dans les textes de l´IHGB.

12Selon ce que nous avons pu cartographier par la lecture des textes de la revue de l´Institut, il n´est pas possible de proposer ici une assertion qui serait singulière et univoque sur la présence de la tradition classique dans la période allant de 1840 à 1860, et ce justement parce que, dans les textes de l´IHGB, coexistent des modalités aussi distinctes que : 1) des critiques historiques (et historicistes) contre l´autorité des anciens ; 2) l´utilisation de ceux-ci comme modèles d´émulation (soit par les actions, soit par la pratique même de l´écriture de l´histoire nationale) ; 3) les anciens en tant que figures d´autorité argumentative ; 4) l´utilisation des anciens comme termes de comparaison avec les sociétés indigènes ; ou encore 5) l´évocation des anciens pour ériger en type et / ou dignifier héroïciser des figures de notoriété de l´histoire brésilienne.

13Gonçalves Dias, par exemple, dans un mémoire sur l´hypothétique existence des Amazones, proposait comme tâche fondamentale de soumettre l´autorité des récits antiques à une critique historique judicieuse, et d´éviter ainsi de les accepter en raison de leur seule antiquité :

  • 22  « Originou-se esta opinião da poesia, introduziu-se no vulgo pelo amor do maravilhoso ; os histori (...)

Cette opinion est née de la poésie, elle s´est introduite dans le peuple par l´amour du merveilleux ; les historiens, s´ils n´ont pas improvisé, l´ont acceptée sans critère, et elle fut, comme beaucoup d´autres, reçue dans les temps modernes comme un legs vénéré pour son antiquité, et peut-être seulement digne de foi en raison des idiomes dans lesquels elle nous fut transmise.22

  • 23  « ainda menos verossímil, ou antes mais pasmoso, que a energia viril se tenha podido sujeitar ao i (...)
  • 24  « Nos mais célebres engenhos da antiguidade as vemos abraçadas : há história em Homero e Virgílio, (...)

14L´auteur ajoutait que la réalisation de « patientes investigations de la critique » pourrait démontrer le caractère indéfendable de l´hypothèse touchant à cette société composée exclusivement de femmes, et ce grâce au critère de vraisemblance lié à la double improbabilité de la capacité des femmes à constituer par elles-mêmes une société organisée et du fait « encore moins vraisemblable, voire ahurissant, que l´énergie virile eût pu s´assujettir à l´empire des femmes »23. Toutefois, dans les pages de la revue, cette critique contre l´autorité des anciens ne manque pas de coexister avec d´autres énoncés où les anciens sont invoqués comme des figures capables de résoudre une controverse ou de justifier une prise de position spécifique, comme il apparaît notamment sous la plume de Manuel Ferreira Lagos pour défendre le lien existant entre l´histoire et la poésie dans les écrits de Gonçalves de Magalhães : « Chez les esprits les plus célèbres de l´antiquité, nous les voyons embrassées : il y a de l´histoire chez Homère et chez Virgile, il y a de la poésie chez Plutarque et chez Tacite »24. L´association entre l´histoire et la poésie chez ces auteurs reconnus comme des classiques vient donc justifier ici la même pratique chez un auteur moderne. Cette autorité s´appuie sur une asymétrie entre ceux-là et celui-ci, garantissant de la sorte l´efficacité rhétorique associée à ce transfert de légitimité. En outre, la tâche même qui donnait tout son sens à l´existence de l´IHGB, à savoir celle d´écrire l´histoire de la nation, ne manquait pas de se trouver légitimée par un transfert de ce type, en l´occurrence grâce à la confrontation entre la grandeur des faits qui concernaient les anciens et ceux de la nation brésilienne. Ainsi, dans son discours d´inauguration à l´occasion de la fondation de l´IHGB, Januário da Cunha Barbosa affirmait (au moyen d´un médiateur moderne) que nos actions équivalaient à celles des Grecs et des Romains, méritant de la sorte d´être immortalisées d´une façon semblable dans un écrit :

  • 25  « Este ramo de estudo, tão necessário à civilização dos povos, faltava aos nossos patrícios. Mas c (...)

15Cette branche d´étude, si nécessaire à la civilisation des peuples, faisait défaut à nos patriciens. Mais consolons-nous d´un tel manque d´intérêt, car le célèbre Rollin lui aussi, en des temps où la France était déjà florissante par ses lettres, regrettait que soit sacrifiée l´étude de l´histoire nationale à celle d´autres histoires antiques, comme si les faits héroïques et les jeunes héros intrépides méritant d´être imités n´étaient jamais apparus qu´en Grèce ou à Rome25.

  • 26  « Os tácitos estavam pois no senado e não podiam ainda escrever a historia. » ; Visconde de Sapuch (...)

16Il ne s´agit donc pas seulement d´eux, mais aussi de nous, qui possédons des faits dignes d´être remémorés en raison de leur grandeur. Le critère permettant de mesurer et de légitimer le passage du fait à la mémoire et de celle-ci à l´imitation est conféré par la reconnaissance de ce passé en tant que classique. Dans cette formule, l´objectif n´est pas de dépasser les anciens, mais de se placer face à eux, en permettant que l´autorité de l´un soit transmise à l´autre. Cette stratégie d´héroïcisation au moyen d´un parallèle entre l´ancien et le national pourrait au bout du terme être étendue aux personnages de cette histoire en construction. C´est ce que fit le vicomte de Sapachay, parmi d´autres, alors président de l´IHGB. Il justifiait le manque d´écrits historiques durant l´époque de l´indépendance du Brésil de la façon qui suit : « Les Tacite étaient donc au sénat et ne pouvaient pas encore écrire l´histoire »26. Il appartenait donc à sa génération de raconter, tout comme Tacite, les faits historiques de ces figures du passé, tout en assurant par la même occasion l´héroïcité de cette même pratique historienne. Il s´avère cependant que ces parallèles entre les anciens et les nationaux, dans le dessein d´une glorification, n´empêcheraient pas non plus que des comparaisons puissent être établies entre l´antiquité et les peuples sauvages qui continuaient d´habiter sur le territoire national. Comme je l´étudierai plus en avant, ces comparaisons pouvaient receler des objectifs et des valorisations fort distinctes.

  • 27  Comme le fait observer Wittgenstein : « To the philosophical question : ‘Is the visual image of th (...)

17En faisant ressortir – sous forme d´ébauche – la diversité des modalités d´utilisation des anciens, mon objectif est de mettre en évidence la valeur partielle d´assertions comme celles qui ont été mentionnées plus haut dans le cadre de l´historiographie touchant la présence de l´antiquité classique à l´IHGB. D´une certaine façon, les trois façons de comprendre la présence des anciens à l´IHGB sont des assertions correctes que justifient les exemples auxquels elles se réfèrent. Néanmoins, à partir du moment où ces mêmes assertions tendent à glisser du cadre propre aux apparitions concrètes auxquelles elles se réfèrent vers celui d´un sens universel les faisant devenir des règles, elles ouvrent un espace à la production d´antinomies, qui relèvent non pas des réponses proprement dites, mais avant tout des questions qui leur ont donné le jour27.Or, avant de chercher à concilier les utilisations des anciens et le formalisme du modèle, il convient d´attirer l´attention sur les sens visés par les auteurs quant à l´application de celles-ci. D´autre part, une fois reconstituée cette diversité des usages et des sens, le modèle koselleckienest en mesure de s´enrichir et de se complexifier, ouvrant de nouvelles perspectives de compréhension sur les formes de représentation du passé. Je m´efforcerai d´exemplifier cette question par un débat mettant aux prises deux membres de l´IHGB quant à la nature de l´Indien et à sa place éventuelle dans l´Histoire du Brésil.

Une querelle à propos du sauvage

  • 28  Temístocles Cezar, « Anciens, Modernes, Sauvages, et l’écriture de l’histoire au Brésil au xixe si (...)
  • 29  Rodrigo Turin, Tempos cruzados : escrita etnográfica e tempo histórico no Brasil oitocentista, Rio (...)
  • 30  Dès la quatrième session de l´Institut Historique et Géographique Brésilien, réalisée le 4 février (...)

