Navigation – Plan du site

Une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre

Les séries de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale (1910-1940)
Alain Chatriot

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La seule étude sur le sujet n’apporte aucun élément d’archives ou d’analyses et n’est qu’une descr (...)
  • 2  Une première version de cette étude a été présentée le 7 juin 2001 au séminaire coorganisé par Chr (...)
  • 3  Expression qui conclut la préface que le directeur de la série, James T. Shotwell, donne à chaque (...)

1Freud, Pirenne, Renouvin, Beveridge, Einaudi, Shotwell ont tous travaillé dans un même cadre intellectuel et éditorial sur la Première Guerre mondiale. Souvent utilisée par les historiens mais assez méconnue1, la série de plus de cent cinquante volumes financés par la Dotation Carnegie pour la Paix Universelle et consacrés à l’histoire économique et sociale de la Guerre mondiale mérite que l’on en comprenne le projet et les réalisations2. Couvrant l’ensemble du champ géographique de la Guerre (principalement les différents pays européens, mais aussi le Japon), ces livres constituent une entreprise très particulière d’enquête collective dans un contexte de mobilisation et de démobilisation à la fois intellectuelle et sociale. Loin de se résumer à une simple revendication encyclopédique, cette série correspond à un programme intellectuel et scientifique très défini. Restituer la logique de cette production massive de connaissances doit permettre d’analyser la perception de la guerre par des acteurs à la fois politiques, économiques et scientifiques du conflit entre 1914 et 1935, mais aussi d’apprécier la construction d’un discours sur la guerre, se réclamant d’une « intelligence générale de la guerre »3. Le choix revendiqué et argumenté de l’écriture d’une histoire « économique et sociale » est ici essentiel. Il éloigne, en effet, de la simplification historiographique rétrospective qui consiste à croire que seule une histoire politique, militaire et diplomatique aurait été écrite sur la Première Guerre mondiale, et il aide, aussi, à mieux percevoir un champ scientifique international original dans la première moitié du xxe siècle.

  • 4  Dans sa biographie de James T. Shotwell, l’entrepreneur scientifique américain du projet, Harold J (...)
  • 5  J.L. Harvey, « Henri Hauser et les historiens américains pendant l’entre-deux-guerres », in S.-A. (...)
  • 6  Seule étude récente dont on a trouvé la référence mais pas encore pu la consulter : F. Degli Espos (...)

2La recherche de sources pour travailler à une telle histoire n’est pas aisée. Ni le Comité éditorial français, ni ses principaux membres ne semblent avoir laissé d’archives sur ces questions. Pour cette contribution, l’immense masse de sources imprimées permet cependant d’analyser le travail scientifique effectué. Du côté américain, des sources plus importantes sont sans doute mobilisables4, et ont été récemment pour partie exploitées par l’historien John L. Harvey5. En dehors des volumes eux-mêmes inscrits dans la série, il faut souligner l’importance des différentes préfaces et avant-propos des livres publiés : programme scientifique et témoignage personnel des auteurs s’y mêlent souvent, permettant de réfléchir sur le rapport à l’objet entretenu par des femmes et des hommes, scientifiques mais aussi acteurs économiques ou politiques du conflit. De plus, la préface du maître d’œuvre général, l’historien américain James T. Shotwell, ouvre systématiquement chaque ouvrage (elle est traduite dans les différentes langues de la collection). Elle est souvent complétée par une courte présentation du volume concerné. Enfin, de nombreux rapports soumis à la Dotation Carnegie, qui finance le projet, permettent de mieux suivre les réalisations successives. Les autres séries nationales ne semblent pas avoir été étudiées6.

3Dans ce cadre, il s’agit d’abord de prendre au sérieux cette réalisation scientifique de grande ampleur, qui reste sans doute une des sources d’information les plus massives sur la très Grande Guerre. Comprendre les origines très particulières de cette entreprise aide à en saisir les objectifs intellectuels : la série de volumes répond d’abord au souci d’une fondation américaine pacifiste qui avant la Guerre se préoccupe de comprendre scientifiquement les causes des conflits en ne favorisant pas l’histoire diplomatique mais au contraire l’histoire économique et sociale. L’intérêt est de suivre la confrontation et l’adaptation de ce projet au cours même du conflit. Il faut aussi s’intéresser à deux dimensions très présentes dans le « para-texte » des différents volumes : le programme historiographique fermement défini par James T. Shotwell et le rapport à l’objectivité historique des différents auteurs. Enfin, pour tenter d’appréhender au plus près le contenu scientifique produit, une analyse de la série française (trente-sept volumes) invite à réfléchir sur les auteurs choisis, sur le milieu qu’ils constituent et sur le type d’histoire qu’ils écrivent.

Les projets intellectuels d’une fondation américaine

Une fondation philanthropique américaine

4Avant de détailler l’ampleur des volumes édités entre 1921 et 1940, une présentation de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale et des travaux de sa Division économie Politique et Histoire est nécessaire. La Dotation Carnegie est une fondation philanthropique pour la paix établie par le magnat de l’acier Andrew Carnegie. Il a créé cet organisme en décembre 1910, en lui léguant une partie de sa fortune et en en confiant la gestion à des fidéicommissaires, les trustees (ceux-ci sont pour l’essentiel des diplomates, des universitaires et des banquiers).

  • 7  J. Prudhommeaux, Le Centre Européen de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale, 1911-1921 (...)

5L’article 2 de la Charte de fondation précise clairement que « la Fondation aura pour objet de servir la cause de la paix entre les peuples, de hâter l’abolition de la guerre internationale, d’encourager et de faire progresser le règlement des conflits internationaux par des voies pacifiques », et parmi les points précisant ce programme, le premier consiste à « provoquer une recherche scientifique et approfondie des causes des guerres et des méthodes pratiques de les prévenir et de les éviter »7. Les autres soulignent l’importance du droit international et de la pédagogie auprès de l’opinion publique. Créée moins de quatre ans avant le conflit, la Dotation soutient les démocraties pendant la Guerre et aide à la préparation des négociations de paix.

  • 8  Cf. J.T. Shotwell, « John Bates Clark, 1847-1938 », Political Science Quaterly, 53, 2, juin 1938, (...)
  • 9  Centre européen dont la bibliothèque a été donnée à la Bibliothèque de la Fondation nationale des (...)
  • 10  Carnegie Endowment for International Peace, Enquête dans les Balkans : rapport présenté aux direct (...)

6Le travail scientifique tient une place importante dans le projet initial de la Fondation, rapidement organisée en trois divisions. La première est celle du droit international, dirigée par James Brown Scott, professeur de droit international et secrétaire général de la Dotation : elle publie de nombreuses brochures et cristallise la volonté de créer une Académie de droit international. La seconde est celle des relations internationales et de l’éducation, confiée à Nicholas Murray Butler, président de l’Université Columbia : elle organise un Institut d’éducation international. Enfin, la troisième, présidée par John Bates Clark, professeur de science politique à Columbia8, concerne l’économie politique et l’histoire. On peut aussi signaler l’existence d’un Centre européen de la Dotation9, installé en 1912 à Paris, rue P. Curie et dans lequel P. d’Estournelles de Constant, homme politique français et prix Nobel de la Paix en 1907, joue un rôle important. Le Centre européen est associé avant le premier conflit mondial à l’étude des guerres balkaniques et en particulier au dossier polémique des « atrocités bulgares »10.

Travailler sur les causes de la guerre

  • 11  On peut souligner qu’un certain nombre de ces grands savants et acteurs politiques sont des habitu (...)
  • 12 Summary of Organization and Work, op. cit., p. 47.

7C’est dans le cadre de la division économie politique et histoire que naît le projet de travailler scientifiquement sur les causes de la guerre. En août 1911, une conférence internationale se tient à Berne sous la présidence de John Bates Clark, pour faire une étude scientifique des causes des guerres. La composition prestigieuse du Comité de recherches de 18 membres accorde surtout une place importante aux juristes et aux économistes. Outre John Bates Clark, la composition du Comité est la suivante : Eugène Borel (Droit Public, Genève), Lujo Brentano (Munich), Charles Gide (économie, Paris), H.B. Greven (économie Politique et Statistique, Leyde, Pays-Bas), Francis W. Hirst (publiciste, directeur de The Economist, Londres), David Kinley (Illinois), Henri La Fontaine (Droit International, sénateur, Belgique), Luigi Luzzatti (Droit constitutionnel, président du Conseil des Ministres 1908-1911, Rome), Gotaro Ogawa (Science Financière, Kyoto), Georges Paish (Londres), Maffea Pantaleoni (Economie Politique, Rome), Eugen Philippovich von Philippsberg (Vienne), Paul S. Reinsch (économie Politique, USA en Chine), Y. Sakatani (ancien ministre des Finances, ancien maire de Tokyo), Theodor Schiemann (Berlin), Harald Westergaard (Science Politique et Statistique, Copenhague), Friedrich Freiherr won Wieser (Vienne)11. Mais très vite, alors que le projet est lancé, que le plan de travail comporte plus de 200 monographies et que quatre-vingt contrats sont signés, l’entreprise collective se heurte à la guerre. Le rapport récapitulant trente années d’actions de la Dotation en 1941 décrit assez justement la triste ironie de la situation: « The scientific study of the effects of former wars upon modern life had suddenly given place to the study of history in the making »12. Une première série de volumes est ainsi publiée sous le titre d’« études préliminaires sur la Guerre », vingt-quatre monographies paraissent entre 1918 et 1923. John Bates Clark, qui dirige la division de la dotation, explique ainsi dans une préface à l’un de ces ouvrages :

  • 13  J. B. Clark, « Preface », p. IV, in A. Shortt, Early Economic Effects of the European War upon Can (...)

The war has interrupted work on rather more than a half of the studies that were in progress when it began, but it has itself furnished topics of immediate and transcendent importance. The costs, direct and indirect, of the conflict, the commercial policies induced by it and, especially, the direct control which, because of it, governments are now exercising in many spheres of economic activity where formerly competition and individual freedom held sway, are phenomena that call, before almost all others, for scientific study. It is expected that most of the interrupted work will ultimately be resumed and that, in the interim before this occurs, studies of even greater importance will be undertaken and will be pushed rapidly toward completion13.

  • 14  C’est le cas de Lujo Brentano, de Theodor Schiemann ou de Friedrich Freiherr won Wieser, Eugen Phi (...)

8Mais le programme en lui-même entre en crise : des membres du comité démissionnent avec l’entrée en guerre des états-Unis14. Les livres ainsi publiés, écrits pour l’essentiel par des universitaires américains, sont intéressants par l’importance qu’ils accordent aux causes et aux manifestations économiques de la guerre, cet élément se retrouvant par la suite dans la série d’histoire économique et sociale.

Le redéploiement du projet

  • 15  J. Prudhommeaux, Le Centre Européen..., op. cit., p. 44.

9Le projet initial d’une étude collective et internationale des causes économiques des guerres se transforme peu à peu dans la confrontation à l’événement. Cette reformulation du projet passe d’abord par l’action d’un véritable entrepreneur scientifique, en la personne de James Thompson Shotwell. L’ensemble des témoins de son action lui attribue une part importante de la possibilité même du projet. J. Prudhommeaux peut ainsi écrire : « sous son active et intelligente impulsion, c’est une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre qui s’élabore »15. On peut aussi noter le commentaire de John Bates Clark en mars 1922 :

  • 16 Carnegie Endowment for International Peace, Annual Report of the Director of the Division of Econom (...)

It is a pleasure to say - what the Editor himself will not say - concerning the very large part which he has personally contributed to this result. He has carried the enterprise to a point from which we can reasonably look forward to the completion of a more monumental historical work than any corps of writers has yet produced16.

  • 17  Sur la formation et l’ensemble de la carrière de J.T. Shotwell, on doit se reporter à H. Josephson (...)

10Né en 1874 et formé à Columbia, Shotwell est un professeur d’histoire marqué par la New History américaine des débuts du siècle17. Il est membre de la délégation américaine à Versailles et joue un rôle important dans l’élaboration de l’Organisation Internationale du Travail. L’idée de travailler sur une enquête collective sur le conflit mondial n’est pas de lui, mais naît d’une proposition de John Bates Clark, à l’automne 1914. Shotwell présente alors un mémoire devant les trustees de la Dotation dans lequel il expose la logique intellectuelle d’un vaste projet. Josephson explique, en utilisant les archives de la Dotation Carnegie :

  • 18  J.T.S., « Memorandum on the History of the War, 1914 », Division of Economics and History, 1914, # (...)

Employing the concepts of the New History, Shotwell suggested that the study should not restrict itself to diplomacy, military history, and economics, but should include all the social and political sciences in an interdisciplinary attempt to explain the meaning and consequences of the war. He envisaged, in addition to a preparatory series of volumes dealing with Europe prior to the war and the actual history effects of the conflict, a group of studies on the way the war affected the « common outlook » and « common activities » of the world18.

  • 19  J. M. Nielson, « The Scholar as Diplomat : American Historians at the Paris Peace Conference of 19 (...)
  • 20 The Origins of the International Labor Organization, 2 vols., New York, Columbia University Press, (...)
  • 21  Pour une présentation synthétique : cf. Carnegie Endowment for International Peace, Summary…, op.  (...)

