Navigation – Plan du site
Débats et représentations en France

La sanctification in utero de Joseph : une proposition gersonienne

Paul Payan

Résumés

à partir de 1413, Jean Gerson se lance dans une véritable campagne de promotion en faveur de Joseph, l’époux de Marie, à un moment où celui-ci est très rarement considéré comme un saint, et intéresse peu les théologiens et les prédicateurs, à l’exception de quelques franciscains. Or, parmi les privilèges et les vertus que le chancelier attribue à Joseph, on est surpris de rencontrer l’idée d’une sanctification in utero, qui rappelle l’immaculée conception de Marie, pour laquelle Gerson s’était battu aux côtés de son maître Pierre d’Ailly. Cette affirmation se fait cependant avec prudence, sous la forme d’une idée à laquelle on peut « croire pieusement ». à l’occasion d’un sermon prononcé au concile de Constance, Gerson précise sa pensée en distinguant la Vierge, totalement préservée du péché originel, de Joseph sanctifié dans le sein de sa mère. La logique est celle d’une comparaison avec Jean-Baptiste, que l’on considère consacré in utero au moment de la Visitation. Comme Gerson tente d’affirmer la supériorité de Joseph sur le Baptiste, il cherche à lui attribuer une grâce au moins comparable. L’enjeu est la reconnaissance de la sainteté de Joseph, dont la définition est délicate puisqu’il est sans doute mort avant la Passion et qu’il ne peut être reconnu comme un martyr.
Même si la formulation gersonienne reste très originale, son idée a sans doute été mûrie au contact d’autres admirateurs de l’époux de la Vierge, tels Pierre d’Ailly ou le célestin Pierre Pocquet. Elle s’appuie également sur des sources liturgiques orientales plus délicates à identifier. Néanmoins, sa proposition ne connaîtra pas un grand succès : reprise par quelques auteurs au cours des xve et xvie siècles, elle est finalement explicitement rejetée lorsque s’affirme le culte de Joseph et que sa sainteté n’est plus contestée.
Elle reste le témoignage d’un moment particulier d’audace théologique, sur les frontières encore imprécises de l’immaculée conception, de la sanctification et de la consécration, alors que les désordres du Grand Schisme rendaient plus aigu le besoin d’une pureté inaccessible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marielle Lamy, L’Immaculée Conception. Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (xiie(...)
  • 2 Cette hypothèse d’une sanctification avant la naissance attribuée à Joseph a été repérée depuis lon (...)

1Pourquoi évoquer Joseph, l’époux de Marie, au sujet de l’Immaculée Conception de la Vierge ? N’est-ce pas entretenir la confusion largement répandue, même parmi ceux qui se réclament du catholicisme, entre cette notion et la conception virginale du Christ ? De prime abord en effet, le fait que Marie ait été marquée ou non par le péché originel ne paraît entretenir aucun lien avec le statut de son chaste époux. Pourtant, au début du xve siècle, quelques années après l’affaire Juan de Monzon qui avait fait ressurgir avec beaucoup de virulence le débat sur l’Immaculée Conception1, le grand théologien Jean Gerson suggère que Joseph aurait bénéficié lui aussi d’une sanctification exceptionnelle avant sa naissance. La proposition est audacieuse, et participe d’une véritable campagne lancée par le chancelier de l’université de Paris pour promouvoir le personnage de Joseph et instaurer une fête en l’honneur de son mariage avec Marie. Cette idée originale, vite oubliée lorsque s’installe le culte de saint Joseph, pose le problème de la définition d’une Immaculée Conception mariale, et de l’unicité de ce privilège2. Elle invite aussi à s’interroger sur les enjeux d’un tel débat, dans le contexte politique et ecclésiologique très particulier du début du xve siècle.

Un argument dans la campagne de Gerson

2Si l’action de Gerson en faveur de Joseph est célèbre – au point d’occulter un peu le rôle essentiel des franciscains dans ce domaine – on a souvent oublié que sa particularité est d’être intense mais brève, entre 1413 et 1418, étroitement liée au contexte politique du moment, celui du Grand Schisme et de la guerre civile en France, et qu’elle n’a rencontré sur le moment que très peu de succès. Même si ses textes sont souvent copiés au cours du xve siècle, la figure de saint Joseph qui s’impose enfin dans la dévotion et la liturgie à partir du xvie siècle doit plus aux franciscains qu’à Gerson, à l’exemple de la fête du 19 mars, qui n’est pas celle du mariage souhaitée par le chancelier.