18Comme l´a affirmé Temístocles Cezar, il n´y a pas eu au Brésil de querelle entre des anciens et des modernes, du moins pas sous la forme que l’on a connu dans des pays tels que la France et l´Angleterre28. Il y a eu néanmoins ce que nous pouvons appeler une querelle à propos du sauvage. À partir de la fondation de l´IHGB en 1838, il était clair que l´écriture d´une histoire nationale impliquait aussi l´attribution d´un espace aux Indiens qui vivaient alors sur le territoire brésilien. La manière dont cette réflexion fut alors configurée touchait à la formation même d´un discours ethnographique au Brésil, avec la délimitation de ses caractéristiques et de ses restrictions. La production de textes ethnographiques au sein de l´IHGB s´orienta vers un effort d´éclaircissement de deux principaux problèmes29. En premier lieu, la quête d´une spécificité historique des populations indiennes. Il importait de dévoiler quelles étaient leurs origines, leurs liens de parenté, leurs divisions, dans quel état ils se trouvaient au moment de l´arrivée des Portugais. Tous ces points avaient pour finalité d´établir un jugement définitif sur une question fondamentale : ces groupes qui se trouvaient en ces contrées étaient-ils toujours restés dans un état de nature ou étaient-ils au contraire des formes déchues de civilisations antérieures ? Par-delà la superficialité de l´espace, il s´agissait donc d´un effort de reconstruction de la profondeur du temps. Un deuxième problème qui guida les travaux ethnographiques et qui découlait du premier touchait à la possibilité ou non de catéchiser la population qui continuait d´habiter sur le territoire, et se posait aussi la question de savoir quelle serait la meilleure méthode à adopter30.

19L´interrogation au sujet de leur origine et la discussion touchant à leur catéchisation traduisaient le souci des membres de l´IHGB d´attribuer aux Indiens un passé autant qu´un futur – ou plus spécifiquement un passé qui permît leur inclusion dans le devenir national, ou leur exclusion de celui-ci. Ce programme de discussion défini dans les années 1840-1860 convergeait sur une scène où, grosso modo, se trouvaient des partisans de la catéchisation, soucieux de soutenir l´idée de la décadence des peuples indiens, et ceux qui niaient cette même catéchisation au nom de l´incapacité de ces populations à sortir de leur état de nature. D´un côté, il s´agissait de défendre la catéchèse comme un mode d´inclusion des sociétés indiennes, en prouvant que leur état de décadence d´alors était une déchéance de civilisations antérieures. Observons que ce qui rendait intéressante cette qualité d´êtres déchus attribuée au Indiens, et qui entrait en étroite concordance avec la tradition d´une anthropologie biblique fortement enracinée au sein de l´IHGB, était la conclusion qui en découlait par rapport à l´existence antérieure d´éléments civilisationnels postérieurement oubliés. Ce qui, partant, indiquait la voie d´un récit historique – encore inconnu – pour ces populations. D´un autre côté, et notamment chez Francisco Adolfo de Varnhagen, il s´agissait de prouver l´incapacité du sauvage à sortir de son état de nature, ce qui faisait perdre toute légitimité aux efforts qui visaient à inclure ces populations dans le corps même de l´Empire. Dans les deux cas, il en allait d´une enquête sur l´histoire des Indiens, et aussi d´une définition de leur historicité, ce qui octroierait à l´action politique une clé de compréhension et une légitimation.

  • 31  Manoel L. Salgado Guimarães, « História e Natureza em von Martius : esquadrinhando o Brasil para c (...)
  • 32  Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2001, p. 690. Voir aussi Jack Goody, (...)

20L´ethnographie venait dès lors à être conçue comme un type spécifique d´écriture historique tournée vers des populations privées des marques d´historicité reconnues par la culture historique du xixe siècle31. Et tout comme l´histoire proprement dite, elle avait besoin de faits. Toutefois, devant l´absence de documents historiques, les seules méthodes capables de fournir de tels faits étaient l´archéologie, et principalement la grammaticalisation de la langue indienne. Grâce à ces opérations, il devenait possible d´abord d´instituer et de sélectionner des objets familiers, pour les comparer ensuite entre eux et finalement déduire une histoire qui échappait à la conscience des sauvages. Vu que ces derniers ne cultivaient pas de mémoire (nous pourrions dire, en nous fondant sur Ricoeur, de « mémoire déclarative »), il appartenait à l´ethnographe d´extraire des propos et des coutumes des Indiens les indices permettant de reconstituer leur passé avec le plus de vraisemblance possible32. Le recours à la comparaison apparaissait ainsi comme un instrument fondamental dans la construction de ce que nous pouvons nommer le fait ethnographique. Les Tupis étaient comparés aux Tapuias, les Indiens brésiliens à ceux d´autres régions d´Amérique et d´Océanie, et même le sauvage brésilien au paysan européen. Au moyen de cette (re)construction du fait ethnographique, la comparaison permettait aussi l´élaboration d’une temporalité, qui faisait surgir l´historicité cachée sous l´apparence d´un éternel présent. Par conséquent, l´écriture de l´histoire indienne ne pourrait jamais assumer que la forme d´une (certaine) histoire comparatiste.

  • 33  Il convient de rappeler que le recours au parallèle comme élément rhétorique faisait partie du gen (...)
  • 34  Domingos Gonçalves de Magalhães, médecin, diplomate, poète et dramaturge, naquit à Rio de Janeiro (...)
  • 35  Francisco Adolfo de Varnhagen naquit à São João de Ipanema (province de São Paulo) le 17 février 1 (...)

21Au milieu de toute cette activité comparative, les membres de l´IHGB ne manquaient pas de faire intervenir également les anciens. Toutefois, leur façon de procéder s´inscrivait dans un objectif plus vaste : celui de faire valoir les positions politiques et intellectuelles qui caractérisaient le débat ethnographique impérial, où s´affrontaient les promoteurs de la catéchèse et ceux qui la refusaient. Le rapprochement entre les anciens et les sauvages se trouvait donc circonscrit en fonction de ce qu´on espérait extraire de la comparaison, à la fois comme effet de connaissance et comme artifice rhétorique de persuasion : soit pour ennoblir les Indiens, soit pour mettre en cause leur inertie historique irrécupérable. On remarque ainsi l’effort des savants de l´IHGB pour rapprocher ou séparer les termes d´anciens et de sauvages, de sorte que l´un vienne confirmer ou infirmer l´autre. En effet, comme dynamique de possibilités réciproques, ces deux termes dépendaient du choix d´un troisième (moderne ?) : le chemin à tracer33. Pour exemplifier ces différentes stratégies, je citerai quelques extraits de la dispute opposant deux auteurs qui occupaient des positions antithétiques dans ce débat ethnographique du xixe siècle : Gonçalves de Magalhães34 et Francisco Adolfo de Varnhagen35.

Entre les anciens et les sauvages

  • 36  « concedendo-lhes apenas insignificantes virtudes, como penhores de imparcialidade », D. J. Gonçal (...)
  • 37  « não falta quem seja de voto que se devem de todo reabilitar [os indígenas], por motivos cujas va (...)
  • 38  La liste des questions est la suivante : « 1. Ceux qui parcouraient notre territoire lors de l´arr (...)

22Ce qui motiva Gonçalves de Magalhães à écrire son texte « O indígena perante a história » (L´Indien face à l´histoire), publié dans la Revue de l´IHGB en 1860, fut la lecture qu´il fit de l´História Geral do Brasil (Histoire générale du Brésil) de Francisco Adolfode Varnhagen. Selon Magalhães, cet ouvrage rassemblait toutes les accusations qui étaient alors diffusées contre les sauvages, « ne leur concédant que des vertus insignifiantes comme des garanties d´impartialité »36. Pour Varnhagen, effectivement, le rôle que le sauvage brésilien était censé pouvoir jouer dans le modèle de civilisation qui s´implantait à cette époque au Brésil était fort restreint, voire tout simplement nul. Dans la préface de la première édition de son História Geral en 1854, l´historien s´était déjà ouvertement positionné contre l´attitude hégémonique prévalant à l´IHGB, qui visait à promouvoir l´inclusion des Indiens : « il ne manque pas, disait-il, de personnes désireuses de réhabiliter à tout prix [les Indiens], pour des raisons dont nous méconnaissons les avantages en termes de moralité, de justice ou de convenance sociale »37. Comme historien sacrifiant tout aux « convictions de conscience », il refusait pour sa part de se laisser influencer par ces « idées de brésilianisme nées d´une imagination poétique ». Dans le deuxième tome de son œuvre paru en 1857, Varnhagen inséra un « Discours préliminaire » pour répondre aux critiques qu´il avait reçues, tout en élargissant son programme ethnographique dans le but de légitimer sa position politique antérieurement affirmée. Le programme d´études qu´il délimitait conformément aux questions qui guidaient alors les recherches des membres de l´IHGB visait à établir l´origine des Indiens habitant sur le territoire brésilien, à déterminer leur caractère, et sur base de ces conclusions à formuler les mesures politiques les meilleures à prendre38. Si les objectifs généraux étaient similaires à ceux développés au sein de l´institut, les résultats escomptés étaient toutefois fort différents. De manière succincte et objective, l´auteur présentait ainsi les réponses à chacune des questions posées par l´IHGB, et concluait de façon péremptoire :

  • 39  « Os Índios não eram donos do Brasil, nem lhes é aplicável como selvagens o nome de Brasileiros : (...)

