Navigation – Plan du site

Hagiographie, toponymie et prénomination

Les saints des propres diocésains de Chartres et de Mende
Nadine Cretin

Notes de l’auteur

Thèse présentée sous la direction de Philippe Boutry.

Texte intégral

1Composition du jury

- Madame Monique Bourin, professeur émérite à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, rapporteur,
- Madame Françoise Lautman, directrice de recherches honoraire au CNRS, rapporteur,
- Monsieur. Philippe Boutry, directeur d’études à l’ÉHESS et professeur à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne,
- Monsieur Jean-Claude Schmitt, directeur d’études à l’ÉHESS.

2Thèse soutenue le 30 janvier 2010

Resumé

3Cette thèse, qui s’articule autour des calendriers locaux appelés « Propres diocésains » de Chartres et de Mende, a pour but de chercher à mesurer l’implantation des saints locaux, tant dans la toponymie que dans la prénomination de ces deux diocèses éloignés, volontairement choisis l’un en pays de langue d’oïl et l’autre de langue d’oc. Les deux diocèses, qui correspondent à un département entier - l’Eure-et-Loir et la Lozère -, ce qui n’est pas le cas partout en France, sont essentiellement ruraux ; celui de la Lozère a une démographie stable, plus que l’Eure-et-Loir qui subit l’attraction de la région parisienne. Ni l’un ni l’autre ne sont frontaliers : le voisinage d’un pays comme l’Espagne par exemple (que ce soit en Catalogne ou en Pays basque) exerce une attraction et a une influence sur le choix des prénoms. Le relief des deux diocèses est extrêmement différent :l’un est plat en Beauce et un peu plus vallonné dans le Perche, permettant une circulation aisée, tandis que celui de Mende est beaucoup plus accidenté et de climat rude. Toutefois, les préoccupations des habitants restent identiques. La présence de Protestants dans les Cévennes est en outre un facteur intéressant.
Mis à part ceux que la toponymie « dévoile », la connaissance des saints locaux semble réservée à l’Église, car les Propres diocésains sont des livres liturgiques post-tridentins très peu répandus parmi les laïcs. Ces Propres sont essentiels pour comprendre l’hagiographie locale : les saints qu’ils recensent ont souvent laissé leur empreinte à la région. Leur étude approfondie nous montre toutefois que les trois volets – hagiographie locale, toponymie et prénomination – ne sont pas aussi étroitement liés entre eux que nous aurions pu le penser dans un pays où la culture chrétienne est profondément enracinée.
La problématique de notre recherche nous conduit à suivre une méthode claire pour aborder l’origine vaste et mal connue des hagiotoponymes et des prénoms. Notre approche, illustrée de trente-six graphiques et de vingt-et-une cartes, est autant que possible quantitative. Après avoir présenté en deux chapitres liminaires la constitution des Propres des deux diocèses retenus, ainsi que l’histoire religieuse locale, la thèse se décompose en trois parties clairement indiquées dans le titre : hagiographie, toponymie et prénomination. La première partie est consacrée à l’étude des saints retenus dans la dernière édition des Propres de Chartres (1977) et de Mende (1974), révisés à Rome par la Congrégation du Culte divin après le concile Vatican II : d’abord, la Vierge et ses qualificatifs locaux (« Notre-Dame de la Brèche », à Chartres par exemple) ; ensuite, les saints du premier millénaire, connus ou non, qui y sont en nette majorité, surtout les saints de l’époque mérovingienne ; enfin, les saints du bas Moyen Age, de l’époque moderne et de l’époque contemporaine. La présence des saints locaux s’explique de diverses façons, principalement en raison de leurs anciennes fonctions d’évangélisateur, d’évêque ou d’abbé, ou encore en raison de la présence de leurs reliques. Le relief si opposé des deux diocèses et la présence des divers éléments, de l’eau en particulier, nous aide à comprendre l’importance du lieu géographique : partout, ces saints personnalisent la protection divine, qu’ils aient brillé par leur épiscopat ou « sanctifié » un désert, une forêt ou une grotte, avec une étonnante stabilité de leur culte à travers le temps et l’espace.
La deuxième partie, concernant la toponymie, retrace l’histoire des hagiotoponymes des deux diocèses, tant des saints patrons des localités que des titulaires des églises, où la notion cultuelle est nettement plus importante, et les différents enjeux qui peuvent expliquer les choix. Plus que les autres saints, les saints locaux retenus par la toponymie restent humains et deviennent même familiers, méritant parfois un surnom ou une déformation hypocoristique.
Enfin, la troisième partie étudie l’histoire de la prénomination des deux diocèses en considérant l’utilisation des saints locaux dans les différentes classes sociales à des époques diverses, dont la plupart ne remontent pas au-delà du XVIe siècle puisque nous avons essentiellement travaillé à partir de registres paroissiaux et d'état civil (l’Ordonnance de Villers-Cotterêts qui a répandu l’usage des registres paroissiaux date de 1539). Les généalogies antérieures accessibles, principalement nobiliaires, obéissent à des règles précises pour l’attribution de prénoms appartenant au lignage. Cette partie recense les saints locaux des Propres et les hagiotoponymes qui ont servi à la prénomination de certaines localités du diocèse, bousculée par l’arrivée de la multiplicité et l’emploi de deux, trois, voire quatre prénoms pour une personne, ainsi que par l’imprégnation de modes qui uniformisent le choix des prénoms quel que soit l’éloignement de Paris. Les saints locaux, même quand leur culte est populaire, justifient rarement l’emploi de leur nom dans la prénomination.
Cette thèse de 627 pages au total comprend un second volume (de 137 pages) réservé aux annexes et à la bibliographie. Parmi cette dernière, nous avons choisi de citer les livres concernant les fêtes et traditions locales, ainsi que les croyances en des êtres surnaturels (fées, sorcières, revenants, etc.), qui nous ont accompagnés dans nos recherches pour des publications antérieures (depuis 1984). Ces ouvrages nous ont aidée à comprendre les mentalités paysannes, très complexes, variant suivant l’entourage familial et géographique, suivant l’époque de l’année, suivant le temps qu’il fait…, et à comprendre l’importance des croyances dans leurs modes de vie. Ces populations invoquent le Ciel en permanence (surtout les femmes) et sont toujours très sensibles à l’espace.

