Navigation – Plan du site

Écriture encyclopédique-écriture romanesque : représentations et critique du savoir dans le roman allemand et français de Goethe à Flaubert

Hildegard Haberl

Notes de l’auteur

Thèse en co-tutelle ÉHESS et Université de Vienne (Autriche)

Texte intégral

1La composition du jury

Monsieur. Gérard Jorland (Directeur d’étude à l’ÉHESS, Directeur de recherche au CNRS, CRH), Directeur de thèse,
Monsieur Andreas B. Kilcher (Professeur, ETH Zurich, Departement der Geistes -, Sozial - und Staatswissenschaften),
Monsieur Gérard Laudin (Professeur à l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, UFR d’Études germaniques),
Monsieur Alfred Noe (Professeur à l’ Université de Vienne, Institut für Romanistik)
Madame Birgit Wagner (Professeur à l’Université de Vienne, Institut für Romanistik), Directrice de thèse.

2Thèse soutenue le 15 octobre 2010

Résumé

3Ce travail propose une contribution à la réflexion et la discussion sur la littérature encyclopédique et plus largement les relations riches et complexes entre littérature et savoirs. Dans la pluralité des genres encyclopédiques (épopée, satire, roman), je me concentre ici sur le roman et plus spécifiquement sur deux romans exemplaires du début et de la fin du XIXsiècle : Les Affinités électives de Johann Wolfgang Goethe (1809) et Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert (1880/81), deux romans expérimentaux, deux romans de désillusion et deux romans éminemment importants pour l’histoire du roman moderne qui apparaissent par ailleurs comme deux romans clefs de l’encyclopédisme littéraire. À partir de ces deux textes, l’objet de recherche se laisse appréhender sous plusieurs angles : celui de la théorie littéraire, celui de l’histoire des idées (encyclopédiques), celui de l’histoire de la réception de Goethe par Flaubert et finalement celui de l’analyse du texte littéraire proprement dit en mettant l’accent sur les personnages, les espaces, les thèmes et motifs encyclopédiques.
D’un point de vue théorique (chapitre I), ce travail se situe dans la discussion actuelle sur les multiples relations entre littérature et savoir et propose une interrogation sur la catégorie du roman encyclopédique telle qu’elle a été développée par la critique littéraire depuis une cinquantaine d’années. À partir d’une discussion de travaux théoriques francophones, germanophones et, dans une moindre mesure, anglophones, je développe une grille d’analyse qui insiste sur la dimension « critique » et la portée politique et sociale du roman encyclopédique.
Sur le plan historique (chapitre II), la thèse développe une analyse de l’idée même d’encyclopédie et tente de préciser sa fonction sociale et ses enjeux intellectuels au cours de la période contemporaine des œuvres de Flaubert et de Goethe. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, projet contemporain du jeune Goethe, n’était certainement ni le même type de livre, ni le même type d’entreprise éditoriale, ni encore la même conception du savoir, que l’Encyclopédie Roret, lecture courante du temps de Flaubert. Les romanciers ont réagi de plusieurs manières à ces encyclopédies-livres : ils s’en servent comme référence pour nourrir leurs textes, ils les citent, ils les imitent en adaptant leur forme alphabétique ou rhizomatique. Ils réagissent à des systèmes philosophiques en absorbant leur discours tout en créant des mondes fictifs qui défont et recomposent ce discours et ramènent le savoir théorique à sa pratique humaine. Ainsi, ils produisent du savoir littéraire et constituent un autre type d’encyclopédie.
Revenir sur la réception de Goethe par Flaubert (chapitre III) permet de montrer que l’universalisme goethéen a fortement influencé la réception de l’écrivain allemand dans la deuxième moitié du XIXe siècle en France. Flaubert admirait en Goethe son style et cherche comme lui à construire l’objectivité dans le roman. De façon plus générale, ce sont ces mêmes motifs qui ont fait du Goethe post-wertherien une référence pour un groupe d’auteurs français « modernes » de la deuxième moitié du XIXe siècle – les « goethistes ». Sans doute les savoirs et la science ne sont-ils pas les mêmes au début et à la fin du XIXe siècle. Mais c’est précisément ce geste romanesque, le regard critique du roman sur le savoir et la connaissance, qui traverse le siècle. Ces analyses me permettent ainsi de construire une histoire des transformations d’un certain projet encyclopédique du roman romantique à celui de la décadence en établissant un rapport entre Les Affinités électives et Bouvard et Pécuchet.