Les Indiens n´étaient pas les maîtres du Brésil, de même qu’en tant que sauvages le nom de Brésiliens ne leur est pas applicable: ils ne pouvaient pas se civiliser sans la présence de la force, dont on n´abusa pas autant qu´on a bien voulu le dire ; et pour finir ils ne peuvent en aucune façon être pris pour nos guides dans le présent ni dans le passé pour les sentiments de patriotisme ou pour la représentation de la nationalité39.

  • 40  « nos esqueçamos que os vencedores querem ter toda a razão do seu lado, mesmo quando levantam fogu (...)

23Il va de soi que ces mots lui valurent une série de critiques, parmi lesquelles le texte présenté par Gonçalves de Magalhães à l´IHGB. Ce texte doit donc être vu comme un acte de défense et de réhabilitation de l´Indien, et comme une réponse aux accusations proférées dans l´ouvrage de Varnhagen. Ce dernier, selon Magalhães, avait écrit son histoire en n´adoptant, de manière partiale et non critique, que le point de vue des vainqueurs, exprimé dans les documents officiels et dans les chroniques des colonisateurs qu´il avait utilisées comme sources. Face à cela, Magalhães commençait son étude en invoquant l´éthique historiographique que, selon lui, Varnhagen avait laissée de côté en composant son histoire : l´impartialité. « N´oublions pas que les vainqueurs veulent avoir toute la raison de leur côté, même quand pour cela ils attirent toute l´attention ; et l´historien est un juge droit, et non pas le panégyriste de la victoire à tout prix »40.

24Au contraire de Varnhagen, Gonçalves de Magalhães cherchait donc à prouver que l´état des populations indiennes d´alors, loin d´être un état de nature irrécupérable, était avant tout le fruit d´un processus de décadence :

  • 41  « Habituamo-nos tanto a considerar os indígenas como selvagens sem lei nem grei, a despeito do que (...)

Nous nous sommes tellement habitués à considérer les Indiens comme des sauvages sans loi ni société, et en dépit de ce qu’au contraire nous savons,nous continuons de raisonner comme s´ils étaient ainsi ; peut-être par l´état de décadence auquel se croient réduits ceux qui se sont réfugiés en ces contrées du « sertão »41.

  • 42  « A selvageria completa é uma ficção » ; « ou uma decadência e aberração temporária do estado norm (...)

25Ce qui était généralement considéré comme une nature sauvage n´était donc, selon Magalhães, rien de plus qu´une simple apparence, fruit d´une décadence qu´il appartiendrait à l´enquête ethnographique de révéler. « La sauvagerie complète est une fiction », affirmait-il, « ou une décadence et une aberration temporaire de l´état normal de l´homme, qui tend toujours à en sortir volontairement ou instinctivement, comme d´un état d´infirmité »42.

  • 43  « O elemento europeu que constitui uma parte da população do Brasil, e ao qual devemos o increment (...)

26Pour prouver cette thèse centrale qui l´associait à d´autres auteurs comme Joaquim Norberto et Gonçalves Dias, Magalhães recourait à un expédient, qu´il faisait intervenir au fil de son texte : la comparaison entre les sauvages et les anciens. Avant d´opérer ces comparaisons, il ne manquait pas de rappeler à ses lecteurs, et ce dès le début, la place que l´antiquité occupait dans sa propre tradition. Il fixait de la sorte la perspective adoptée par lui dans son texte : « L´élément européen qui constitue une partie de la population du Brésil et auquel nous devons le développement de notre civilisation a pour lui l´histoire glorieuse de ses ancêtres, étant donné que comme héritiers des décombres des civilisations grecque et romaine contre lesquelles ils guerroyèrent, ils laissèrent par ce même combat l´état sauvage où ils vivaient »43. L´auteur approuvait ainsi la position d´origine qui convenait à l´antiquité gréco-romaine dans l´histoire de la civilisation occidentale. Soulignons que cette position d´origine, loin d´indiquer une quelconque condition primitive des anciens, était avant tout définie par sa dimension fondatrice de ce qui était compris comme formant la tradition européenne, à laquelle le Brésil était rattaché par le biais de la colonisation portugaise. Or cet héritage, comme prenait soin de le préciser Magalhães dans son argumentation, était le produit indirect d´un combat dans lequel les ancêtres portugais qui avaient permis le développement de la civilisation au Brésil avaient assumé le rôle des sauvages durant l´antiquité. Ainsi, dans le même mouvement qui lui permettait d´octroyer aux anciens la valeur d´un paramètre pour les comparaisons ultérieures, en les associant à la civilisation, Magalhães laissait déjà entendre la justesse de sa thèse (celle de la possibilité de la catéchisation) grâce à cette substitution de rôles entre le monde ancien et l´histoire brésilienne : la convertibilité du sauvage brésilien en vue de son accession à la civilisation était assurée par l´exemple des Portugais eux-mêmes, les colonisateurs du Brésil !

  • 44  Ce rapport entre l´autorité et la reconnaissance a été fort bien souligné par Pascal Payen : « Le (...)

27Centrées principalement sur des références gréco-romaines, les comparaisons qu´établissait Magalhães entre les anciens et les sauvages visaient toujours à produire de la ressemblance, et jamais de la différence. En effet, grâce à cette ressemblance produite par une référence à l´autorité des anciens, et aussi grâce à la reconnaissance de celle-ci par les savants de l´Empire (nous rappelons que toute autorité se doit d´être reconnue), l´auteur pouvait assurer son dessein de réhabilitation de l´Indien face aux accusations de Varnhagen44. Toutes les comparaisons suivaient une même ligne, à savoir un rapprochement entre les deux termes, à partir duquel pouvait opérer le transfert de la valeur positive reconnue de longue date aux anciens au bénéfice du sauvage brésilien. Cette opération était toute entière tournée vers la résolution de ces problèmes qui configuraient alors le débat au sein de l´IHGB, à savoir l´attribution d´un passé aux Indiens et la possibilité de leur catéchisation.

28Pour ce qui avait trait au premier point, Magalhães invoquait les ruines indiennes rencontrées dans diverses régions d´Amérique, comme Cuzco, Tenochticlan et Tezenco – cette dernière ville était nommée par lui l´« Athènes américaine ». Au Brésil, de telles ruines n´avaient jamais été découvertes, en dépit des attentes des membres de l´IHGB et de tous les efforts entrepris par eux dans ce sens. Quoi qu´il en soit, comme uniques traces matérielles d´un passé indien, ceux-ci ne manquaient pas de mentionner, dans la dispute ethnographique brésilienne, comme le faisait Magalhães lui-même dans son texte,

  • 45  « documentos incontestáveis de uma civilização de caráter antigo e original, que denuncia gerações (...)

29[...] des documents incontestables d´une civilisation de type ancien et original, qui implique des générations successives et des siècles pour être arrivée à ce point de grandeur et de splendeur, si grande est pour nous la facilité de la supposer antérieure, comme contemporaine de la plus ancienne civilisation de l´Inde et de l´Égypte.45

  • 46  Georg Simmel,« The Ruin », in K. Wolff (éd.), Georg Simmel : 1858-1918, Columbus, Ohio State Unive (...)

Cette première équivalence établie par Magalhães entre les sauvages et le monde antique avait pour finalité de faire ressortir l´antiquité indienne et son historicité. La possession d´un passé historique aussi vaste et aussi grandiose que celui des civilisations les plus anciennes garantissait aux sociétés américaines un critère d´identification cher à la culture historique du xixe siècle, et ce grâce à une insertion parallèle à une tradition (re)connue. L´existence de ces ruines indiquait donc un mouvement temporel (des générations successives et des siècles) marqué par des concepts comme la grandeur et la décadence, constituant ainsi un récit historique pour ces populations. Comme l´explique Simmel, pour cette culture historique, plus que représenter les sociétés du passé, les ruines venaient représenter le passé des sociétés46.

30En plus de la valeur d´un passé historique assurant aux Indiens une insertion temporelle, Magalhães se servait d´une autre comparaison avec les anciens, cette fois pour réfuter l´idée défendue par Varnhagen, à savoir que la vengeance fût l´unique sentiment connu des sauvages. Ici, l´autre qualité en jeu dans le débat ethnographique de l´IHGB, et que les anciens étaient appelés à éclairer et à autoriser, était celle de la sociabilité naturelle de l´Indien, condition et légitimation de leur insertion dans la nation brésilienne.

  • 47  Arno Wheling, Estado, História, Memória : Varnhagen e a construção da identidade nacional, Rio de (...)

