Skip to navigation – Site map

Stigmatisation et identification des pratiques homosexuelles masculines à travers des membres des classes populaires parisiennes au cours de la première partie du xixe siècle

Thierry Pastorello

Abstracts

Stigmatisation of the male homosexual pratictes and the identifications through limbed of the parisian popular classes during the first part of the XIXth century
During the first part of the xixth century, the male homosexuality is stigmatized through the figure of the pederast. He becomes a symbolic face of the disorder, related to diverse social plagues. The forensic scientists build a character personifying the malpractice of a sexual order. However, these speeches have a real impact on certain men stemming from urban lower classes? We distinguish perfectly two types of men in certain files of police. Certain feminine are decked out by aunt's qualifier. Others are not decked out by this qualifier and would correspond to those whom Georges Chauncey names Trades: they answer to the requests of the aunts. Furthermore, certain liberties of attitudes, as well as the development of the male prostitution could demonstrate the weight limited by the stigmatizing speeches.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  Journée d’étude « Identités et communication : enjeu des représentations », Pessac, campus de Bord (...)
  • 2  Le concept d’entrepreneur de morale est élaboré par Howard Saül Becker dans son ouvrage classique, (...)

1Le présent article, issu d’une communication proposée dans le cadre d’une journée d’étude intitulée « Identités et communication : enjeu des représentations »1, pose la question de certaines représentations de l’homosexualité masculine face aux pratiques de membres des classes populaires parisiennes, pratiques scrutées par les « entrepreneurs de morale ». L’entrepreneur de morale est celui qui contribue à définir les normes et à les faire appliquer2. Quel lien peut-on établir entre ces représentations des pratiques homosexuelles et le comportement de certains de ces hommes de milieu populaire, fréquentant les divers lieux de rencontre ? Peut-on dire que ces représentations n’ont aucune influence sur leur comportement ? Peut-on tout de même discerner une certaine influence de ces discours ?

  • 3  voir Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 58-59.
  • 4  voir Maks Banens, « Foucault sur l’histoire de l’homosexualité : une théorie en trois temps », Rev (...)
  • 5  Regis Revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France, de la mo (...)

2Avant tout, il est nécessaire d’aborder la difficulté d’appréhender la notion même d’homosexualité dans la première partie du xixe siècle, alors que la pratique sodomite prime sur la notion d’identité sexuelle. Il s’agit d’une période protohistorique de l’homosexualité masculine. Comme le montre Michel Foucault, c’est dans le cadre de la chasse aux sexualités périphériques que s’est imposée une nouvelle spécification des individus. C’est alors que l’on assiste à la naissance de l’homosexualité, car la sodomie n’était qu’un type d’actes interdits3. Dans la première partie du xixe siècle, ce processus est en cours, ce qui explique peut-être ce chevauchement de discours sur les pratiques homosexuelles. Car, dans un premier temps la sodomie devient un danger pour l’ordre moral. Elle se sécularise : c’est l’annonce de la naissance de l’homosexualité.4 Regis Revenin souligne que les anormaux sexuels sont perçus comme un problème social dès les premières décennies du xixe siècle. Il note la confusion des termes désignant les homosexuels et la difficulté de dresser de grandes catégories dans lesquelles classer les diverses conceptions de l’homosexualité masculine5. C’est dire combien la notion d’homosexualité est difficile à appréhender au début du xixe siècle. Aussi proposons-nous de mettre en parallèle certains discours sur les pratiques homosexuelles, et ce que nous savons de ces pratiques, afin de discerner les liens éventuels entre discours et pratiques.

3Dans une première partie, seront abordées deux types de représentations des relations homosexuelles. Nous confronterons les discours des réformateurs sociaux et ceux des médecins légistes. La seconde partie s’attachera à cerner la problématique complexe de l’identification de l’homosexualité masculine dans les sources de police. Nous commencerons par définir ces hommes puis nous aborderons leur correspondance avec les représentations en cours des pratiques homosexuelles.

La stigmatisation des formes de l’homosexualité masculine dans la première moitié du xixe siècle

4Au cours de la première partie du xixe siècle les pratiques homosexuelles sont stigmatisées dans deux types de discours : ceux de réformateurs sociaux et ceux de médecins légistes.

Homosexualité et désordre social

  • 6  Voir Laurent Matthey Olivier Walther, « Un nouvel hygiénisme ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’ (...)
  • 7  Alain Corbin, Le miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social xviiie-xixe siècle, Pari (...)
  • 8  Voir ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin (...)
  • 9  Flora Leroy Forgeot, «Décadence », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, (...)

5Imprécation et indignation morale semblent caractériser les discours sur l’homosexualité produits par des hommes qui sont pourtant des théoriciens et des analystes. Des écrivains et réformateurs sociaux tels que Jacques Antoine Dulaure (1755-1835), Charles Schmidt (1812-1895), Maurice La Châtre (1814-1900), Pierre Joseph Proudhon (1809-1865), pour ne prendre que quelques exemples, produisent des représentations très dramatisantes. Ils semblent préoccupés par les désordres qu’ils pensent liés au monde urbain et par l’hygiénisme. C’est dans ce cadre qu’ils envisagent, pour les stigmatiser, les pratiques homosexuelles. Au xixe siècle, deux discours se rencontrent : un souci d’hygiène émanant du monde médical, et un souci de propreté ayant pour origine une classe sociale en ascension, la bourgeoisie. La rencontre de ces deux discours fera basculer l'hygiénisme dans la morale6. Or, comme le souligne Alain Corbin, ces auteurs créent des catégories de gens emblématiques d’une mauvaise hygiène : le milieu d’où l’on est issu détermine notre hygiène. De ce point de vue, le pédéraste sera vu comme manquant d’hygiène en raison de sa vie désordonnée7. Ces textes abordent l’homosexualité masculine dans ce cadre : la visibilité des relations homosexuelles incarne le désordre, au même titre que la prostitution non encadrée. Plus globalement, l’analyse lexicologique de ces textes laisse apparaître des termes spécifiques : « outrage à la nature », « vice honteux », « venin », « peste », « goût honteux », « désordres infâmes », « hideux péché », « vice monstrueux », « vice contre-nature », « sujet odieux et dégoûtant ». Certains de ces termes relèvent d’une thématique de l’infection : les qualificatifs « venin » et « peste » suggèrent des épidémies menaçantes pour la santé des populations. D’autres termes symbolisent des excès vénériens dont la pratique de l’homosexualité est la phase la plus extrême. Certains adjectifs évoquent une pratique contraire à l’ordre naturel. Parfois, les pratiques homosexuelles sont référées à des civilisations disparues, décadentes ou à des périodes troubles8 – des pratiques qui, toujours, semblent annoncer le désordre et la décadence. Ainsi, l’homosexualité corrompt la société et toute société ayant une composante homosexuelle est discréditée et promise à la décadence9.