  • 3 Sur Jean Gerson, il faut désormais se reporter à l’excellente biographie de Brian Patrick McGuire, (...)

3Il faut dire que Gerson a fait preuve de beaucoup d’audace et d’originalité dans cette action, à commencer par les lieux, les moments et les moyens qu’il a choisis pour s’exprimer. L’intérêt pour saint Joseph apparaît tardivement dans sa carrière, et alors qu’il a de plus en plus d’adversaires au sein de l’université et à la cour de France3. C’est après la crise cabochienne de 1413 – expérience marquante pour lui puisqu’il est contraint de se cacher dans les tours de Notre-Dame – qu’il se lance dans une véritable campagne de promotion en faveur de Joseph :

  • 4 Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. Palémon Glorieux, Paris-Tournai-New York, 1961-1973, vol. VIII (...)
  • 5 P. Glorieux, op. cit., vol. VII, n°296, p. 11-15.
  • 6 « Grace au virginal espoux de Notre-Dame, saint Joseph juste, du quel mariage fut signification de (...)
  • 7 P. Glorieux, op. cit., vol. II, n° 33, p. 155-157. Pour le détail de cette action de Gerson en fav (...)

4le 17 août 1413 il écrit une lettre ecclesiis universis pour les inviter à célébrer le mariage de la Vierge4, et il la double le 26 septembre d’une lettre en français sur le même thème5. Entretemps, le 4 septembre, dans un grand sermon prononcé devant le roi – Rex in sempiternum vive – il avait présenté Joseph comme un intercesseur de paix6. Deux mois plus tard, le 23 novembre, il écrit au duc de Berry pour réclamer son soutien pour la promotion de la fête du mariage de la Vierge7.

5Sa première lettre en latin du 17 août montre déjà une réflexion aboutie. à la fin de ce texte apparaît une première formulation prudente de l’idée qui nous occupe :

  • 8 Hinc probabile est quod ipsum Joseph consecravit in utero matris, quod eum ab omni fomitis illecebr (...)

6[...] il est probable que [la sagesse divine] consacra Joseph dans le sein de sa mère.8

  • 9 P. Glorieux, op. cit., vol. VII, 2, n°300, p. 63-94.
  • 10 « Considerons doncques, selond les prerogatives que raison iuge avoir estees appartenans ou deues o (...)

Elle n’est pas reprise dans la lettre en français du 26 septembre, davantage tournée vers l’intérêt pastoral d’une telle célébration, mais elle réapparaît plus nettement dans un traité en français plus long, composé sans doute à partir de cette même année 1413, et présenté sous la forme d’une série de « considérations »9. Cette fois, il est clairement question de « sanctification » dans le ventre de la mère, sur le modèle de Jean-Baptiste, de Jérémie, de la Vierge, et « autres plusieurs de mendre mérite »10.

  • 11 P. Glorieux, op. cit., vol. V, n° 232, p. 344-362.
  • 12 Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, (...)

7Sa démarche parisienne n’ayant eu que peu d’échos, Gerson récidive devant les pères du concile de Constance, dans un sermon prononcé pour la fête de la Nativité de la Vierge, le 8 septembre 141611. Le concile est alors dans une phase d’attente, après les succès de l’année précédente, et en l’absence de Sigismond occupé à négocier entre la France et l’Angleterre. Gerson est cependant dans une position délicate : son implication très marquée dans l’affaire du tyrannicide – la condamnation demandée de la thèse de Jean Petit12 – suscite des tensions très fortes au sein de la délégation française.

  • 13 Maria de qua natus est Jesus sicut fuit in utero sanctificata priusquam nasceretur, ita de Joseph v (...)

8La proposition est donc plus prudente, invitant à « croire pieusement » à une sanctification in utero de Joseph, en la distinguant cette fois de celle de Vierge : à la différence de celle-ci, son époux aurait contracté le péché originel avant d’en être purifié in utero, toujours sur le modèle de Jean-Baptiste et « de plusieurs autres ». Et le chancelier de s’abriter derrière l’autorité d’un « office de Jérusalem »...13

Une logique de sanctification ?

  • 14 Manuel Garrido Bonano, « San José en los calendarios y martirologios hasto el siglo xv inclusive », (...)
  • 15 Monumenta ordinis servorum sanctae Mariae, Bruxelles, 1898, t. II, p. 22.
  • 16 Beaucoup d’auteurs datent de 1399 l’adoption de la fête de saint Joseph par l’ordre franciscain (pa (...)