31Dans la vision historique de Varnhagen, il s´avère que la guerre exerçait une fonction importante. Elle faisait partie du procesus historique de la civilisation47. Néanmoins, la guerre pratiquée par les Indiens ne jouait pas le même rôle que dans l´Histoire occidentale. Dans le cas des sauvages, elle était avant tout un élément qui les empêchait de créer des liens sociaux stables et de sortir ainsi d´un état de barbarie. Le motif majeur de cette différence était justement cet « instinct de vengeance » présent dans l´âme indienne. Étant un être foncièrement vindicatif, incapable de développer un quelconque sentiment d´abnégation, le sauvage n´était pas apte à concevoir des valeurs plus nobles susceptibles de le relier à un passé et de le projeter vers un avenir commun :

  • 48  « E começada uma vez a rixa, era transmitida de filhos a netos ; pois que nessas almas, em que tan (...)

Et une fois commencée la rixe, elle était transmise de fils en petits-fils ; car dans ces âmes, où prédominaient tellement les instincts de vengeance, aucun sentiment d´abnégation ne pouvait être abrité en faveur de l´intérêt commun et de la postérité. Chez les sauvages n´existent pas le sublime souci de l´autre ou le sens de la terre car, comme nomades, ils n´avaient pas même de territoire propre, ni ne connaissaient ce sentiment élevé qui nous pousse à sacrifier le bien-être et jusqu´à l´existence pour les compatriotes, ou pour la gloire de la patrie.48

  • 49  La description ethnographique de Varnhagen peut être caractérisée assez bien par les mots de Franç (...)

32Selon cette vision, la seule mémoire que les sauvages fussent aptes à cultiver était une mémoire de vengeance, qui les condamnait à un présent continu. Au contraire de l´homme civilisé, qui n´était capable de tuer et de mourir que par un sentiment plus élevé de patriotisme, les sauvages agissaient par pur instinct. Sans lois, sans État, sans religion, sans notion de propriété, sans écriture, ils étaient, aux yeux de Varnhagen, un pur défaut49.

33Par opposition à cette description ethnographique de l´auteur de l´História Geral do Brasil, Magalhães recourait à d´autres exemples tirés du monde ancien, dont l´autorité avait pour but d´inverser la valeur attribuée par Varnhagen au sentiment de vengeance des Indiens :

  • 50  « Essa simpatia natural, que liga os indivíduos de uma mesma tribo, é o instinto de associação, a (...)

34Cette sympathie naturelle, qui lie les individus d´une même tribu, est l´instinct d´association, la base fondamentale de la civilisation et le germe de la justice ; et il n´y a pas de quoi s’indigner si ce sentiment est si fort dans le coeur de l´homme libre. La destruction de Troie n´eut pas d´autre motif que la vengeance d´une injure ; pour un motif presque semblable, les Romains expulsèrent les Tarquins et détruisirent la royauté ; et beaucoup d´autres guerres et dévastations ne prennent pas même la peine de se déguiser sous de semblables apparences de justice50.

35Ce qui apparaissait à Varnhagen comme un sentiment barbare, cause essentielle de désagrégation, devenait ici, grâce à la comparaison qu´établissait Magalhães, la base même de la civilisation. En définitive, un siège aussi long que celui de Troie ne pouvait être motivé que par une vengeance instinctive ou par des sentiments héroïques ! Comme Magalhães semblait vouloir le suggérer, la question était de savoir pourquoi ce qui était considéré comme noble chez Homère devait être perçu dans le cas des Indiens comme un cas de simple sauvagerie. Selon lui, ce qui était instinctif chez les Indiens n´était pas cet état de nature que dessinait Varnhagen dans sa description ethnographique, mais bien une sociabilité exemplaire, qui se reflétait dans le monde antique. Une fois opéré ce rapprochement entre les Indiens et les héros homériques, les premiers étaient reconnus comme de dignes objets d´une épopée : ils devenaient porteurs de la légitimation du projet littéraire préconisé par Magalhães :

  • 51  « Por isso é que os feitos dos indígenas oferecem argumento simpático à nossa poesia nacional. E c (...)

36C´est pour cela que les faits des Indiens offrent un argument sympathique à notre poésie nationale. Et comme l´a bien noté M. Odorico Mendes : les sauvages, rudes et de coutumes presque homériques, peuvent se prêter à de beaux cadres pour une épopée. Le jugement d´un critique aussi illustre, qui nous a donné Virgile en portugais, et lutte pour l´interprétation d´Homère, est d´un poids si grand qu´à lui seul il résout n´importe quel doute. Je me considère comme heureux de penser comme lui, qui sait bien ce qu´est une épopée51.

37L´autorité homérique, médiatisée par l´autorité de son traducteur moderne, venait garantir à elle seule la résolution de la dispute concernant le sauvage, en promouvant cette curieuse appropriation romantique d´un modèle classique.

38Or la comparaison avec Homère proposée par Magalhães ne se limitait pas seulement à l´objet de l´épopée ; elle s´étendait aussi à son écriture. La grammaticalisation de la langue indienne, comme je l´ai mentionné ci-avant, s´insérait dans la construction du fait ethnographique comme une opération centrale. Réduite dans des dictionnaires et des grammaires, la langue indienne devenait un objet d´appréciation esthétique dont la valeur se trouvait dans le modèle même de sa réduction, à savoir la grammaire latine. Cette réduction permettait ainsi de conformer la langue des sauvages à la même structure grammaticale à partir de laquelle les anciens eux-mêmes se rendaient présents à ces savants. Une fois grammaticalisée, l´oralité sauvage devenait similaire au langage homérique. Comme le disait Magalhães : « Par le son et le sens de beaucoup de ses vocables et la formation de mots composés, elle a quelque analogie avec la langue d´Homère ». Ou encore :

  • 52  « A sua lingua é tão suave, elegante e copiosa, que segundo a opinião dos que a cultivaram e grama (...)

39Leur langue est si douce, élégante et copieuse que selon l´opinion de ceux qui l´ont cultivée et grammaticalisée, la Grecque et la Latine ne l´emportent pas sur elle. Lingua (dit Montoya) tan copiosa y elegante, que con rason puede competir con las de fama. Et Simão de Vasconcelos s´exclame : « Dans quelles écoles ont-ils appris, au milieu des terres du sertão, des règles de grammaire aussi correctes, au point qu´il ne manque pas un point de perfection dans la pratique des noms, des verbes, des conjugaisons actives et passives ? Les arts les plus polis des Grecs et des Latins ne l´emportent pas en cela »52.

40Le niveau de perfection grammaticale de la langue tupi, dont l´observation était directement liée à son processus de grammaticalisation à partir du modèle latin, était transposé pour l´argumentation, non pas comme un jugement de valeur, mais comme un jugement de fait. L´analogie établie par Magalhães entre la langue des sauvages et celle d´Homère laissait donc entendre un niveau élevé de culture atteint par les populations autochtones du Brésil – sinon dans leur présent, du moins dans leur passé.

  • 53  Le botoque est un type d´ornement que certaines tribus portent aux lèvres.

41Dans cette voie à sens unique, le seul effet visé par la comparaison de Magalhães était la réhabilitation de l´Indien au moyen de l´exemple des anciens – et ces derniers, à leur tour, n´étaient jamais déplacés de leur position fixe d´autorité exemplaire. En établissant une série de rapprochements entre les sauvages et les anciens, Magalhães se servait du prestige reconnu aux Grecs et aux Romains en les érigeant comme des figures d´autorité capables de résoudre la dispute touchant l´Indien brésilien. Dans ce sens, plus que de rendre sauvages les anciens, l´effet que son opération visait à produire était l´anoblissement des Indiens. Non pas un sauvage revêtu de vêtements grecs, mais un Grec dévêtu en terres américaines ! Pour Varnhagen, en revanche, l´objectif était inverse. Il n´est dès lors pas étonnant que l´usage de la comparaison par cet historien suivît un chemin contraire à celui de Magalhães, provoquant avant tout, comme l´a bien démontré Temístocles Cezar, une primitivisation des Indiens – et aussi, par voie de conséquence, des anciens. Tel est le cas, par exemple, de la comparaison qu´il établissait à propos de l´utilisation du botoque53 chez les Indiens brésiliens et de son utilisation similaire dans l´Égypte antique, comme il apparaissait effectivement dans l´iconographie des Égyptiens. Plus que souligner la simple ressemblance, la comparaison de Varnhagen avait pour dessein de présenter ces images – connues depuis longtemps – à partir d´une nouvelle perspective :

  • 54  Francisco A. de Varnhagen, L’Origine Touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Égypt (...)

Nous allons même plus loin. Nous croyons pouvoir expliquer, par un usage primitif de botoques aux mentons, ces appendicules que l’on y voit, chez les dieux et les rois d’Egypte, et aussi dans les momies des hommes.54

  • 55  Sur les opérations ethnographiques de Varnhagen et sur ses rapprochements ou distanciations entre (...)