  • 10  Louis Chevalier, Classes laborieuses classes dangereuses : à Paris pendant la première moitié du x (...)
  • 11  Voir Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de Sûreté, Bruxelles, Leipzig, A. La (...)

6En outre, la visibilité d’activités homosexuelles masculines est reliée aux fléaux sociaux propres à la ville et aux classes dangereuses qui s’y trouveraient10. Les principaux fléaux auxquels les faits d’homosexualité sont assimilés sont le vol, le banditisme et la prostitution. De fait, les activités homosexuelles dans la ville relèvent pour les mêmes auteurs de la prostitution et du crime11.

  • 12  Elie Decazes, Rapport au roi sur les prisons et pièces à l’appui du rapport, S.l., 1819, p. 34.
  • 13  Jacques- Guy Petit, Ces peines obscures : la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 14  Alain Corbin, Le miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social xviiie-xixe siècle…, op. (...)
  • 15  Honoré Antoine frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des mo (...)

7L’homosexualité masculine est également perçue comme vecteur de maladies vénériennes. Elle fleurirait dans la criminalité ; dans certains écrits, elle est assimilée à une pratique propre aux détenus12. La sodomie devient ainsi l’une des plaies des prisons13. Elle est consubstantielle aux maux propres à la ville. Alain Corbin note combien le peuple putride est dit puant comme la mort et le péché. La bourgeoisie se complaît à souligner la fétidité des classes laborieuses et leur seule présence fait courir un risque d’infection14. C’est dans cette optique qu’Honoré Antoine Frégier (1789-1860), directeur des fortifications de Paris, écrivit Des classes dangereuses de la population dans les villes et des moyens de les rendre meilleures en 1840. Dans son avant-propos, l’auteur invoque comme un impératif l’identification de cette partie de la population dangereuse par ses vices et sa misère et la mise place de moyens aptes à la rendre meilleure. Selon Frégier, ce sont les classes populaires des villes qui produisent la prostitution et les relations homosexuelles sont des aberrations enfantées par la dépravation de l’esprit15.

  • 16  Jean Manuel De Queiroz, « Sociologie », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Pa (...)
  • 17  Charles Fourier, Le nouveau monde amoureux, Paris, Ed. Anthropos, 1972.
  • 18  voir ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin (...)

8Comme Honoré Antoine Frégier, Pierre Joseph Proudhon (1809-1865), le fameux théoricien anarchiste, assimile l’homosexualité masculine à la débauche la plus extrême. La sexualité non conjugale est rejetée dans son ensemble. Le texte Qu’est ce que la propriété ? datant de 1840, évoque la pédérastie. La sodomie est, pour Pierre Joseph Proudhon, le dernier degré de la dépravation humaine. Elle est en effet une sexualité pure. De fait, la sodomie est, pour l’auteur de Qu’est ce que la propriété, un monstre que toute société doit poursuivre. Ces mœurs révèlent pour Pierre Joseph Proudhon une nature intrinsèquement mauvaise. Comme le remarque Jean Manuel De Queiroz, les auteurs considérés comme les précurseurs de la sociologie n’ont aucune doctrine de l’homosexualité mais seulement des positions et des ressentiments sans rapport avec leurs œuvres16. Un seul penseur semble en rupture avec ces discours, Charles Fourier (1772-1837)17. Ce dernier intègre l’homosexualité dans un ordre global, à mi chemin entre amitié et amour. Il adopte une vision polymorphique de la nature que l’on pouvait observer chez certains penseurs des Lumières18.

9Le docteur Alexandre Parent-Duchatelet (1790-1836) identifie l’homosexualité masculine à la débauche la plus extrême et à la prostitution. Cet auteur, dans un texte intitulé De la prostitution dans la ville de Paris, associe le problème de l’homosexualité masculine à la prostitution. Dans le chapitre consacré à l’Hôpital du midi, il souligne : 

  • 19  Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris : sous le rapport de l'hygi (...)

Quelques-uns sont amenés à l’hôpital pour les suites du vice le plus honteux. La nature et le siège de leur affection ne permettent pas d’en dissimuler la cause.19

  • 20  Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne, Paris, 10/18, 1997, p. 459.

10Il désigne ces individus sous le nom de « tantes » qui définit un homme prenant le rôle de femme avec des pédérastes actifs20, et affirme que ces hommes tiennent le même langage que les femmes galantes.

  • 21  Voir l’analyse faite par M. Perrot, Ph. Aries et G. Duby, Histoire de la vie privée. 4, De la Révo (...)
  • 22  Ibid., p. 287.
  • 23  Philippe Masanet, « Famille », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, … op. cit., (...)
  • 24  Jean-Paul Aron Roger Kempf, Le pénis et la démoralisation de l’Occident, Paris, Grasset, 1978, p.  (...)