9Ce qui sous-tend la démonstration de Gerson, c’est la volonté de faire de Joseph un véritable saint, ce qui n’allait pas de soi au début du xve siècle. Certes, on peut recenser quelques traces, depuis l’époque carolingienne, de célébrations liturgiques, mais celles-ci sont restées isolées, limitées à quelques abbayes14. Ce n’est qu’avec les franciscains, et surtout les plus exigeants d’entre eux, que l’on observe un véritable intérêt pour le personnage, perçu comme un modèle d’humilité et de service. Pour eux cependant, il n’est pas nécessairement question d’en faire un saint et de lui rendre culte. Certes, les servites de Marie adoptent la fête du 19 mars dès 132415, mais on ne trouve rien de tels chez les Mineurs avant le xve siècle16.

  • 17 L’apocryphe égyptien, l’Histoire de Joseph le Charpentier, focalisé sur le récit de la mort de Jose (...)

10à vrai dire, la définition de la sainteté de Joseph posait plusieurs problèmes : aucun miracle, une réaction bien trop humaine en découvrant la grossesse de Marie, une mort à une date inconnue mais certainement pas auréolée du martyre et placée traditionnellement avant la Passion, donc du côté de l’Ancienne Alliance, celle des patriarches17.

  • 18 Mais celui-ci n’en déduisait pas la sainteté de Joseph. Bernard de Clairvaux, à la louange de la V (...)
  • 19 Cette logique est à l’œuvre dès sa première lettre de 1413 : Addamus confidenter quod sic aeterna D (...)
  • 20 « Adjoutons a ce, que la char saint Joseph fu, apres, la cher et le corps de Nostre Dame, comme est (...)

11Dans ces conditions, la sanctification de Joseph proposée par Gerson repose essentiellement sur une logique de contamination sacrée : elle se fonde sur sa proximité avec la Vierge et l’Enfant – une idée présente déjà chez Bernard de Clairvaux18 – et sur son rôle de gardien et de nourricier. C’est la prédestination à ce rôle, dès le ventre de sa mère, qui le conduit à l’idée d’une consécration in utero19. Un autre argument est lié à une conception très spirituelle du mariage, conforme à une longue tradition théologique : puisque Gerson affirme la validité de l’union de Marie et Joseph, malgré l’absence de consommation, il peut soutenir que les deux époux forment « une seule chair » (Eph. 5, 31), et que la pureté de Joseph doit donc être comparable à celle de la Vierge20.

  • 21 C’est aussi le cas du prophète Jérémie (Jér. 1,5), M. Lamy, op. cit., p. 42-43 et p. 273-276.
  • 22 « Entendons qu’il devoit atouchier souvent et tres familierement au saint des sains, c’est a Jhesus (...)

12Une autre logique est celle de la comparaison avec Jean-Baptiste, lui aussi mort avant la Passion, mais considéré pourtant depuis très longtemps comme le plus grand des saints après la Vierge. Or, la sanctification in utero qui lui est reconnue au moment de la Visitation est un argument classique dans les débats autour de l’Immaculée Conception de la Vierge21. Gerson, qui cherche à faire de Joseph un concurrent direct à Jean-Baptiste dans la hiérarchie céleste, trouve donc logique de lui attribuer un privilège comparable22.

  • 23 Dixit hoc forte ipsi in anima et corpore conresurgenti, quemadmodum multa corpora quae dormierant e (...)
  • 24 Max Lieberman, « Pierre Pocquet : Dictamen de Laudibus Beati Joseph », Cahiers de joséphologie, t. (...)
  • 25 Dans l’Orationarium de Pierre Pocquet, on retrouve tout de même la logique de la comparaison avec J (...)

13Enfin, il faut souligner le lien qui se noue entre l’idée de consécration in utero et celle de la résurrection et de la glorification du corps, qui conduira à la définition de l’Assomption mariale. Dans sa première lettre, Gerson reprend l’idée que Joseph fit partie des ressuscités au moment de la Passion et décrit ensuite la sainte famille réunie au ciel23. Cette glorification céleste de Joseph avait été suggérée quelques années auparavant par le célestin Pierre Pocquet, très proche de Gerson et auteur à la fin du xive siècle d’un Dictamen de laudibus beati Joseph24. Mais elle n’impliquait pas encore aussi clairement que chez Gerson une sanctification in utero25.

  • 26 Auteur d’un De duodecim honoribus sancti Iosephi, éd. Roland Gauthier, Cahiers de joséphologie, t. (...)
  • 27 P. Glorieux, op. cit., vol. II, n° 36, p. 167-169.
  • 28 P. Collura, « Un office médiéval d’Agrigente en l’honneur de saint Joseph », Cahiers de joséphologi (...)

