Skip to navigation – Site map

Le luxe publié au dix-huitième siècle : questions de formes

Audrey Provost

Abstracts

The Publication of Luxury in the Eighteenth Century: a Question of Form
Among the many eighteenth-century works on luxury, two stand out for their striking resemblances: Le comte de Valmont by Gérard and Le monarque accompli by Lanjuinais, both published in 1774. Both criticize luxury by referring to the same quotations, the same famous passages, the same salient sentences by Montesquieu, Rousseau or Helvétius. Nevertheless, when one examines these writers’ publishing conditions and authorial figures, one is forced to acknowledge that these books are completely different and belong to distinct print cultures and historiographic traditions: one is an epistolary novel typical of the Old Regime’s orthodoxy; the other is a “philosophical book” that exemplifies more subversive critiques of luxury. A detailed analysis of their writing styles and of their use of quotations reveals how very different meanings can arise from similar material.

Top of page

Full text

Introduction : les paradoxes de l’écho

1Le dix-huitième siècle est celui de la vigoureuse mise en débat du luxe. Tout le monde, ou presque, en parle, et ce dans toutes sortes d’ouvrages, des traités aux essais, en passant par les contes, romans ou dictionnaires, dans les ouvrages d’économie, mais aussi dans les traités de morale, dans les éloges ou encore dans les ouvrages médicaux. Pour tenter de voir clair dans cette profusion bibliographique, l’historiographie a choisi de dresser un état des lieux opposant d’un côté les apologistes novateurs et de l’autre les critiques archaïques enfermés dans la répétition monotone. Cette césure dichotomique simple a servi à son tour à valider d’autres dichotomies attendues, les positions sur le luxe servant de témoin de la situation au sein de la société et de la pensée des Lumières : le débat sur le luxe opposerait ainsi les partisans du changement aux défenseurs des valeurs traditionnelles.

2Les débats sur le luxe au dix-huitième siècle ne se laissent pourtant pas si facilement réduire. Les textes eux-mêmes résistent à ces grilles simplificatrices, le manque d’originalité et l’apparente monotonie des critiques du luxe pouvant en réalité prendre des sens très contrastés. Le rapprochement de deux ouvrages particulièrement ressemblants, parmi tant d’autres qui parlent du luxe, Le monarque accompli et Le comte de Valmont, nous permet de montrer qu’il faut repenser les manières de lire et d’interpréter cette masse critique disqualifiée par l’historiographie.

3Au sein de la vaste littérature répétitive et peu inventive consacrée au luxe, ces deux titres se sont signalés par une impression de déjà-vu insistante ; la comparaison des deux textes a confirmé qu’ils puisaient leurs références sur le luxe au sein d’un corpus commun. Ce n’est pas là un motif de grande surprise, le plagiat, le retravail des textes et la compilation étant alors monnaie courante. Rapprocher ces deux titres, d’une manière en grande partie liée au hasard des lectures guidées par les outils bibliographiques disponibles, pour constater qu’ils reproduisent tous les deux un vaste tissu de morceaux communs et connus sur le luxe n’a rien d’exceptionnel.

  • 1  Cette enquête doit beaucoup aux travaux du Grihl (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’h (...)

4Ces deux textes se ressemblent certes un peu plus que ne se ressemblent d’habitude les textes sur le luxe, par un effet de concentration, dans la mesure où ils utilisent presque tous les passages obligés de la gamme des références disponibles et accumulent tous deux formules et morceaux célèbres. La singularité de leur rapprochement ne réside cependant pas dans cet ordre quantitatif de la ressemblance ; c’est la divergence dont témoignent les traces très contrastées de leur réception qui les constitue en cas d’enquête1 : du point de vue de la place qu’ils occupent dans le paysage des publications des Lumières et dans l’historiographie des débats sur le luxe, ces deux ouvrages se situent aux antipodes l’un de l’autre. L’écart creusé par leur prise en charge, à la fois par les lecteurs de la fin du dix-huitième siècle, mais aussi par les historiens lecteurs, surprend et amène à faire retour sur leurs ressemblances et sur le constat classique de la répétitivité des textes. Comment deux ouvrages maniant le même répertoire sur le luxe ont-ils suscité des échos aussi lointains les uns des autres ?

Deux titres : un répertoire commun sur le luxe

  • 2  Le monarque accompli, Lausanne, J .P. Heubach, 1774.
  • 3  Lanjuinais figure dans les listes bibliographiques d’André Morize, L’apologie du luxe au xviiie si (...)

5Le monarque accompli de Lanjuinais2 appartient de plein droit à ce qui s’apparente au corpus officiel des débats sur le luxe du dix-huitième siècle, figurant depuis la fin du dix-neuvième siècle au sein des listes bibliographiques des études sur la question3 et notamment de la référence incontournable que constitue l’Appendice à l’étude de Morize :

  • 4  André Morize, op. cit., p. 186. Comme souvent les renvois de pagination précise de Morize, recopié (...)

48. LANJUINAIS. - Le monarque accompli. Lausanne, 1774, 3 vol. in-8. T. l, 137-148 ; 410sq. ; t. II, p. 200sq4

  • 5  Le comte de Valmont ou les égarements de la raison. Lettres recueillies et publiées par M ...., Pa (...)
  • 6  Le roman figure dans la bibliographie de Robert Mauzi, L'idée du bonheur dans la littérature et la (...)
  • 7  Frantext est une base de données née du projet, mené par l'Institut National de la Langue Français (...)

6Le comte de Valmont de l’abbé Gérard5, quant à lui, n’apparaît dans aucune de ces listes6 ; c’est par l’interrogation de la base de données Frantext qu’il s’est signalé à l’attention7.

7D’un côté, une œuvre polémique transmise de bibliographie en bibliographie ; de l’autre, un roman épistolaire qui en est absent. Pourquoi la transmission dans la tradition historiographique du premier de ces titres et non pas du second, alors même qu’ils accordent une place comparable au luxe et en disent des choses souvent proches ? C’est une première question suscitée par le constat des convergences du propos de ces deux ouvrages.

8Surtout, ce qui pourrait n’être que hasard de lecture ou choix de laisser de côté le genre romanesque se redouble de l’interrogation suscitée par les difficultés qui se posent lorsque l’on tente d’appréhender – et notamment de situer l’un par rapport à l’autre – ces deux titres au sein de l’espace de l’imprimé de la fin du dix-huitième siècle et à l’intérieur des grilles de lecture mises en œuvre par l’historiographie sur le luxe. Ce qui est troublant, ce n’est pas la confluence des références – cette répétitivité des textes étant l’un des lieux communs de l’historiographie sur le luxe –, mais l’écart que creusent, en dépit de cette parenté, les destins bibliographiques et historiographiques contrastés des deux ouvrages, de ces deux ouvrages publiés la même année, qui parlent du luxe en usant d’un répertoire commun, voire de la même manière, et qui n’ont pourtant manifestement pas dit la même chose ni à leurs lecteurs contemporains, ni à la postérité historiographique.

9Le comte de Valmont ou les égaremens de la raison et Le monarque accompli sont publiés pour la première fois la même année, en 1774. Au-delà de cette coïncidence chronologique, ils ont surtout en commun d’offrir tous les deux de longs développements sur le luxe, qui sans être l’objet principal ni de l’un ni de l’autre, n’en figure pas moins comme un de leurs centres d’intérêt. Le roman de Gérard lui consacre l’intégralité d’une lettre ; de son côté, Lanjuinais multiplie les considérations sur cette question tout au long des trois volumes qui composent son ouvrage, avec une attention particulière dans un très long passage du tome 1.

  • 8  « le luxe est un crime contre l'humanité, toutes les fois qu'un seul membre de la société souffre (...)
  • 9  « La félicité et la puissance apparente que le luxe communique, durant quelques instans aux nation (...)
  • 10  « Une armée sobre a des aîles ; le luxe énerve et appésantit l'armée où il est répandu : la frugal (...)
  • 11  « Si le luxe produisoit la félicité dont une nation policée jouit au-dedans, sans doute c'est parc (...)
  • 12  « L'ABONDANCE d'argent que le luxe attire dans un Etat en impose d'abord à l'imagination ; cet Eta (...)

10La lecture comparée des deux ouvrages confirme la présence au sein des textes d’un ensemble d’énoncés communs. Cette convergence renvoie à l’utilisation massive de références et de citations communes, reproduites dans l’un comme dans l’autre ouvrage. Les deux textes sont ponctués de formules empruntées aux grands auteurs du siècle. Gérard et Lanjuinais utilisent tous les deux Rousseau, d’Alembert, Marmontel, Hume, ou encore Helvétius. On retrouve la formule de D’Alembert sur le luxe comme un crime contre l’humanité8, la formule de De l’esprit sur le luxe qui communique une félicité apparente, mais qui est en fait comme la fièvre violente qui semble prêter de la vigueur au malade qu’elle consume9, un passage du Bélisaire sur le fait que le luxe énerve l’armée dans laquelle il est répandu10, la formule de Rousseau selon laquelle le luxe nourrit peut-être les pauvres, mais qu’il n’y aurait pas de pauvres s’il n’y avait pas de luxe11, un passage d’Helvétius citant la comparaison de Hume entre le commerce de luxe et le commerce des marchandises de première nécessité12.

  • 13  Un tel résumé est partiellement fourni par Renato Galliani, à partir du Monarque accompli, cf. cit (...)

11Citation après citation, est ainsi mis en œuvre un répertoire commun auquel ont puisé les deux auteurs. S’il fallait proposer un résumé du contenu des deux textes13, on y trouverait de nombreux points communs ; dresser la liste des textes qu’ils mobilisent contre le luxe aboutirait à un résultat largement superposable.

12Malgré cette convergence de propos sur le luxe, on a pourtant affaire à deux textes que tout semble opposer lorsque l’on tente de cerner la place qu’ils occupent respectivement au sein de l’espace de l’imprimé des années 1770.

Une place très différente dans l’espace de l’imprimé

Le Comte de Valmont : l’orthodoxie d’Ancien Régime

  • 14  Tome 3, p. 531-532 ; l'approbation est datée du 26 mai 1773 et nous indique que le titre originel (...)
  • 15  Un volume d'une réédition de 1774, Res Y2 3126 et trois volumes d'une édition de 1775, Res Y2 3123 (...)
  • 16  Une édition complète en cinq volumes d'une réédition de 1777, Res Y2 3127 à 3131.

13Leurs conditions de publication signalent immédiatement qu’ils relèvent de logiques tout à fait distinctes en la matière. Le roman de Gérard est muni d’une approbation et d’un privilège en bonne et due forme14 ; il est publié par Moutard, libraire-imprimeur de la Dauphine, de Madame et de la comtesse d’Artois ; d’ailleurs, dès la première édition, il est dédicacé à la Dauphine. à cette inscription de l’ouvrage sous le patronage des membres les plus éminents de la cour correspond d’ailleurs une diffusion de l’ouvrage dans ces mêmes cercles : parmi les exemplaires du roman qui sont conservés à la Bibliothèque Nationale, plusieurs sont reliés aux armes de Marie-Antoinette15, un autre aux armes de la comtesse d’Artois16. C’est donc un ouvrage muni de toutes les approbations officielles, estampillé conforme aux exigences de la censure et de plus honoré d’un patronage des plus éminents, bref un ouvrage qui se situe dans une orthodoxie revendiquée et affichée. Les péritextes qui ouvrent le volume confirment pleinement cette orientation en inscrivant l’ouvrage dans les voies d’une défense des valeurs de la religion et de la morale. La dédicace à la Dauphine souligne quant à elle le souci de célébrer les vertus et les principes que Marie-Antoinette fait briller. Enfin, l’Avertissement résume cette ambition de l’ouvrage :

  • 17  Gérard, p. vij.

Dans un siécle où l’on dit de si jolies choses en faveur de l’erreur et du mensonge, puissions-nous en offrir quelques-unes qui intéressent en faveur de la vérité.17

  • 18  William R. Everdell, Christian Apologetics in France, 1730-1790 : The Roots of Romantic Religion, (...)
  • 19   Sur l'adoption de la fiction épistolaire au service de l'apologétique, cf. Jacques Domenech, « La (...)
  • 20  Œuvres complètes de l'abbé Gérard, réunies pour la première fois en collection et classées selon l (...)
  • 21  Dans l'édition de 1784, Le comte de Valmont, ou les égaremens de la raison, septieme édition, revu (...)

14Gérard met ainsi le roman épistolaire au service de la défense de la religion et de la morale chrétiennes, la publication de son roman étant un moment important dans l’adaptation de l’apologétique aux formes les plus porteuses du siècle. C’est, sinon le premier, du moins le plus réussi des romans apologétiques ; selon la formule qu’emploie William Everdell, « Valmont est l’émile et La Nouvelle Héloïse de l’orthodoxie18 ». Le choix du genre s’inscrit dans le vaste succès des romans en général, et des romans épistolaires en particulier, au cours du siècle19; Gérard explique dans ses Mémoires, rédigées au début du dix-neuvième siècle, comment il a choisi de couler dans ce genre les éléments dont il avait auparavant composé un gros volume inachevé d’apologétique qui portait le titre d’Essai sur les vrais principes relativement à nos connaissances les plus importantes20. Le comte de Valmont met en scène la chute puis la repentance d’un jeune homme qui se laisse séduire par les maximes du siècle. Les lettres font éclater la fausseté et les dangers de ces maximes, tout en prônant les sentiments de vertu et de religion, qui seuls procurent le vrai bonheur. Certaines lettres sont spécifiquement dévolues à un thème en particulier. La lettre XXXVI est ainsi consacrée au luxe ; suscitée par une demande de la jeune épouse de Valmont, Emilie, elle est écrite par le marquis de Valmont père, champion des vertus chrétiennes, qui lui répond sur plus de quarante pages par un argumentaire nourri sur les différents aspects de la question21. Dans la Table des lettres, cette lettre est résumée comme suit :

  • 22  Le comte de Valmont, tome 3, p. 519-520.