De cette façon, non seulement les anciens venaient éclairer les sauvages, mais ces derniers aussi, dans un mouvement inverse, produisaient de nouvelles perspectives pour interpréter les premiers, car dans les deux cas il faut comprendre que l’on avait affaire à des primitifs. Ce n´était pas dans le souci de jeter de nouvelles lumières sur les anciens que Varnhagen proposait ses rapprochements. Ce que ses filiations et ses comparaisons avec le monde antique voulaient produire chez le lecteur était d´abord la légitimation historico-ethnographique des positions politiques et intellectuelles qui lui étaient propres dans le cadre de la querelle à propos du sauvage survenue à l´IGHB55.

42En ce sens, il convient de souligner, même brièvement, une certaine ambivalence dans la façon dont Varnhagen produisait cette primitivisation des anciens. En fin de compte, il ne prenait pas l´antiquité comme un bloc unique et homogène. Le rapprochement entre les Tupis et le monde antique se limitait essentiellement aux Cariens, dont les Indiens brésiliens auraient été les descendants, comme il l´affirmait dans la deuxième édition de son História Geral :

  • 56  « E hoje temos quase a convicção de que houve efetivamente para o Brasil uma grande emigração dos (...)

Et aujourd´hui nous avons presque la conviction qu´il y eut effectivement vers le Brésil une grande émigration des Cariens d´Asie Mineure eux-mêmes, effectuée peut-être après la chute de Troie.56

Varnhagen formulait là une hypothèse qu´il avait soulevée dans une étude antérieure, où il proposait même trois périodes possibles de cette migration des Cariens vers l´Amérique ; la troisième se situait précisément après la guerre de Troie. Je cite un extrait de ce travail antérieur :

  • 57  L’Origine Touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Egyptiens, op. cit., p. 93.

Deux usages qui se sont conservés chez les Tupis pourraient contribuer à faire supposer que l’émigration a été entreprise à cette époque : ce sont ceux de sacrifier les prisonniers et de tirer vengeance de leurs ennemis, même après la mort, sur leurs cadavres. Or, nous trouvons ces deux usages à l’époque de la guerre de Troie ; et Homère, que l’on a accusé de peu de générosité pour en avoir fait mention, ne les aura pas inventés.57

  • 58  « com a língua levaram à Lusitânia, e que mais tarde, auxiliada na indústria pela ilustração arábi (...)
  • 59  História geral do Brasil. Antes de sua separação e Independência de Portugal. 3ª Edição, p. 59. Ce (...)

43Les Tupis auraient donc été les descendants de la guerre fondatrice de l´occidentalité. Le partage originel aurait eu lieu dans ce passé qui ne manquait pas d´être reconnu par Varnhagen comme classique, où la mémoire occidentale reconnaissait son point de départ. À partir de là, les deux chemins – celui de la barbarie et celui de la civilisation – avaient été empruntés, l´un dans l´espace et l´autre dans le temps. Le long chemin de la civilisation, comme l´établissait Varnhagen, était unique et avait été suivi par les Phéniciens, par les Grecs et par les Romains, qui avaient implanté en Europe la civilisation qu´« avec la langue ils emportèrent en Lusitanie,et qui plus tard, aidée dans l´industrie par le savoir arabe, et dans les coutumes par les douceurs du christianisme, fut apportée en ce pays béni [...] »58. Et alors, par un caprice de la Providence, les deux chemins – de la barbarie et de la civilisation – avaient fini par se rencontrer à nouveau, cette fois dans les Tropiques, en raison de la colonisation portugaise. Ainsi les Tupis, ces descendants des Cariens, après avoir eux-mêmes envahi « avec des cruautés jamais entendues » les terres américaines, eurent à affronter la vengeance de l´histoire : « À son tour devait leur arriver le jour de l´expiation. La découverte [du Brésil] et la colonisation le leur apportèrent, effectués par l´Europe Chrétienne »59. Ici se termine l´ethnographie et commence l´Histoire.

La(Les) Modernité(s) et les anciens

44En conclusion, dans cette discussion, j´ai voulu mettre en évidence comment la querelle à propos du sauvage telle qu´elle fut configurée par le débat ethnographique au xixe siècle débouchait indirectement sur une querelle touchant l´autorité du passé, et spécifiquement celle des anciens. Dans un incessant travail de rapprochement et de distanciation, de conjonction et de distension, l´usage des catégories de sauvage et d´ancien semble engendrer des effets sur la façon dont le passé, le présent et le futur étaient mis en rapport. Tantôt le passé, sous la figure des anciens, vient éclairer et légitimer les sauvages ; tantôt ceux-ci mettent sur la voie d´une nouvelle intelligibilité, même indirecte, par rapport aux anciens. Comme opération aux effets réciproques, cette démarche s´inscrivait dans un processus plus large de restructuration de l´ordre temporel. Quoi qu´il en soit, ces utilisations de l´antiquité nous font percevoir que la reconnaissance d´une autorité des anciens et l´élaboration d´une conception moderne de l´histoire ne semblent pas nécessairement antinomiques, comme l´application de grands modèles fondés sur des oppositions pourrait le faire accroire. Une analyse attentive des utilisations de ces catégories peut donc servir de voie d´accès à la compréhension des spécificités qui caractérisèrent la formation d´un concept moderne d´histoire au Brésil au xixe siècle. En définitive, comme l´a bien fait observer Myrian Revault d´Allonnes dans son récent essai sur la notion d´autorité :

  • 60  Myriam Revault d’Allonnes, Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, op. cit., p. 139. D (...)

Bien que les Modernes se soient attachés à secouer le joug de l’autorité et à récuser tout mode de légitimation lié à la tradition, la proclamation d’un nouveau commencement historique et politique n’a cessé de s’accompagner d’une référence à l’antique.60

45Cette continuité ne manque pas d´être un indice des limites mêmes du projet moderne et de son auto-institution.

Haut de page

Notes

1  Une partie de cette recherche a originellement fait l´objet d´une présentation au IIe Colóquio Internacional Antigos e Modernos (IIe Colloque International Anciens et Modernes) organisé à l´Université de São Paulo en septembre 2009. Nous renvoyons le lecteur à : Rodrigo Turin, « Entre ‘antigos’ e ‘selvagens’ : notas sobre os usos da comparação no IHGB », Revista de História, Édition Spéciale, 2010, p. 131-146.

2  Temístocles Cezar propose l´expression « rhétorique de la nationalité » pour définir cet effort discursif au sein de l´IHGB. Temístocles Cezar, L’écriture de l’histoire au Brésil au xixe siècle. Essai sur une rhétorique de la nationalité. Le cas Varnhagen, Paris, EHESS, Thèse de Doctorat, 2002, 636 p.

3  Hans Blumenberg, The legitimacy of modern age, Cambridge, MIT Press, 1985, p. 669.

4  L´Institut Historique et Géographique Brésilien fut fondé le 21 octobre 1838. La création de l´IHGB, proposée par les membres de la Sociedade Auxiliadora da Indústria Nacional (SAIN), visait à rassembler et organiser les documents nécessaires à la rédaction d´une histoire nationale appelée à promouvoir la construction des référentiels symboliques par rapport auxquels le Brésil et le Brésilien pourraient et devraient être pensés, en leur assurant un passé et un futur. Après le processus d´indépendance et au milieu des débats entre les Exaltés, les Modérés et les Restaurateurs qui agitaient les années 1820-1830, l´IHGB vint à se constituer comme un locus supplémentaire de cet espace public exigu alors en train de se constituer, où les projets politiques cherchaient à être légitimés au moyen d´une lutte obstinée de représentations qui faisaient intervenir des notions comme l´État, la société, la liberté, la révolution, la représentativité, etc. Sa consolidation comme lieu de savoir au cours des années 1840-1850 coïncida avec le processus de centralisation de l´État et l´apaisement des discussions qui avaient surgi dans les années de l’après indépendance à propos des identités politiques. Voir Lúcia M. Paschoal Guimarães, « Debaixo da imediata proteção de sua Majestade Imperial : o Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1838-1889) », RIHGB, n. 388, 1995, p. 459-613.

5  Roberto Acízelo de Souza, O império da eloqüência, Rio de Janeiro, EdUERJ/EdUFF, 1999, p. 279. Voir aussi Maria Renata da Cruz Duran, Retórica e eloquência no Rio de Janeiro (1759-1834), France, UNESP, Thèse de Doctorat, 2009, p. 195.

6  Reinhart Koselleck, Futuro passado. Contribuição à semântica dos tempos históricos,Rio de Janeiro, Contraponto/PUC-Rio, 2006, p. 266.