14La démonstration gersonienne est l’aboutissement d’un courant initié par les franciscains et renouvelé à la fin du xive siècle par un groupe d’universitaires parisiens où l’on retrouve Pierre Pocquet et Pierre d’Ailly26. Gerson s’empare de ces idées avec une étonnante énergie, synthétise, compile, interprète, et pousse la logique à son terme. Il utilise aussi des témoins liturgiques, comme il l’avoue lui-même à son ami Dominique Petit, chanoine de Chartres, la veille de son sermon de Constance27. L’office de Jérusalem qu’il mentionne est assez mystérieux, mais on trouve quelques offices du xve, et un office sicilien du xive siècle, qui évoquent une sanctification – ou au moins une consécration – de Joseph dans le ventre de sa mère28.

  • 29 Debent igitur mulieres praegnantes, similiter et viri sui, per se et alios diligentius preces funde (...)

15Mais le chancelier, comme toujours, impose sa marque : par son audace théologique, toujours appuyée sur une grande logique, par la portée politique qu’il donne à son propos – en présentant le mariage de Joseph et Marie comme un modèle d’union face aux déchirures de l’Église et du royaume de France – et par son souci de pastorale. Dans son sermon de Constance, il dégage ainsi une conséquence surprenante de son idée de sanctification in utero : les femmes enceintes et leurs maris peuvent invoquer Dieu, les anges et les saints, pour que leur enfant bénéficie de la grâce du baptême s’il meurt avant d’être baptisé. Qui sait, dit Gerson, si Dieu ne les exaucera pas29 ! L’idée est étonnante car, en ouvrant ainsi très largement les possibilités d’une sanctification avant la naissance, elle risque de diminuer d’autant le caractère singulier de ce privilège, voire même de rendre le baptême moins indispensable. Mais elle est très significative des préoccupations pastorales de Gerson, à un moment où l’angoisse de la mort sans baptême est à son comble. Elle éclaire aussi d’un jour singulier l’engouement populaire pour la croyance en l’Immaculée Conception de Marie.

L’échec de la démonstration

  • 30 Les deux autres idées relevées concernent la paternité de Joseph et sa sainteté supérieure à toutes (...)

16Malgré la relative prudence de la formulation de Gerson au concile de Constance – simple proposition de l’idée de sanctification in utero, report à une démonstration ultérieure – son propos a été remarqué, et a même pu être utilisé contre lui par les Bourguignons, dans le contexte de l’affaire du tyrannicide. En témoigne une note publiée par Du Pin et sans doute rédigée par l’envoyé du duc de Bourgogne Martin Porée, évêque d’Arras, adversaire acharné de Gerson. Elle retient pour les condamner quatre propositions du sermon de Gerson. La première est celle d’une « conception sans péché originel, comme la Bienheureuse Vierge » de son époux Joseph, au prix d’une déformation très significative des propos du chancelier puisque la sanctification in utero devient une conception immaculée ; la troisième concerne l’espoir que les enfants morts in utero et pour qui l’on aura prié puissent bénéficier de la grâce du baptême30.

  • 31 P. Glorieux, op. cit., vol. IV, n° 138, p. 31-100. Il faut se reporter surtout à la récente éditio (...)

17Gerson est finalement marginalisé dans le concile. On sait qu’il ne peut ensuite rentrer à Paris, et finit ses jours à Lyon en 1429. Après un gigantesque poème consacré à Joseph, la Josephina31, il n’écrit plus sur l’époux de la Vierge. Il a échoué dans sa tentative pour instaurer une fête du mariage de la Vierge, et son action ne semble pas avoir eu un impact immédiat sur la dévotion à saint Joseph. Même si les artistes du xve siècle s’intéressent particulièrement au père terrestre du Christ en renouvelant profondément le schéma iconographique de la Nativité, ils ne tiennent aucun compte du vœu de Gerson de le représenter dans la force de l’âge. L’image de Joseph reste pour longtemps celle d’un vieillard.

  • 32 Dans un sermon de son Mariale, Lyon, 1515-1517 (Pars IV, Sermo XII De desponsatione Marie), Jean-Jo (...)
  • 33 Sed redeamus aliquantulum ad virtutes et dicamus de eius pudicitia et honestate. O, dicis tu, audiv (...)
  • 34 Isidoro Isolano, Summa de donis sanctis Joseph, Part. I, c. IX, éd. P. Berthier, Rome, 1887.
  • 35 Petrus Morales (1538-1614), In caput I Matthaei, De Christo, sanctissima virgine et s. Joseph, Pari (...)
  • 36 C’est le « second blasphème » (Joseph deiferae Virginis Mariae sponsus non fuit in originali peccat (...)
  • 37 Benoît XIV, De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione, Padoue, 1743, l. IV, part. II (...)