Du Marquis à Emilie. Réponse à la demande qu’elle lui a faite relativement au luxe. Ce que c’est que le luxe proprement dit. S’il est un bien par rapport au particulier ; s’il en est un par rapport à l’état, à la société dont celui-ci est membre. Ce que les partisans du luxe alleguent en sa faveur. Langage que tiennent sur cet objet l’Evangile et le sentiment. Doux et légitime usage des richesses.22

  • 23  Cf. Procès-verbal de l'Assemblée générale du clergé de l'année 1775, Paris, Guillaume Deprez, 1777 (...)
  • 24  Cf. ce qu'en dit Gérard dans ses Mémoires, Œuvres complètes, 1857-1859, tome 1, p. 27.

15Ce qu’on sait du type d’auteur qu’est Gérard vient confirmer cette orientation générale. Il figure en effet comme l’un des représentants actifs d’un mouvement en faveur du développement de l’apologétique chez les hommes de lettres. Dans la notice qu’il lui consacre dans le premier volume des Œuvres complètes dont il a mené à bien l’édition en 1857-1859, Migne signale ainsi que Gérard fait partie des ecclésiastiques à qui l’Assemblée du clergé de 1775 décerne des honneurs et des encouragements, pour avoir pris la défense de la religion. Il s’agit plus exactement de l’approbation donnée par l’Assemblée au projet de réunion des efforts de plusieurs théologiens et gens de lettres pour augmenter le nombre des défenseurs de la religion et encourager les travaux en ce sens ; Gérard est l’un des sept premiers membres de cet embryon de société littéraire à visée apologétique23. Il évoque d’ailleurs dans ses Mémoires cette petite société de gens de lettres qui se réunissent régulièrement autour de l’abbé Pey, chanoine de Notre-Dame dont le point commun est d’avoir publié des ouvrages pour défendre la religion24 et qui a même tenté de se faire ériger en Académie royale, sous le nom d’Académie morale et religieuse.

Le monarque accompli : un « livre philosophique »

  • 25  Cf., entre autres, Daniel Roche, « La censure » et « La police du livre », in Histoire de l’éditio (...)
  • 26  C'est à toute l'œuvre darntonienne qu'il faudrait ici renvoyer ; signalons seulement un ouvrage de (...)

16Face à cet ouvrage qui peut apparaître comme un pur produit de l’Ancien Régime aussi bien sur le plan éditorial qu’intellectuel, Le monarque accompli présente toutes les caractéristiques du « livre philosophique ». L’ouvrage de Lanjuinais est publié sans autorisation ; le lieu d’édition indiqué sur la page de titre est Lausanne, cette édition à l’extérieur du royaume correspondant sans doute à la certitude d’une publication impossible en suivant les voies de la censure préalable, même en ces temps d’assouplissement du système sous l’impulsion de Malesherbes25. L’ouvrage circule dans le royaume par les réseaux de distribution de la littérature clandestine et figure parmi le corpus de la littérature clandestine étudié par Robert Darnton26.

  • 27  à ne pas confondre avec Jean-Denis, qui est son neveu. Cf. Prosper-Jean Levot, Biographie bretonne (...)
  • 28  Levot note que c'est pour ne pas renoncer à sa communauté de sentiments avec d'Alembert et Diderot (...)
  • 29  Amsterdam, M. Klootman, 1775.

17Les éléments transmis par les biographies à propos de Lanjuinais s’accordent avec la nature de ces circuits de publication. Joseph Lanjuinais27 fait en effet figure d’auteur proche des philosophes28 et de révolté contre le dogmatisme conservateur de l’Eglise catholique ; en plus du Monarque accompli, on lui doit un Esprit du pape Clément XIV mis au jour29, satire des abus et des erreurs que Lanjuinais, sous le couvert transparent d’une traduction supposée, reproche à la cour de Rome, livre qui a été interdit en France.

18Du point de vue des conditions de publication et du profil des auteurs, on a donc affaire à deux ouvrages bien différents. Surtout, leur réception creuse l’écart de leur positionnement antinomique au sein de l’espace de circulation de l’imprimé de la fin du dix-huitième siècle, car si les deux ouvrages ont en commun d’avoir rencontré un grand succès, celui-ci a été d’une nature contrastée, ce que révèlent d’ailleurs les voies différentes par lesquelles on est à même aujourd’hui de le mesurer.

Deux succès très contrastés

Défense et illustration de la religion

  • 30  Rééditions notamment en 1774, 1775, 1776, 1777, 1778, 1784, 1792; sur le succès du roman épistolai (...)

19Le succès du roman de Gérard est attesté par les très nombreuses rééditions qu’il connaît ; on en compte plus de huit différentes au cours des vingt années qui suivent l’édition originale30. Les comptes rendus dans les revues, de même que les préfaces successives, font état de ce succès qui ne se dément pas jusqu’à la fin du siècle et qui vient couronner un ouvrage considéré comme exemplaire du point de vue de la défense des mœurs et de la morale ; le Mercure de France en date du 30 avril 1785 note ainsi :

  • 31  Mercure de France, 30 avril 1785, p. 220-22l.

LORSQUE cet Ouvrage parut pour la premiere fois, il fut annoncé dans ce Journal comme distingué par ce double caractère d’agrément et d’utilité, que tout Auteur doit se proposer, comme un code de principes pour toutes sortes de personnes, et un manuel propre à tous les états, à tous les âges, et principalement à la jeunesse. (Voyez le Mercure de Juillet 1774.) Six éditions épuisées en très-peu d’années, et la septième que nous annonçons aujourd’hui, démontrent hautement la justice de cet éloge, et nous dispensent d’entrer dans de nouveaux détails sur le plan de l’Ouvrage.31

  • 32  Jacques Domenech le caractérise comme « roman épistolaire antiphilosophique », cf. Jacques Domenec (...)

20On a vu que Gérard se pose en apologéticien32 ; la réception de son ouvrage correspond sans équivoque à cette ambition qu’il s’est explicitement fixé. Dès le premier compte rendu de l’ouvrage dans le Mercure de France, la défense de la religion est posée comme le grand objet du roman :

  • 33  Mercure de France, juillet 1774, p. 77-78. Dans l'Avertissement aux éditions suivantes de son roma (...)

Ce roman épistolaire, dont les incidens et les caractères n’ont été tracés que pour amener des sujets d’instruction, peut être regardé comme un code de religion et de morale, une espèce de manuel propre aux personnes de tout état, de tout âge et principalement aux jeunes gens qui, peu affermis dans les principes de leurs devoirs, veulent se mettre en garde contre les raisonnemens captieux des esprits sceptiques et les fausses maximes des cœurs dépravés.33

Un best-seller scandaleux

  • 34  J.M. Quérard, La France littéraire, ou dictionnaire bibliographique.., Paris, G.P. Maisonneuve etL (...)

21L’ouvrage de Lanjuinais se classe lui aussi parmi les best-sellers de son genre et connaît également au moins une réédition ; si la Bibliothèque Nationale ne possède d’exemplaire que pour l’édition originale de 1774, une autre est signalée par Quérard, en 1777 ou en 178034. Cependant, c’est d’un succès teinté du parfum du scandale qu’il s’agit, comme le note le chroniqueur des Mémoires secrets au 19 décembre 1777 :

  • 35  Le titre complet est Le monarque accompli, ou Prodiges de bonté, de savoir et de sagesse, qui font (...)
  • 36  Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la République des Lettres en France, depuis 1762 jusq (...)

Le monarque accompli, ou Prodiges de bonté, de savoir et de sagesse (...) : Tel est le titre d’un livre qui, proscrit il y a près de deux ans par le Parlement, n’en est devenu que plus recherché. Sa rareté avoit empêché jusqu’ici de l’avoir et d’en parler. On juge à la diffusion du titre35 que l’ouvrage doit l’être en proportion : malgré ce défaut il mérite d’être lu et qu’on en discute l’objet, le plan et les diverses parties.36

  • 37  Paris, P.G. Simon, imprimeur du Parlement, 1776, 8 pages. F 23675(645).

22à l’inverse du roman de Gérard, Le monarque accompli est reçu comme un ouvrage séditieux, justifiant des mesures de condamnation par la police des livres, du moins par l’un des acteurs de cette police. L’ouvrage fait l’objet d’une condamnation par le Parlement de Paris, en mai 1776, sous la forme d’un Arrest de la Cour du Parlement, qui condamne un Ecrit intitulé : Le Monarque accompli, etc. à être lacéré et brûlé au pied du grand Escalier du Palais, par l’Exécuteur de la Haute-Justice37. Sans entrer ici dans le détail des attendus de cette condamnation, qu’il nous suffise pour le moment de reprendre les termes de l’arrêt final, qui ordonne que la brochure soit lacérée et brûlée

  • 38   Arrest…, p. 7.

[...] comme séditieuse, tendant à la révolte et à soulever les esprits contre toute autorité légitime, attentatoire à la souveraineté des Rois, et destructive de toute subordination, en cherchant à anéantir, s’il étoit possible, dans le cœur des Peuples les sentimens d’obéissance, d’amour et de respect qu’ils doivent à leurs Souverains.38

  • 39  Que Robert Darnton mesure à l'aide de plusieurs sources, les commandes à la Société Typographique (...)
  • 40  Robert Darnton, op. cit., p. 195.
  • 41  idem, p. 200.
  • 42  Il écrit par exemple : « Il paroît par l'analyse vague de l'Avocat Général, que l'auteur trouve so (...)
  • 43   idem, p. 106.

23Confirmant la nature de ce succès, la synthèse publiée par Robert Darnton sur la littérature clandestine, fournit une évaluation de la place occupée par l’ouvrage de Lanjuinais au sein des livres philosophiques. Les chiffres qu’il a recueillis dans The Corpus of Clandestine Literature in France 1769-1789 montrent que Le monarque accompli figure parmi les titres de ce corpus. En outre, la mesure de la demande39 le situe à la trentième place, entre le Système social d’Holbach et le Dictionnaire philosophique portatif de Voltaire40. Du coup, Lanjuinais, bien qu’il ne soit l’auteur que d’un seul titre, figure en vingt-et-unième place des auteurs les plus vendus, au sein de ce corpus clandestin41. Comme l’indique l’extrait des Mémoires secrets, c’est bien de l’arrêt du Parlement de 1776 que date la diffusion du Monarque accompli ; d’ailleurs la première mention de l’ouvrage dans les Mémoires secrets eux-mêmes est précisément liée à cette condamnation ; au 7 mai 1776, Pidansat de Mairobert résume le réquisitoire de Séguier contre l’ouvrage ; qu’il ne connaît pas encore42 et souligne que celui-ci va indéniablement s’en trouver lancé : « Tout cela donne un merveilleux véhicule à l’ouvrage qu’on n’osoit ouvrir à cause de sa longueur43 ». La réédition de l’ouvrage est d’ailleurs consécutive à cette condamnation.

  • 44  0n peut arguer que le luxe n'est central ni dans l'un ni dans l'autre des deux ouvrages, et que c' (...)

24D’un côté donc, un livre publié avec privilège, dédié à Marie-Antoinette, qui figure en différentes éditions dans la bibliothèque de celle-ci, et qui vaut à son auteur d’être approuvé par l’Assemblée du clergé de 1775 ; de l’autre, un ouvrage publié à Lausanne, introduit par les circuits clandestins des livres philosophiques et condamné avec virulence par le Parlement de Paris. à partir des conditions de publication, des profils des auteurs et de ce qu’on peut saisir de leur réception, on a donc affaire à deux ouvrages aux antipodes l’un de l’autre, connaissant un succès d’ampleur comparable, mais d’une nature qui les oppose. Et pourtant, leur contenu en matière de luxe reproduit un matériau largement commun. Dans ces conditions, que faire de ce contenu44 ? Comment rendre compte de ce que ces deux ouvrages disent du luxe ?

Le grand écart historiographique

Lanjuinais, modèle de la critique subversive du luxe

25Lanjuinais a été considéré et transmis par la tradition historiographique comme le modèle de la critique du luxe à portée virulente et subversive de l’ordre social et politique :

  • 45  Dans la mesure où, dans La France littéraire, Quérard écrit 1777 ou 1780, il n’indique manifesteme (...)
  • 46  Renato Galliani, op. cit., p. 352-353. On trouverait un compte-rendu très similaire sous la plume (...)

