Navigation – Plan du site

Des formes à consommer. Pensées et pratiques du design industriel en France (1945-1980)

Claire Leymonerie

Texte intégral

1Composition du jury

Madame Marie - Emmanuelle Chessel, directrice de recherche au CNRS (CRH, ÉHESS), présidente,
Monsieur Franck Cochoy, Professeur à l'Université de Toulouse II-Le Mirail, codirecteur de thèse,
Monsieur Jean-Pierre Daviet, professeur émérite à l’Université de Caen, rapporteur,
Monsieur Patrick Fridenson, directeur d'études à l'ÉHESS, codirecteur de thèse,
Monsieur Armand Hatchuel, professeur à Mines ParisTech,
Madame Danièle Voldman, directrice de recherche au CNRS (CHS, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne), rapporteure.

2Thèse soutenue le 14 décembre 2010

Résumé

3La thèse retrace l’émergence en France d’une nouvelle activité professionnelle, bientôt dénommée « design », qui consiste à mettre en formes les produits de l’industrie. Il s’agit de comprendre la transition depuis une tradition des arts décoratifs liée aux savoir-faire et aux modes de production artisanaux vers un nouveau modèle de conception des formes adapté aux impératifs de la production industrielle. Pour ce faire, nous prenons en compte l’évolution des typologies d’objets qui accompagne cette transition : plutôt qu’au mobilier et aux arts de la table, domaines privilégiés de l’art décoratif, nous nous intéressons aux nouvelles machines domestiques que sont les appareils électroménagers, saisissant par ce biais l’émergence d’une consommation de masse dans la période des Trente Glorieuses. Nous nous interrogeons sur l’articulation entre réflexions théoriques, stratégies de promotion et pratiques professionnelles du design. Nous analysons la diffusion et la réception en France de modèles étrangers – essentiellement américains et allemands – en matière de design et de gestion des entreprises industrielles. Nous nous appuyons sur les recherches récentes dans le domaine de la sociologie économique pour analyser, dans une perspective historique, le rôle des designers comme professionnels et médiateurs du marché et pour décrire leur travail de définition de nouvelles catégories de jugement permettant d’apprécier la qualité formelle des produits industriels. Nous mettons enfin en évidence un modèle de professionnalisation fondé autant sur un travail sémantique de définition et sur l’ajustement des rôles en situation que sur une stratégie d’institutionnalisation.
La première partie de la thèse retrace l’action menée dans les années 1950 par deux associations de promotion des formes industrielles : Formes Utiles, héritière du mouvement moderne français de l’entre-deux-guerres, et l’Institut d’esthétique industrielle créé en 1951 par Jacques Viénot, qui assume depuis les années 1920 le double rôle d’entrepreneur des arts décoratifs et d’animateur culturel. Le groupe Formes Utiles, derrière son théoricien l’architecte André Hermant, s’efforce de penser la continuité des formes entre nature, artisanat et industrie et développe un fonctionnalisme naturaliste et spiritualiste qui s’appuie sur la tradition rationaliste de l’architecture française. La défiance très grande développée par Formes Utiles envers toute logique commerciale s’articule de matière paradoxale avec une stratégie d’action fondée sur l’éducation des consommateurs : à travers les sélections d’objets qu’elle présente chaque année au Salon des Arts ménagers, l’association met en scène un espace d’appréciation des produits protégé de toute pression marchande, rejoignant les efforts menés par les professionnelles de l’enseignement ménager. L’Institut d’esthétique industrielle profite quant à lui des relations nouées dans l’entre-deux-guerres par Jacques Viénot dans un milieu d’intellectuels, universitaires et ingénieurs humanistes férus de rationalisation du travail industriel. Le sociologue Georges Friedmann, le philosophe Etienne Souriau et l’ingénieur Georges Combet s’inspirent du taylorisme pour penser la réorganisation du travail de conception des formes dans un cadre industriel. L’Institut oriente son action vers les producteurs, patrons et dirigeants d’entreprises, et tente de gagner à sa cause la catégorie sociale émergente des cadres. Le label Beauté France, les bancs d’essais de produits industriels, la création d’un enseignement spécialisé et d’une chambre syndicale permettent d’agréger dans les années 1950 un milieu professionnel de l’« esthétique industrielle », définie comme activité de conseil aux entreprises industrielles. La collaboration entre le bureau d’études Technès, créé par Jacques Viénot, et l’entreprise d’électroménager Calor dans les années 1950 permet de mettre à l’épreuve de la pratique les normes professionnelles ainsi proposées.
La deuxième partie de la thèse analyse l’ancrage incertain du design industriel en France dans les décennies 1960 et 1970. Cette période voit l’entrée difficile dans le vocabulaire français du mot « design » et la création de nouvelles institutions de promotion (Centre de création industrielle, Conseil supérieur de la création esthétique industrielle) qui ne parviennent pas à stabiliser une profession rétive à toute tentative d’institutionnalisation. Le fonctionnalisme, qui constitue le socle idéologique de la discipline, fait l’objet de remises en cause de la part de penseurs critiques : Roland Barthes initie une lecture sémiologique des objets, Jean Baudrillard s’inspire du marxisme pour attaquer le rôle économique et social du design. Les designers français choisissent alors de puiser dans le modèle de l’école de design allemande Hochschule für Gestaltung (HfG) d’Ulm pour justifier leur activité. La théorie des objets développée par Abraham Moles, Français enseignant à la HfG, rend compte de ce brassage de conceptions issues du structuralisme, de la phénoménologie et de la cybernétique. Les designers industriels se conçoivent alors comme des concepteurs d’environnement, des représentants des consommateurs au sein des entreprises qui contribuent à assurer la transparence et la fluidité du marché. Le système informatique d’information sur les produits, mis en œuvre fugitivement au sein du Centre de création industrielle à la fin des années 1970, témoigne de cette ambition. En dépit de cette fragilité institutionnelle et idéologique, la pratique professionnelle du design industriel connaît une réelle expansion, comme en témoignent la naissance de nombreux bureaux d’études spécialisés et l’élaboration de méthodologies de création qui permettent aux designers d’accroître leur crédibilité face aux industriels et face aux disciplines concurrentes que sont le marketing et la publicité. L’analyse de la collaboration qui se noue, dans les années 1960 et 1970, entre le cabinet Jean-Louis Barrault et Moulinex d’une part, entre Gilles Rozé, Yves Savinel et SEB d’autre part, permet de mettre en évidence deux processus de conception de produits et deux types de rapport entre designers et entreprise industrielle.