18En revanche, ses textes sont copiés et exploités, notamment par les franciscains qui parviennent à imposer peu à peu, à la fin du siècle, le culte et la dévotion à saint Joseph. Dans ce contexte, l’idée d’une sanctification in utero est parfois reprise, mais toujours avec une certaine prudence. On la retrouve par exemple chez deux Observants italiens de la seconde moitié du xve siècle, Bernardin de Busti32 et Bernardin de Feltre. Dans un de ses sermons, ce dernier cite explicitement le sermon de Gerson à Constance et sa théorie de la sanctification, mais il le fait à l’appui de la virginité de Joseph, signe que la confusion actuelle entre Immaculée Conception et virginité trouve ses racines dans l’élaboration même du dogme33. L’idée est présente également chez Isidore Isolani, ce dominicain du xvie siècle qui propose une première synthèse théologique sur saint Joseph34, puis chez quelques auteurs de la fin du xvie siècle35. D’une manière générale cependant, cette idée n’est pas retenue, et elle est parfois explicitement critiquée, par exemple dans le « Traité contre sept blasphèmes » du dominicain Balthasar Sorio, publié en 151136, ou plus tard par le pape Benoît XIV37. à mesure que se précisait le dogme de l’Immaculée Conception de Marie, il apparaissait sans doute nécessaire d’insister sur son caractère exceptionnel, unique ; dans le même temps, le développement du culte de saint Joseph rendait inutiles les subtiles démonstrations gersoniennes visant à prouver sa sainteté.

  • 38 Rappelons par exemple que Bonaventure, hostile à l’Immaculée Conception, admet une sanctification i (...)
  • 39 Je remercie Jean Wirth et Lucas Basilio Ricossa d’avoir souligné cette ambiguïté des propos gersoni (...)
  • 40 Marc Vial, Jean Gerson, théoricien de la théologie mystique, Paris, Vrin, 2006.

19C’est pourquoi la discussion sur la sanctification in utero de Joseph reste liée à ce moment particulier du Grand Schisme et de la crise conciliaire, lorsque la crise de l’autorité hiérarchique de l’Église a ouvert la porte à toutes les audaces et les innovations. Elle exprime sans doute le besoin de reconstruire des références porteuses de pureté et d’espoir, pour compenser le spectacle d’une Église engluée dans ses déchirures. En même temps, la discussion renseigne aussi sur les hésitations qui entourent le débat sur l’Immaculée Conception de la Vierge. D’une certaine manière, Gerson brouille les distinctions scolastiques entre sanctification in utero et préservation du péché originel qui avaient animé les premiers débats immaculistes38. Il passe allègrement de l’idée d’une consécration de Joseph dans le sein de sa mère, proche d’une simple prédestination, à une sanctification voisine de celle de la Vierge. Même s’il se garde bien d’affirmer l’immaculée conception de Joseph, sa volonté de rapprocher en pureté les deux parents du Christ laisse planer un doute sur sa croyance en l’unicité du privilège marial39. Fidèle à son approche mystique de la théologie40, il joue de ces notions pour construire avant tout un discours pastoral et spirituel destiné tout autant aux simples fidèles qu’à ceux qui gouvernent le monde.

Haut de page

Notes

1 Marielle Lamy, L’Immaculée Conception. Étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Âge (xiie-xve siècles), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2000, p. 562-575, et Bernard Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 189-201. Cette affaire avait été l’occasion pour le jeune Jean Gerson de faire ses premières armes aux côtés de son maître Pierre d’Ailly, pour défendre l’Immaculée Conception de Marie.

2 Cette hypothèse d’une sanctification avant la naissance attribuée à Joseph a été repérée depuis longtemps par les spécialistes de « joséphologie » (Roland Gauthier, « L’Immaculée Conception de Marie, privilège singulier ou unique ? Étude historique sur l’opinion de l’immaculée conception de Joseph », Cahiers de joséphologie, t. 2, 1954, p. 177-205), mais elle est souvent un sujet de gêne pour tous les défenseurs modernes du culte de saint Joseph, à partir du moment où l’Immaculée Conception de Marie – et d’elle seule – s’affirme comme un dogme incontesté.