Bien autrement engagée [que l’Epître sur le luxe de Delille] est l’intervention qui a lieu en 1774 dans Le monarque accompli par Lanjuinais. Ce livre, condamné par arrêt du parlement en 1776, fut réimprimé en 1777 et 178045. L’auteur, réfugié en Suisse, tout en faisant l’éloge de Joseph II, fait la leçon aux monarques de l’Europe et surtout à celui de France. Lanjuinais condamne le luxe en termes violents. Le luxe ne fait ni la prospérité de l’Etat ni le bonheur du peuple. Si le luxe produisait du bonheur, ce serait ‘sans doute parce qu’il procurerait du pain aux pauvres, mais s’il n’y avait point de luxe, il n’y aurait point de pauvres’.
Selon Lanjuinais, le luxe inspire le désir de posséder à tel point qu’il ne recule pas devant le crime. Son effet est d’augmenter l’inégalité des richesses et, par conséquent, de faire deux classes d’hommes, dont l’une abonde en superfluités et l’autre manque du nécessaire. Cette dernière sera formée d’une multitude de journaliers, dont la main-d’œuvre, suivant le cours des marchandises, baissera en valeur au point que seule la subsistance physique de l’ouvrier sera possible. La classe riche se concentrera dans les villes, où il est plus facile de trouver des objets de luxe, et les campagnes seront désolées. N’est-il pas vrai que les pays les plus policés, les plus luxueux, ont le plus grand nombre de malheureux ? Et l’auteur de faire l’éloge du sauvage. Celui-ci est heureux. Il n’a pas à craindre la surcharge des impôts, la prison, la vexation du seigneur. Il n’est pas humilié par l’étalage du luxe des riches, il jouit de l’égalité et de la liberté. Le but de la société est de rendre l’homme utile à l’homme, tandis que la société actuelle fait que le riche fainéant dissipe en superfluités la substance de millions d’hommes. L’auteur s’attache à montrer tous les méfaits du commerce de luxe, surtout du commerce colonial, et décrit les cruautés de l’esclavage : ‘Voilà les crimes qui sont encore un effet du luxe, tout mon sang se soulève à ces images, je hais, je fuis l’espèce humaine composée de victimes et de bourreaux, et si elle ne doit pas être meilleure, puisse-t-elle s’anéantir’.46

Que fait-on du Comte de Valmont ?

  • 47  Et, comme on l'a dit plus haut, un résumé de sa lettre rencontrerait en bien des points le résumé (...)
  • 48  Philippe Perrot, Le luxe. Une richesse entre faste et confort. xviiie-xixe siècle, Paris, Seuil, 1 (...)

26Pour la tradition historiographique, Lanjuinais est exemplaire d’une critique du luxe allant dans le sens d’une remise en cause violente de l’ordre établi, d’où la condamnation par le Parlement de Paris en 1776, signalée comme un élément primordial par les comptes rendus du texte. Prenant acte de cette assignation par l’historiographie du sens de la critique de Lanjuinais, que fait-on du Comte de Valmont ? Puisque Gérard reprend un ensemble d’énoncés similaires sur le luxe47, puisque la lettre de son texte rencontre à plusieurs reprises celle du texte de Lanjuinais, faut-il en conclure qu’il dit la même chose et qu’il se situerait donc, au moins dans la lettre XXXI, du côté de cette radicalité d’une critique du luxe à hauts risques pour la monarchie absolue et l’Ancien Régime dans son ensemble ? Le problème, c’est que, comme on vient de le voir, le roman de Gérard, en dehors de ce propos identique sur le luxe, n’a aucun des traits qui en feraient un brûlot politique ; à l’inverse, il offre toutes les garanties de conformité à l’ordre éditorial, social, moral et politique de l’Ancien Régime et devrait bien plutôt être rangé parmi « les défenseurs des valeurs traditionnelles48 » qu’identifie l’historiographie du luxe, parmi les moralistes dont le discours de critique du luxe est censé tourner répétitivement à vide.

27Qu’est-ce qui fait que, dans l’historiographie consacrée au luxe depuis Lichtenberger, Le monarque accompli est considéré comme emblématique de virulence politique – et transmis comme tel au sein du corpus sur le luxe –, tandis que le discours d’un moraliste chrétien comme Gérard serait traditionnel et caractérisé par son innocuité – et laissé de côté par les listes bibliographiques même les plus fournies – quand on peut, dans le cas de nos deux auteurs, constater une si grande proximité du répertoire de références utilisé ? Doit-on conclure qu’au bout du compte ce qui est écrit du luxe n’a rien à voir avec le sens des textes ? Mais que devient alors le rôle de la critique du luxe dans la virulence de Lanjuinais ? Si on continue à admettre que parler du luxe a un sens et peut constituer une césure au sein des discours tenus dans les dernières décennies du dix-huitième siècle, comment détermine-t-on ce sens et comment fait-on fonctionner cette césure ? Face à une critique qui emprunte des chemins largement communs, comment établit-on – et à quelles conditions de validité – que l’un est un dangereux révolutionnaire tandis que l’autre est un défenseur retardataire de la société d’Ancien Régime ?

L’usage de la citation

28La résistance offerte par nos deux textes aux grilles d’analyse classiques sur la question du luxe montre qu’il faut en changer. Loin d’un résumé général du contenu qui ne peut que passer à côté du paradoxe de ce couple improbable formé par Gérard et Lanjuinais, il faut changer l’échelle d’analyse et se livrer à une lecture renouvelée. C’est par une attention minutieuse aux formes d’énonciation et de construction du sens que l’on peut rendre compte de cette différence dans la similitude et de la production de lectures contrastées à partir d’un matériau textuel pourtant identique.

Un usage radicalement opposé de la citation

  • 49  Le seul auteur qu'il cite nommément est Hume, mais cela correspond à un passage repris de De l'esp (...)
  • 50  La formule originale figure dans une note de cette réponse, Dernière réponse de J.-J. Rousseau de (...)

29La différence première et majeure qui oppose l’usage que font Gérard et Lanjuinais de leurs références communes réside en effet dans le statut accordé dans leur texte au répertoire commun de leurs citations. à proprement parler, elles ne sont des citations que dans le cas de Gérard ; pour Lanjuinais, il serait plus exact de parler d’emprunts. Lanjuinais ne reconnaît jamais ses dettes49 alors qu’elles conservent chez Gérard le statut de citations, doublement distinguées de son propre texte par les guillemets et la référence à l’auteur concerné et par le renvoi en notes, de bas de pages ou de fin de lettre. C’est le cas par exemple de la fameuse formule de Rousseau, extraite de la Dernière réponse de Rousseau à Borde à propos du Discours sur les sciences et les arts50. Dans le texte de Gérard, elle figure dans une note de bas de page qui sert à appuyer un développement contre un des arguments classiques des défenseurs du luxe. Gérard entreprend en effet de réfuter l’argument selon lequel le luxe excite l’industrie, anime les arts et fait vivre de nombreux artisans ; il montre le revers de cet aspect apparemment brillant du luxe, en soulignant que c’est aux dépens des mœurs qu’il excite l’industrie, que seuls les arts frivoles sont stimulés par lui, qu’enfin il affame plus de travailleurs qu’il n’en nourrit. Pour étayer ce propos, il renvoie à la fois à une note en bas de page et à des notes en fin de lettre. La note de bas de page cite le passage ultra-célèbre de Rousseau, en le mettant entre guillemets et en spécifiant quel en est l’auteur :

  • 51 Gérard, tome 2, p. 363.

“Le luxe peut être nécessaire pour donner du pain aux pauvres ; mais s’il n’y avait point de luxe, il n’y aurait point de pauvres.” M Rousseau.51

  • 52  idem, p. 383.
  • 53  lbidem.

D’autre part, il renvoie pour ce passage aux notes i à 1 (soit trois renvois en cinq notes qui proposent des citations extraites de l’Ami des hommes et de De l’esprit, dansun Passage où Helvétius cite Hume. Pour ce dernier morceau, il précise à deux reprises l’attribution des lignes utilisées, « dit l’Auteur du livre de l’Esprit52», et plus loin « dit encore lemême Auteur53 ». L’usage que fait Gérard de ces morceaux distingue donc les deux niveaux de son texte, son propos des citations des autres auteurs.

30Les sources de Lanjuinais sont les mêmes que celles de Gérard, mais l’utilisation qu’il en fait est profondément différente. Si la lecture de Lanjuinais n’est pas interrompue de guillemets et de renvois en notes, ellelaisse cependant un goût de familiarité, ponctuée de formules qui sonnent comme autant de références connues ; une lecture attentive révèle que l’ensembleest en fait un vaste montage de morceaux découpés dans divers écrits et que Lanjuinais a construit son texte à la manière d’un vaste patchwork. Un examen minutieux – dont on ne donnera que quelques exemples –permet de démonter laconstruction textuelle et d’analyser les modalités de composition mises en œuvre, avant de cerner ensuite lesenjeux des choix effectués ainsi que les effets de sens quien découlent.

  • 54  Cf. Supra, p. 99.

31Le maximum des emprunts concerne incontestablement Helvétius et De l’esprit ; Lanjuinais recopie des passages entiers du chapitre III du Discours premier, celui qui s’intitule De l’ignorance, dans lequelHelvétius examine ce qu’on a dit pour ou contre le luxe54. Ce chapitre lui fournit la trame principale de son passage ; il en reprend l’essentiel et l’ordre, de la définition de départ aux perspectives comparées sur le sort de la Hollande et celui de la Suisse, en puisant aussi bien dans ce qui était le corps du texte original que dans les notes. On peut estimer que plus des quatre cinquièmes du texte d’Helvétius figurent dans celui de Lanjuinais. Si on a parlé de trame, c’est cependant que le texte d’Helvétius est truffé de morceaux d’autres textes, que Lanjuinais intercale chemin faisant. Ces interpolations renvoient aux trois autres références qu’il utilise, Marmontel, d’Alembert et Rousseau.

  • 55  « De-là tous les crimes publics que l’on commet pour amasser. Et cette tyrannie dont l'univers gém (...)

32Assez loin derrière De l’esprit, figure en effet le Bélisaire de Marmontel. Lanjuinais y puise des pans entiers de texte ; il les réduit en petites unités de sens et les redistribue au milieu du texte d’Helvétius. Les mêmes passages à peine réécrits sont utilisés55, mais on remarque surtout des opérations de redistribution en divers paragraphes d’un morceau qui formait au départ dans Bélisaire un paragraphe solidaire. Soit par exemple un paragraphe qui chez Marmontel était d’un seul tenant comme suit :

  • 56  Bélisaire, p. 183.

Mais le luxe fait plus que d’énerver les corps ; il amollit et corrompt les ames. L’homme riche, qui dans les camps traîne le luxe à sa suite, en donne l’émulation au pauvre, qui pour éviter l’humiliation d’être effacé par son égal, cherche des ressources dans le déshonneur même. L’estime s’attache aux richesses, la considération à la magnificence, le mépris à la pauvreté, le ridicule à la vertu modeste et désintéressée ; c’est alors que tout est perdu. Voilà ce que j’ai vu du luxe.56

33Ce paragraphe est démonté en plusieurs morceaux par Lanjuinais et les morceaux sont replacés à deux endroits différents de son argumentation, d’abord dans un passage qui porte à la fois sur le luxe à l’armée et sur le luxe de la table :

  • 57  Lanjuinais, tome 1, p. 150.

L’HOMME riche qui traîne le luxe à sa suite dans les camps, y cause le même mal que dans les villes, c’est qu’il donne une funeste l’émulation au pauvre qui, pour éviter l’humiliation d’être effacé par son égal, cherche des ressources dans le déshonneur même. Mais si le luxe était attaché au bonheur intrinsèque de ceux qui composent une nation policée (...)57

Puis les deux autres morceaux sont recollés l’un avec l’autre pour figurer une dizaine de pages plus loin :

  • 58  Idem, p. 16l.

Le luxe fait encore plus que d’énerver les corps ; il amollit et corrompt les ames. L’estime s’attache aux richesses, la considération à la magnificence, le mépris à la pauvreté, le ridicule à la vertu modeste et désintéressée ; c’est alors que tout est perdu. Voilà les effets du luxe.58

  • 59  Cf. citations plus haut.

Lanjuinais opère par découpages et interpolations, qui déstructurent les paragraphes originels des auteurs utilisés pour les réorganiser à sa manière. La différence avec Gérard est flagrante pour certains morceaux célèbres qui figurent dans les deux ouvrages. On retrouve ainsi dans Le monarque accompli les mêmes passages de Rousseau et d’Helvétius que Gérard invoquait pour réfuter le rôle économique positif du luxe59. à nouveau, loin de les identifier et de les isoler par des guillemets de citation comme le faisait Gérard, Lanjuinais ne les distingue pas dans son texte. Ainsi pour la citation de Rousseau :

  • 60  Lanjuinais, tome 1, p. 143.

Si le luxe produisait la félicité dont une nation policée jouit au-dedans, sans doute c’est parce qu’il procurerait du pain aux pauvres; mais s’il n’y avait point de luxe, il n’y aurait point de pauvres.60

  • 61  « L'abondance d'argent que le luxe attire dans un Etat en impose d'abord à l'imagination (...) », (...)

34La mise en œuvre est la même pour le recours au long passage d’Helvétius citant Hume ; rien ne marque une quelconque modification du niveau d’énonciation lorsque Lanjuinais reprend terme pour terme le même morceau que Gérard61, et il en va de même pour tous les autres auteurs mobilisés.

35La différence majeure entre Gérard et Lanjuinais, c’est donc que le premier conserve le statut de citation aux morceaux qu’il reprend des différents auteurs tandis que le second tisse véritablement son texte avec les fils de morceaux qu’il dévide à son propre usage. Ce traitement contrasté nous amène à nous interroger sur le sens produit par cet usage si différent des mêmes auteurs de référence. Il faut regarder autrement, pour comprendre en quoi cet usage contrasté des citations peut produire de la différence, au-delà des inspirations communes. Vers quelles productions de sens et quelles appropriations de la part des lecteurs nous oriente-t-il ?