7  Comme le soulignent Perelman et Olbrechts-Tyteca, tout orateur voulant persuader un auditoire particulier doit s´adapter à ce dernier. Pour cette raison, la culture propre à chacun des auditoires transparaît dans les discours qui leur sont destinés, de telle sorte que, dans une large mesure, c´est de ces discours mêmes que nous nous jugeons autorisés à tirer quelque information au sujet des civilisations passées. Chaïm Perelman et Lucy Olbrechts-Tyteca, Tratado da argumentação. A nova retórica, São Paulo, Martins Fontes, 2005, p. 23.

8  Myriam Revault d’Allonnes, Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, Paris, Seuil, 2006, p. 167. Au fil du processus de consolidation de l´État Imperial au Brésil, comme le fait observer Ilmar Mattos, « il importait de ‘construire la Nation’, ce qui doit être compris comme la préservation de l´existence de la différenciation entre les personnes et les choses, d´une part, et de l´inégalité entre les personnes, d´autre part, de telle sorte que si les uns étaient considérés comme des citoyens et des sujets, les autres ne devraient être que des sujets ». Ilmar R. de. Mattos, Tempo Saquarema, São Paulo, Hucitec, 2004, p. 165.

9  Ce processus s´est matérialisé par la création de lignes de recherche en historiographie dans des cours de master et de doctorat, par la réalisation de séminaires sur ce thème et aussi par des publications spécialisées, comme la revue História da Historiografia (http://www.ichs.ufop.br/rhh/).

10  Manoel L. Salgado Guimarães, « Historiografia e cultura histórica : notas para um debate », Ágora, n. 1, vol. 11, 2005, p. 31-47.

11  Manoel L. Salgado Guimarães, « Nação e Civilização nos Trópicos : o IHGB e o projeto de uma História nacional », Estudos Históricos, n. 1, 1988, p. 3-27.

12  Bertrand Binoche, « Le sauvage, l’ancien et le moderne – ou comment penser l’histoire de la societé civile? », Revista de História, Édition Spéciale, 2010, p. 224.

13  « Plenamente afinada ao programa da historia magistra, a escrita biográfica apresentava-se, portanto, como portadora de exempla, servindo, acima de tudo, para instruir os brasileiros no presente. », Maria da Glória Oliveira, Escrever vidas, narrar a história. A biografia como problema historiográfico no Brasil oitocentista,UFRJ, Thèse de Doctorat, 2009, p. 20.

14  Escrever vidas, narrar a história, op. cit., p. 54.

15  Valdei Lopes de Araújo, A experiência do tempo. Conceitos e Narrativas na Formação Nacional Brasileira (1813-1845), São Paulo, Hucitec, 2008, p. 19-20.

16  Manoel L. Salgado Guimarães, « Uma história da história nacional : textos de fundação », in Ivana Stolze Lima et Laura do Carmo (éd.), História social da língua nacional, Rio de Janeiro, Casa Rui Barbosa, 2008, p. 412.

17  João Feres Júnior et Marcelo Jasmin (éd.), História dos conceitos. Diálogos transatlânticos,Rio de Janeiro, PUC-Rio/Loyola/IUPERJ, 2007, p. 299. João Feres Júnior (éd.), Léxico da História dos Conceitos Políticos do Brasil, Belo Horizonte, UFMG, 2009, p.249. Guillermo Z. Padilla, La cultura moderna de la historia. Una aproximación teórica e historiográfica, México, El Colegio del México, 2002, p. 246. Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes (éd.), Diccionario Político y Social del Siglo xix Español, Madrid, Alianza Editorial, 2002, p. 772.

18  Reinhart Koselleck, « Entrevista com Reinhart Koselleck », in : Marcelo Jasmin et João Feres Júnior (éd.), História dos conceitos. Debates e perspectivas, Rio de Janeiro, PUC-Rio/Loyola/IUPERJ, 2006, p. 135-169.

19  Une préoccupation semblable a été exprimée par Elias Palti : « Dans la mesure où la modernité et la tradition apparaissent comme des blocs parfaitement cohérents et opposés entre eux, les contradictions dans l´histoire intellectuelle apparaîtront nécessairement comme le résultat d´une espèce d´asynchronie conceptuelle, à savoir la superspositioin de deux époques historiques distinctes », Elias Palti, « Temporalidade e refutabilidade dos conceitos políticos », in João Feres Júnior et Marcelo Jasmin (éd.), História dos conceitos. Diálogos transatlânticos, p. 64.

20  Pierre Bourdieu, « L’illusion de la règle », in : Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Seuil, 2000, p. 300-321.

21  « Uma história da história nacional : textos de fundação », op.cit., p. 403.

22  « Originou-se esta opinião da poesia, introduziu-se no vulgo pelo amor do maravilhoso ; os historiadores, se não improvisaram, aceitaram-na sem critério, e foi, como muitas outras, recebida nos tempos modernos como um depósito venerando pela sua antiguidade, e talvez só digno de fé pelos idiomas em que nos foi transmitida. », Gonçalves Dias, « Amazonas. Memoria escripta em desenvolvimento do programa dado por S. M. I. ao sócio effectivo o Sr A. de Gonçalves Dias », RIHGB, Tomo XVIII, 1853, p. 9.

23  « ainda menos verossímil, ou antes mais pasmoso, que a energia viril se tenha podido sujeitar ao império das mulheres », « Amazonas. Memoria escripta em desenvolvimento do programa dado por S. M. I. ao sócio effectivo o Sr A. de Gonçalves Dias », op. cit., p. 11.

24  « Nos mais célebres engenhos da antiguidade as vemos abraçadas : há história em Homero e Virgílio, há poesia em Plutarco e Tácito. », Manuel Ferreira Lagos, « Relatório dos Trabalhos do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro », RIHGB, Tomo  XI, 1847, p. 132.

25  « Este ramo de estudo, tão necessário à civilização dos povos, faltava aos nossos patrícios. Mas consolamo-nos de um tal descuido, porque também o célebre Rollin, nos tempos em que a França já muito florescia por suas letras, lamentava sacrificar-se o estudo da história nacional ao de outras histórias antigas, como se só na Grécia e em Roma tivessem aparecidos fatos heróicos e varões prestantes, que merecessem ser imitados. », Januario da Cunha Barbosa, «Discurso recitado no acto de estatuir - se o Instituto Historico e Geographico Brazileiro», RIHGB, 1839, Tomo I, p. 15. C´est nous qui soulignons.

26  « Os tácitos estavam pois no senado e não podiam ainda escrever a historia. » ; Visconde de Sapuchay, « Discurso », RIHGB, Tomo XVII, 1854, Supplément, p. 6.

27  Comme le fait observer Wittgenstein : « To the philosophical question : ‘Is the visual image of this composite, and what are its component parts ?’ the correct answer is : ‘That depends on what you understand by ‘composite’. (And that is not an answer but a rejection of the question) ». Ludwig Wittgenstein, Philosophical Investigations. The German text, with a revised english translation, Oxford, Blackwell, 2001, p. 20.

28  Temístocles Cezar, « Anciens, Modernes, Sauvages, et l’écriture de l’histoire au Brésil au xixe siècle. Le cas de l’origine des Tupis », Anabases, 8, 2008, p. 43-65. Sur la querelle entre anciens et modernes, voir Marc Fumaroli, « Les abeilles et les araignées », in Idem, La Querelle des Anciens et des Modernes, Édition établie par Anne-Marie Lecoq, Paris, Gallimard, « Folio Classique », 2001, p. 7-218 ; Joseph Levine, The Battle of the Books. History and Literature in the Augustan Age, Ithaca, Cornell University Press, 1991, p. 428 ; et Marc André Bernier (éd.), Parallèle des anciens et des modernes. Rhétorique, histoire et esthétique au siècle des Lumières, Québec, PUL, 2007, p. 211. Sur les parallèles entre anciens, modernes et sauvages, voir François Hartog, Anciens, Modernes, Sauvages,Paris, Galaade, 2005, p. 252.

29  Rodrigo Turin, Tempos cruzados : escrita etnográfica e tempo histórico no Brasil oitocentista, Rio de Janeiro, UFRJ, Thèse de Doctorat, 2009, p. 241. Pour une étude reliant le discours ethnographique de l´IHGB à la politique du Second Règne, voir Kaori Kodama, Os filhos das brenhas e o Império do Brasil : a etnografia do Instituto Histórico e Geográfico do Brasil (1840-1860), Rio de Janeiro, PUC-Rio, Thèse de Doctorat, 2005.