11Quels étaient ces intellectuels qui s’exprimèrent sur la pratique de l’homosexualité ? De quels milieux sociaux étaient-ils issus ? Ces écrits datent des années 1820 –1850, époque de la Restauration et de la Monarchie de Juillet. La bourgeoisie prend son essor. Le travail et l’épargne deviennent des valeurs sûres. La famille est considérée comme la clef de voûte de la production, elle assure le fonctionnement économique et la transmission des patrimoines21. Le modèle familial acquiert une telle force normative qu’il s’impose aux individus et crée de vaste zone d’exclusion22. Globalement ces penseurs portent un jugement sévère sur l’homosexualité. L’acte homosexuel est un acte sexuel gratuit n’aboutissant pas à la génération et donc en contradiction avec la logique familiale. De ce point de vue, la référence à la famille devient un dispositif homophobe.23 L’historien Jean Paul Aron (1925-1988) et le philosophe et ethnologue de la littérature Roger Kempf notent que la bourgeoisie entre 1820 et 1850 met en place un appareil idéologique basé sur la morale – une morale qui régit ses discours. Dans ce cadre, les contrôleurs sociaux s’indignent à qui mieux-mieux24.

  • 25  Ces archives sont situées 1 bis rue des carmes Paris 5e.
  • 26  François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire : l’alphabétisation des français de Calvin à Jules F (...)

12Les lettres de riverains de lieux de rencontre font écho à ces discours. Ces courriers sont contenus dans les séries DA230 des archives de la police25. Il s’agit de courriers exprimant des réactions de rejet dues à la présence de lieux de rencontre homosexuelle. Datés des années 1820-1840, ils semblent assez bien rédigés. Pour cerner leurs auteurs, il n’est pas inutile de renvoyer aux limites de l’alphabétisation et, par exemple, à l’enquête conduite en 1877 par Louis Maggiolo, recteur de l’Académie de Nancy, auprès des instituteurs, afin de déterminer la proportion d’époux ayant signés leur acte de mariage entre 1686-1690 et 1876. Pour les années 1816-1820, es résultats donnent environ 80 hommes sur 100 et 70 femmes sur 10026. Le fait de signer ne correspond qu’à un niveau précis de maniement de l’écriture. Ainsi, la plupart de ces lettres de dénonciation traduiraient probablement l’expression d’un certain niveau social. Ces courriers véhiculent des représentations similaires aux discours des réformateurs sociaux. Dans l’ensemble, nous avons identifié une trentaine de lettres et dénonciations « d’actes de pédérastie ». Les auteurs de ces doléances craignent un voisinage ressenti comme une source de désordres. Ils expriment une crainte de « contagion » pour les plus jeunes. Preuve en est le contenu de certains courriers :

  • 27  Archives de la police, « Lettre du 11-08-1820 » DA 230.

13« La pédérastie fait des progrès scandaleux pour ne pas dire plus. Chaque soir ses sectateurs se rassemblent en grand nombre, soit aux Champs élysées dans la partie avoisinant le Jeu de paume, soit dans quelques rues construites sur le terrain du Colisée… Si les lois ne peuvent atteindre une pareille dépravation, ne pourrait-on pas par quelques mesures de police, obliger les individus que je signale à se renfermer pour se livrer à leurs jouissances illicites ? »27

  • 28  André Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle, Paris, Aubier, 1997, p. 3 (...)

14Ces sources contiennent aussi des dénonciations d’hommes soupçonnés de se livrer à des relations homosexuelles. Elles soulignent, par ailleurs, combien ces lieux de rencontre sont souvent fréquentés par des personnes en marge. Il s’agit surtout de réactions de personne gênées par la présence d’exclus. Comme le note André Gueslin, les pratiques et habitudes des marginaux les distinguent du modèle social dominant, en l’occurrence de la morale bourgeoise28. C’est principalement cet état de fait qui pose problème.

15Parallèlement, nous assistons à l’émergence au cours de cette période du discours des médecins légistes.

La médecine légale et le pédéraste passif

  • 29  voir aussi Thierry Pastorello, « La stigmatisation particulière du pédéraste passif dans les enquê (...)
  • 30  Frédéric chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au xixe siècle, Paris, Aubi (...)

16Les enquêtes médico-légales apparaissent à partir de la première moitié du xixe siècle29. Ce sont des expertises judiciaires30. Ces praticiens interviennent afin d’éclairer les juridictions lors de crimes ou d’abus sexuels.

  • 31  Nicolas D. dobeldower, « Univers carcéral et sexualité masculine sous la Restauration » in Regis r (...)

17Dans le cadre d’accusations d’outrages aux mœurs, le praticien désigné doit chercher sur le corps des prévenus la preuve du délit. Cette science médicale se situe donc dans une transition entre le traitement légal et le traitement médical de l’homosexualité31. Lors de ces expertises, ces praticiens définissent les stigmates physiques et comportementaux de ce qu’il nomme le « pédéraste passif ». Ces affections sont perçues comme des marques significatives de la pratique de la pédérastie passive.

  • 32  Pierre Reydellet, « Pédérastie », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 40 (PEC-PERO), Paris, (...)

18Ceux qui ont fréquenté les hospices des vénériens de Paris et des autres grandes villes de France, ont pu voir nombre de ces malheureux infectés du virus vénérien, présentant au pourtour de l’ouverture anale, une multitude de végétations de diverses formes et autres désordres qui témoignent d’une manière évidente le crime qui en a été la cause32.

  • 33  Voir Anne Caiozzo et Anne-Emmanuelle Demartini (dir.), Monstres et imaginaire social : approches h (...)
  • 34  Michel foucault, Les anormaux : cours au collège de France, 1974-1975, Paris, Gallimard, le Seuil, (...)

19Ces hommes sont identifiés à des monstres. Le monstre présente dans sa conformation des anomalies graves ; il rompt l’ordre du monde : ce qui semble le cas de ces hommes expertisés33. Michel Foucault souligne que la figure du monstre humain est une notion juridique. Il est dans son existence, violation des lois de la société et de la nature. Cette thématique du monstre humain se retrouve dans ces techniques judiciaires et médicales autour de l’anomalie, de la fin du xviiie et au début du xixe siècle34. Parallèlement, on attribue à ces hommes des stigmates comportementaux. Dans la pensée commune, comme ils occupent sexuellement le rôle dévolu à la femme, ils doivent être efféminés.