11La Dotation accepte le projet et en propose le financement, mais dans un premier temps Shotwell refuse, espérant pouvoir réaliser un travail de plus grande diffusion sur le même sujet. Shotwell accepte finalement, d’autant qu’il ne se voit pas forcément retourner à de simples charges d’enseignement, après avoir joué un rôle important dans les négociations de paix à Versailles19. On peut d’ailleurs signaler que la même division de la Dotation Carnegie publie au cours des années 1930 et 1940 des livres documentaires essentiels sur la conférence de la Paix20. Par ailleurs la division « économie et histoire » de la Dotation Carnegie a aussi mené d’autres travaux pendant l’entre-deux-guerres concernant les relations économiques américano-canadiennes ou les relations économiques internationales21.

12En juillet 1919, Shotwell établit son bureau à Londres, hébergé par la London School of Economics. Il a alors la charge de coordonner l’élaboration du projet en contrôlant les différents comités éditoriaux nationaux qui sont formés. Le projet initial d’une histoire immédiatement construite dans un cadre comparatif est abandonné. Principalement européens, ces comités de direction sont là pour suivre l’avancée des programmes de recherche et de publications. Ils sont ainsi constitués (la liste est rappelée dans la plupart des volumes publiés) :

Directeur général : J.T. Shotwell
France : Ch. Gide (président), A. Fontaine, H. Hauser et Ch. Rist
Belgique : H. Pirenne (directeur)
Grande-Bretagne : Sir W. Beveridge (président), H.W.C. Davis, Th. Jones, J.M. Keynes,F.W. Hirst et W.R. Scott
Italie : L. Einaudi (président), P. Jannaccone, U. Ricci
Allemagne : C. Melchior (président), A. Mendelssohn-Bartholdy, G. Bauer, H. Bücher, C. Duisberg et M. Sering
Autriche : F. von Wieser (président), R. Riedl, R. Schüller et C. von Pirquet
Hongrie : G. Gratz (directeur)
Russie : Sir P. Vinogradoff (directeur)
Pays-Bas : H.-B. Greven (directeur)
Pays Scandinaves : H. Westergaard (président, Danemark), E. Heckscher (Suède),

N. Rygg (Norvège)
Roumanie : D. Mitrany (directeur)
Yougo-Slavie : V. Bajkitch (directeur).

  • 22  On peut signaler que dans le cas français, Henri Hauser, membre du comité, assure la publicité de (...)

13Shotwell s’emploie donc à recruter des auteurs et des équipes dans les différents pays européens : il contacte aussi bien des scientifiques22 que des acteurs politiques du conflit. Shotwell prend une part très active dans la construction du réseau scientifique. Il explique ainsi, dans un rapport interne à la Dotation, en 1922 :

  • 23  Rapport de Shotwell, p. 8, in Annual Report..., op. cit., 1922. Dans ce même rapport de 1922, la r (...)

We have erected, almost without knowing it, a sort of international academy intent upon the realization of a great enterprise, studying the phenomena of war in a new spirit and with a growing sense of the moral, as well as the scientific implication of the economic and social displacement which it has caused23.

  • 24  J.T. Shotwell, Outline of Plan. European series, Washington, Carnegie Endowment for International (...)
  • 25  Ibidem, p. 36-144. On voit dans cette liste que la participation de Jean Norton Cru au projet n’es (...)

14Une présentation globale du projet est publiée en 192424 alors qu’une première série de volumes (des titres britanniques pour l’essentiel) a été éditée. L’intérêt de cet ouvrage, outre la présentation de Shotwell qui développe les thèmes repris dans ses préfaces systématiques aux volumes de la série, est la description détaillée de l’ensemble des livres envisagés avec une notice sur chaque auteur contacté – y compris ceux qui ne réalisent pas l’ouvrage prévu25. L’origine de la série se trouve donc dans la confrontation entre un projet scientifique antérieur à la guerre et le conflit mondial, obligeant à repenser l’objet même de l’étude.

Une entreprise scientifique collective et internationale

La vision de l’histoire défendue par Shotwell

15Sous la direction de Shotwell, le projet se précise à la fois dans son programme et dans les moyens de sa réalisation. On peut considérer que l’ensemble des volumes produits constitue un véritable manifeste historiographique, théorisé par Shotwell, se traduisant par la création d’outils pour la recherche et par l’ampleur du programme réalisé. L’importance des publications ne doit cependant pas gommer les éléments de conflits. Les discours tenus, par les auteurs eux-mêmes, sur l’objectivité des travaux qu’ils ont effectués méritent ainsi d’être analysés.

  • 26  Préface de J.T. Shotwell, reprise dans chacun des volumes de la série : « Histoire Economique et S (...)

16La préface que Shotwell donne aux différents volumes est un texte très intéressant, car, par sa répétition et sa volonté programmatique, il se constitue comme la définition du projet intellectuel de l’ensemble. Le début du texte reprend l’historique de l’évolution des démarches de la Dotation. Shotwell rappelle la situation en août 1914, avec à la fois la volonté de « mesurer le coût économique de la guerre » et la contrainte d’« adapter son programme de recherches aux problèmes nouveaux que la guerre allait susciter ou, si l’on préfère, aux problèmes anciens qu’elle allait transformer ». Il expose aussi l’inscription de ce projet dans le cadre plus large des démarches de la Dotation Carnegie, et en particulier dans sa volonté de « fournir au public les éléments nécessaires pour se former une opinion éclairée ». Il précise que le travail a vraiment pu commencer sur le nouveau projet à l’été et à l’automne 1919, avec la nécessité de transformer le groupe initial d’économistes et de juristes réunis à Berne en 1911 et la prise de conscience du nécessaire éclatement national des volumes. Sur ce point, il note : « Aussi longtemps que les faits relatifs à l’histoire de chaque nation ne seraient pas parfaitement connus, il serait vain de procéder à des analyses comparatives et l’histoire de chaque pays constituerait elle-même un inextricable labyrinthe »26.

  • 27  Cf. aussi ses projets ambitieux sur l’histoire des relations internationales : C. de Benedetti, «  (...)
  • 28  H. Josephson commente ce point en notant les efforts effectués par Shotwell: « Gaining access to t (...)
  • 29  Il s’agit du volume d’A. von Popovics, Das Geldwesen im Kriege, 1925. Cf. le commentaire de Shotwe (...)

17Mais ce texte est aussi un texte de méthode historique27, centré autour d’une formule de Shotwell : « pas d’histoire sans documents ». Or il ne parvient pas véritablement à accéder aux archives de guerre, et doit proposer une autre solution. Il explique : « tant que l’état d’esprit né de la guerre pesait ainsi sur nos recherches et risquait de les entraver pendant bien des années encore, il fallait découvrir quelque autre solution »28. Il décide de faire appel à « ceux qui au cours de la guerre ont participé à la direction des affaires », et le plan des volumes est alors organisé en fonction des collaborateurs, et non des documents. Conscient des risques d’éloignement du « double idéal d’exactitude et d’objectivité auquel doit toujours tendre l’historien », Shotwell livre dans le même temps une fine analyse de la force de ces ouvrages : « On ne pouvait empêcher une certaine partialité, née des nécessités de la controverse et de la défense. Mais cette partialité même est dans bien des cas une partie intégrante de l’histoire, les appréciations des faits par les contemporains étant aussi instructives que les faits mêmes sur lesquels elles portent ». Shotwell se félicite par exemple des apports de l’ouvrage du gouverneur de la Banque d’Autriche-Hongrie sur le financement du conflit, soulignant que la double monarchie courait à la banqueroute29. Mais il est aussi, dans sa préface générale à tous les ouvrages, comme dans les commentaires qu’il ajoute souvent en présentation spécifique de chacun, préoccupé par la question de la qualité et de la source de l’information produite et par la distance de l’auteur au travail d’analyse proposé. On peut en particulier citer la préface complémentaire de Shotwell à un ouvrage de la série roumaine. Il y explique :

  • 30  J. T. Shotwell, « Préface », p. XI, in G. Antipa, L’occupation ennemie de la Roumanie et ses consé (...)

La monographie de M. Gr. Antipa présente d’autant plus d’intérêt que l’auteur a été chargé par le Gouvernement de son pays de rester dans le territoire occupé pour gérer les affaires du Ministère de l’Agriculture, et de représenter les intérêts de la population devant les autorités occupantes. Il a donc pu regarder de près, et connaître par une expérience vécue les buts et les méthodes de cette occupation, et les effets qu’elle a produits sur la vie de la population. Il peut nous donner une description fidèle, documentée et vivante d’un des faits importants de cette Guerre30.

18On peut aussi reprendre sur l’un des thèmes à l’origine de l’entreprise, celui du coût de la guerre, ce qu’il dit à la fin de la préface de l’ouvrage du français Gaston Jèze, révélant à la fois son souci de la fiabilité et sa vision du conflit :

  • 31  J. T. Shotwell, « Préface »,  in G. Jèze, Les dépenses de guerre de la France, 1926.

La présente monographie, consacrée par le professeur Gaston Jèze aux Dépenses de guerre de la France, fait apparaître l’impossibilité absolue de découvrir jamais le montant même approximatif du coût de la guerre pour le trésor public national. L’effort principal de l’auteur a consisté à montrer la fragilité, et même la puérilité des méthodes de calcul qui ont été suivies jusqu’ici. Il n’en est d’ailleurs aucune qui puisse donner des résultats satisfaisants. […] Le difficile problème du financement de la mobilisation industrielle de la France est étudié avec beaucoup de détails, ainsi que celui des pouvoirs financiers du gouvernement en temps de guerre. La conclusion de l’auteur est que la guerre a entraîné beaucoup de désordre, d’incohérence, de gaspillage. N’est-ce pas la constatation que l’on peut faire pour tous les pays qui ont pris part à la lutte ? »31.

Produire des outils pour la recherche et la connaissance

  • 32  Sont ainsi publiés : H. Jenkinson, A Manual of Archive Administration including the Problems of Wa (...)

19Ce souci du document et des archives passe par l’élaboration de différents types d’outils pour le travail historique sur la guerre. Dans les pays où les archives sont disponibles, de grands guides sont publiés. C’est en particulier le cas pour les séries américaines et anglaises : ces volumes constituent d’ailleurs une véritable réflexion sur les politiques d’archives de ces pays32. Les auteurs du volume américain indiquent dans leur introduction l’ambition de leur ouvrage :

  • 33  W.G. Leland et N.D. Mereness, Introduction…, op. cit., p. XLI.

The social and economic history of the war years and of those immediately succeeding them is chiefly the history of the processes of mobilization and demobilization and of the effects of these processes upon human conduct and relationships. To write this history will be the task of more than one generation of historians; its sources are of the utmost variety and of such appalling physical bulk that their mastery in the near future is hardly to be looked for33.

  • 34  M.E. Bulkley, Bibliographical Survey of Contemporary Sources for the Economic and Social History o (...)
  • 35  Inspecteur général des bibliothèques et des archives, Camille Bloch est alors chargé de la directi (...)
  • 36  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in C. Bloch, Bibliographie méthodique..., op. cit.

20Outre ces guides, sont également publiées des bibliographies monumentales sur le conflit et ses dimensions économiques et sociales. Trois ouvrages sont réalisés pour les séries anglaise, autrichienne et française34. Le volume publié par Camille Bloch mérite un bref commentaire35. Dans sa préface, Shotwell le signale comme « le plus précieux des guides dans une documentation surabondante »36. Camille Bloch s’est livré à un dépouillement considérable des livres, brochures, articles de revue, rapports aux congrès et travaux des associations et groupements concernant l’histoire économique et sociale. Bloch précise ainsi les contours de son objet :

  • 37  C. Bloch, Bibliographie méthodique..., op. cit., p. XIII, Ibidem.

Dans le présent ouvrage, il ne faut pas s’attendre à trouver tous les aspects sous lesquels peut être étudiée l’histoire de la France pendant la guerre, mais seulement les aspects économiques et sociaux. L’histoire militaire, l’histoire diplomatique, l’histoire politique intérieure, l’histoire des moeurs, l’histoire intellectuelle et artistique, l’histoire de l’esprit public (qui forme un chapitre si curieux de celle de la France pendant la guerre), tout cela n’avait pas ici sa place. Notre sujet, c’est la production agricole et industrielle, l’outillage national, le commerce et les échanges, les finances publiques, le travail et la condition des ouvriers, la prévoyance, l’assistance et l’hygiène sociales, les questions démographiques, la vie locale, les colonies et la colonisation, les régions envahies, dévastées, puis libérées, la reconstitution générale de la France37.

  • 38  On peut penser dans le cadre de la série anglaise aux deux impressionnants volumes de N. B. Dearle (...)

21Présentées suivant un plan thématique très détaillé, ce sont ainsi plus de 16000 références qui sont répertoriées et qui offrent un guide sur toute une série de sujets très précis ; quatre parties de l’ouvrage offrent des dépouillements directement liés aux mutations entraînées par le conflit : la première sur la législation de guerre, la deuxième sur la vie économique pendant la guerre, la dixième sur les conséquences de la guerre et la reconstitution de la France, la onzième sur les régions dévastées et libérées. Enfin, la plupart des volumes de la série sont très attentifs à la publication de statistiques et de documents officiels (souvent réunis dans de volumineuses annexes). Des descriptions institutionnelles et chronologiques38 complètent certaines séries en témoignant de cette volonté d’offrir aux historiens futurs un matériau privilégié.

