Navigation – Plan du site

La Fortification de Troyes en Champagne. Un grand chantier urbain Fin XVe–première moitié du XVIe siècle

Brice Collet

Texte intégral

Composition du Jury

Monsieur Patrick Boucheron, maître de conférence à l’Université de Paris I,
Madame Odette Chapelot, maître de conférence à l’ÉHESS,
Monsieur Jean Chapelot, directeur de recherche au CNRS (directeur de la thèse),
Monsieur Nicolas Faucherre, professeur à l’Université de Nantes,
Monsieur Etienne Hamon, professeur à l’Université de Picardie–Jules Verne,
Monsieur Pierre Monnet, directeur d’études à l’ÉHESS.

Thèse soutenue le 16 décembre 2010

Résumé

1Il ne reste actuellement plus rien ou presque de l’enceinte urbaine de Troyes héritée de la période des comtes de Champagne. Dès la fin du Moyen Age, au cours des règnes de Louis XII et de François Ier, de nombreux chantiers de modernisation ont affecté l’ensemble du périmètre fortifié. Ils sont connus grâce à l’important fonds d’archives anciennes de la ville que nous avons entrepris d’étudier dans sa globalité. Constitué pour l’essentiel de séries comptables continues à partir des années 1480, il est particulièrement riche et exceptionnel par son contenu. Son exploitation minutieuse, complétée par l’étude d’autres fonds locaux et étrangers, a permis de rassembler une somme considérable d’informations sur les chantiers de fortification et à leur fonctionnement en particulier, à une période clé de l’évolution de la défense urbaine où se dessine une véritable mutation de l’architecture militaire.
L’approche d’un sujet aussi vaste s’est d’abord faite tout naturellement, dans un premier temps, par l’étude de l’approvisionnement et de la fourniture en matériaux de construction : elle montre combien les aspects de l’extraction de la pierre, la production de la chaux, la fourniture des bois sous toutes ses formes, la fabrication des tuiles et des éléments métalliques de toutes sortes sont pris en compte par les édiles de la ville de Troyes pour faire fonctionner le chantier de construction et l’on voit bien les différentes démarches opérées pour garantir la meilleure organisation de l’approvisionnement et éviter ainsi les retards dans l’édification des ouvrages défensifs. De multiples ateliers ruraux sont alors mis à contribution pour assurer une production assez considérable de chaux et de tuiles notamment. Bien que quelques forges rurales assurent une production de fer, la grande majorité des métaux arrive sur les chantiers par le biais du réseau marchand. En période de crise, les mises en défense cristallisent particulièrement toutes les attentions et tous les moyens disponibles sont donnés pour rassembler et acheminer dans des temps très courts tous les matériaux nécessaires à la construction des ouvrages défensifs. Les chantiers de fortification ne sont donc pas sans effet sur l’activité économique de la région de Troyes et si la route est bien le moyen le plus répandu pour acheminer la plupart des matériaux, il est remarquable de constater les efforts déployés par la ville pour imposer le développement du transport par voie d’eau.
Dans un second temps, l’étude de la mise en œuvre des matériaux de construction sur les chantiers de construction révèle là aussi une grande maîtrise organisationnelle, tant au niveau des infrastructures matérielles mises à la disposition du maître maçon et des ouvriers (échafaudages, engins divers, cordages, outils particuliers...) que dans la façon dont se déroulent les journées de travail (horaires, attribution des salaires, conditions de travail, effectifs, mobilité des ouvriers...). Les artisans ne sont pas absents des chantiers de fortification et des informations précieuses permettent de mieux définir les structures de l’entreprise de l’époque. Une part spéciale est consacrée au processus d’élaboration des projets, à la conception des plans et à la prise de décision sans oublier, et c’est important, l’existence de liens constants et constructifs entre le maître maçon de la ville et les spécialistes tels que les fondeurs et les canonniers.
En matière de fortification et de défense de la partie orientale du royaume, il ne faut pas mésestimer le poids du roi et de son lieutenant en Champagne dans les affaires de la guerre. La ville de Troyes, tenue et gérée par une bourgeoisie marchande toute puissante subit la pression du pouvoir. Une part importante de la population se trouve directement impliquée dans le processus des mises en défense, notamment par le recours aux corvées. Les documents comptables de la ville de Troyes apportent donc des éclairages nouveaux sur l’impact qu’ont eu les chantiers de fortification sur les aspects sociaux économiques de la région et sont aussi les témoins de l’importante activité de construction à la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance, période particulièrement féconde où l’évolution de la typologie des ouvrages défensifs, qui peut être résumée par la formule « de la tour au bastion », a largement contribué à la modernisation des enceintes urbaines.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Collet, « La Fortification de Troyes en Champagne. Un grand chantier urbain Fin XVe–première moitié du XVIe siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2010, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://acrh.revues.org/3896

Haut de page

Auteur

Brice Collet

brice.collat [arobase] ch-troyes [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org