  • 35  Eusèbe de Salles, « Médecine légale », Encyclopédie des sciences médicales, 2e division, tome 9, P (...)

20Les individus portés à la sodomie ont en général un caractère efféminé qui les fait recourir à la séduction plutôt qu’à la violence. Si la violence est employée c’est par des hommes chez qui ce penchant n’est pas naturel, mais chez qui il se développe par la privation des femmes. L’instinct excité jusqu’à la fureur change momentanément d’objet pour se satisfaire35.

  • 36  Judith Butler, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Déco (...)
  • 37  Hubert Lauvergne, Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel : ob (...)

21On voit donc que, pour ces praticiens, le pédéraste est affecté obligatoirement d’un trouble de genre. à ce propos, il est utile de faire référence aux travaux de Judith Butler qui souligne combien l’identité sexuelle est une construction culturelle. Elle invite à dénaturaliser l’hétérosexualité obligatoire36. Pour ces médecins, ces hommes sont perçus comme souffrant d’une inversion de genre, car ils ont des relations homosexuelles. Parallèlement, certains praticiens, afin de démontrer l’inversion dont souffriraient les hommes qu’ils expertisent, insistent sur la constitution lymphatique de certains d’entre eux. Ils en comparent certains à des prostituées. Les descriptions du médecin Hubert Lauvergne (1797-1859) opérant au bagne sont emblématiques : il compare les hommes qu’il a expertisés à des prostituées et insiste sur leur aspect féminin37.

  • 38  Anne Marie Sohn, « Sois un homme ! » : la construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, Ed (...)
  • 39  Georges Mosse, L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Pocket, 1999.
  • 40  Peter Gay, La culture de la haine : hypocrisies et fantasmes de la bourgeoisie de Victoria à Freud(...)

22Il faut donc replacer cette représentation du pédéraste passif dans le cadre de la construction de la virilité moderne. Anne Marie Sohn démontre que la masculinité contemporaine, en cours d’élaboration au xixe siècle, implique des gestes propres, des socialisations spécifiques38. Dans ces enquêtes médico-légales, le pédéraste devient emblématique d’une transgression des normes du genre. Il devient un contretype, pour reprendre un terme utilisé par Georges Mosse39. La construction de formes spécifiques de virilité propres à la naissance de la société bourgeoise semble bien être ce qui structure ces représentations. Peter Gay voyait ce culte de la virilité comme une démocratisation de l’idéal de chevalerie40. La peinture néoclassique témoigne d’ailleurs de cette construction. Comme le souligne l’universitaire Martial Guédron :

  • 41  Martial Guédron, « Le nu héroïque ou les vertus régénératrices de la beauté au xviiie siècle », Ch (...)

[...] à partir de la seconde moitié du xviiie siècle le nu héroïque et viril devient le paradigme de la force et de la rectitude morale.41

  • 42  Elisabeth roudinesco, La part obscure de nous-mêmes : une histoire des pervers, Paris, Albin Miche (...)

23Ces représentations sont également liées aux mutations propres à l’image du pervers. Une étude d’Elisabeth Roudinesco nous éclaire utilement sur ce milieu particulier et nous montre que chaque époque a sa propre représentation du pervers42. Le « pédéraste » va devenir un personnage progressivement identifiable, car il porte atteinte à l’altérité des sexes.

Identification : exemples des classes populaires parisiennes

24Face aux discours de ces entrepreneurs de morale, assimilant les pratiques homosexuelles aux fléaux sociaux et à la perversion, comment peut-on appréhender les attitudes des hommes ayant des relations homosexuelles ?

25La notion de classes populaires peut être floue. Dans une intervention consacrée aux virilités populaires, dans le cadre d’une journée dédiée aux travaux d’Alessandro Stella, Penser les formes de Domination sociale le 4 mai 2010 à l’EHESS de Paris, Arlette Farge soulignait que l’historien dans ce domaine est confronté à des représentations construites ; ce qui démontre la nécessité de manier avec précaution certaines représentations.

Quelles sont ces hommes issus des classes populaires ?

  • 43  Archives nationales, Y 13407-13409, Y 11724, Y 11727, Bibliothèque de l’Arsenal, archives de la Ba (...)
  • 44  Archives nationales, Y 13407-13409, Y 11724, Y 11727.
  • 45  Jeffrey Merrick, « Commissioner Foucault inspector Noël and the pederasts of Paris », 1780-3, Jour (...)

26On peut identifier ces hommes par l’intermédiaire des fichiers de police et documents judiciaires43. Nous avons rassemblé, pour la fin du xviiie siècle, un panel disponible de 350 hommes environ : ces classes populaires correspondent à près de 46 % du panel. Nous avons nommé par commodité cette catégorie les gens de métier. L’historien américain Jeffrey Merrick à propos des papiers du commissaire Foucault, contenus dans les patrouilles de pédérastie fin xviiie siècle44, souligne la prédominance de ces classes populaires urbaines : 250 hommes dont 50 domestiques, 20 clercs, 10 soldats, 10 marchands, 12 ouvriers et quelques cuisiniers, perruquiers, coiffeurs, bijoutiers, peintres, sculpteurs, vitriers. Pour l’âge, il constate les proportions suivantes : sur 250 hommes : 37 de 15 à 19 ans, 59 de 20 à 24 ans, 43 de 25 à 29 ans, 49 de 30 à 34 ans, 21 de 35 à 39 ans, 15 de 40 à 44 ans, 6 de 45 à 49 ans, 8 de plus de 50 ans, ce qui donne une moyenne d’âge entre 15 et 35 ans45. Ces classes populaires urbaines comprennent des artisans, employés et ouvriers. D’après les sources disponibles concernant la première partie du xixe siècle, l’appartenance à ces classes populaires est de 176 pour un total de près de 400 hommes ayant leur état social renseigné.