Avec ces deux textes, la thèse couvre surtout deux moments importants du XIXe siècle, le romantisme allemand et la modernité française, qui se caractérisent tous deux par une volonté de dépasser l’opposition entre science et art. L’histoire du roman allemand n’est évidemment pas celle du roman français. Les Affinités électives et Bouvard et Pécuchet sont marqués par des conditions sociales et politiques très particulières. L’un comme l’autre revendiquent cependant une même volonté de dépassement des frontières entre les cultures ou, en d’autres termes, une même aspiration à une universalité susceptible de donner au roman et à la littérature et son imaginaire une place égale à côté des sciences. Mais comme le montre finalement l’analyse des textes (chapitres IV et V), les auteurs prennent des décisions formelles semblables lorsqu’ils abordent des thèmes encyclopédiques dans le roman.
Dans la pluralité des savoirs repérables dans les deux textes, j’insiste en particulier sur trois domaines du savoir qui constituent à eux seuls le cœur du nouvel esprit scientifique du XIXe siècle : la chimie, la botanique/l’art du jardin et la pédagogie.Ces trois domaines de savoir permettent trois formes de réflexion sur et de critique du projet encyclopédique. La chimie est au cœur de l’ironie et du comique d’idées. Dans les deux romans, un phénomène chimique – l’attraction et la répulsion des corps – est au centre de la construction de l’intrigue. La langue mélange ainsi des sphères à priori incompatibles. De Goethe à Flaubert, on assiste cependant à une évolution de la chimie d’abord domaine de la philosophie de la nature puis science puissante à la base de plusieurs secteurs industriels. Comme Charlotte dans Les Affinités électives, Bouvard et Pécuchet ont du mal à comprendre la nomenclature chimique. Mettre l’accent sur cette incompréhension des personnages romanesques en l’exprimant dans des dialogues permet de réfléchir sur le rapport entre langue scientifique et langue littéraire, entre langue théorique et effets pratiques (ou non) dans la vie des personnages.
La botanique joue, quant à elle, un rôle décisif dans la critique du jardin paysager et de l’idylle, lieu primitif du savoir. Dans les deux textes, le jardin, qu’il soit d’agrément ou à vocation agricole, ne se résume pas àun cadre, il est un lieu travaillé par les personnages. Ceux-ci y mettent en œuvre leur savoir et leur savoir faire et s’efforcent d’imposer des techniques culturelles sur la nature. La figure épistémique de la greffe fournit une image fortede cette volonté de soumettre la nature à la culture. Mais celle-ci n’aboutit pas au même résultat dans les deux romans. Si les greffes d’Édouard donnent de nouvelles pousses, les plantes de Bouvard et Pécuchet ne portent pas de fruit. L’agriculture est une impasse. Le jardin se trouve dévoyé et stérile. Ces analyses rejoignent du reste celles que l’on peut faire du musée, autre espace du savoir particulièrement présent dans les deux romans. L’accumulation du savoir par le biais de la collection et l’arrangement d’objets dans un musée ou une collection apparaît en effet comme un geste encyclopédique. Ce n’est pas seulement l’accumulation, mais surtout le choix d’objets, la réflexion sur la totalité et le fragment, la préciosité et le déchet qui sont ici en jeu.
La pédagogie, enfin, est au cœur de la critique de la dimension universaliste de l’encyclopédie. Cette discipline se constitue comme une science autour de 1800 alors que l’enseignement devient également une affaire d’État. Le roman encyclopédique oppose à l’optimisme qui guide les animateurs de ces mouvements despersonnages romanesques qui incarnentles limites du savoir : les élèves atypiques, les pédagogues et instituteurs etles dilettantes. Parce que le projet d’éducation nationale ne correspond pas nécessairement à l’idéal d’une formation universelle, il suscite ainsi la critique des romanciers. Cette critique porte aussi sur la nécessaire articulation du couple savoir/pouvoir dans l’organisation de l’enseignement à l’échelle nationale que se disputent l’Église et l’État. La figure (épistémique) du copiste est finalement porteuse d’une forme de réflexivité qui concerne plus particulièrement l’écriture et la mémoire. Elle est inséparable de l’inscription et de l’écriture, donc de la figure de l’écrivain et des gestes d’inscription – des traces de l’écriture – qui parsèment les deux romans.