30  Dès la quatrième session de l´Institut Historique et Géographique Brésilien, réalisée le 4 février 1839, le Secrétaire Général Januário da Cunha Barbosa fit devant les membres présents la lecture de six questions censées devoir guider les discussions de l´institution. De ces six questions, toutes dûment approuvées, quatre concernaient les populations indiennes et deux autres versaient sur le processus de la colonisation portugaise. Les problèmes soulevés par rapport aux habitants primitifs du Brésil touchaient les points suivants : les causes de leur « stupéfiante extinction » ; ce qu´il faudrait conclure au sujet de leur histoire au moment de la découverte du Brésil ; si cette population n´était formée que de groupes nomades « et au stade premier de l´association », ou s´ils descendaient d´une des « grandes nations du reste de l´Amérique » en ayant conservé des traces de ces civilisations ; quelle serait la meilleure méthode pour coloniser les Indiens (s´il conviendrait de suivre le système des Jésuites) ; et pour finir, si l´introduction des Africains avait nui à la civilisation des Indiens du Brésil. Januário da Cunha Barbosa, RIHGB, Tomo  I, 1839, p. 61.

31  Manoel L. Salgado Guimarães, « História e Natureza em von Martius : esquadrinhando o Brasil para construir a nação », in : Manguinhos-História, Ciências, Saúde, vol. II, 2000, p. 391-413.

32  Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2001, p. 690. Voir aussi Jack Goody, La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1977.

33  Il convient de rappeler que le recours au parallèle comme élément rhétorique faisait partie du genre épidictique, promoteur de louange ou de vitupération. Le fait de mettre en contraste les anciens et les modernes pouvait être utile à l´orateur pour qu´il censure des individus ou des institutions de son temps qualifiés comme inférieurs à ceux d´autrefois ; ou au contraire pour les couvrir d´éloges, en montrant combien ils étaient supérieurs à ceux du passé. Comme l´a souligné Grégory Gicquiaud, tout parallèle s´apparente à un « concours ». Grégory Gicquiaud, « La balance de Clio : réflexions sur la poétique et la rhétorique du paralléle », in Marc André Bernier (éd.), Parallèle des anciens et des modernes. Rhétorique, histoire et esthétique au siècle des Lumières. Des considérations similaires sont présentées dans l´important ouvrage de Robert Black, « Ancients and Moderns in the Renaissance : Rhetoric and History in Accolti's Dialogue on the Preeminence of Men of his Own Time », Journal of the History of Ideas, vol. 43, n. 1, 1982, p. 3-32.

34  Domingos Gonçalves de Magalhães, médecin, diplomate, poète et dramaturge, naquit à Rio de Janeiro le 13 août 1811 et mourut à Rome le 10 juin 1882. En 1836, il lança à Paris un manifeste : Discurso sobre a literatura no Brasil (Discours sur la littérature au Brésil). Avec Araújo Porto-Alegre et Torres Homem, il lança la revue Niterói et édita à Paris son livre intitulé Suspiros poéticos e saudades (Soupirs poétiques et mélancolies), considéré comme le point de départ du romantisme au Brésil. Il travailla comme secrétaire du Duc de Caxias durant la répression des révoltes de la Balaiada (dans la province du Maranhão) et des Farrapos (dans la province du Rio Grande do Sul). Parmi ses oeuvres, citons en particulier : A Confederação dos Tamoios ; Os Mistérios ; Fatos do espírito humano ; Cânticos fúnebres ; A Alma e o cérebro ; Comentários e pensamentos ; Memória histórica e documentada da Revolução da Província do Maranhão. Desde 1839 até 1840. Voir Antonio Candido, Formação da literatura Brasileira, São Paulo, Ouro sobre Azul, 2009, p. 800.

35  Francisco Adolfo de Varnhagen naquit à São João de Ipanema (province de São Paulo) le 17 février 1816. Il étudia au Real Colégio da Luz à Lisbonne de 1825 à 1832 et entra ensuite à l´Académie de Marine, où il suivit les cours en 1832 et 1833. Il mourut à Vienne le 26 juin 1878. Il publia en 1838 un essai intitulé Notícias do Brasil (Nouvelles du Brésil). Il collabora à O Panorama (Le Panorama), publication dirigée par le grand historien portugais Alexandre Herculano. Après avoir quitté l´armée portugaise, il devint membre correspondant de l´Institut Historique et Géographique Brésilien (18 juillet 1840). Nommé comme attaché à la légation du Brésil à Lisbonne en 1841, il fut chargé de mener des recherches sur des documents touchant à l´histoire et à la législation du Brésil. En 1854, il édita son História Geral do Brasil, dont le deuxième volume paraîtrait en 1857. Dans l´œuvre vaste de Varnhagen, nous détachons : O descobrimento do Brasil ; O Caramuru perante a história ; Tratado Descritivo do Brasil em 1587 ; História completa das lutas holandesas no Brasil ; Épicos brasileiros ; Florilégio da poesia brasileira ; Amador Bueno, drama histórico ; Cancioneiro.Pour lire une belle « antologia de sua existência», nous renvoyons à Temístocles Cezar, « Varnhagen em movimento : breve antologia de uma existência », Topoi, vol. 8, n. 15, 2007, p. 159-207.

36  « concedendo-lhes apenas insignificantes virtudes, como penhores de imparcialidade », D. J. Gonçalves Magalhães, « Os indígenas do Brasil perante a História », RIHGB, Tomo XXIII, 1860, p. 7.

37  « não falta quem seja de voto que se devem de todo reabilitar [os indígenas], por motivos cujas vantagens de moralidade, de justiça ou de conveniência social desconhecemos », Francisco A. de Varnhagen, Historia Geral do Brasil, isto é do descobrimento colonisação, legislação e desenvolvimento deste Estado, hoje imperio independente, escripta em presença de muitos documentos autenticos recolhidos nos archivos do Brazil, de Portugal, da Hespanha e da Hollanda, Madrid, 1854, p. XXI.

38  La liste des questions est la suivante : « 1. Ceux qui parcouraient notre territoire lors de l´arrivée des chrétiens européens en étaient-ils les propriétaires légitimes ? 2. Vivaient-ils, indépendamment de l´absence du fer et de la connaissance de la vraie religion, en état social enviable ? 3. Cet état s´améliorerait-il sans le flux externe envoyé par la Providence grâce au christianisme ? 4. Y avait-il moyen de les forcer à s´adoucir, sans employer la séparation de force ? 5. Y eut-il de grands excès d´abus dans les moyens employés pour ces réductions ? 6. Des trois éléments de peuplement, indien, blanc et noir, qui concoururent au développement de presque tous les pays d´Amérique, lequel prédomine aujourd´hui dans le nôtre ? 7. Quand ils se présentent dans le passé comme discordants ou en conflit, lequel de ces trois éléments devons-nous supposer être le représentant historique de la nationalité aujourd´hui ? » (1. Eram os que percorriam o nosso território, á chegada dos christãos europeos, os seus legitimos donos ? 2. Viviam, independentemente da falta do ferro e de conhecimento da verdadeira religião, em estado social invejável ? 3. Esse estado melhoraria, sem o influxo externo que mandou a Providencia por meio do christianismo ? 4. Havia meio de os reduzir a amansar, sem empregar a coacção pela fôrça ? 5. Houve grandes excessos de abuso nos meios empregados para essas reducções ? 6. Dos tres elementos de povoação, indio, branco e negro, que concorreram ao desenvolvimento de quasi todos os paizes da America, qual predomina hoje no nosso ? 7. Quando se apresentem discordes ou em travada luta estes tres elementos no passado, qual delles devemos suppor representante historico da nacionalidade hoje ?), Historia Geral do Brasil, Tome II, Madrid, 1854, p. XVII.

39  « Os Índios não eram donos do Brasil, nem lhes é aplicável como selvagens o nome de Brasileiros : não podiam civilizar-se sem a presença da força, da qual não se abusou tanto como se assoalha ; e finalmente de modo algum podem ser eles tomados por nossos guias no presente e no passado em sentimentos de patriotismo ou em representação da nacionalidade. », Historia Geral do Brasil, Tomo II, p. XXVIII.

40  « nos esqueçamos que os vencedores querem ter toda a razão do seu lado, mesmo quando levantam fogueiras ; e o historiador é um juiz reto, e não o panegirista da vitória a todo custo. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op.cit., p. 4.

41  « Habituamo-nos tanto a considerar os indígenas como selvagens sem lei nem grei, a despeito do que em contrário sabemos continuamos a raciocinar como si eles assim fossem ; talvez pelo estado de decadência a que se acham reduzidos os que por esses sertões se refugiaram. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 51. C´est nous qui soulignons.

42  « A selvageria completa é uma ficção » ; « ou uma decadência e aberração temporária do estado normal do homem, que dela tende sempre a sair voluntária e instintivamente, como de um estado de enfermidade », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 37.

43  « O elemento europeu que constitui uma parte da população do Brasil, e ao qual devemos o incremento da nossa civilização, tem por si a história gloriosa dos seus antepassados, desde que herdeiros dos remanescentes da civilização grega e romana que combateram, deixaram por este mesmo combate o estado selvagem em que viviam. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 6. C´est nous qui soulignons.