27Ainsi, les pratiques homosexuelles peuvent-elles être cernées à l’aide de ces sources judiciaires et policières. Ces documents décrivent les activités homosexuelles ayant cours dans les lieux publics connus pour leur fréquentation homosexuelle : Quais de Seine, Tuileries, Champs élysées, Grands boulevards. Ils abordent aussi certaines activités au sein de plusieurs cabarets. Ces pratiques peuvent-elles aider l’historien à discerner les possibles implications des discours stigmatisants sur le vécu et les pratiques sexuelles et sentimentales de ces hommes ?

L’identification de ces hommes par rapport aux représentations en cours de l’homosexualité masculine

  • 46  Regis revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France de la mon (...)
  • 47  Archives de la police, BB4.
  • 48  voir ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Parisop. cit., p. 118.

28Tout d’abord, comme le souligne Régis Revenin, les cas étudiés par la médecine sont minoritaires et donc, à la suite des travaux de Georges Chauncey, nous pouvons faire l’hypothèse que les théories médicales ont peu touché les « homosexuels » des classes populaires46. La médecine légale a progressivement défini le pédéraste passif comme une figure emblématique de la transgression. Or, dans le fichier BB4 des archives de la Préfecture de police de Paris, nous distinguons deux types d’hommes. Certains sont désignés au féminin, et le vocable « tante » est utilisé pour les personnifier (voir supra). Ces hommes assument-ils cette identité ou leur est-elle imposée de l’extérieur ? Les surnoms de ces hommes sont de deux types : il y a des sobriquets comme « la Bordelaise », « la Élie ». Parallèlement, certains de ces hommes sont désignés par leur nom de famille, et un sobriquet est rajouté ainsi : « Barbet Léon dit la Léon » ou « De la Pujade dit la Zerbinel » ou « Ambert dit la poule huppée »47 Ce verbe « dit » paraît signifier que le sobriquet serait un surnom assumé au sein d’une certaine subculture. Or, nous avons pu constater cette mode des surnoms féminins dans la subculture homosexuelle dès le xviiie siècle.48 Ces hommes semblent les assumer dans certains cas. Parfois des annotations sont encore plus explicites :

  • 49  Archives de la police, BB4 Fiches Elie et Morel André dit la cantatrice.

29« Elie (la), trouvé au bal des tantes chez Mayeur. Il est vêtu en rose, coiffé avec des perles et des fleurs » ou « Morel André dit la Cantatrice, on l’a vu en déguisement de femme au bal de la barrière »49

  • 50  Howard Saül Becker, Ousider’s : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 60- (...)
  • 51  Georges Chauncey,Gay New York 1890-1940, Paris, Fayard, 2003.

30Nous avons le sentiment que ces hommes assument une certaine féminité, dans certaines circonstances. Peut-on voir ce trait comme une influence de la norme ? Du moins pourrions-nous faire référence aux travaux d’Howard Becker. Ce dernier souligne combien le déviant apprend à pratiquer son activité déviante en reconstruisant la représentation de son activité. Le sentiment d’avoir un destin commun engendre une sous culture, c’est-à-dire un ensemble d’idées et de points de vue sur le monde social50. Georges Chauncey51 pour la ville de New York, à la fin du xixe siècle souligne que l’on peut discerner le modèle de la tante « Fairies ». Ces hommes prennent des surnoms féminins. Georges Chauncey insiste sur l’importance du surnom féminin dans la construction de leur personnage, qui souligne le plus souvent une caractéristique personnelle.

  • 52  Judith Butler, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identitéop. cit., p. 1 (...)

31Dans ce cas, pouvons-nous voir ces comportements comme un retournement de la norme ? Judith Butler souligne que le travestissement n’est pas forcément subversif ; le sujet peut aussi de cette façon être impliqué dans une structure de pouvoir qu’il répète. Il peut s’agir d’une ré-idéalisation des normes.52 En quelque sorte, ces hommes adoptent le comportement que la norme prescrit pour des sujets comme eux. Dans ce cas, ils confirment la norme.

32Parallèlement aux sujets qualifiés de tantes, Georges Chauncey souligne l’existence du Trade, c’est-à-dire celui qui répond aux sollicitations de la tante. Ces hommes ne se pensent pas homosexuels. Nous trouvons des cas similaires dans nos sources. Il s’agit d’hommes fréquentant les lieux de rencontre ou connus des policiers surveillant le monde de l’homosexualité parisienne. Certains sont qualifiés de « souteneurs d’hommes et de femmes ». Certains autres mènent visiblement une vie conjugale. Par exemple :

  • 53  Archives de police, BB4 pédérastes.

33Rossignol de Blainville « Cet homme a épousé une femme riche. En 1844 il commet un acte de pédérastie avec un jésus (jeune prostitué masculin) » ou « Gourou dit radis rose pédéraste, il eut des maîtresses. Il a vécu avec un homme dénommé radis noir. Il est impliqué dans une complicité d’adultère avec une femme » ou « Victor Chivot a fait longtemps le jésus, se livrant aux pédérastes pour peu de chose. Pédéraste connu, bien qu’ayant vécu avec une fille publique » ou encore « Félicien Doboszynski réfugié polonais pédéraste, il s’est fait entretenir par des femmes car il est joli garçon »53

34Ces hommes n’ont pas la parole, ce qui constitue une difficulté pour l’historien : il faut analyser ces discours en les déconstruisant. Ces hommes ne peuvent pas être identifiés uniquement par le biais de leurs actes homosexuels. Ils sont désignés comme pédérastes. Cependant assument-ils vraiment cette forme d’identité ? Cette multiplicité des rôles sexuels ne pourrait-elle pas être perçue comme une forme d’aménagement de la norme ? Face à ces cas de pratiques multiples assumées, nous avons le sentiment que l’homosexualité est un aspect de la vie de ces hommes, à certains moments. De plus, plusieurs paraissent relever de la délinquance au sens propre :

  • 54  Archives de police, BB4 pédérastes, fiche Alfred dit le porteur d’eau.