Le parallèle légitimant : l’apologétique modernisée de Gérard

  • 62  Toutes les références de Lanjuinais sont dans Gérard, même si la part reprise des textes en questi (...)
  • 63  « Mais cette sorte de convenance dans l'usage des richesses, n'est point le luxe sur la nature duq (...)
  • 64  Gérard, tome 2, p. 366.
  • 65  L'argument des bienséances est évacué en quelques lignes, le langage de la raison correspond à 16  (...)

36Le traitement contrasté d’un même fond commun par Gérard et Lanjuinais62 est la mise en forme d’une différence dans le type de discours tenu, qui correspond elle-même à une différence dans le propos. La lettre premier vise à un double objectif : défendre la position traditionnelle de critique du luxe de la morale chrétienne, mais en en renouvelant les formes de légitimation. La position de Gérard sur le luxe ne présente pas d’originalité marquante ; il réaffirme une critique du luxe qui confond les états et bouleverse l’ordre social ; il estime que le retranchement de ce luxe excessif est indispensable et qu’il revient au souverain et aux grands d’en donner l’exemple. De ce point de vue, il perpétue une vision classique de hiérarchie des dépenses parallèle à celui des états. Il se place cependant bien sur le même terrain que les apologistes du luxe ; affirmant dès les premières lignes de sa lettre vouloir dépasser l’argument des bienséances liées aux devoirs de chaque état63, il entre de plein pied dans une discussion de fond de la question et notamment dans l’examen des arguments qu’ont avancés en faveur du luxe ceux qui s’en sont fait les apologistes. De ce point de vue, il appartient à cet ensemble d’apologéticiens modernes soucieux de combattre efficacement les philosophes et qui choisissent pour ce faire de prendre langue avec eux ; il précise qu’il emploie « le langage de la raison64 » dans l’essentiel de sa lettre65.

37Le recours de Gérard aux philosophes de son temps renvoie à cet objectif d’apologétique modernisée ; il procède de manière à emprunter l’autorité des discours de ses adversaires, pour montrer qu’eux aussi sont en fait du côté de la critique du luxe. Son examen de la question commence par un état des lieux des positions :

  • 66  Gérard, tome 2, p. 350.

En faire l’éloge, en célébrer les avantages, c’est philosophie, c’est sagesse parmi ses plus illustres partisans et dans ce siecle éclairé: en dégrader la nature avec les sages de l’antiquité, en détailler avec eux les inconvéniens, en réprouver comme le Législateur des Chrétiens les principes et les effets, c’est dans les uns, si l’on en croit les Philosophes de nos jours, le langage de Déclamateurs insensés, de froids Moralistes, qui ont censuré le luxe avec plus de morosité que de lumieres ; c’est dans les autres l’aveuglement du fanatisme et de la superstition.66

  • 67  Idem, p. 366.

38Cette typologie est le point de départ des choix tactiques de l’auteur de Valmont. Gérard s’emploie ensuite à démontrer que l’attribution univoque de la critique du luxe aux moralistes est fausse et qu’au contraire les philosophes se situent eux aussi largement du côté de la critique du luxe. Il procède en choisissant de ponctuer son propre texte de références et de citations qui montrent la conjonction de ses opinions avec celles d’auteurs estampillés du sceau de la philosophie. Dans cette optique, il lui est logiquement essentiel de bien identifier les citations comme telles et d’en préciser la provenance. Le rejet de la critique du luxe du côté des moralistes ne peut pas tenir devant la série de citations que Gérard emprunte aux grands noms de la philosophie, notamment à certains de ceux dont les positions ont suscité quelques-uns des grands scandales du siècle. Voyez, souligne ainsi Gérard, à quel point Montesquieu, Rousseau, d’Alembert, Hume, Helvétius et Marmontel sont du même avis que moi sur ce sujet. L’usage des citations correspond à sa stratégie d’ensemble, focalisée non pas tant sur le fond que sur la reconquête d’une légitimité à parler du luxe. Dans la mesure où son but est de récupérer l’autorité des auteurs qu’il mobilise, non seulement il doit montrer la similitude de leur propos avec le sien, mais il lui faut précisément le faire sous la forme d’un parallèle qui laisse bien distincts les deux types de discours. C’est en tenant durablement ce parallèle sur plus d’une vingtaine de pages de texte, et sur une douzaine de pages de notes correspondantes en fin de lettre, qu’il opère cette ressaisie. Du coup, il peut terminer sa lettre en revenant au discours moral, réinvesti de l’autorité qu’il peut désormais tirer de sa similitude avec les positions de ceux-là mêmes qui la lui déniaient au début de la lettre : « Jusqu’ici, ma chere Emilie, je ne t’ai parlé que le langage de la raison, mais seroit-ce à toi que je négligerois de parler celui de l’Evangile et du sentiment ?67 ». Langage de l’Evangile et du sentiment et langage de la raison sont donc d’accord, de même que Gérard et les philosophes qu’il a mobilisés dans son double appareil de notes.

  • 68  Les premières lignes de la lettre signalent en effet que c'est Emilie qui veut être éclairée sur c (...)

39Gérard cherche à montrer que des philosophes ont condamné le luxe, même si chemin faisant son propre discours conserve une teneur modérée. L’enjeu majeur, ce n’est pas tant le fond de son propos, que la manière de le refonder comme légitime. Sa position sur le luxe est d’ailleurs appuyée sur un rapport d’autorité, celle du beau-père à sa jeune belle-fille qui s’est tournée vers lui pour être éclairée sur ce point68. Les morceaux qu’il cite sont choisis à dessein parmi les philosophes nécessairement identifiés comme tels, mais les formules de Rousseau ou de d’Alembert ne servent pas à radicaliser son propos ou à lui insuffler une véhémence supplémentaire. Elles sont autant de points d’appui à la reconquête d’une parole légitime sur la question du luxe ; le double dispositif de notes mis en place par Gérard sert ainsi à redoubler son discours, à lui associer un discours parallèle qui lui fournit un appareil de preuves, dont il se sert pour étayer et légitimer sa propre critique.

La véhémence unificatrice de Lanjuinais

40L’usage que fait Lanjuinais des mêmes morceaux est totalement différent, dans la mesure où il ne s’agit pas pour lui de se servir de leur autorité, mais au contraire de les couler dans une unité de sens et de ton qui serve ses propres visées dénonciatrices. Lanjuinais élabore un vaste discours unificateur, qui emporte les morceaux empruntés dans le courant d’une véhémence indignée, fréquemment reformulée sur le mode de l’interrogation purement oratoire et articulée par des liens logiques surajoutés.

  • 69  Lanjuinais, tome 1, p. 160.
  • 70  Idem, p. 149.
  • 71  Un passage page 189 et un passage page 182.
  • 72  Idem, p. 161; dans le texte de départ, la phrase d'Helvétius commence directement par « Quels remp (...)
  • 73  Idem, p. 168 ; le passage de départ de Bélisaire est simplement « Attaquer le luxe, dit 'Empereur, (...)
  • 74  Idem, p. 161.
  • 75  Le passage sur la dépopulation est emprunté à Helvétius, celui sur la mollesse est composé de deux (...)

41La continuité du propos de Lanjuinais est assurée par des phrases de transition et des conjonctions de coordination qui lui permettent de relier les différents morceaux les uns aux autres sans qu’apparaisse la solution de continuité. C’est notamment nécessaire lorsqu’il intercale au fil des reprises de De l’esprit des morceaux de Bélisaire ou des citations de d’Alembert et Rousseau. Lanjuinais utilise d’abord des formules qui lui permettent de procéder par accumulation. « Il est encore à remarquer que69 » lui permet ainsi de relier deux morceaux de De l’esprit qui sont disjoints dans le texte d’origine. Effet d’accumulation, mais aussi mouvement argumentatif : d’autres phrases de transition soulignent que la question du luxe est bien envisagée sous ses aspects néfastes dans tous les domaines : « Si le luxe des villes rend les campagnes désertes, il n’en est pas moins funeste dans les armées70 » est ainsi la manière pour Lanjuinais de relier deux passages de Bélisaire qui figurent en sens inverse et à plusieurs pages de distance dans le texte de Marmontel71. Se multiplient également les « mais », qui viennent relancer l’argumentation ; ainsi, pour réintroduire un morceau d’Helvétius après une interpolation de deux courts passages de Marmontel, Lanjuinais reprend le fil de son propos par un « mais » qui semble répondre à une question implicite : « MAIS quels remparts pourrait opposer à ses ennemis un pays livré au luxe et à la mollesse ?72 » ; de même pour relier un long passage de d’Alembert et un morceau de Bélisaire :« MAIS attaquer le luxe. Comment attaquer une hidre73 ». Autre moyen d’unifier des passages hétérogènes empruntés à Helvétius et à Marmontel, ce « Voila les effets du luxe74 » qui vient clore un paragraphe sur les effets du luxe en termes de dépopulation et de mollesse des corps75.

42D’autres procédés tirent la construction du texte vers des conclusions tranchées qui sont propres à Lanjuinais. Le passage est ainsi ponctué par des conjonctions qui imposent un sens logique à des morceaux disparates. Des formules de transition parfois plus développées jouent le même rôle et servent à tirer des conclusions qui ne figurent pas dans les textes de départ. C’est par exemple le cas de cette conclusion formulée à partir de passages d’Helvétius, mais qui n’est jamais tirée, ni sous cette forme, ni sous une autre, dans De l’esprit :

  • 76  Lanjuinais, tome 1, p. 160.

[O]n ne peut donc établir aucune proportion entre l’énorme consommation d’hommes qu’occasionne nécessairement un grand commerce, et les richesses qui en peuvent résulter : comment le luxe pourrait-il donc rendre une nation respectable au dehors ?76

  • 77  De l’esprit, Paris, Durand, 1758, cité dans l'édition du Corpus des œuvres  de philosophie en lang (...)
  • 78  Dont l'interrogation évoque donc aussi un passage antérieur de son propre texte.

Lanjuinais prolonge sa conclusion personnelle par une interrogation qui reprend également des termes employés par Helvétius, mais dans une version totalement différente : « Pour se convaincre de cette vérité, diront encore les mêmes philosophes, cherchons ce qui doit rendre une nation réellement respectable à ses voisins77 ». Ce passage est d’ailleurs repris sous une forme plus proche par Lanjuinais78, mais ici encore avec l’imposition d’un sens logique qui rompt radicalement avec les termes d’Helvétius :

  • 79  Lanjuinais, tome 1, p. 157.

POURse convaincre de plus en plusque le peuple chez qui le luxe s’introduit n’en devient pas plus respectable au dehors, c’est que pour rendre une nation réellement respectable à ses voisins : c’est sans contredit, le nombre, la vigueur de ses citoyens (...). Or quant au nombre de citoyens, on sait (...).79

  • 80  Idem, p. 142.

Les passages en gras sont ceux que Lanjuinais rajoute, qui, en s’ajoutant à la suppression pure et simple de la référence aux philosophes, rompent avec le statut hypothétique du texte d’Helvétius et organisent un argumentaire bien plus tranché qu’il ne l’est au départ. D’une manière générale, le type de liens que Lanjuinais construit entre les différents morceaux qu’il utilise vise à proposer un discours très affirmatif ; c’est particulièrement notable dans cette phrase de transition entre la définition du luxe reprise à De l’esprit et un passage des Eléments de philosophie sur les nécessaires relatif et absolu : « D’après cette définition, voici la décision de l’oracle80 » écrit ainsi Lanjuinais.

43Premier type d’intervention sur les morceaux empruntés, premier moyen aussi d’imposer du sens à sa construction textuelle, Lanjuinais multiplie donc les articulations logiques par le biais de conjonctions et de courtes phrases de transition, et s’emploie à tirer des conclusions à partir d’un matériau qu’il réorganise selon les effets qu’il veut produire dans son propre texte. à vrai dire, si le procédé est aisément démontable, la composition du texte de Lanjuinais n’en est pas moins bien faite ; les interpolations et les phrases de transition se fondent aisément dans le fil du propos de départ emprunté à Helvétius. Il coule ainsi les citations dans le flux de son propre discours, en les présentant comme autant de moments d’une même réflexion abordant tous les aspects de la question du luxe.

  • 81  Idem, p. 162.
  • 82   De l'esprit, p. 38.
  • 83  Idem, p. 38-39.
  • 84  Lanjuinais, tome 1, p. 162.

44Autre procédé d’écriture utilisé par Lanjuinais dans son adaptation des morceaux empruntés aux philosophes, la mise sous forme interrogative d’énoncés qui figurent dans les textes de départ sous la forme affirmative. C’est notamment le cas pour des morceaux empruntés à De l’esprit : « Comment un pareil peuple pourrait-il se distinguer long-tems par son courage ?81 », demande ainsi Lanjuinais, alors qu’Helvétius affirmait « Un pareil peuple ne peut donc se distinguer long-tems par son courage82 ». Même procédé quelques lignes plus loin quand « Or le luxe tarit à la longue ces deux sources de courage83 » devient « mais le luxe ne tarit-il pas à la longue ces deux sources de courage ?84 ». Sans multiplier les exemples, on voit que Lanjuinais a manifestement une prédilection pour cette manière de faire. Pourquoi ce choix ? On peut supposer que cela introduit une variation dans le simple recopiage à l’identique, mais là n’est pas l’enjeu essentiel du procédé. Cette transposition en mode interrogatif est une manière de dramatiser le propos ; elle permet d’intégrer les éléments du discours dans un mouvement oratoire déterminé, derrière lequel se fait sentir la force de la position d’un énonciateur sûr de son fait. Mettre à la forme interrogative, c’est ainsi parler d’un lieu assez assuré pour permettre une interpellation du lecteur, puisqu’il s’agit évidemment d’une fausse interrogation dont les conséquences logiques sont certaines. Le lecteur est pris à parti, impliqué dans le propos développé, mais surtout invité à tirer les conclusions qui s’imposent.