Une vaste réalisation parsemée de difficultés

22L’ampleur du programme réalisé est assez considérable, même si sa production n’est pas linéaire. Des problèmes d’édition, de publication et de traduction se sont en effet posés. Le travail de Shotwell, dans le cadre de l’édition, est très lourd : il relit les manuscrits, les annote, les renvoie pour réécriture. Analysant ce travail, son biographe conclut :

  • 39  H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 99-100.

Appointed general editor of the Carnegie Endowment’s Economic and Social History of the World War, he organized an international cooperative effort in behalf of scholarship on a scale never before attempted. Setting up editorial committees, submitting progress reports, scrutinizing manuscripts, lobbying for appropriations, pleading with reluctant bureaucrats to open classified information and soliciting the aid and support of scores of ex-cabinet members and government officials became his chief occupation for the next seven years and remained a major obligation for eleven more years after that39.

23Se posent pour Shotwell des problèmes qui vont des retards dus aux maladies des auteurs aux questions d’harmonisation des publications d’une même série nationale ou aux modifications du plan d’ensemble de la série. Un des retards les plus inattendus est sans doute celui dû, pour les quelques volumes japonais, aux conséquences du tremblement de terre de 1923. Shotwell note dans une préface :

  • 40  J.T. Shotwell, « Preface », p. X, in U. Kobayashi, The Basic Industries and Social History of Japa (...)

When the Economic and Social History of the World War was planned, this Research Committee became a part of the directing organization of the History and had already it material for the Japanese volumes well in hand when the Japanese earthquake occurred in 1923 and not only destroyed much of the documentation but so dislocated the economic life of Japan as to make more difficult than ever the measurement of economic forces concerning the World War. The material had largely to be written anew or rewritten, and then the difficulties of translation and adaptation to the Western reader added new delays, so that the Japanese Series, although begun early in the post-war years, appears only after the passage of a decade40.

  • 41  G. Antipa, L’occupation ennemie en Roumanie..., op. cit., p. 5.
  • 42  D’après les estimations de Josephson, utilisant des documents internes à la Dotation et d’autres t (...)

24Des questions de traduction sont aussi posées : la plupart des volumes de petites séries nationales sont édités en français ou en anglais seulement, sachant en plus que différents titres sont retraduits et édités aux états-Unis. La question des traductions peut parfois retarder des éditions, comme dans le cas de G. Antipa, qui note dans son introduction : « Dans l’intention spéciale de faciliter autant que possible la lecture de ce livre dans les pays des puissances centrales, je l’avais rédigé - depuis trois ans déjà - en allemand ; et ce n’est que beaucoup plus tard que la fondation Carnegie a pris la décision de le faire traduire et paraître en français »41. Un problème de financement est même un moment posé à Shotwell pour sa série, et, après les premiers volumes édités en 1921 et 1922, il faut attendre en 1924 le remplacement de Clark par Shotwell à la direction de la division économie et histoire de la Dotation pour que les choses évoluent en sa faveur. Surtout, l’entreprise Carnegie décide de financer le projet au-delà des fonds de la Dotation, et de nombreux volumes peuvent alors être publiés42.

  • 43  Josephson cite à ce sujet un document des archives Carnegie : Pauline Stearns to George A. Finch, (...)

25Ce financement n’empêche pas les lacunes par rapport au plan initial annoncé, et repris systématiquement dans la plupart des volumes publiés. Une absence semble particulièrement attrister Shotwell : c’est celle de Sigmund Freud, qui avait signé un contrat pour écrire un volume sur les « Aspects psychologiques des Réactions de Guerre » : mais après y avoir travaillé pendant plusieurs mois il y renonce43.

26Parallèlement sont écrites des synthèses générales pour les différentes séries nationales : Henri Pirenne livre la synthèse belge, Charles Gide et William Oualid la française, David Mitrany une synthèse des séries concernant l’Europe du Sud-Est et Francis W. Hirst la synthèse anglaise. Shotwell livre une préface spécifique pour ce volume, un des derniers de la série, où il explique :

  • 44  J.T. Shotwell, « Preface », p. V, in F. W. Hirst, The Consequences of the War to Great Britain, 19 (...)

This is the concluding volume of the British Series in the « Economic and Social History of the World War ». Begun just after the treaties of peace were signed, this co-operative effort to measure the economic cost of the War and to describe the displacement which it caused in the normal processes of civilization is now approaching completion. It covers, in greater or less detail, the effects of the War upon twenty-one countries. There are 24 volumes in the British Series and some 150 in the History as a whole. Planned with due regard to differences in history and outlook, the various national series differ in method of treatment and in scope; but most of the volumes are in the nature of a contemporary record. They were written by those who played some part in the conduct of affairs during the War, and who, as privileged observers, were able to bring first-hand or second-hand knowledge to bear upon the explanation of those elements in the war-time scheme of things which they described44.

Le problème majeur de l’objectivité

27La question de l’objectivité de la connaissance produite est au cœur d’un débat récurrent, dès lors que bon nombre de volumes cherchent d’abord à plaider la paix, mais en se souvenant des combats. Certains membres de la Dotation Carnegie ont même pu, au début des années 1920, se demander si de tels volumes devaient bien être financés par une fondation au but pacifique. De ce débat entre les trustees, Shotwell tire la conclusion qu’il doit être encore plus attentif à chaque manuscrit que les auteurs lui soumettent. Il semble ainsi avoir refusé plusieurs ouvrages initialement prévus et écrits. Josephson, citant les papiers Shotwell, explique :

  • 45  H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 111-112.

After reading the French volume on the war blockade, for example, he decided that the Endowment could not publish it because it was more a contribution to the « method of carrying on a blockade » than a study of the effects of the blockade during World War I. [...] He not only rejected the French volume on the blockade, but turned down two volumes in the Austrian series, forced major revisions on numerous other volumes, and demanded minor changes in almost all the studies45.

  • 46  J.T. Shotwell, « Préface », p. XI, in G. T. Danaillow, Les effets de la guerre en Bulgarie, 1932.

28Dans ses présentations des différents livres, Shotwell prend souvent la peine de souligner les efforts d’impartialité déployés par les auteurs, que ceux-ci aient été des acteurs du conflit ou soient des scientifiques. Shotwell explique pour l’auteur d’un des ouvrages de la série bulgare que « quoiqu’il ait participé aux événements de la guerre en qualité de député et aussi de ministre, il a tenu à oublier toute politique, pour que la rédaction de cette étude reste consciencieuse et strictement neutre »46 ou encore pour la synthèse sur l’Europe du Sud-Est :

  • 47  J.T. Shotwell, « Preface », p. VI-VII, in D. Mitrany, The Effect of the War in Southeastern Europe (...)

Dr. Mitrany, who now holds a professioral chair in the School of Economics and Politics at the Institute for Advanced Study, Princeton, New Jersey, brings to the analysis of this vast and varied theme the advantages of both intimate personal knowledge and a sense of distance - the distance at which a scholar and a student of human affairs can look at it. Its calm is not that of detachment but of scientific interest in the unfolding of a great drama. Those of like mind and temper will be grateful to him47

29Certains auteurs insistent eux-mêmes sur le respect de cette consigne de la Dotation Carnegie. Le collectif d’auteurs polonais explique sous la plume de Marcel Handelsman :

  • 48  Avant-propos, in M. Handelsman dir., La Pologne, sa vie économique et sociale pendant la guerre, 1 (...)

Le Comité s’est attaché strictement, on pourrait presque dire religieusement, à poursuivre les buts et les fins indiqués par la Dotation Carnegie. Supprimant toute appréciation personnelle, tout jugement, il s’est borné uniquement à la présentation des faits de la manière la plus objective. Notre récit est fait uniquement de dates, de documents, de chiffres, et de la description la plus succincte des événements, toujours et uniquement d’après les documents les plus certains48.

  • 49  La participation de la république de Weimar et des Allemands au projet donne lieu à des débats sig (...)

30D’autres, au contraire, revendiquent leur subjectivité. Ainsi, du volume atypique écrit par Albrecht Mendelssohn-Bartholdy49, qui revendique d’exposer « [his] own personal point of view », en insistant sur le changement d’échelle par rapport aux analyses habituelles de la série :

  • 50  A. Mendelssohn-Bartholdy, The War and German Society, the Testament of a Liberal, 1937, p. 4.

For the impersonal survey of political history it substitutes, deliberately, repeatedly, and it may be in partisan fashion, the personal diary, private correspondence, experiences within the narrow circle of friends and relatives ; in preference to statistics it uses a housekeeping-book, a bank account, a series of income-tax returns in the author’s own files. It relies on a a talk with village neighbors, or with housemaid and cook, quite as much as a government or trade-union memorandum on fixed prices for agricultural produce, or on unemployment or a shortage of labor. [...] No man who has lived through this war will lay claim to be able to see it objectively. We cannot simply accept the War as a fact having an existence independent of the human beings who were thrown into it50.

  • 51  G. Antipa, L’occupation ennemie..., op. cit., p. 1 et 169.

31Certains sont confrontés au récit difficile de l’occupation de territoires. Ainsi le roumain Gr. Antipa, après avoir indiqué que publier son travail était une « obligation morale », conclut son analyse par un paradoxe : « Si j’ai raconté avec une telle franchise et sans aucun ménagement toute l’histoire des souffrances de la population roumaine et toutes les erreurs de ses anciens ennemis, telles qu’elles ont été, ce ne fut que dans le but de préparer une réconciliation véritable »51. Le cas particulier du volume écrit par Henri Pirenne mérite ici d’être souligné. Pirenne signale dans son introduction qu’il décrit la situation « au point de vue de l’occupé », par opposition à un volume de la série allemande, et que « ce n’est pas de sa faute si les faits qu’il a dû rapporter donnent à sa description une nuance bien sombre ». Mais Pirenne pousse plus loin le raisonnement, en prenant position par rapport à l’exercice de son métier et au sens même de la série d’ouvrages :

Historien de profession, il ne se dissimule pas tout ce que son travail laisse à désirer. Tout au plus peut-on le considérer comme un croquis provisoire. [...] Au surplus ce petit livre où se reflète l’impression laissée par les événements sur un témoin oculaire peut, dans une certaine mesure, passer lui-même pour une source. A défaut d’autre mérite, il répond ainsi à l’un des desiderata de l’histoire économique et sociale de la guerre mondiale.

  • 52  H. Pirenne, La Belgique et la guerre mondiale, 1929, p. 3 et 4.
  • 53  J. Horne, « Les milieux des sciences humaines et sociales face aux atrocités pendant et après la g (...)

32Pirenne précise dans une note : « L’auteur a vécu à Gand depuis le début de la guerre jusqu’à sa déportation en Allemagne, le 16 mars 1916. Durant ce temps il a été autorisé deux fois à passer un jour à Bruxelles et une autre fois deux jours à Verviers »52. Très attentif à l’importance des représentations avec la thématique des atrocités allemandes, cette expérience reste déterminante dans l’appréhension de son métier d’historien par Henri Pirenne53.

La série russe

  • 54  Dans l’introduction de l’ouvrage qu’il publie en 1931, Florinsky dresse le portrait de Sir Paul Vi (...)

33Répercussion de la mémoire du conflit, choix des auteurs, accès aux sources, toutes ces questions cruciales dans cette entreprise scientifique, mobilisation collective et internationale, se trouvent rassemblées dans les problèmes posés par la série russe, longtemps d’ailleurs intitulée « 1ère série ». Devant un ferme refus du gouvernement bolchevik, Shotwell choisit d’arrêter l’étude avant la Révolution et de faire appel à des scientifiques et à des hommes politiques exilés. Il confie la direction du Comité éditorial à Sir Paul Vinogradoff, professeur à Moscou puis à Oxford à partir de 1903 sur la chaire de jurisprudence historique, assisté par Michael T. Florinsky, étudiant à la London School of Economics avant de devenir l’assistant de Shotwell à Columbia54.

  • 55  Je remercie particulièrement Olga Pichon-Bobrinskoy pour l’aide qu’elle m’a apportée sur le corpus (...)

34La liste des auteurs contactés55 est intéressante, car elle regroupe essentiellement des libéraux russes, qui appartiennent à l’élite intellectuelle, fortement en contact avec le monde européen avant la guerre, et surtout très engagée pendant le conflit dans ce que l’on nomme les « organisations publiques », c’est-à-dire l’administration para-gouvernementale (Union des villes, Union des Zemstvos, Comités d’Industrie de Guerre). Ces mêmes acteurs ont ensuite été des hommes du gouvernement provisoire avant d’émigrer, en prenant parfois des responsabilités dans le Gouvernement blanc, en France ou à Prague (autour de l’Université russe de droit organisée par Paul Jvanovitch Novgorodzoff). Dans la liste des auteurs qui n’ont finalement pas publié d’ouvrages se trouvent de grands industriels russes, mais aussi un nationaliste ukrainien (N. Mogilansky, qui publie à Paris en 1920 la revue La Jeune Ukraine) ou quelques acteurs de premier plan comme le prince Lvoff ou P. B. Struve. Le choix des sujets traités (les « organisations publiques », le coopérativisme) montre l’adaptation du plan général aux données propres à la Russie et à la liste d’auteurs réunis. Les difficultés de réalisation de cette série amènent Shotwell à se sentir finalement assez satisfait de l’ensemble produit. Il note ainsi dans une préface :

  • 56  J.T. Shotwell, « Preface », p. X, in S. O. Zagorsky, State Control of Industry in Russia during th (...)

