Navigation – Plan du site

La preuve chez Dupleix

Christophe Blanquie

Notes de la rédaction

Cet article a initiallement été publié en 2005 dans le numéro 2 de la revues Cometes.org à l’URL suivante : www.cometes.org/revue/numeros/2-sciences lettres/2-christophe-blanquie/

Texte intégral

1Avocat du roi au présidial de Condom, Scipion Dupleix a déjà publié plusieurs ouvrages de philosophie et de droit lorsque Marguerite de Valois lui demande en 1605 de la rejoindre à Usson où elle vit alors en exil et où elle lui offre une charge de maître des requêtes que Dupleix cumule avec son office de magistrat1. C’est à la cour de la première épouse d’Henri IV qu’il complète son œuvre philosophique dont il formera en 1626 l’un des premiers Cours de philosophie en langue française. Ses ouvrages de philosophie connaissent de multiples rééditions tant à Paris qu’en province et Dupleix reçoit même les honneurs d’une traduction anglaise. Leur succès se prolonge durant toute la première moitié du xviie siècle mais dès 1619 Dupleix amorce une carrière d’historien en publiant ses Mémoires des Gaules qui lui valent bientôt un brevet d’historiographe et la commande d’une histoire générale de France qui se prolongerait jusqu’au règne de Louis XIII. Non seulement Dupleix a accomplit cette mission en donnant au public en 1635 l’Histoire de Louis le Juste, mais encore il la complète par une Histoire romaine. Pour l’auteur, nulle rupture entre l’œuvre philosophique et le projet historique. Au contraire, explique-t-il,

J’ay pris assez de courage par mes essais précédens touchant les préceptes de la Philosophie.

Et d’espérer que la grâce divine lui permettra de venir à bout de cet immense labeur qui requiert des qualités similaire – une imagination « vive et ferme » pour concevoir, une manière heureuse de rapporter « le thrésor de la lecture des bons auteurs », un clair entendement, un jugement méthodique et la capacité de combattre les erreurs populaires. L’énoncé des qualités requises apparaîtrait bien immodeste sans cette définition de l’histoire, qui « ne consiste qu’au fidèle rapport de la vérité et variété des événemens suivant les mémoires qui nous restent des siècles passés, l’ordre et la méthode se réglant au temps »2. Pour lui, l’histoire implique une continuité du récit3 dont la clarté interdit d’en rester à une simple chronologie4. A cette histoire correspond un style « nerveux, net et propre », dépouillé des fleurs de la rhétorique qu’il reproche avec force à Pierre Mathieu5, mais illustré de quelques réflexions politiques ou militaires morales ou pieuses. Car, et c’est peut-être là le trait dominant de la conception de Dupleix, cette histoire de commande est aussi une histoire engagée, une histoire catholique :

[...] puisque je ne me propose autre but que la vérité, Dieu qui s’est nommé lui-même vérité, vie et voye, me daigne par sa grâce conduire par la voye et route de la vérité, et me donne assez de vie pour parcourir ma voye et ma carrière, le tout à sa gloire, au salut de mon âme et au contentement de la nation Françoise.

Cette véritable prière confère un relief tout particulier à l’aveu d’être « tousjours disposé à rétracter franchement ce qui pourroit apporter le moindre doute contre la foi Catholique et la souveraineté indépendante de nos Rois très Chrestiens »6. Le credo de l’historien rejoint et complète celui du philosophe7.

2Cet engagement total et définitif n’exclut pas une volonté de rigueur :

[...] pour confirmer des choses reportées de si loing et de tant de divers endroits, et faire voir avec combien de fidélité je les ay recueillies, je m’obligeray de quoter à la marge les lieux et les auteurs dont je les ay extraits en retranchant les fables et donnant advis des choses qui me semblent suspectes ou fabuleuses.8

La preuve est ainsi érigée en système de lecture. L’historien invite le lecteur à regarder par dessus son épaule tandis qu’il écrit, il le prie de vérifier ses sources et, le cas échéant, de les corriger ou de les compléter en lui adressant les pièces éventuellement en sa possession. Dupleix ne se cache pas d’essayer ainsi de prévenir les critiques que son travail ne manquera pas de soulever et il revendique même comme un honneur celles que lui adresseraient les ennemis de la foi. Il va d’ailleurs jusqu’à suspendre sa propre entreprise pour consacrer un ouvrage à relever les erreurs de l’histoire du protestant Jean de Serres et de son continuateur. Dupleix possède incontestablement « cet engagement religieux dans les affaires d’état que Richelieu recherche chez ceux qui écrivent l’histoire du règne »9. C’est même la raison pour laquelle Dupleix est conduit à répondre à son tour aux virulentes critiques du maréchal de Bassompierre puis de Mathieu de Morgues, resté fidèle à Marie de Médicis après la Journée des dupes. De quelle manière Dupleix justifie-t-il ses affirmations ? S’il reste fidèle aux principes énoncés dans la préface des Mémoires des Gaules, son usage de la preuve évolue sensiblement tandis qu’il se rapproche du règne de Louis XIV. Il convient donc de préciser comment jouent les références aux premiers temps de l’histoire avant de considérer sa contribution à une autre rhétorique pour l’histoire récente. Enfin, les ouvrages polémiques permettront de préciser la technique d’écriture de Dupleix.

La preuve dans le récit des temps immémoriaux

3Le récit des temps immémoriaux engage le présent. La référence historique permet de dégager des lois fondamentales qui trouveront leur application jusque dans l’actualité diplomatique. La rigueur à laquelle s’astreint Dupleix conditionne donc l’efficacité de sa démonstration.

Le jeu des références

4Comme il s’y est engagé, Dupleix signale dans la marge de son texte les autorités qu’il invoque. Cependant les références s’insèrent elles-mêmes dans un code très élaboré. Présentée comme une somme, en format in folio, l’Histoire est elle-même conçue comme une référence et comme un outil de travail. Tout est fait pour que le lecteur puisse la consulter commodément : le texte y est précédé d’un sommaire, qui en présente les chapitres, puis suivi d’un index extrêmement détaillé, où chaque numéro de page est complété par une lettre (de A à D) symbolisant la partie où apparaît le renseignement souhaité. Le lecteur pressé trouve alors le titre général sur la page de gauche, et l’indication du règne sur la page de droite. La marge extérieure comporte en manchette les références qui figureraient aujourd’hui en notes de bas de page et qui comportent le nom de l’auteur cité et le numéro du chapitre considéré, mais aussi une numérotation des paragraphes, parfois complétée par un petit résumé ; dans la marge intérieure figurent la chronologie et la section de la page de A à D. L’utilisateur de l’index n’a qu’à chercher dans les paragraphes correspondant au repère trouvé à l’index, un rapide coup d’œil dans la même marge lui permettra de situer la date du fait relaté, dont il trouve l’analyse et la preuve dans l’autre marge. Ce système très élaboré évite au lecteur d’être désarçonné par les libertés que la logique du récit oblige à prendre avec la chronologie : les retours en arrière sont bien identifiés, ce qui renforce l’efficacité des démonstrations. Quant au chercheur pressé, il est mis à même d’utiliser directement le renseignement obtenu. Mathieu de Morgues, qui s’en prend violemment à Dupleix, pointe un écart entre le récit proprement dit et les titres des chapitres et les mentions en marge « que la pluspart des curieux se contente de lire », affirmation qui permet à l’historien de définir plus précisément la mise en page de son Histoire, « le texte de l’Histoire » constituant le corps du texte, divisé en « chapitres ou sections » dont « l’argument » et non pas le « titre » est mentionné, de même que « la suite des temps » dans la marge10. Dupleix s’explique dans la préface de son Histoire romaine sur les avantages de cette présentation qui apporte un grand soulagement au lecteur :