45On touche ici précisément à ce qui fait la force de Lanjuinais et qui le différencie fortement de Gérard : Lanjuinais fond les critiques du luxe empruntées aux uns et aux autres dans un vaste discours de dénonciation, caractérisé par une véhémence accusatrice qui joue le rôle de vernis unificateur.

46Première transformation, celle de la présentation des arguments des apologistes du luxe. C’est du chapitre III du Discours I de De l’esprit que Lanjuinais tire son résumé des arguments des apologistes du luxe ; cependant, il les reprend en les intégrant dans une attribution qui prend la forme d’une dénonciation. Il ponctue ainsi sa version de « dites-vous » qui sonnent comme autant de titres d’accusation et donnent au résumé des arguments des apologistes du luxe la forme d’un véritable réquisitoire. La présentation conjointe des deux versions du texte dans leur ensemble permet de mesurer leur très grande proximité, mais aussi de voir l’esprit dans lequel se fait la réécriture par Lanjuinais :

La version d’Helvétius est la suivante :

  • 85   De l'esprit, p. 30-31.

Le siécle du luxe leur [A ceux qui ont regardé le luxe comme utile] paroît l’époque de la grandeur et de la puissance d’un Etat. L’abondance d’argent, qu’il suppose et qu’il attire, rend, disent-ils, la Nation heureuse au dedans, et redoutable au dehors. C’est par l’Argent qu’on soudoie un grand nombre de troupes, qu’on bâtit des magasins, qu’on fournit des arsenaux, qu’on contracte, qu’on entretient alliance avec de grands Princes, et qu’une Nation enfin peut non seulement résister, mais encore commander à des Peuples plus nombreux et par conséquent plus réellement puissans qu’elle. Si le luxe rend un Etat redoutable au dehors, quelle félicité ne lui procure-t-il pas au dedans ? Il adoucit les mœurs ; il crée de nouveaux plaisirs, fournit par ce moyen à la subsistance d’une infinité d’Ouvriers. Il excite une cupidité salutaire qui arrache l’homme à cette inertie, à cet ennui qu’on doit regarder comme une des maladies les plus communes et les plus cruelles de l’humanité. Il répand partout une chaleur vivifiante, fait circuler la vie dans tous les Membres d’un Etat, y réveille l’industrie, fait ouvrir des ports, y conduit des Vaisseaux, les guide à travers l’Océan, et rend enfin communes à tous les hommes les productions et les richesses que la nature avare enferme dans les gouffres des mers, dans les abimes de la terre, ou qu’elle tient éparses dans mille Climats divers. Voilà, je pense, à peu près le point de vuë sous lequel se présente à ceux qui le considerent comme utile aux Etats.85

La version de Lanjuinais se présente ainsi :

  • 86  Lanjuinais, tome 1, p. 140-141.

En vain direz-vous que le siècle du luxe est l’époque de la grandeur et de la puissance d’un Etat : que l’abondance d’argent qu’il suppose et qu’il attire, rend la nation heureuse au-dedans, et redoutable au-dehors. C’est par l’argent, dites-vous, qu’on soudoie un grand nombre de troupes, qu’on bâtit des magasins, qu’on fournit des arsenaux, qu’on contracte, qu’on entretient alliance avec de grands Princes, et qu’une Nation enfin peut non-seulement résister, mais encore commander à des Peuples plus nombreux et par conséquent plus réellement puissans qu’elle, envain ajoûterez-vous, subtils raisonneurs, que le luxe ne rend pas seulementun Etat redoutable au-dehors ; mais même qu’elle lui procure la félicité au-dedans, que le luxe adoucit les mœurs, qu’il crée de nouveaux plaisirs, et fournit par ce moyen à la subsistance d’une infinité d’ouvriers : qu’il excite une cupidité salutaire qui arrache l’homme à cette inertie, à cet ennui qu’on doit regarder comme une des maladies les plus communes et les plus cruelles de l’humanité ; envain vous efforcerez-vous de persuader que le luxe répand partout une chaleur vivifiante, qu’il fait circuler la vie dans tous les membres d’un Etat, qu’il y réveille l’industrie, qu’il fait ouvrir des ports, qu’il y conduit des vaisseaux, les guide à travers l’Océan, et rend enfin communes à tous les hommes les productions et les richesses que la nature avare enferme dans les gouffres des mers, dans les abymes de la terre, ou qu’elle tient éparses dans mille climats divers. Tel est le language des Apologistes du luxe.86

47Ce qui est présenté par Helvétius comme le premier moment d’un examen de la question du luxe, auquel va succéder le pendant des critiques, est ainsi complètement intégré par Lanjuinais comme un propos assuré ; cela lui permet de le faire figurer comme un élément à charge qui peut être le fondement des reproches et même des accusations qu’il entend formuler.

48à ce langage des apologistes, Lanjuinais oppose en effet non pas un langage identifié comme celui des philosophes, mais celui de Joseph II, à qui il fait assumer l’ensemble des énoncés contre le luxe. C’est ce procédé qui sert de transition entre la présentation des arguments des apologistes du luxe repris de De l’esprit et les développements contre le luxe, qui mélangent Helvétius, Marmontel, Rousseau et d’Alembert :

  • 87  Cette phrase est reprise du Bélisaire.
  • 88  Lanjuinais, tome 1, p. 141.

Tel est le langage des Apologistes du luxe ; c’est ici que l’apparence séduit87. Le plus sage des Monarques, dont je célébre ici les louanges, va nous l’apprendre.88

La radicalisation du propos de Lanjuinais : le miroir du prince détourné

49Un des éléments majeurs de la réécriture de Lanjuinais à partir des morceaux de textes qui lui servent de matière première est l’attribution systématique à Joseph II des énoncés empruntés. On a vu que l’utilisation non explicitée de textes antérieurs permet la modification du statut même qu’ils occupent dans l’ouvrage de Lanjuinais ; il lui est ainsi possible de les attribuer au monarque autrichien, présenté dans le titre de l’ouvrage comme le monarque modèle. Les reprises des textes se retrouvent ponctuées de formules qui déroulent cette réappropriation. Pour introduire un long passage repris des Eléments de philosophie de d’Alembert, on trouve par exemple la suivante :

  • 89  Idem, p. 139.

Il est une autre question qui tient à celles du nécessaire absolu et relatif ; homme petit et vain, apprenez en la solution si importante au genre humain, de la bouche du plus instruit et du plus humain des Monarques de la terre !89

  • 90  D’Alembert, p. 214.
  • 91  Lanjuinais, tome 1, p. 138.
  • 92  Contrat social, livre III, chap. IV. De la démocratie.

50De même, c’est à Joseph II que sont attribuées les considérations de d’Alembert concernant le nécessaire absolu et le nécessaire relatif : « A l’égard du nécessaire relatif, la règle la plus sûre pour en juger est l’opinion publique90 » devient « Quant au nécessaire relatif, vous trouvez que la règle la plus sure pour en juger, est l’opinion publique91 ». Lanjuinais opère donc un déplacement constant, qui fait prononcer et assumer par le monarque les développements anti-luxe qu’il a découpés dans différents écrits de philosophes de son siècle. Un des exemples les plus frappants des effets de cette systématique réattribution est le passage extrait du Contrat social92 qui passe ainsi de la plume de Rousseau à la bouche de Joseph II :

  • 93  Lanjuinais, tome 1, p. 166.

C’est d’après des raisons aussi fortes et aussi tranchantes, que vous concluez, GRAND PRINCE, que le luxe corrompt tout, et le riche qui en jouit, et le misérable qui le convoite, qu’il doit par conséquent être banni de tout Etat bien organisé.93

51Cette réattribution des énoncés sur le luxe est un des éléments essentiels de la réécriture de Lanjuinais ; elle contribue à opérer une radicalisation des propos empruntés, par le déplacement des domaines de leur application, radicalisation qui trouve sa traduction formelle dans la véhémence oratoire que Lanjuinais surimpose aux textes de départ.

La condamnation du Parlement de Paris

  • 94  Arrest de la Cour du Parlement, qui condamne un Ecrit intitulé: Le Monarque accompli, etc. à être (...)
  • 95  Et on a vu l'insistance de Lichtenberger comme de Renato Galliani sur cette condamnation comme pre (...)

52Revenons maintenant à la condamnation de l’ouvrage de Lanjuinais par le Parlement de Paris. Le contenu du réquisitoire prononcé par l’avocat général Antoine-Louis Séguier94, le 3 mai 1776, soit deux ans après sa première publication, est la trace essentielle de la réception de l’ouvrage comme politiquement dangereux95. Il ne s’agit pas ici de se laisser aller au contresens tentant selon lequel l’ouvrage aurait été condamné pour ses positions sur le luxe ; le texte du réquisitoire montre que ce n’est pas directement pour ce qu’il dit du luxe que Le monarque accompli est condamné. Cependant, les raisons de sa condamnation renvoient à la manière qu’a eue Lanjuinais de composer son texte et au premier chef au détournement du modèle du miroir des princes. On a vu en effet que le travail de réécriture des textes utilisés par Lanjuinais a essentiellement consisté à les fondre dans un vaste énoncé qui est devenu celui de Joseph II. Or, cette réattribution a entraîné de facto un déplacement des domaines d’application des morceaux empruntés par Lanjuinais à d’autres auteurs et on va voir que c’est au fond ce déplacement contre lequel s’élève Séguier.

53Le biais majeur produit par le travail de réécriture de Lanjuinais qu’on a analysé, c’est l’application d’un argumentaire, de raisonnements et d’énoncés qui sont au départ les moments d’une réflexion sur la nature de la connaissance, comme chez Helvétius, ou sur la nature de la morale, comme chez d’Alembert, à un contexte politique. Il opère ainsi un déplacement de l’application des morceaux qu’il emprunte d’un domaine de réflexion à un autre.

De la philosophie à la politique

54Ainsi en va-t-il des considérations de d’Alembert sur le nécessaire absolu et le nécessaire relatif, qui lui fournissent de longs morceaux et une de ses formules les plus frappantes. Les morceaux que reprend Lanjuinais sont situés dans un long développement des éléments de philosophie qui examinent successivement quatre divisions de la morale : la morale de l’homme, la morale des législateurs, la morale des états et la morale du citoyen. Les considérations sur les différentes sortes de nécessaires se situent dans le premier moment, celui qui examine les devoirs que les hommes se doivent comme membres de la société générale ; c’est la morale de l’homme. Au sein de cette morale, D’Alembert opère une distinction entre deux sortes de lois, d’une part les lois naturelles écrites, celles dont l’observation est indispensablement nécessaire au maintien de la société, dont l’infraction, considérée comme un crime, entraîne des peines et dont l’observation s’appelle probité, d’autre part les lois naturelles non écrites, dont l’observation rend seule la société douce et florissante, mais dont l’infraction n’est pas punie et dont le respect constitue la vertu. Pourquoi le respect de ce second type de lois n’est-il pas imposé par la société ?

  • 96  D'Alembert, p. 212.

[S]i la loi qui nous oblige de soulager nos semblables est une des premières dans l’état de nature, elle est subordonnée, dans l’état de société, à la loi qui veut que chacun jouisse tranquillement et en liberté de ce qu’il possède.96

C’est ce qui explique que ne soit pas prévue de punition de la société contre l’avare ou l’homme qui se montre dur envers les malheureux. C’est au sein de cet argumentaire et de cet ensemble complexe de distinctions que vient prendre place la fameuse formule sur le luxe comme un crime contre l’humanité ; d’Alembert souligne lui-même qu’il s’agit d’un tarif sévère, propre à effrayer toute âme honnête, mais que c’est comme mesure de la vertu qu’il est présenté ; il ne s’agit donc pas d’un élément d’une politique pragmatique à mettre en œuvre. Or, la manière dont s’en sert Lanjuinais évacue complètement la situation de la phrase au sein de ce contexte de réflexion et lui donne de ce fait une portée bien plus considérable que dans le texte d’origine.

  • 97  Lanjuinais, tome 1, p. 167.

LE germe de toutes ces loix [les lois morales sur le luxe] se trouve renfermé dans ce grand principe, principe sévère, mais vrai, que le luxe est un crime contre l’humanité, toutes les fois qu’un seul membre de la société souffre, et qu’on ne l’ignore pas : et quel est l’Etat, le Royaume, la République, la ville, le bourg, le village où cela n’arrive pas.
Vous jugez de-là, GRAND PRINCE, combien il y a peu d’occasions et de gouvernemens où le luxe soit permis (...)97

  • 98  élément renforcé par la longue énumération de l'état au village.
  • 99  L'original de d'Alembert est « Qu'on juge de là combien il y a peu (...) », p. 215.

55Généralisation, décontextualisation du propos pour lui donner valeur de vérité générale, valable en tout temps et en tout lieu98, attribution de cette conclusion au monarque99, autant de modifications et de déplacements qui constituent la formule des éléments de philosophie en motif de condamnation politique. On passe d’appréciations sur la mesure de la vertu, par d’Alembert, à une application dans le domaine de la politique réelle, incarnée précisément dans le temps contemporain de l’auteur et du lecteur, par l’attribution à Joseph II.

Le luxe sans nuances

  • 100  Marmontel, p. 182-183; Lanjuinais, tome 1, p. 149-150.