Alfred dit le porteur d’eau, souteneur et chanteur, il a des relations avec des pédérastes. Il vit avec une fille publique et a une autre fille publique.54

35Dans ces cas-ci, le fait de fréquenter des lieux de rencontre tient davantage du marginal, rencontrant délibérément d’autres formes de marginalité. Certains paraissent revendiquer clairement une multiplicité de pratiques sexuelles :

  • 55  Archives de police, BB5 pédérastes, fiche Devallée Charles Joseph.

Devallée Charles Joseph 41 ans sacristain arrêté le 8 juillet 1851. Il dit qu’il s’amusait plus avec les hommes qu’avec les femmes55

36Ce témoignage est un peu postérieur à la période étudiée ici. Cependant, l’intérêt de cette parole est de démontrer l’absence visible de culpabilité. Il y a une notion de jeu induite de la parole retranscrite « s’amuser ». Ceci laisse soupçonner une notion de pur plaisir, imperméable à certaines normes. Globalement, nous aurions affaire à des formes de subcultures célibataires masculines.

  • 56  Eric Hazan, L’Invention de Paris : il n'y a pas de pas perdus, Paris, Seuil, 2004 [2002], p. 369-3 (...)

En 1830 les quartiers centraux de la rive droite comportaient une population vivant en garni. Ces populations sont originaires des régions agricoles du Bassin parisien, du Nord, de la Lorraine, du Massif Central. Ils sont portefaix, manœuvres...56

  • 57  Robert muchembled, L’orgasme et l’Occident une histoire du plaisir du xvie siècle à nos jours, Par (...)

37Ce type de population pourrait constituer la base sociale de cette sous culture célibataire. D’ailleurs, Robert Muchembled souligne l’existence d’une sous culture bien vivante dès l’époque des Lumières57. à cette époque, le petit peuple des villes pratiquait des amours furtifs assez libres.

  • 58  Laure Murat, « La tante, le policier et l’écrivain : pour une protosexologie de commissariats et d (...)

38Ces rôles sexuels multiples s’observent souvent chez des hommes non qualifiés de tante. Avec eux, il semble que l’on soit confronté à une toute autre situation. Comme le note Laure Murat, la tante désigne celui dont le sexe biologique ne remplit la fonction supposée lui être inhérente. Un homme est nécessairement actif et une femme nécessairement passive.58 De ce point de vue, le pervers serait celui qui est féminin, car il transgresse les normes du genre. Celui qui reste conforme à son sexe peut se penser comme semblable aux autres hommes, car il reste dominant sexuellement. Ceci pourrait expliquer cette différence de discours de certains de ces hommes par rapport aux tantes.

39De ce point de vue, on retrouve des convergences avec les représentations du pédéraste passif dans la médecine légale. Est-ce une influence de ces représentations sur le comportement de ces hommes ? Ou bien, ce qui apparaît plus probable, est-ce le contraire, les mentalités ambiantes influant sur les discours des médecins légistes ?

  • 59  Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de Sûreté…, op. cit.

40Un autre facteur peut illustrer dans certains cas une autre forme de négociation avec la norme : la prostitution masculine. Nous sommes encore confrontés uniquement à la parole du policier, voire du juge. Cependant l’importance de la prostitution masculine peut permettre d’établir un lien avec certaines pratiques occasionnelles de l’homosexualité. Deux sources nous font approcher le phénomène de la prostitution masculine : les mémoires du policier Louis Canler 1797-186559, et certains fichiers de police.

41Les mémoires de Louis Canler sont le fruit d’observations précises. Ces sources permettent d’approcher la vie du petit peuple parisien dans la première moitié du xixe siècle. Louis Canler consacre un chapitre aux « antiphysiques » : vocable désignant ceux qui pratiquent l’homosexualité masculine. Il les classe selon plusieurs catégories distinctes. Or, deux de ces catégories paraissent concerner l’homosexualité et la prostitution masculine dans les milieux populaires : les persilleuses et les travailleuses. Les persilleuses sont des jeunes prostitués masculins de milieu modeste. Ils choisissent délibérément de se livrer à la prostitution. Le plaisir ne semble pas être leur première motivation mais plutôt l’appât du gain. Les archives de police nous mettent sur la trace de jeunes hommes se livrant à la prostitution. Ces cas correspondent à ceux décrits par Louis Canler. Certaines fiches de police portent spécifiquement l’indication : « fait son commerce… ». Les annotations relevées dans ces fiches semblent induire une absence de culpabilité : certaines attitudes provocantes sont dénoncées. Parfois, cette activité paraît provisoire :

  • 60  Archives de police, BB4 pédérastes, fiche Goutourbe modeste.

Goutourbe Modeste, Jeune pédéraste qui faisait son commerce au Palais royal, il est maintenant dans la Marine60

42La prostitution masculine peut être mise en parallèle avec les rôles sexuels multiples de certains sujets. Or, cette multiplicité de comportements fait peu de cas des discours académiques De plus il y a une nette différence entre les sujets examinés par certains praticiens et le comportement d’hommes appréhendés et cités dans les sources de police. Les premiers sont décrits comme pétris de honte et écrasés par la culpabilité. Les seconds paraissent totalement déculpabilisés.

  • 61  archives de la police, DA223, rapport du 20-12-1848.
  • 62  Archives nationales, F7 9546 affaire Café de l’étoile 1819.
  • 63  archives de la police, DA223, rapport du 20-12-1848. op. cit.