Car chaque chapitre contenant une ou plusieurs relations accomplies, sert comme d’un repos et délasse l’esprit : l’argument ou sommaire relu après la lecture du chapitre sert aussi à mieux imprimer en la mémoire la relation des choses narrées ; et de plus, celui qui relit l’Histoire pour la deuxième ou troisième fois, ou qui en feuilletant y cherche quelque matière particulière, n’a pas de peine de lire tout le chapitre entier mais de parcourir seulement l’argument, et en s’arrestant à l’article qui contient ce qu’il cherche, ou ce qui s’est écoulé de sa mémoire depuis sa première lecture, passe, s’il le veut, légèrement sur le reste.11

5La référence se retrouve de la sorte incorporée à un mode bien spécifique de lecture. Premièrement, elle joue pour des « relations accomplies », individualisées dans le texte par le système des paragraphes numérotés et des parties de la page repérées de A à D. Deuxièmement, elle s’intercale sous l’argument du paragraphe. Les gros in-folio se décomposent alors en une suite de petits récits, susceptibles d’être lus, mémorisés et utilisés séparément. Dupleix conçoit son Histoire suivant les lois des arts de la mémoire. La conception même du texte établit des relations entre le récit et les sources utilisées et l’Histoire peut s’apprendre suivant les mêmes procédés mnémotechniques que les œuvres qu’il a utilisées.

6Autant qu’une preuve de l’histoire ou une justification de l’auteur, la référence est ainsi soumise à un système explicatif qui en modifie la valeur : elle devient presque une garantie qu’il est inutile de se reporter aux sources utilisées, que l’on pourrait presque citer indirectement.La signification de la référence variera donc, selon que l’ouvrage est consulté par des personnes érudites, qui maîtrisent les sources mentionnées dans la marge, ou bien par un collégien, qui reconnaîtra une partie des auteurs qu’il découvre simultanément, ou encore par l’honnête homme. Le lecteur trouve en marge un « épitomé de la bibliothèque » de Dupleix ou, plus exactement, de la documentation à laquelle il a eu accès. Or l’efficacité de son Histoire tient précisément à ce que la garantie que devrait constituer la mention des sources passe au second plan, après ses vertus pédagogiques.

7La référence marginale permet enfin d’alléger le texte, en particulier lors des synthèses initiales. Jugeant indispensable de présenter la religion romaine mais conscient que le sujet nécessiterait un volume aussi gros que toute son Histoire, Dupleix se borne à citer Varron, « le plus savant de Rome », d’après saint Augustin. Et d’ajouter : « sur quoy, je renvoie le Lecteur curieux aux auteurs quotés à la marge... », d’ailleurs copieuse en références précises12.

8Qu’elles soient d’ordre historique ou littéraire, les références finissent par établir l’auteur en position d’intermédiaire, de garant. Dupleix assume parfois explicitement ce rôle comme lorsqu’il évoque la splendeur du Palais de l’Île de la Cité construit sous Philippe le Bel, « très-somptueux et très-magnifique, tel que je l’ay veu en ma jeunesse une partie d’iceluy ayant esté depuis embrulée »13. L’historien atteste de la qualité de l’édifice de la même manière qu’il relaie les témoignages des auteurs passés.

9Par un singulier paradoxe, la référence semble mise en évidence pour ne pas servir. Sans être véritablement reléguée dans un paratexte, elle appuie le discours de l’auteur en faisant mine de renvoyer à ses prédécesseurs. Au demeurant, elle est loin d’être systématique car toutes les sources ne sont pas citées de la même manière. Les historiens sont bien « quotés » en marge mais les références aux auteurs antiques sont irrégulières parce que l’histoire dessine un champ savant spécifique. La citation littéraire se présentant plutôt comme une traduction dont le lecteur est réputé connaître l’origine. Si les vers originaux sont reproduits, c’est pour lui permettre de juger de la beauté de leur transposition - la vérité est aussi d’ordre littéraire.

La critique des textes

10La critique des textes est d’abord celle des historiens à partir desquels l’auteur a établi son récit. Il est à cet égard significatif que l’exposé de la méthode présenté dans la préface des Mémoires des Gaules ait pour pendant dans la préface de l’Histoire générale, une critique des historiens qui l’ont précédé. Des historiens et non seulement de leurs Histoires. Certes, le Recueil des rois de France, quoique « fort sommaire » s’appuie sur « de bons auteurs et de bons titres », mais du Tillet s’y montre surtout « bon Français et vray catholique », contrairement à du Haillan, « homme libertin et irréligieux » ; de même, Jean de Serres, malgré son passé de ministre calviniste, se révèle « homme de gentil esprit judicieux et philosophe » quand son continuateur « semble tous les jours escrire la dague dans le sein, n’espargnant pas mesmes la dignité inviolable de nos Rois »14.

11Soucieux de répudier les fables, l’auteur refuse qu’on « se rende si critique et sévère lecteur de l’antiquité qu’on tienne tout pour inventions fabuleuses »15. En conséquence, il signale les éléments qui lui apparaissent suspects. Il en découle que la preuve apparaît de deux manières : en marge, aux fins d’une éventuelle vérification ; dans le corps du texte, enchâssée dans le récit dont elle devient l’un des ressorts. La méthode se révèle particulièrement efficace pour réhabiliter Charles V. Il faut toute la « maliginité libertine » avec laquelle il noircit les plus grands souverains pour dénigrer le monarque (ici Dupleix renvoie au chapitre 2 du livre 6 des Recherches). L’origine de « ce beau discours » se trouve chez Jacques Meyer, assure Dupleix (qui écrit en marge I. Meyer lib. 16. Réfuté par les meilleurs historiens) en invoquant Monstrelet « qui vivoit en ce temps-là et n’estoit pas François pour le flatter » (Monstrelet vol. 3), Jean Chartier, religieux de Saint-Denis « qui escrivoit du temps de Monstrelet (Jean Chartier) et conclut avec Du Tillet « auteur très diligent et fiable ». La référence à Meyer ne constitue guère qu’un détour pour mieux démentir Pasquier, accablé par les arguments de meilleurs historiens16.

12Les sources ne permettent parfois de conclure qu’au prix d’une analyse très serrée. Pharamond a-t-il existé ?

Il faut avouer que l’histoire est en cet endroit très obscure, et quasi du tout incognue

avoue l’auteur qui présente à cette occasion son raisonnement :

[...] par les effets on vient à la cognoissance des causes, et par des conséquens certains on collige des antécédens infaillibles.