The achievement of the Russian Division of the History is, all things considered, the most remarkable section of the entire collection. This is due, in the first place, to the fact that the authors, all of them exiles who live in foreign lands, have not only brought to this task the scientific disciplines of their own special fields but also an expert knowledge drawn from personnal experience which in several instances reached to the highest offices of State56.

35L’une des originalités de la démarche contrainte de Shotwell consiste à réfléchir aux effets de connaissance produits par ce recours aux acteurs et aux monographies sur des points précis. Dans la préface d’un volume autrichien il revient sur ce point en soulignant l’attitude de la Dotation face aux auteurs :

  • 57  J.T. Shotwell, « Preface », p. IX, in J. Redlich, Austrian War Government, 1929.

In like manner the publication of the monographs does not commit the Endowment to agreement with any specific conclusions which may be expressed therein. The responsibility of the Endowment is to History itself – an obligation not to avoid but to secure and preserve variant narratives and points of view, in so far as they are essential for the understanding of the War as a whole57.

L’expérience française : acteurs, témoins et analystes

36La série française, la plus complète réalisée sans doute avec la série anglaise, mérite, compte tenu de la connaissance privilégiée que l’on peut avoir des auteurs, d’être analysée précisément. La diversité des volumes produits, mais aussi la cohérence du choix des auteurs permettent de mieux saisir la réalisation de cette vaste entreprise scientifique. Enfin, on peut réfléchir sur les caractères novateurs des histoires politiques et sociales alors écrites par ces « intellectuels praticiens ».

Un tableau de la France écrit par des spécialistes d’un type nouveau

  • 58  Spécificité de la série française, le type de volumes publiés pour ces études locales doit cependa (...)

37La série française regroupe de nombreux volumes de registres très différents : leur taille, leur écriture, le type d’informations contenues ne sont pas uniformes. Un regroupement en sept catégories est proposé officiellement dans le plan de classement : « organisation gouvernementale ; industrie ; travail ; vie sociale ; commerce, transports et finance ; régions envahies ; histoire locale ». On peut ainsi d’abord constater que le projet intellectuel de la série globale n’accorde aucune place ni à l’histoire militaire classique, ni aux récits des combats. La série de volumes sur le local est souvent constituée de très courtes monographies, mais elles sont écrites par des acteurs politiques locaux de premier plan (Edouard Herriot, Camille Chautemps ou Henri Sellier)58. Les membres du Comité éditorial français ont accordé une place à leur thème de prédilection. Ainsi Charles Gide traite-t-il de la Coopération : Gide et Daudé-Bancel écrivent notamment :

  • 59  C. Gide et A. Daude-Bancel, De la lutte contre la cherté par les organisations privées, 1927, p. 2

Ce sont ces efforts, dus à l’initiative privée, que nous avons à exposer ici. Ils n’ont pas été très considérables, du moins en France, et nous ne chercherons pas à les grossir. Notre étude sera courte, mais pourtant il serait injuste de ne pas leur réserver une petite place dans l’histoire économique de la guerre59.

  • 60  Il avait été demandé à un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, J.E.P. Goût, et (...)
  • 61  A. Chatriot, « Henri de Peyerimhoff, figure du syndicalisme patronal dans l’industrie houillère »  (...)
  • 62  G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre (1914-1919), Paris,Payot, 1929.

38Au-delà de la disparité des livres, on est également frappé de la différence entre les volumes prévus et ceux effectivement publiés. Si on met à part le cas du volume refusé par Shotwell sur le blocus60, de nombreuses signatures célèbres ne réalisent pas leur volume. C’est en particulier le cas pour bon nombre de grands patrons comme Robert Pinot, le président du Comité des Forges et un influent membre de l’Union des industries métallurgiques et minières ou comme Henri de Peyerimhoff61, le président du Comité des Houillères, mais aussi pour Albert Thomas, sans doute trop absorbé à Genève, et qui renonce à écrire sur « l’organisation des industries de guerre », ou pour René Cassin, professeur de droit et très actif militant des mouvements d’anciens combattants qui devait écrire le volume sur les blessés. En l’absence d’archives, il est difficile d’évaluer le choix des auteurs, l’accessibilité des sources, les conditions et les rythmes de publication, l’influence du Comité éditorial ou l’état d’avancement des manuscrits inachevés. Il semble que cela soit un cas unique, mais Georges Cahen-Salvador, membre du Conseil d’état, avait été contacté pour, à partir de son expérience pendant le conflit, écrire sur les prisonniers de guerre. Or il publie bien un livre sur ce sujet, mais chez un autre éditeur et dans une autre collection : « Collections de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale »62.

  • 63  C. Topalov dir., Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en Franc (...)
  • 64  J. Beausoleil et P. Ory dir., Albert Kahn 1860-1940, réalités d’une utopie, Boulogne-Billancourt, (...)
  • 65  On est en désaccord sur ce point avec : A. Prost et J. Winter, Penser la Grande Guerre…, op. cit., (...)
  • 66  A. Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 192 (...)

39L’ensemble des auteurs contactés par le comité éditorial français constitue ce que l’on peut nommer un milieu d’ « intellectuels praticiens ». Sans vouloir ici employer l’expression de réseau, faute de pouvoir quantifier ou qualifier les types de liens, on peut toutefois indiquer que la plupart des auteurs se connaissent entre eux et ont été impliqués dans la gestion administrative du conflit. Des liens académiques, des habitudes de travail, des lieux communs de débats et des expériences de luttes communes inscrivent ces acteurs dans ce que le sociologue Christian Topalov a nommé, pour la France du tournant du siècle, la « nébuleuse réformatrice »63. Des milieux spécifiques peuvent être identifiés : un réseau socialiste normalien autour d’Albert Thomas, des liens à l’école Libre des Sciences Politiques et au Conseil d’état. Intellectuels, fonctionnaires et politiques ont pu se rencontrer durant toute la guerre dans le cadre du Comité National d’études Sociales et Politiques soutenu par Albert Kahn64. Bon nombre d’entre eux furent des élèves de Charles Gide à la Faculté de Droit de Paris, on ne peut cependant considérer que les auteurs regroupent une « prédominance d’économistes »65. Ils sont pour la plupart d’entre eux  associés à la réalisation d’un Conseil économique durant les années 192066.

40Mais surtout la plupart de ces auteurs ont participé aux cabinets ministériels chargés d’adapter le pays, son industrie et sa société aux nécessités de la guerre, dans cette période particulière où les intellectuels peuplent les entourages des hommes politiques, aussi bien de Thomas (avec Oualid, Simiand, Roques ou Halbwachs) que de Clémentel (avec Hauser). Shotwell souligne souvent dans ses préfaces spécifiques à chaque volume le rôle joué par les acteurs dans l’administration de la guerre, parlant même d’ « histoire vécue ». Il écrit ainsi :

  • 67  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in B. Nogaro et L. Weil, La main-d’œuvre étrangère et colonial (...)

Les auteurs, MM. le Professeur Nogaro et le Lieutenant-Colonel Lucien Weil, ont collaboré, en effet, d’une façon très active, à toutes les mesures prises pour l’introduction et l’utilisation de la main-d’œuvre importée en France pendant les hostilités. Leur monographie constitue donc une étude d’histoire vécue, qui prendra sa place parmi les travaux consacrés à l’histoire du travail pendant la Guerre67.

  • 68  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in A. Cremange, Chômage et placement, 1927.

41Il insiste surtout sur les « initiatives et les innovations » survivant « aux circonstances exceptionnelles qui les avaient fait naître »68.

Objectivité et conflit franco-américain

  • 69  J.T. Shotwell, « Préface », p. XI, in R. Picard, Le mouvement syndical durant la guerre, 1928.
  • 70  H. Chardon, L’Organisation de la République pour la paix, 1927, p. XIII.

42Comme pour les autres séries, Shotwell est confronté à la question de l’objectivité, en particulier sur la délicate question des recompositions syndicales en France. Il note ainsi : « Ce sont ces divers aspects du mouvement syndical qui se trouvent examinés ici, à la lumière d’une documentation abondante et dans un esprit entièrement objectif »69. Il assume parfois aussi pleinement le caractère atypique de certains volumes, tel celui écrit par le conseiller d’Etat Henri Chardon, qui, dans son avant-propos, précise : « Le Comité de la Dotation Carnegie me demande un mémoire sur « l’organisation de la République pour la paix ». Ce mémoire, je sais que je vais l’écrire avec une bonne foi absolue : mais je n’essayerai pas, par des artifices de style, de lui donner un caractère impersonnel »70. Dans sa préface, Shotwell cadre l’intérêt du livre :

  • 71  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in Ibidem.

Ainsi que l’auteur le dit en commençant, elle n’est et ne peut être qu’un document versé au dossier par un observateur attentif et de bonne foi. Mais ces réflexions sur l’esprit de paix dans la République, l’objet et les conditions de la vie sociale dans une démocratie, les buts de la nation, le sentiment de la patrie, les restrictions à apporter au principe de la souveraineté nationale et les combinaisons de fonctions qui peuvent presque mécaniquement assurer l’ordre, la permanence et l’honorabilité nécessaires aux affaires extérieures comme aux intérieures, n’intéressent pas seulement les Français71.

43Tout en s’énonçant parfois comme des résultats partiels, certaines approches prennent position dans le débat économique. Ainsi est publié un volume sur le mouvement des prix et des salaires pendant la Guerre rédigé par le directeur honoraire de la Statistique générale de la France. Lucien March écrit une note liminaire, datée d’avril 1922, à ces données statistiques et il explique :

  • 72  L. March, Mouvement des prix et des salaires pendant la Guerre, 1925.

Dans le désarroi occasionné par la Guerre, on ne s’est guère avisé qu’à côté des champs de bataille meurtriers, un champ d’observations s’ouvrait, fertile en enseignements, utiles pour la paix comme pour la guerre. Ceux-ci auraient pu éviter de nouvelles surprises et la répétition des mêmes erreurs au cas de nouveaux cataclysmes, ils auraient pu aussi mettre en lumière des facteurs obscurs des événements observés et contribuer à prévenir le retour de ces événements. Le souci des profits de l’expérience ayant cédé devant d’autres soucis infiniment plus pressants, la statistique ne peut faire état que d’informations recueillies un peu au hasard et souvent sans lien »72.

  • 73  On suit sur ce point l’étude très fine de J.L. Harvey, « Henri Hauser… », art. cit., p. 259-265.
  • 74  Finalement publié : E. Clementel, La France et la politique économique interalliée, 1931. Cf. auss (...)
  • 75  Il trace d’ailleurs une présentation très nuancée de la série française qu’il a pourtant codirigée (...)

44Un autre problème s’est posé pour Shotwell qui est lié aux réactions d’Henri Hauser, un des membres du comité éditorial français73. L’historien économiste de la Sorbonne proteste en effet sur la question de l’ordre de publication des volumes. Il se plaint entre 1920 et 1923 directement à la Dotation Carnegie de la publication des volumes anglais avant les volumes français. Shotwell rappelle son objectif d’impartialité international mais Hauser lui reproche de s’opposer à certains ouvrages, en particulier celui réalisé par Etienne Clémentel dont il fut la collaborateur durant le conflit74. Shotwell s’oppose aussi à Hauser sur l’idée de publier des volumes qui pourraient commenter les conditions prévues par les traités de paix. Enfin, il lui explique dans une correspondance tendue quels sont les volumes qu’il a refusés et la ligne de conduite qu’il s’est fixé. Hauser exprime assez bien par ses réactions qu’au-delà des enjeux scientifiques, le conflit reste une réalité immédiate et pesante pour les Européens75.

La prise en compte des mutations induites par la Guerre

45L’ensemble de ces volumes ne doit pas être analysé comme une simple accumulation de statistiques et de textes officiels : une vision de ce qui s’est joué pendant la guerre y est précisée, même si le discours historique est parfois de nature différente. On peut comparer les volumes écrits par les deux historiens professionnels de la série française : Henri Hauser et Pierre Renouvin.

  • 76  C. Druelle, Un laboratoire réformateur : le département du Commerce en France et aux états-Unis de (...)
  • 77  H. Hauser, Le problème du régionalisme, 1924, p. 13. Cf. A. Chatriot, « Les « Régions économiques  (...)
  • 78  Sur la centralité de Pierre Renouvin dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale : J.-J. (...)