43De fait, certaines attitudes paraissent indiquer une relative imperméabilité vis-à-vis des normes sociales. Par exemple, lors d’un contrôle de police aux Champs-élysées en 184861 et à l’occasion de la surveillance d’un cabaret, lui-même aux Champs-élysées62, il apparaît que, dans les deux cas, de jeunes soldats s’y prostitueraient avec des hommes. Les deux sources semblent indiquer des comportements ponctuels et uniquement produits par appât du gain63. Ces comportements, eux aussi, traduiraient une absence de culpabilité face à une pratique occasionnelle de l’homosexualité masculine. Plusieurs sources policières déplorent des comportements assez libres. Quatre types d’attitudes se font jour : des comportements de rencontre ostentatoire dans les lieux publics, ces mêmes comportements dans certains cabarets, des propositions voire des attitudes osées envers des agents de la force publique et quelques airs de bravade. Par exemple, un rapport datant du 20 février 1827 est particulièrement édifiant :

  • 64  archives de la police, DA230, rapport spécial du 20-02-1827.

[...] chez un marchand de vin rue de la licorne, des individus viennent commettre en public les caresses les plus dégoûtantes et se prostituer aux scélérats.64

44Tous ces éléments : rôles multiples, prostitution parfois occasionnelle, comportements d’une surprenante liberté semblent révéler une véritable indépendance de ces hommes issus des classes populaires parisiennes par rapport aux normes sociales. L’efféminement de certains représentés comme « tante » peut tout autant signifier un trait incarnant certaines subcultures de la capitale. Peut-on y voir des influences réciproques de certaines normes, des pratiques et des représentations courantes ? L’exploration ne peut aller plus loin car ces hommes n’ont que très rarement la parole au cours de la première moitié du xixe siècle.

Conclusion

  • 65  Séminaire « Approches historiques des sexualités, xixe-xxe siècles Où en est l'histoire des homose (...)

45Les représentations académiques de l’homosexualité masculine construisent un personnage : « le pédéraste », emblématique des désordres urbains. Cependant, certaines classes populaires urbaines parisiennes paraissent imperméables à ces normes. Si certaines représentations renvoient aux normes sociales, l’universitaire américaine Sharon Markus, lors d’un séminaire récent à la Sorbonne65, souligne combien nous surévaluons le poids des normes sociales. Sharon Markus ajoute que les lois sont des contraintes bien plus lourdes que les normes. Elle constate combien l’histoire de l’homosexualité a souvent été entrevue sur un plan public : homosexualité masculine urbaine, lieux de rencontre… Par ailleurs, nous avons négligé l’aspect intime, domestique. L’étude des journaux intimes permettrait peut-être de percevoir cette implication réelle des représentations et identifications sur les destins réels. Les analyses présentées ont été produites à partir de l’examen des archives de police, de justice, en les confrontant avec les discours puisés dans les paroles des médecins, des réformateurs sociaux, et plus globalement des entrepreneurs de morale. Ce sont donc des analyses faites sur un plan public. Il aurait été difficile de faire autrement, car ces hommes ont laissé peu de témoignages individuels. Cependant, pourrait-on faire cette étude de l’homosexualité domestique pour des cas plus notoires ? Nous pourrions ainsi faire une comparaison plus précise de l’implication des normes sur les comportements.

Top of page

Notes

1  Journée d’étude « Identités et communication : enjeu des représentations », Pessac, campus de Bordeaux III, Replic, jeudi 27 mai 2010. La problématique qui nous occupe ici est par ailleurs développée dans ma thèse de doctorat, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin xviiie- milieu xixe siècle soutenue en mars 2009 à l’université Paris VII, sous la direction de André Gueslin.

2  Le concept d’entrepreneur de morale est élaboré par Howard Saül Becker dans son ouvrage classique, Ousider’s : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

3  voir Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 58-59.

4  voir Maks Banens, « Foucault sur l’histoire de l’homosexualité : une théorie en trois temps », Revue 3, 2009, http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/41/39/16/PDF/FoucaultSurLhistoireDeLhomosexualite.pdf.

5  Regis Revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France, de la monarchie de juillet à la Première guerre mondiale », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 17, décembre 2007, p. 1, p. 3, http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RHSH_017_0023.

6  Voir Laurent Matthey Olivier Walther, « Un nouvel hygiénisme ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’une new middle class », Articulo : journal of urban research, n°1, 2005, http://articulo.revues.org/931#tocto1n4.

7  Alain Corbin, Le miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social xviiie-xixe siècle, Paris, Flammarion, 2008.

8  Voir ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin xviiie-première partie xixe siècle, Paris, université Paris VII, 2009, p. 194-197.

9  Flora Leroy Forgeot, «Décadence », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 121-122.

10  Louis Chevalier, Classes laborieuses classes dangereuses : à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Perrin, 2007.

11  Voir Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de Sûreté, Bruxelles, Leipzig, A. Lacroix, Verboeckhoven, 1862, p. 264-294.

12  Elie Decazes, Rapport au roi sur les prisons et pièces à l’appui du rapport, S.l., 1819, p. 34.

13  Jacques- Guy Petit, Ces peines obscures : la prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990, p. 507.

14  Alain Corbin, Le miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire social xviiie-xixe siècle…, op. cit., p. 211.

15  Honoré Antoine frégier, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleures, Paris, JB Bailliere, 1840, 2 vol., t. I., p. 234.

16  Jean Manuel De Queiroz, « Sociologie », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003, p. 378.

17  Charles Fourier, Le nouveau monde amoureux, Paris, Ed. Anthropos, 1972.

18  voir ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin xviiie-première partie xixe siècleop. cit., p. 45-52.

19  Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris : sous le rapport de l'hygiène publique, de la morale et de l'administration... ; suivi d'un Précis hygiénique, statistique et administratif sur la prostitution dans les principales villes de l'Europe, Paris, Hachette, 1971, vol. 2, p. 72-73.

20  Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne, Paris, 10/18, 1997, p. 459.

21  Voir l’analyse faite par M. Perrot, Ph. Aries et G. Duby, Histoire de la vie privée. 4, De la Révolution à la Grande guerre, Paris, Seuil, 1987, p. 93-103.