Il construit ensuite une suite logique dont il ressort que Pharamond est à bon droit tenu pour

[...] fondateur de la Monarchie Françoise, encor qu’il n’ait pas mis le pied en Gaule où elle est depuis établie.17.

La critique des éléments chronologiques à sa disposition lui permet en outre de fixer à quatre années la durée de ce règne fondateur. Il arrive encore que Dupleix avoue son incapacité à trancher. Il rend compte du débat sur la généalogie des premiers Capétiens en ces termes :

[...] je ne vois point qu’on puisse prendre une ferme et certaine resolution entre tant d’opinions flotantes dans une incertitude si obscure. Tellement qu’en cet endroict je veux ensuivre la modestie de Vignier et des deux frères de Saincte-Marthe, lesquels après une très-exacte discussion de ces diverses opinions ont confessé que la généalogie d’Hugues Capet estoit assez incertaine au-dessus de Robert-le-grand.18

Après avoir exposé les différentes thèses en présence, Dupleix refuse modestement de se ranger parmi les tenants d’une généalogie glorieuse des capétiens. Cette délibération est typique du travail de critique des textes auquel Dupleix procède pour son lecteur et devant lui. Il s’agit alors de vérifier que la chronologie avancée est possible et qu’elle semble corroborée ; l’historien passe alors les éléments en sa possession au crible de la raison.

13Dupleix a conscience de la difficulté de réunir les sources dont il a besoin. Le privilège du deuxième volume de son Histoire de France vante ses efforts :

[...] ayant desià disposé du travail de tous ceux qui ont escrit avant luy sur ce subiect, et employé à cela beaucoup de peine, d’estude et de despence, tant en voyages qu’il a fait de Gascogne en nostre ville de Paris, qu’en la curieuse recherche de plusieurs livres anciens et modernes...

Aux ouvrages, l’auteur entendait joindre les manuscrits et, surtout, les pièces originales. Aussi faisait-il appel dans la préface du premier volume aux abbayes, aux détenteurs de titres susceptibles de compléter ou de corriger les sources déjà en sa possession : s’adressant aux abbés et aux grands nobles, il les invitait à faire certifier par devant des juges royaux les copies des originaux qui pourraient compléter son ouvrage. L’engagement de modifier son Histoire en cas de besoin ne peut que renforcer la véracité de son récit.

14La présentation, dans la préface de l’Histoire romaine, de l’état de conservation des ouvrages des historiens romains justifie qu’il soit parfois qualifié de continuateur de Tite-Live car il apparaît véritablement imprégné de ces travaux19 ; le privilège souligne avec quel « incomparable travail, il a composé et compilé des fragments qui restent des anciens Auteurs un corps de l’Histoire Romaine ». Et c’est avec une véritable gourmandise qu’il annonce à la fin du premier tome que le suivant s’ouvrira sur la seconde guerre punique :

La description de cete guerre sera d’autant plus agréable au lecteur que l’ancienne histoire est entière en cet endroit pour en apprendre toutes les circonstances dans Tite-Live, et en partie dans Polybe et dans Appian Alexandrin. Plutarque aussi nous en fournit quelques bonnes pièces...20

15L’examen des marges permet de préciser le jeu des références. Pourrait-on adresser à Dupleix le reproche formulé à l’encontre de Varillas, dont les notes marginales n’auraient été, qu’une apparence d’érudition. Décomptant le nombre de références fournies par cet autre historiographe, Steve Uomini les estime à une toutes les 9 pages, dans son Histoire des Valois, mais seulement 25 pour Louis XII21. La comparaison, ici, est tout à l’avantage de Dupleix, ainsi que le montre le tableau ci-dessous. Certes, les références sont démultipliées par le découpage en paragraphes, qui conduit parfois à une simple mention idem, mais la diversité des auteurs convoqués est d’autant plus grande que suivant son habitude, Dupleix traite d’abord du règne du roi, puis dresse successivement le tableau de l’église et des empires d’Orient et d’Occident à la même époque et que les quatre sections ne mettent pas en œuvre des références similaires.

Références marginales pour le règne de Louis XII

pp.

références

auteurs ou sources

Louis XII

50

129

35

Eglise

 7

 37

35

Empire d’Orient

 7

 27

27

Empire d’Occident

 4

 10

16

16L’écart entre le nombre de références et celui des auteurs semble étonnant pour le règne de Louis XII : c’est que l’auteur met un point d’honneur à indiquer toutes les sources utilisables, parmi lesquelles les mémoires tiennent une part finalement mineure : ceux de Martin du Bellay ne sont mentionnés qu’à seize reprises. La référence marginale apparaît consubstantielle à l’écriture de Dupleix car, s’il travaille à partir de sources privilégiées (Guichardin est cité 45 fois pour l’histoire de Louis XII et Ferron pas moins de 50 ; Chalcondyle et Paul Jouve douze fois chacun pour l’état de l’empire d’Orient), on voit l’importance de la confrontation des sources dans l’écriture de cet historien, auquel il arrive en outre de se référer à d’autres auteurs dans le corps du texte.

17La présentation des références utilisées accrédite un travail dont les premières qualités relèvent de la logique, d’où la comparaison entre l’historien et le philosophe. Et ces qualités deviennent déterminantes lorsque l’auteur aborde les événements que lui et ses lecteurs ont vécus.

La mémoire d’homme et la preuve

18Le découpage de l’œuvre historique de Dupleix traduit une hésitation entre deux réalités : la force de la logique généalogique, qui commande l’organisation des premiers volumes, la mémoire des hommes qui justifie un découpage en Vies, à partir du dernier Valois, ce qui détermine une modification du régime de la preuve.

Des Mémoires à la mémoire

19L’Histoire cesse d’être un pur travail d’érudition quand le lecteur peut confronter le récit à ses propres souvenirs. Dupleix s’y adapte en deux temps. Abordant le règne de François II, il relève que

[...] ces affaires ne sont pas si éloignées de nostre âge que nous n’en aions veu une bonne partie et appris le reste de nos pères.22

Se préparant à entrer dans le récit des guerres de religion, dont les plaies ne sont pas cicatrisées au moment où il écrit, il éprouve le besoin d’expliquer sa position personnelle. L’évidence de la vérité discrédite à ses yeux la passion de pseudo-mémorialistes qui ne prennent la plume que pour déconsidérer leurs adversaires. Refusant d’entrer dans cette guerre des mémoires, Dupleix proclame avec force son admiration pour les héros quel que soit leur camp : les Guises sont « vrayes colonnes de la Religion et de l’Estat », mais le prince de Condé « l’un des plus généreux de ce siècle » et Coligny « un des plus grands et valeureux capitaines de ce temps ». C’est parce que la religion ne lui a jamais fait haïr personne que l’historien est crédible lorsqu’il attribue les guerres civiles à « l’hérésie, laquelle séparant les sectaires du corps mystiques de l’Eglise, donne subjet au Roy très chrestien » de la combattre. Dupleix exprime ici une analyse qui vaudra jusqu’au règne de Louis XIII, encore largement dominé par la question protestante. Ce passage décisif n’est nullement mis en évidence : il ne correspond pas à un changement de livre mais seulement à l’avant-dernier chapitre d’un volume de l’Histoire générale. Il modifie pourtant durablement le pacte de lecture. Désormais, la confiance du lecteur dépend aussi de la position adoptée par l’historien : au-dessus de la querelle religieuse, mais dans le camp des bons sujets catholiques du roi qui a commandé l’œuvre.