46On remarque qu’Henri Hauser écrit d’abord pour tirer les leçons de son expérience auprès du ministre du Commerce76. Hauser se fait même programmatique quand il explique que « régionaliser le budget des travaux publics, régionaliser même la conception et l’exécution de l’outillage national, c’était la seule façon rationnelle d’aborder le problème effrayant de l’après-guerre »77. Alors que Pierre Renouvin donne une véritable leçon de méthode de science historique78. Souvent caricaturé dans une approche du politique diplomatique, dont il fut par ailleurs le grand promoteur, il livre au début de son livre des recommandations :

  • 79  P. Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, 1925, p. 2.

En matière d’institutions politiques ou administratives, ce n’est pas la décision légale qui importe le plus ; c’est l’application pratique, qui est souvent bien différente. (...) Si l’on recherchait les motifs de telle ou telle mesure de principe qui paraît étrange ou obscure, bien souvent on trouverait à la base des questions de personnes, des préférences individuelles, et des conflits d’influence. Tel décret n’est parfois qu’un pavillon qui couvre un marchandage. Je ne veux pas dire que ce cas soit fréquent ; je ne prétends certes pas qu’il soit particulier à la France. En tout pays, l’histoire des institutions ne se sépare pas aisément de l’histoire politique. Ceci dit seulement pour indiquer les lacunes d’une étude, qui voudrait ne pas se borner à une analyse juridique, qui voudrait indiquer l’évolution des institutions, et qui ne peut aujourd’hui dépasser le caractère d’un premier essai79.

  • 80  M. Leroy, « Les perfectionnements économiques et techniques dus à la guerre », Revue de l’enseigne (...)
  • 81  P. Fridenson ed., The French Home Front 1914-1918, Oxford, Berg, 1992.
  • 82  E. Langlinay, « Consommation et ravitaillement durant la Première Guerre mondiale (1914-1920) », i (...)
  • 83 J. F. Godfrey, Capitalism at War. Industrial Policy and Bureaucracy in France 1914-1918, Leamington (...)

47Enfin, la série française restitue assez bien les mutations essentielles qu’opère l’état dans sa confrontation avec la société et avec l’économie pendant la guerre et ce point est souligné par certains commentateurs à l’époque, comme Maxime Leroy, un proche des milieux intellectuels qui réalisent la série80. La plupart des acteurs de ces réformes sociales qui agitent l’« autre front »81 écrivent dans l’Histoire sociale et économique de la guerre. Les questions de ravitaillement sont traitées dans plusieurs ouvrages82. La série française constitue une base précieuse pour suivre l’évolution de l’industrie française et le rôle nouveau donné aux administrations83.

48Shotwell ne s’y trompe pas, soulignant dans la préface de l’ouvrage écrit par le juriste William Oualid et le directeur du Travail au ministère Charles Picquenard :

  • 84  J.T. Shotwell, « Préface », p. XI-XII, in W. Oualid et Ch. Picquenard, Salaires et tarifs. Convent (...)

On y verra comment la fixation des salaires et des tarifs, la conclusion des conventions collectives, la solution des différends entre employeurs et salariés, au lieu d’être laissées au libre débat des intéressés, ont fait l’objet d’une sollicitude et d’une action continues des pouvoirs publics dont l’action sociale est un aspect de l’étatisme de guerre84.

49Présentant l’évolution des questions ouvrières face à la guerre aussi bien pour le chômage, le placement, les salaires que pour les conflits du travail et les conventions collectives, les deux auteurs du volume différencient les types de conquêtes sociales réalisées :

  • 85  W. Oualid et Ch. Picquenard, Salaires…, op. cit., p. 2.

De ces conquêtes de la guerre, les unes sont définitives, d’autres passagères car elles s’attachent aux conditions mêmes de mobilisation et de production. Les premières relèvent surtout du Ministère du Travail qui poursuit et accélère pendant la guerre sa politique de protection législative ouvrière ; les secondes émanent principalement du ministère industriel, producteur et employeur, supérieur hiérarchique et tuteur naturel de la main-d’œuvre qu’est le ministère de l’Armement85.

  • 86  G. Jeze, Les dépenses publiques…, op. cit., p. 200.

50Les volumes français ne sont donc pas tous écrits sur un ton neutre et la démonstration du spécialiste de finances publiques, le professeur Gaston Jèze, est particulièrement sévère sur les dépenses publiques et l’absence de contrôle. Présentant en détail l’évolution de la législation financière durant le conflit, Jèze conclut son livre par cette phrase : « Toutes ces prescriptions ne furent pas observées »86.

51Ainsi comme dans la plupart des séries nationales la série française s’adapte aux spécificités revêtues par la guerre dans le pays.

  • 87  Dans le volume récapitulatif de 1924, la dotation publie une revue de presse détaillée qui concern (...)
  • 88  On dispose d’une liste des bibliothèques et institutions où les publications de la Dotation sont d (...)

52Dresser un bilan d’une telle entreprise collective n’est pas chose simple. En l’absence d’accès aux archives de la Dotation Carnegie, on n’a pas pu ici s’intéresser aux tirages effectifs de ces près de cent cinquante volumes regroupant plus de 300 monographies sur dix-huit pays différents. La Dotation a semblé soucieuse de la réception des volumes produits87. Un des points à souligner est la politique d’envoi des volumes dans de très nombreuses bibliothèques universitaires et institutionnelles à travers le monde88. Josephson insiste sur les conséquences commerciales d’une telle démarche :

  • 89  H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 113.

The war history, while receiving impressive reviews, never proved a good commercial venture and almost every one of the volumes fell dead upon the market. Part of the problem lay in the Endowment’s policy of sending its publications gratuitously to several hundred governemental, educational, and public libraries throughout the world89.

  • 90  Un témoignage indirect révélateur réside dans le fait que certains ouvrages de la série déposés à (...)
  • 91  E. Thiers, « Droit et culture de guerre 1914-1918. Le Comité d’études et documents sur la guerre » (...)
  • 92  On pense ici aux recherches menées dans le cadre de son doctorat à l’université Paris I par le géo (...)
  • 93  O. Dumoulin, « Aux origines de l’histoire des prix », Annales ESC, 1990, p. 507-522 ; D. T. Rodger (...)

53De plus, il faut reconnaître que la série semble être tombée longtemps dans un certain oubli historiographique90. Cet oubli est assez injuste, compte tenu de l’ampleur du projet et de l’enjeu pour les sciences sociales : cette série recoupe en effet aussi bien la question de la coopération intellectuelle internationale, le rapport au politique (en affinant la confrontation aux formes de l’état en guerre) et le statut de la recherche collective scientifique. Les nombreuses démarches documentaires et scientifiques autour du premier conflit mondial commencent à être mieux connues91. Plus largement, une piste majeure s’ouvre au chercheur dans la confrontation des sciences sociales à la guerre92. Par ailleurs, l’expérience de la série de la Dotation Carnegie permet de voir sur un projet scientifique précis comment, non sans conflits, les relations intellectuelles entre les états-Unis et l’Europe se développent dans la première moitié du xxe siècle, rejoignant ainsi des démarches historiographiques neuves93.

54Cette approche de la série n’autorise que des conclusions limitées : l’origine de la série précède le conflit et une recherche initiale sur les coûts de la guerre est adaptée progressivement face à l’ampleur des mutations des sociétés et des économies en guerre ; le projet historiographique de la série est clairement défini et dans ce cadre l’acteur majeur est l’historien américain James T. Shotwell ; enfin la série française, très complète, offre une vision passionnante de la construction d’un discours analytique sur la guerre par des scientifiques qui ont été engagés dans l’administration du conflit.

55Enfin, l’analyse historiographique de tous ces volumes ne doit pas faire oublier pour leurs différents auteurs la proximité et la présence du conflit. Ainsi, le haut fonctionnaire Henri Chardon termine son avant-propos par ses mots :

  • 94  H. Chardon, L’Organisation de la République..., op. cit., p. XIII. L’auteur explicite ce point dan (...)

Depuis trente-huit ans, je sers, au Conseil d’Etat, la République française ; mon fils est tombé pour elle, à vingt-neuf ans ; je sais ce qu’il pensait et pour quoi il est mort : je résume sa pensée et la mienne »94.

Annexe

56Source: Carnegie Endowment for International Peace,
Summary of Organization and Work 1911-1941, Washington, 1941, 123 p., pp. 105-113.
[J’ai corrigé quelques erreurs et complété les références précises lorsque c’était nécessaire.]

Division of Economics and history

Preliminary Economic Studies of the World War

57No. 1 Early Economic Effects of the European War upon Canada, by Adam Shortt. New York, 1918. xvi + 32 pages.Combined with No. 2 in cloth binding. xvi +  101 pages.

58No. 2 The Early Effects of the European War upon the Finance, Commerce and Industry of Chile, by L. S. Rowe. New York, 1918. xii + 63 pages. Combined with No. 1 in cloth binding. xvi + 101 pages.

59No. 3 War Administration of the Railways in the United States and Great Britain, by Frank Haigh Dixon and Julius H. Parmelee. Second (revised) edition, with supplementary chapters, New York, 1919. x + 203 pages, index.

60No. 4 Economic Effects of the War upon Women and Children in Great Britain, by Irene Osgood Andrews, assisted by Margaret A. Hobbs. Second (revised) edition, New York, 1921. xii + 255 pages, index.

61No. 5 Direct Costs of the Present War, by Ernest L. Bogart. New York, 1918. x + 43 pages. Revised edition issued as No. 24.

62No. 6 Effects of the War upon Insurance, with Special Reference of the Substitution of Insurance for Pensions, by William F. Gephart. New York, 1918. viii + 302 pages, index.

63No. 7 The Financial History of Great Britain, 1914-1918, by Frank L. McVey. New York, 1918. vi + 101 pages.

64No. 8 British War Administration, by John A. Fairlie. New York, 1919. xii + 302 pages, index.

65No. 9 Influence of the Great War upon Shipping, by J. Russell Smith. New York, 1919. x + 357 pages, index.

66No. 10 War Thrift, by Thomas Nixon Carver. New York, 1919. vi + 68 pages.

67Combined with No. 13 in cloth binding, New York, 1919. vi + 68 + vi + 192 pages.

68No. 11 Effects of the Great War upon Agriculture in the United States and Great Britain, by Benjamin H. Hibbard. New York, 1919. x + 232 pages, index.

69No. 12 Disabled Soldiers and Sailors: Pensions and Training, by Edward T. Devine, assisted by Lillian Brandt. New York, 1919. vi + 471 pages, index.

70No. 13 Government Control of the Liquor Business in Great Britain and the United States, by Thomas Nixon Carver. New York, 1919. vi + 192 pages.

71Combined with No. 10 in cloth binding, New York, 1919. vi + 68 + vi + 192 pages.

72No. 14, British Labor Conditions and Legislation during the War, by M. B. Hammond. New York, 1919. x + 335 pages, index.

73No. 15 Effects of the War on Money, Credit and Banking in France and the United States, by B. M. Anderson, Jr. New York, 1920. viii  + 227 pages, index.

74No. 16 Negro Migration during the War, by Emmett J. Scott. New York, 1920. viii-189 pages, bibliography, index.

75No. 17 Early Effects of the War upon the Finance, Commerce and Industry of Peru, by L. S. Rowe. New York, 1920. vi + 6o pages.

76No. 18 Government Control and Operation of Industry in Great Britain and the United States during the World War, by Charles Whiting Baker. New York, 1921. viii + 138 pages, index.

77No. 19 Prices and Price Control in Great Britain and the United States during the World War, by Simon Litman. New York, 1920. x  + 331 pages, index.

78No. 20 Not published.

79No. 21 The Cooperative Movement in Jugoslavia, Rumania and North Italy, by Diarmid Coffey. New York, 1922. viii + 99 pages, index.

80No. 22 Not published.

81No. 23 Effects of the War upon French Economic Life: A collection of five monographs, edited by Charles Gide. Oxford, 1923. 197 pages, index.

82No. 24 Direct and Indirect Costs of the Great World War, by Ernest L. Bogart. Second (revised) edition, New York, 1920. viii + 338 pages, index.

83No. 25 Government War Contracts, by John Franklin Crowell. New York, 1920. xiv + 357 pages, index.

Economic and Social History of the World War

AMERICAN SERIES : Publishers: Yale University Press, New Haven, Conn.

84Introduction to the American Official Sources for the Economic and Social History of the World War, compiled by Waldo G. Leland and Newton D. Mereness. 1926. xlvii + 532 pages, index.

85War History of American Railroads, by W. D. Hines. 1928. xviii + 327 pages, index.

86The Costs of the War to the American People, by John Maurice Clark. 1931. xii + 316 pages, index.

BRITISH SERIES : Publishers: Yale University Press, New Haven, Conn.

87Allied Shipping Control: An Experiment in International Administration, by James Arthur Salter, C.B. 1921. xxiv + 372 pages, 1 chart, index.

88War Government of the British Dominions, by Arthur Berriedale Keith, D.C.L., D.Litt. 1921. xvi + 354 pages, bibliography, index.

89Prices and Wages in the United Kingdom, 1914-1920, by Arthur L. Bowley, Sc.D. 1921. xx + 228 pages, index.

90A Manual of Archive Administration, including the Problems of War Archives and Archive Making, by Hilary Jenkinson. 1922. xx + 243 pages, index.

91The Cotton Control Board, by Hubert D. Henderson, M.A. 1922. xiv + 76 pages.

