Navigation – Plan du site

Les chaîniers français (1823-2005). De l’essor au déclin

Edgard Strigler

Texte intégral

1Composition du jury

Monsieur Marc de Beauregard, PDG de Sedis de 1991 à 1993,
Monsieur Michel Cotte, professeur émérite, Université de Nantes,
Monsieur Alain Dewerpe, directeur d’études, ÉHESS,
Monsieur Patrick Fridenson, directeur de thèse, directeur d’études, ÉHESS,
Monsieur Hervé Joly, directeur de recherche, CNRS,
Monsieur Pierre Lamard, professeur, ,Université de Technologie de Belfort-Montbéliard,
Monsieur Denis Woronoff, professeur émérite, Université de Paris I.

2Thèse soutenue le 20 janvier 2011

Résumé

3Cette thèse est une contribution à un domaine encore insuffisamment connu, l’histoire des petites et moyennes entreprises et de leurs relations avec les territoires, l’État et la division internationale du travail. Elle s’organise en trois parties chronologiques.
La construction d’un atelier de fabrication de chaînes de mouillage par la Marine en 1823 marque le début de l’industrie française de la chaîne. En dehors des deux districts spécialisés de Saint-Amand-les-Eaux dans le Nord et de Saint-Martin-la-Plaine dans La Loire, des chaîniers s’installent dans la Haute-Marne, les Ardennes et les ports. Les nouvelles manufactures côtoient la proto-industrie. Si le XIXe siècle voit le développement des chaînes forgées en fer, les incidents dus à la mauvaise qualité des soudures favorisent l’innovation d’André Galle.
À la fin du XIXe siècle, les besoins nouveaux, créés par la transmission d’énergie pour les bicyclettes et les automobiles, donnent un essor nouveau au secteur industriel. De nombreuses entreprises voient le jour ; des entrepreneurs anglais et suisses s’installent en France. Le XXe siècle voit l’émergence de Brampton-Renold, filiale française de Renold. Sedis, filiale de Peugeot, lui ravit la place de leader au cours des années 1970. Contrairement à ces deux entreprises qui ont choisi la production de masse, les autres chaîniers s’orientent vers la production flexible.
La crise créée par le choc pétrolier de 1973 conduit à la faillite nombre de chaîniers qui ont choisi une stratégie de niches. Tout le secteur est en déclin. Les leaders se trouvent désormais en Asie.

Abstract

4French chain manufacturers (1823-2005). From boom to bust
Incomplete company archives and numerous interviews have made it possible to reconstruct the historical course of some chain manufacturers.
This dissertation is organized in three chronological parts. The French chain industry began in 1823 when the Navy set up an anchor chain manufacturing workshop. Apart from the specialized districts of Saint-Amand-les-Eaux in the North and Saint-Martin-la-Plaine in the Loire area, chain manufacturers set up their companies in Haute-Marne, Ardennes, and ports. The new factories mix with the protoindustry. Whereas forged iron chains develop in the XIXth century, the incidents due to the welding poor quality lead to innovation by André Galle.
In the late XIXth century, the new needs created by the energy transmission for bicycles and automobiles, give a boost to this industrial sector. Many companies are created ; English and Swiss entrepreneurs set up business in France. The XXth century sees the emergence of Brampton-Renold, Renold’s French subsidiary. Sedis, Peugeot’s subsidiary, steals its place as the leader in the 1970’s. Unlike those two companies that chose mass production, the other manufacturers went in for flexible production.
Because of the 1973 oil crisis, numerous chain manufacturers who had chosen a niche strategy, went bankrupt. The whole sector is in decline. The leaders are now in Asia.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edgard Strigler, « Les chaîniers français (1823-2005). De l’essor au déclin », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2010, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 26 février 2017. URL : http://acrh.revues.org/4123

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org