20Dupleix renouvelle et complète son avertissement au moment de présenter le règne de Charles IX.

Je n’auray pas désormais grand’besoin des escrits des historiens et chroniqueurs de ce temps, la pluspart hérétiques, libertins et athées.23.

Refusant de les dénommer afin de ne pas mettre en cause leurs parents vivants, il fournit néanmoins au lecteur deux critères pour les identifier : tous affirment d’une part que les troubles du royaume ont procédé des vices et de l’ignorance des ecclésiastiques et d’autre part que les huguenots n’ont fait appel aux étrangers que pour se protéger de l’oppression des Guises et rétablir l’autorité des princes du sang conformément aux lois fondamentales du royaume. Dupleix prend soin de réfuter soigneusement chacun de ces arguments : « c’est parler en Historiens passionnés et en très mauvais Philosophes ». Alors seulement il en vient à ses propres preuves :

Quant à moy, j’ay assez d’instructions, mémoires et bons advis de tout ce qui s’est passé en France depuis l’entrée de ce règne jusques à aujourd’huy, les ayant receus des anciens capitaines, des secrétaires et officiers des Princes tant Catholiques que Calvinistes, des Secrétaires d’Estat et de leurs commis, des Religieux et des ministres mesmes, avec aucuns desquels j’ay eu de grandes habitudes et familiarité.24

Comment mieux définir le travail de l’historien impartial (princes ou pasteurs, il revendique ses amitiés huguenotes) mais engagé (son appréciation sur l’hérésie demeure) ?

21Le régime de la preuve n’est pas immédiatement modifié. Au contraire, Dupleix continue d’indiquer ses références mais celles-ci se raréfient tandis que les Mémoires cèdent la place aux mémoires. L’adoption du modèle de la Vie ne semble pas entraîner de nouvelle transformation. Elle oblige pourtant l’auteur à un retour en arrière, afin d’expliquer le voyage du futur Henri III en Pologne,

[...] extrait la plus-part des Mémoires du feu maréchal de Souvré et du sieur de Pibrac, fidèles témoins de tout ce qui s’y passa, pour avoir esté tousjours près de sa Majesté, et très-chéris d’elle pour leurs rares vertus et continuels services.25

Quoique la structure de la page ne soit pas modifiée et que les références apparaissent toujours en marge, leur choix se trouve justifié dans le corps du texte. Leur mention marginale devient moins fréquente avant de disparaître complètement dans l’Histoire d’Henri le Grand, laquelle conserve néanmoins la mise en page qui caractérise l’œuvre historique de Dupleix.

22Le déplacement de la preuve va de pair avec une plus grande présence de l’auteur, qui n’hésite pas à convoquer son propre témoignage. Lorsqu’il dénombre les troupes du duc de Rohan en 1615, c’est qu’il les a vues passer, à une demie lieue de Condom26 ; s’il évoque l’ascendance du duc d’Epernon, c’est qu’il a vu les titres de sa généalogie27... Plus il avance vers son propre temps, et mieux le récit impose un autre statut de l’historien.

L’historien et les grands

23Comment rendre intelligibles des événements qui requièrent de pénétrer les arcanes du pouvoir ? Quels projets Henri IV a-t-il véritablement nourri pour Juliers et Clèves ? Dupleix n’ignore pas les hypothèses qui circulaient à cet égard mais son jugement est sans appel : « Tout cela, dis-je, n’est qu’imagination et conjoncture, personne qui vive n’en ayant connaissance certaine »28. Une seule personne, affirme-t-il aurait pu s’en expliquer, Guillaume de Hugues, parce qu’il avait été chargé de traiter avec tous les « potentats d’Italie ». Dès lors, l’historien est incapable de dissiper le mystère. Tout change lorsque ses relations lui donnent accès à de nouveaux documents, à une meilleure source :

Je n’ay peu dire que cela sur ce subjet ès éditions précédentes de cete histoire, mais ayant veu depuis peu de jours les mémoires et instructions données au sieur de Bullion, Conseiller d’Etat et Surintendant des Finances en la négotiation du traicté que le Roy fit avec le Duc de Savoye pour l’intéresser en son entreprise, j’en ay dressé ce petit mémoire.29

Des Mémoires, on passe ici aux mémoires, d’abord ceux dressés à l’intention de Bullion, puis à celui de l’historien. La preuve a bien changé de régime et l’historien de statut.

24Désormais, l’association de l’historien aux personnages historiques dont il parle commande la crédibilité de son histoire. Le témoignage de l’auteur devient presque celui d’un acteur et, disant ce qu’il a vu de ses propres yeux, il s’engage personnellement. Il convient à cet égard de prendre garde au titre d’historiographe du roi complété dans un second temps par celui de conseiller d’état qu’arbore désormais Dupleix sur la page de garde des différents volumes de son histoire. S’il n’était pas indispensable à l’auteur des Mémoires des Gaules, il contribue à garantir l’accès de l’auteur à ces mémoires qui deviennent si nécessaires comme à la conversation des princes ou des ministres susceptibles de lui apprendre le sens réel des faits qui composent son récit. Cela rend compte de la fréquence des notations du type : « J’ai ouï souvent raconter.. » que l’on trouve aussi bien à propos de la joie d’Henri IV recevant la lettre par laquelle la reine Marguerite consent à la dissolution de leur mariage30, du respect de Marie de Médicis pour les capacités de Richelieu31 ou encore de la sainteté de Louis XIII32. Et lorsque ses propres souvenirs ne suffisent pas, il s’appuie sur ceux de ses homologues historiographes du roi, comme il le fait en 1628 à propos des miracles de Louis XIII :

[...] le tesmoignage que ledit sieur Bernard rend des susdits miracles pour les avoir veus et pour avoir devers soy des attestations authentiques, desquels il m’a fait voir).33

Il n’est d’ailleurs pas indifférent qu’il note la mort de Pierre Mathieu durant le siège de Montauban34.

25Lorsque l’histoire devient contemporaine, que les enjeux politiques se font plus pressants, Dupleix convoque son propre témoignage. Loin de s’abriter derrière le pouvoir, il fonde l’autorité de son récit sur sa propre parole, construisant ainsi une image valorisante de la fonction d’historiographe. Aussi va-t-il jusqu’à présenter explicitement ses vues personnelles, en particulier à propos de l’article présenté par le Tiers lors des états généraux de 1614.

S’il est loisible à l’Autheur d’interposer, sinon son jugement (ce que pourtant les plus célèbres historiens ont fait) à tout le moins son sentiment ès choses d’importance, j’adjouteray icy une conception touchant les libertés de l’Eglise gallicane.35

Analysant celles-ci en les distinguant des privilèges, octroyés par une autorité supérieure, il développe un raisonnement juridique qui lui permet de s’opposer une nouvelle fois aux libertins :

Mais les plus modérés les employent principalement à ce que l’autorité des anciens décrets ne soit point violée ni énervée en France (...) ; et surtout que l’Estat spirituel ne fasse aucune entreprise sur le spirituel.