3 Sur Jean Gerson, il faut désormais se reporter à l’excellente biographie de Brian Patrick McGuire, Jean Gerson and the Last Medieval Reformation, Pennsylvania State University Press, 2005.

4 Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. Palémon Glorieux, Paris-Tournai-New York, 1961-1973, vol. VIII, n°405, p. 61-66.

5 P. Glorieux, op. cit., vol. VII, n°296, p. 11-15.

6 « Grace au virginal espoux de Notre-Dame, saint Joseph juste, du quel mariage fut signification de la plus parfaicte union et coniunction qui soit : c’est de Dieu et de son Église. », P. Glorieux, op. cit., vol. VII, 2, n°389, p. 1030.

7 P. Glorieux, op. cit., vol. II, n° 33, p. 155-157. Pour le détail de cette action de Gerson en faveur de Joseph, nous renvoyons à Paul Payan, Joseph, une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006, p. 147-190.

8 Hinc probabile est quod ipsum Joseph consecravit in utero matris, quod eum ab omni fomitis illecebrosi refrigeraverit concupiscentia, P. Glorieux, op. cit., vol. VIII, n° 405, p. 65.

9 P. Glorieux, op. cit., vol. VII, 2, n°300, p. 63-94.

10 « Considerons doncques, selond les prerogatives que raison iuge avoir estees appartenans ou deues ou decens a saint Joseph, que c’est bien a croire religieusement qu’il fu sainctifié ou consacré ou ventre de la mere, comme saint Jehan Baptiste, comme Jérémie, comme son espouse Nostre Dame, et comme autres plusieurs de mendre merite. » Ibid., p. 67.

11 P. Glorieux, op. cit., vol. V, n° 232, p. 344-362.

12 Bernard Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, Gallimard, 1992.

13 Maria de qua natus est Jesus sicut fuit in utero sanctificata priusquam nasceretur, ita de Joseph virginali viro suo pia probabilitate credi potest quamvis forte non omnino similiter. Potest forsan haec dissimilitudo notari in hoc quod Joseph post originale contractum sanctificatus est in utero baptismo flaminis sicut Joannes Baptista et aliorum plurimi. Sic enim in officio Jerosolymitano de Joseph composito continetur..., P. Glorieux, op. cit., vol. V, n° 232, p. 349.

14 Manuel Garrido Bonano, « San José en los calendarios y martirologios hasto el siglo xv inclusive », Saint Joseph durant les quinze premiers siècles de l’Église, Cahiers de joséphologie, t. 19, 1971, p. 600-631.

15 Monumenta ordinis servorum sanctae Mariae, Bruxelles, 1898, t. II, p. 22.

16 Beaucoup d’auteurs datent de 1399 l’adoption de la fête de saint Joseph par l’ordre franciscain (par exemple Blaine Burkey, « The Feast of St. Joseph : A Franciscan Bequest », Saint Joseph durant les quinze premiers siècles de l’Église, Cahiers de joséphologie, t. 19, 1971, p. 647-680), mais cette affirmation manque de preuves. La fête de saint Joseph apparaît plutôt au cours de la seconde moitié du xve siècle dans les différentes branches de la famille franciscaine (P. Payan, op. cit., p. 228-231).

17 L’apocryphe égyptien, l’Histoire de Joseph le Charpentier, focalisé sur le récit de la mort de Joseph entre Marie et Jésus, est encore inconnu en Occident à la fin du Moyen Âge, à l’exception peut-être de quelques mentions précoces en Italie et dans la Péninsule ibérique.

18 Mais celui-ci n’en déduisait pas la sainteté de Joseph. Bernard de Clairvaux, à la louange de la Vierge Mère, Paris, Éditions du Cerf, 1993 (Sources Chrétiennes n°390), p. 152-169.

19 Cette logique est à l’œuvre dès sa première lettre de 1413 : Addamus confidenter quod sic aeterna Dei sapientia praevidens totum Incarnationis mysterium, praeordinavit justum Joseph fore custodem et testem matris suae, fore praeterea nutritium suum continuum ; sic dedit ad hanc custodiam et nutritionem omne illud quod erat accommodum, decens et honestum. Hinc probabile est quod ipsum Joseph consecravit in utero matris, quod eum ab omni fomitis illecebrosi refrigeraverit concupiscentia. P. Glorieux, op. cit., vol. VIII, n°405, p. 65.

20 « Adjoutons a ce, que la char saint Joseph fu, apres, la cher et le corps de Nostre Dame, comme est dit par avant ; et ce fut par l’union et confederation de mariage selond le dit de l’Apostre que l’espous et l’espouse ne sont pas deux corps mais une char. », P. Glorieux, op. cit., vol. VII, 2, n° 300, p. 67.