22  Ibid., p. 287.

23  Philippe Masanet, « Famille », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, … op. cit., p. 168.

24  Jean-Paul Aron Roger Kempf, Le pénis et la démoralisation de l’Occident, Paris, Grasset, 1978, p. 16.

25  Ces archives sont situées 1 bis rue des carmes Paris 5e.

26  François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire : l’alphabétisation des français de Calvin à Jules Ferry, Paris, 1977, volume 1, p. 61.

27  Archives de la police, « Lettre du 11-08-1820 » DA 230.

28  André Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle, Paris, Aubier, 1997, p. 36-37.

29  voir aussi Thierry Pastorello, « La stigmatisation particulière du pédéraste passif dans les enquêtes de médecine légale dans la première partie du xixe siècle », L'Atelier du Centre de recherches historiques, 03.1.2009, mis en ligne le 13 janvier 2010. URL : http://acrh.revues.org/index1850.html.

30  Frédéric chauvaud, Les experts du crime : la médecine légale en France au xixe siècle, Paris, Aubier, 2000, p. 12.

31  Nicolas D. dobeldower, « Univers carcéral et sexualité masculine sous la Restauration » in Regis revenin, Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : contribution à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Ed. Autrement, 2007, p. 42-53.

32  Pierre Reydellet, « Pédérastie », Dictionnaire des sciences médicales, vol. 40 (PEC-PERO), Paris, Panckoucke, 1819, p. 45.

33  Voir Anne Caiozzo et Anne-Emmanuelle Demartini (dir.), Monstres et imaginaire social : approches historiques, Grâne, Créaphis, 2008.

34  Michel foucault, Les anormaux : cours au collège de France, 1974-1975, Paris, Gallimard, le Seuil, 1999, voir cours du 22 janvier 1975, p. 51-53.

35  Eusèbe de Salles, « Médecine légale », Encyclopédie des sciences médicales, 2e division, tome 9, Paris, Au bureau de l’encyclopédie, 1835, p. 224-225.

36  Judith Butler, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2006.

37  Hubert Lauvergne, Les forçats considérés sous le rapport physiologique, moral et intellectuel : observés au bagne de Toulon, Paris, J.-B. Baillière, 1840.

38  Anne Marie Sohn, « Sois un homme ! » : la construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, Ed. du Seuil, 2009.

39  Georges Mosse, L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Pocket, 1999.

40  Peter Gay, La culture de la haine : hypocrisies et fantasmes de la bourgeoisie de Victoria à Freud, Paris, Plon, 1998, p. 107.

41  Martial Guédron, « Le nu héroïque ou les vertus régénératrices de la beauté au xviiie siècle », Champs psychosomatique, 2002/2, n°16, p. 27-36.

42  Elisabeth roudinesco, La part obscure de nous-mêmes : une histoire des pervers, Paris, Albin Michel, 2007.

43  Archives nationales, Y 13407-13409, Y 11724, Y 11727, Bibliothèque de l’Arsenal, archives de la Bastille, Archives de la police, BB4, DA 223, DA 230.

44  Archives nationales, Y 13407-13409, Y 11724, Y 11727.

45  Jeffrey Merrick, « Commissioner Foucault inspector Noël and the pederasts of Paris », 1780-3, Journal of social history, 1998, vol. 32, n° 2, p. 290.

46  Regis revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France de la monarchie de juillet à la Première guerre mondiale » … op. cit., p. 38-39.

47  Archives de la police, BB4.

48  voir ma thèse Thierry Pastorello, Sodome à Parisop. cit., p. 118.

49  Archives de la police, BB4 Fiches Elie et Morel André dit la cantatrice.

50  Howard Saül Becker, Ousider’s : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 60-61.

51  Georges Chauncey,Gay New York 1890-1940, Paris, Fayard, 2003.

52  Judith Butler, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identitéop. cit., p. 14.

53  Archives de police, BB4 pédérastes.

54  Archives de police, BB4 pédérastes, fiche Alfred dit le porteur d’eau.

55  Archives de police, BB5 pédérastes, fiche Devallée Charles Joseph.

56  Eric Hazan, L’Invention de Paris : il n'y a pas de pas perdus, Paris, Seuil, 2004 [2002], p. 369-371.

57  Robert muchembled, L’orgasme et l’Occident une histoire du plaisir du xvie siècle à nos jours, Paris, éd. du Seuil, 2005, p. 161.

58  Laure Murat, « La tante, le policier et l’écrivain : pour une protosexologie de commissariats et de romans », Revue d’histoire des sciences humaines, 2007, 17, p. 17-59, http://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2007-2-page-47.htm.

59  Louis Canler, Mémoires de Canler, ancien chef du service de Sûreté…, op. cit.

60  Archives de police, BB4 pédérastes, fiche Goutourbe modeste.

61  archives de la police, DA223, rapport du 20-12-1848.

62  Archives nationales, F7 9546 affaire Café de l’étoile 1819.

63  archives de la police, DA223, rapport du 20-12-1848. op. cit.

64  archives de la police, DA230, rapport spécial du 20-02-1827.

65  Séminaire « Approches historiques des sexualités, xixe-xxe siècles Où en est l'histoire des homosexualités ? » responsables Sylvie Chaperon et Christelle Taraud, le 7 mai 2010 Sharon Markus, « La vie domestique et la vie homosexuelle au xixe siècle ».

Top of page

References

Electronic reference

Thierry Pastorello, « Stigmatisation et identification des pratiques homosexuelles masculines à travers des membres des classes populaires parisiennes au cours de la première partie du xixe siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [Online], 08 | 2011, Online since 23 April 2011, connection on 21 November 2017. URL : http://acrh.revues.org/3808 ; DOI : 10.4000/acrh.3808

Top of page

About the author

Thierry Pastorello

Docteur en Histoire, Université Paris Diderot – Paris 7, Laboratoire Identités, Cultures, Territoire (ITC, EA 337, http://www.ict.univ-paris-diderot.fr)
Bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org