Le changement de nature de la preuve apparaît évident même si l’on retrouve les qualités que Dupleix revendique d’emblée pour l’historien, à commencer par le discernement et la clarté du jugement.

26En devenant le garant de son récit, l’historien s’expose aux critiques et celles-ci se révèlent d’autant plus virulentes que Dupleix s’est, dès le premier volume de son Histoire, vigoureusement engagé contre l’historiographie protestante.

La preuve dans la polémique

27Outre les partis qu’il prend très fermement tout au long de son grand œuvre historique, Dupleix prend l’initiative de la polémique en consacrant un volume à relever les erreurs de l’Inventaire de Jean de Serres, puis il est amené à consacrer deux ouvrages à réfuter les attaques de Mathieu de Morgues et du maréchal de Bassompierre.

La polémique antiprotestante

28Au cas où le titre n’en serait pas suffisamment explicite, Dupleix dédie en 1625 l’Inventaire des erreurs, fables et déguisements remarquables en l’Inventaire général de l’Histoire de France de Jean de Serres36au clergé de France. Le statut de ce livre dans la production historique de Dupleix est ambigu : d’une part, il se fixe explicitement pour objet de redresser les erreurs d’un historiographe et, plus encore, celles de son continuateur : il s’agit alors d’apporter une démonstration qu’il n’a pas incluse dans sa propre Histoire ; d’autre part il annonce que celle-ci prolongera l’entreprise anti-protestante : « Attendant la suite avec la confirmation de mon Histoire »37.

29On retrouve dans l’Inventaire des erreurs le double régime de la preuve selon que l’histoire est lointaine ou contemporaine. L’insistance sur la correction des dates montre d’abord que celles-ci ne sont nullement une donnée aisée à retrouver chez les annalistes, mais que l’historien se doit de les contrôler par la critique et la comparaison des textes. « Ainsi l’écrivent les historiens de ce tems-là, Glaber, Helgaud, et après eux Macé en son histoire composée en rithme. Du Tillet confirme la mesme chose par des actes et des titres authentiques » assène par exemple Dupleix en reprochant à Serres, qui se targue de puiser « aux fontaines, aux vrais et anciens Originaux » d’en rester toujours aux « ruisseaux bourbeux de du Haillan »38. Le bon historien privilégie les sources contemporaines de l’événement39 et, parmi celles-ci, celles qui ne sont pas suspectes de parti pris. Clovis a-t-il été vaincu comme l’affirme Serres ? Pas du tout, répond Dupleix, qui dénonce

[...] une fable inventée par les historiens Goths et Combers, ennemis de la France. (...) Pour trouver la vérité de cette histoire, nous avons un très bon auteur neutre, sçavoir Procope, grec de nation.40

Sous la date de 1435, il prend en défaut Monstrelet et Jacques Meyer, « favorables aux Bourguignons » et qui « ne prennent pas garde que cela répugne à ce qui est porté par le premier article du traité... »41. Contrairement à l’annaliste qui se fie aux apparences pour dresser sa compilation, l’historien refuse de s’en tenir aux sentiments du vulgaire car son récit résulte d’une analyse préalable des textes.

30Les manuscrits, même, appellent une véritable critique car ils peuvent être « supposés » comme l’aurait été celui que Jean de Serres invoque sur les Vaudois, que contredisent du tout au tout ceux que Dupleix affirme avoir vus :

Mais pour le convaincre de faulseté, sans m’arrrester aux manuscrits qui peuvent avoir esté faits passionément d’une part et d’autre, je ne me serviray que du tesmoignage des conciles et des auteurs fidèles, et rapporteray sommairement les erreurs de tous ces hérétiques, par la conférence desquels on verra que leur croiance n’est point conforme, ains grandement différente.42

31Soucieux de combattre les approximations dangereuses de Jean de Serres, Dupleix ne manque pas de redresser les raisonnements de l’historien protestant : la logique vient ici servir l’érudition43. L’exemple le plus remarquable concerne peut-être l’établissement des pairs de France que Serres attribue à Hugues Capet en 990.

Voici la proposition la plus hardie qui soit en son Inventaire. Car nulle ancienne histoire ne disant rien d’une chose si remarquable, les Modernes rapportent cette institution à divers temps. Pour moy, n’ayant encor trouvé nulle certitude, j’oserois bien dire au contraire de Serres que cet Ordre fut estably plustost sous tout autre règne que soubs celuy de Capet, qui étoit trop prudent pour faire une si lourde faute. (...). Il y a plusieurs autres raisons demonstratives (qui seroient icy trop longues à déduire), lesquelles j’ai raporté en mon histoire de France soubs le règne de Charlemagne44. Mais d’avoir avancé cette proposition sans preuve ni autorité, il n’appartient qu’à un Ministre45.

32Si la proposition de Serres est hardie, c’est qu’elle porte sur une institution très importante de la monarchie française. Or elle ne s’appuie sur aucune autorité et elle est contraire à toute logique puisque son établissement aurait constitué une « lourde faute » pour Hugues Capet. Dupleix déduit ses raisons avec une telle énergie qu’on en viendrait à oublier que quelques précautions qu’il ait prises au moment d’écrire le règne de Charlemagne, il n’en a pas moins définitivement associé, dans la mémoire de ses lecteurs l’empereur et l’origine des pairs.

33Dupleix appuie sa réfutation de Jean de Serres sur la formulation des exigences que doit respecter l’historien. Exigences méthodologiques dans la constitution des sources comme dans la manière de les citer (les extraits doivent être exacts et honnêtes) ; exigences personnelles ensuite : le récit ne doit pas aller à l’encontre des intérêts de l’église ni du roi.

34La nature de l’ouvrage polémique modifie cependant quelque peu l’appel aux mémoires pour la période des guerres de religion, celle qu’ont connue les pères de l’auteur et de ses lecteurs. Corrigeant le rôle attribué à l’auteur des Commentaires, Dupleix s’emporte contre des

[...] faulcetés, ainsi qu’on peut le lire dans les Commentaires de Monluc mesme, lequel pouvant estre démenti par ceux de son temps, n’avoit garde de rien escrire contre la vérité.46

Nouveau glissement à propos du voyage du futur Henri III en Pologne, à propos duquel Dupleix invoque « les mémoires que j’ay de feu monsieur le mareschal de Souvré »47. Faut-il conclure que le récit des années récentes engage plus l’historien que celui des temps reculés ? Certainement pas, puisqu’il ne commence pas la critique du travail de Jean de Serres à la période contemporaine mais le reprend, par exemple, sur le règne de Pharamond, dont il rappelle la durée qu’il a estimée à quatre ans dans l’Histoire générale de France. En revanche, il est déterminant que pour dénier plus efficacement toute autorité au continuateur de Jean de Serres, il déchire son anonymat :

La suite est d’un nommé Montliard (lequel j’ay veu correcteur d’imprimerie à Paris) hérétique obstiné, grandement inférieur en doctrine à Serres, mais qui le surpassoit de beaucoup en malice.48

Or c’est précisément cette arme sociale que ses propres détracteurs vont retourner contre lui.