56La rupture de Lanjuinais avec le texte de Bélisaire, si elle est un peu différente, est du même ordre. Par le durcissement du ton, par la généralisation de la portée des formules empruntées et par la suppression de la structure du dialogue, Lanjuinais fabrique des paragraphes qui servent un propos beaucoup plus tranché que ne l’était l’ensemble de départ lequel il s’est servi. Ainsi le passage que Lanjuinais reprend sur le luxe dans les armées100 est-il introduit très différemment dans les deux textes. Alors que Marmontel en fait le cas le mieux avéré parce que le héros le connaît par lui-même :

  • 101  Bélisaire, p. 182-183.

On dit que le luxe est bon les villes. J’ai peine à le croire; mais je suis bien sûr qu’il est funeste dans les armées (…). Voilà ce que j’ai vu du luxe, [...]101

Lanjuinais l’ajoute dans une suite de conclusions sur les aspects additionnés de la question et gomme l’aspect ponctuel de l’observation :

  • 102  Lanjuinais, tome 1, pp. 149 et 161 ; Lanjuinais, comme on l'a dit plus haut, replace les éléments (...)

Si le luxe des villes rend les campagnes désertes, il n’est pas moins funeste dans les armées (…) Voilà les effets du luxe.102

Surtout, la structure du dialogue est abandonnée. Cette suppression de la discussion supprime les arguments en faveur du luxe formulés par Tibère, mais aussi les nuances apportées par Justinien, qui figurent à plusieurs reprises comme un contrepoids aux positions de Bélisaire, dialogue à trois qui confère aux développements sur le luxe dans le Bélisaire un aspect modéré et une dimension ouverte. Certes, Bélisaire mène progressivement Tibère là où il le souhaite, mais ce but est lui-même fort nuancé et chemin faisant des arguments favorables au luxe sont pris en considération. La conclusion du dialogue entre le héros et l’empereur se termine en effet sur des formules de Bélisaire qui reconnaissent l’utilité relative du luxe pour permettre aux richesses de s’écouler, sur l’obligation de respecter la propriété et la liberté comme des droits inviolables et sur la nécessité de laisser l’exemple du prince et l’opinion opérer la modification des mœurs. Par la suppression des paragraphes en faveur du luxe ainsi que de tous ceux qui présentent ces conclusions modérées, le propos d’ensemble de Bélisaire se retrouve donc fortement gauchi par les choix et les reformulations adoptés par Lanjuinais.

57Au total, que ce soit avec Helvétius, dont la démonstration est complètement perdue de vue, avec d’Alembert, dont l’estimation de la vertu devient le critère d’une bonne politique, ou avec Marmontel, dont la position modérée est oubliée en route, Lanjuinais a opéré une réécriture qui présente une position radicalisée sur le luxe ; cela s’accompagne logiquement d’un investissement du passage par une virulence démultipliée.

La violence rhétorique

  • 103  Puisque, rappelons-le, le chapitre d'Helvétius vise à montrer que l'ignorance des différents aspec (...)

58La radicalisation de la portée des analyses sur le luxe reproduites par Lanjuinais se traduit formellement par la multiplication des formules véhémentes et des imprécations qui confèrent au texte de Lanjuinais une violence surajoutée par rapport aux textes qu’il réutilise. Certes, ce qu’écrit Helvétius dans De l’esprit offre souvent des formules frappantes, qui ne manquent pas d’une certaine violence. Cependant, une partie d’entre elles appartient à la portion du corps du texte qui, à proprement parler, n’est pas assumée par l’auteur, puisqu’elle est attribuée à un camp, et doit, de ce fait même, d’autant plus exprimer un point de vue sans nuances sur la question103. D’autre part, dans les notes, où Helvétius reprend manifestement la parole, les expressions les plus fortes visent non pas tant le luxe que le commerce des esclaves, objet d’une longue note très virulente. Le texte de Lanjuinais est nettement plus violent ; il rompt avec les textes d’origine par l’accumulation rapprochée de leurs formules les plus frappantes, par leur généralisation et leur rapprochement systématique avec le luxe, et par l’attribution de ces formules à un monarque. D’autre part, Lanjuinais – c’est là une de ses rares contributions personnelles à ce passage de son ouvrage – ajoute quelques formules de son cru, sous la forme privilégiée d’imprécations qui apparaissent comme la conclusion logique du tableau dressé contre le luxe. L’exemple le plus expressif – déjà cité – succède au long passage d’Helvétius sur le commerce des esclaves et en tire les conclusions suivantes :

  • 104  Lanjuinais, tome 1, p. 160.

VOILÀ les crimes qui sont encore un effet du luxe, tout mon sang se soulève à ces images, je haïs, je fuis l’espèce humaine composée de victimes et de bourreaux, et si elle ne doit pas être meilleure, puisse-t-elle s’anéantir! Détournons nos regards d’un spectacle si funeste et qui fait tant de honte et d’horreurs à l’humanité.104

  • 105  De l'esprit, p. 37.

Alors que la dernière phrase est d’Helvétius et ponctue, dans De l’esprit, une note consacrée au commerce des esclaves105, Lanjuinais la fait précéder par des formules d’une grande violence, qui sont exprimées à la première personne et se terminent par un tableau menaçant des suites envisageables si le monde ne devient pas meilleur.

59Lanjuinais emporte ainsi les morceaux empruntés dans un mouvement général de dénonciation ; il attribue la condamnation du luxe au monarque lui-même ; il en fait une vérité absolue, et non plus seulement un moment dans un argumentaire philosophique dont l’objet est plus vaste ; il l’ancre dans le domaine de la politique immédiate ; il l’entoure d’une véhémence menaçante.

Le réquisitoire de Séguier

60La lecture du réquisitoire prononcé par Antoine-Louis Séguier montre que ces déplacements et ces modifications sont largement responsables de la condamnation de l’ouvrage. Deux points sont soulignés par l’avocat général : d’une part le dévoiement du genre du miroir des princes ; d’autre part, les imprécations qui ponctuent le texte.

61C’est d’abord le choix du genre traditionnel du miroir des princes et son utilisation à des fins subversives que condamne Séguier. La première moitié de son réquisitoire concerne le genre choisi par Lanjuinais, pour en signaler l’utilisation frauduleuse, à des fins inverses de celles qu’il affiche. Séguier entame son discours par la considération du titre de l’ouvrage, qui semble annoncer au public le portrait flatteur d’un monarque exemplaire, mais qui est en fait un masque emprunté pour présenter un livre au contenu éminemment pernicieux :

  • 106  Arrest de la Cour ..., p. 1-2.

Le titre d’un Ouvrage en impose souvent à la multitude; et, sous les auspices d’un nom respectable, un Auteur téméraire se permet quelquefois les écarts les plus dangereux. Tel est le caractere de l’Ecrit que notre ministere nous oblige de dénoncer en ce moment à la Justice.106

62La menace représentée par ce type d’ouvrage, c’est qu’il prédispose le public à une lecture sans méfiance ; l’inversion du modèle de l’éloge profite indûment du crédit naturellement porté à ce type d’écrit, stratégie dont Séguier pointe l’usage répété, mais néanmoins redoutable :

  • 107  idem, p. 4.

L’éloge le plus vrai, l’éloge le mieux mérité n’est souvent qu’un voile trompeur, adroitement jetté sur les propositions les plus séditieuses; et cette ruse a été pratiquée de tout temps par ces Ecrivains audacieux qui cherchent à semer le trouble et la division dans les Gouvernemens. Ils ne montrent jamais plus de vénération et d’obéissance pour les Souverains que lorsqu’ils attaquent leur autorité : semblables à certains incrédules, qui n’affectent jamais plus de respect pour le Divinité que lorsqu’ils veulent sapper les fondemens de la Religion.107

63Lanjuinais est loin en effet d’être le premier à faire usage de cette perversion d’un genre établi et à l’utiliser pour saper les bases de l’ordre politique et religieux, mais on a vu plus haut qu’une bonne partie de son travail de réécriture des morceaux sur le luxe vise précisément à les insérer au sein d’un discours assumé par le prince, dont l’éloge sert dès lors à faire passer pour indéniablement légitime le rejet, y compris sous sa forme la plus violente, du luxe. En écho à cette confusion entre éloge du monarque et propositions pernicieuses qui l’accompagnent, le réquisitoire de Séguier prend soin à l’inverse de dissocier la condamnation de l’ouvrage d’une invalidation des qualités de Joseph II : les vertus du monarque sont soulignées avec force dans le réquisitoire, qui y consacre plus d’une page sur les six qu’il compte au total. Par contre, Séguier ne manque pas de blâmer Joseph II dans le cas où celui-ci aurait eu connaissance de l’ouvrage qui se sert de son nom pour faire passer des opinions si condamnables. Séguier récupère donc à son tour la parole princière pour lui attribuer directement la condamnation de l’ouvrage incriminé :

  • 108  C'est le texte original qui souligne.
  • 109  Arrest de la cour, p. 5-6.

L’auguste Prince, dont cet Ouvrage fait en quelque sorte l’apothéose, désavouera lui-même cet Ecrit de fureur, de révolte et de sédition : il seroit encore plus courroucé, si nous lui faisions voir qu’on place dans sa propre bouche108 ces projets sanguinaires, qu’on le fait parler, et que c’est ce Monarque accompli qui autorise le meurtre, qui invoque la guerre civile et qui conseille la rébellion.109

  • 110  idem, p. 4.

64Ces lignes visent à une réappropriation du discours par le monarque, qui contrecarre le dévoiement par Lanjuinais du genre de l’éloge du prince. Le soin que prend Séguier à démonter les mécanismes par lesquels Lanjuinais attribue ses positions à Joseph II montre ainsi que l’avocat général a identifié là l’un des dangers majeurs du Monarque accompli. Il faut dire que les propos prêtés par Lanjuinais à Joseph II ne visent à rien moins qu’à un renversement de tous les principes d’autorité et de subordination ; Séguier développe ce point dans un second temps de son réquisitoire, en pointant le procédé utilisé par Lanjuinais, qui est de proposer un tableau effrayant de la misère des peuples qui contraste si fortement avec les vertus du monarque qu’il mène le lecteur à une indignation à laquelle « il est difficile de ne pas être sensible110 », indignation qui le prédispose à recevoir les conclusions qui en sont tirées par Lanjuinais. Or, ces conclusions renversent l’autorité légitime des souverains et c’est cela que Séguier dénonce fortement :

  • 111  ibidem.

[O]ubliant que le Monarque ne peut exister sans Sujets, il se hâte de briser tous les liens qui peuvent retenir les peuples dans l’obéissance; il rompt toute espece de subordination, il les appelle à la révolte ; il leur met les armes à la main pour égorger les monstres qui dévorent sa substance.111

  • 112  Ibidem ; ce passage figure au tome 3 du Monarque accompli, p. 150, à la suite d'un développement s (...)

65Séguier présente alors quelques-unes des formules frappantes qu’emploie Lanjuinais à propos de la misère des peuples et des besoins respectifs des riches et des pauvres, autant de formules chocs qui contiennent un véritable appel à la guerre civile, au retour à l’état de nature et à l’extermination des tyrans. Ainsi de ce passage cité par le réquisitoire dans lequel Lanjuinais dénonce « ces monstres qui dévorent sa substance [celle du pauvre]112 ».

66Second motif donc de la condamnation du Monarque accompli, ce recours de Lanjuinais à des formules véhémentes qui appellent à la dissolution du lien social en l’absence de modification du rapport entre les riches et les pauvres. Or, c’est aussi le deuxième élément de la réécriture par Lanjuinais d’une matière première essentiellement empruntée, puisqu’on a vu plus haut qu’il ponctue ses emprunts de formules virulentes qui surajoutent une violence inédite à son propre texte.

67Le réquisitoire de Séguier identifie de manière précise et sûre les deux motifs principaux qui rendent le texte de Lanjuinais dangereux pour l’ordre établi. Et ce n’est pas dans le contenu que réside cette dangerosité, mais dans les dispositifs d’énonciation et dans le style choisi. Or, c’est bien de ce point de vue que diffèrent profondément l’ouvrage de Lanjuinais et celui de Gérard : ces traces de réception d’un lecteur avisé du temps nous montrent la voie pour lire autrement la multitude d’ouvrages sur le luxe de la seconde moitié du dix-huitième siècle qui ont longtemps semblé aux historiens n’offrir que répétition sans intérêt et monotonie sans saveur.

Conclusion : comment lire les ouvrages sur le luxe du dix-huitième siècle ?

68Le monarque accompli et Le comte de Valmont présentent ce paradoxe de partir d’un répertoire commun, reprenant des morceaux identiques sur le luxe, et d’être pourtant situés aux antipodes l’un de l’autre du point de vue de leur situation dans l’espace de publication de la fin du dix-huitième siècle ainsi que dans l’historiographie des débats sur le luxe. Ce cas est à la fois unique et exemplaire. Unique, car peu de textes sont aussi proches l’un de l’autre dans leur utilisation des mêmes matériaux textuels sur le luxe, mais aussi parce qu’on ne dispose qu’exceptionnellement de traces de réception aussi riches. Exemplaire cependant, car il oblige à repenser l’ensemble des grilles d’interrogation et d’interprétation proposées par l’historiographie sur le luxe au dix-huitième siècle.