92Bibliographical Survey of Contemporary Sources for the Economic and Social History of the War, by Mildred Emily Bulkley. 1922. xix + 648 pages, index.

93Labour Supply and Regulation, by Humbert Wolfe. 1923. xvi + 422 pages, index.

94The British Coal-Mining Industry During the War, by Sir Richard A. S. Redmayne. 1923. xvi + 348 pages, index.

95Food Production in War, by Sir Thomas Hudson Middleton. 1923. xx + 373 pages, index.

96Workshop Organization, by G. D. H. Cole. 1923. xvi  + 186 pages, index.

97Trade Unionism and Munitions, by G. D. H. Cole. 1923. xvi + 251 pages, index.

98Labour in the Coal-Mining Industry (1914-1921), by G. D. H. Cole. 1923. xiv + 274 pages.

99The Industries of the Clyde Valley During the War, by W. R. Scott and J. Cunnison. 1924. xvi + 224 pages, index.

100Experiments in State Control at the War Office and the Ministry of Food, by E. M. H. Lloyd. 1924. xxiv + 460 pages, index.

101British Archives and the Sources for the History of the World War, by Dr. Hubert Hall. 1925. xxi + 445 pages, index.

102British War Budgets, by F. W. Hirst and J. E. Allen. 1926. xiv + 495 pages, index.

103Rural Scotland During the War, by D. T. Jones, J. F. Duncan, H. M. Conacher and W. R. Scott. 1926. xvi + 311 pages, index.

104The War and the Shipping Industry, by C. Ernest Fayle. 1927. xxiv + 472 pages, index.

105War and Insurance, by Norman Hill, S. G. Warner, S. Preston, E. A. Sich, Arthur Watson, William Beveridge and William Schooling. 1927. xii + 283 pages, index.

106British Food Control, by Sir W. Beveridge. 1928. xx + 447 pages, index.

107Dictionary of Official War Time Organizations, by N. B. Dearle. 1928. xviii  + 323 pages.

108An Economic Chronicle of the Great War for Great Britain and Ireland, by N. B. Dearle. 1929. xvi + 397 pages.

109Taxation During the War, by Sir Josiah Stamp. 1932. 249 pages.

110Consequences of the War to Great Britain, by Francis W. Hirst. 1934. xx + 311 pages.

AUSTRIAN AND HUNGARIAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; Austrian publishers, Universitäts-Buchdrucker, VII, Kandlgasse 19-21, Vienna, Austria.

111Bibliographie der Wirtschafts-und Sozialgeschichte des Weltkrieges, by Othmar Spann. 1923. xvi + 152 pages, index.

112Das Geldwesen im Kriege, by Dr. Alexander von Popovics. 1925. xix + 185 pages, index.

113Die Kohlenversorgung im Österreich während des Krieges, by Ing. Emil Homann-Herimberg. 1925. xxvi + 163 pages, 42 tables.

114Österreichische Regierung und Verwaltung im Weltkriege, by Dr. Joseph Redlich. 1925. xix + 303 pages.

115Die Aussere Wirtschaftspolitik Österreich-Ungarns: Mitteleuropäische Pläne, by Dr. Gustav Gratz and Dr. Richard Schüller. 1925. xv + 334 pages.

116Volksgesundheit im Krieg, by Doctors Bokay, Breitner, Economo, Edelmann, Elias, Finger, Helly, Hockauf, Kassowitz, Kirchenberger, Kyrie, Mayerhofer, Müller-Deham, Nobel, Raschofsky, Scharcherl, Steiner and Wagner, edited with Introduction by Dr. Clemens von Pirquet. 1926. Vol. 1: xiii + 428 pages ; Vol. II: 330 pages.

117Die Regelung der Volksernährung im Kriege, by Hans Loewenfeld-Russ. 1926. xxvi + 403 pages.

118Die Regelung der Arbeitsverhältnisse im Kriege, by Ferdinand Hanusch and Emanuel Adler. 1927. xxxii + 440 pages.

119Krieg und Kriminalität in Österreich, by Franz Exner. 1927. xiii + 219 pages.

120Die MilitärverwaItung in den von den Österreichisch Ungarischen Truppen besetzten Gebieten, by Hugo Kerchnawe, Felix Sabotka, Rudolf Mitzka, Ludwig Leidl, Alfred Krauss. 1928. xvi + 410 pages, maps.

121Der Wirtschaftliche Zusammenbruch Österreich-Ungarns, by Dr. Gustav Gratz and Dr. Richard Schüller. 1930. xv + 308 pages.

122Die Einkommensverschiebungen in Österreich während des Weltkrieges, by Dr. Wilhelm Wink. 1930. viii + 278 pages.

123Verkehrswesen im Kriege: Die Österreichischen Eisenbahnen, by Bruno Enderes; Militärische Verkehrsprobleme Österreich-Ungarns: Eisenbahn und Schiffahrtswesen, by Emil Ratsenhofer; Telegraphen und Postwesen, by Paul Hoger. 1931. 224 pages.

124Die Regelung der Industrie im Kriege, by R. Riedl. 1932. 374 pages.

125A Magyar Szocialpolitika a Vilaghaboruban, by Dr. Dezsoe Pap. 1934. lii + 243 pages.

BELGIAN SERIES : American publishers, Yale University Press. New Haven, Conn.; European publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, France.

126Le ravitaillement de la Belgique pendant l'occupation allemande, by Albert Henry. 1924. 210 pages.

127La législation et l'administration allemandes en Belgique, by Maurice Vauthier and Jacques Pirenne. 1925. 284 pages.

128Le secours de chômage en Belgique pendant l'occupation allemande, by Ernest Mahaim. 1926. xii + 303 pages, index.

129L'Industrie belge pendant l'occupation allemande, by Charles de Kerchove de Denterghem. 1927. XII-310 p. 32 pages.

130L'Action du gouvernement belge en matière économique pendant la guerre, by Fernand Van Langenhove. 1927. xii + 258 pages, index.

131Déportation et travail forcé des ouvriers et de la population civile de la Belgique occupée (1916- 1918), by Fernand Passelcq. 1928. xii + 491 pages, index.

132La Belgique et la guerre mondiale, by Henri Pirenne. 1929. xi +  298 pages.

BULGARIAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; European publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, France.

133Les effets de la guerre en Bulgarie, by G. T. Danaillow. 1933. 752 pages.

CZECHOSLOVAK SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

134Financial Policy of Czechoslovakia during the First Year of its History, by Alois Rasin. 1923. xvi + l60 pages, index.

FRENCH SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; French publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, France.

135Bibliographie méthodique de l'histoire économique et sociale de la France pendant la guerre, by Camille Bloch. 1925. xxxvi + 919 pages.

136Le problème du régionalisme, by Henri Hauser. 1924. xii + 176 pages.

137L'Industrie textile en France pendant la guerre, by Albert Aftalion. 1925. xii + 264 pages.

138L'Industrie française pendant la guerre, by Arthur Fontaine. 1925. xii + 504 pages.

139Les forces hydro-électriques pendant la guerre, by Raoul Blanchard. 1925. xii + 128 pages.

140Mouvement des prix et des salaires pendant la guerre, by Lucien March. 1925. xii + 335 pages, index.

141L'Agriculture pendant la guerre, by Michel Augé-Laribé. 1925. xii  + 331 pages.

142Le contrôle du ravitaillement de la population civile, by Pierre Pinot. 1925. xii + 317 pages.

143Les formes du gouvernement de guerre, by Pierre Renouvin. 1925. xii + 185 pages, index.

144Lyon pendant la guerre, by Edouard Herriot. 1925. xvi + 99 pages.

145La vie économique à Bordeaux pendant la guerre, by Paul Courteault. 1925. xii + 99 pages.

146Tours et la guerre, étude économique et sociale, by Michel Lhéritier and Camille Chautemps. 1926. xii + 71 pages.

147Bourges pendant la guerre, by Claude-Joseph Gignoux. 1926. xvi + 64 pages.

148Rouen pendant la guerre, by M. Jacques Levainville. 1926. xii + 61 pages.

149Marseille pendant la guerre, by P. Masson. 1926. xii + 77 pages.

150Paris pendant la guerre, by Henri Sellier, A. Bruggeman and Marcel Poëte. 1926. xii + l05 pages.

151Les dépenses de guerre de la France, by Gaston Jèze. 1926. xii + 229 pages, index.

152Les finances de guerre de la France, by Henri Truchy. 1926. xii + 171 pages, index.

153La main-d'œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, by Bertrand Nogaro and Lucien Weil. 1926. xii + 79 pages.

154Politique et fonctionnement des transports par chemin de fer pendant la guerre, by Marcel Peschaud. 1926. xii + 305 pages, index.

155La navigation intérieure en France pendant la guerre, by Georges de Kerviler. 1926. xii + 130 pages, Index.

156L'Afrique du Nord pendant la guerre, by Augustin Bernard. 1926. xx + I44 pages, index.

157La santé et le travail des femmes pendant la guerre, by Marcel Frois. 1926. xii-205 pages.

158L'Organisation de la République pour la paix, by Henri Chardon. 1927. xxvii + 163 pages, index.

159De la lutte contre la cherté par les organisations privées, by Charles Gide and Achille Daudé-Bancel. 1927. xii + 47 pages, index.

160Les bois d'œuvre pendant la guerre, by Général Chevalier. 1927. x-196 pages, maps.

161Chômage et placement, by André Créhange. 1927. xii-128 pages.

162Le problème du logement, by Henri Sellier and A. Bruggeman. 1927. xii + 177 pages, index.

163L'Organisation du travail dans la région envahie de la France pendant l'occupation, by Pierre Boulin. 1927. xx + 161 pages, index.

164La marine marchande Française et la guerre, by Henri Cangardel. 1928. xii + 197 pages.

165Le mouvement syndical durant la guerre, by Roger Picard. 1928. xii + 306 pages.

166Salaires et tarifs, by William Oualid and Charles Picquenard. 1928. xii + 559 pages.

167Le ravitaillement de la France occupée, by Paul Collinet and Paul Stahl. 1928. xii + 183 pages, index.

168La défense de la santé publique pendant la guerre, by Léon Bernard. 1930. vii + 338 pages, index.

169La France et la politique économique interalliée, by Etienne Clémentel. 1931. xxii + 376 pages, index.

170La population et les revenus en France pendant la guerre, by Michel Huber. 1931. 1025 pages, index.

171Le bilan de la guerre pour la France, by Charles Gide and William Oualid. 1931. xii + 370 pages, Index.

GERMAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; German publishers, Deutsche Verlags-Anstalt, Neckerstrasse 121/123, Stuttgart, Germany.

172Geistige und Sittliche Wirkungen des Krieges in Deutschland, by Otto Baumgarten, Erich Foerster, Arnold Rademacher and Wilhelm Flitner. 1927. xv + 383 pages, index.

173Die Deutsche Staatsfinanzwirtschaft in Kriege, by Walther Lotz. 1927. xiii + 151 pages, index.

174Die Staatsverwaltung der Besetzten Gebiete,-Erster Band, Belgien,by Ludwig von Kahler. 1927. xv + 239 pages, index.

175Der Einfluss des Krieges auf die Landwirtschaftliche Produktion in Deutschland, by Friedrich Aereboe. 1927. xv + 233 pages.

176Deutschlands Gesundheitsverhältnisse unter dem Einfluss des Weltkrieges, 2 vols. by F. Bumm. 1928. vol. 1-xx + 365 pages; vol. 2-vi + 280 pages, index, maps.

177Die Deutsche Kriegsernährungswirtschaft, by August Skalweit. 1927. xvii + 277 pages.

178Der Krieg und die Arbeitsverhältnisse, by Paul Umbreit and Charlotte Lorenz. 1928. xviii + 419 pages.

179Die Deutschen Eisenbahnen im Kriege, by Adolf Sarter. 1930. xvii + 312 pages, index, maps.

180Deutsche Rohstoffwirtschaft im Weltkrieg, by Otto Goebel. 1930. xv + 195 pages.

181Krieg und Kriminalität in Deutschland, by Dr. Moritz Liepman. 1930. xiii + 197 pages.

182Die Einwirkung des Krieges auf Bevölkerungsbewegung, Einkommen und Lebenshaltung in Deutschland, by Rudolf Meerwarth, Adolf Günther und Waldemar Zimmermann. 1932. 474 pages.

183The War and German Society: The Testament of a Liberal, by Professor Albrecht Mendelssohn Bartholdy. 1937. 299 pages.

GREEK SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; European publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, France.

184Les effets économiques et sociaux de la guerre en Grèce, by Andreas M. Andréadès and others. 1929. xv + 322 pages.

ITALIAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; Italian publishers, Gius. Laterza & Figli, Bari, Italy.

185La salute pubblica in Italia durante e dopo la guerra, by Giorgio Mortara. 1925. xxiii + 577 pages, index.

186Il Piemonte e gli effetti della guerra sulla sua vita economica e sociale, by Giuseppe Prato. 1925. xv + 241 pages, index.

187La legislazione economica della guerra, by Alberto De Stefani. 1926. xxxii + 544 pages, index.