La créature de Richelieu

35Fidèle défenseur de la politique de Louis XIII et de Richelieu, Dupleix suscite l’ire du maréchal de Bassompierre qui, découvre à la Bastille le rôle que Dupleix lui prête, prend la plume pour dénoncer les faussetés qu’il attribue à l’historien. A son tour, Mathieu de Morgues, resté fidèle à Marie de Médicis, après la Journée des dupes, consacre un pamphlet à Dupleix qui se décide à lui répondre en 1645. Les deux ouvrages que Dupleix consacre à sa défense consacrent la mue de l’auteur. Le parti éditorial de l’Inventaire des erreurs était simple : chaque affirmation contestable de Jean de Serres ou de son continuateur était présentée, puis faisait l’objet, selon les cas, d’une « correction » ou d’une « réfutation ». Le système de Philotime ou examen des notes d’Aristarque est très différent. Les citations de l’Histoire de Dupleix, avec mention de la pagination et de l’article de la page, sont précédées de la lettre D ; viennent ensuite les notes d’Aristarque, repérables par l’initiale A, puis les réponses de Philotime, signalées par la lettre P. Par exemple, le débat sur le ralliement du duc d’Epernon à Henri IV est présenté ainsi49 :

p. 13 †9 N 13 [2ème édition, p. 9, article 13]
D. Et entre autres, M . D’Espernon, ...
A. Cela est faux, M. D’Espernon le recognut pour son Roy, luy presta le serment, etc.
P. Et moy je soustiens qu’il ne luy presta jamais le serment : ce que M. d’Espernon asseure encore, et que le Roy luy demanda la raison de son refus, il luy respondit qu’il ne le pourroit recognoistre pour Roy de France qu’il ne fût de la religion de ses ancestres.

36Dupleix ne manque pas d’invoquer des preuves. Il lui arrive de renvoyer son adversaire à des outils de travail, ainsi à la Gallia Christiana lorsque Bassompierre soutient que Cambrai n’est pas un archevêché50. Il convoque d’autres historiens pour confirmer sa présentation : du Tillet est cité une fois51, l’Histoire de la maison de Montmorency par André Duchesne est cité à deux reprises52 mais l’œuvre de de Thou est mentionnée pas moins de 16 fois53 alors que La Perrière, « annaliste du Béarn » n’apparaît qu’une fois54. Philotime-Dupeix mentionne encore des mémoires, dont ceux de la reine Marguerite et de Monluc55 ; il fait état de procédures judiciaires, qu’elles aient été lancées contre le duc de Bouiillon (« C’est de là que toute la narration de l’Histoire est extraict »56) ou contre Chalais (« ce qui résulte de la procédure contre ledit Chalais dont la relation de l’Histoire a esté extraict »57), mais aussi des instructions qu’a reçues Marca, encore conseiller catholique au parlement de Pau58. Il fait aussi état de relations à propos du siège de La Rochelle (« toutes les relations le rapportent ainsy »)59 comme de la bataille gagnée par le père du maréchal d’Effiat contre le comte de Rendan (« L’Historien l’a descrite sur les mémoires qui s’en sont trouvés escrits de la main du feu sieur de Barmontet, lieutenant de la compagnie du feu sieur d’Effiat le père »60). Si Philotime renvoie aux registres du parlement ou à l’original de brevets dont Bassompierre conteste l’authenticité, la partie la plus intéressante de sa justification réside sans doute dans la mention des vérifications auxquelles il a procédé :

J’ay esté curieux de m’enquester n’aguères de cete affaire avec les domestiques de M. de Sully, et mesmes avec Madame la Duchesse de Rohan sa fille.61

Pourquoi ces vérifications ? Parce que le soin avec lequel l’auteur recoupe ses informations renforce la crédibilité de son témoignage. Philotime, comme naguère Dupleix, s’engage personnellement :

Je scay de bonne part...

J’estois à Bordeaux, je vis tout cela

Ses voisins, ceux qui ont eu depuis familière conversation avec les siens, comme l’Autheur, sçavent très bien...

Je scay de bon lieu...62

L’enquête permet de passer les témoignages au crible de la critique, comme lorsque la lecture des instructions données à Marca vient préciser les témoignages recueillis sur place par l’auteur. Et Dupleix-Philotime de renvoyer Bassompierre à la fragilité de son propre témoignage :

En matière d’une histoire escrite sur les relations d’autruy, soit de vive voix ou par escrit, il faut par nécessité que celuy qui n’a pas esté présent aux actions mesmes, les ensuyvent, et d’en opposer d’autres à celles-là, ce n’est rien dire. Car il arrive rarement que d’un grand nombre de personnes qui disent avoir veu une mesme action, il y en ait deux qui en demeurent entièrement d’accord, et notamment pour les circonstances.63

37Capable d’un travail critique, l’historien accomplit une œuvre scientifique alors que le témoin intervient à des fins personnelles. Philotime récuse pour cette raison le témoignage de Bassompierre sur le siège de Montauban et sa pointe est, à cet égard, particulièrement révélatrice : en préférant le maréchal de France à l’historien, assure-t-il à Aristarque, « vous faites parler un homme intéressé et partial, peu croiable »64. L’affirmation de la méthode n’est pas incompatible avec la responsabilité qu’assume un auteur qui écrit sur ordre, ce qu’il exprime sans ambages en se justifiant de ses affirmations sur la vie privée de Marguerite de Valois :

Ces raisons ainsi entendues, il n’y a bon François ny bon serviteur du Roy qui n’approuve l’ordre que l’Historien a receu d’inscrire cete verité dans l’histoire.65

Dupleix, en effet, n’oublie pas ni ne laisse oublier qu’il publie son Histoire en qualité d’historiographe du roi, que sa position n’est nullement comparable à celle d’un mémorialiste : il ne méconnaît jamais les règles qu’il a énoncées dans la préface de son ouvrage. Et l’on trouve l’expression de cette double exigence d’enquête et d’écriture sur ordre dans cette troublante notation de Philotime,

ainsi qu’il est rapporté dans l’Histore escrite sur de bonnes instructions que M. d’Espernon approuve.66

Le duc d’Epernon approuve-t-il les instructions à partir desquelles Dupleix a travaillées, l’ordre qu’il a reçu de rédiger en fonction de celles-ci ou bien encore le récit qu’il en a composé ? L’important est que l’auteur puisse faire état de l’approbation de ce Grand réputé hostile à Richelieu, au ministre responsable de l’emprisonnement de Bassompierre et qui est visé à travers la mise en cause de sa créature.