Abstract

4Shapes to consume. Theories and practices of industrial design in France (1945-1980)
The dissertation deals with the emergence in France of a new professional activity, soon named “design industriel”, defined as the shaping of industrial products. It aims at explaining the transition from the tradition of “arts décoratifs”, associated with craft and luxury, to a new model of design suitable for industrial production. The first part deals with two associations committed in the promotion of industrial shapes in the 1950s. Formes Utiles defended the idea of continuity between natural, craft and industrial shape. It focused on the education of consumers through the selections of products in the Salon des arts ménagers, a commercial exhibition of household appliances. The Institut d’esthétique industrielle drew on the idea of the American engineer Frederick Taylor and steered its action towards producers and managers. The second part analyses the fragile establishment of design in France in the 1960s and 1970s. The creation of new institutions (the Centre de creation industrielle, the Conseil supérieur de la creation esthétique industrielle) didn’t achieve to stabilize the profession. In response to the development of critical theories questioning the very bases of functionalism (Roland Barthes, Jean Baudrillard), French industrial designers took a leaf out of the model of the German School Hochschule für Gestaltung Ulm that was spread by intermediaries like the academic researcher Abraham Moles. They defined themselves as environment designers and consumers representatives. The Products information system briefly implemented at the CCI expressed this ambition. The dissertation also presents some case studies that recount the cooperation between design studios and French companies in the sector of small household appliances.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Leymonerie, « Des formes à consommer. Pensées et pratiques du design industriel en France (1945-1980) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2010, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/4023

Haut de page

Auteur

Claire Leymonerie

Claire Leymonerie a publié plusieurs articles consacrés au salon des arts ménagers, à la normalisation et au design industriel. Elle est actuellement secrétaire scientifique de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium, où elle assure la coordination éditoriale des Cahiers d’histoire de l’aluminium. Dans le cadre ANR Crealu – Création et Aluminium – cordonné par le CRH, elle mène une recherche sur le thème « L’aluminium à l’Exposition des arts et des techniques dans la vie Moderne à Paris en 1937 : aux sources d’un matériau pour les arts décoratifs ».
claireleymonerie [arobase] yahoo [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org