Abstract

4Factual and Fictional Encyclopaedia : Representation and Critique of Knowledge in the German and French Encyclopaedic Novel from Goethe to Flaubert.
Based on an analysis of two experimental novels of the 19th Century – The Elective Affinities (1809) by Johann Wolfgang Goethe and Bouvard et Pécuchet (1880/81) by Gustave Flaubert – this dissertation discusses the genre of the critical encyclopaedic novel. It aims at making a contribution to both existing research on fictional encyclopaedias and, more largely, to the complex relationships between literature, science and knowledge.
The first chapter introduces current debates on the relationships between literary theory and the history of science. It discusses existing theoretical approaches to encyclopaedic literature as well as their attempts at giving a definition of an encyclopaedic novel. In the conclusion of the first chapter I propose an analytical model of the genre of the encyclopaedic novel, which emphasizes its critical dimension, as well as his political and social implications.
The second chapter traces the social and intellectual history of encyclopaedia from its roots in the baroque era to the late 19th century. While Goethe was still influenced by Diderot and d’Alembert’s Encyclopédie, Flaubert wrote at a time where new types of books, such as the popular Encyclopédie Roret, developing new concepts of knowledge, were flourishing. Questioning the concept of encyclopaedia underlying the various projects and their evolution should help to better understand the impact of certain Encyclopaedia(s) on literature. In this regard, the second chapter does not so much study a history of influences, as it offers a history of discourses, implying questions about the human strive to collect, order and systematize knowledge.
The third chapter looks at a history of the reception of Goethe by Flaubert. While Werther was Goethe’s most widely read work in France during the first half of the 19th century, a new appraisal of post-wertherian Goethe was later developed by a group of French authors labelled as “goethistes” by Barbey d'Aurevilly, among whom Flaubert. Two elements shaped Goethe’s influence over them : his universalism and his objective style. One aspect of this influence is demonstrated by the relations between the Elective Affinities and Bouvard et Pécuchet. While science as a body of knowledge and a social institution had, of course, evolved between the publication of Goethe’s Elective Affinities and Flaubert’s Bouvard et Pécuchet, what both novels have in common is a critical stance towards one-sided belief in science and blind optimism in progress. The chapter demonstrates how this stance is expressed in the way three areas of knowledge - chemistry, education and botany - are represented in both novels.
Both authors criticized the increasing specialization and segmentation of knowledge into disciplines in the 19th Century, and expressed their belief in the ability of literature to create links between matters. The textual analyses in Chapter 4 and 5 focus on spaces and figurations of knowledge. Literary scenery such as gardens (the English landscape garden) or museums (the archeological collection) show men’s impact on nature by using cultural techniques of improvement and control as well as his effort to preserve and store knowledge with the object to transmit it to coming generations. At the same time, both novels show how insolubly problematic the activity is.
Both authors chose amateurs, and atypical students and their teachers to embody the limitations of education and of curiosity so typical of the 19th Century. Scriveners and copyists reflect artistic memory and the process of writing itself that fixes knowledge in spite of irony and scepticism.

Haut de page

Document annexe

  • Sommaire (application/msword – 110k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hildegard Haberl, « Écriture encyclopédique-écriture romanesque : représentations et critique du savoir dans le roman allemand et français de Goethe à Flaubert », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2010, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://acrh.revues.org/3982

Haut de page

Auteur

Hildegard Haberl

Co-organisatrice d’une Journée d’étude franco-allemande sur « ‘Gartenkultur’ du XIXe au XXIe siècle : à la recherche du jardin allemand » qui aura lieu le 21 octobre 2011 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette journée d’étude a pour ambition d’entamer une réflexion sur le thème du jardin dans la perspective germanique en mettant l’accent à la fois sur l’histoire politique des jardins allemands du XIXe au XXIe siècle, sur leur place dans la vie quotidienne (jardins familiaux), et sur leur importance dans les formes d’expression de la culture germanophone, allant du jardin goethéen à la littérature contemporaine, du manuel de jardinage au feuilleton télévisé.
hi.haberl [arobase] free [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org