38Mathieu de Morgues arrache un aveu d’importance à Dupleix : celui-ci aurait été fort aise de se dispenser de publier l’Histoire du dernier règne mais il y a été « obligé par l’ordre de ceux qui avoient pouvoir de me le commander »67 - n’est-il pas appointé à cet effet par le roi ? Revendiquant l’honneur de répandre la gloire de son souverain, il rappelle néanmoins qu’il a suspendu son entreprise depuis 1635 et s’est consacré à d’autres ouvrages. Ecrivant sur commande, Dupleix n’est pas pour autant une plume vénale : aucune dédicace ne lui a rapporté une libéralité et lorsqu’il mentionne un personnage, ce n’est pas pour complaire à ses héritiers. La Réponse à Saint-Germain offre un rare témoignage sur les conditions d’écriture d’un historiographe du roi. S’exprimant après la mort de Richelieu et de Louis XIII, Dupleix se sent le droit d’évoquer les conditions d’écriture de l’Histoire de Louis le Juste, qu’il lisait la nuit au cardinal au fur et à mesure de sa composition. La lecture du ministre apparaît directive :

Je pourrois asseurément marquer les endroits qui sont de son style, dont je n’ay jamais rien monstré à personne, qu’à M. Fabry, alors conseiller au parlement.68

Il arrivait alors que le cardinal le renvoye à quelque seigneur ou grand commis pour prendre connaissance de ses instructions (Dupleix cite l’exemple de M. le Prince, non sans préciser qu’il est encore vivant69). Dupleix emploie pour sa justification les preuves qu’il a définies contre Bassompierre : les témoignages écrits ou oraux, qu’il appuie sur le nom de personnes en mesure d’attester ses dires. Il confesse pourtant son malaise au moment de raconter comment un huissier du cabinet avait suggéré à Louis XIII de répudier Anne d’Autriche.

Je confesse ingénûment qu’il n’y a eu rien dans les mémoires qu’on m’a donnés pour l’Histoire de ce règne qui ait si fort choqué mon esprit que cete rencontre. Et de fait, j’allay consulter sur ce sujet M. le Cardinal, qui m’asseura que la chose estoit vraie, qu’il en avoit esté informé par le Garde des Sceaux Marillac, et que mesmes, on avoit intercepté naguère une lettre escrite de Bruxelles en Italie...70

Richelieu ordonne à Dupleix d’insérer l’anecdote dans son Histoire mais les doutes de l’historien n’étant pas apaisés, la crainte de « donner diverses impressions contre diverses personnes » le déterminent à la retrancher des éditions ultérieures. Il l’avoue ailleurs tout aussi ingénument

[...] depuis que ma plume est plus libre, j’ay adouci cela dans les dernières éditions de mon Histoire71

Il convient à cet égard de remarquer qu’il avait, face à Bassompierre, justifié son jugement sur Marguerite de Valois sans invoquer les consignes dont il fait état face à Mathieu de Morgues72.

39La nature des déclarations de Dupleix ferait presque perdre de vue l’évolution de son statut : il ne s’embarrasse plus ici du masque de Philotime mais affronte directement Mathieu de Morgues ; il parle toujours à la première personne mais désormais ses propos sont mis dans la bouche de « l’historien ». Et à l’entrée de ce texte polémique, Dupleix prend soin de se ranger modestement parmi les savants et les érudits :

[...] pour moy qui me tiens pour un des moins considérables entre ces doctes hommes » que sont l’évêque de Saint-Malo, du Chastelet, Balzac, Silhon, les deux Sainte-Marthe, Sirmond et Duchesne.73

La revendication de l’érudition et de l’appartenance à cette république des lettres éclaire les déclarations sur la collaboration avec Richelieu. Celle-ci est la condition de la rédaction d’une Histoire de Louis XIII digne de ce nom. Première conséquence, l’historien ayant

[...] seulement rapporté fidèlement les choses passées suyvant la cognoissance qu’il en avoit, ou conformément aux mémoires et instructions qu’il estoit obligé d’ensuivre, il est plus digne de louange que de punition.74

Deuxième conséquence, l’historien appartient au petit nombre de ceux pour qui se soulèvent les voiles qui dissimulent les mystères du pouvoir. C’est même cette position, symbolisée par son titre de conseiller d’état, qui lui permet de faire état des propos des grands (« depuis que la Reyne d’Angleterre est en France, l’on a assez appris par la bouche de Sa Majesté et de ceux de sa suite... »75). Il faut donc parfois savoir le comprendre à mi-mot : « j’ay escrit seulement que le bruit de la Cour fut tel : qui est autant de dire que ses ennemis le faisoient courir »76. Il convient également d’accepter que certains faits ne soient pas révélés. Dupleix qualifie de « secret » ce qui se passa lors de la tentative de réconciliation menée par le roi entre la reine-mère, et Richelieu mais d’ajouter :

Néantmoins l’Historien en aiant esté bien instruit, il l’a déduit assez amplement dans l’Histoire...77

Une Histoire qu’il continue de défendre :

Il est vray qu’aiant depuis conféré de vive voix avec de grands hommes d’Estat...78

40Proche du pouvoir à la demande duquel il écrit, Dupleix se trouve donc en mesure de corriger, de reprendre ou de confirmer et de préciser. On en conclura sans doute que la preuve n’a pas pour effet de modifier la nature d’une Histoire qui reste un ouvrage en cours (après tout, la Continuation de l’Histoire de Louis le juste ne voit le jour qu’en 1648). On retiendra surtout l’importance du statut de l’historien, prêt à adoucir certains passages quand sa plume est devenue plus libre mais qui confirme avec éclat la sincérité de son engagement pour la politique de Louis XIII et du cardinal de Richelieu dans le vibrant plaidoyer qui conclut sa réponse à Mathieu de Morgues et qui emporte l’approbation de la censure - un discours

[...] excellent et advantageux audict Règne et glorieux pour le Roy et pour ses ministres.79

41Dupleix est la preuve ultime de son Histoire et c’est pourquoi il convient de souligner que lorsqu’il se présente comme historien, il multiplie les références à la philosophie, y compris la sienne. Historiographe, Dupleix ne cesse pas de se présenter comme le magistrat qu’il a toujours été. Philosophe introduit parmi les financiers, présenté à Louis XIII par un magistrat devenu grand argentier, il revendique sa proximité avec Richelieu à la stratégie duquel il continue d’adhérer. Aussi convient-il de prendre garde à l’énumération des doctes parmi lesquels il se situe. Les frères Sainte-Marthe, de même qu’André Duchesne incarnent incontestablement l’érudition qui doit être celle de l’historien mais en est-il de même pour Balzac malgré l’impact de son évocation de la Rome antique ? N’évoque-t-il pas plutôt, ainsi associé à Silhon, une autre forme d’écriture, délibérément au service du Prince ou, plutôt de son ministre ? Encore faut-il que celui-ci accepte ce service de plume. La comparaison, ici, est à l’avantage de Dupleix, qui a de surcroît su se tenir à coté de la littérature pamphlétaire.

Haut de page

Notes

1  Dupleix abandonne alors sa charge d’avocat du roi pour une autre, nouvellement créée, d’assesseur criminel.

2  Scipion Dupleix, Mémoire des Gaules, Paris, Sonnius, 1634, p. 3.

3  C’est parce qu’il ne peut établir un récit continu qu’il n’écrit pas une Histoire mais des Mémoires des Gaules.

4  Il désapprouve « la méthode de ceux qui escrivent l’Histoire avec mesme ordre que des Annales ou une chronologie, et en entassant les pièces de diverses natures les unes sur les autres, apportant une extrême confusion à leurs narrations, parce qu’ils sont contraints d’entamer plusieurs et divers sujets en une année, et après les continuer ès suivantes, le tout à lambeaux et par pièces séparées » (Histoire romaine, t. I, Paris, 1638, pp. 12-13).