188L’Alimentazione e la politica annonaria in Italia, by Riccardo Bachi, con una appendice su « II Rifornimento dei viveri dell'esercito italiano », by Gaetano Zingali. 1926. xxviii  + 660 pages, index.

189La guerra e il sistema tributario italiano, by Luigi Einaudi. 1927. [ix]-xxviii, 505 pages.

190La guerra e le classi rurali italiane, by Arrigo Serpieri. 1930. xvi + 503 pages, index.

191La condotta economica e gli effetti sociali della guerra italiana, by Luigi Einaudi. 1933. 444 pages.

JAPANESE SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

192The Effect of the World War Upon the Commerce and Industry of Japan, by Kakujiro Yamasaki and Gotaro Ogawa. 1929. xxiv + 345 pages.

193The Basic Industries and Social History of Japan, 1914-1918, by Ushisaburo Kobayashi. 1930. x + 280 pages.

NETHERLAND SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

194The Netherlands and the World War, Studies in the War History of a Neutral: War Finances in the Netherlands up to 1918, by M. J. van der Flier. 1923. xv + 150 pages, index.

195The Netherlands and the World War, vol. II, The Manufacturing Industry, by C. J. P. Zaalberg; Commerce and Navigation, by E. P. De Monchy, Rz.; The Housing Problem, by H. J. Romeyn; Food Supply and Agriculture, by F. E. Posthuma; The Cost of Living, Prices, and Wages, by H. W. Methorst. 1928. xvi + 371 pages, index.

196The Netherlands and the World War, vol. III, The Effect of the war upon the colonies, by H. Carpentier Alting and W. de Cock Buning. 1928. xii + 140 pages, index.

197The Netherlands and the World War, vol. IV, The effect of the war upon banking and currency : War finances in the Netherlands, 1918-1922: the costs of the war, by G. Vissering, J. W. Holstijn and H. W. C. Bordewyk. 1928. xii + 226 pages, index.

POLISH SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; European publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, France.

198La Pologne, sa vie économique et sociale pendant la guerre, by Marcel Handelsman. 1933. xii + 627 pages.

RUMANIAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; European publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, Franœ.

199L'Agriculture de la Roumanie pendant la guerre, by Gheorghe Ionesco-Sisesti. 1929. xii + 131 pages, index.

200L'Occupation ennemie de la Roumanie et ses conséquences économiques et sociales, by Grigore Antipa. 1929. xii + 185 pages, index.

201The Land and the Peasant in Rumania, by David Mitrany. 1930. xxxiv + 627 pages, index.

RUSSIAN SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

202Russian Public Finance During the War, by Alexander M. Michelson, Pavel N. Apostol, and Mikhaël W. Bernatzky. 1928. xxiv + 461 pages, index.

203Russia in the Economic War, by Baron B. E. Nolde. 1928. xvi + 232 pages, index.

204State Control of Industry in Russia During the War, by S. O. Zagorsky. 1928. xx + 351 pages, index.

205The War and the Russian Government, by P. Gronsky and N. J. Astrov. 1929. xvi + 331 pages, index.

206Russian Schools and Universities in the World War, by Count P. M. Ignatiev, D. M. Odinetz and P. J. Novgorotsev. 1929. xxvi + 239 pages.

207The Cooperative Movement in Russia During the War, by E. M. Kayden and A. N. Antsiferov. 1929. xvi + 420 pages.

208Food Supply in Russia during the War, by Messrs. Struve, Zaitsev, Dolinsky and Demosthenov. 1930. xxviii + 469 pages, index.

209Russian Local Government during the War and the Union of the Zemstvos, by Tikhon J. Polner. 1930. xv + 317 pages, index.

210Russian Agriculture during the War: Rural Economy, by Alexis N. Antsiferov, Alexander D. Bilimovich, Michael O. Batshev and Dimitry N. Ivantsov; The Land Settlement, by Alexander D. Bilimovich. 1930. xi  + 394 pages, index.

211The Russian Army in the World War, by Nicholas N. Golovine. 1931. xv + 286 pages, index.

212The Cost of the War to Russia, by Stanislas Kohn and Alexander F. Meyendorff. 1932. 215 pages, index.

213The End of the Russian Empire, by Michael T. Florinsky. 1931. 272 pages, index.

SCANDINAVIAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; Scandinavian publishers, P. A. Norstedt & Soners Forleg, Stockholm, Sweden.

214Bidrag till Sveriges ekonomiska och sociala Historia under och efter Varldskriget, by Eli F. Heckscher, Kurt Bergendal, Olof Edstrom, Olof Ekblom, Otto Harte, Fabian von Koch, Carl Mannerfelt and K. G. Tham. 1926. xv + 304 pages, index.

215Norge og Verdenskrigen, by Wilhelm Keilhau. 1927. xv + 367 pages. Aschehoug & Co. publication.

216Danmark under den store Krig, by Einar Cohn. 1928. xvi + 333 pages.

217Island under och efter Vergenskrigen, by T. Thorsteinsson. 1928. xii + 60 pages.

SERBIAN SERIES : American publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.; European publishers, Les Presses Universitaires de France, 49, Boulevard Saint-Michel, Paris, France.

218Les effets économiques et sociaux de la guerre en Serbie, by Dragolioub Yovanovitch. 1930. xii + 334 pages, index.

TURKISH SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

219Turkey in the World War, by Ahmed Emin. 1930. xviii + 310 pages.

TRANSLATED AND ABRIDGED SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

220French Industry during the War, by Arthur Fontaine. 1926. xxviii + 477 pages.

221The Forms of War Government in France, by Pierre Renouvin. 1927. xvi + 166 pages, index.

222Agriculture and Food Supply in France during the War, by Michel Augé-Laribé and Pierre Pinot. 1927. xix + 328 pages.

223The War Finance of France: The War Expenditure of France, by Gaston Jèze; How France met War Expenditure, by Henri Truchy. 1927. xviii + 344 pages, index.

224The Economic Policy of Austria-Hungary during the War, by Gustav Gratz and Richard Schüller. 1928. xxiii  + 286 pages, index.

225Austrian War Government, by Joseph Redlich. 1929. xvi + 175 pages.

226Sweden, Norway, Denmark and Iceland in the World War, by Messrs. Heckscher, Bergendal, Keilhau, Cohn and Thorsteinsson. 1930. xvii + 593 pages, index.

227Effects of the War on Economic and Social Life in Finland, by L. Harmaja. 1933. 122 pages.

GENERAL SERIES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

228The Effect of the War in Southeastern Europe, by David Mitrany. 1936. xiii + 282 pages, index.

SUPPLEMENTARY VOLUMES : Publishers, Yale University Press, New Haven, Conn.

229The Cost of the War to Germany and to Austria-Hungary, by Messrs. Leo Grebler and Wilhelm Winkler. 1940. xv + 192 pages, index.

230The Labour Cost of the World War to Great Britain, 1914-1922. A Statistical Analysis, by N. B. Dearle. Photographic reproduction of the manuscript. 1940. ix + 260 pages.

Haut de page

Notes

1  La seule étude sur le sujet n’apporte aucun élément d’archives ou d’analyses et n’est qu’une description partielle : J. Maurin, « L’historiographie de la grande guerre à travers les publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale », in J. Maurin et J.-C. Jauffret dir., La Grande guerre 1914-1918. 80 ans d’historiographie et de représentation, Montpellier, Université Paul Valéry, 2002, p. 209-220. Des allusions, parfois imprécises, sont faites à la série dans des synthèses sur l’historiographie du conflit : A. Prost et J. Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, 2004, p. 146-151.

2  Une première version de cette étude a été présentée le 7 juin 2001 au séminaire coorganisé par Christophe Prochasson et Anne Rasmussen à l’EHESS, une seconde version l’a été les 5, 6 et 7 juillet 2002 lors du colloque « Dix ans de l’histoire culturelle de la Grande Guerre, aux sources de l’histoire culturelle de la Grande Guerre », organisé par l’Historial de Péronne, et a donné lieu à une publication très abrégée et amputée de son apparat critique : « Comprendre la Guerre. L’histoire économique et sociale de la Guerre mondiale, les séries de la Dotation Carnegie pour la paix internationale », in J.-J. Becker dir., Histoire culturelle de la Grande Guerre, Paris, Armand Colin, 2005, p. 33-44. Je remercie les nombreux lecteurs et commentateurs de ce texte qui m’ont aidé à l’enrichir.

3  Expression qui conclut la préface que le directeur de la série, James T. Shotwell, donne à chaque ouvrage.

4  Dans sa biographie de James T. Shotwell, l’entrepreneur scientifique américain du projet, Harold Josephson, citant quelques documents, note : « By far the most important source for this study is the James Thompson Shotwell Papers at Columbia University. The collection is extensive, consisting of some 290 boxes. Unfortunately, as of this writing, it is unorganized and uncatalogued. [...] It also includes the complete editorial record for the preparation of the Economic and Social History of the World War. [...] Another extremly valuable collection is the Archive of the Carnegie Endowment for International Peace, also located at Columbia University. In contrast with the Shotwell Papers, the Endowment Archives are well catalogued and complete from 1910 to 1950 », H. Josephson, James T. Shotwell and the Rise of Internationalism in America, Londres, Fairleigh Dickinson University Press/Associated University Press, 1975, p. 303-304.

5  J.L. Harvey, « Henri Hauser et les historiens américains pendant l’entre-deux-guerres », in S.-A. Marin et G.-H. Soutou dir., Henri Hauser (1866-1946). Humaniste, historien, républicain, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, p. 245-266.

6  Seule étude récente dont on a trouvé la référence mais pas encore pu la consulter : F. Degli Espositi, « Grande guerra e storiographia. La Storia economica e sociale delle Fondazione Carnegie », Italia Contemporanea, 224, 2005.

7  J. Prudhommeaux, Le Centre Européen de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale, 1911-1921, Paris, Centre européen de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale, 1921, p. 30-31. Une version en anglais de la Charte de fondation et de l’ensemble des textes régissant la Dotation est, entre autres, consultable dans Carnegie Endowment for International Peace, Summary of Organization and Work 1911-1941, Washington, 1941.

8  Cf. J.T. Shotwell, « John Bates Clark, 1847-1938 », Political Science Quaterly, 53, 2, juin 1938, p. 239-248.

9  Centre européen dont la bibliothèque a été donnée à la Bibliothèque de la Fondation nationale des sciences politiques pour laquelle constitue une part importante des collections concernant le premier tiers du xxe siècle.

10  Carnegie Endowment for International Peace, Enquête dans les Balkans : rapport présenté aux directeurs de la Dotation / par les membres de la commission d'enquête, Paris, Centre Européen de la dotation Carnegie, 1914, xxvii +496 p. Pour une mise en contexte de ce rapport : cf. O. Cosson, Horizons d’attente et expériences d’observation au début du xxe siècle. Les militaires français face aux conflits périphériques (Afrique du Sud, Mandchourie, Balkans), thèse de doctorat sous la dir. de Ch. Prochasson, EHESS, 2006, p. 140 et 406.

11  On peut souligner qu’un certain nombre de ces grands savants et acteurs politiques sont des habitués des colloques internationaux des années 1900-1910 : voir sur ce point A. Rasmussen, L’internationale scientifique 1880-1914, thèse de doctorat sous la dir. de J. Julliard, EHESS, 2 vol., 1995 et le dossier « Les Congrès, lieux de l’échange intellectuel 1850-1914 », Mil neuf cent, 7, 1989.

12 Summary of Organization and Work, op. cit., p. 47.

13  J. B. Clark, « Preface », p. IV, in A. Shortt, Early Economic Effects of the European War upon Canada, 1918. Chaque référence détaillée d’un volume publié par la Carnegie est donnée dans l’annexe de cette contribution.

14  C’est le cas de Lujo Brentano, de Theodor Schiemann ou de Friedrich Freiherr won Wieser, Eugen Philippovich von Philippsberg étant pour sa part décédé en 1917.

15  J. Prudhommeaux, Le Centre Européen..., op. cit., p. 44.

16 Carnegie Endowment for International Peace, Annual Report of the Director of the Division of Economics and History, 1922, p. 5.

17  Sur la formation et l’ensemble de la carrière de J.T. Shotwell, on doit se reporter à H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., et à J.T. Shotwell, The Autobiography of James T. Shotwell, Indianapolis, New York, Bobbs-Merrill, 1961.

18  J.T.S., « Memorandum on the History of the War, 1914 », Division of Economics and History, 1914, # 1175-89, CEIP Archives, Columbia University, p. 104, Ibidem.

19  J. M. Nielson, « The Scholar as Diplomat : American Historians at the Paris Peace Conference of 1919 », International History Review, 1992, p. 228-251.

20 The Origins of the International Labor Organization, 2 vols., New York, Columbia University Press, 1934; René Albrecht-CarriéItaly at the Paris Peace Conference, New York, Columbia University Press, 1938; Philip Mason Burnett, Reparation at the Paris Peace Conference from the Standpoint of the American Delegation, 2 vols., New York, Columbia University Press, 1940 et Alma M. Luckau, The German Delegation at the Paris Peace Conference, New York, Columbia University Press, 1941.