44  Ce rapport entre l´autorité et la reconnaissance a été fort bien souligné par Pascal Payen : « Le fait de reconnaître ainsi une autorité conduit à poser le problème de la relation qu’entretient cette dernière avec le pouvoir et avec la persuasion. L’autorité se distingue du premier en ce qu’elle ne s’exerce ni par la coercition ni par la violence ; ‘là où la force est employée, l’autorité proprement dite a échoué’. Elle se différencie également de la persuasion en ce que persuader implique que l’on renonce a priori à la hiérarchie dont la reconnaisance fonde le lien d’autorité ». Pascal Payen, « Les anciens en figure d’autorité », in Dider Foucault et Pascal Payen (éd.), Les autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, op. cit., p. 9.

45  « documentos incontestáveis de uma civilização de caráter antigo e original, que denuncia gerações sucessivas e séculos para ter chegado a este ponto de grandeza e esplendor, tão fácil nos é supô-la anterior, como contemporânea da mais antiga civilização da Índia e do Egito. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 11. C´est nous qui soulignons.

46  Georg Simmel,« The Ruin », in K. Wolff (éd.), Georg Simmel : 1858-1918, Columbus, Ohio State University Press, 1959, p. 259-266.

47  Arno Wheling, Estado, História, Memória : Varnhagen e a construção da identidade nacional, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1999, p. 240.

48  « E começada uma vez a rixa, era transmitida de filhos a netos ; pois que nessas almas, em que tanto predominavam os instintos de vingança, nenhum sentimento de abnegação se podia abrigar em favor do interesse comum e da posteridade. Nos selvagens não existe o sublime desvelo ou bairrismo, que nem sequer eles como nômades tinham bairro seu, como um sentimento elevado que nos impele a sacrificar o bem estar e até a existência pelos compatriotas, ou pela glória da pátria. », História geral do Brasil. Antes de sua separação e Independência de Portugal, 3e éd., São Paulo, Melhoramentos, s/d, p. 15-16.

49  La description ethnographique de Varnhagen peut être caractérisée assez bien par les mots de François Furet : « Sans lois, sans arts, sans gouvernements, bref sans histoire. Car une échelle de valeurs implicite dignifie toujours le temps, créateur dynamique des lois et des nations, au détriment de l’espace, distributeur passif des societés humaines ». François Furet, « De l’homme sauvage à l’homme historique : l’expérience américaine dans la culture française au xviiie siècle », L’Atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1982, p. 199. Il vaut la peine d´ajouter que pour Varnhagen aussi, comme il apparaît dans le cas français étudié par Furet, le rêve américain ne pourrait jamais survivre que dans la littérature, et non pas dans la science ou dans la politique.

50  « Essa simpatia natural, que liga os indivíduos de uma mesma tribo, é o instinto de associação, a base fundamental da civilização e o gérmen da justiça ; e não há de que fazer censuras se esse sentimento é tão forte no coração do homem livre. A destruição de Tróia não teve por motivo senão a vingança de uma injúria ; por motivo quase semelhante expulsaram os Romanos os Tarquínios, e destruíram a realeza ; e outras muitas guerras e devastações nem sequer se coonestam com iguais visos de justiça. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 14. C´est nous qui soulignons.

51  « Por isso é que os feitos dos indígenas oferecem argumento simpático à nossa poesia nacional. E como bem notou o Sr. Odorico Mendes : os selvagens, rudes e de costumes quase homéricos, podem prestar belos quadros à epopéia. O parecer de tão abalizado crítico, que nos deu Virgílio em português, e luta para interpretar Homero, é de tanto peso que decide só por si qualquer dúvida. Feliz me julgo de pensar como ele, que sabe o que é uma epopéia. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 63. C´est nous qui soulignons.

52  « A sua lingua é tão suave, elegante e copiosa, que segundo a opinião dos que a cultivaram e gramaticaram, não lhe levam vantagem a Grega e a Latina. Lingua (diz Montoya) tan copiosa y elegante, que con rason puede competir com las de fama. ‘E Simão de Vasconcelos exclama : Em que escolas aprenderam, no meio dos sertões tão acertadas regras de gramática, que não falta um ponto de perfeição da praxe de nomes, verbos, conjugações ativas e passivas ? Não dão vantagem nisso as mais polidas artes dos Gregos e Latinos’. », « Os indígenas do Brasil perante a História », op. cit., p. 45.

53  Le botoque est un type d´ornement que certaines tribus portent aux lèvres.

54  Francisco A. de Varnhagen, L’Origine Touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Égyptiens. Indiquée principalement par la philologie comparée : traces d’une ancienne migration en Amérique, invasion du Brésil par les Tupis, etc..., Vienne, Librairie I. et R. de Faesy & Frick, 1876, p. 71.

55  Sur les opérations ethnographiques de Varnhagen et sur ses rapprochements ou distanciations entre anciens, sauvages et modernes, je renvoie à l´article de Temístocles Cezar, « Anciens, Modernes, Sauvages, et l’écriture de l’histoire au Brésil au xixe siècle. Le cas de l’origine des Tupis. », op. cit. Je suis d´accord avec l´auteur quand il affirme que les Indiens deviennent chez Varnhagen des « primitifs, témoins des origines de l´humanité », p. 65.

56  « E hoje temos quase a convicção de que houve efetivamente para o Brasil uma grande emigração dos próprios Cários da Ásia Menor, efetuada talvez depois da queda de Tróia. », História geral do Brasil. Antes de sua separação e Independência de Portugal, 3e  éd., São Paulo, Melhoramentos, s/d, p. 57.

57  L’Origine Touranienne des Américains Tupis-Caribes et des Anciens Egyptiens, op. cit., p. 93.

58  « com a língua levaram à Lusitânia, e que mais tarde, auxiliada na indústria pela ilustração arábica, e, nos costumes pelas branduras do cristianismo, foi trazida a este abençoado país [...]. », Francisco A. de Varnhagen, História geral do Brasil. Antes de sua separação e Independência de Portugal, 3e éd., São Paulo, Melhoramentos, s/d, p. 54.

59  História geral do Brasil. Antes de sua separação e Independência de Portugal. 3ª Edição, p. 59. Cette vision du processus historique par Varnhagen rejoint sa conception du droit de conquête. Dans son Memorial Orgânico, il laisse entendre clairement le droit fondamental légitimant l´histoire brésilienne comme continuité du passé colonial : « Le Brésil nous appartient pour la même raison que l´Angleterre appartint aux Normands quand ils la conquirent... Le premier droit de toutes les nations connues fut celui de la conquête ». (O Brasil pertence-nos pela mesma razão que a Inglaterra ficou pertencendo aos normandos quando a conquistaram... O primeiro direito de todas as nações conhecidas foi o da conquista),  Francisco A. de Varnhagen, « Memorial Orgânico que à consideração das Assembléias geral e provinciais do Império, apresenta um brasileiro. Dada a luz por um amante do Brasil », 1849, p. 127.

60  Myriam Revault d’Allonnes, Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité, op. cit., p. 139. Dans ce sens, les considérations de Bertrand Binoche sont également dignes d´intérêt : « La leçon qu’il convient de tirer de tout ceci pourrait être la suivante : d’un côté, nous n’avons pu élaborer de philosophie de l’histoire qu’en cessant de nous demander si nous devions imiter les anciens ou si nous devions vivre selon la nature ; mais d’un autre côté, ces deux questions s’avèrent constitutives d’une identité européenne – et peut-être même américaine… – qui est en réalité une inquiétude permanente », « Le sauvage, l’ancien et le moderne – ou comment penser l’histoire de la societé civile ? », Revista de História, 2010, p. 230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodrigo Turin, « Les anciens et la Nation : quelques réflexions sur les utilisations de l’Antiquité classique à l’Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (1840-1860) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 07 | 2011, mis en ligne le 17 avril 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://acrh.revues.org/3730 ; DOI : 10.4000/acrh.3730

Haut de page

Auteur

Rodrigo Turin

rturin_br@yahoo.com.br
Rodrigo Turin est professeur d'historiographie brésilienne à l'UNIRIO (Université Federale de la Provence du Rio de Janeiro). Il a fait son doctorat à l'UFRJ (sous la dir. de Manoel Salgado Guimarães), dont une année à l’Ecole doctorale de l'EHESS (CRH). Il est l’auteur de quelques publications : « Entre antigos e selvagens: notas sobre os usos da comparação no IHGB », Revista de História (2010); « Uma nobre, difícil e útil empresa: o ethos do historiador oitocentista », Revista de História da Historiografia (2009); « A obscura história indígena: o discurso etnográfico no IHGB (1840-1870) », Estudos sobre a escrita da história (2006); «Tipos, primitivos, decadentes: escrita etnográfica, secularização e tempo histórico no Museu Nacional», Estudos de historiografia Brasileira (2011). Voir : http://lattes.cnpq.br/5721938287561420

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org