5  « Pierre Mathieu, qui a écrit l’histoire de son temps en style fleurissant, et avec tant d’ornements oratoires qu’il en paroît moins historique » (Histoire de Louis le Juste, Paris, Sonnius, 1635, p. 288).

6  Scipion Dupleix, Histoire générale de France avec l’Estat de l’Eglise et de l’Empire, t. I contenant l’histoire depuis Pharamond jusques à Hugues Capet, p. aiiij v°.

7  « Protestant que je n’ay rien dit que je ne puisse soubmettre très volontiers à la censure de l’Eglise catholique, Apostolique, Romaine, dans le giron de laquelle je veux (avec la grâce de Dieu) vivre et mourir, ne pouvant avoir ailleurs aucune espérance de salut pour parvenir à la jouyssance du souverain bien en la félicité éternelle » (La Métaphysique, Paris, Sonnius, 1626, p. 214).

8  Scipion Dupleix, Mémoire des Gaules, Paris, Sonnius, 1634, p. 4.

9  Orest Ranum, « Richelieu et les historiographes », Richelieu et la culture, Roland Mousnier édit., Paris, 1987, pp. 125-137, p. 133.

10  Scipion Dupleix, Les Lumières de Mathieu de Morgues, Condom, Cramas, 1645, pp. 66-67.

11  Scipion Dupleix, Histoire romaine, Paris, Sonnius, 1638, t. I, p. 12.

12  Scipion Dupleix, Histoire romaine, op. cit., t. I, pp. 32-33.

13  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. II, p. 358.

14  Sur cette critique, cf. Alain Niderst, « L’ère du soupçon : à la recherche de l’histoire de Montaigne à Bayle », L’Histoire au xviie siècle, Littératures classiques, n° 30, printemps 1997, pp. 63-73, pp. 71-72.

15  Scipion Dupleix, Mémoires des Gaules, p. 4.

16  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. II, p. 851.

17  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. I, pp. 29-30.

18  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. II, p. 4.

19  Sur la présentation des historiens romains, voir Histoire romaine, op. cit., t. I, p. 6.

20  Scipion Dupleix, Histoire romaine, op. cit., t. I, p. 717

21  Steve Uomini, Cultures historiques dans la France du xviie siècle, Paris, 1998, p. 449.

22  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. III, p. 568.

23  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. III, p. 598.

24  Scipion Dupleix, Histoire générale de France, t. III, pp. 599-600.

25  Scipion Dupleix, Historie d’Henry III, Paris, Sonnius, 1636, p. 5.

26  Scipion Dupleix, Histoire le Louis le Juste, Paris, Sonnius, 1635, p. 75.

27  Scipion Dupleix, Continuation de l’Histoire de Louis le Juste, Paris, Sonnius et Béchet, 1648, p. 344.

28  Scipion Dupleix, Histoire d’Henri le Grand, Paris, Sonnius, 1635, p. 400.

29  Scipion Dupleix, Histoire d’Henri le Grand, op. cit., p. 400.

30  Scipion Dupleix, Histoire d’Henri le Grand, op. cit., p. 264. Témoignage de Jean Berthier, président du conseil de la reine.

31  Scipion Dupleix, Histoire de Louis le Juste, op. cit., p. 400. Témoignage de « diverses personnes notables »

32  Scipion Dupleix, Continuation, op. cit., p. 392. Témoignage d’Henri II de Condé.

33  Scipion Dupleix, Histoire de Louis le Juste, op. cit., p. 330. Dupleix invoque encore d’autres témoignages.

34  Scipion Dupleix, Histoire de Louis le Juste, op. cit., p. 194.

35  Scipion Dupleix, Histoire de Louis le Juste, op. cit., p. 46.

36  En dépit de ce que proclame la page de titre, l’édition de 1633 se borne à reproduire celle de 1630, y compris dans ses fautes d’impression.

37  Scipion Dupleix, Inventaire, Paris, Sonnius, 1630 (2ème édit.), p. 530.

38  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., p. 132.

39  « Les tesmoins oculaires sont bien les plus croiables, pourveu qu’ils ne soient point passionnés come ceux qu’il allègue... » (Inventaire, op. cit., p. 321).

40  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., pp. 42-43.

41  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., pp. 331-332. Dupleix signale que Chartier suit Monstrelet et Jacques Meyer.

42  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., pp. 218-219 ; il renvoie même « les plus curieux » aux sessions XV et XLV « qui est la dernière » du concile de Latran (ibid., p. 223. Voir également p. 119 les références fournies pour détruire « plus amplement » la fable de la papesse Jeanne). Réfutation identique d’une lettre de Boniface VIII à Philippe le Bel (p. 258).

43  Ce trait se retrouvera, encore plus accusé, dans la réponse à Mathieu de Morgues.

44  Cf. t. I, pp. 325-328.

45  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., pp. 132-133.

46  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., p. 466.

47  Scipion Dupleix, Inventaire, op. cit., p. 487. L’écrit associé à Souvré a ici changé de nature pour s’apparenter à des instructions ou à une relation confidentielle : ce ne sont plus les Mémoires évoqués dans la Vie de Henri III.

48  Scipion Dupleix, Inventaire..., op. cit., p. 10.

49  Scipion Dupleix, Philotime, ou examen des notes d’Aristarque, Paris, Sonnius, 1637, p. 21.

50  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 33.

51  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 79.

52  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., pp. 31, 152.

53  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., pp. 39, 43, 44, 45, 46, 48-49, 51-52, 53, 54, 58, 164, 232, 249, 256 (2 fois), 279.

54  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 149.

55  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., pp. 82 (reine Marguerite), 163 (Monluc).

56  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 64.

57  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 198.

58  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 145.

59  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 210.

60  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 232.

61  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 170.

62  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., pp. 68, 144, 165, 196.

63  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 12.

64  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 163.

65  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 83.

66  Scipion Dupleix, Philotime, op. cit., p. 250.

67  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 16.

68  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 29.

69  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 30. M. Le Prince est ici Henri II de Condé, duquel Dupleix avait d’ailleurs obtenu un arbitrage en sa faveur dans un conflit de préséance à Condom.

70  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 262.

71  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 224.

72  « J’ay eu ordre des Ministres d’Estat pour en user ainsi » (Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 177).

73  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 5.

74  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 231.

75  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 109.

76  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 195.

77  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 135.

78  Scipion Dupleix, Les Lumières..., op. cit., p. 138.

79  Bibl. nat. Fr., Fr 18967 f° 69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Blanquie, « La preuve chez Dupleix », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 08 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://acrh.revues.org/4175 ; DOI : 10.4000/acrh.4175

Haut de page

Auteur

Christophe Blanquie

http://www.ehess.fr/grihl/CV_Fiches/CV_BlanquieChristophe.htm

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org