69La confrontation entre Lanjuinais et Gérard nous invite à ne plus chercher à classer les textes en fonction d’une ligne de césure supposée simple entre les pour et les contre en s’appuyant sur leur contenu résumé sous forme d’idées désincarnées. Une telle démarche tend à constituer le luxe en thématique, qu’on pourrait ensuite assigner à une position politique et idéologique, comme l’ont fait Lichtenberger ou Renato Galliani. Le cas de Lanjuinais et Gérard prouve au contraire que la césure pour ou contre est beaucoup trop largement taillée et qu’un contenu similaire peut produire des effets très contrastés. Il est donc indispensable de porter attention aux conditions précises d’énonciation et de publication qui seules donnent sens au répertoire commun sur le luxe que manipulent l’ensemble des auteurs – et notamment les petits polygraphes –- qui s’emparent de la question du luxe dans la seconde moitié du dix-huitième siècle. Le cas de Lanjuinais et Gérard montre précisément que la disqualification opérée par l’historiographie concernant ces textes répétitifs est injustifiée, puisqu’on peut aussi faire du neuf avec du vieux, et en tout cas faire dire des choses différentes à un répertoire pourtant largement rebattu et composé de références aux grands auteurs de la première moitié du siècle, notamment Montesquieu, Helvétius ou Rousseau. Ce tri opéré par  l’historiographie, entre l’invention de nouveaux arguments pour quelques textes en faveur du luxe et le ressassement sans intérêt pour l’immense majorité des autres qui continuent à le critiquer, ne tient pas face au renouvellement des formes sous lesquelles le luxe est publié dans la seconde moitié du dix-huitième siècle. Une floraison d’Essais, de Réflexions ou encore de Lettres donne en effet le luxe à lire au sein de nouveaux genres, auxquels correspondent de nouvelles missions que s’assignent les auteurs et de nouvelles manières d’écrire, formes et styles, qui changent les sens produits.

70à ce corpus réhabilité, le cas de Lanjuinais et Gérard montre qu’il faut poser de nouvelles questions : qui parle ? Quelle autorité soutient le discours tenu ? Comment des auteurs utilisent-ils cette question du luxe pour poser leur compétence et leur légitimité à définir les normes sociales et politiques ? D’autant que ce nouveau regard sur la question du luxe au dix-huitième siècle permet d’échapper à une assignation trop souvent circulaire entre contenus et positions. La dichotomie trop simple mise en avant entre les apologistes novateurs et les critiques monotones du luxe est venue en effet valider d’autres dichotomies attendues, politiques et idéologiques : le luxe a été construit par les historiens comme ce sujet emblématique autour duquel s’opposent les Philosophes et les Anti-Lumières, les partisans du progrès et les nostalgiques de la tradition. Ce tableau clair et cohérent s’est construit sur des manières de lire les textes qu’il faut pourtant repenser. Le paysage des discours sur le luxe est en effet bien plus complexe et instable que ne l’a proposé l’historiographie, désireuse d’y voir clair sans doute, mais au prix de simplifications et de gauchissements, qui constitue une forme d’instrumentalisation de la question du luxe au dix-huitième siècle. Or, c’est précisément à cette instrumentalisation qu’il faut échapper, dans la mesure où elle n’est qu’un redoublement de celle des auteurs du temps qu’il faut au contraire démonter pour la comprendre. Le cas de Lanjuinais et Gérard montre une réalité plus éclatée et nuancée que celle d’une identification des Lumières à un corps d’énoncés stables et partagés. Il invite, à la suite des travaux de Roger Chartier, à ne pas figer les débats et à peser la part de construction rétrospective et de mythologie qui a procédé à l’invention des Lumières par l’historiographie.

Top of page

Notes

1  Cette enquête doit beaucoup aux travaux du Grihl (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire),  cf. notamment Christian Jouhaud et Alain Viala (éds.), De la publication, Paris, Fayard, 2002.

2  Le monarque accompli, Lausanne, J .P. Heubach, 1774.

3  Lanjuinais figure dans les listes bibliographiques d’André Morize, L’apologie du luxe au xviiie siècle et le Mondain de Voltaire, Paris, H. Didier, 1909, dans Ellen Ross, The Debate on Luxury in Eighteenth-Century France. A Study in the Language of the Opposition to Change, thèse soutenue à l’Université de Chicago, 1975, copie UMI, dans le supplément bibliographique pour 1760 à 1778 de Renato Galliani, Rousseau, le luxe et l’idéologie nobiliaire, étude socio-historique, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 161, 1976, Oxford, Voltaire Foundation, dans André Lichtenberger, Le socialisme au xviiie siècle. études sur les idées socialistes dans les écrivains français du xviiie siècle avant la Révolution, Paris, Félix Alcan, 1895, dans le catalogue économie et population. Les doctrines françaises avant 1800, bibliographie générale commentée, Paris Ined, 1956 et dans Joseph Spengler, Les doctrines françaises avant 1800, tome 1, Paris, PUF, 1954.

4  André Morize, op. cit., p. 186. Comme souvent les renvois de pagination précise de Morize, recopiés en fait dans Lichtenberger, ne sont qu'apparemment précis et ne correspondent que partiellement à la réalité de la présence du luxe dans l'ouvrage de Lanjuinais.

5  Le comte de Valmont ou les égarements de la raison. Lettres recueillies et publiées par M ...., Paris, Moutard, 1774.

6  Le roman figure dans la bibliographie de Robert Mauzi, L'idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au xviiie s., Paris, A. Colin, 1960, mais pas dans la rubrique « Bonheur social. Luxe. Doctrines économiques. Utopies. Voyages » ; c'est le tardif (1801) sixième et dernier tome du roman, intitulé La théorie du bonheur ou l'art de se rendre heureux mis à la portée de tous les hommes qui intéresse Mauzi.

7  Frantext est une base de données née du projet, mené par l'Institut National de la Langue Française, du dictionnaire du Trésor de la langue française ;y ont été entrés les textes de près de 3500 œuvres de langue française ; elle peut être interrogée sur les occurrences d'un mot ou de plusieurs groupes de mots dans le corps même des textes entrés dans la base, une fois défini un corpus de travail. La fiction, notamment romanesque, est le genre majoritairement représenté au sein du corpus de cette base de données.

8  « le luxe est un crime contre l'humanité, toutes les fois qu'un seul membre de la société souffre et qu'on ne l'ignore pas », Le monarque accompli, tome 1, p. 167 ; « Le luxe, dit M. d'Alembert, est un crime contre l'humanité, toutes les fois qu'un seul membre de la société souffre, et qu'on ne l'ignore pas », Le comte de Valmont, tome 2, p. 370.

9  « La félicité et la puissance apparente que le luxe communique, durant quelques instans aux nations est comparable à ces fiévres violentes qui prêtent dans le transport, une force incroyable et qui semblent ne multiplier les forces d'un homme, que pour le priver, au déclin de l'accès, et de ces mêmes forces, et de la vie », Le monarque accompli, tome 1, p. 141 ; « (m) Signe apparent de la vie et de la santé, il porte en lui, etc. L'Auteur de l'Esprit a mieux dit encore “La félicité et la puissance apparente que le luxe communique, durant quelques temps aux nations est comparable à ces fievres violentes qui prêtent dans le transport une force incroyable au malade qu'elles dévorent, et qui semblent ne multiplier les forces d'un homme, que pour le priver, au déclin de l'accès, et de ces mêmes forces, et de la vie” », Le comte de Valmont, tome 2, p. 384-385.

10  « Une armée sobre a des aîles ; le luxe énerve et appésantit l'armée où il est répandu : la frugalité ménage les ressources du dedans et du dehors ; la prodigalité les épuise et n'en laisse aucune au besoin : elle entraîne la dévastation, la famine, l'épouvante et la fuite honteuse. Tout est pénible pour des hommes que la mollesse a nourris ; le courage leur reste, mais les forces leur manquent ; l'ennemi qui sait les fatiguer, n'a pas besoin de les vaincre, et les lenteurs de la guerre lui tiennent lieu de combats », Le monarque accompli, tome 1, p. 149-15 ; « (g) Que des hommes énervés, etc. » Une armée sobre a des aîle ; le luxe énerve et appésantit l'armée où il est répandu : la frugalité ménage les ressources du dedans et du dehors ; la prodigalité les épuise et n'en laisse aucune au besoin : elle entraîne la dévastation, la famine, l'épouvante et la fuite honteuse. Tout est pénible pour des hommes que la mollesse a nourris : le courage leur reste, mais les forces leur manquent : l'ennemi qui sait les fatiguer, n'a pas besoin de les vaincre, et les lenteurs de la guerre lui tiennent lieu de combats « M. Marmontel », Le comte de Valmont, tome 2, p. 380-38l.

11  « Si le luxe produisoit la félicité dont une nation policée jouit au-dedans, sans doute c'est parce qu'il procurerait du pain aux pauvres ; mais s'il n'y avoit point de luxe, il n'y aurait point de pauvres », Le monarque accompli, tome 1, p. 143 ; « “Le luxe peut être nécessaire pour donner du pain aux pauvres; mais s'il n'y avoit point de luxe, il n'y auroit point de pauvres” M. Rousseau », Le comte de Valmont, tome 2, p. 363.

12  « L'ABONDANCE d'argent que le luxe attire dans un Etat en impose d'abord à l'imagination ; cet Etat est pour quelques instans un Etat puissant; mais cet avantage, supposé qu'il put exister quelqu'avantage indépendant du bonheur des citoyens, n'est, comme le remarque M. Hume, qu'un avantage passager : assez semblables aux mers qui successivement abandonnent et couvrent mille plages différentes, les richesses doivent successivement parcourir mille climats divers. Quand par la beauté de ses manufactures et la perfection des arts de luxe, une nation a attiré chez elle l'argent des peuples voisins ; il est évident que le prix des denrées et de la main-d'œuvre doit nécessairement baisser chez ces peuples appauvris, et que ces peuples en enlevant quelques manufacturiers, quelques ouvriers à cette nation riche, peuvent l'appauvrir à son tour en l'approvisionnant à meilleur compte, des marchandises dont cette nation les fournissait. (...) QUANT aux richesses que les manufactures et la perfection des arts du luxe attirent dans un Etat, lorsque j'ai dit que ces richesses n'étaient que passagères et n'augmentaient pas la félicité des particuliers, je n'ai pas prétendu qu'il en est de même des richesses qu'attire le commerce des marchandises qu'on appelle de première nécessité. Ce commerce suppose une excellente culture des terres, une subdivision de ces mêmes terres, en une infinité de petits domaines, et par conséquent un partage bien moins inégal des richesses », Le monarque accompli, tome 1, p. 153 sq. ; « (1) S'il épuise tôt ou tard les especes qu'il fait circuler, etc. Le commerce du luxe, dit l'Auteur du livre de l’Esprit, donne aux nations opulentes la facilité de contracter des dettes dont elles ne peuvent ensuite s'acquitter sans surcharger les peuples d'impôts onéreux... L'abondance d'argent que le luxe attire, dit encore le même Auteur, en impose d'abord à l'imagination. Cet Etat est pour quelques instans un Etat puissant; mais cet avantage (supposé qu'il puisse exister quelque avantage indépendant du bonheur des citoyens) n'est, comme le remarque M. Hume, qu'un avantage passager. Lorsque par la beauté de ses manufactures une nation a attiré chez elle l'argent des peuples voisins, il est évident que le prix des denrées et de la main-d'œuvre doit baisser chez ces peuples appauvris. Les peuples, en enlevant quelques Manufacturiers à la nation riche, l'appauvriront à son tour en l'approvisionnant à meilleur marché. Or, sitôt que la disette d'argent se fait sentir dans un Etat accoutumé au luxe, la nation tombe dans le mépris. Ce qu'on vient de dire du commerce des marchandises de luxe, ne doit pas s'appliquer au commerce des marchandises de premiere nécessité. Ce commerce suppose une excellente culture des terres, une subdivision de ces mêmes terres, en une infinité de petits domaines, et par conséquent un partage bien moins inégal de richesses », Le comte de Valmont, tome 2, p. 383-384.

13  Un tel résumé est partiellement fourni par Renato Galliani, à partir du Monarque accompli, cf. citation plus loin où figure notamment la formule de Rousseau que l'on retrouve dans la lettre de Gérard.

14  Tome 3, p. 531-532 ; l'approbation est datée du 26 mai 1773 et nous indique que le titre originel du manuscrit était Le comte de Valmont, roman moral.

15  Un volume d'une réédition de 1774, Res Y2 3126 et trois volumes d'une édition de 1775, Res Y2 3123 à 3125.

16  Une édition complète en cinq volumes d'une réédition de 1777, Res Y2 3127 à 3131.

17  Gérard, p. vij.

18  William R. Everdell, Christian Apologetics in France, 1730-1790 : The Roots of Romantic Religion, Lewiston, New-York, 1987, p. 62.

19   Sur l'adoption de la fiction épistolaire au service de l'apologétique, cf. Jacques Domenech, « La Nouvelle Héloïse parangon des romans épistolaires antiphilosophiques », in «études Jean-Jacques Rousseau, à l'Ecart, 1991, p. 127 à 144.

20  Œuvres complètes de l'abbé Gérard, réunies pour la première fois en collection et classées selon l'ordre logique, publiées par M. l'abbé Migne, Paris, J.-P. Migne, 1857-1859, 4 tomes ; le tome 1 débute par les Mémoires de ma vie.

21  Dans l'édition de 1784, Le comte de Valmont, ou les égaremens de la raison, septieme édition, revue et corrigée, Paris, Moutard, 1784, avec approbation et privilège du roi (Y2 38621), l'éditeur joint un index alphabétique, qui résume la substance du propos de Gérard ; pour l'entrée luxe, l'index renvoie à deux passages du tome 1 et à trois passages du tome 2, dont surtout toute la lettre XXXVI avec les notes.

