Navigation – Plan du site

États-Unis / France. Transferts culturels dans le domaine des soins infirmiers, 1854-1938

Compte rendu de : Evelyne Diebolt et Nicole Fouché, Devenir infirmière en France (1854-1938) : une histoire atlantique ? Paris, Publibook, « Collection Histoires contemporaines » dirigée par Philippe Rygiel, 2011, 352 pages
Annick Foucrier
Référence(s) :

Evelyne Diebolt et Nicole Fouché, Devenir infirmière en France (1854-1938) : une histoire atlantique ? Paris, Publibook, « Collection Histoires contemporaines » dirigée par Philippe Rygiel, 2011, 352 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour but de montrer que la professionnalisation des infirmières françaises (dont l’histoire a souvent été confondue avec l’histoire des infirmières de l’Assistance publique de Paris) a, en fait, connu une histoire longue et conflictuelle (1854-1938) au cours de laquelle les influences anglaise et étatsunienne ont été très prégnantes. C’est ce transfert culturel que les deux auteures – Nicole Fouché (docteure en histoire) et Evelyne Diebolt (docteur d’État en Histoire) – se sont efforcées de mettre au jour afin de rendre à la professionnalisation des soins, en France, son incontestable dimension atlantique.

2Le plan est chrono-thématique. D’abord les innovations et les méthodes anglaises : puis le passage et l’épanouissement du modèle aux États-Unis, avec la surenchère progressiste, puis le transfert en France. Le métier y est encore entre les mains des congrégations religieuses catholiques. La réforme des soins infirmiers, en France, est nettement plus complexe à réaliser qu’aux États-Unis car deux problèmes sont confondus par les acteurs de la réforme : la laïcisation des hôpitaux et la professionnalisation du métier d’infirmière. Le premier prend souvent le pas sur le second au détriment de celui-ci et la lutte pour la qualification des infirmières se joue souvent en rivalités et luttes d’influence entre les protestants et les catholiques auprès de l’État républicain qui, faute de moyens, se refuse à faire ce qu’il a fait pour les institutrices, c’est-à-dire prendre en charge leur formation, sauf au niveau de la ville de Paris, avec les infirmières républicaines.

3La question des écoles d’infirmières et des programmes est primordiale. Les Américaines l’ont très bien compris et elles ont passé beaucoup de temps à mettre en place une qualification exemplaire pour les « nurses ». Dans ce domaine, les États américains les plus novateurs ont pratiquement une génération d’avance sur la France. Les « nurses » américaines, conscientes de leurs avantages, utilisent tous les moyens en leur possession pour diffuser leur modèle : les associations, les revues, les journaux et les bulletins professionnels, les congrès nationaux et internationaux, les manuels professionnels, les publications qu’elles rédigent, les expositions, les voyages, la correspondance, les visites, les bourses, l’aide financière. Marie Adélaïde Nutting et Lavinia Dock sont les vecteurs principaux de ces opérations. En face d’elles, comme actrices de l’innovation et de la réforme, à Bordeaux il y a le docteur Anna Hamilton, la protestante française la plus réceptive au modèle anglo-américain, et à Paris, Mademoiselle Chaptal, la catholique, qui ne veut pas laisser à l’État républicain et encore moins aux protestants français le pouvoir sur un secteur si fondamental de la société.

4Les nurses américaines, organisées dans de puissantes associations, sont secondées, voire dépassées, dans leur mission de transfert culturel par les philanthropes américains à qui la Grande Guerre a fourni un véritable « play ground ». C’est ainsi que le Comité américain pour les régions dévastées, dirigé par Anne Morgan, la Fondation Rockefeller incarnée, au niveau du projet infirmier, par Elizabeth Crowell, et la Croix Rouge américaine exercent des pressions politiques et financières très dures sur la France, alors que celle-ci est dans un état de faiblesse incontestable, face à des problèmes comme la tuberculose, les blessés de guerre ou la grippe « espagnole ». Comme le font remarquer les deux auteurs, il n’y a pas, au niveau de cette étude de cas des soins infirmiers, de réelle réciprocité dans les échanges franco-américains, mais des échanges inégaux dans lesquels la France reçoit, sans quasiment donner, car son modèle de congrégations religieuses est à l’époque inexportable en terrain anglo-américain.

5Une alliance implicite entre les Républicains et les catholiques modérés représentés par Chaptal a raison des pressions américaines. La France formera du personnel secondaire des hôpitaux tandis que les Anglais et les Américains forment des « nurses » enregistrées (Registered Nurses), mieux formées et plus qualifiées.

6Cette histoire atlantique est majoritairement aux mains de femmes qui veulent construire une profession qui permettrait à certaines de leurs consœurs de sortir de leur état de sujet de seconde classe. Les femmes qui dirigent ces mouvements se distinguent clairement comme féministes, appartenant, par certaines de leurs actions, à l’histoire atlantique du féminisme, on pourrait ajouter à l’histoire de l’élite du féminisme, puisque toutes ces femmes socialement ou intellectuellement appartiennent, en France comme aux États-Unis, à des milieux très favorisés.

7Cet ouvrage est complexe car il se trouve à la jonction de plusieurs dynamiques : l’histoire religieuse, l’histoire des femmes, l’histoire de la médecine, l’histoire de la réforme, l’histoire de l’Angleterre, l’histoire des États-Unis, l’histoire de la France et l’histoire des relations transatlantiques, ainsi que de l’histoire des équilibres et des déséquilibres entre ces trois pays. Il est malgré tout très clair parce qu’il suit de près la chronologie du transfert culturel qui a un début, un milieu et une fin. C’est celui-ci qui donne la problématique principale du livre avec ses cadres macro-historiques mais aussi avec toute cette micro-histoire dans laquelle les jeux sont faits au niveau des individus.

8Comme le disent les auteurs dans leur introduction, il y aurait d’autres professions féminines qui pourraient être étudiées sous le même angle – les assistantes sociales et les bibliothécaires, par exemple – et d’autres pays francophones, comme le Canada, la Belgique ou la Suisse qui pourraient entrer dans cette histoire transatlantique, pour en complexifier encore plus les réseaux et pour montrer sa densité.

9C’est un voile qui se lève sur un sujet dont on est cependant loin d’avoir exploré toutes les ramifications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Foucrier, « États-Unis / France. Transferts culturels dans le domaine des soins infirmiers, 1854-1938 », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 09 | 2012, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://acrh.revues.org/4225

Haut de page

Auteur

Annick Foucrier

Professeure à Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Directrice du Centre de recherches d’histoire nord-américaine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org