21  Pour une présentation synthétique : cf. Carnegie Endowment for International Peace, Summary…, op. cit., p. 46-51.

22  On peut signaler que dans le cas français, Henri Hauser, membre du comité, assure la publicité de la démarche entreprise, par exemple dans une annonce détaillée du projet publiée par la Revue Historique, 1921, p. 269.

23  Rapport de Shotwell, p. 8, in Annual Report..., op. cit., 1922. Dans ce même rapport de 1922, la réalisation de la série concernant l’Autriche-Hongrie est présentée. On peut y trouver en particulier une lettre circulaire du responsable du comité éditorial austro-hongrois, le professeur Wieser, à ses auteurs, p. 19-22.

24  J.T. Shotwell, Outline of Plan. European series, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 1924, 180 p.

25  Ibidem, p. 36-144. On voit dans cette liste que la participation de Jean Norton Cru au projet n’est pas signalé à ce stade d’avancement de la série.

26  Préface de J.T. Shotwell, reprise dans chacun des volumes de la série : « Histoire Economique et Sociale de la Guerre Mondiale ».

27  Cf. aussi ses projets ambitieux sur l’histoire des relations internationales : C. de Benedetti, « James T. Shotwell and the Science of International Politics », Political Science Quarterly, 89, 2, juin 1974, p. 379-395.

28  H. Josephson commente ce point en notant les efforts effectués par Shotwell: « Gaining access to the various national archives so that an accurate history of the war could be written was one of the first and most difficult problems for Shotwell to solve. [...] Despite his efforts to get the governments of Europe to open their archives, much material remained classified and inaccessible. As an alternative he decided to solicit the aid of « those who had played some part »  », H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 106.

29  Il s’agit du volume d’A. von Popovics, Das Geldwesen im Kriege, 1925. Cf. le commentaire de Shotwell : J.T. Shotwell, Outline of Plan…, op. cit., p. 9.

30  J. T. Shotwell, « Préface », p. XI, in G. Antipa, L’occupation ennemie de la Roumanie et ses conséquences économiques et sociales, 1930.

31  J. T. Shotwell, « Préface »,  in G. Jèze, Les dépenses de guerre de la France, 1926.

32  Sont ainsi publiés : H. Jenkinson, A Manual of Archive Administration including the Problems of War Archives and Archive Making, 1922, H. Hall, British Archives and the Sources for the History of the World War, 1925 et W.G. Leland et N.D. Mereness, Introduction to the American Official Sources for the Economic and Social History of the World War, 1926.

33  W.G. Leland et N.D. Mereness, Introduction…, op. cit., p. XLI.

34  M.E. Bulkley, Bibliographical Survey of Contemporary Sources for the Economic and Social History of the War, 1922 ; O. Spann, Dr, Bibliographie der Wirtschafts- und Sozialgeschichte des Weltkrieges, Osterreichische Serie, 1923 et C. Bloch, Bibliographie méthodique de l’histoire économique et sociale de la France pendant la guerre, 1925.

35  Inspecteur général des bibliothèques et des archives, Camille Bloch est alors chargé de la direction des « Bibliothèques et Musée de la Guerre » fondés à Paris sur le don Leblanc. Pour une présentation de cette initiative : Paul Desfeuilles, « Un institut scientifique de l’histoire de la guerre », Revue politique et parlementaire, 306, 10 mai 1920, p. 257-261.

36  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in C. Bloch, Bibliographie méthodique..., op. cit.

37  C. Bloch, Bibliographie méthodique..., op. cit., p. XIII, Ibidem.

38  On peut penser dans le cadre de la série anglaise aux deux impressionnants volumes de N. B. Dearle, Dictionary of Official War-Time Organizations, 1928 et An Economic Chronicle of the Great War for Great Britain and Ireland, 1914-1919, with a supplement dealing briefly with the years 1920, 1921, and 1922, 1929.

39  H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 99-100.

40  J.T. Shotwell, « Preface », p. X, in U. Kobayashi, The Basic Industries and Social History of Japan 1914-1918, 1930.

41  G. Antipa, L’occupation ennemie en Roumanie..., op. cit., p. 5.

42  D’après les estimations de Josephson, utilisant des documents internes à la Dotation et d’autres travaux, il semblerait que : « The Endowment itself spent $344,134.36 on the war history. Added to the Carnegie Corporation’s $505,557.96, it bought the total cost of the project to a phenomenal $849,692.32 », H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., note de la page 111.

43  Josephson cite à ce sujet un document des archives Carnegie : Pauline Stearns to George A. Finch, December 12, 1921, Division of Economics and History, Economic and Social History of the War, 1921, #309, CEIP Archives, Ibidem., p. 109.

44  J.T. Shotwell, « Preface », p. V, in F. W. Hirst, The Consequences of the War to Great Britain, 1934.

45  H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 111-112.

46  J.T. Shotwell, « Préface », p. XI, in G. T. Danaillow, Les effets de la guerre en Bulgarie, 1932.

47  J.T. Shotwell, « Preface », p. VI-VII, in D. Mitrany, The Effect of the War in Southeastern Europe, 1936.

48  Avant-propos, in M. Handelsman dir., La Pologne, sa vie économique et sociale pendant la guerre, 1933.

49  La participation de la république de Weimar et des Allemands au projet donne lieu à des débats signalés par J.L. Harvey, « Henri Hauser… », art. cit., p. 258.

50  A. Mendelssohn-Bartholdy, The War and German Society, the Testament of a Liberal, 1937, p. 4.

51  G. Antipa, L’occupation ennemie..., op. cit., p. 1 et 169.

52  H. Pirenne, La Belgique et la guerre mondiale, 1929, p. 3 et 4.

53  J. Horne, « Les milieux des sciences humaines et sociales face aux atrocités pendant et après la guerre – Henri Pirenne, Fernand van Langenhove, Marc Bloch », in J.-J. Becker dir., Histoire culturelle…, op. cit., p. 11-20.

54  Dans l’introduction de l’ouvrage qu’il publie en 1931, Florinsky dresse le portrait de Sir Paul Vinogradoff, mort en décembre 1925, et rend chaleureusement hommage à Shotwell pour son soutien : M. T. Florinsky, The End of the Russian Empire, 1931.

55  Je remercie particulièrement Olga Pichon-Bobrinskoy pour l’aide qu’elle m’a apportée sur le corpus des auteurs russes ; cf. O. Pichon-Bobrinskoy, « Action publique, action humanitaire pendant le premier conflit mondial, les zemstvos et les municipalités », Cahiers du Monde russe, 46-4, 2005.

56  J.T. Shotwell, « Preface », p. X, in S. O. Zagorsky, State Control of Industry in Russia during the War, 1928.

57  J.T. Shotwell, « Preface », p. IX, in J. Redlich, Austrian War Government, 1929.

58  Spécificité de la série française, le type de volumes publiés pour ces études locales doit cependant en relativiser l’originalité.

59  C. Gide et A. Daude-Bancel, De la lutte contre la cherté par les organisations privées, 1927, p. 2.

60  Il avait été demandé à un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, J.E.P. Goût, et devait comporter une préface de Denys-Cochin.

61  A. Chatriot, « Henri de Peyerimhoff, figure du syndicalisme patronal dans l’industrie houillère » : http://www.annales.org/archives/x/peyerimhoff.html

62  G. Cahen-Salvador, Les prisonniers de guerre (1914-1919), Paris,Payot, 1929.

63  C. Topalov dir., Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France 1880-1914, Paris, éditions de l’EHESS, 1999.

64  J. Beausoleil et P. Ory dir., Albert Kahn 1860-1940, réalités d’une utopie, Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, 1995.

65  On est en désaccord sur ce point avec : A. Prost et J. Winter, Penser la Grande Guerre…, op. cit., p. 149.

66  A. Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 1925-1940, Paris, La Découverte, 2002.

67  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in B. Nogaro et L. Weil, La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la Guerre, 1926.

68  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in A. Cremange, Chômage et placement, 1927.

69  J.T. Shotwell, « Préface », p. XI, in R. Picard, Le mouvement syndical durant la guerre, 1928.

70  H. Chardon, L’Organisation de la République pour la paix, 1927, p. XIII.

71  J.T. Shotwell, « Préface », p. XII, in Ibidem.

72  L. March, Mouvement des prix et des salaires pendant la Guerre, 1925.

73  On suit sur ce point l’étude très fine de J.L. Harvey, « Henri Hauser… », art. cit., p. 259-265.

74  Finalement publié : E. Clementel, La France et la politique économique interalliée, 1931. Cf. aussi M. Trachtenberg, « ‘A New Economic Order’ : Etienne Clémentel and French Economic Diplomacy during the First World War », French Historical Studies, 1977, p. 315-341.

75  Il trace d’ailleurs une présentation très nuancée de la série française qu’il a pourtant codirigée. Cf. H. Hauser, « Une histoire économique et sociale de la guerre mondiale », Revue des études coopératives, 1925, p. 234-249.

76  C. Druelle, Un laboratoire réformateur : le département du Commerce en France et aux états-Unis de la Grande Guerre aux années vingt, thèse de doctorat d’histoire, sous la dir. de S. Berstein, IEP de Paris, 2004.

77  H. Hauser, Le problème du régionalisme, 1924, p. 13. Cf. A. Chatriot, « Les « Régions économiques » d’une guerre à l’autre : aménagement du territoire, discours, projets et pratiques », in P. Caro, O. Dard et J.-Cl. Daumas dir., La politique d’aménagement du territoire, racines, logiques et résultats, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 53-64.

78  Sur la centralité de Pierre Renouvin dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale : J.-J. Becker, « La construction d’une historiographie française de la Grande Guerre pendant l’entre-deux-guerres », in J.-J. Becker dir., Histoire culturelle…, op. cit., p. 21-31.

79  P. Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, 1925, p. 2.

80  M. Leroy, « Les perfectionnements économiques et techniques dus à la guerre », Revue de l’enseignement primaire, 1925, p. 183-184. Cf. sur l’auteur A. Chatriot, « Maxime Leroy : la réforme par le syndicalisme », Mil neuf cent, 24, 2006, p. 73-94.

81  P. Fridenson ed., The French Home Front 1914-1918, Oxford, Berg, 1992.

82  E. Langlinay, « Consommation et ravitaillement durant la Première Guerre mondiale (1914-1920) », in A. Chatriot, M.-E. Chessel et M. Hilton dir., Au nom du consommateur. Consommation et politique en Europe et aux états-Unis au xxsiècle, Paris, La Découverte, 2004, p. 29-44.

83 J. F. Godfrey, Capitalism at War. Industrial Policy and Bureaucracy in France 1914-1918, Leamington Spa, Hambourg, New York, Berg, 1987.

84  J.T. Shotwell, « Préface », p. XI-XII, in W. Oualid et Ch. Picquenard, Salaires et tarifs. Conventions collectives et grèves, 1928.

85  W. Oualid et Ch. Picquenard, Salaires…, op. cit., p. 2.

86  G. Jeze, Les dépenses publiques…, op. cit., p. 200.

87  Dans le volume récapitulatif de 1924, la dotation publie une revue de presse détaillée qui concerne les volumes alors déjà sortis, et donc quasi exclusivement les titres sur la Grande-Bretagne. J.T. Shotwell, Outline of Plan, p. 145-169.

88  On dispose d’une liste des bibliothèques et institutions où les publications de la Dotation sont déposées, p. 61-72, Summary of Organization and Work..., op. cit.

89  H. Josephson, James T. Shotwell..., op. cit., p. 113.

90  Un témoignage indirect révélateur réside dans le fait que certains ouvrages de la série déposés à la Bibliothèque nationale de France comportent de nombreuses pages encore non coupées.

91  E. Thiers, « Droit et culture de guerre 1914-1918. Le Comité d’études et documents sur la guerre », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 23, 2005, dossier « La guerre du droit 1914-1918 », p. 23-48.

92  On pense ici aux recherches menées dans le cadre de son doctorat à l’université Paris I par le géographe Cyril Gosme sur la mobilisation des géographes anglais et américains durant la Seconde Guerre mondiale.

93  O. Dumoulin, « Aux origines de l’histoire des prix », Annales ESC, 1990, p. 507-522 ; D. T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in Progressive Age, Cambridge, The Beknap Press of Harvard University Press, 1998 et L. Tournès, « Les élites françaises et l’américanisation : le réseau des boursiers de la fondation Rockefeller (1917-1970) », Relations internationales, 116, novembre-décembre 2003, p. 501-513 et M.-E. Chessel, « Consumers’ Leagues in France : A Transatlantic Perspective », in A. Chatriot, M.-E. Chessel et M. Hilton eds., The Expert Consumer. Associations and Professionals in Consumer Society, Londres, Ashgate, 2006, p. 53-69.

94  H. Chardon, L’Organisation de la République..., op. cit., p. XIII. L’auteur explicite ce point dans de très belles pages en avant-propos d’un de ses autres ouvrages : H. chardon, L’organisation d’une démocratie. Les deux forces. Le nombre – L’élite, Paris, Perrin, 1921, p. VIII-IX.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chatriot, « Une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 03.1 | 2009, mis en ligne le 23 novembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://acrh.revues.org/413 ; DOI : 10.4000/acrh.413

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org