22  Le comte de Valmont, tome 3, p. 519-520.

23  Cf. Procès-verbal de l'Assemblée générale du clergé de l'année 1775, Paris, Guillaume Deprez, 1777. Fol Ld5 578. Séance du 9 décembre 1775, p. 873-874.

24  Cf. ce qu'en dit Gérard dans ses Mémoires, Œuvres complètes, 1857-1859, tome 1, p. 27.

25  Cf., entre autres, Daniel Roche, « La censure » et « La police du livre », in Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1984, p. 76 à 91, Barbara de Negroni, Lectures interdites. Le travail des censeurs au xviiie siècle 1723-1774, Paris, Albin Michel, 1995, ainsi que la présentation de Roger Chartier à l'édition des Mémoires sur la librairie et Mémoire sur la liberté de la presse de Malesherbes, Paris, Imprimerie Nationale, 1994.

26  C'est à toute l'œuvre darntonienne qu'il faudrait ici renvoyer ; signalons seulement un ouvrage de synthèse de ses travaux, The Corpus of Clandestine Literature in France 1769-1789, New-York, 1995.

27  à ne pas confondre avec Jean-Denis, qui est son neveu. Cf. Prosper-Jean Levot, Biographie bretonne, Vannes, 1852-1857, Genève, Slatkine Reprints, 1971, tome 2, p. 143-144. Joseph Lanjuinais est né vers 1730 dans les environs de Rennes, fils d'un juge de juridiction seigneuriale. Après avoir terminé ses études dans sa ville natale, il entre dans la congrégation de Saint-Maur, où il occupe pendant quelques temps une chaire de théologie. Il fait montre d'une grande instruction et de beaucoup d'esprit, mais il possède une imagination ardente et un caractère opiniâtre qui le conduisent au conflit avec ses supérieurs. Ne voulant pas céder, il abandonne son couvent, son ordre et son pays, se retire à Lausanne en Suisse où il embrasse la religion réformée et devient principal du collège de Moudon. C'est là qu'il meurt en 1808.

28  Levot note que c'est pour ne pas renoncer à sa communauté de sentiments avec d'Alembert et Diderot qu'il est contraint à abandonner son ordre pour se réfugier en Suisse. La Biographie de Michaud renchérit : « en général, il professe les doctrines philosophiques (...) ; il demande à grands cris la tolérance religieuse, l'abolition de la traite des nègres, la suppression graduelle des couvents, etc. », Biographie universelle ancienne et moderne, tome XXIII, p. 203.

29  Amsterdam, M. Klootman, 1775.

30  Rééditions notamment en 1774, 1775, 1776, 1777, 1778, 1784, 1792; sur le succès du roman épistolaire de Gérard, cf. Didier Masseau, Les ennemis des philosophes. L'Antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 308 et Albert Monod qui évoque vingt éditions du roman, ce qui en fait selon lui « l'apologie la plus lue depuis Abadie », De Pascal à Chateaubriand. Les défenseurs français du christianisme de 1670 à 1802, Paris, 1916, Genève, Slatkine Reprints, 1970, p. 477.

31  Mercure de France, 30 avril 1785, p. 220-22l.

32  Jacques Domenech le caractérise comme « roman épistolaire antiphilosophique », cf. Jacques Domenech, « La Théorie du bonheur de l'abbé Gérard, un catéchisme ‘rousseauiste’ antiphilosophique et antirévolutionnaire », in Tanguy L'Aminot (éd.), Politique et révolution chez Jean-Jacques Rousseau, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 324, Oxford, Voltaire Foundation, p. 91 à 106, p. 92.

33  Mercure de France, juillet 1774, p. 77-78. Dans l'Avertissement aux éditions suivantes de son roman, Gérard reprend d'ailleurs à son compte cette caractérisation de son ouvrage, en se félicitant que les journalistes y aient vu un code de principes et un manuel propre à tous les états. Il récuse par contre l'appellation de roman, même sous la forme de roman moral, dans la mesure où le récit qu'il présente ne doit pas être regardé comme une fiction et comme appartenant à l'ordre de l'imagination ; il s'agit pour lui d'événements ordinaires et les moins romanesques qui soient. On peut rappeler en outre que l'itinéraire du jeune Valmont reproduit en partie les égarements de la propre jeunesse de Gérard, selon ce qu'il en dit dans ses Mémoires.

34  J.M. Quérard, La France littéraire, ou dictionnaire bibliographique.., Paris, G.P. Maisonneuve etLarose, tome IV p. 534.

35  Le titre complet est Le monarque accompli, ou Prodiges de bonté, de savoir et de sagesse, qui font l'Eloge de S. M. Impériale Joseph II, et qui rendent cet auguste Monarque si précieux à l'humanité, discutés au Tribunal de la raison et de l'équité par M. Lanjuinais, Principal du College de Moudon.

36  Mémoires secrets pour servir à l'histoire de la République des Lettres en France, depuis 1762 jusqu'à nos jours, Londres, John Adamson, 1780, tome 10, p. 314.

37  Paris, P.G. Simon, imprimeur du Parlement, 1776, 8 pages. F 23675(645).

38   Arrest…, p. 7.

39  Que Robert Darnton mesure à l'aide de plusieurs sources, les commandes à la Société Typographique de Neuchâtel, les catalogues de livres interdits d'autres éditeurs, les inventaires des saisies policières chez les libraires et les registres des livres confisqués par les douanes parisiennes; à signaler que les titres ne sont pas tous concernés par les quatre sources; les statistiques pour le Monarque accompli sont élaborées à partir de trois d'entre elles, A, C et D.

40  Robert Darnton, op. cit., p. 195.

41  idem, p. 200.

42  Il écrit par exemple : « Il paroît par l'analyse vague de l'Avocat Général, que l'auteur trouve son héros existant dans la personne de l'Empereur actuel », Mémoires secrets, tome 9, p. 105-106.

43   idem, p. 106.

44  0n peut arguer que le luxe n'est central ni dans l'un ni dans l'autre des deux ouvrages, et que c'est le reste des textes qui aurait décidé de leur affectation du côté de la sédition ou de la tradition. Lors même que cela serait le cas, il faudrait changer la manière de rendre compte de ce que ces textes disent du luxe ; il ne serait notamment plus possible de brandir la violence des arguments anti-luxe de Lanjuinais pour faire de son ouvrage un brûlot politique.

45  Dans la mesure où, dans La France littéraire, Quérard écrit 1777 ou 1780, il n’indique manifestement qu’une seule réédition, avec une hésitation sur l’année, et non pas deux rééditions comme l’a lu Renato Galliani.

46  Renato Galliani, op. cit., p. 352-353. On trouverait un compte-rendu très similaire sous la plume de Lichtenberger, op. cit., pp. 393-394.

47  Et, comme on l'a dit plus haut, un résumé de sa lettre rencontrerait en bien des points le résumé fourni par Renato Galliani pour Lanjuinais.

48  Philippe Perrot, Le luxe. Une richesse entre faste et confort. xviiie-xixe siècle, Paris, Seuil, 1995, p. 68.

49  Le seul auteur qu'il cite nommément est Hume, mais cela correspond à un passage repris de De l'esprit dans lequel Helvétius lui-même cite Hume ...

50  La formule originale figure dans une note de cette réponse, Dernière réponse de J.-J. Rousseau de Genève, in Jean-Jacques Rousseau, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, collection de la Pléiade, tome 3, Du contrat social. écrits politiques, 1964, p. 79.  

51 Gérard, tome 2, p. 363.

52  idem, p. 383.

53  lbidem.

54  Cf. Supra, p. 99.

55  « De-là tous les crimes publics que l’on commet pour amasser. Et cette tyrannie dont l'univers gémit, c’est le luxe qui en est le pere » devient : « De-là tous les crimes publics que l'on commet pour amasser. Tels sont les produits du luxe qu'on doit regarder par conséquent comme le pere de cette tyrannie dont l'univers gémit ».  

56  Bélisaire, p. 183.

57  Lanjuinais, tome 1, p. 150.

58  Idem, p. 16l.

59  Cf. citations plus haut.

60  Lanjuinais, tome 1, p. 143.

61  « L'abondance d'argent que le luxe attire dans un Etat en impose d'abord à l'imagination (...) », idem, p. 153.

62  Toutes les références de Lanjuinais sont dans Gérard, même si la part reprise des textes en question est bien plus considérable dans Le monarque accompli ; par contre, certaines références de Gérard ne sont pas utilisées par Lanjuinais, notamment le marquis de Mirabeau, mais aussi Linguet, Marivaux ou l'évangile.

63  « Mais cette sorte de convenance dans l'usage des richesses, n'est point le luxe sur la nature duquel tu desires si vivement d'être éclairée », Gérard, p. 349.

64  Gérard, tome 2, p. 366.

65  L'argument des bienséances est évacué en quelques lignes, le langage de la raison correspond à 16 pages sur 27 que compte la lettre dans son ensemble ; le langage de l'évangile et du sentiment concerne les 7 dernières pages.

66  Gérard, tome 2, p. 350.

67  Idem, p. 366.

68  Les premières lignes de la lettre signalent en effet que c'est Emilie qui veut être éclairée sur ce point par le marquis: « Tu veux, ma chere Emilie, que je regle ton goût, tes sentimens, ta conduite, sur l'usage des grands biens que tu possèdes », p. 348 ; et plus loin, « le luxe sur la  nature duquel tu desires si vivement d'être éclairée», p. 349.

69  Lanjuinais, tome 1, p. 160.

70  Idem, p. 149.

71  Un passage page 189 et un passage page 182.

72  Idem, p. 161; dans le texte de départ, la phrase d'Helvétius commence directement par « Quels remparts ... ».

73  Idem, p. 168 ; le passage de départ de Bélisaire est simplement « Attaquer le luxe, dit 'Empereur, c'est attaquer une hidre », p. 181.

74  Idem, p. 161.

75  Le passage sur la dépopulation est emprunté à Helvétius, celui sur la mollesse est composé de deux morceaux de Bélisaire.

76  Lanjuinais, tome 1, p. 160.

77  De l’esprit, Paris, Durand, 1758, cité dans l'édition du Corpus des œuvres  de philosophie en langue française, Paris, Fayard, 1988, p. 36.

78  Dont l'interrogation évoque donc aussi un passage antérieur de son propre texte.

79  Lanjuinais, tome 1, p. 157.

80  Idem, p. 142.

81  Idem, p. 162.

82   De l'esprit, p. 38.

83  Idem, p. 38-39.

84  Lanjuinais, tome 1, p. 162.

85   De l'esprit, p. 30-31.

86  Lanjuinais, tome 1, p. 140-141.

87  Cette phrase est reprise du Bélisaire.

88  Lanjuinais, tome 1, p. 141.

89  Idem, p. 139.

90  D’Alembert, p. 214.

91  Lanjuinais, tome 1, p. 138.

92  Contrat social, livre III, chap. IV. De la démocratie.

93  Lanjuinais, tome 1, p. 166.

94  Arrest de la Cour du Parlement, qui condamne un Ecrit intitulé: Le Monarque accompli, etc. à être lacéré et brûlé au pied du grand Escalier du Palais, par l'Exécuteur de la Haute-Justice, Paris, P.G. Simon, imprimeur du Parlement, 1776, 8 pages. F 23675(645).

95  Et on a vu l'insistance de Lichtenberger comme de Renato Galliani sur cette condamnation comme preuve de la virulence politique du Monarque accompli.

96  D'Alembert, p. 212.

97  Lanjuinais, tome 1, p. 167.

98  élément renforcé par la longue énumération de l'état au village.

99  L'original de d'Alembert est « Qu'on juge de là combien il y a peu (...) », p. 215.

100  Marmontel, p. 182-183; Lanjuinais, tome 1, p. 149-150.

101  Bélisaire, p. 182-183.

102  Lanjuinais, tome 1, pp. 149 et 161 ; Lanjuinais, comme on l'a dit plus haut, replace les éléments de ce paragraphe à deux endroits assez distants l'un de l'autre.

103  Puisque, rappelons-le, le chapitre d'Helvétius vise à montrer que l'ignorance des différents aspects d'une question, donc l'absence d'une prise en compte de l'objet dans son ensemble, induit une vision fausse des choses et explique en partie notre ignorance.

104  Lanjuinais, tome 1, p. 160.

105  De l'esprit, p. 37.

106  Arrest de la Cour ..., p. 1-2.

107  idem, p. 4.

108  C'est le texte original qui souligne.

109  Arrest de la cour, p. 5-6.

110  idem, p. 4.

111  ibidem.

112  Ibidem ; ce passage figure au tome 3 du Monarque accompli, p. 150, à la suite d'un développement sur les impôts.

Top of page

References

Electronic reference

Audrey Provost, « Le luxe publié au dix-huitième siècle : questions de formes », L’Atelier du Centre de recherches historiques [Online], 08 | 2011, Online since 25 April 2011, connection on 21 November 2017. URL : http://acrh.revues.org/3829 ; DOI : 10.4000/acrh.3829

Top of page

About the author

Audrey Provost

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm). Agrégée d’histoire. Docteur en histoire. Thèse soutenue en 2002 sur « Les usages du luxe : formes et enjeux des publications sur le luxe en France dans la seconde moitié du dix-huitième siècle (vers 1760-1789) », Paris IV.
Professeur d’histoire et géographie au lycée Georges Brassens, Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne)
provost.audrey [arobas] gmail.com
http://www.ehess.fr/centres/grihl/CV_Fiches/CV_ProvostAudrey.htm

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org