Abstract

4HAGIOGRAPHY, TOPONYMY AND PRENOMINATION : AN ANALYSIS OF THE SAINTS OF THE  « PROPRES » OF THE CHARTRES AND MENDE DIOCESES.
This thesis, which analyzes the local liturgical calendars called « Propers » of the Chartres and Mende dioceses, seeks to determine the extent of adoption of the names of the local saints in both the choice of local place names as well as in the choice of given first names within each of these two geographically distant dioceses, specifically chosen to represent a diocese in both the "langue d'oïl" and "langue d'oc" linguistic regions. Except for those local saints whose names appear in local place names, they seem to be known mainly by the clergy, since the "Propres diocésains" are liturgical booklets rarely distributed among laymen. However, these "Propres" are essential to an understanding of the local hagiography : the saints which are recorded often left their marks on the country. A deeper analysis shows that the three aspects of hagiography and choice of local names and local given names are not as strictly correlated as one might have expected in a country where Christian tradition is as deeply implanted as it is in France. More than the other saints, the local saints whose names are given to toponymy are human and even familiar, sometimes earning a nickname or a hypocoristic distortion. However, the names of local saints, even when their cult is popular, are rarely chosen by parents living in the dioceses in their choice of first names for their children.
After two preliminary parts, one about the « Propres Diocésains » and the other about the local religious history, the thesis is composed of three parts clearly evident in the title : hagiography, toponymy and first names.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Cretin, « Hagiographie, toponymie et prénomination », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2010, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://acrh.revues.org/3924

Haut de page

Auteur

Nadine Cretin

Spécialisée en anthropologie religieuse, Nadine Cretin est docteur en histoire depuis janvier 2010 (ÉHESS). Elle étudie particulièrement les relations entre le territoire du monde occidental et ses usages festifs, rituels et spirituels. Elle travaille actuellement sur les prénoms. Elle a publié entre autres :
Le livre de Noël. Traditions de l’Avent à la Chandeleur, Flammarion, 1997, 2001, 144 p. ;
Fêtes et traditions occidentales, Collection "Que sais-je ?" n° 3518, PUF, 1999, 127 p. ;
Inventaire des fêtes de France d'hier et d'aujourd'hui, Larousse, 2003, 383 p. ;
Dictionnaire des prénoms de France, Perrin, 2006, 568 p.;
Fête des Fous, Saint-Jean et Belles de Mai. Une histoire du calendrier, Seuil, 2008, 392 p. ;
Histoire du Père Noël, Toulouse, Le Pérégrinateur, 2010, 130 pages.
cretin.nadine [arobase] orange [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org