21 C’est aussi le cas du prophète Jérémie (Jér. 1,5), M. Lamy, op. cit., p. 42-43 et p. 273-276.

22 « Entendons qu’il devoit atouchier souvent et tres familierement au saint des sains, c’est a Jhesus, trop plus souvent que ne fit saint Jehan Baptiste, et luy devoit faire plus de service ; si devoit estre, ce samble, sa precieuse char moult purifiee et nette des le commencement de sa formation, comme fu celle de saint Jehan Baptiste. », P. Glorieux, op. cit., vol. VII, 2, n°300, p. 67.

23 Dixit hoc forte ipsi in anima et corpore conresurgenti, quemadmodum multa corpora quae dormierant eo moriente surrexerunt. Apparuit denique fortassis dilectissimae uxori suae Mariae, ipso resurrectionis die, dicente filio ad eam : Salve sancta parens ; dicente quoque ipso Joseph : Salve carissima conjux. P. Glorieux, op. cit., vol. VIII, n° 405, p. 66.

24 Max Lieberman, « Pierre Pocquet : Dictamen de Laudibus Beati Joseph », Cahiers de joséphologie, t. 12, 1, 1964, p. 5-71 (notamment p. 64-65).

25 Dans l’Orationarium de Pierre Pocquet, on retrouve tout de même la logique de la comparaison avec Jean-Baptiste : Non enim est possibilie quin sanctissimus fuerit iste Ioseph. Si enim ex visitacione beate Marie, Helizabeth et Iohannes sancto Spiritu repleti sunt, quanto magis Ioseph, iste sanctificatus et iustus ex tam diuturna conversacione cum domino Ihesu et benedicta eius Matre effectus est ?, dans Paris, B.n.F., Lat. 3314, fol. 29, cité par Max Lieberman, « Pierre d’Ailly, Jean Gerson et le culte de saint Joseph », Cahiers de joséphologie, t. 15, 1967, p. 49.

26 Auteur d’un De duodecim honoribus sancti Iosephi, éd. Roland Gauthier, Cahiers de joséphologie, t. 1, 1953, p. 145-162 et p. 319-332. Ce petit traité, à la datation incertaine, fait preuve de moins d’audace que les textes de Gerson, et n’évoque pas une sanctification de Joseph avant la naissance.

27 P. Glorieux, op. cit., vol. II, n° 36, p. 167-169.

28 P. Collura, « Un office médiéval d’Agrigente en l’honneur de saint Joseph », Cahiers de joséphologie, t. 12, 1964, p. 197-251 (Office sicilien du xive siècle, avec cette mention dans l’antienne du Magnificat : Ab omni labe erepta) ; Max Lieberman, « Les sources joséphologiques de Gerson et l’office des Carmes », Cahiers de joséphologie, t. 10, 2, 1962, p. 17-57 et p. 189-249 (Office des carmes du xve siècle, avec cette antienne du Magnificat : Nam in ventre matris iste / Nazareus tibi, Christe / Consecratur et notatur).

29 Debent igitur mulieres praegnantes, similiter et viri sui, per se et alios diligentius preces fundere Deo et ad sanctos angelos custodes hominum, etiam puerorum in utero, debent ad ceteros sanctos sanctasque omnes confugere quatenus infans nondum natus si forte moriturus est priusquam ad baptismi fluminis gratiam pervenire valeat, dignetur ipsum Dominus Jesus summus pontifex baptismo Spiritus Sancti praeveniendo misericorditer consecrare. Quis enim scit si forte exaudiat Deus, immo quis non devotius sperare valeat quod orationem humilium et in se sperantium nequaquam despiciet. Proficit haec consideratio ad excitationem devotionis in parentibus proficit ad leviandum eorum angustiam dum sine baptismo decedit puer, quia non omnis inde spes ablata est. P. Glorieux, op. cit., vol. V, n° 232, p. 350

30 Les deux autres idées relevées concernent la paternité de Joseph et sa sainteté supérieure à toutes les autres créatures. Jean Gerson, Opera omnia, éd. Ellies Du Pin, Anvers, 1706, vol. V, col. 445.

31 P. Glorieux, op. cit., vol. IV, n° 138, p. 31-100. Il faut se reporter surtout à la récente édition numérique (CD-Rom) réalisée par Matteo Roccati : Jean Gerson, Josephina. Introduction, texte critique, scansion, index..., éd. G. Matteo Roccati, Paris, LAMOP, 2001.

32 Dans un sermon de son Mariale, Lyon, 1515-1517 (Pars IV, Sermo XII De desponsatione Marie), Jean-Joseph Lemire, « La pensée théologique de Bernardin de Bustis sur saint Joseph », Saint Joseph durant les quinze premiers siècles de l’Église, Cahiers de joséphologie, 19, 1971, p. 481-491.

33 Sed redeamus aliquantulum ad virtutes et dicamus de eius pudicitia et honestate. O, dicis tu, audivi quod habuit alium filium. – Non est hic, sed fuit alter Ioseph. Iste fuit virgo, nam Cancellarius Parisiensis praedicavit publice in Concilio Constantiensi coram toto Concilio, et legitur in officio eius quod iste sanctus fuit sanctificatus, ita quod si beata virgo Maria fuit immunis ab originali peccato, ita iste fuit purgatus ab originali, sicut Ioannes Baptista, et a multis aliis poenalibus ipsius peccati originalis. Pedro de Alcántara Martínez, « Dos sermones inéditos sobre S. José del Beato Bernardino de Feltre », Archivum Franciscanum Historicum, 71, 1-2, 1978, p. 88.

34 Isidoro Isolano, Summa de donis sanctis Joseph, Part. I, c. IX, éd. P. Berthier, Rome, 1887.

35 Petrus Morales (1538-1614), In caput I Matthaei, De Christo, sanctissima virgine et s. Joseph, Paris, 1869, t. I, p. 214 ; Jean de Carthagène (1563-1618), Homiliae catholicae de sacris arcanis Deiparae et Divi Josephi, Naples, 1869, t. III, p. 311 ; ou encore au xviiie siècle chez Alphonse de Liguori, Sermone di S. Giuseppe, Discorsi morali, Naples, 1841, p. 223 et A. Michel, « Joseph (saint) », Dictionnaire de Théologie Catholique, t. VIII, 1925, col. 1510-1521.

36 C’est le « second blasphème » (Joseph deiferae Virginis Mariae sponsus non fuit in originali peccato conceptus) ; le premier concerne son vrai mariage et sa vraie paternité. Balthasar Sorio, Liber contra septem blasfemias..., Valence, 1511, fol. 4, cité par R. Gautier, « L’Immaculée Conception... », op. cit., p. 182.

37 Benoît XIV, De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione, Padoue, 1743, l. IV, part. II, c. XX, a. 31, p. 135.

38 Rappelons par exemple que Bonaventure, hostile à l’Immaculée Conception, admet une sanctification in utero pour Marie au moment de l’infusion de l’âme, qu’il distingue d’une sanctification ex utero obtenue par Jean-Baptiste, au moment de sa naissance. Bonaventure, III Sent., d. 3, p. 1, a. 1, q. 2, Opera omnia, Quaracchi, 1887, t. III, p. 65.

39 Je remercie Jean Wirth et Lucas Basilio Ricossa d’avoir souligné cette ambiguïté des propos gersoniens.

40 Marc Vial, Jean Gerson, théoricien de la théologie mystique, Paris, Vrin, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Payan, « La sanctification in utero de Joseph : une proposition gersonienne », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://acrh.revues.org/4246 ; DOI : 10.4000/acrh.4246

Haut de page

Auteur

Paul Payan

Agrégé d’histoire, docteur de l’Université Lumière-Lyon 2 (« Un autre père. L’image de Joseph, époux de Marie, à la fin du Moyen Age », 2002), Maître de conférences à l’Université d’Avignon depuis 2003, membre du CIHAM (Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales – UMR 5648).
Principales publications :
Paul PAYAN, Joseph, Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, Collection historique, 2006, 476 p.
Paul PAYAN, Entre Rome et Avignon. Une histoire du Grand Schisme (1378-1417), Paris, Flammarion, 2009, 317 p. (Prix Jeanbernat 2009 de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres).
Paul PAYAN, « Famille du Christ et pastorale familiale dans la Vita Christi de Francesc Eiximenis », Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi (xiie-xve siècle), Cahiers de Fanjeaux, n° 43, Toulouse, Privat, 2008, p. 189-207.
Paul PAYAN, « Le livre d’heures au xive siècle : un exemple entre Picardie et Avignon (Ms. 121 de la médiathèque Ceccano d’Avignon) », Provence historique, tome LIX, fasc. 238, octobre-novembre-décembre 2009, p. 431-443.
paul.payan@univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Centre de recherches historiques

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org